Archives de catégorie : Trésors de la langue

Sérendipité, suite…

serendipiteVoici bientôt trois ans, j’ai déjà eu l’occasion de vous proposer une chronique sur la sérendipité. Or voici qu’en parcourant le Livres hebdo n° 976 du 29 novembre dernier, j’ai trouvé l’avant-critique d’un ouvrage de Sylvie Catellin à paraître au Seuil le 9 janvier 2014, Sérendipité : du conte au concept. 

L’auteur est spécialiste du sujet : un de ses cours  à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines s’intitule « Histoire du mot et de l’idée de sérendipité », son Habilitation à Diriger des Recherches soutenue en septembre dernier est une « Enquête sur la sérendipité : genèse d’un concept » et elle a également écrit plusieurs articles et contributions sur ce sujet.

– « Sérendipité et réflexivité », Alliage (Culture, Science, Technique), n° 70, juillet 2012, p. 74-84.

– « De la transmission du récit millénaire à la transmission des modalités de la découverte sérendipienne : l’effet de suspens chez Verville et Voltaire », dans La Sérendipité. Le hasard heureux, D. Bourcier et P. van Andel (dir.), actes du Colloque de Cerisy « La sérendipité dans les sciences, les arts et la décision », Paris, Hermann, 2011, pp. 19-29.-« Raisonner. La gestion de l’inattendu », in Jacques Perriault (dir.), Éducation et nouvelles technologies. Théorie et pratiques, Paris, Nathan Université, 2002, pp. 43-50.

-« Sérendipité, abduction et recherche sur Internet », actes du XIIe Congrès national des sciences de l’information et de la communication, Émergences et continuité dans les recherches en information et communication, Paris-Unesco, 2001, pp. 361-367.

– « La Sérendipité », Pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, Bulletin de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, 25, Automne-Hiver 2003, p. 27-32.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jacob Matthys, un philologue dans l’Unterwald

En janvier dernier, je vous ai présenté les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat. Parmi celles-ci se trouve sa Stoechiophonie ou la langue simplifiée dont les éditions allemande et française de 1861 ont pour préfacier un certain Jacob Matthys.

J’ai par curiosité cherché qui était ce personnage et je pense l’avoir découvert sur Wikisource où est reproduit un article de Max Buchon paru en 1854 dans le tome 7 de la Revue des Deux Mondes : « Un philologue dans l’Unterwald ». Ce dernier, chapelain de son état, me semble bien être le Jacob Matthys recherché, un de ses correspondants étant un M. Parrot (sic) … un orientaliste remarquable, conseiller d’état du canton de Berne. Cet article a été repris en néerlandais dans le volume de Het Leskabinet de 1855.

Je vous  laisse découvrir qui était ce modeste savant fort doué pour des langues parfois bien exotiques (hébreu, chinois, sanscrit, malais)… tout au moins à l’écrit, car il prétend ne savoir que

 regarder les langues comme un niais.

L’expression est jolie, n’est-ce pas ?

Outre l’article, ci-dessus, voici ses notices biographique dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, tome 10 (1873) et tome 17 (2e supplément) (1890). Voir aussi celle du Dictionnaire historique de la Suisse.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen, canton d’Unterwalden, en 1802. A seize ans il ne savait pas encore lire. Il apprit seul la lecture, l’écriture et le calcul et se loua, comme garçon de ferme, dans un établissement agricole de la Bavière. Vers 1825, grâce à la charité de quelques personnes, il put faire les études nécessaires pour entrer dans les ordres, il alla étudier à Soleure, puis à Fribourg, et, ordonné prêtre en 1831, il reçut la cure de Nieder-Rickenbach, qu’il abandonna eu 1845 pour celle de Thalwyl, dans le canton d’Unterwalden. Seul et sans la direction d’un maître, M. Matthys parvint à apprendre presque toutes les langues littéraires. Une grammaire et un dictionnaire, quelquefois même un seul de ces deux ouvrages, lui suffisaient pour apprendre une langue au point, non-seulement de la traduire, mais encore de l’écrire assez purement. En 1854, il fut constaté qu’il savait le latin, l’espagnol, le portugais, l’italien, l’anglais, le français, le grec ancien et moderne, l’arabe, l’hébreu, le malais, le sanscrit et le chinois. L’abbé des bénédictins d’Engelbert, frappé de ces dispositions étonnantes pour l’étude des langues, proposa à M. Matthys de le recommander au pape pour obtenir son entrée chez les frères de la Propagande mais le modeste philologue refusa, pour ne pas quitter ses montagnes et ses chères ouailles. Depuis, sa renommée s’est répandue, et un grand nombre de savants suisses ou anglais ont fourni à ce moderne Mezzofanti les moyens de continuer une étude dans laquelle il a apporté tant d’intelligence et de patience. Aujourd’hui, c’est un polyglotte des plus distingués.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen en 1802. Il est mort à Paris le 1er novembre 1873.

Mise à jour du 20 juin 2016

J’ai trouvé l’ouvrage suivant :

Iso Baumer.  Jakob Joseph Matthys : Priester – Sprachenkenner – Dialektologe , 1985. 1 vol. (VIII, 296 p.) (Beiträgen zur Geschichte Nidwaldens 42). Contient le texte de l’autobiographie (p. 141-219) et Kleine Grammatik des Nidwaldner Dialekts (p. 221-282).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Felix qui potuit rerum cognoscere causas…

Felix qui potuit rerum cognoscere causas,
Atque metus omnes et inexorabile fatum
Subjecit pedibus, streptitumque Acheronis avari.

 Ces quelques vers, extraits du livre II des Géorgiques de Virgile, figurent à la fin du dernier chapitre du Traité des Trois imposteurs Il n’est pas rare de les voir cités dans des textes d’auteurs aussi divers que Voltaire et Monseigneur Dupanloup, du temps où les humanités classiques étaient encore dominantes et respectées.

Je voudrais simplement vous proposer ici quelques unes des traductions qui en ont été données aux cours des trois derniers siècles. Comme vous le constaterez, elles ont plutôt gagné en sobriété. 

Celle de l’abbé Jacques Delille (1738-1823), disponible sur Remacle :

Heureux le sage, instruit des lois de la nature,
Qui du vaste univers embrasse la structure,
Qui dompte et foule aux pieds d’importunes erreurs,
Le sort inexorable et les fausses terreurs ;
Qui regarde en pitié les fables du Ténare,
Et s’endort au vain bruit de l’Achéron avare !

Celle Louis-Étienne Héricart de Thury, figurant  parmi les inscriptions des catacombes et reprise dans l’ouvrage de Xavier Ramette et Gilles Thomas, Inscriptions des catacombes de Paris: Arrête ! C’est ici l’empire de la mort :

Heureux celui qui, remontant à la source des choses, s’est défait de toute crainte, qui se rit du destin, et qui – sous ses pieds – à mis les frayeurs de l’insatiable Achéron.

Celle d’Auguste Sommer parue en 1853 et disponible sur le site de Latin, grec, juxta :

Heureux celui qui peut connaître les premières causes des choses ! Heureux celui qui a mis sous ses pieds les vaines terreurs des mortels, l’inexorable Destin et le bruit de l’avare Achéron !

Celle Maurice Rat, parue en 1932 et disponible sur Remacle, Itinera electronica et Bibliotheca classica selecta :

Heureux qui a pu connaître les causes des choses et qui a mis sous ses pieds toutes les craintes, et l’inexorable destin, et le bruit de l’avare Achéron !

Celle de M.T. figurant sur le site de l’académie de Nancy-Metz :

Heureux qui a su connaître les lois des choses,  terrasser toutes les peurs, l’intraitable destin, le tapage de l’Achéron vorace !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Gaston Couté

Gaston-CouteHier, lors d’une discussion avec des amis sur les expressions populaires, Gaston Couté a été évoqué. J’avoue ne pas savoir grand chose de ce chansonnier montmartois originaire de Meung. Alors, ce matin, je suis parti en quête de plus d’informations que j’ai rapidement trouvées sur le site fort bien fait qui lui est consacré. Vous pourrez y  lire ou y écouter ses œuvres chantées par ses nombreux interprètes. Elles ont été publiées en 1977 en cinq volumes par Le Vent du ch’min avec un Glossaire des mots et expressions employés par Gaston Couté.

Grainedanar

Ce poète réaliste proche des anarchistes – il collabore aux revues La Barricade et La Guerre socialevaut la peine d’être redécouvert. A ce propos, je note la réédition en 2006 aux Editions libertaires d’un ouvrage de Pierre Valentin Berthier, Gaston Couté, la vérité et la légende dans la collection « Graine d »anar ».

En 2011, c’était le centenaire de sa mort à Paris à l’âge de 31 ans. Un itinéraire Gaston Couté a été créé et traverse la région Centre en souvenir de la grande balade faite par le poète et son ami Maurice Lucas à la fin de l’été 1899 depuis Le Bardon dans l’Orléanais, à Gargilesse dans le Berry.

Bibliographie disponible sur Wikipédia.et sur Les poètes.net.

Chansons de Gaston Couté par divers chanteurs accessibles sur Youtube ou sur Dailymotion.

Voir aussi le site Du temps des cerises aux feuilles mortes, Oulala.net etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Compter en chinois… et en français

(Dernière mise à jour : 20 octobre 2014)

Dans une chronique précédente, nous avons pu voir comment selon les époques et les pays les hommes ont pu compter avec les doigts de la main. J’y abordais notamment le cas de la Chine. Je voudrais revenir ici sur la manière de compter des Chinois et notamment la dénomination des nombres en  mandarin standard.

Une leçon du site Chine nouvelle vous permet d’apprendre à compter de 1 à 100 000 000 en utilisant 15 caractères correspondant à autant de mots différents représentés ci-dessous sous leur forme simplifié et leur forme traditionnelle. Voir aussi l’article « Numération chinoise » de Wikipédia.

数字 shùzì : nombres

0 〇 /  零  líng  
1  一 / 壹  yī 幺 (yāo), pour les numéros de téléphone, et autres énumérations de chiffres
2  二 / 贰  èr 兩 (liǎng)
3 三 / 叁  sān  參
4 四 / 肆  sì  
5  五 / 伍  wǔ  
6  六 / 陆  liù  
7  七 / 柒  qī  
8  八 / 捌  bā  
9  九 / 玖  jiǔ  
10   十 / 拾  shí  11 s’écrit 十一 (shíyī = 10+1) ; 12, 十二 (shí’èr = 10+2) …
       20 s’écrit 二十 (èrshí = 2×10) ou 廿 (niàn)
       30 s’écrit 三十 (sānshí = 3×10) ou 卅 (sà)
       40 s’écrit  四十 (sìshí = 4×10) ou 卌 (xì)
       50 s’écrit 五十 (wǔshí  5×10) …
100  百 / 佰  bǎi 100 s’écrit 一百  (yībǎi = 1×100)
1 000  千 / 仟  qiān  1.000 s’écrit 一千 (yī qiān = 1×1.000)
10 000  万  wàn 10.000 s’écrit  一万 (yī wàn = 1×10.000)
      1.000.000 s’écrit 一百 万 (yī bǎi wàn = 1x100x10.000)
100 000 000 亿  yì 100.000 .000 一亿 (yī yì = 1×100.000.000

Quelques précisions :

Les formes obsolètes suivantes : 弌  pour 1  ; 弍 pour 2 ; 弎 pour 3

Un caractère se rapportant à une unité placé avant le caractère 十 (10),  百 (100), 千 (1.000), 万 (10.000) ou 亿 (100.000.000) le multiplie, alors que lorsqu’il est placé après, il s’y ajoute.  Exemple : 三百四十五 = (3×100)+(4×10)+5 =345

〇 /  零 (líng = zéro) est utilisé à chaque fois qu’une ou plusieurs puissances de 10 manquent. Exemple : 一千三百零二 pour 1302

二 / 贰 (èr) est utilisé pour l’énumération. La variante pour 2  兩 (liǎng) est utilisée pour qualifier un nom et généralement devant les classificateurs, comme par exemple 個/个(ge) et 本 (běn) dans les deux exemples suivants : 两个人 (liǎng ge rén = deux personnes) et 兩本書 (liǎng běn shū = deux livres).

D’autre part, la règle veut que l’on place 二 er devant 十 shi et  两 liang devant 万 wan, 千 qian et 百 bai. Cependant, si à Taiwan, la règle est respectée, en Chine, il est fréquent que l’on trouve 二 er devant 万 wan, 千 quian et 百 bai…

Les variantes pour 20 廿 (niàn), 30 卅 (sà) et 40 卌 (xì) sont utilisés surtout pour les calendrier…

 Vous trouverez plus d’information sur ce sujet dans le chapitre que Georges Ifrah a consacré aux « chiffres de la civilisations chinoise » (Histoire universelle des chiffres, vol.1, ch.21, p.623-692) et dans un article de Charles Stafford (« Langage et apprentissage des nombres en Chine et à Taïwan », Terrain, numero-40 – Enfant et apprentissage, mars 2003) où vous pourrez lire notamment :

Les spécialistes de la cognition numérique ont été fascinés par une caractéristique très spécifique du langage chinois : le système de composition des mots permettant de compter. Ce système est aujourd’hui régulièrement cité comme une illustration frappante de la façon dont une forme culturelle peut – ici positivement – influer sur la cognition numérique (par exemple Butterworth 1999 : 129-134 ; Dehaene 1999 : 102-106 ; Geary 1994). En bref, les mots du comptage chinois suivent une logique strictement décimale. C’est aussi le cas d’autres langues est-asiatiques comme le japonais, qui sont dérivées du chinois classique, mais ce n’est pas celui du français ou de l’anglais par exemple. Les enfants qui apprennent à compter en France (ou en Angleterre) ont des problèmes avec des termes étranges comme « onze » et « douze » et « vingt ». Je dis « étranges » parce que leur formation logique est rien moins qu’évidente. Nul enfant n’est supposé deviner – à partir du mot lui-même – que « onze » signifie dix plus un. En chinois, au contraire, onze se dit « dix-un » (shi-yi), douze « dix-deux » (shi-er), et vingt « deux-dix » (er-shi), etc. Ces termes sont faciles à apprendre (dans la mesure où ils recombinent des chiffres déjà connus) et ils correspondent exactement à la logique décimale sur laquelle est basé notre système de notation de la position numérique, aidant ainsi les enfants à le comprendre.

On pourrait supposer qu’ils n’en tirent, en terme d’apprentissage, qu’un avantage relativement mineur, mais des études ont, à maintes reprises, montré qu’il n’en était rien. Comme conclut Geary, grâce à la cohérence des nombres est-asiatiques, les enfants semblent « faire moins d’erreurs de comptage, comprendre les concepts de calcul et de nombre à un âge plus précoce, faire moins d’erreurs dans la résolution des problèmes d’arithmétique, et comprendre les concepts arithmétiques de base – tels qu’ils sont par exemple utilisés dans le commerce, comme la position numérique – bien plus jeunes que leurs homologues américains ou européens » (Geary 1994 : 244 ; voir aussi Fuson & Kwon 1992 ; Miller et al. 1995).

De fait, en français hexagonal, il ne faut pas moins de 25 mots (26 si nous comptons et de vingt-et-un, trente-et-un…) et 3 de plus (septante ; huitante ou octante ; nonante) en Suisse romande ou en Wallonie pour compter jusqu’au million, ce qui fait quand même au moins 10 de plus qu’en chinois :

0 zéro  
1 un  
2 deux  
3 trois  
4 quatre  
5 cinq  
6 six  
7 sept  
8 huit  
9 neuf  
10 dix le mot dix sert aussi dans la dénomination des nombres 18 (dix-huit), 19 (dix-neuf), 70 (soixante-dix) et 90 (quatre-vingt-dix) et leurs composés
11 onze  
12 douze  
13 treize  
14 quatorze  
15 quinze  
16 seize  
20 vingt le mot vingt sert aussi dans la dénomination des nombres 80(quatre-vingt) et 90 (quatre-vingt-dix) et leurs composés
30 trente  
40 quarante  
50 cinquante  
60 soixante le mot soixante sert aussi dans la dénomination des nombres 70 (soixante-dix) et ses composés
70 septante

informations sur ces dénominations accessibles sur les sites Académie française,   Au domicile des mots dits et écrits, Diconombre

80 huitante octante
90 nonante
100 cent  
1.000 mille  
1.000.000 million  

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat

(Dernière mise à jour : 21 octobre 2016)

Août 1993. Au premier étage de la maison familiale, je me plonge dans la grande armoire bourrée de livres anciens. Je viens d’obtenir le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire et mon intention est alors d’épousseter ces trésors du patrimoine imprimé, de cirer leurs reliures du XVIIe et du XVIIIe siècles et de les cataloguer selon les normes récemment apprises. Ce zèle ne dure pas longtemps. Tel livre entrouvert m’invite à la lecture, tel autre feuilleté à la contemplation de ses gravures. Je commence le Quichotte de Cervantès dans une « belle infidèle » du XVIIIe siècle, découvre des auteurs dramatiques inconnus des manuels scolaires et parcours des recueils de citations et de lieux communs manuscrits. Continuer la lecture de Les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle : 1815-1914

Je voudrais vous signaler cet ouvrage récent, le premier à paraître d’une série de quatre. J’ai déjà parcouru ce qui concerne les traductions du chinois – cela fera peut-être l’objet d’une future chronique… – et je le trouve vraiment très intéressant sur un aspect important de l’histoire culturelle de notre pays et de ses échanges avec le vaste monde.

A lire et à écouter :

le site de l’éditeur

l’article de Claire Placial sur le carnet Langues de feu

l’entretien sur If verso de Camille Bloomfiel avec Yves Chevrel, coéditeur du livre avec Jean-Yves Masson

les émissions La fabrique de l’histoire du 10 octobre et  Tire ta langue du 14 octobre sur France culture

la quatrième de couverture reproduite ci-dessous :

Depuis une quarantaine d’années, l’intérêt pour la traduction n’a cessé de croître en France, bien au-delà du monde universitaire. Pourtant, les traducteurs restent encore dans l’ombre de l’Histoire, et avec eux, ce fait pourtant incontestable qu’à côté des oeuvres écrites dans une langue, les traductions d’hier et d’aujourd’hui font partie du patrimoine de celle-ci.

Premier à paraître d’un ensemble de quatre volumes qui retraceront l’histoire des traductions en langue française depuis l’invention de l’imprimerie, cet ouvrage s’inscrit dans un ambitieux projet coordonné à l’université Paris-Sorbonne par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, professeurs de littérature comparée. Ni dictionnaire, ni encyclopédie, ni simple compilation de références, il se veut une véritable histoire : celle des oeuvres traduites, des traducteurs et des actes de traduction en langue française, dans tous les domaines où la traduction a joué un rôle, partout où le français a servi de langue de traduction.

Fruit de la collaboration d’une soixantaine de spécialistes qui se sont efforcés de rendre accessibles leurs recherches, ce volume qui traite du dix-neuvième siècle s’ouvre par l’examen de grandes questions d’ensemble (théories de la traduction, statut des traducteurs, place des traductions dans la production éditoriale…) avant de se pencher sur les traductions littéraires, par grands genres (poésie, théâtre, fiction…), et non littéraires, par grands domaines intellectuels (sciences, religions, droit, philosophie…). Le tout s’accompagne d’un index de près de deux mille traducteurs dont le rôle a été très largement méconnu jusqu’ici.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De Cipango au Japon

Voici un poème que j’ai appris en 5e, au milieu des années 70 du siècle dernier :

Les conquérants

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d’un rêve héroique et brutal.

Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango murit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde occidental.

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d’un mirage doré;

Où, penchés à l’avant de blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l’Ocean des étoiles nouvelles.

Jose Maria de Heredia

Et d’où vient Cipango, utilisé notamment Marco Polo pour désigner le Japon  ? Du chinois 日本国 rìběnguó (« pays de la racine du jour »).

Sur les différents noms du Japon, voir Wikipedia et l’Histoire et description générale du Japon de Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1736), disponible sur Google livres.

A noter que Cipango est le titre d’une revue de l’INALCO, consacrée à des études en langue française portant sur le Japon.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Épaminondas : petit inventaire à la Prévert

L’autre jour, je ne sais plus pourquoi, lors d’une conversation avec des collègues, le nom Épaminondas a été prononcé. Il évoquait vaguement pour moi un général grec dont je ne savais plus trop s’il était mythologique ou bien réel. Une rapide recherche sur internet me rappela qu’il s’agit d’un général thébain ayant vécu entre 418 et 362 avant l’ère commune qui libéra sa cité du joug spartiate et assura pour un temps l’hégémonie thébaine en Grèce(1). Sa mort à la bataille de Mantinée a constitué un thème classique des artistes des siècles passés(2). Continuer la lecture de Épaminondas : petit inventaire à la Prévert

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)

(Dernière mise à jour : 12 mars 2016)

Mulan 木兰 (Magnolia) ou Hua Mulan 花木兰 (Fleur de magnolia) est l’héroïne d’une histoire bien connue en Chine. Digne exemple de piété filiale, elle s’était déguisée en homme pour remplacer son vieux père, servit pendant douze ans dans l’armée des rois Wei au temps de l’empereur Taiwudi ou Tuoba Tao (408–452) et devint général. Cependant, à la fin de la guerre, elle ne demanda rien de plus qu’un cheval (ou un chameau selon les versions) pour regagner le foyer paternel et reprendre ses tâches et vêtements féminins à la grande stupéfaction de ses anciens compagnons d’armes qui pendant toutes ces années n’avaient pas soupçonné qu’elle était une fille (ouf, sa vertu a été préservée). Fin de l’histoire ? Oui, dans la ballade sur laquelle je vais revenir ci-dessous. Malheureusement, si on en croit la suite de la légende, l’empereur Touba Huang apprit que le général Hua était en réalité une femme et voulut en faire sa concubine. Celle-ci refusa plusieurs fois et devant l’obstination de l’empereur, elle finit par se suicider avec son épée. Suivent de superbes funérailles organisées par l’empereur et le rideau peut enfin tomber.(1)

L’histoire a été déclinée sous forme de roman populaire et illustré ou de bande dessinée, de dessin animé disneyen ou non, et de film grand spectacle(2) . Il y aurait sans doute là matière à étude approfondie. Dans Mulan:five versions of a classic Chinese legend with related texts paru en 2010, Shiamin Kwa et Wilt L. Idema se sont ainsi intéressés à deux poèmes de l’époque Tang, une pièce de théâtre du XVIe siècle (Ci Mulan ti fu conjun = La fille Mulan rejoint l’armée à la place de son père), un opéra pékinois de 190? (Mu Lan congjun = Mulan rejoint l’armée)  et un film de 1939. Il faudra sans doute que je me procure cet ouvrage.

Pour l’heure, je voudrais simplement me limiter la recherche de documents sur la ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)(3),  un des deux poèmes évoqués ci-dessus, et notamment à la recherche du texte original et de ses traductions en français et éventuellement dans d’autres langues.

Voici la présentation qu’en fait le texte liminaire accompagnant la première traduction par Stanislas Julien :

Mou-lân est le nom d’une fille qui, voyant son père malade et hors d’état de répondre à la conscription, s’enrôla pour lui, et servit, sans être reconnue, pendant douze ans. Cette romance, que quelques auteurs attribuent à Mou-lân elle même, a été composée sous la dynastie des Tang, qui ont régné de 502 à 556. Elle est tirée du Supplément de l’Anthologie chinoise, en 8 volumes, intitulée Thang-chi, c’est-à-dire « Vers de la dynastie des Tang, » sous laquelle fleurirent (de 618 à 904) les poètes les plus célèbres de la Chine. M. Stanislas Julien, à qui nous devons la communication de cette romance, se propose de publier bientôt la traduction francaise de l’Anthologie des Tang.(4)

Le texte chinois de cette ballade peut être consulté sur les sites suivants :

Vent du soir (avec une traduction en français)

Wikisource (avec une traduction en anglais)

China the Beautiful (en caractères traditionnels = fanti , simplifiés = jianti ou calligraphiés et avec une traduction en anglais)

site de du professeur Lu-sheng Chong (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Tsoi Dug (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Mulan’s Corner (fanti, jianti, avec traduction en allemand)

Zhongwen

La première traduction en français est celle de Stanislas Julien, parue en 1832 dans le tome 37 de la Revue de Paris (Gallica et Google livres) et reprise en 1834 dans Tchao-chikou-eul, ou l’Orphelin de la Chine, drame en prose et en vers, accompagné des pièces historiques qui en ont fourni le sujet, de nouvelles et de poésies chinoises (Google livres). Patrice-François-Marie Cruice la publie en 1840 dans ses Études littéraires sur l’apologue, la poésie lyrique, la poésie épique, chez les Français, les Anglais, les Allemands, les Italiens et les Espagnols, et sur la poésie hébraïque et la poésie orientale (Google livres). En 1859, elle figure dans le tome 2 des Avadânas : contes et apologues indiens inconnus jusqu’à ce jour, suivis de fables, de poésies et de nouvelles chinoises traduits par Stanislas Julien (Google livres).(5)

Ce n’est pas cette traduction que j’ai rencontrée sur plusieurs sites web, mais deux autres, à laquelle je rajoute une troisième que m’a signalée Pierre Palpant (mise à jour du 19 mai 2012) .

La première, déjà signalée, est celle figurant sur le Vent du soir, dont l’auteur est Bertrand Goujard, et que vous retrouverez sur divers sites.

La seconde est un peu moins répandue et le nom du traducteur m’est pour l’instant inconnu.

Enfin, la traduction de Sung Nien-Hsu, extraite de son Anthologie de la littérature chinoise des origines à nos jours publiée chez Delagrave en 1932, doit sa présence sur internet au travail de Pierre Palpant qui la met en parallèle avec celle de Stanislas Julien sur le site Chine ancienne(6) .

Pour mémoire, voici les incipits des quatre traductions en français que j’ai pu trouver jusqu’à présent :

Stanislas Julien (le premier vers, qui suggère le bruit de la navette, est parfois absent) :  

Tsi-tsi, puis encore tsi-tsi,

Mou-lân tisse devant sa porte.

On n’entend pas le bruit de la navette,

On entend seulement les soupirs de la jeune fille.

  Bertrand Goujard : 

Grince et crisse, frôle et puis grince et crisse,

C’est Mulan qui à son huis tisse.

On n’entend point métier sonner,

On n’entend que plaintes et soupirs. 

Inconnu (les deux premiers vers sont souvent omis) : 

Mulan tisse sur son seuil, mais ce bruit répété

N’est pas celui de sa navette ; vous n’entendez que ses soupirs.

Pense-t-elle à quelqu’un ? Se souvient-elle de quelqu’un ?

Elle ne pense à personne, elle ne se souvient de personne. 

Sung Nien-Hsu

« Tsi, tsi, »

— devant la porte, Mou lan tisse.

Soudain, le bruit de la navette s’interrompt,

on n’entend plus que les soupirs de la jeune fille.

Yoto Yotov  inventorie 8 traductions en français danss son article« La Ballade de Mou-lan » sur site Notes du mont Royal (ajout du 12 mars 2016).

En ce qui concerne les traductions en anglais, l’une d’elle, parue parue dans The Asiatic journal, vol.23, mai-août 1837 (Google livres), calque semble-t-il celle de Stanislas Julien. Peut-être est-ce la première traduction en cette langue. En voici l’incipit :

Tsi-tsi;—still, still, Tsi-tsi; Moulan is weaving before the door. One hears not the sound of the weaving-shuttle; nothing is heard but the sighs of this young girl.

D’autres traductions existent dont les auteurs et les incipits sont indiqués ci-dessous :

Traduction de Han H. Frankel (The Flowering Plum and the Palace Lady: Interpretations of Chinese Poetry, Yale University Press, 1976) ;sans doute la plus répandue sur internet :

Tsiek tsiek and again tsiek tsiek,

Mu-lan weaves, facing the door.

You don’t hear the shuttle’s sound,

You only hear Daughter’s sighs.

Traduction de Jack Yuan (2006) ; moins diffusée, c’est celle qui figure dans Wikisource :

The sound of one sigh after another,

As Mulan weaves at the doorway.

No sound of the loom and shuttle,

Only that of the girl lamenting.

Traduction d’un auteur inconnu ; peu d’occurences :

Busily busily cricket sings

By the door the maiden Mulan weaves

Why isn’t the shuttle’s sound heard

But only the maiden Mulan’s sighs?

Traduction de Fook H. Eng (?) ; peu d’occurences :

 The insects chirping happily outside,

Mulan sat opposite the door weaving;

No sound of the shuttle was heard,

Only sighs of the girl.

Fook H. Eng a eu l’excellente idée de regrouper ces quatre traductions sur un même document. Qu’il en soit remercier !

Notes

(1) Si vous souhaitez plus de précision sur cette tragédie, je vous invite à consulter les articles qui y sont consacrés entre autre sur Wikipédia, sur le site de Christèle Herbeaux Del-Pino ou sur China the beautiful. Si vous êtes germanisants, vous pouvez lire, au sujet de la jeune fille qui va à la guerre (Vom Fraünlein das zum Krieg zieht), les remarques faites par Ferdinand Josef Wolf dans le volume 3 de ses Jahrbuch für romanische und englische Literatur paru en 1861 (Google livres) au sujet d’une communication d’Adolf Erbert parue dans ce même volume (Google livres). Où on constate que ce thème est très répandu… en Europe !

(2) Liste non exhaustive (extraite de NationMaster) des films qui se sont inspirés de cette histoire :

The story of Hua Mulan has inspired a number of film and stage adaptations. These include the following:

  • Hua Mulan Joins the Army(1927 film) – a Chinese silent film released by the Tianyi Film Company and directed by Li Pingqian
  • Mulan Joins the Army(1928 film) – Mingxin Film Company production, directed by Hou Yao. The film was a flop, in part due to the Tianyi film that was released the previous year
  • Mulan Joins the Army(1939 film) – popular Chinese film made during the war, directed by Bu Wancang
  • Lady General Hua Mulan(1964 film) – Hong Kong opera film
  • Mulan (1998 film) – Disney animated feature based on the Mulan legend

Note : il faut y ajouter le film de Ma Chucheng, Mulan (2010, Hong Kong)

 (3) Voici ce qui est écrit sur le site Vent du soir au sujet de la distinction entre ces deux termes :

木蘭辭 : on trouve aussi 木蘭詩. 詩 est le terme générique pour poésie ou poème, 辭 désigne des formes poétiques plus irrégulières, on l’a préféré ici.

(4) Des présentations plus développées et plus récentes de la ballade sont donnée dans l’anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive, Vent du soir et à la fin de l’article de Thierry Mauffrey, « A propos d’odes et de ballades en Chine ancienne : peut-on parler de poésie héroïque ? », paru en juin 2000 dans Camenae n° 4. Sur le Táng shī (fanti: 唐詩; jianti: 唐诗), voir le site Wengu Zhixin. Voir aussi sur le même site, Poésies de l’époque des Thang (VIIe, VIIIIe et IXe siècles de notre ère), … avec une étude sur l’art poétique en Chine, par le marquis d’Hervey-Saint-Denys, paru initialement en 1862. Je n’ai pas encore pu trouver le supplément du Táng shī d’où est extraite la ballade de Mulan.

(5) « M. Stanislas Julien vient de publier un recueil de fables indiennes  qu’il a découvertes dans une Encyclopédie chinoise intitulée Yu-lin « la forêt des comparaisons ». Nos lecteurs n’ont assurément pas oublié trois charmantes fables que le savant sinologue a bien voulu extraire de son manuscrit en leur faveur, et qui ont paru dès le mois d’octobre 1858, dans les colonnes de cette Revue. Ils n’ont eu alors qu’un seul regret, celui de ne pouvoir en lire davantage : aujourd’hui ils peuvent se satisfaire amplement, car le recueil de M. Julien renferme plus de 120 apologues variés, presque tous aussi curieux qu’intéressants » (cf. Revue orientale et américaine, Volume 3, 1860, p. 196. livres).

(6) Voir ci-dessous le courriel de Pierre Palpant.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts