Archives de catégorie : Trésors de la langue

Translittération et transcription (1) Le chinois

Ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la Chine ne peuvent que constater la variété des transcriptions des mots chinois, qu’il s’agisse de noms propres ou de noms communs. Cela est vrai d’un ouvrage à l’autre, mais aussi au sein d’un même ouvrage où peuvent coexister deux ou trois systèmes de romanisation du mandarin, notamment dans les bibliographies. Véritable casse-tête qui nécessite des tables de correspondance.

Cette variété s’explique à la fois

Par un morcellement géolinguistique des études sinologiques, chaque grande aire culturelle ayant développé son propre système : EFEO pour les francophones, Wade-Giles pour le monde anglo-saxon…

Par une évolution historique et politique : aux systèmes développés par les anciennes puissances coloniales et les missionnaires se substitue le hanyu pinyin promu par la République populaire de Chine.

Les exemples ci-dessus concernent l’utilisation de l’alphabet latin pour écrire le mandarin (romanisation). Cependant l’effort de transcription a pu utiliser d’autres alphabets (cyrillique, arabe, braille) et porter sur d’autres langues chinoises.

Enfin, il faut noter le rôle des Chinois eux-même non seulement pour la transcription phonétique de leur(s) langues avec différents pinyin prenant en compte les 4 tons du mandarin, mais aussi pour les systèmes de transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés et pour la translittération de termes étrangers en caractère chinois.

Je tente dans la présente webographie de rassembler des documents en ligne sur ces différents aspects. Mais comme toujours je ne prétends pas être exhaustif. Alors, si vous avez des pistes…

Quelques présentations générales

Dans la partie Extraits et sucs de la langue chinoise du site de Jean-Victor Camille Gruat, vous trouverez une présentation des systèmes de transcription du chinois.

Sinoptic offre aussi un intéressant dossier sur la question.

Sur Wikipédia :

la partie Système de transcription de l’article sur le mandarin

la partie Transcriptions de l’article sur les langues chinoises

Voir aussi Pinyin.info (en anglais).

A noter que ces présentations générales s’intéressent surtout aux systèmes de romanisation du mandarin.

Romanisation

Plusieurs modes de romanisation du mandarin et les autres langues chinoises existent (cf. l’article de Wikipédia intitulé Romanisation des langues chinoises). Les systèmes indiqués ci-dessous concernent surtout le mandarin standard ou putonghua,.

L’autre grande langue chinoise ayant fait l’objet de romanistion est le cantonnais (cf. article de Wikipédia).

Romanisations d’origines non-chinoises (Europe, Etats-Unis)

Bortone-Allegra en Italie

EFEO (Ecole française d’Extrême-Orient) inventé par Séraphin Couvreur

NB : Ne pas confondre avec le système d’Arnold Vissière

A. Vissière: Méthode de transcription française des sons chinois, adoptée par le Ministre des Affaires ètrangeres (Extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française.) Paris 1902. Voir sa critique dans « Notre système de transcription du chinois », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1902, vol. 2 n° 2, p. 178-184

Lessing-Othmer pour les germanophones

Wade-Giles, l’un des plus répandus, surtout dans le monde anglo-saxon.

Yale, utilisé aux Etats-Unis pour le cantonais et le putonghua

Romanisations d’origines chinoises ou utilisées par des populations chinoises

Beifangxua Latinxua Sin Wenz (拉丁化新文字), dont

l’intérêt historique est d’être le premier système de romanisation utilisé par les chinois natifs en lieu et place des sinogrammes. Il fut développé par l’Union des républiques socialistes soviétiques et utilisée par les immigrants chinois, jusqu’à ce que la plupart d’entre eux quittèrent le pays »

>> lire la suite sur Wikipédia.

Gwoyeu Romatzyh (国语罗马字), romanisation du mandarin utilisée à Taïwan de 1928 à 1986

>> plus d’infos sur Wikipédia.

Mandarin Phonetic Symbols II

Pinyin ou hanyu pinyin (汉语拼音 : « épeler les sons de la langue des Hans »), conçu par Zhou Youguang et utilisé en République populaire de Chine.

>> le document de l’Unesco

>> le Guichet du savoir de la BM de Lyon

>> l’article de Wikipédia

Pinyin postal

Au début du XXe siècle, la Chine (à la fin de la dynastie Qing) utilisait le système de pinyin postal (mandarin : 郵政式拼音 ; hanyu pinyin : yóuzhèngshì pīnyīn), basé sur le Wade-Giles dans un but postal, principalement pour les toponymes sur les lettres et les timbres..

>> lire la suite sur Wikipédia.

Tongyong Pinyin (通用拼音), utilisé à Taiwan.

Les systèmes d’origine chinoise prennent en compte les quatre tons du mandarin, représentés en pinyin par les diacritiques suivants :

  1. ¯ Ton haut (macron) ;
  2. ˊ Ton montant (accent aigu) ;
  3. ˇ Ton descendant légèrement puis remontant (hatchek ou caron) ;
  4. ˋ Ton descendant et bref (accent grave).

Pour en savoir plus sur les langues tonales.

Quelques tables de correspondance

Ces tables de correspondances comparent surtout sur des systèmes de romanisation, c’est pourquoi je les place ici :

Zhuyin (ou Bopomofo) / Wade-Giles / MPS II / Yale / Tongyong/ Hanyu Piyin / Gwoyeu Romatzyh (Wikipédia)

Pinyin / Wade-Giles / EFEO / Bopomofo (Sinoptic)

Pinyin / Wade-Giles / Lessing-Othmer / EFEO / Beifang Lantinxua (International Library of Communist Left)

Pinyin / EFEO (Sinoptic)

Unger / Pinyin / Wade-Giles (Sinoptic)

Wade-Giles / Pinyin (bibliothèque du Congrès)

Zhuyin Fuhao / Wade-Giles / MPS2 / Yale / Tongyong Pinyin / Hanyu Pinyin / Gwoyeu Romatzyh (Pinyin.info)

Ces différentes transcriptions du mot « Chine », trouvées sur le site de Jean Victor Camille Gruat, nous rendent sensibles la nécessité de telles tables :

(zh)(o)(ng)(g)(u)(o) ㄓㄨㄥㄍㄨㄛ (Bopomofo)

zhongguo (Hanyu Pinyin)

jhongguo (Tongyong Pinyin)

jonhhwo (Gwoyeu Romatzyh)

zhungguo (Beifangxua Latinxua Sin Wenz)

chung-kuo (Wade-Giles)

tchong-kouo (EFEO)

jung-gwo (Yale)

чжунго (système russe)

Autres langues chinoise ayant fait l’objet de romanisations

Le cantonnais : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Le wu dont le shanghaien est une variante : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Cyrillisation

Quelques informations sur Pinyin.info.

Arabisation

Xiao’erjing (小儿经), xiao’erjin (小儿锦ٍ) ou xiaojing (小经 ou 消经 ) utilisée par diverses minorités ethniques de Chine converties à l’islam (les Hui, les Dongxiang et les Salar), et anciennement les Dounganes d’Asie centrale.

Transcription phonétique du mandarin en braille

Numeral type for mandarin chinese, développé par William Hill Murray à la fin du XIXsiècle à partir du braille : il s’adresse tant aux voyants qu’aux non-voyant. Plus d’informations sur Pinyin.info.

Voir aussi l’ouvrage de  C.F. Gordon Cumming, The inventor of the numeral-type for China by the use of which illiterate Chinese both blind and sighted can very quickly be taught to read and write fluently (1899), disponible sur Archive.org.

Transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés

Fǎnqiè (反切), utilisée pour la prononciation des sinogrammes propre à la grammaire chinoise traditionnelle.

Bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ : bo (ㄅ) pour la consonne b /p/ ; po (ㄆ) pour la consonne p /ph/ ; mo (ㄇ) pour la consonne m /m/ ; fo (ㄈ) pour la consonne f /f/) ou Zhùyīn fúhào (caractères traditionnels : 注音符號 ; simplifiés : 注音符号 ; signification : « symboles phonétiques ») utilisé à Taiwan : plus d’inforamtions sur Pinyin.info.

Translittération de termes étrangers en caractère chinois

Voir sur Wikipédia

l’article de Translittération en caractère chinois

le paragraphe Adaptation de mots étrangers dans l’article sur le Mandarin standard

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte ?

Extrait de L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1ère année, 1864, p.50 :

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte — Autrefois le sens du fameux vers:

Franchement, il est bon à mettre au cabinet!

n’était point douteux pour moi : mais depuis que j’ai lu les éclaircissements des commentateurs, je suis aussi embarrasséqu’un médecin de Molière, lorsque Galien et Hippocrate’ne sont pas d’accord.— Selon M. Littré (art. Cabinet de son Dict.),cabinet signifie bureau, armoire à compartiments, et Alceste voulait dire : « Votre sonnet doit être gardé en portefeuille,non publié, » ce qui est un peu anodin pour un homme qui, après s’être longtemps contenu, finit par dire franchement sa pensée.D’après Furetière, cabinet est synonyme de lieu d’aisance, en sorte qu’Alceste aurait tout bonnement destiné le sonnetd’Oronte à l’usage que chacun sait. A la bonne heure, cela ne manque pas d’énergie; mais cela semble bien peu… académique.Quelle est la véritable explication ? Y aurait-il parmi les correspondants de l’Intermédiaire. quelque docteur Pangloss assez bon pour me tirer d’embarras? C.-D. C.

Ceux qui souhaitent connaître les réponses possibles à cette grave question de vocabulaire et d’histoire littéraire peuvent se reporter aux pages suivantes de ce même volume, où interviennent, entre autres, Eudore Soulié, auteur de Recherches sur Molière et sur sa famille parues en 1863, et le fameux bibliophile Jacob, alias Paul Lacroix :

p. 62

p. 105

p. 119

p. 311

p. 325

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

André Cauty et la numération maya

Voici quelques années, je m’intéressais aux nombres et à leur histoire, ainsi qu’aux calendriers divers en usage chez les différents peuples  d’hier et d’aujourd’hui. C’est ainsi que j’étais tombé sur différents articles d’André Coty, notamment ceux inclus dans le dossier de Culture Math sur les numérations anciennes ou dans les études du Centre d’Etudes des Langues Indigènes d’Amérique (CELIA).

Ce professeur en épistémologie et en histoire des sciences à l’université de Bordeaux, chercheur en linguistique, n’est pas seulement l’auteur d’articles pointus, mais aussi un homme de terrain préoccupé de protéger les populations amérindiennes d’un ethnocide (plus d’infos Wikipédia et sur le site du CELIA).

Voici qu’il ouvre sur Hypothèses un carnet intitulé Intelligence Arithmétique Maya. A suivre donc, et avec le plus grand intérêt…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – « Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné » !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sérendipité

Lu dans Livres hebdo, n° 849, 21 janvier 2011

A Rennes, des lecteurs regrettent leur bibliothèque.

« Sous couvert d’études sociologiques attestant la défection des bibliothèques municipales, nous subissons dans notre quartier rennais une amputation « vitale » qui nous condamne à ne plus amener aussi librement ni nous-mêmes ni nos enfants aux joies de la sérendipité… »

La quoi ? Sérendipité. Vite, mon dico. Rien dans le Robert. Idem dans le Larousse. Par contre, dès que je tape dans Google, ce n’est pas le vide, mais le trop plein. Ce mot, apparu au XVIIIe siècle a déjà une longue existence dans le monde anglo-saxon (serendipity), alors que les lexicographes français semblent tarder à l’adopter.

La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Ce concept discuté est, en particulier, utilisé en recherche scientifique.

Extrait de l’article de Wikipédia

Le site Intelligence créative propose plusieurs autres définitions, à commencer par celle de Horace Walpole, inventeur du mot en 1754, défintion qui me semble, ô combien correspondre à ce qu’est une recherche sur internet, au fil des rayons d’une bibliothèque, dans un catalogue ou un dictionnaire :

Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la recherche de quelque chose d’autre (accident and sagacity while in pursuit of something else).

Ledit Walpole se serait inspiré d’un conte persan,  Voyages et aventures des trois princes de Serendip, paru à Venise deux siècles plus tôt.

Je signalerai encore trois articles qui me semblent bien faits sur le sujet :

  • Le premier, daté du 19 juillet 2009 sur Internetactu, est de Rémi Sussan qui s’intéresse particulièrement à un ouvrage  Pek van Andel, chercheur en sciences médicales à l’université de Groningue, et Danièle Bourcier, directrice de recherche en sciences sociales au CNRS, De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit : Leçons de l’inattendu, paru chez L’Act Mem. Voir aussi sur le même site un article de Xavier de la Porte daté du 20 décembre 2010.

  • Le deuxième, daté du 1er février 2005 sur Automates intelligents, est aussi signé par ce même Pek van Andel.

  • Le troisième, daté du daté du 27 novembe 2009 sur le site Les devenirs de la philosophie à Paris 8 est de Anthony Le Cazals.

Sans doute la plupart d’entre vous connaissaient-ils déjà ce mot, mais en ce qui me concerne, j’ai appris quelque chose, et cela par une découverte et une interrogation de hasard. Mais n’est-ce pas là une des formes de la sérendipité ?

(Dernière mise à jour : 9 mars 2011)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Géographie et langue(s)

Le thème énoncé en titre peut se diviser en trois sujets principaux :

  1. Géographie linguistique
  2. Vocabulaire des géographes
  3. Toponymie

Pour une première orientation bibliographique, j’ai notamment utilisé les ressources de la bibliothèque universitaire de Tours où je travaille… A compléter, corriger, etc…

1. Géographie linguistique : langues et territoires du culturel au politique

Documents papier (ouvrages et numéros de périodiques)

Généralités (en ordre chonologique inversé)

Langue et espace. Pessac : MSHA, 2011

Les espaces linguistiques : nouveaux acteurs dans la mondialisation, numéro de Revue internationale de politique comparée, vol. 14, n° 1, 2007

Langues et territoire, numéro de Hérodote, n° 105, 2002

Roland Breton. Géographie des langues. 3e éd. Paris : PUF, 1995

Atlas of the world’s languages. London : Routledge, 1994

Géopolitique des langues, numéro de Hérodote, n° 42, 1986

Sur une aire géographique

Europe orientale : Conflits et minorités dans l’Europe post-communiste, numéro de Géographie et cultures, n° 38, 2001

Méditerranée : Europe and the Mediterranean as Linguistic Areas : convergencies from a historical and typological perspective. Amsterdam : Phi : J. Benjamins Publishing Company, 2007

Sur une langue

Anglais : Géopolitique de l’anglais, numéro de Hérodote, n° 115, 2004

Arabe : Mohamed Benrabah.Devenir langue dominante mondiale : un défi pour l’arabe. Genève : Droz, 2009

Français : Ariane Poissonier, Gérard Sournia. Atlas mondial de la francophonie : du culturel au politique. Paris : Autrement, 2006

Swahili : Pierre Alexandre. Les Swahili entre Afrique et Arabie. Paris : Karthala, 1991

Internet

Ethnologue, languages of the world

L’aménagement linguistique dans le monde,site de l’université de Laval (Québec)

Une curiosité : la première carte linguistique de l’Europe (1741)

Sur le site de l’IGN, voir la carte de la France dialectale

2. Vocabulaire du géographe : des mots pour comprendre

Ouvrages

Voir la cote 910.3

Un exemple spécifique : le vocabulaire de géographie agraire

Voir les publications sur ce sujet de Paul Fénelon (1903-1993), ancien professeur aux universités deTours et d’Orléans.

Sur cet auteur, voir sa notice nécrologique dans les Annales de géographie, 1994, n° 579, p. 507-509, disponible dans Persée

Dans les années 1960, Paul Fénelon a fait paraître dans plusieurs livraisons de Norois, un « Vocabulaire de géographie agraire »

1960, n° 28, p. 428-452 :     Abaca –  Azotobacter

1961, n° 30, p. 230-242 :     Baawande – Besin

*1961, n° 31, p. 353-373 :   Besoche – Bytesarbeid

1962, n° 33, p. 41-56 :        Cabal – Cédrat

1962, n° 34, p. 199-212 :     Céleri – Charrue

*1962, n° 35, p. 332-341 :   Chasé – Chocheron

*1962, n° 36, p. 386-396 :   Chou – Complanteur

1963, n° 37, p. 40-55 :        Compoix – Czarnoziem

1963, n° 39, p. 275-294 :     Daba – Dvor

*1964, n° 41, p. 51-64 :       Eaux et Forêt – Emousse

1964, n° 43, p. 349-369 :     Empaillage – Eyzines

1965, n° 46, p.224-239 :      Fabrecoulier – Floquets

1965, n° 47, p. 368-386 :     Flore – Fuye

1966, n° 50, p. 230-257 :     Gaaing – Guyot

Sauf exception (*), ces fascicules sont accessibles en ligne sur Persée.

En 1970, Paul Fénelon fait paraître son Vocabulaire de géographie agraire. Une 2e édition revue et augmentée paraît en 1989.

Voir aussi son Dictionnaire d’histoire et de géographie agraires multilingue paru en 1989, réédité eb 1991.

 

3. Toponymie : la marque de la langue sur les lieux et inversement

Ouvrages

Pour les ouvrages, voir la cote 910.014

Internet

Sur le site de l’IGN,

soit dans la rubrique Toponymie et noms de lieux

soit dans le site associé IGN Education la rubrique Comprendre la toponymie

voir notamment les brochures suivantes en ligne :

La sciences des noms géographiques

André Bégorier, Les noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux

Le site de la toponymie francophone

Sur Wikipedia, voir les articles

« Toponymie »

« Toponymie française »

La section sur le sujet du site Lexilogos

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (2) Abréviations et livres anciens

(Dernière mise à jour : 5 octobre 2015)

 

Abréviations utilisées en paléographie

Un certain nombre de références en ligne sont proposées sur Menestrel

Jean Françoisde Vaines, Dictionnaire raisonné de diplomatique, t.1,

1774, p. 28-39, disponible sur Google livres

1863, p. 27-33, disponible sur Google livres

Abréviations utilisées dans les fiches descriptives

1/2-rel. demi-reliure
ang. angulaire
bas. basane
bibl. bibliothèque
bibliogr. bibliographie
br. broché
c. coin(s)
cart. cartonnage, cartonné
cart. éd. cartonnage d’éditeur
ch, ou chag. chagrin
coll. collection
comp. compartiment
cons. conservé
coul. couleur
couv, couverture
couv. cons. couverture conservée
couv. impr. couverture imprimée
couv. muet. couverture muette
déch.  déchirure
défr. défraîchi(e)
demi. rel. demi reliure
dent. int. dentelle intérieure
dépl. dépliant ou à déplier
éb. ébarbé
éd. or. ou E.O. édition originale
éd. édition, éditeur, édité
ém. émoussés
emb. emboitage
en ff. en feuilles
encadr. encadrement
ép. époque
épid. épidermures
ex. exemplaire
ex. tr. exemplaire de travail
f. ou ff. feuille(s), feuillet(s)
f. ou ff. n.ch. feuille(s), feuillet(s) non chiffré(s)
f° ou in-fol. in-folio
fasc. fascicule
fig. figure
fil. filet
front. frontispice
gd ou gr. grand
gr. ou grav. gravure, gravé
h.c hors commerce
h-t ou ht.  hors-texte
ill. illustration, illustré, illustrateur
impr. imprimé, imprimeur, imprimerie
inc. incomplet
inf. inférieur
in-f° ou in-f. ou in-fol. in-folio
in-t. in-texte
jaq. jaquette
jasp.  jaspé
lég. défr. légèrement défraîchi
lég.
léger(s)(e)(es), légèrement
mar. maroquin
mod moderne
mouch. moucheté
mouill. mouillures
mq. ou mque manque
ms. ou mss. manuscrit(s)
n. ch. non chiffré
n. et bl. noir et blanc
n.ch., ou n.chiff. non chiffré
n.r. non rogné
n° ou num, numéro, numéroté
nb. ou nombr. nombreux, nombreuses
obl. oblong
p. de t. pièce de titre
p. de titre et de tom. pièce de titre et de tomaison
p. ou pp. page(s)
P. Paris
pag. paginé
per. ou perc. percaline
pet. petit
piq. piqûres
pl. planche(s)
pl. rel. pleine reliure
préf. préface
pseud. pseudonyme
qq. quelques
rel, reliure, relieur, relié
rel. ép. reliure de l’époque
rel. post. reliure postérieure
reprod, reproduction(s)
rest. restauré
rich. richement
rouss. rousseurs
s. siècle
s.d. sans date
s.l. sans lieu
s.l n.d. sans lieu ni date
s.n. sans nom (d’éditeur)
sup. supérieur
t. ou tom. tome, tomaison
tr. dor. tranches dorées
tr. tranche(s)
trad. traduit, traduction
us. usagé, usures
v. veau
vol. volume

La liste ci-dessus résulte de la synthèse de plusieurs documents proposées sur

Anticbooks

Le Blog du Bibliophile

Cabinet Pierre Poulain

Galaxidion

Syndicat de la librairie ancienne et moderne

 

Abréviations utilisées pour désigner les livres de la Bible

Listes en ordre alphabétique :

J. B. C. Chaud, Morale de la Bible, vol. 1, 1817, p. 336-337, disponible sur Google livres

Listes dans l’ordre traditionnel des livres bibliques :

BIBLIJA

Orthotypographie

Revue d’histoire et de philosophie religieuses

Wikipedia

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La grammaire de Port-Royal

Sur France Culture, l’émission « Tire ta langue » du  2 mai (1)  avait pour invités Daniel Orhan (des éditions Allia) et Dominique Mazuet (libraire à Paris XIVe) pour la Grammaire générale et raisonnée, dite grammaire de Port-Royal, d’Arnauld et Lancelot (1660) rééditée par Allia. Bonne occasion pour voir ce que nous pouvons glaner sur le sujet.

 

Sur Antoine Arnauld

Voir sa notice biographique sur le site Bibliothèque de la Société de Port-Royal.

 

Editions de la Grammaire de Port Royal

Différentes éditions de cette Grammaire générale et raisonnée, contenant les fondemens de l’art de parler sont disponibles sur internet, d’autres n’ont pas pu être trouvées en ligne

1660 : 1ére édition, disponible sur  Gallica

1664 : 2e édition

1664 : 2e édition (sic)

1679 : 4e édition disponible sur Google livres

1709 : 5e &dition

1754 : nouvelle édition, disponible sur Gallica

1756 : édition par Charles Pinot Duclos

1768 : édition par Charles Pinot Duclos, disponible sur Gallica

1780 : nouvelle édition revue corrigée et augmentée par M. l’abbé Fromant, disponible sur Archive.org et Google livres.

1803 : édition par M. Petitot

1810 : 2e édition par M. Petitot,  disponible sur Archive.org. Un article élogieux, signé Sagues, lui est consacré dans le Mercure de France, en novembre 1811. Il peut être lu sur Google livres.

1830 : reprise de l’édition de Charles Pinot Duclos

1846 : introduction historique par M. A. Bailly, disponible sur Google livres

1966 : édition par Herbert E. Brekle

1968 : reprint par Slatkine de l’édition de 1846

1969 : reproduction en fac-similé de l’édition de 1830 ; préface de Michel Foucault

1972 : réimpression des éditions de Paris, 1660 et 1662

1975 : édition en anglais à La Haye, avec une préface de Arthur C. Danto et un essai de Norman Kretzmann. Compte rendu dans Language, vol. 54, No. 4 (Dec., 1978), pp. 917-920, accessible dans la base JSTOR (accès limité).

1994 : reprint par Slatkine de l’édition de Charles Pinot Duclos

1997 : présentation de Jean-Marc Mandosio

2010 : reprise de l’édition de 1997 

Quelques références

Marc, Dominicy. La naissance de la grammaire moderne : langage, logique et philosophie à Port-Royal. Bruxelles : P. Mardaga, 1984. Réédité en 1988.

Roland Donzé. La grammaire générale et raisonnée de Port-Royal : contribution à l’histoire des idées grammaticales en France. Berne : Francke, 1967. 2e édition mise à jour en 1971.

Jean-Claude Pariente.

L’Analyse du langage à Port-Royal : 6 études logico-grammaticales. Paris : Minuit, 1985.

Antoine Arnauld : philosophie du langage et de la connaissance. Paris : Vrin, 1995.

Sophie Piron.

« La grammaire du français au XVIIe siècle », Correspondance, vol.17 n° 1, sept. 2008. En ligne sur le site du Centre collégial de développement de matériel didactique. Fait partie d’une série d’articles du même auteur consacrés à la grammaire de français du XVIe au XVIIe siècle.

Voir aussi sur son blog la partie concernant l’histoire de la grammaire.

(1) Ce billet est un peu tardif, car j’ai une fâcheuse tendance à en commencer plusieurs à la fois. Je suis en train de me mettre à jour avant de partir en vacances.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce « mot » n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, « Unica Zürn, Bellmer et Perec », Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Musée de la conversation

Depuis quelques années, les éditions Manucius se sont fixé pour objectif de republier des livres tombés dans l’oubli.  Avec la participation d’universitaires et de spécialistes, les textes  reproduits sont présentés avec un appareil critique (préfaces, index, glossaire, etc.) et publiés au sein de collections thématiques. Continuer la lecture de Musée de la conversation

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts