Archives de catégorie : Trésors de la langue

La Phytonomatotechnie universelle de Jean-Pierre Bergeret

Phytonomatotechnie universelle, c’est-à-dire l’art de donner aux plantes des noms tirés de leurs caractères : nouveau systême au moyen duquel on peut de soi-même, sans le secours d’aucun livre, nommer toutes les plantes qui croissent sur la surface de notre globe. Que voici un titre long ! La première fois que j’ai vu un exemplaire cet ouvrage de Jean-Pierre Bergeret, c’était il y a plus de vingt ans, quand je terminais mon DEA sur la collection du Marquis de Méjanes tout en préparant le CAFB et le DEUST Métiers du livre. Je fréquentais alors assidûment la bibliothèque Méjanes et c’est lors d’une exposition d’ouvrages du fonds ancien que je fis cette découverte, ainsi que bien d’autres, comme la Myologie de Gautier d’Agoty.

L’auteur

Jean-Pierre Bergeret est un chirurgien féru de botanique. Sur les détails de sa vie, je voue renvoie à sa notice dans Wikipedia ainsi qu’à celles ci-desseous, extraites du premier tome du Dictionnaire de botanique (1876) de Henri-Ernest Baillon et le tome quatre de la Bibliographie universelle (1842) de Louis Gabriel Michaud, toutes deux proposées ci-dessous.

BERGERET (Jean-Pierre). Né le 25 nov. 1751 à Lasseube, dans la généralité d’Auch. On connaît de lui un mémoire sur les Amanites, publié dans le Journal de médecine, en octobre 1783, et surtout sa Phylonomatotechnie universelle (Paris, Didot jeune, 1783-85, 3 vol. in-fol.), où il désignait les plantes sous des noms bizarres, tels, par exemple, que Jyptypjiajeqeiv, nom dont chaque lettre, l’une après l’autre, conduit, par le système de Bergeret, à la connaissance de l’espèce à laquelle appartient la plante qui le porte. La dernière livraison, qui devait contenir la clef du système, n’a pas paru. Les exemplaires les plus complets de la Phylonomatotechnie contiennent 328 planches. [E. F.]

BERGERET (jean-pierre), botaniste, naquit le 25 novembre 1751, à Lasseube, dans la généralité d’Auch. Après avoir suivi les cours de chirurgie et d’anatomie à Bordeaux, il étudia l’histoire naturelle, et vint à Paris, où il s’attacha surtout à perfectionner ses connaissances en botanique. II avait entrepris, en 1776, la description des plantes qui croissent aux environs de Paris; mais, ayant ouvert un cours de botanique, il dut renoncer à ce travail pour préparer ses leçons et se dévouer à l’instruction de ses élèves. 11 acquit, en 1785, une charge de chirurgien de Monsieur ( depuis Louis XVIII). Pendant la révolution, à laquelle d’ailleurs il resta complètement étranger, il reprit l’exercice de la chirurgie, qu’il avait négligée pour la botanique, et s’acquit la réputation d’un praticien habile. Il mourut à Paris, le 28 mars 1813. On connait de lui : 1° Remarques sur l’ouvrage de Paulet, intitulé : Mémoire sur un ordre de champignons qu’on peut appeler coiffés ou bulbeux (dans le Journal de médecine, octobre 1783, t. 60, p. 538) En terminant cet article, Bergeret dit qu’il avait fait un travail plus étendu sur les dix-sept espèces de champignons décrites par Paulet, mais que le docteur Descemet l’avait prévenu. 2° Observations de grossesse extra-utérine ( dans le Journal de médecine par Sedillot, t. 14, p. 288). 3° Phylonomatotechnie universelle, ou l’Art de donner aux plantes des noms tirés de leurs caractères, Paris, Didot jeune, 1783-85, 5 vol. in-fol. Cet art consiste à désigner les caractères des plantes par les lettres de l’alphabet. Si l’on rapporte ensuite ces lettres, on aura un mot à l’aide duquel on pourra déterminer la classe, le genre et l’espèce de la plante inconnue. Cet ouvrage, dont l’exécution est très-remarquable pour l’époque, était annoncé comme ne devant être tiré qu’à deux cents exemplaires. L’auteur l’avait promis en trente livraisons; mais les deux dernières n’ont point paru, non plus que la vingt et unième, qui devait contenir le système de Bergeret. Les exemplaires les plus complets sont composés de trois cent vingt-huit planches en noir ou en couleur, représentant autant de plantes, dont le texte offre la description. Cet ouvrage est maintenant peu recherché, bien que ce soit le plus important de l’auteur.

La Phytonomatotechnie universelle, une phytographie post-linnéenne et une pasigraphie pré-maimieusienne

Comme l’indique les notices ci-dessus, la Phytonomatotechnie universelle est l’ouvrage principal de Jean-Pierre Bergeret. Publié de 1783 et 1785 en 3 volumes in folio chez Didot jeune (Biblioteca Complutense), il comporte de nombreuses planches en couleur (RNM) et s’inscrit dans le domaine de la phytographie, cette partie de la botanique qui traite de la description des plantes. Ce domaine est fort ancien et Alphonse de Candolle en retrace la chronologie dans son ouvrage paru en 1880, La phytographie ou L’art de décrire les végétaux considérés sous différents points de vue (Gallica ; Open Library). Il est surtout postérieur à la Philosophia botanica de Linnée  et cela n’est pas sans importance car, si d’autres systèmes ont été proposés par la suite, ce sera dans le cadre de débats par rapport à celui de l’illustre Suédois :

Jamais traité de botanique n’avait eu  un si grand mérite et aucun n’a influé d’une manière aussi puissante sur le fond et la forme des ouvrages subséquents. La moitié du volume roule sur des questions de nomenclature et de phytographie, résolues ordinairement d’une manière qui était aussi nouvelle que judicieuse.

Alphonse de Candolle

L’originalité de la Phytonomatotechnie est d’être non seulement une phytographie, mais aussi une pasigraphie, (de πᾶς / pâs (« tout ») et γραφή / graphế (« écriture »)), un système de notation universel. Si l’invention de ce terme est attribué à  Joseph de Maimieux en 1797, d’autres systèmes pasigraphiques ont existé auparavant, comme l’ouvrage de Johann Joachim Becher, Character pro notitia linguarum universali (1661). Si une partie des pasigraphies ont un domaine d’application particulier ( navigation pour le code international des signaux maritimes ; bibliothéconomie pour la classification bibliographique décimale Dewey ; botanique pour l’ouvrage de Jean-Pierre Bergeret),  d’autres visent à être.des langues universelles (pasilalie d’Abel Burja ; stœchiophonie de Henri Joseph François Parrat).

Un exemplaire de la clé de la  Phytonomatotechnie est conservé à la Bodleian Library et a même été numérisé. Il s’agit d’un ensemble de 13 tableaux correspondant aux 13 caractéristiques  qui permettent de distinguer chaque plante et correspondent chacune à une lettre du nom de la plante :

  1. fructification
  2. pistil
  3. étamines
  4. corolle
  5. découpures de la corolle
  6. nectars
  7. calice
  8. découpures du calices
  9. enveloppe
  10. péricarpe
  11. loges du péricarpe
  12. semences
  13. réceptacle

Pour voir l'ensemble des tableaux, cliquez sur cet extrait

Un projet concurrent : la Phytographie universelle de l’abbé de Las

En 1783 également, l’abbé de Las publie à Stockholm un ouvrage qui n’est pas sans quelques ressemblances avec celui de Bergeret. Intitulé Phytographie universelle : ou Nouveau Systême de Botanique Fondé sur une Méthode descriptive de toutes les parties de la Fleur ; avec une nouvelle langue antho-phyllographique (Google livres), il débute par cet avertissement

La Phytographie que j’annonce, n’avoit d’abord été conçue que pour satisfaire aux empressemens d’un de mes Confrères, auquel je m’étois proposé de faciliter l’étude de la Botanique , ou pour mieux dire, la connoissance des Plantes. Les applaudissmens qu’elle mérita dans fa naissance , de la part de plusîeurs personnes faites pour l’apprécier , à qui j’en montrai le croquis, m’engagèrent à lui donner plus d’étendue, & à tâcher de le perfectionner pour le rendre digne du public & des amateurs de cette science. Mais sans doute que malgré tant & de si puissans encouragemens , la crainte de la censure des Savans fur cette matière m’en auroit fait retarder l’impression, si M. Bergeret n’eût publié le Prospectus de fa Phytonomatotechnie , avec laquelle mon travail a trop de rapport, pour me mettre à l’abri du reproche de plagiat, en en différant plus longtemps la publication. Mon projet, à quelques changemens près, a été soumis au jugement de MM. Adanfon & De Jussieu, que j’eus occasîon de voir au commencement du mois de Novembre dernier. Je dois à ce dernier Savant le témoignage qu’il a, par ses conseils, contribué à la perfection de mon Ouvrage. Avant cette époque, je l’avois communiqué à M. Buissart, des Académies d’Arras & de Dijon; à M. Brun, Médecin de l’Hôpital Militaire d’Arras, & à M. de Lannoy,  Apothicaire de la même Ville , un des Eleves les plus distingués de M. Lestiboudois , Professeur de Botanique à Lille , & à l’ouvrage duquel il a eu part. Depuis , mon Manufcrit a été remis à M. de la Tourrette, Secretaire perpétuel de l’Académie de Lyon , lequel a bien voulu me donner acte de cette remise, conformément à la délibération de cette Compagnie savante , qui a ordonné que toutes les pages en seroient paraphées avant qu’il me fut rendu. Quoiqu’il me fût facile de citer les témoignages de presque tous les Savans, dont j’ai parlé plus haut, qui presque tous m’ont fait l’honneur de m’écrire qu’ils me permettoient de les appeller en preuve de la connoissance qu’ils ont eu de mon travail , long-temps avant que M. Bergeret publiât le Profpecîus de fa Phytonomatotechnie , je. me contenterai de celui de l’Académie de Lyon, contre lequel je doute que M. Bergeret ose s’élever pour me contester la gloire d’avoir conçu en même temps que lui un projet favorable aux progrès de la Botanique.

___________

Extraits des Regifres de l’Académie des Sciences, Belles Lettres & Arts de Lyon.

Du 7 Janvier 1783.Ce jour le R. P. Le Fevre a présenté à l’Académie & déposé entre les mains du Secretaire perpétuel un Manufcrit de M. l’Abbé de Las, qui contient un Systême de Botanique fondé fur une thode defcriptive de toutes les parties de la Fleur, avec une nouvelle Langue Anthophyllographique dont il donne l’Alphabet. L’Auteur ayant fait demander acte de la présentation de ce Manufcrit, l’Académie y a consenti, & a chargé le Secretaire d’en parapher chaque feuillet avant de le lui rendre. Je foussigné certifie la copie ci – defllis conforme à l’original. Signé, La Tourrette Secretaire perpétuel.

Alors, plagiat ou coïncidence ? J’aurais tendance à croire qu’un tel projet était dans l’air du temps. Les exemples ne manquent pas de découvertes résultant des recherches parallèles de deux inventeurs différents : calcul infinitésimal avec Newton et Leibniz ; évolution des espèces  avec Darwin et Wallace ; ampoule électrique avec Edison et Swan. D’ailleurs, quoi qu’en dise l’abbé de Las, son système basé sur une langue anthographique et une langue phyllographique semble assez différent de celui de Bergeret, Mais de cela, je vous laisse juges…

Pour aller plus loin sur ce sujet

Andrew Polaszek, Systema Naturae 250 – The Linnaean Ark, 2010, partiellement disponible sur Google livres

Sara 
Scharf,« Multiple Independent Inventionsofa Nonfunctional Technology. Combinatorial Descriptive Names in Botany, 1640-1830 », Spontaneous Generations, vol 2 no 1 (2008), p. 145-184

D’autre part, j’ignore si les actes du colloque Les mots et les choses au XVIIIe siècle : la science, langue bien faite ? (Lyon, 2007) ont été publiés, mais son programme me semble avoir été fort intéressant sur ces questions de nomenclatures.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sérendipité, suite…

serendipiteVoici bientôt trois ans, j’ai déjà eu l’occasion de vous proposer une chronique sur la sérendipité. Or voici qu’en parcourant le Livres hebdo n° 976 du 29 novembre dernier, j’ai trouvé l’avant-critique d’un ouvrage de Sylvie Catellin à paraître au Seuil le 9 janvier 2014, Sérendipité : du conte au concept. 

L’auteur est spécialiste du sujet : un de ses cours  à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines s’intitule « Histoire du mot et de l’idée de sérendipité », son Habilitation à Diriger des Recherches soutenue en septembre dernier est une « Enquête sur la sérendipité : genèse d’un concept » et elle a également écrit plusieurs articles et contributions sur ce sujet.

– « Sérendipité et réflexivité », Alliage (Culture, Science, Technique), n° 70, juillet 2012, p. 74-84.

– « De la transmission du récit millénaire à la transmission des modalités de la découverte sérendipienne : l’effet de suspens chez Verville et Voltaire », dans La Sérendipité. Le hasard heureux, D. Bourcier et P. van Andel (dir.), actes du Colloque de Cerisy « La sérendipité dans les sciences, les arts et la décision », Paris, Hermann, 2011, pp. 19-29.-« Raisonner. La gestion de l’inattendu », in Jacques Perriault (dir.), Éducation et nouvelles technologies. Théorie et pratiques, Paris, Nathan Université, 2002, pp. 43-50.

-« Sérendipité, abduction et recherche sur Internet », actes du XIIe Congrès national des sciences de l’information et de la communication, Émergences et continuité dans les recherches en information et communication, Paris-Unesco, 2001, pp. 361-367.

– « La Sérendipité », Pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, Bulletin de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, 25, Automne-Hiver 2003, p. 27-32.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jacob Matthys, un philologue dans l’Unterwald

En janvier dernier, je vous ai présenté les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat. Parmi celles-ci se trouve sa Stoechiophonie ou la langue simplifiée dont les éditions allemande et française de 1861 ont pour préfacier un certain Jacob Matthys.

J’ai par curiosité cherché qui était ce personnage et je pense l’avoir découvert sur Wikisource où est reproduit un article de Max Buchon paru en 1854 dans le tome 7 de la Revue des Deux Mondes : « Un philologue dans l’Unterwald ». Ce dernier, chapelain de son état, me semble bien être le Jacob Matthys recherché, un de ses correspondants étant un M. Parrot (sic) … un orientaliste remarquable, conseiller d’état du canton de Berne. Cet article a été repris en néerlandais dans le volume de Het Leskabinet de 1855.

Je vous  laisse découvrir qui était ce modeste savant fort doué pour des langues parfois bien exotiques (hébreu, chinois, sanscrit, malais)… tout au moins à l’écrit, car il prétend ne savoir que

 regarder les langues comme un niais.

L’expression est jolie, n’est-ce pas ?

Outre l’article, ci-dessus, voici ses notices biographique dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, tome 10 (1873) et tome 17 (2e supplément) (1890). Voir aussi celle du Dictionnaire historique de la Suisse.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen, canton d’Unterwalden, en 1802. A seize ans il ne savait pas encore lire. Il apprit seul la lecture, l’écriture et le calcul et se loua, comme garçon de ferme, dans un établissement agricole de la Bavière. Vers 1825, grâce à la charité de quelques personnes, il put faire les études nécessaires pour entrer dans les ordres, il alla étudier à Soleure, puis à Fribourg, et, ordonné prêtre en 1831, il reçut la cure de Nieder-Rickenbach, qu’il abandonna eu 1845 pour celle de Thalwyl, dans le canton d’Unterwalden. Seul et sans la direction d’un maître, M. Matthys parvint à apprendre presque toutes les langues littéraires. Une grammaire et un dictionnaire, quelquefois même un seul de ces deux ouvrages, lui suffisaient pour apprendre une langue au point, non-seulement de la traduire, mais encore de l’écrire assez purement. En 1854, il fut constaté qu’il savait le latin, l’espagnol, le portugais, l’italien, l’anglais, le français, le grec ancien et moderne, l’arabe, l’hébreu, le malais, le sanscrit et le chinois. L’abbé des bénédictins d’Engelbert, frappé de ces dispositions étonnantes pour l’étude des langues, proposa à M. Matthys de le recommander au pape pour obtenir son entrée chez les frères de la Propagande mais le modeste philologue refusa, pour ne pas quitter ses montagnes et ses chères ouailles. Depuis, sa renommée s’est répandue, et un grand nombre de savants suisses ou anglais ont fourni à ce moderne Mezzofanti les moyens de continuer une étude dans laquelle il a apporté tant d’intelligence et de patience. Aujourd’hui, c’est un polyglotte des plus distingués.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen en 1802. Il est mort à Paris le 1er novembre 1873.

Mise à jour du 20 juin 2016

J’ai trouvé l’ouvrage suivant :

Iso Baumer.  Jakob Joseph Matthys : Priester – Sprachenkenner – Dialektologe , 1985. 1 vol. (VIII, 296 p.) (Beiträgen zur Geschichte Nidwaldens 42). Contient le texte de l’autobiographie (p. 141-219) et Kleine Grammatik des Nidwaldner Dialekts (p. 221-282).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Felix qui potuit rerum cognoscere causas…

Felix qui potuit rerum cognoscere causas,
Atque metus omnes et inexorabile fatum
Subjecit pedibus, streptitumque Acheronis avari.

 Ces quelques vers, extraits du livre II des Géorgiques de Virgile, figurent à la fin du dernier chapitre du Traité des Trois imposteurs Il n’est pas rare de les voir cités dans des textes d’auteurs aussi divers que Voltaire et Monseigneur Dupanloup, du temps où les humanités classiques étaient encore dominantes et respectées.

Je voudrais simplement vous proposer ici quelques unes des traductions qui en ont été données aux cours des trois derniers siècles. Comme vous le constaterez, elles ont plutôt gagné en sobriété. 

Celle de l’abbé Jacques Delille (1738-1823), disponible sur Remacle :

Heureux le sage, instruit des lois de la nature,
Qui du vaste univers embrasse la structure,
Qui dompte et foule aux pieds d’importunes erreurs,
Le sort inexorable et les fausses terreurs ;
Qui regarde en pitié les fables du Ténare,
Et s’endort au vain bruit de l’Achéron avare !

Celle Louis-Étienne Héricart de Thury, figurant  parmi les inscriptions des catacombes et reprise dans l’ouvrage de Xavier Ramette et Gilles Thomas, Inscriptions des catacombes de Paris: Arrête ! C’est ici l’empire de la mort :

Heureux celui qui, remontant à la source des choses, s’est défait de toute crainte, qui se rit du destin, et qui – sous ses pieds – à mis les frayeurs de l’insatiable Achéron.

Celle d’Auguste Sommer parue en 1853 et disponible sur le site de Latin, grec, juxta :

Heureux celui qui peut connaître les premières causes des choses ! Heureux celui qui a mis sous ses pieds les vaines terreurs des mortels, l’inexorable Destin et le bruit de l’avare Achéron !

Celle Maurice Rat, parue en 1932 et disponible sur Remacle, Itinera electronica et Bibliotheca classica selecta :

Heureux qui a pu connaître les causes des choses et qui a mis sous ses pieds toutes les craintes, et l’inexorable destin, et le bruit de l’avare Achéron !

Celle de M.T. figurant sur le site de l’académie de Nancy-Metz :

Heureux qui a su connaître les lois des choses,  terrasser toutes les peurs, l’intraitable destin, le tapage de l’Achéron vorace !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Gaston Couté

Gaston-CouteHier, lors d’une discussion avec des amis sur les expressions populaires, Gaston Couté a été évoqué. J’avoue ne pas savoir grand chose de ce chansonnier montmartois originaire de Meung. Alors, ce matin, je suis parti en quête de plus d’informations que j’ai rapidement trouvées sur le site fort bien fait qui lui est consacré. Vous pourrez y  lire ou y écouter ses œuvres chantées par ses nombreux interprètes. Elles ont été publiées en 1977 en cinq volumes par Le Vent du ch’min avec un Glossaire des mots et expressions employés par Gaston Couté.

Grainedanar

Ce poète réaliste proche des anarchistes – il collabore aux revues La Barricade et La Guerre socialevaut la peine d’être redécouvert. A ce propos, je note la réédition en 2006 aux Editions libertaires d’un ouvrage de Pierre Valentin Berthier, Gaston Couté, la vérité et la légende dans la collection « Graine d »anar ».

En 2011, c’était le centenaire de sa mort à Paris à l’âge de 31 ans. Un itinéraire Gaston Couté a été créé et traverse la région Centre en souvenir de la grande balade faite par le poète et son ami Maurice Lucas à la fin de l’été 1899 depuis Le Bardon dans l’Orléanais, à Gargilesse dans le Berry.

Bibliographie disponible sur Wikipédia.et sur Les poètes.net.

Chansons de Gaston Couté par divers chanteurs accessibles sur Youtube ou sur Dailymotion.

Voir aussi le site Du temps des cerises aux feuilles mortes, Oulala.net etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Compter en chinois… et en français

(Dernière mise à jour : 20 octobre 2014)

Dans une chronique précédente, nous avons pu voir comment selon les époques et les pays les hommes ont pu compter avec les doigts de la main. J’y abordais notamment le cas de la Chine. Je voudrais revenir ici sur la manière de compter des Chinois et notamment la dénomination des nombres en  mandarin standard.

Une leçon du site Chine nouvelle vous permet d’apprendre à compter de 1 à 100 000 000 en utilisant 15 caractères correspondant à autant de mots différents représentés ci-dessous sous leur forme simplifié et leur forme traditionnelle. Voir aussi l’article « Numération chinoise » de Wikipédia.

数字 shùzì : nombres

0 〇 /  零  líng  
1  一 / 壹  yī 幺 (yāo), pour les numéros de téléphone, et autres énumérations de chiffres
2  二 / 贰  èr 兩 (liǎng)
3 三 / 叁  sān  參
4 四 / 肆  sì  
5  五 / 伍  wǔ  
6  六 / 陆  liù  
7  七 / 柒  qī  
8  八 / 捌  bā  
9  九 / 玖  jiǔ  
10   十 / 拾  shí  11 s’écrit 十一 (shíyī = 10+1) ; 12, 十二 (shí’èr = 10+2) …
       20 s’écrit 二十 (èrshí = 2×10) ou 廿 (niàn)
       30 s’écrit 三十 (sānshí = 3×10) ou 卅 (sà)
       40 s’écrit  四十 (sìshí = 4×10) ou 卌 (xì)
       50 s’écrit 五十 (wǔshí  5×10) …
100  百 / 佰  bǎi 100 s’écrit 一百  (yībǎi = 1×100)
1 000  千 / 仟  qiān  1.000 s’écrit 一千 (yī qiān = 1×1.000)
10 000  万  wàn 10.000 s’écrit  一万 (yī wàn = 1×10.000)
      1.000.000 s’écrit 一百 万 (yī bǎi wàn = 1x100x10.000)
100 000 000 亿  yì 100.000 .000 一亿 (yī yì = 1×100.000.000

Quelques précisions :

Les formes obsolètes suivantes : 弌  pour 1  ; 弍 pour 2 ; 弎 pour 3

Un caractère se rapportant à une unité placé avant le caractère 十 (10),  百 (100), 千 (1.000), 万 (10.000) ou 亿 (100.000.000) le multiplie, alors que lorsqu’il est placé après, il s’y ajoute.  Exemple : 三百四十五 = (3×100)+(4×10)+5 =345

〇 /  零 (líng = zéro) est utilisé à chaque fois qu’une ou plusieurs puissances de 10 manquent. Exemple : 一千三百零二 pour 1302

二 / 贰 (èr) est utilisé pour l’énumération. La variante pour 2  兩 (liǎng) est utilisée pour qualifier un nom et généralement devant les classificateurs, comme par exemple 個/个(ge) et 本 (běn) dans les deux exemples suivants : 两个人 (liǎng ge rén = deux personnes) et 兩本書 (liǎng běn shū = deux livres).

D’autre part, la règle veut que l’on place 二 er devant 十 shi et  两 liang devant 万 wan, 千 qian et 百 bai. Cependant, si à Taiwan, la règle est respectée, en Chine, il est fréquent que l’on trouve 二 er devant 万 wan, 千 quian et 百 bai…

Les variantes pour 20 廿 (niàn), 30 卅 (sà) et 40 卌 (xì) sont utilisés surtout pour les calendrier…

 Vous trouverez plus d’information sur ce sujet dans le chapitre que Georges Ifrah a consacré aux « chiffres de la civilisations chinoise » (Histoire universelle des chiffres, vol.1, ch.21, p.623-692) et dans un article de Charles Stafford (« Langage et apprentissage des nombres en Chine et à Taïwan », Terrain, numero-40 – Enfant et apprentissage, mars 2003) où vous pourrez lire notamment :

Les spécialistes de la cognition numérique ont été fascinés par une caractéristique très spécifique du langage chinois : le système de composition des mots permettant de compter. Ce système est aujourd’hui régulièrement cité comme une illustration frappante de la façon dont une forme culturelle peut – ici positivement – influer sur la cognition numérique (par exemple Butterworth 1999 : 129-134 ; Dehaene 1999 : 102-106 ; Geary 1994). En bref, les mots du comptage chinois suivent une logique strictement décimale. C’est aussi le cas d’autres langues est-asiatiques comme le japonais, qui sont dérivées du chinois classique, mais ce n’est pas celui du français ou de l’anglais par exemple. Les enfants qui apprennent à compter en France (ou en Angleterre) ont des problèmes avec des termes étranges comme « onze » et « douze » et « vingt ». Je dis « étranges » parce que leur formation logique est rien moins qu’évidente. Nul enfant n’est supposé deviner – à partir du mot lui-même – que « onze » signifie dix plus un. En chinois, au contraire, onze se dit « dix-un » (shi-yi), douze « dix-deux » (shi-er), et vingt « deux-dix » (er-shi), etc. Ces termes sont faciles à apprendre (dans la mesure où ils recombinent des chiffres déjà connus) et ils correspondent exactement à la logique décimale sur laquelle est basé notre système de notation de la position numérique, aidant ainsi les enfants à le comprendre.

On pourrait supposer qu’ils n’en tirent, en terme d’apprentissage, qu’un avantage relativement mineur, mais des études ont, à maintes reprises, montré qu’il n’en était rien. Comme conclut Geary, grâce à la cohérence des nombres est-asiatiques, les enfants semblent « faire moins d’erreurs de comptage, comprendre les concepts de calcul et de nombre à un âge plus précoce, faire moins d’erreurs dans la résolution des problèmes d’arithmétique, et comprendre les concepts arithmétiques de base – tels qu’ils sont par exemple utilisés dans le commerce, comme la position numérique – bien plus jeunes que leurs homologues américains ou européens » (Geary 1994 : 244 ; voir aussi Fuson & Kwon 1992 ; Miller et al. 1995).

De fait, en français hexagonal, il ne faut pas moins de 25 mots (26 si nous comptons et de vingt-et-un, trente-et-un…) et 3 de plus (septante ; huitante ou octante ; nonante) en Suisse romande ou en Wallonie pour compter jusqu’au million, ce qui fait quand même au moins 10 de plus qu’en chinois :

0 zéro  
1 un  
2 deux  
3 trois  
4 quatre  
5 cinq  
6 six  
7 sept  
8 huit  
9 neuf  
10 dix le mot dix sert aussi dans la dénomination des nombres 18 (dix-huit), 19 (dix-neuf), 70 (soixante-dix) et 90 (quatre-vingt-dix) et leurs composés
11 onze  
12 douze  
13 treize  
14 quatorze  
15 quinze  
16 seize  
20 vingt le mot vingt sert aussi dans la dénomination des nombres 80(quatre-vingt) et 90 (quatre-vingt-dix) et leurs composés
30 trente  
40 quarante  
50 cinquante  
60 soixante le mot soixante sert aussi dans la dénomination des nombres 70 (soixante-dix) et ses composés
70 septante

informations sur ces dénominations accessibles sur les sites Académie française,   Au domicile des mots dits et écrits, Diconombre

80 huitante octante
90 nonante
100 cent  
1.000 mille  
1.000.000 million  

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat

(Dernière mise à jour : 21 octobre 2016)

Août 1993. Au premier étage de la maison familiale, je me plonge dans la grande armoire bourrée de livres anciens. Je viens d’obtenir le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire et mon intention est alors d’épousseter ces trésors du patrimoine imprimé, de cirer leurs reliures du XVIIe et du XVIIIe siècles et de les cataloguer selon les normes récemment apprises. Ce zèle ne dure pas longtemps. Tel livre entrouvert m’invite à la lecture, tel autre feuilleté à la contemplation de ses gravures. Je commence le Quichotte de Cervantès dans une « belle infidèle » du XVIIIe siècle, découvre des auteurs dramatiques inconnus des manuels scolaires et parcours des recueils de citations et de lieux communs manuscrits. Continuer la lecture de Les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle : 1815-1914

Je voudrais vous signaler cet ouvrage récent, le premier à paraître d’une série de quatre. J’ai déjà parcouru ce qui concerne les traductions du chinois – cela fera peut-être l’objet d’une future chronique… – et je le trouve vraiment très intéressant sur un aspect important de l’histoire culturelle de notre pays et de ses échanges avec le vaste monde.

A lire et à écouter :

le site de l’éditeur

l’article de Claire Placial sur le carnet Langues de feu

l’entretien sur If verso de Camille Bloomfiel avec Yves Chevrel, coéditeur du livre avec Jean-Yves Masson

les émissions La fabrique de l’histoire du 10 octobre et  Tire ta langue du 14 octobre sur France culture

la quatrième de couverture reproduite ci-dessous :

Depuis une quarantaine d’années, l’intérêt pour la traduction n’a cessé de croître en France, bien au-delà du monde universitaire. Pourtant, les traducteurs restent encore dans l’ombre de l’Histoire, et avec eux, ce fait pourtant incontestable qu’à côté des oeuvres écrites dans une langue, les traductions d’hier et d’aujourd’hui font partie du patrimoine de celle-ci.

Premier à paraître d’un ensemble de quatre volumes qui retraceront l’histoire des traductions en langue française depuis l’invention de l’imprimerie, cet ouvrage s’inscrit dans un ambitieux projet coordonné à l’université Paris-Sorbonne par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, professeurs de littérature comparée. Ni dictionnaire, ni encyclopédie, ni simple compilation de références, il se veut une véritable histoire : celle des oeuvres traduites, des traducteurs et des actes de traduction en langue française, dans tous les domaines où la traduction a joué un rôle, partout où le français a servi de langue de traduction.

Fruit de la collaboration d’une soixantaine de spécialistes qui se sont efforcés de rendre accessibles leurs recherches, ce volume qui traite du dix-neuvième siècle s’ouvre par l’examen de grandes questions d’ensemble (théories de la traduction, statut des traducteurs, place des traductions dans la production éditoriale…) avant de se pencher sur les traductions littéraires, par grands genres (poésie, théâtre, fiction…), et non littéraires, par grands domaines intellectuels (sciences, religions, droit, philosophie…). Le tout s’accompagne d’un index de près de deux mille traducteurs dont le rôle a été très largement méconnu jusqu’ici.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De Cipango au Japon

Voici un poème que j’ai appris en 5e, au milieu des années 70 du siècle dernier :

Les conquérants

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d’un rêve héroique et brutal.

Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango murit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde occidental.

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d’un mirage doré;

Où, penchés à l’avant de blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l’Ocean des étoiles nouvelles.

Jose Maria de Heredia

Et d’où vient Cipango, utilisé notamment Marco Polo pour désigner le Japon  ? Du chinois 日本国 rìběnguó (« pays de la racine du jour »).

Sur les différents noms du Japon, voir Wikipedia et l’Histoire et description générale du Japon de Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1736), disponible sur Google livres.

A noter que Cipango est le titre d’une revue de l’INALCO, consacrée à des études en langue française portant sur le Japon.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Épaminondas : petit inventaire à la Prévert

L’autre jour, je ne sais plus pourquoi, lors d’une conversation avec des collègues, le nom Épaminondas a été prononcé. Il évoquait vaguement pour moi un général grec dont je ne savais plus trop s’il était mythologique ou bien réel. Une rapide recherche sur internet me rappela qu’il s’agit d’un général thébain ayant vécu entre 418 et 362 avant l’ère commune qui libéra sa cité du joug spartiate et assura pour un temps l’hégémonie thébaine en Grèce(1). Sa mort à la bataille de Mantinée a constitué un thème classique des artistes des siècles passés(2). Continuer la lecture de Épaminondas : petit inventaire à la Prévert

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts