Archives de catégorie : Penser/classer

Classifications médicales en bibliothèques universitaires : la classification NLM et les autres

Dans la chronique que j’ai consacrée voici un peu plus de deux ans aux instructions de 1962,  vous avez pu constater que lesdites instructions excluaient les bibliothèques de médecine de leur champs d’action. Et il est vrai que ces dernières conservent encore aujourd’hui comme hier une spécificité propre dans leur cadre de classement tant en magasin qu’en libre-accès. Continuer la lecture de Classifications médicales en bibliothèques universitaires : la classification NLM et les autres

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un héritage des instructions de 1962 : les divisions spécialisées utilisées pour le classement des ouvrages

Tableau des divisions spécialiséesCertains collègues se demandent parfois pourquoi les ouvrages rangés dans certains magasins(1) des bibliothèques universitaires le sont selon des lettres majuscules de l’alphabet et à quoi correspondent ces dernières.

Pour répondre à cette double question, je vous invite

à consulter le tableau ci-dessus, qui donnent le cadre de classement en divisions spécialisées établi par les instructions de 1962(2) ;

à parcourir les 3 documents suivants qui vous donnerons plus de précisions sur lesdites instructions.

Je vous préviens, c’est assez rébarbatif, mais si le sujet vous intéresse…

Instructions concernant les nouvelles sections et les sections transférées des bibliothèques des universités (à l’exclusion des sections « Médecine»). Bulletin des bibliothèques de France, n° 8, 1962

Daumas, Alban. Les bibliothèques universitaires. Bulletin des bibliothèques de France, n° 7, 1973

Sansen, Jean-Raoul. L’accès aux documents dans les bibliothèques universitaires. Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 1988

_______________

(1) En bibliothécais, cela signifie en accès indirect.

(2) Ces mêmes instructions ont imposé, pour classer les ouvrages en libre accès, la CDU (classification décimale universelle), cette dernière ayant été abandonnée progressivement au profit de la classification décimale Dewey à partir de 1988 à la suite d’autres instructions…

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sérendipité, suite…

serendipiteVoici bientôt trois ans, j’ai déjà eu l’occasion de vous proposer une chronique sur la sérendipité. Or voici qu’en parcourant le Livres hebdo n° 976 du 29 novembre dernier, j’ai trouvé l’avant-critique d’un ouvrage de Sylvie Catellin à paraître au Seuil le 9 janvier 2014, Sérendipité : du conte au concept. 

L’auteur est spécialiste du sujet : un de ses cours  à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines s’intitule « Histoire du mot et de l’idée de sérendipité », son Habilitation à Diriger des Recherches soutenue en septembre dernier est une « Enquête sur la sérendipité : genèse d’un concept » et elle a également écrit plusieurs articles et contributions sur ce sujet.

– « Sérendipité et réflexivité », Alliage (Culture, Science, Technique), n° 70, juillet 2012, p. 74-84.

– « De la transmission du récit millénaire à la transmission des modalités de la découverte sérendipienne : l’effet de suspens chez Verville et Voltaire », dans La Sérendipité. Le hasard heureux, D. Bourcier et P. van Andel (dir.), actes du Colloque de Cerisy « La sérendipité dans les sciences, les arts et la décision », Paris, Hermann, 2011, pp. 19-29.-« Raisonner. La gestion de l’inattendu », in Jacques Perriault (dir.), Éducation et nouvelles technologies. Théorie et pratiques, Paris, Nathan Université, 2002, pp. 43-50.

-« Sérendipité, abduction et recherche sur Internet », actes du XIIe Congrès national des sciences de l’information et de la communication, Émergences et continuité dans les recherches en information et communication, Paris-Unesco, 2001, pp. 361-367.

– « La Sérendipité », Pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, Bulletin de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, 25, Automne-Hiver 2003, p. 27-32.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Encyclopédie est sur Wikisource !

Encore un message de ma collègue Darya, vous savez, celle qui m’a déjà signalé The Public Domain Review, divers sites de musique libres et Romaine lubrique, le site qui enlace le domaine public. Aujourd’hui, il est question de la fameuse Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert. Mais lisez plutôt :

Bonjour Jean,

Olivier Ertzscheid, chercheur en sciences de l’information et de la communication, vient de poster un billet passionnant, comme à son habitude, sur l’inclusion de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert dans Wikisource.

J’en cite un extrait : « En arrivant sur cette version, on est saisi de l’ampleur du manque : celui du volume, de la somme, de la linéarité. Vient alors un second saisissement : celui du gain, de l’addition, de l’hypertextualité. Consultable, navigable, éditable, copiable parce que copiée et recopiée, et pour cela partageable, appropriable. »

Voici le lien vers l’article du blog : http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2013/11/dideropedia-et-dalemberpedie.html

et celui de Wikisource : http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Encyclop%C3%A9die

L’Encyclopédie est, bien entendu, présente de longue date sur Gallica, mais la BNF ajoute une couche de droit sur les œuvres du domaine public qu’elle numérise (certaines personnes qualifient d’ailleurs ces pratiques de « copyfraud »), limitant ainsi leur réutilisation et leur appropriation par le plus grand nombre. Alors que Wikipédia est placée la licence Creative Commons BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr).

Vive la culture libre !

Darya

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sérendipité

Lu dans Livres hebdo, n° 849, 21 janvier 2011

A Rennes, des lecteurs regrettent leur bibliothèque.

« Sous couvert d’études sociologiques attestant la défection des bibliothèques municipales, nous subissons dans notre quartier rennais une amputation « vitale » qui nous condamne à ne plus amener aussi librement ni nous-mêmes ni nos enfants aux joies de la sérendipité… »

La quoi ? Sérendipité. Vite, mon dico. Rien dans le Robert. Idem dans le Larousse. Par contre, dès que je tape dans Google, ce n’est pas le vide, mais le trop plein. Ce mot, apparu au XVIIIe siècle a déjà une longue existence dans le monde anglo-saxon (serendipity), alors que les lexicographes français semblent tarder à l’adopter.

La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Ce concept discuté est, en particulier, utilisé en recherche scientifique.

Extrait de l’article de Wikipédia

Le site Intelligence créative propose plusieurs autres définitions, à commencer par celle de Horace Walpole, inventeur du mot en 1754, défintion qui me semble, ô combien correspondre à ce qu’est une recherche sur internet, au fil des rayons d’une bibliothèque, dans un catalogue ou un dictionnaire :

Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la recherche de quelque chose d’autre (accident and sagacity while in pursuit of something else).

Ledit Walpole se serait inspiré d’un conte persan,  Voyages et aventures des trois princes de Serendip, paru à Venise deux siècles plus tôt.

Je signalerai encore trois articles qui me semblent bien faits sur le sujet :

  • Le premier, daté du 19 juillet 2009 sur Internetactu, est de Rémi Sussan qui s’intéresse particulièrement à un ouvrage  Pek van Andel, chercheur en sciences médicales à l’université de Groningue, et Danièle Bourcier, directrice de recherche en sciences sociales au CNRS, De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit : Leçons de l’inattendu, paru chez L’Act Mem. Voir aussi sur le même site un article de Xavier de la Porte daté du 20 décembre 2010.

  • Le deuxième, daté du 1er février 2005 sur Automates intelligents, est aussi signé par ce même Pek van Andel.

  • Le troisième, daté du daté du 27 novembe 2009 sur le site Les devenirs de la philosophie à Paris 8 est de Anthony Le Cazals.

Sans doute la plupart d’entre vous connaissaient-ils déjà ce mot, mais en ce qui me concerne, j’ai appris quelque chose, et cela par une découverte et une interrogation de hasard. Mais n’est-ce pas là une des formes de la sérendipité ?

(Dernière mise à jour : 9 mars 2011)

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les bandes dessinées

Ce billet résulte de la fusion et de la mise à jour de deux messages que j’avais adressés à biblio.fr lors d’un intéressant débat sur ce sujet entre le 13 février et le 6 avril 2007. Il y aura sans doute des améliorations à apporter…

Une distinction fictions/documentaires

Les bd « témoignages documentaires », nombreuses depuis quelques années (voir la chronique Bandes dessinées et sciences humaines)

Les autobiographies (le Journal de Naud et sur un mode plus fantasmatique L’ascension du Haut Mal de David B)

Les reportages (Le photographe, d’Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre ;  Rural, d’Etienne Davodeau ; les reportages-bédés de XXI)

Les essais (Dol, de Philippe Squarzoni)

Les bd de fiction, les plus nombreuses traditionnellement

Au sein des fictions, plusieurs critères de distinction sont possibles et peuvent être croisés pour créer autant de sous catégories qu’il semblera nécessaire :

Le « ton » de l’ouvrage avec la distinction entre une bd à dominante humoristique et celle qui ne l’est pas

Le public avec la distinction traditionnelle par âge enfants/ados/adultes

L’univers, avec une distinction entre

un monde ordinaire, quotidien avec des personnages plus que des héros (Monsieur Jean ; Tendre banlieue ; Le cahier bleu)

un monde extraordinaire avec des aventures et des héros, qu’il s’agisse d’aventures se déroulant

à notre époque contemporaine (Tintin), qui se déclinent notamment sur le mode de l’enquête policière (Nestor Burma)

dans un autre univers, qu’il s’agisse du passé avec les pirates, les aventures de cap et d’épée, les westerns…, d’un futur plus ou moins lointain (Carmen McCallum ; Sillage), d’uchronies (Empire) ou d’univers décalés (La Nef des fous)

Il faudrait ajouter une catégorie spéciale pour les bd « ésotériques », très en vogue en ce moment (phénomène Da Vinci Code ?), et qui peuvent se dérouler tant dans notre univers contemporain que dans le passé (Le Triangle secret ; INRI) et pour lesquelles Glénat a créé une collection spéciale, La loge noire.

Peut aussi se poser la question de savoir s’il faut classer à part les adaptations d’œuvres littéraires (La recherche du temps perdu ; Ibicus ; L’Amérique de Kafka…) et une certaine « bd d’auteurs ». Et que faire de l’OuBapo ?

Le classement matériel

Au sujet du classement des BD par dessinateurs

Cela à l’avantage de réunir au même endroit les bd d’un dessinateur dont les univers peuvent parfois être très différents. Exemple : Isabelle Dethan avec le « peplum » égyptien Sur les terres d’Horus, l’univers décalé du Roi cyclope et les chroniques autobiographiques et familiales comme Tante Henriette ou Ingrid. J’aurais pu tout aussi bien prendre pour exemple Larcenet, Davodeau.

Cela a quand même un inconvénient. A part les « afficionados », les lecteurs ne connaissent pas toujours le dessinateur ou le scénariste d’une série ou d’un « one shot », mais plutôt le titre de la série et, plus encore, son héros principal, cette dernière remarque valant non seulement pour les enfants, mais aussi de nombreux adultes. Ce n’est donc pas aider ce public que de ranger les bd par dessinateurs ou par scénaristes, à moins de faire les renvois nécessaires physiquement dans les bacs et dans les rayons et pas dans un catalogue que seuls de rares initiés utilisent avec quelque succès.

Au sujet du classement par séries et/ou héros

Et ici apparaît une difficulté, si on choisit de privilégier l’un ou l’autre de ces deux derniers critères. Tout va bien si le titre de la série et le nom du héros sont identiques comme dans la bd jeunesse et humoristique traditionnelle (Astérix, Tintin, Lucky Lucke, Gaston Lagaffe, Spirou, Les Schroumpfs, Achille Talon, Félix le chat, Zig et Puce et j’en passe…) ou pour des séries plus récentes et plus « adultes » n’appartenant pas à ce registre (Carmen McCallum, Travis, Monsieur Mardi Gras des Cendres…).

Cependant, il arrive souvent que le héros d’une série ne soit pas éponyme (Nävis pour Sillage ; Nao pour Aquablue…). Or une partie du public, du moins au début, quand il n’en a lu qu’un album ou qu’il en a simplement entendu parler, une partie du public ne connait souvent que le nom du héros sans se souvenir précisément de celui de la série. Pour de tels cas, des renvois me semblent nécessaires, du héros vers le titre de la série ou inversement selon le choix fait initialement.

D’autre part, des renvois vers les « séries-filles » issues d’une « série-mère » me semblent égalemen utiles si ces séries ne sont pas rangées ensemble (Nävis qui conte la jeunesse de l’héroïne de Sillage ; Carmen+Travis qui conte les aventures communes des deux héros éponymes, les trois séries ayant en commun leur scénariste, mais non le dessinateur ; Code McCallum pour la jeunesse de Carmen…)

Au sujet des formats, des bacs

Cependant, le seul fonds de bd que je « gère » étant mon fonds personnel, je ne veux pas critiquer les choix faits par les collègues bibliothécaires des BM (les bédés sont hélas bien peu présentes en BU…) ayant une réelle expérience professionnelle en la matière. Ils doivent souvent faire intervenir d’autres critères dont je n’ai pas parlé, comme le format, la question du rangement en bacs ou en rayons, etc.

Il s’agit là de réflexions se fondant non sur une expérience professionnelle en BM (je travaille en BU de Droit où les bd manquent désespérément), mais sur mes propres goûts pour la bande-dessinée et de ma fréquentation assidue de librairies spécialisées dans ce type d’ouvrages (je ne parle pas de genre, tous les genres littéraires pouvant être déclinés sur ce support).

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les livres anciens : la classification « Brunet-Parguez-Coulouma »

La classification Brunet, du nom de l’immortel auteur du Manuel du libraire et de l’amateur de livres, m’est un peu familière. Je me souviens l’avoir utilisée pour analyser le contenu de collections provençales du XVIIIe siècle, et notamment de celle du Marquis de Méjanes, du temps où je préparais mon mémoire de DEA sur les Bibliothèques privées en Provence occidentale au siècle des lumières. Mais cela fait bien longtemps : bientôt vingt ans…

Voici qu’un message trouvé dans bibliopat me l’a remise en mémoire :

Bonjour,

la bibliothèque municipale de Senlis vient de mettre à jour la consultation en ligne de son catalogue des fonds anciens.

Outre les accès traditionnels par auteur, titre et titre uniforme, une navigation thématique basée sur la table « Brunet-Parguez-Coulouma »a été mise en place.

La consultation est accessible directement à l’adresse suivante : www.bmsenlis.com/sitebmsenlis/fda/index.php

Au nom du fameux libraire ont été joints ceux de deux éminents bibliothécaires. Voici ce qu’en dit Le guichet du savoir de la bibliothèque municipale de Lyon :

La classification systématique Brunet-Parguez est utilisée pour classer les livres anciens. Il s’agit de la Table du manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, codée en vue de son utilisation sur ordinateur par Guy Parguez, bibliothécaire à la Bibliothèque municipale de Lyon » en 1968.

Note sur le codage de la table de Brunet en vue de son utilisation par ordinateur :

Alors que les bibliothèques universitaires classent en rayons leurs livres d’après le sujet, il serait souhaitable de pouvoir retrouver, au moins en catalogues, les livres anciens traitant une question donnée, autrement dit d’ajouter sur la fiche d’un ouvrage, la ou les notations qui lui reviendraient dans un classement systématique, ce qui permettrait de coder également une bonne partie des vedettes de forme.

Il s’agit de choisir un système qui permette assez facilement de noter certains sujets particulièrement étudiés dans les siècles passés et plutôt mal traités dans les classifications actuelles ; par exemple diverses questions religeuses (Ouvrages concernant les anges et les démons, Traités de Théologie morale, Catéchismes, etc.), scientifiques (Alchimie, Médecine spagirique, Astrologie), historiques (Récits de voyage concernant un pays déterminé), héraldiques, certains sports (jeu de paume etc.), et qui puisse également rendre compte de certaines manières actuelles de concidérer les anciens sujets

Il a semblé que la cinquième édition du Brunet, Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres. Paris, Didot 1865, répondait assez bien à ces préoccupations.

Elisabeth Coulouma a repris cette table dans le Cadre de classement systématique du catalogue des livres anciens imprimés.

Classification Brunet-Parguez parmi les outils et sites internet de références du du Guide méthodologique du SUDOC.

Guy Parguez travaillait à la bibliothèque municipale de Toulouse. Voici ce qui est dit de sa classification dans l’article d’Élisabeth Coulouma et Christian Peligry, « Le fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse », BBF, 1982, n° 12, p. 699-705, disponible sur le site de l’ENSSIB :

Le catalogue systématique utilise le cadre de la table du Manuel du libraire de Brunet, codée par MM. Parguez et Martin. Chaque rubrique est affectée d’un indice numérique et alphabétique, qui pourrait entrer en mémoire dans le cadre de l’automatisation du catalogue collectif des livres anciens. Ce système qui est celui des libraires de l’ancien régime, convient mieux aux fonds anciens et aux livres du XIXe siècle, que les classifications modernes. En cas de doute pour une indexation, on peut toujours se référer au Manuel et à sa table. Mais Brunet ne recense que des « livres » proprement dits, il ne dépouille pas les recueils factices ; on obtient une sorte de macro-documentation. L’intérêt de notre catalogue documentaire est de représenter tout le le fonds ancien, y compris brochures, feuilles volantes, estampes. Ce faisant nous utilisons en définitive ce cadre avec une conscience moderne : en l’absence de « facettes » et de « sous-facettes », nous donnons plusieurs indices à un même ouvrage, l’un analysant la forme, l’autre le contenu général, parfois un 3e ou 4e indice, précisé ou non d’un mot matière ou d’une date, privilégiant un point de vue particulier, ou une partie du document d’intérêt local. En subdivisant peut-être exagérément ce catalogue systématique, nous avons tenté de suppléer l’absence d’un catalogue analytique. Notre projet serait d’adjoindre au catalogue un mode d’emploi sous forme de liste de renvois d’orientation et renvois au fichier auteurs-anonymes, et d’index de mots-clés. Depuis sa rédaction initiale, la Table de Parguez a donc été sensiblement modifiée à Toulouse ; dans le cadre d’un catalogue collectif, si d’autres bibliothèques ou des bibliographes l’utilisaient, il faudrait unifier ou coordonner les pratiques et préciser les interprétations.

Voir aussi ce qui concerne la classification, l’indexation et et les recherches thématiques de l’article suivant : « Recensement des livres anciens des bibliothèques françaises », BBF, 1971, n° 1, p. 1-32, disponible sur le site de l’ENSSIB.

Quant au Manuel de Jacques-Charles Brunet, dont la 1ère édition est de 1810, vous trouverez sur Gallica sa 5e édtion en 6 volumes (1860-1865) et les 2 volumes du supplément (1878-1880). Voir notamment sa table méthodique, contenu dans le tome 6. Celle-ci peut aussi être consultée dans Google livres.

Il faut rappeler que Brunet n’est pas à proprement parler l’inventeur de cette classification en 5 classes (théologie ; jurisprudence ; sciences et arts ; belles lettres ; histoire), mais qu’il repend la classification utilisée par les libraires de Paris au XVIIIe siècle et notamment par Guillaume-François Debure, libraire du quai des Augustins, dans sa Bibliographie instructive, ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers (1763-1768). Vous pouvez la consulter sur Archive.org. C’était une source essentielle pour des bibliophiles des Lumières comme le Marquis de Méjanes qui y avait constamment recours pour ses acquisitions.

 Voir aussi cet article de Bibliomab sur les classifications des livres anciens.

Annexe. Les principales classes de la table « Brunet-Parguez-Coulouma »

1 RELIGION

11 ECRITURE SAINTE

12 LITURGIE

13 CONCILES

14 SAINTS PERES ou Pères de l’Eglise

15 THEOLOGIENS

16 OPINIONS SINGULIERES

17 RELIGION JUDAIQUE

18 RELIGIONS DES PEUPLES ORIENTAUX

19 APPENDICE SUR LA THEOLOGIE

2 – DROIT ET JURISPRUDENCE

20 INTRODUCTION

21 DROIT DE LA NATURE ET DES GENS

22 DROIT POLITIQUE

23 DROIT CIVIL ET DROIT CRIMINEL

24 DROIT CANONIQUE OU ECCLESIASTIQUE

3 – SCIENCES ET ARTS

30 INTRODUCTION, DICTIONNAIRES et MELANGES

31 SCIENCES PHILOSOPHIQUES

32 SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

33 SCIENCES NATURELLES

34 SCIENCES MEDICALES

35 SCIENCES MATHEMATIQUES

36 APPENDICE AUX SCIENCES : SCIENCES OCCULTES

37 ART

38 ARTS MECANIQUES ET METIERS

39 EXERCICES GYMNASTIQUES

4- BELLES-LETTRES

41 LINGUISTIQUES

42 RHETORIQUE

43 POESIE

44 THEATRE, POESIE DRAMATIQUE

45 OEUVRES LITTERAIRES ET FICTION EN PROSE

46 CRITIQUE LITTERAIRE ,  PHILOLOGIE

47 EPISTOLAIRES

48 POLYGRAPHES

49 COLLECTIONS D’OUVRAGES, EXTRAITS et MELANGES

5 – HISTOIRE ET SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

51 PROLEGOMENES HISTORIQUES

52 HISTOIRE UNIVERSELLE ANCIENNE ET MODERNE

53 HISTOIRE DES RELIGIONS ET DES SUPERTITIONS

54 HISTOIRE ANCIENNE

55 HISTOIRE MODERNE

56 SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La classification Aarne-Thompson

Dernière mise à jour : 27 avril 2011

Sur la classification Aarne-Thompson

La classification Aarne-Thompson en deux phrases

La classification Aarne-Thompson est née de la notion de conte-type définie au début du XXe siècle par le Finlandais Antti Aarne pour permettre la classification des nombreux contes collectés au cours du siècle précédent. L’Américain Stith Thompson complète son travail et, avec les éditions successives de The Types of the Folktale depuis 1921, la classification Aarne-Thompson devient internationale et permet d’établir des monographies de contes par comparaison des différentes variantes et d’entrependre des catalogues nationaux,  comme le Catalogue raisonné des contes populaires français de Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze. Continuer la lecture de La classification Aarne-Thompson

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts