Archives de catégorie : Livres anciens

Samuel von Pufendorf et Le Droit de la nature et des gens

Ce billet est le premier d’une série concernant quelques ouvgages anciens conservés à la BU Droit de l’université François-Rabelais (Tours), où je travaille. D’autres suivront.

 
 

Pufendorf, Samuel von (1632-1694). Auteur

Barbeyrac, Jean (1674-1744). Traducteur

Le Droit de la nature et des gens :  ou systeme general des principes les plus importans de la morale, de la jurisprudence, et de la politique / Par le baron de Pufendorf ; traduit du latin par Jean Barbeyrac … Avec des notes du traducteur, & une préface qui sert d’introduction à tout l’ouvrage. – Sixiéme edition, revûë de nouveau, & fort augmentée. – A Basle : Chez Emanuel Thourneisen, 1750. – 2 vol.

 
 

La notice bibliographique ci-dessus se rapporte à la 6e édition de la traduction française par Jean Barbeyrac de l’ouvrage de Samuel von Pufendorf intitulé De jure naturae et gentium.

Sur Samuel von Pufendorf

On peut se contenter de la notice de Wikipédia. Mais pourquoi ne pas utiliser une bonne vieille biographie universelle comme les érudits du XIXe siècle savaient si bien en faire. Prenons par exemple celle éditée par Charles Weiss, Biographie universelle, ou Dictionnaire historique contenant la nécrologie des hommes célèbres de tous les pays. Voici ce qui est écrit aux pages 82-83 de son tome 5, paru en 1841 et consultable sur Gallica :

Pour une étude plus approfondie des théories juridiques de Pufendorf.

Heinrich von Treitschke, Samuel von Pufendorf, in Historische und politische Aufsätze, tome 4, Leipzig, 1897, p. 202-203.

P.Avril, Pufendorf, in Les fondateurs du droit international : F. de Vitoria, A. Gentilis, F. Suarez, Grotius, Zouch, Pufendorf, Bynkershoek, Wolf, Wattel, de Martens ; leurs oeuvres, leurs doctrines, Paris, 1904, p. 331-383, consultable sur Gallica.

Cahiers de philosophie politique et juridique, n° 11, 1987, intitulé Des théories du droit naturel, consultable sur Gallica.

De nombreuses références bibliographiques dans l’ouvrage de Robert Derathé, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Vrin, 1970, p.425-428, aperçu sur Google livres.

 Editions

Consultables en lignes

Editions du texte original en latin,  De jure naturae et gentium :

sur Google : 1672 ; 1684 ; 1744 (tome 1)

Editions de la traduction française

sur Archive.org : 1706 (tome 2)

sur Gallica : 1706 ; 1740 (livre 8)

sur Google : 1740 (tome 2) ; 1750 (tome 2) ; 1771

 Conservées dans les bibliothèques universitaires françaises (cf. SUDOC) :

Editions en latin

Editions en français

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les livres anciens : la classification « Brunet-Parguez-Coulouma »

La classification Brunet, du nom de l’immortel auteur du Manuel du libraire et de l’amateur de livres, m’est un peu familière. Je me souviens l’avoir utilisée pour analyser le contenu de collections provençales du XVIIIe siècle, et notamment de celle du Marquis de Méjanes, du temps où je préparais mon mémoire de DEA sur les Bibliothèques privées en Provence occidentale au siècle des lumières. Mais cela fait bien longtemps : bientôt vingt ans…

Voici qu’un message trouvé dans bibliopat me l’a remise en mémoire :

Bonjour,

la bibliothèque municipale de Senlis vient de mettre à jour la consultation en ligne de son catalogue des fonds anciens.

Outre les accès traditionnels par auteur, titre et titre uniforme, une navigation thématique basée sur la table « Brunet-Parguez-Coulouma »a été mise en place.

La consultation est accessible directement à l’adresse suivante : www.bmsenlis.com/sitebmsenlis/fda/index.php

Au nom du fameux libraire ont été joints ceux de deux éminents bibliothécaires. Voici ce qu’en dit Le guichet du savoir de la bibliothèque municipale de Lyon :

La classification systématique Brunet-Parguez est utilisée pour classer les livres anciens. Il s’agit de la Table du manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, codée en vue de son utilisation sur ordinateur par Guy Parguez, bibliothécaire à la Bibliothèque municipale de Lyon » en 1968.

Note sur le codage de la table de Brunet en vue de son utilisation par ordinateur :

Alors que les bibliothèques universitaires classent en rayons leurs livres d’après le sujet, il serait souhaitable de pouvoir retrouver, au moins en catalogues, les livres anciens traitant une question donnée, autrement dit d’ajouter sur la fiche d’un ouvrage, la ou les notations qui lui reviendraient dans un classement systématique, ce qui permettrait de coder également une bonne partie des vedettes de forme.

Il s’agit de choisir un système qui permette assez facilement de noter certains sujets particulièrement étudiés dans les siècles passés et plutôt mal traités dans les classifications actuelles ; par exemple diverses questions religeuses (Ouvrages concernant les anges et les démons, Traités de Théologie morale, Catéchismes, etc.), scientifiques (Alchimie, Médecine spagirique, Astrologie), historiques (Récits de voyage concernant un pays déterminé), héraldiques, certains sports (jeu de paume etc.), et qui puisse également rendre compte de certaines manières actuelles de concidérer les anciens sujets

Il a semblé que la cinquième édition du Brunet, Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres. Paris, Didot 1865, répondait assez bien à ces préoccupations.

Elisabeth Coulouma a repris cette table dans le Cadre de classement systématique du catalogue des livres anciens imprimés.

Classification Brunet-Parguez parmi les outils et sites internet de références du du Guide méthodologique du SUDOC.

Guy Parguez travaillait à la bibliothèque municipale de Toulouse. Voici ce qui est dit de sa classification dans l’article d’Élisabeth Coulouma et Christian Peligry, « Le fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse », BBF, 1982, n° 12, p. 699-705, disponible sur le site de l’ENSSIB :

Le catalogue systématique utilise le cadre de la table du Manuel du libraire de Brunet, codée par MM. Parguez et Martin. Chaque rubrique est affectée d’un indice numérique et alphabétique, qui pourrait entrer en mémoire dans le cadre de l’automatisation du catalogue collectif des livres anciens. Ce système qui est celui des libraires de l’ancien régime, convient mieux aux fonds anciens et aux livres du XIXe siècle, que les classifications modernes. En cas de doute pour une indexation, on peut toujours se référer au Manuel et à sa table. Mais Brunet ne recense que des « livres » proprement dits, il ne dépouille pas les recueils factices ; on obtient une sorte de macro-documentation. L’intérêt de notre catalogue documentaire est de représenter tout le le fonds ancien, y compris brochures, feuilles volantes, estampes. Ce faisant nous utilisons en définitive ce cadre avec une conscience moderne : en l’absence de « facettes » et de « sous-facettes », nous donnons plusieurs indices à un même ouvrage, l’un analysant la forme, l’autre le contenu général, parfois un 3e ou 4e indice, précisé ou non d’un mot matière ou d’une date, privilégiant un point de vue particulier, ou une partie du document d’intérêt local. En subdivisant peut-être exagérément ce catalogue systématique, nous avons tenté de suppléer l’absence d’un catalogue analytique. Notre projet serait d’adjoindre au catalogue un mode d’emploi sous forme de liste de renvois d’orientation et renvois au fichier auteurs-anonymes, et d’index de mots-clés. Depuis sa rédaction initiale, la Table de Parguez a donc été sensiblement modifiée à Toulouse ; dans le cadre d’un catalogue collectif, si d’autres bibliothèques ou des bibliographes l’utilisaient, il faudrait unifier ou coordonner les pratiques et préciser les interprétations.

Voir aussi ce qui concerne la classification, l’indexation et et les recherches thématiques de l’article suivant : « Recensement des livres anciens des bibliothèques françaises », BBF, 1971, n° 1, p. 1-32, disponible sur le site de l’ENSSIB.

Quant au Manuel de Jacques-Charles Brunet, dont la 1ère édition est de 1810, vous trouverez sur Gallica sa 5e édtion en 6 volumes (1860-1865) et les 2 volumes du supplément (1878-1880). Voir notamment sa table méthodique, contenu dans le tome 6. Celle-ci peut aussi être consultée dans Google livres.

Il faut rappeler que Brunet n’est pas à proprement parler l’inventeur de cette classification en 5 classes (théologie ; jurisprudence ; sciences et arts ; belles lettres ; histoire), mais qu’il repend la classification utilisée par les libraires de Paris au XVIIIe siècle et notamment par Guillaume-François Debure, libraire du quai des Augustins, dans sa Bibliographie instructive, ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers (1763-1768). Vous pouvez la consulter sur Archive.org. C’était une source essentielle pour des bibliophiles des Lumières comme le Marquis de Méjanes qui y avait constamment recours pour ses acquisitions.

 Voir aussi cet article de Bibliomab sur les classifications des livres anciens.

Annexe. Les principales classes de la table « Brunet-Parguez-Coulouma »

1 RELIGION

11 ECRITURE SAINTE

12 LITURGIE

13 CONCILES

14 SAINTS PERES ou Pères de l’Eglise

15 THEOLOGIENS

16 OPINIONS SINGULIERES

17 RELIGION JUDAIQUE

18 RELIGIONS DES PEUPLES ORIENTAUX

19 APPENDICE SUR LA THEOLOGIE

2 – DROIT ET JURISPRUDENCE

20 INTRODUCTION

21 DROIT DE LA NATURE ET DES GENS

22 DROIT POLITIQUE

23 DROIT CIVIL ET DROIT CRIMINEL

24 DROIT CANONIQUE OU ECCLESIASTIQUE

3 – SCIENCES ET ARTS

30 INTRODUCTION, DICTIONNAIRES et MELANGES

31 SCIENCES PHILOSOPHIQUES

32 SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

33 SCIENCES NATURELLES

34 SCIENCES MEDICALES

35 SCIENCES MATHEMATIQUES

36 APPENDICE AUX SCIENCES : SCIENCES OCCULTES

37 ART

38 ARTS MECANIQUES ET METIERS

39 EXERCICES GYMNASTIQUES

4- BELLES-LETTRES

41 LINGUISTIQUES

42 RHETORIQUE

43 POESIE

44 THEATRE, POESIE DRAMATIQUE

45 OEUVRES LITTERAIRES ET FICTION EN PROSE

46 CRITIQUE LITTERAIRE ,  PHILOLOGIE

47 EPISTOLAIRES

48 POLYGRAPHES

49 COLLECTIONS D’OUVRAGES, EXTRAITS et MELANGES

5 – HISTOIRE ET SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

51 PROLEGOMENES HISTORIQUES

52 HISTOIRE UNIVERSELLE ANCIENNE ET MODERNE

53 HISTOIRE DES RELIGIONS ET DES SUPERTITIONS

54 HISTOIRE ANCIENNE

55 HISTOIRE MODERNE

56 SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Livres interdits : quelques références

Livres interdits et censure au XVIIe siècle

Ce site du CRHL17 – Centre de recherches sur l’histoire du livre au XVIIe siècle propose notamment

une importante bibliographie rétrospective complétée par une bibliographie annuelle de 2000 à 2007, mais aucune depuis cette date…

un répertoire général des livres interdits, défendus, clandestins, des libelles, pamphlets, et autres « mauvais livres » du XVIIe siècle (1661-1715)

Dictionnaire critique, littéraire et bibliographique des principaux livres condamnés au feu, supprimés ou censurés

Paru en 1806 sous la plume du bibliographe, bibliophile et bibliothécaire – mais ces trois termes sont-ils séparables ? – Gabriel Peignot, ce classique comporte 2 volumes accessibles sur internet :

Tome 1. Sur Gallica et sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

Tome 2. Sur Google livres

Il a fait l’objet d’un reprint en 1966.

Index librorum prohibitorum

C’est évidemment la référence sur les livres interdits en pays catholiques et un vrai guide du bibliophile, les ouvrages condamnés étant par définition difficiles à trouver. Pour plus d’information sur ce symbole de la censure ecclésiastque, voir

Wikipédia.org

Le blog du bibliophile. Voici un extrait d’un billet du 3 août 2007 :

Pour un livre, dans une Europe très catholique, la mise à l’index signifiait souvent un « arrêt de mort » puisqu’il pouvait par exemple être mis au bûcher.

C’est au 16ème siècle que le pape Paul IV publia le premier index. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que ce fût à la demande de l’Inquisition. Cette liste fût ensuite confirmée en 1564 au Concile de Trente aboutissant peu après à la création d’une Congrégation de l’Index (1571), chargée de remettre à jour la fameuse liste, d’elle même ou sur l’ordre du pape.

Ce que vous savez peut-être moins, c’est que l’Index fût régulièrement complété et mis à jour jusqu’en 1948, et la 32ème édition, qui contenait alors 4000 livres prohibés pour des raisons diverses (« hérésie », ce qui ouvre des possibilités assez larges, mais aussi immoralité, licence sexuelle, etc.). Des suppléments furent ajoutés jusqu’en 1961, avant la suppression de l’index par Vatican II en 1966.

Franz Heinrich Reusch, Der Index der verbotenen Bücher : ein Beitrag zur Kirchen- und Literaturgeschichte, 1883-1886, consultable sur Archive.org :

Tome 1 (ex. 1ex. 2 ; ex. 3ex. 4)

Tome 2, 1ère section (ex. 1ex. 2 )

Tome 2, 2e section ( ex. 1ex. 2)

Plusieurs éditions sont accessibles sur internet :

  1. 1569. Sur Google livres

  2. 1596. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  3. 1597.Sur Google livres

  4. 1664.Sur Google livres

  5. 1667. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  6. 1704. Sur Google lixres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  7. 1711. Sur Google livres

  8. 1717. Sur Google lixres

  9. 1726. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  10. 1744. Sur Google livres

  11. 1747. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  12. 1758. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  13. 1770. Sur Google livres

  14. 1786. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  15. 1806. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  16. 1819. Sur Google livres

  17. 1821. Sur Google livres

  18. 1834. Sur Google livres

  19. 1835. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex.3 ; ex. 4)

  20. 1838. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Danses macabres ou danses des morts

Il ne s’agit pas ici d’une étude de plus sur le thème de la danse macabre, mais d’une tentative personnelle d’inventaire des ressources existantes. C’est dire que des mises à jour seront nécessaires… (Dernière mise à jour : 9 mai 2014)

Plan

I.Pour une première approche du thème

II. Danses macabres et livres anciens : du manuscrit aux éditions critiques

II. A. Du manuscrit aux premiers impimés

II. B. La grande danse macabre des hommes et des femmes

II. C. La danse des morts de Holbein le Jeune

III. Etudes générales

Ajout du 30 juin 2010

 

I. Pour une première approche du thème

Les articles de Wikipédia sur la danse macabre et le dit des trois morts et des trois vifs.

Un article du Dictionnaire de la conversation et de la lecture, disponible sur Google livres.

Caroline Gabion. Les danses macabres et leurs métamorphoses (1830 – 1930). 2000. Thèse : Lettres et arts : Lyon 2. Disponible en ligne. Voir son abondante bibliographie avec notamment les études sur le mot « macabre » et sur les danses macabres.

Quelques pistes :

Des photographies de plusieurs danses macabres murales sur le site The Roving Medievalist.

Dans son Essai sur les poëmes et sur les images de la Danse des morts, Hippolyte Fortoul fait dériver macabre d’une altération de Macaire, saint ermite étroitement lié à la légende des trois morts et des trois vifs. Cependant l’étymologie de macabre reste incertaine. Voir, outre les deux citations ci-dessous, le site du CNRTL – Centre national de ressources textuelles et lexicales

LA DANSE MACABRE.

D’où vient et que signifie le mot: Macabre ? Le bibliophile Jacob, auteur d’un livre intitulé la Danse Macabre, énumère plusieurs étymologies, sans se décider pour aucune.

« La danse macabre, dit-il. a exercé la patience des dépisteurs d’étymologies, qui vont furetant toutes les langues et tous les vocabulaires pour découvrir souvent une combinaison impossible de vocables, un accompagnement monstrueux de racines Il paraît que macabra en arabe veut dire cimetière en anglais make signifie faire et breack briser en hébreu maccahbi s’explique par le latin plaga ex me c’est moi qui fais le mal, en vieux français ma cabre se i prend pour ma chèvre et d’autres ont prétendu que Macabre était le nom de l’inventeur de cette danse et en effet ce peut être un troubadour nommé Macabrus qui a composé des espèces de complaintes sur la mort et la fragilité humaine. Enfin le mot macabre n’a-t-il pas certaine analogie avec la formule Abracadabra? »

Quoi qu’il en soit, disons que la danse macabre, ou la danse des morts, est un branle, en peinture ou en bas-relief, de personnages dont la Mort est le ménétrier; que du quatorzième siècle à la fin du seizième, les églises, les cimetières, les vitraux, les miniatures des missels, les prie-dieu, et jusques aux gardes d’épées, présentent des danses macabres plus ou moins terribles, plus ou moins bouffonnes. La gravure sur bois s’en empara ; Holbein et Albert Durer ont publié diverses œuvres ou suites de danses macabres : le premier l’a prise au sérieux , l’autre l’a traitée en bouffonnerie.

La danse macabre devint même un spectacle ou Mystère, dans lequel la Mort paraissait en personne.Les danses des morts paraissent avoir pris naissance à la suite des pestes qui ravagèrent l’Europe en 1348 et en 1375; c’est un avertissement tout chrétien sur la fragilité de la vie.

D’après M. Taylor, la plus ancienne danse macabre serait celle de Minden, en Westphalie, exécutée vers 1385. Dès 1424, le cimetière des Innoccens avait la sienne, et elle fut peinte en 1502, sous Louis XII, dans la cour principale du château de Blois. Les deux plus célèbres peintures de ce genre sont d’abord celle que l’on voyait dans le cloître des Dominicains, à Bâle, et que l’on attribuait faussement à Holbein (elle date de 1444, et Holbein est né en 1498). L’autre est la danse des Morts qui décorait dans la cathédrale d’Amiens, la chapelle des Machabées et celle dont le Musée publie le dessin. Elle se composait outre la Mort de cinquante autres personnages […]

Musée des familles: lectures du soir, troisième année, volume 2, 1835, p. 220

 

Danse macabre ou macaber ou macabrée. On a fait dériver ce mot de plusieurs langues même de l’arabe et du celtique. Macaber est le nom d’un poète allemand qui fut l inventeur de cette terrible et burlesque fantasmagorie ou d’un acteur qui jouait dans une pantomime le rôle de la Mort ou d’un bateleur qui montrait au peuple des tableaux peints représentant la danse des morts un passage du Journal de Paris sous Charles VI vient à l’appui de cette dernière opinion. Voir le Manuel du Libraire par Brunet, la Notice sur une danse des morts par Champollion aîné, la préface ot le roman historique de la Danse macabre etc

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, Histoire du seizième siècle en France, volume 3, note de bas de page p. 325 +

 

II. Danses macabres et livres anciens : du manuscrit aux éditions critiques

 

II. A. Du manuscrit aux premiers imprimés

Les Trois Morts et Les Trois Vifs, Psautier de Robert de Lisle, Manuscrit Arundel 83 de la British Library, vers 1310/1320

Les Trois Morts et Les Trois Vifs, Psautier de Robert de Lisle, Manuscrit Arundel 83 de la British Library, vers 1310/1320, f. 127. Disponible sur le site de la British Library.

 

 

 

 

 

 

 

Totentanz (Blockbuch), vers 1455/1458. Disponible sur le site de la bibliothèque universitaire de Heidelberg. Plus d’information sur le site Dodedans.

 

 

 

 

 

 

 

 

II. B. La grande danse macabre des hommes et des femmes et autres danses macabres de la fin du XVe siècle

La grant danse macabre des hommes et des femmes ; avec Les dis des trois mors et trois vifs ; Le débat du corps et de l’âme, Paris, Gouyot Marchand, 1486. Disponible sur Gallica.

La danse macabre des femmes, Paris, Gouyot Marchand, 1491. Disponible sur Gallica.

Illustrations de danses macabres disponibles sur Gallica : 1 ; 2

Voir aussi l’incunable B INC 30 de la bibliothèque municipale de Poitiers et ce site.

Rééditions

Plusieurs à la fin du XVe siècle, par l’imprimeur Guyot Marchand. Voir la notice de Champollion-Figeac.

La grande danse macabre des hommes et des femmes historiée et renouvelée de vieux gaulois en langage le plus poli de notre temps, avec le Débat du Corps et de l’Ame, la Complaincte de l’Ame damnée ; l’Exhortation de bien vivre et de bien mourir ; la Vie du mauvais Antechrist ; les Quinze signes du jugement, Troyes, chez Jean-Antoine Garnier, 1728.

La grande danse macabre des hommes et des femmes ; précédée du Dict des trois mors et des trois vifz, Paris, Baillieu, 1862. Disponible sur Gallica en 2 exemplaires (ex. 1 ; ex. 2).

Etudes et commentaires

Auguste François Louis Scipion de Grimoard-Beauvoir Du Roure de Beaumont-Brison, Analectabiblion: ou Extraits critiques de divers livres rares, oubliés ou peu connus, Paris, Techner, 1836. Voir l’article « La grande danse macabre des hommes et des femmes » p. 196-197, dont voici le début.

LA GRANDE DANSE MACABRE

DES HOMMES ET DES FEMMES,

Historiée et renouvelée de vieux gaulois en langage le plus poli de notre temps , avec le Débat du Corps et de l’Ame, la Complaincte de l’Ame damnée ; l’Exhortation de bien vivre et de bien mourir ; la Vie du mauvais Antechrist ; les Quinze signes du jugement. A Troyes, chez Jean-Antoine Garnier, 1728; 1 vol. in-4, fig. en bois, de 76 pages.

(1485-90—1728.)

L’auteur, ou plutôt le traducteur français de ce livre bizarre, est un sieur Guyot Marchant, qui demeurait à Paris, en 1485. L’édition originale parut, cette même année, le 28 septembre. Elle est fort rare, mais bien moins complète que les éditions postérieures , ne contenant que 10 feuillets de texte et 17 gravures en bois. L’édition in-fol., gothique, de 1490, indique que cette composition singulière, qui se trouve figurée dans un tableau fameux du peintre Holbein, et, dernièrement, dans un ouvrage anglais à vignettes coloriées, intitulé : The Dance of Death, a été traduite autrefois en vers français d’un poème allemand.

L’idée du livre est le développement de ce lieu commun, si souvent traité dans toutes les langues, que tous les hommes, grands et petits, riches et pauvres, paieront le tribut à la mort. [voir la suite sur Google livres]

Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, tome 2, Paris, 1823, p. 43. Disponible sur Google livres.

Champollion-Figeac, « Notice d’une édition de la Danse macabre antérieure à celle de 1486, et inconnue aux Bibliographes », Magasin encyclopédique : ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 4, 1811, p. 153-369. Comporte notamment une bibliographie des éditions du XVe siècle. Disponible sur Gallica.

Jacques-Charles Brunet

Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, 1842, p. 10-13. Disponible sur Google livres.

Nouvelles recherches bibliographiques, Paris, 1834, t. 1, p. 402-403. Disponible sur Google livres.

Pierre Vaillant, « La danse macabre de 1485 et les fresques du charnier des Innocents »,  Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 1975, vol. 6  n° 6, p. 81-86. Disponible sur Persee.

II. C. La danse des morts de Holbein le Jeune

Voir sur ce sujet

 

Les premières éditions

Les simulachres et historiées faces de la mort, autant élégamment pourtraictes, que artificiellementimaginées, soubz l’escu de Coloigne, à  Lyon, 1538.  Les gravures sont de Hans Holbein d’après ses propres dessins, les traductions versifiées des citations bibliques ont été faites par Jean de Vauzelles et/ou Gilles Corrozet. 2 exemplaires disponibles en ligne : sur Gallica (ex. 1 ; ex. 2).

Une réédition à la même adresse en 1547. Disponible sur Archive.org.

Dans Essai typographique et bibliographique sur l’histoire de la gravure sur bois, Ambroise Firmin-Didot et Cesare Vecellio donnent un tableau des « éditions des Simulacres de la Mort par Holbein, imprimées sur les bois originaux, » visible dans Google livres.

 

Les interprétations des dessins d’Holbein par différents artistes

La liste suivante et les liens sont extraits du site Dodedans :

Heinrich Aldegrever (1541)

Heinrich Vogtherr (1544)

Arnold Birckmann (1555)

Scharffenberg (1576)

Peter Paul Rubens (1600-1610)

Eberhard Kieser (1617)

Wenceslaus Hollar (1651)

De doodt vermaskert (1654)

Johann Weichard von Valvasor (1682)

Christian de Mechel (1780)

David Deuchar (1788)

John Bewick (1789)

Alexander Anderson (1810)

Pseudo-Bewick (1825)

Ludwig Bechstein (1831)

Joseph Schlotthauer (1832)

Artiste anglais inconnu

Un exemple de réinterprétation : les gravures de Wencesclaus Hollar

Au XVIIe siècle, Wencesclaus Hollar réalise des gravures d’après les dessins de Holbein. Plusieurs éditions, en latin, français ou anglais, paraissent entre 1680 et 1887. Elles figurent dans The Wenceslaus Hollar Digital Collection de l’université de Toronto et aussi ailleurs sur internet.

Celle parue à Parisen 1790, sous le titre Le triomphe de la mort, est également disponible sur Archive.orgl

Celle parue chez John Harding en 1804, The dance of death painted by H. Holbein and engraved by W. Hollard, disponible aussi sur Google livres, a été  réalisée par Francis Douce.

Les éditions critiques du XIXe et duXXe siècle

Outre celle signalée ci-dessus, Francis Douce est l’auteur de plusieurs éditions critiques de la danse macabre d’Holbein :

The dance of death, [1820]. Disponible sur Archive.org.

The Dance of death : exhibited in elegant engravings on wood with a dissertation on the several representations of that subject but more particularly on those ascribed to Macaber and Hans Holbein, London, W. Pickering, 1833. Disponible sur Google livres et sur Archive.org (ex.1 ; ex. 2 ; ex. 3). Voir un article sur cet ouvrage dans The Gentleman’s magazine de 1834.

The Dance of death : in a series of engravings on wood from designs attributed to Hans Holbein with a treatise on the subject, London, G. Bell, 1902

Autres éditions commentées de l’ouvrage d’Holbein parue au XIXe siècle :

Hippolyte Fortoul (éd.), La Danse des morts dessinée par Hans Holbein, gravée sur pierre par Joseph Schlotthauer,… expliquée par Hippolyte Fortoul, Paris, 1842. Son « Etude sur les poëmes et sur les images de la danse des morts » figurent dans le tome 1 de ses Etudes d’archéologie et d’histoire, Paris, 1854 disponible sur Google livres.

Henry Green (éd.), Les simulachres & historiees faces de la mort: commonly called « The dance of death », Manchester, 1869. Disponible sur Archive.org.

Austin Dobson (éd.), The dance of death, London ; New York : G. Bell & Sons, 1892. Disponible sur Archive.org.

III. Etudes générales

Sigfrid Pohl Perry a réalisé en 2008 une biblographie disponible sur le site de la Library of Northwestrn University, dans la Mccormick library of special collections.

Champfleury,  « Chapitre VI : La danse des morts », in Histoire de la caricature au moyen âge et sous la renaissance,p. 107-136. Disponible sur Google livres.

Gabriel Peignot, Recherches historiques et littéraires sur les danses des morts et sur l’origine des cartes à jouer, Dijon, 1826. Disponible sur Google livres.

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, « Au voyageur Taylor », in La danse macabre : histoire fantastique du quinzième siècle, Paris, 1832, p. v-xxv. Accessible sur Google livres. Reprise sous le titre « Dissertation sur la danse des morts. Lettre au voyageur Taylor », in Romans relatifs a l’histoire de France aux XVe et XVIe siècles. Paris, H.Delloye, 1838, p. 7-10. Accessible sur Google livres.

Hippolyte Fortoul, Essai sur les poëmes et sur les images de la Danse des morts, Paris, 1842. Reprise dans le tome 1 de ses Etudes d’archéologie et d’histoire, Paris, 1854 disponible sur Google livres.

Constant Leber, Catalogue des livres imprimés, manuscrits, estampes, dessins et cartes à jouer composant la bibliothèque de M. C. Leber, Paris, 1839, t.1, p. 205-213. Disponible sur Google livres.

Eustache-Hyacinhe Langlois, Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts… ; suivi d’une lettre de M. C. Leber et d’une note de M. Depping… ; ouvrage complété et publié par M. André Pottier,… et M. Alfred Baudry, Rouen, 1851. 2 vol. Disponible sur Gallica : t. 1 ; t. 2. Edition 1852 disponible sur Gallica : t. 1 ; t. 2

Achille Jubinal. La Danse des morts de la Chaise-Dieu : fresque inédite du XVe siècle.3e édition. Paris : Librairie archéologique de Didron, 1862. Disponible à la bibliothèque de Lisieux.

Georges Kastner, Les danses des morts : dissertations et recherches historiques, philosophiques, littéraires et musicales sur les divers monuments de ce genre qui existent ou qui ont existé tant en France qu’à l’étranger, accompagnées de la Danse macabre, grande ronde vocale et instrumentale, paroles d’Édouard Thierry, musique de Georges Kastner, et d’une suite de planches représentant des sujets tirés d’anciennes danses des morts des XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècles, la plupart publiés en France pour la première fois, avec les figures d’instruments de musique qu’ils contiennent, ainsi que d’autres figures d’instruments du moyen âge et de la Renaissance, Paris, 1852. Disponible sur Google livres.

M. de Contencin. « Note sur une danse des morts », in Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 1844, t.2, p. 37-42. Disponible sur Gallica. Référence signalée par Françoise Vitaux (voir commentaire).

Alan Hindley, « Un drame macabre? La Mort dans quelques moralités française« 

Ajout du 30 juin 2010

J’ajoute ici une bibliographie de Jean-Paul Fontaine, donnée en commentaire du billet L’enlumineur et la danse macabre sur le site Le bibliofil :

Pour des références plus récentes que celles du XIXe siècle, on peut rappeler les travaux de Marie-Dominique Leclerc (Université Reims Champagne-Ardenne) :

– Les « Editions bleues de la Danse macabre : Continuité et rupture », in Actes du dixième Congrès international sur les Danses macabres (Vendôme, 6-10 septembre 2000), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2000, pages 93 à 110.

– Danser la Mort – Autour des Danses macabres troyennes – Catalogue de l’exposition, in La Vie en Champagne, nouvelle série, n°26, avril-juin 2001, pages 4 à 24 (en collaboration avec Danielle Quéruel et Alain Robert).

– Le Macabre des Calendriers des bergers, in Actes du 11e Congrès international sur les Danses macabres (Rouen, 1-5 octobre 2003), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2003, pages 107 à 133.

– Danser avec la mort – Catalogue de l’exposition de Lyon, Lyon, Musée de l’imprimerie, 2004, 32 pages (en collaboration avec Danielle Quéruel et Alain Robert).

– Quand la Mort s’en va danser dans les almanachs, in Actes du 12e Congrès international sur les Danses macabres (Gand, 21-24 septembre 2005), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2005, t. 1, pages 17 à 30.

Sur Jean-Paul Fontaine, voir entre autres Le blog du bibliophile et les Editions des Cendres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (1) Quelques pistes

(Dernière mise à jour : 29/02/2012)

Aux temps lointains où je préparais le CAFB option livre ancien, un de mes outils de travail et d’étude était l’ouvrage de Mireille Védrine, 200 références pour le livre ancien : du manuscrit à 1900, qui en était alors à sa 2e édition revue et augmentée par Caroline Durand et Pierre Guinard (Villeurbanne, École nationale supérieure de bibliothécaires, 1990). Continuer la lecture de Références pour le livre ancien (1) Quelques pistes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De l’horrible danger de la lecture

Cette chronique est consacrée à ce vice impuni (?), la lecture. Elle doit son nom à un texte satirique de 1765, dans lequel Voltaitre s’en prend à l’intolérance religieuse et à la censure obscurantiste. Il n’est pas très difficile à trouver sur internet : Continuer la lecture de De l’horrible danger de la lecture

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les reliures anciennes de la bibliothèque Sainte-Geneviève

Un article paru dans Arabesques n°56, p.16-17,  signale une nouvelle base consacrée aux reliures par la bibliothèque Saint-Geneviève. Cet établissement y donne accès à 400 reliures conservées dans ses collections. Il s’agit de reliures estampées à froid exécutées entre le XIIe et le XVIIIe siècle.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Songe de Poliphile

Dans une vie antérieure, au début des années 1990, quand j’étais étudiant d’histoire, j’ai beaucoup fréquenté le fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence. Je préparais alors un DEA d’histoire qui portait notamment sur l’impressionnante collection du marquis de Méjanes, bibliophile – voire même bibliomane – de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Continuer la lecture de Le Songe de Poliphile

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bertrand Galimard Flavigny, le bibliologue

Connaissez-vous Bertrand Galimard Flavigny ?

Je l’ai d’abord découvert par les chroniques sur la bibliophilie qu’il tient régulièrement dans un périodique juridique, les Petites affiches. Comme notre bibliothèque est abonnée au Figaro, j’ai pu lire, entre 2002 et 2006 sa chronique hebdomadaire intitulée « Bibliofolie » dans le supplément littéraire de ce quotidien. Continuer la lecture de Bertrand Galimard Flavigny, le bibliologue

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts