Archives de catégorie : Littérature et autres arts

François Payot, sieur de Lignières (ou Linières)

 

LE TIRE-LAINE
Ay ! …

CHRISTIAN, sans le lâcher
Je cherchais un gant !

LE TIRE-LAINE, avec un sourire piteux
Vous trouvez une main.
(Changeant de ton, bas et vite.)
Lâchez-moi. Je vous livre un secret.

CHRISTIAN, le tenant toujours
Quel ?

LE TIRE-LAINE
Lignière…
Qui vous quitte…

CHRISTIAN, de même
Eh bien ?

LE TIRE-LAINE
… touche à son heure dernière.
Une chanson qu’il fit blessa quelqu’un de grand,
Et cent hommes – j’en suis – ce soir sont postés ! …

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 3.

Voir In libro veritas ou Wikisource.

Qu’Edmond Rostand soit remercié d’attirer l’attention sur ce poète libertin, et ce malgré quelques légers anachronismes :  né en 1628, François Payot, sieur de Lignières, n’aurait que quatorze ans au moment de la fameuse scène de l’hôtel de Bourgogne…

Voici quelques ressources pour y puiser des informations :

Le site Cyrano(s) de Bergerac

Emile Magne, Un ami de Cyrano de Bergerac, le chevalier de Lignières : plaisante histoire d’un poète libertin, d’après des documents inédits, Paris, R. Chiberre, 1920, disponible dans Archive Internet.

Charles-Louis Livet, Clef historique et anecdotique du Grand dictionnaire des précieuses, in Antoine Baudeau de Somaize, Le dictionnaire des précieuses, Paris, P. Jeannet, 1856, t. 2, p. 274-276, disponible sur Google livres.

L’auteur qui s’est sans doute le plus  intéressé à ce poète est Frédéric Lachèvre (1855-1943), bibliographe, érudit et critique littéraire français spécialiste du libertinage au XVIIe siècle (cf. Wikipédia).

« François Payot de Linières », in Mélanges, Paris, 1920, p.215-225, consultable sur Gallica.

Les derniers libertins, vol. 11, 1924.

Liste des poèmes de Linières extraite de la Bibliographie des recueils collectifs de poésies (1597-1700) .

Il précise, dans une note de son édition des Satires de Boileau commentées par lui-même : reproduction du commentaire inédit de Pierre Le Verrier avec les corrections autographes de Despréaux, Paris, 1906, p.124, consultable sur Gallica :

A la page 142 du même ouvrage, voici un commentaire de Pierre Le Verrier concernant Linières :

Sans doute est-ce François Lachèvre qui passe les annonces suivantes, signées Lach., dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux des 10 et 30 octobre 1906 :

Voir 2 poèmes de cet auteur sur le site Les grands classiques.

Dernière mise à jour : 16 juin 2014

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Webographie de la bande dessinée

Le n° 51 de la revue de l’ABF, BIBLIOthèque(s), daté de juillet dernier, porte sur la bande dessinée, notamment sur ses rapports avec les  bibliothèques (« La bande dessinée dans les bibliothèques publiques françaises. Destinées et aléas », par Olivier Piffault ; « Au château des destins croisés. La BD de BDP en BU » par Georges Dasque, Christine Sibille et Sophie Astier), mais aussi sur ses différentes facettes avec des articles sur les mangas, le roman graphique, la bande dessinée en Afrique francophone, etc. Continuer la lecture de Webographie de la bande dessinée

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Vanités

(Dernière mise à jour : 28 novembre 2012)

J’ai récemment feuilleté à la section Lettres de notre chère bibliothèque universitaire le catalogue d’une exposition qui s’est tenue au musée Maillol jusqu’au 28 juin 2010. Son titre : « C’est la vie ! » : vanités du Caravage à Damien Hirst. L’ouvrage a l’air fort intéressant et documenté et fera certainement partie de mes prochaines lectures. En attendant, glanons quelques renseignements sur ce thème des vanités qui recoupe en partie celui des danses macabres.

A part l’article de Wikipédia, il me faudra sans doute consulter sur le thème les catalogues d’autres expositions :

Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle : méditations sur la richesse, le dénuement et la rédemption, au Musée des Beaux-Arts à Caen (27 juillet-15 octobre 1990) et au Musée du Petit Palais à Paris (15 novembre 1990-20 janvier 1991).

Vanitas vanitatum omnia vanitas : anatomie des vanités, à la Maison Erasme à Bruxelles du 12 avril au 13 juillet 2008, autour d’une surprenante Eve anatomique :

,

 Vanité : Mort, que me veux-tu ? à la Fondation Pierre Bergé du 23 juin au 19 septembre 2010. Ne pouvant disposer pour l’instant du catalogue édité aux éditions La Martinières,, je me rabats sur le dossier de presse, les articles d’Exporevue,  de Télérama, du Figaro, de Narthex ou de L’agora des arts ou encore sur le blog de Noémie Levain.

Des images de vanités ne sont pas bien difficiles à trouver via Google ou sur Wikimedia Commons.

Un dossier bien illustré sur le thème figure sur le blog de Wodka.

Voir aussi

Beaux Arts magazine no 282, décembre 2007

Anne-Marie Charbonneaux (dir.), Les vanités dans l’art contemporain, Flammarion, 2005, 231 p.

Delphine Gleizes, « « Vanités ». codes picturaux et signes textuels », Romantisme, 2002, vol. 32, n° 118, p. 75-91. Disponible sur Persée, malheureusement sans les illustrations…

Karine Lanini. Dire la vanité à l’âge classique : paradoxes d’un discours0. Thèse soutenue en décembre 2003, et publiée aux éditions Honoré Champion, dans la collection Lumières Classiques en 2006. Voir son dossier iconographique.

Élisabeth Quin, iconographie d’Isabelle d’Hauteville, Le Livre des Vanités, Paris, Regard, 2008, 359 p. Voir ce qu’en dit Wodka et l’entretien du Nouvel observateur avec Elisabeth Quin, où on voit que le livre se focalise surtout sur les crânes…

 

הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָבֶל 

  

Hevel Havelim, hakol havel

Vanitas vanitatum omnia vanitas

Vanité des vanités, tout est vanité

Extrait de L’Ecclesiaste (קהלת Qohelet).

Texte hébreu et traduction sur Sefarim.

Traductions de Darby, Renan, Segond et Crampon sur Wikisource.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Littérature à contraintes

En fouinant sur le site de l’Université ouverte des humanités, je suis tombé sur la perle ci-dessous que je vous laisse découvrir :

Langue, texte, énigme : c’est autour de ces trois pôles que l’écriture littéraire s’essaie à fabriquer de l’art : la poésie – et dans une moindre mesure le roman et la prose de fiction – sont d’abord des objets sonores, qui par le rythme, les sonorités créent une musique en même temps qu’ils offrent du sens ; la portée du texte s’enrichit des sonorités qui le soutiennent. L’objet poétique est également un objet visuel : qu’il soit imprimé ou manuscrit, le mot s’affiche d’abord sur la page, et joue d’une spatialité, d’une beauté graphique en créant d’autres relations, de proximité ou de hiérarchie. Il n’y a pas enfin de bonheur poétique sans que le sens échappe un peu, sans que le texte qui nous est offert ne joue à se cacher en même temps qu’il se montre ; c’est notre perspicacité, notre finesse, notre regard au monde qui sont exercés sur l’objet poétique ; qu’on la lise ou la compose, l’œuvre poétique, l’œuvre à contraintes exercent notre connaissance de l’âme humaine.

Trois modules interactifs sur la littérature à contraintes du 8ième siècle à aujourd’hui.

Poésie et prouesses :
Denis Hüe, professeur de littérature française à l’Université Rennes 2.

OuLiPo, Extension à la prose :
Frédéric Forte, poète et membre de l’OuLiPo ;
Anne-Françoise Garreta, maître de conférences en littérature française à l’Université Rennes 2 en alternance à l’Université de Duke (E-U), écrivaine, membre de l’OuLiPo .

Lecture potentielle, à la recherche d’une contrainte connue :
Dominique Raymond, doctorante à l’Université Laval (Québec) et chargée de cours en littérature à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Litterature-contraintes

Auteurs :        Frédéric FORTE
Anne-Françoise GARRETA
Denis HÜE
Dominique RAYMOND

 Conception :  Francis BLANCHEMANCHE
Damien COLLOC
Yann GARANDEL
Amélie ROULEAU 

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sic transit gloria mundi (4) François-Hugues Forget de Molière d’Essertines

En relisant une de mes chroniques sur la misanthropie littéraire datée du 24 février dernier, j’ai remarqué cette référence dans la partie  Alceste avant Molière :

En 1623, dans un épisode de la Polyxène de F.H. de Molière d’Essertines, un personnage nommé Alceste est présenté comme jaloux et querelleur.  Accessible sur Google livres.

Molière d’Essertines ! Ainsi notre grand dramaturge aurait un homonyme ? Oui da, et même un peu plus, comme le rappelle François Henri Joseph Blaze (dit Castil-Blaze) dans Molière musicien (Paris, 1852). Dans le tome 1, p.141-150 (cf. Google livres), l’auteur dresse la liste de plusieurs personnes parmi lesquelles le comédien et dramaturge Molière le Tragique et le romancier libertin Molière d’Essertines, et cite encore  une quinzaine de localités portant ce nom, avant d’ajouter :

Jean-Baptiste Poquelin n’a jamais fait connaître la raison qui lui fit choisir, adopter le surnom de Molière, qu’un auteur comédien avait déjà porté.

Le site Tout Molière a pourtant son idée sur cette question :

On ignore la raison qui pousse notre dramaturge, Jean-Baptiste Poquelin pour l’état civil, à adopter le pseudonyme de Molière. « Jamais il n’en a voulu dire la raison, même à ses meilleurs amis », écrit Grimarest. On sait aussi que des villages du midi portent ce nom, dans le Tarn-et-Garonne ou le Gard, mais cette piste n’est pas à retenir, car on trouve sa première signature sous ce pseudonyme en juin 1643 sur le contrat de fondation de L’Illustre Théâtre, donc avant sa tournée en province. On pense que notre poète a pu choisir son nom de théâtre en hommage à un romancier, François de Molière d’Essertines, libertin notoire, assassiné en 1624. On lui doit un roman, Polyxène, qui connut un succès très honorable — Charles Sorel en écrivit une suite —, et dans lequel on trouve un Alceste, un Philinte, ainsi qu’un fleuve Oronte, noms que notre poète utilise dans son Misanthrope.

Alors, qui est-il ce Molière d’Essertines ? Nous pouvons évidemment recourir à Wikipédia pour le savoir. Nous pouvons aussi revenir à l’ouvrage de Castil-Blaze  (cf. Google livres) :

MOLIÈRE (François Picardet, sieur d’Essertines et de) vivait à la cour et fut assassiné vers 1623. Plusieurs attribuent à ce Molière les tragédies du précédent; c’est une ereur qu’ils ont puisée dans le dictionnaire de Moreri.

— Il faut demeurer d’accord que ce furent MM. de Gomberville, de Coulomby, Faret et Molière, qui, les premiers, écrivirent avec une extrême pureté ; comme étant des principaux de ceux qui s’étaient heureusement dégagés de l’ignorance ancienne. M. de Molière traduisit un livre espagnol de Guévare, du Mépris de la cour (1621, in-8), fit la Semaine amoureuse, et la première partie de Polyxène.

» On ne doit pas prendre aussi le sieur de Molière, qui a fait un dictionnaire historique et poétique, pour celui qui a fait le roman de Polyxène, ni pour celui qui a fait l’École des femmes. Chacun d’eux a son prix et sa réputation à part.

» Plusieurs autres romans ont eu du cours en divers temps, comme la Polyxène de Molière, dont il y a deux suites différentes, qui toutes deux ne sont pas du môme auteur.» Baillet, Jugements des savant*.

— Le sieur Sorel ayant dit que Molière, auteur de la Polyxène, eût pu produire un jour de meilleures choses, s’il n’eût point été aussi malheureux que d’Audiguier, ajoute qu’ils ont tous deux été assassines par ceux qu’ils tenaient pour leurs amis.

« Molière, traducteur du Menosprecio de Guevara, est moins connu par cette version que par le roman de Polyxène qu’on ne lit pourtant plus il y a longtemps, non plus que ses autres ouvrages qui consistent, non pas, comme dit Moréri, en diverses pièces de théâtre, car il n’en a fait aucune, mais uniquement dans le livre intitulé la Semaine amoureuse, et en quelques lettres (sept) qui se trouvent imprimées dans des recueils (celui de Faret) publiés au commencement du XVIIe siècle. On ne le confondra pas avec le Molière si célèbre par ses comédies, mais il faut se garder aussi de le confondre avec le Molière auteur d’un dictionnaire français historique.

» Ch. Sorel, en sa bibliothèque française, page 261, place Molière, auteur de Polyxène (roman), parmi les traducteurs qui écrivaient poliment et qui, suivant les maximes de Malherbe, gardèrent une grande pureté dans leur style. » Bayle, Dictionnaire, etc., au mot Audiguieu (d’).

  Ces diverses pièces de théâtre, que Moréri attribue à Molière le romancier, prouvent de nouveau l’existence de Molière le Tragique, le comédien qui les avait faites.

  La mort avait empêché Molière d’Essertines d’achever son roman ; deux auteurs s’empressèrent d’en écrire la suite et le dénouement.

  La Polyxène du sieur de Molière, avec la suite publiée par le trieur de Pomeray. Paris, Toussaint du Bray, 1632,1635, in-8

  La Vraye suite des advenlures de La Polyxène du feu sieur de Molière, suivie et conclue sur ses mémoires, (sans nom d’auteur). Paris, Ant. de Sommaville, 1634, in-8.

  Odes spirituelles sur l’air des chansons de ce temps, du sieur de Molière, 1623, in-8, publiées par sa veuve, ce qui prouve que l’auteur fut assassiné vers 1623, tandis que Bayle place en 1630 ce funeste événement.

— Depuis la mort de nostre pauvre Molière, je treuve de si grandes douceurs dans les entretiens qui ont quelque chose de triste et de funeste, que je n’en sçaurois divertir ma pensée. » Voilà ce que je lis dans une des lettres que Faret a recueillies et publiées, chez Toussaint Quinet, en deux volumes in-12, sous la date de 1634 ; mais celte lettre ne porte ni date, ni signature. Page 511 du tome second.

  Saint-Arnand déplore aussi la mort de Molière, qu’il désigne sous le nom de Lysis en ses Visions.

Puis quand il me souvient de l’horrible aventure
Qui mit tout mon bonheur dedans la sépulture
En y mettant Lysis, et qu’il m’est défendu
De chercher seulement le bien que j’ai perdu,
Je m’abandonne aux pleurs, je trouble tout de plaintes,
Un mortel désespoir me donne mille atteintes,
Et parmi les tourments qui m’otent le repos,
Songeant à ses écrits je dis à tout propos,
O belle Polyxène, amante infortunée!
Tu dois bien regretter sa courte destinée,
Puisqu’une telle fin t’interdit d’espérer
Celle des longs travaux qui te font soupirer!
Le précieux enfant d’une si rare plume !
Beau livre, grand trésor ! niais trop petit volume:
Ouvrage que la mort empêcha de finir!
Je crois que l’ayant vu tout bon sens doit tenir
Que lu plus belle chose en quoi que l’on souhaite
Se pourra désormais appeler imparfaite,
Si plutôt on ne dit que pour être divin,
O livre non pareil! ta n’as point eu de fin.
Et je n’en mettrai point à l’ennui qui me ronge :
Car soit que ton auteur me vienne voir en songe,
Et que je pense à Iui comme je fais toujours,
Mes larmes et mes cris auront un même cours,
Ma pitié lui veut rendre à jamais cet hommage;
En tous lieux où j’irai, sa vaine et pâle image
Visible à moi tout seul et regrettable a tous,
Me contera sa mort, me contera ses coups.
Et m’inspirant au cœur ce que pour allégeance
Lui pourra suggérer une horrible vengeance,
Contre cul assassin rempli de trahison,
Qui termina ses jours en leur verte saison,
Me mettra dans les mains les plus pesantes chaînes,
Les feux les plus ardents, et les plus longues gènes,
Pour en punir ce monstre, et faire un châtiment
Que l’on puisse égaler à mon ressentiment.

Voici aussi deux études :

Edmond Révérend du Mesnil, François de Molière, Seigneur d’Essertines, Anne Picardet, sa femme, et leur famille d’après les documents authentiques, Charolles, Lamborot, 1888. Un précision du moliériste Hyacinthe Gorgomar dans« Moliérer-Molière » sur  le site L’Affaire Corneille-Molière :

Si Anne Picardet était bien la femme de François II Molière, sieur d’Essertines, celui auquel Livet fait allusion est son fils François III Molière d’Essertines, auteur de La Polyxène, de La Semaine amoureuse, d’une traduction du Mépris de Cour de Guevara et d’un certain nombre de poèmes et lettres, mort assassiné en 1624, cinq ans après la publication du recueil en question.

Werner Werth, Francois de Molière, sein Leben und seine Werke, ein Beitrag zur Literaturgeschichte des 17. Jahrhunderts. Inaugural-Dissertation, Berlin, E. Ebering, 1916, VI-134 p.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sic transit gloria mundi (3) Paschal Grousset

(Mise à jour : 23/09/2015)

Voici que je découvre, sur le fort intéressant blog Le magasin des enfants, la parution d’une biographie de Paschal Grousset par Xavier Noël.

Cela fait quelques temps que je souhaite consacrer un billet à cet étonnant personnage qui s’opposa à Napoléon III, fut involontairement à l’origine de l’affaire Victor Noir et participa à la Commune de 1871,  avant de s’occuper, sous la IIIe République, de littérature jeunesse et de culture physique  Pour plus d’informations, je vous invite à consulter, outre Wikipédia et la biographie évoquée ci-dessus, le site Brauddurand.net, Le Rocambole n° 51, les actes du colloque de Grisolles et quelques billets de La brochure.

J’avais lu l’été dernier Les exilés de la terre qu’il écrivit sous le nom d’André Laurie, un de ses nombreux pseudonymes, et qui n’est pas sans présenter quelques similitudes avec l’univers de Jules Verne. Et pour cause : n’est-il pas l’auteur des premières versions des Cinq cents millions de la Bégum et de L’Etoile du Sud et les deux hommes n’ont-ils pas cosigné L’Epave de la Cynthia ? Au lendemain de la mort de Jules Verne, Paschal Grousset fait paraître dans Le Temps du 26 mars 1905 un article élogieux que vous pouvez lire dans un dossier du site israelien Zvi Har’El’s Jules Verne Collection.

Une bibliographie de ses ouvrages figure sur  Noosfere et plusieurs d’entre eux sont disponibles sur Gallica et les éditions Des barbares ont récemment réédité Spiridon le muet et Un roman dans la planète Mars.



Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (1) Caricatures

Je n’apprécie guère, je l’avoue, le supposé grand homme des Invalides. Aussi quel plaisir lorsque je lis dans La mort du Vazir-Moukhtar de Iouri Tynianov (1) :

Cela s’appelle la gloire. L’ombre débile d’un officier nerveux qui s’appelait Napoléon Bonaparte avait autrefois été ainsi remplie de regards humains. Et au Conseil des Cinq-Cents, Bonaparte avait perdu connaissance ; après cela seulement, sa main s’était emparé du secret : celui des mathématiques et de la légèreté militaire. Il avait également pris des leçons au théâtre ; Talma lui avait enseigné son éloquence hachée et même les défauts d’une prononciation que le gens croyaient simple et solennelle.

Je me rappelais avoir vu quelque part – dans un manuel scolaire ? – la gravure ci-dessus, témoignage des leçons du grand acteur Talma au nouvel empereur. Il n’a pas était bien difficile de la retrouver sur la toile. Du coup, j’ai voulu élargir ma recherche aux caricatures anti-napoléoniennes. Voici ce qu’a donné la pêche. Continuer la lecture de Napoléon (1) Caricatures

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

En feuilletant L’Intermédiaire des chercheurs et curieux ou un forum culturel au XIXe siècle (1). Caricatures contre le Christ

A propos du graffiti Alexamenos sebete theon.

Extraits de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux Vol. 9, 1876. Source Gallica. 

N° 184, col.30-31

N° 185, col. 61

N° 186, col. 92

N° 187, col. 115

N° 198, col. 463-464

N° 199, col. 497-498

N° 201, col. 561-562

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Oulipo & C°

Dès ma première chronique, je vous ai parlé de l’Oulipo, ou plutôt de ses précurseurs. Voici une petite sélection autour du fameux Ouvroir, avec quelques curiosités annexes. Comme d’habitude, cela fera l’objet de mises à jour plus ou moins régulières.

Voir les chroniques sur ce sujet.

Dernière mise à jour : 24 février 2017.

Continuer la lecture de Oulipo & C°

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce « mot » n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, « Unica Zürn, Bellmer et Perec », Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts