Archives de catégorie : Trésors de la langue

La ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)

(Dernière mise à jour : 12 mars 2016)

Mulan 木兰 (Magnolia) ou Hua Mulan 花木兰 (Fleur de magnolia) est l’héroïne d’une histoire bien connue en Chine. Digne exemple de piété filiale, elle s’était déguisée en homme pour remplacer son vieux père, servit pendant douze ans dans l’armée des rois Wei au temps de l’empereur Taiwudi ou Tuoba Tao (408–452) et devint général. Cependant, à la fin de la guerre, elle ne demanda rien de plus qu’un cheval (ou un chameau selon les versions) pour regagner le foyer paternel et reprendre ses tâches et vêtements féminins à la grande stupéfaction de ses anciens compagnons d’armes qui pendant toutes ces années n’avaient pas soupçonné qu’elle était une fille (ouf, sa vertu a été préservée). Fin de l’histoire ? Oui, dans la ballade sur laquelle je vais revenir ci-dessous. Malheureusement, si on en croit la suite de la légende, l’empereur Touba Huang apprit que le général Hua était en réalité une femme et voulut en faire sa concubine. Celle-ci refusa plusieurs fois et devant l’obstination de l’empereur, elle finit par se suicider avec son épée. Suivent de superbes funérailles organisées par l’empereur et le rideau peut enfin tomber.(1)

L’histoire a été déclinée sous forme de roman populaire et illustré ou de bande dessinée, de dessin animé disneyen ou non, et de film grand spectacle(2) . Il y aurait sans doute là matière à étude approfondie. Dans Mulan:five versions of a classic Chinese legend with related texts paru en 2010, Shiamin Kwa et Wilt L. Idema se sont ainsi intéressés à deux poèmes de l’époque Tang, une pièce de théâtre du XVIe siècle (Ci Mulan ti fu conjun = La fille Mulan rejoint l’armée à la place de son père), un opéra pékinois de 190? (Mu Lan congjun = Mulan rejoint l’armée)  et un film de 1939. Il faudra sans doute que je me procure cet ouvrage.

Pour l’heure, je voudrais simplement me limiter la recherche de documents sur la ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)(3),  un des deux poèmes évoqués ci-dessus, et notamment à la recherche du texte original et de ses traductions en français et éventuellement dans d’autres langues.

Voici la présentation qu’en fait le texte liminaire accompagnant la première traduction par Stanislas Julien :

Mou-lân est le nom d’une fille qui, voyant son père malade et hors d’état de répondre à la conscription, s’enrôla pour lui, et servit, sans être reconnue, pendant douze ans. Cette romance, que quelques auteurs attribuent à Mou-lân elle même, a été composée sous la dynastie des Tang, qui ont régné de 502 à 556. Elle est tirée du Supplément de l’Anthologie chinoise, en 8 volumes, intitulée Thang-chi, c’est-à-dire « Vers de la dynastie des Tang, » sous laquelle fleurirent (de 618 à 904) les poètes les plus célèbres de la Chine. M. Stanislas Julien, à qui nous devons la communication de cette romance, se propose de publier bientôt la traduction francaise de l’Anthologie des Tang.(4)

Le texte chinois de cette ballade peut être consulté sur les sites suivants :

Vent du soir (avec une traduction en français)

Wikisource (avec une traduction en anglais)

China the Beautiful (en caractères traditionnels = fanti , simplifiés = jianti ou calligraphiés et avec une traduction en anglais)

site de du professeur Lu-sheng Chong (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Tsoi Dug (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Mulan’s Corner (fanti, jianti, avec traduction en allemand)

Zhongwen

La première traduction en français est celle de Stanislas Julien, parue en 1832 dans le tome 37 de la Revue de Paris (Gallica et Google livres) et reprise en 1834 dans Tchao-chikou-eul, ou l’Orphelin de la Chine, drame en prose et en vers, accompagné des pièces historiques qui en ont fourni le sujet, de nouvelles et de poésies chinoises (Google livres). Patrice-François-Marie Cruice la publie en 1840 dans ses Études littéraires sur l’apologue, la poésie lyrique, la poésie épique, chez les Français, les Anglais, les Allemands, les Italiens et les Espagnols, et sur la poésie hébraïque et la poésie orientale (Google livres). En 1859, elle figure dans le tome 2 des Avadânas : contes et apologues indiens inconnus jusqu’à ce jour, suivis de fables, de poésies et de nouvelles chinoises traduits par Stanislas Julien (Google livres).(5)

Ce n’est pas cette traduction que j’ai rencontrée sur plusieurs sites web, mais deux autres, à laquelle je rajoute une troisième que m’a signalée Pierre Palpant (mise à jour du 19 mai 2012) .

La première, déjà signalée, est celle figurant sur le Vent du soir, dont l’auteur est Bertrand Goujard, et que vous retrouverez sur divers sites.

La seconde est un peu moins répandue et le nom du traducteur m’est pour l’instant inconnu.

Enfin, la traduction de Sung Nien-Hsu, extraite de son Anthologie de la littérature chinoise des origines à nos jours publiée chez Delagrave en 1932, doit sa présence sur internet au travail de Pierre Palpant qui la met en parallèle avec celle de Stanislas Julien sur le site Chine ancienne(6) .

Pour mémoire, voici les incipits des quatre traductions en français que j’ai pu trouver jusqu’à présent :

Stanislas Julien (le premier vers, qui suggère le bruit de la navette, est parfois absent) :  

Tsi-tsi, puis encore tsi-tsi,

Mou-lân tisse devant sa porte.

On n’entend pas le bruit de la navette,

On entend seulement les soupirs de la jeune fille.

  Bertrand Goujard : 

Grince et crisse, frôle et puis grince et crisse,

C’est Mulan qui à son huis tisse.

On n’entend point métier sonner,

On n’entend que plaintes et soupirs. 

Inconnu (les deux premiers vers sont souvent omis) : 

Mulan tisse sur son seuil, mais ce bruit répété

N’est pas celui de sa navette ; vous n’entendez que ses soupirs.

Pense-t-elle à quelqu’un ? Se souvient-elle de quelqu’un ?

Elle ne pense à personne, elle ne se souvient de personne. 

Sung Nien-Hsu

« Tsi, tsi, »

— devant la porte, Mou lan tisse.

Soudain, le bruit de la navette s’interrompt,

on n’entend plus que les soupirs de la jeune fille.

Yoto Yotov  inventorie 8 traductions en français danss son article« La Ballade de Mou-lan » sur site Notes du mont Royal (ajout du 12 mars 2016).

En ce qui concerne les traductions en anglais, l’une d’elle, parue parue dans The Asiatic journal, vol.23, mai-août 1837 (Google livres), calque semble-t-il celle de Stanislas Julien. Peut-être est-ce la première traduction en cette langue. En voici l’incipit :

Tsi-tsi;—still, still, Tsi-tsi; Moulan is weaving before the door. One hears not the sound of the weaving-shuttle; nothing is heard but the sighs of this young girl.

D’autres traductions existent dont les auteurs et les incipits sont indiqués ci-dessous :

Traduction de Han H. Frankel (The Flowering Plum and the Palace Lady: Interpretations of Chinese Poetry, Yale University Press, 1976) ;sans doute la plus répandue sur internet :

Tsiek tsiek and again tsiek tsiek,

Mu-lan weaves, facing the door.

You don’t hear the shuttle’s sound,

You only hear Daughter’s sighs.

Traduction de Jack Yuan (2006) ; moins diffusée, c’est celle qui figure dans Wikisource :

The sound of one sigh after another,

As Mulan weaves at the doorway.

No sound of the loom and shuttle,

Only that of the girl lamenting.

Traduction d’un auteur inconnu ; peu d’occurences :

Busily busily cricket sings

By the door the maiden Mulan weaves

Why isn’t the shuttle’s sound heard

But only the maiden Mulan’s sighs?

Traduction de Fook H. Eng (?) ; peu d’occurences :

 The insects chirping happily outside,

Mulan sat opposite the door weaving;

No sound of the shuttle was heard,

Only sighs of the girl.

Fook H. Eng a eu l’excellente idée de regrouper ces quatre traductions sur un même document. Qu’il en soit remercier !

Notes

(1) Si vous souhaitez plus de précision sur cette tragédie, je vous invite à consulter les articles qui y sont consacrés entre autre sur Wikipédia, sur le site de Christèle Herbeaux Del-Pino ou sur China the beautiful. Si vous êtes germanisants, vous pouvez lire, au sujet de la jeune fille qui va à la guerre (Vom Fraünlein das zum Krieg zieht), les remarques faites par Ferdinand Josef Wolf dans le volume 3 de ses Jahrbuch für romanische und englische Literatur paru en 1861 (Google livres) au sujet d’une communication d’Adolf Erbert parue dans ce même volume (Google livres). Où on constate que ce thème est très répandu… en Europe !

(2) Liste non exhaustive (extraite de NationMaster) des films qui se sont inspirés de cette histoire :

The story of Hua Mulan has inspired a number of film and stage adaptations. These include the following:

  • Hua Mulan Joins the Army(1927 film) – a Chinese silent film released by the Tianyi Film Company and directed by Li Pingqian
  • Mulan Joins the Army(1928 film) – Mingxin Film Company production, directed by Hou Yao. The film was a flop, in part due to the Tianyi film that was released the previous year
  • Mulan Joins the Army(1939 film) – popular Chinese film made during the war, directed by Bu Wancang
  • Lady General Hua Mulan(1964 film) – Hong Kong opera film
  • Mulan (1998 film) – Disney animated feature based on the Mulan legend

Note : il faut y ajouter le film de Ma Chucheng, Mulan (2010, Hong Kong)

 (3) Voici ce qui est écrit sur le site Vent du soir au sujet de la distinction entre ces deux termes :

木蘭辭 : on trouve aussi 木蘭詩. 詩 est le terme générique pour poésie ou poème, 辭 désigne des formes poétiques plus irrégulières, on l’a préféré ici.

(4) Des présentations plus développées et plus récentes de la ballade sont donnée dans l’anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive, Vent du soir et à la fin de l’article de Thierry Mauffrey, « A propos d’odes et de ballades en Chine ancienne : peut-on parler de poésie héroïque ? », paru en juin 2000 dans Camenae n° 4. Sur le Táng shī (fanti: 唐詩; jianti: 唐诗), voir le site Wengu Zhixin. Voir aussi sur le même site, Poésies de l’époque des Thang (VIIe, VIIIIe et IXe siècles de notre ère), … avec une étude sur l’art poétique en Chine, par le marquis d’Hervey-Saint-Denys, paru initialement en 1862. Je n’ai pas encore pu trouver le supplément du Táng shī d’où est extraite la ballade de Mulan.

(5) « M. Stanislas Julien vient de publier un recueil de fables indiennes  qu’il a découvertes dans une Encyclopédie chinoise intitulée Yu-lin « la forêt des comparaisons ». Nos lecteurs n’ont assurément pas oublié trois charmantes fables que le savant sinologue a bien voulu extraire de son manuscrit en leur faveur, et qui ont paru dès le mois d’octobre 1858, dans les colonnes de cette Revue. Ils n’ont eu alors qu’un seul regret, celui de ne pouvoir en lire davantage : aujourd’hui ils peuvent se satisfaire amplement, car le recueil de M. Julien renferme plus de 120 apologues variés, presque tous aussi curieux qu’intéressants » (cf. Revue orientale et américaine, Volume 3, 1860, p. 196. livres).

(6) Voir ci-dessous le courriel de Pierre Palpant.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (5) Vocabulaire

Le monde du livre ancien sous ses divers aspects se distingue par un vocabulaire bien particulier, obscur aux non-initiés. Pour vous aider à mieux comprendre ces termes si particuliers, j’ai rassemblé ici quelques ressources en ligne classées selon leur domaine particulier (bibliophilie, papéterie, typographie, reliure). Cette sélection fera l’objet de mises à jour selon mes découvertes et vos suggestions éventuelles. (Dernière mise à jour : 25 octobre 2012)

Vocabulaire de la bibliophilie

ABC de bibliophile de Bibliopolis.

Glossaire de la librairie Christophe Hüe

Lexique du Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne

Petit glossaire de bibliophilie de Galaxidion.

Le vocabulaire du livre ancien du cabinet Pierre Poulain

Christian Galantaris. Manuel de Bibliophilie. Du goût de la lecture à l’amour du livre, et, Dictionnaire suivi d’observations sur la bibliographie et d’une bibliographie sélective. Préface de Michel Déon. Paris, Éditions des Cendres, 1997. 2 volumes grand in-8, 312 pp + (2) ff et 343 pp + (2) ff, broché. Plus d’information sur Liberlibri.

 Vocabulaire du papier

Vocabulaire du papetier sur le site du Moulin du Verger

Vocabulaire de la typographie

e-Encyclopedie de typographiedu site Imprimeur.com

Lexique de la typographie sur le site C-extra.

Lexique sur Planète typographie, un des site de Jean-Christophe Loubet del Bayle.

Billets sur le vocabulaire typographique  sur le blog de Muriel Paris, Typomanie.

Typographie: un peu de vocabulaire sur le blog de Philippe Roy, Les Chemins obscurs.

Eugène Boutmy. Dictionnaire de l’argot des typographe. Paris : Flammarion et Marpon, 1883. Disponible sur le site de Synec-doc.

Jean Dumont. Lexique typographique, Complément du Vade-mecum du typographe, Bruxelles : Imprimerie Leempoel, 1917. Disponible sur Archive.org.

Voir la bibliographie sur le sujet réalisée par Orthotypographie.

Vocabulaire de la reliure

Lexique du site de Delphine Dejean, Le livre dans la peau

Vocabulaire du relieur sur le site du Moulin du Verger

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le cahier d’écolier d’Arbois

Grâce à l’ouvrage de Marie-Thérèse Lorcin. Les recueils de proverbes français, 1160-1490 : sagesse des nations et langue de bois(1), j’ai dernièrement appris l’existence d’un manuscrit désigné sous le titre de « cahier d’écolier d’Arbois »(2). Une telle référence ne pouvait que piquer ma curiosité étant donné mon attachement à cette cité jurassienne.

De quoi s’agit-il ? Voici ce qu’en dit Marie-Thérèse Lorcin dans le chapitre 4 de son livre, consacré aux cahiers d’exercice d’écoliers étudiés dans le cadre de son éude :

Ce texte, écrivait U. Robert, « donne une idée assez exacte de la nature de l’enseignement dans les écoles d’une petite ville à l’époque ». On y trouve en effet juxtaposés des principes de droit sous forme de lettres, des exercices sur la syntaxe latine, des commentaires sur les auteurs expliqués en classe, des poésies religieuses, des vers moitié latins, moitiés français, un glossaire latin-français et enfin une liste de proverbes français et leur traduction. Sont édités le glossaire et la liste des proverbes, qui sont tous deux des outils pour l’apprentissage du latin []

Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter à son édition(3) par Ulysse Robert qui est également l’auteur d’un Catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté…(4) où il donne une description succincte du contenu de ce  manuscrit.

______________________________________________

(1) Champion, 2011. Présentation et tables sur Catalyst ou sur le site de la Wake Forest University.

(2) Fonds latin 8653 A de la Bibliothèque nationale.

(3) « Un vocabulaire latin-français du XIVe siècle, suivi d’un recueil d’anciens proverbes », Bibliothèque de l’école des chartes, 1873, tome 34, p. 33-46, consultable sur Persée.

(4) Catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris. 1878, Mémoires de la Société d’émulation du Jura. Repris dans : Jean et Anne-Marie Courtieu. Sources parisiennes relatives à l’histoire de la Franche-Comté: Incluant le catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris, par Ulysse Robert, 1878. Presses universitaires franc-comtoises, 2001. 499 pages. Voir à la page 24 ce qui concerne le cahier d’un écolier d’Arbois. Partiellement consultable sur Google livres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Translittération et transcription (1) Le chinois

Ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la Chine ne peuvent que constater la variété des transcriptions des mots chinois, qu’il s’agisse de noms propres ou de noms communs. Cela est vrai d’un ouvrage à l’autre, mais aussi au sein d’un même ouvrage où peuvent coexister deux ou trois systèmes de romanisation du mandarin, notamment dans les bibliographies. Véritable casse-tête qui nécessite des tables de correspondance.

Cette variété s’explique à la fois

Par un morcellement géolinguistique des études sinologiques, chaque grande aire culturelle ayant développé son propre système : EFEO pour les francophones, Wade-Giles pour le monde anglo-saxon…

Par une évolution historique et politique : aux systèmes développés par les anciennes puissances coloniales et les missionnaires se substitue le hanyu pinyin promu par la République populaire de Chine.

Les exemples ci-dessus concernent l’utilisation de l’alphabet latin pour écrire le mandarin (romanisation). Cependant l’effort de transcription a pu utiliser d’autres alphabets (cyrillique, arabe, braille) et porter sur d’autres langues chinoises.

Enfin, il faut noter le rôle des Chinois eux-même non seulement pour la transcription phonétique de leur(s) langues avec différents pinyin prenant en compte les 4 tons du mandarin, mais aussi pour les systèmes de transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés et pour la translittération de termes étrangers en caractère chinois.

Je tente dans la présente webographie de rassembler des documents en ligne sur ces différents aspects. Mais comme toujours je ne prétends pas être exhaustif. Alors, si vous avez des pistes…

Quelques présentations générales

Dans la partie Extraits et sucs de la langue chinoise du site de Jean-Victor Camille Gruat, vous trouverez une présentation des systèmes de transcription du chinois.

Sinoptic offre aussi un intéressant dossier sur la question.

Sur Wikipédia :

la partie Système de transcription de l’article sur le mandarin

la partie Transcriptions de l’article sur les langues chinoises

Voir aussi Pinyin.info (en anglais).

A noter que ces présentations générales s’intéressent surtout aux systèmes de romanisation du mandarin.

Romanisation

Plusieurs modes de romanisation du mandarin et les autres langues chinoises existent (cf. l’article de Wikipédia intitulé Romanisation des langues chinoises). Les systèmes indiqués ci-dessous concernent surtout le mandarin standard ou putonghua,.

L’autre grande langue chinoise ayant fait l’objet de romanistion est le cantonnais (cf. article de Wikipédia).

Romanisations d’origines non-chinoises (Europe, Etats-Unis)

Bortone-Allegra en Italie

EFEO (Ecole française d’Extrême-Orient) inventé par Séraphin Couvreur

NB : Ne pas confondre avec le système d’Arnold Vissière

A. Vissière: Méthode de transcription française des sons chinois, adoptée par le Ministre des Affaires ètrangeres (Extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française.) Paris 1902. Voir sa critique dans « Notre système de transcription du chinois », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1902, vol. 2 n° 2, p. 178-184

Lessing-Othmer pour les germanophones

Wade-Giles, l’un des plus répandus, surtout dans le monde anglo-saxon.

Yale, utilisé aux Etats-Unis pour le cantonais et le putonghua

Romanisations d’origines chinoises ou utilisées par des populations chinoises

Beifangxua Latinxua Sin Wenz (拉丁化新文字), dont

l’intérêt historique est d’être le premier système de romanisation utilisé par les chinois natifs en lieu et place des sinogrammes. Il fut développé par l’Union des républiques socialistes soviétiques et utilisée par les immigrants chinois, jusqu’à ce que la plupart d’entre eux quittèrent le pays »

>> lire la suite sur Wikipédia.

Gwoyeu Romatzyh (国语罗马字), romanisation du mandarin utilisée à Taïwan de 1928 à 1986

>> plus d’infos sur Wikipédia.

Mandarin Phonetic Symbols II

Pinyin ou hanyu pinyin (汉语拼音 : « épeler les sons de la langue des Hans »), conçu par Zhou Youguang et utilisé en République populaire de Chine.

>> le document de l’Unesco

>> le Guichet du savoir de la BM de Lyon

>> l’article de Wikipédia

Pinyin postal

Au début du XXe siècle, la Chine (à la fin de la dynastie Qing) utilisait le système de pinyin postal (mandarin : 郵政式拼音 ; hanyu pinyin : yóuzhèngshì pīnyīn), basé sur le Wade-Giles dans un but postal, principalement pour les toponymes sur les lettres et les timbres..

>> lire la suite sur Wikipédia.

Tongyong Pinyin (通用拼音), utilisé à Taiwan.

Les systèmes d’origine chinoise prennent en compte les quatre tons du mandarin, représentés en pinyin par les diacritiques suivants :

  1. ¯ Ton haut (macron) ;
  2. ˊ Ton montant (accent aigu) ;
  3. ˇ Ton descendant légèrement puis remontant (hatchek ou caron) ;
  4. ˋ Ton descendant et bref (accent grave).

Pour en savoir plus sur les langues tonales.

Quelques tables de correspondance

Ces tables de correspondances comparent surtout sur des systèmes de romanisation, c’est pourquoi je les place ici :

Zhuyin (ou Bopomofo) / Wade-Giles / MPS II / Yale / Tongyong/ Hanyu Piyin / Gwoyeu Romatzyh (Wikipédia)

Pinyin / Wade-Giles / EFEO / Bopomofo (Sinoptic)

Pinyin / Wade-Giles / Lessing-Othmer / EFEO / Beifang Lantinxua (International Library of Communist Left)

Pinyin / EFEO (Sinoptic)

Unger / Pinyin / Wade-Giles (Sinoptic)

Wade-Giles / Pinyin (bibliothèque du Congrès)

Zhuyin Fuhao / Wade-Giles / MPS2 / Yale / Tongyong Pinyin / Hanyu Pinyin / Gwoyeu Romatzyh (Pinyin.info)

Ces différentes transcriptions du mot « Chine », trouvées sur le site de Jean Victor Camille Gruat, nous rendent sensibles la nécessité de telles tables :

(zh)(o)(ng)(g)(u)(o) ㄓㄨㄥㄍㄨㄛ (Bopomofo)

zhongguo (Hanyu Pinyin)

jhongguo (Tongyong Pinyin)

jonhhwo (Gwoyeu Romatzyh)

zhungguo (Beifangxua Latinxua Sin Wenz)

chung-kuo (Wade-Giles)

tchong-kouo (EFEO)

jung-gwo (Yale)

чжунго (système russe)

Autres langues chinoise ayant fait l’objet de romanisations

Le cantonnais : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Le wu dont le shanghaien est une variante : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Cyrillisation

Quelques informations sur Pinyin.info.

Arabisation

Xiao’erjing (小儿经), xiao’erjin (小儿锦ٍ) ou xiaojing (小经 ou 消经 ) utilisée par diverses minorités ethniques de Chine converties à l’islam (les Hui, les Dongxiang et les Salar), et anciennement les Dounganes d’Asie centrale.

Transcription phonétique du mandarin en braille

Numeral type for mandarin chinese, développé par William Hill Murray à la fin du XIXsiècle à partir du braille : il s’adresse tant aux voyants qu’aux non-voyant. Plus d’informations sur Pinyin.info.

Voir aussi l’ouvrage de  C.F. Gordon Cumming, The inventor of the numeral-type for China by the use of which illiterate Chinese both blind and sighted can very quickly be taught to read and write fluently (1899), disponible sur Archive.org.

Transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés

Fǎnqiè (反切), utilisée pour la prononciation des sinogrammes propre à la grammaire chinoise traditionnelle.

Bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ : bo (ㄅ) pour la consonne b /p/ ; po (ㄆ) pour la consonne p /ph/ ; mo (ㄇ) pour la consonne m /m/ ; fo (ㄈ) pour la consonne f /f/) ou Zhùyīn fúhào (caractères traditionnels : 注音符號 ; simplifiés : 注音符号 ; signification : « symboles phonétiques ») utilisé à Taiwan : plus d’inforamtions sur Pinyin.info.

Translittération de termes étrangers en caractère chinois

Voir sur Wikipédia

l’article de Translittération en caractère chinois

le paragraphe Adaptation de mots étrangers dans l’article sur le Mandarin standard

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte ?

Extrait de L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1ère année, 1864, p.50 :

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte — Autrefois le sens du fameux vers:

Franchement, il est bon à mettre au cabinet!

n’était point douteux pour moi : mais depuis que j’ai lu les éclaircissements des commentateurs, je suis aussi embarrasséqu’un médecin de Molière, lorsque Galien et Hippocrate’ne sont pas d’accord.— Selon M. Littré (art. Cabinet de son Dict.),cabinet signifie bureau, armoire à compartiments, et Alceste voulait dire : « Votre sonnet doit être gardé en portefeuille,non publié, » ce qui est un peu anodin pour un homme qui, après s’être longtemps contenu, finit par dire franchement sa pensée.D’après Furetière, cabinet est synonyme de lieu d’aisance, en sorte qu’Alceste aurait tout bonnement destiné le sonnetd’Oronte à l’usage que chacun sait. A la bonne heure, cela ne manque pas d’énergie; mais cela semble bien peu… académique.Quelle est la véritable explication ? Y aurait-il parmi les correspondants de l’Intermédiaire. quelque docteur Pangloss assez bon pour me tirer d’embarras? C.-D. C.

Ceux qui souhaitent connaître les réponses possibles à cette grave question de vocabulaire et d’histoire littéraire peuvent se reporter aux pages suivantes de ce même volume, où interviennent, entre autres, Eudore Soulié, auteur de Recherches sur Molière et sur sa famille parues en 1863, et le fameux bibliophile Jacob, alias Paul Lacroix :

p. 62

p. 105

p. 119

p. 311

p. 325

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

André Cauty et la numération maya

Voici quelques années, je m’intéressais aux nombres et à leur histoire, ainsi qu’aux calendriers divers en usage chez les différents peuples  d’hier et d’aujourd’hui. C’est ainsi que j’étais tombé sur différents articles d’André Coty, notamment ceux inclus dans le dossier de Culture Math sur les numérations anciennes ou dans les études du Centre d’Etudes des Langues Indigènes d’Amérique (CELIA).

Ce professeur en épistémologie et en histoire des sciences à l’université de Bordeaux, chercheur en linguistique, n’est pas seulement l’auteur d’articles pointus, mais aussi un homme de terrain préoccupé de protéger les populations amérindiennes d’un ethnocide (plus d’infos Wikipédia et sur le site du CELIA).

Voici qu’il ouvre sur Hypothèses un carnet intitulé Intelligence Arithmétique Maya. A suivre donc, et avec le plus grand intérêt…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – « Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné » !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sérendipité

Lu dans Livres hebdo, n° 849, 21 janvier 2011

A Rennes, des lecteurs regrettent leur bibliothèque.

« Sous couvert d’études sociologiques attestant la défection des bibliothèques municipales, nous subissons dans notre quartier rennais une amputation « vitale » qui nous condamne à ne plus amener aussi librement ni nous-mêmes ni nos enfants aux joies de la sérendipité… »

La quoi ? Sérendipité. Vite, mon dico. Rien dans le Robert. Idem dans le Larousse. Par contre, dès que je tape dans Google, ce n’est pas le vide, mais le trop plein. Ce mot, apparu au XVIIIe siècle a déjà une longue existence dans le monde anglo-saxon (serendipity), alors que les lexicographes français semblent tarder à l’adopter.

La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Ce concept discuté est, en particulier, utilisé en recherche scientifique.

Extrait de l’article de Wikipédia

Le site Intelligence créative propose plusieurs autres définitions, à commencer par celle de Horace Walpole, inventeur du mot en 1754, défintion qui me semble, ô combien correspondre à ce qu’est une recherche sur internet, au fil des rayons d’une bibliothèque, dans un catalogue ou un dictionnaire :

Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la recherche de quelque chose d’autre (accident and sagacity while in pursuit of something else).

Ledit Walpole se serait inspiré d’un conte persan,  Voyages et aventures des trois princes de Serendip, paru à Venise deux siècles plus tôt.

Je signalerai encore trois articles qui me semblent bien faits sur le sujet :

  • Le premier, daté du 19 juillet 2009 sur Internetactu, est de Rémi Sussan qui s’intéresse particulièrement à un ouvrage  Pek van Andel, chercheur en sciences médicales à l’université de Groningue, et Danièle Bourcier, directrice de recherche en sciences sociales au CNRS, De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit : Leçons de l’inattendu, paru chez L’Act Mem. Voir aussi sur le même site un article de Xavier de la Porte daté du 20 décembre 2010.

  • Le deuxième, daté du 1er février 2005 sur Automates intelligents, est aussi signé par ce même Pek van Andel.

  • Le troisième, daté du daté du 27 novembe 2009 sur le site Les devenirs de la philosophie à Paris 8 est de Anthony Le Cazals.

Sans doute la plupart d’entre vous connaissaient-ils déjà ce mot, mais en ce qui me concerne, j’ai appris quelque chose, et cela par une découverte et une interrogation de hasard. Mais n’est-ce pas là une des formes de la sérendipité ?

(Dernière mise à jour : 9 mars 2011)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Géographie et langue(s)

Le thème énoncé en titre peut se diviser en trois sujets principaux :

  1. Géographie linguistique
  2. Vocabulaire des géographes
  3. Toponymie

Pour une première orientation bibliographique, j’ai notamment utilisé les ressources de la bibliothèque universitaire de Tours où je travaille… A compléter, corriger, etc…

1. Géographie linguistique : langues et territoires du culturel au politique

Documents papier (ouvrages et numéros de périodiques)

Généralités (en ordre chonologique inversé)

Langue et espace. Pessac : MSHA, 2011

Les espaces linguistiques : nouveaux acteurs dans la mondialisation, numéro de Revue internationale de politique comparée, vol. 14, n° 1, 2007

Langues et territoire, numéro de Hérodote, n° 105, 2002

Roland Breton. Géographie des langues. 3e éd. Paris : PUF, 1995

Atlas of the world’s languages. London : Routledge, 1994

Géopolitique des langues, numéro de Hérodote, n° 42, 1986

Sur une aire géographique

Europe orientale : Conflits et minorités dans l’Europe post-communiste, numéro de Géographie et cultures, n° 38, 2001

Méditerranée : Europe and the Mediterranean as Linguistic Areas : convergencies from a historical and typological perspective. Amsterdam : Phi : J. Benjamins Publishing Company, 2007

Sur une langue

Anglais : Géopolitique de l’anglais, numéro de Hérodote, n° 115, 2004

Arabe : Mohamed Benrabah.Devenir langue dominante mondiale : un défi pour l’arabe. Genève : Droz, 2009

Français : Ariane Poissonier, Gérard Sournia. Atlas mondial de la francophonie : du culturel au politique. Paris : Autrement, 2006

Swahili : Pierre Alexandre. Les Swahili entre Afrique et Arabie. Paris : Karthala, 1991

Internet

Ethnologue, languages of the world

L’aménagement linguistique dans le monde,site de l’université de Laval (Québec)

Une curiosité : la première carte linguistique de l’Europe (1741)

Sur le site de l’IGN, voir la carte de la France dialectale

2. Vocabulaire du géographe : des mots pour comprendre

Ouvrages

Voir la cote 910.3

Un exemple spécifique : le vocabulaire de géographie agraire

Voir les publications sur ce sujet de Paul Fénelon (1903-1993), ancien professeur aux universités deTours et d’Orléans.

Sur cet auteur, voir sa notice nécrologique dans les Annales de géographie, 1994, n° 579, p. 507-509, disponible dans Persée

Dans les années 1960, Paul Fénelon a fait paraître dans plusieurs livraisons de Norois, un « Vocabulaire de géographie agraire »

1960, n° 28, p. 428-452 :     Abaca –  Azotobacter

1961, n° 30, p. 230-242 :     Baawande – Besin

*1961, n° 31, p. 353-373 :   Besoche – Bytesarbeid

1962, n° 33, p. 41-56 :        Cabal – Cédrat

1962, n° 34, p. 199-212 :     Céleri – Charrue

*1962, n° 35, p. 332-341 :   Chasé – Chocheron

*1962, n° 36, p. 386-396 :   Chou – Complanteur

1963, n° 37, p. 40-55 :        Compoix – Czarnoziem

1963, n° 39, p. 275-294 :     Daba – Dvor

*1964, n° 41, p. 51-64 :       Eaux et Forêt – Emousse

1964, n° 43, p. 349-369 :     Empaillage – Eyzines

1965, n° 46, p.224-239 :      Fabrecoulier – Floquets

1965, n° 47, p. 368-386 :     Flore – Fuye

1966, n° 50, p. 230-257 :     Gaaing – Guyot

Sauf exception (*), ces fascicules sont accessibles en ligne sur Persée.

En 1970, Paul Fénelon fait paraître son Vocabulaire de géographie agraire. Une 2e édition revue et augmentée paraît en 1989.

Voir aussi son Dictionnaire d’histoire et de géographie agraires multilingue paru en 1989, réédité eb 1991.

 

3. Toponymie : la marque de la langue sur les lieux et inversement

Ouvrages

Pour les ouvrages, voir la cote 910.014

Internet

Sur le site de l’IGN,

soit dans la rubrique Toponymie et noms de lieux

soit dans le site associé IGN Education la rubrique Comprendre la toponymie

voir notamment les brochures suivantes en ligne :

La sciences des noms géographiques

André Bégorier, Les noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux

Le site de la toponymie francophone

Sur Wikipedia, voir les articles

« Toponymie »

« Toponymie française »

La section sur le sujet du site Lexilogos

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (2) Abréviations et livres anciens

(Dernière mise à jour : 5 octobre 2015)

 

Abréviations utilisées en paléographie

Un certain nombre de références en ligne sont proposées sur Menestrel

Jean Françoisde Vaines, Dictionnaire raisonné de diplomatique, t.1,

1774, p. 28-39, disponible sur Google livres

1863, p. 27-33, disponible sur Google livres

Abréviations utilisées dans les fiches descriptives

1/2-rel. demi-reliure
ang. angulaire
bas. basane
bibl. bibliothèque
bibliogr. bibliographie
br. broché
c. coin(s)
cart. cartonnage, cartonné
cart. éd. cartonnage d’éditeur
ch, ou chag. chagrin
coll. collection
comp. compartiment
cons. conservé
coul. couleur
couv, couverture
couv. cons. couverture conservée
couv. impr. couverture imprimée
couv. muet. couverture muette
déch.  déchirure
défr. défraîchi(e)
demi. rel. demi reliure
dent. int. dentelle intérieure
dépl. dépliant ou à déplier
éb. ébarbé
éd. or. ou E.O. édition originale
éd. édition, éditeur, édité
ém. émoussés
emb. emboitage
en ff. en feuilles
encadr. encadrement
ép. époque
épid. épidermures
ex. exemplaire
ex. tr. exemplaire de travail
f. ou ff. feuille(s), feuillet(s)
f. ou ff. n.ch. feuille(s), feuillet(s) non chiffré(s)
f° ou in-fol. in-folio
fasc. fascicule
fig. figure
fil. filet
front. frontispice
gd ou gr. grand
gr. ou grav. gravure, gravé
h.c hors commerce
h-t ou ht.  hors-texte
ill. illustration, illustré, illustrateur
impr. imprimé, imprimeur, imprimerie
inc. incomplet
inf. inférieur
in-f° ou in-f. ou in-fol. in-folio
in-t. in-texte
jaq. jaquette
jasp.  jaspé
lég. défr. légèrement défraîchi
lég.
léger(s)(e)(es), légèrement
mar. maroquin
mod moderne
mouch. moucheté
mouill. mouillures
mq. ou mque manque
ms. ou mss. manuscrit(s)
n. ch. non chiffré
n. et bl. noir et blanc
n.ch., ou n.chiff. non chiffré
n.r. non rogné
n° ou num, numéro, numéroté
nb. ou nombr. nombreux, nombreuses
obl. oblong
p. de t. pièce de titre
p. de titre et de tom. pièce de titre et de tomaison
p. ou pp. page(s)
P. Paris
pag. paginé
per. ou perc. percaline
pet. petit
piq. piqûres
pl. planche(s)
pl. rel. pleine reliure
préf. préface
pseud. pseudonyme
qq. quelques
rel, reliure, relieur, relié
rel. ép. reliure de l’époque
rel. post. reliure postérieure
reprod, reproduction(s)
rest. restauré
rich. richement
rouss. rousseurs
s. siècle
s.d. sans date
s.l. sans lieu
s.l n.d. sans lieu ni date
s.n. sans nom (d’éditeur)
sup. supérieur
t. ou tom. tome, tomaison
tr. dor. tranches dorées
tr. tranche(s)
trad. traduit, traduction
us. usagé, usures
v. veau
vol. volume

La liste ci-dessus résulte de la synthèse de plusieurs documents proposées sur

Anticbooks

Le Blog du Bibliophile

Cabinet Pierre Poulain

Galaxidion

Syndicat de la librairie ancienne et moderne

 

Abréviations utilisées pour désigner les livres de la Bible

Listes en ordre alphabétique :

J. B. C. Chaud, Morale de la Bible, vol. 1, 1817, p. 336-337, disponible sur Google livres

Listes dans l’ordre traditionnel des livres bibliques :

BIBLIJA

Orthotypographie

Revue d’histoire et de philosophie religieuses

Wikipedia

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts