Archives par mot-clé : Animaux

La question animale

Dernièrement, j’ai découvert sur mon bureau un exemplaire d’une nouvelle revue publiée par l’Inra , SésameSciences et société, alimentation, mondes agricoles et environnement. Son n° 1 (mai 2017)  contient notamment un dossier intitulé Consommation de viande : nos nouveaux péchés de chair ? A particulièrement retenu mon attention « Au nom d’une humanité carnivore », entretien avec la philosophe Florence Burgat qui a récemment fait paraître au Seuil L’humanité carnivore. Ce n’est pas son premier ouvrage concernant la condition animale, car elle a publié déjà Animal, mon prochain, chez Odile Jacob en 1997, ainsi que de nombreux articles répertoriés dans la Bibliothèque virtuelle des droits des animaux. Continuer la lecture de La question animale

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Kalila et Dimna : quand les chacals enseignent aux hommes

KalilaDimnaUne exposition sur les fables de Kalila et Dimna vient de se terminer à l’Institut du monde arabe. Je n’ai pas eu l’occasion de la visiter, mais cela m’a incité à m’informer un peu sur ces fables persanes.

Rédigé entre la fin du VIe et le milieu du VIIIe en pehlvî puis en arabe, le  Livre de Kalîla et Dimna (en arabe Kalîla wa Dimna), du nom des deux chacals protagonistes du premier conte, est la version arabo-persane d’un ancien recueil indien écrit en sanskrit, le Pañchatantra.

Continuer la lecture de Kalila et Dimna : quand les chacals enseignent aux hommes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Encore un mot sur l’araignée salvatrice

A ceux qui ont été intéressés par les trois choniques que j’ai consacré en 2011 et en 2013 à l’araignée salvatrice, je voudrais signaler cet extrait d’un un article d’Ahmed Ben Naoum, intitulé « Fonction prophétique et fonction politique », paru en 2000 dans le n° 11  d’Insaniyat / إنسانيات : Continuer la lecture de Encore un mot sur l’araignée salvatrice

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La mouche et l’araignée

Vous rappelez-vous de mes deux chroniques sur l’araignée salvatrice ? A l’époque, je m’interrogeais pour savoir laquelle des deux versions, juive et musulmane, était antérieure à l’autre, tout en constatant la diffusion de ce thème dans le monde chrétien. J’en concluais à des origines communes issue d’un vieux fonds méditerranéen.

Or voici que les remarques d’un lecteur (Petit Renard) ont attiré mon attention sur l’existence de ce thème en Afrique. Voici ce qu’il m’a écrit :

En Afrique nous avons un récit semblable, “Nanga poursuivit par les musulmans,se réfugia dans une grotte et une araignée tissa une toile à l’entrée de la grotte, sauvant ainsi la vie de Nanga”

Comme je lui demande où, précisément sur le continent africain, il me répond :

Ce récit, vous le retrouvez au Cameroun, mais ce sont en réalité toutes les mêmes croyances dans l’Afrique ancienne en générale elles ont toute pour origine les pays de Cush (Nubie, Egypte ancienne etc…)

Et effectivement, quand je fais une recherche sur ce thème, je tombe sur ce conte érythréen :

« Maman, je déteste les araignées et les mouches » dit le prince.
La reine répondit avec sagesse « Il y a une raison pour tout ce que le Bon Dieu a fait. »
Bien qu’il sache que sa mère était une sage femme, il doutait de ses paroles pour le moment. Apres tout, quelle raison d’être pouvait avoir chacune de ces créatures ennuyeuses ? Il continua avec sa journée sans y plus penser.
Un mois passa et quelque chose de très horrible arriva. Il y avait une rébellion dans le royaume et la famille du roi fut tuée. Le seul à survivre fut le jeune prince. Il savait que ses ennemis n’étaient pas loin de lui et qu’ils ne le laisseraient jamais s’échapper. Laisser le prince en vie signifiait qu’il pourrait toujours un jour monter une armée pour reprendre le trône du roi et régner sur le pays.
Il décida d’aller vivre chez un oncle qui vivait loin d’ici. Il ne voyageait que de nuit et par la campagne afin de ne pas être vu. Mais il se rendit vite compte qu’ils n’étaient pas loin derrière. Si seulement il pouvait tenir un jour de plus de voyage, il pourrait arriver à la sûreté de la maison de son oncle.
Le dernier jour, il arriva à un espace ouvert avec un petit bassin d’eau où il pût se reposer et boire. Ces longs jours de voyage l’avaient rendu très fatigué. Très bientôt il s’endormit confortablement contre un arbre.
Quelques heures passèrent et une mouche se posa sur son visage. Il la fit partir, mais elle revenait sans arrêt. Finalement, dérangé par la mouche, il ouvrit les yeux et vit ses ennemis qui approchaient dans la distance. Il dormait si bien qu’il ne les avait pas entendu venir.
Il se leva d’un bond et fit son chemin à travers les collines aussi vite qu’il le pouvait. Il y avait beaucoup de cavernes dans ces collines, il en choisit une et y entra. Il alla au plus profond de la caverne et se cacha du mieux qu’il pût. Le temps passa et il entendit ses ennemis parler en dehors de la grotte.
L’un dit à l’autre d’une voix forte et coléreuse : «Ce n’est pas la peine d’explorer celle-ci, ne vois-tu pas qu’il y a une toile d’araignée ? Il n’aurait pas pu entrer sans endommager la toile et tu peux voir qu’elle est intacte ! Partons et allons vérifier la caverne suivante. » Sur ce, ils partirent vérifier les autres cavernes.
Ce qu’il se passa est qu’alors qu’il entrait dans la caverne, une énorme araignée était venue pour tisser sa toile à l’entrée de la caverne. Du fait qu’elle était si grosse, cela lui pris peu de temps pour avoir une grande toile qui couvrait la plupart des petites ouvertures.
Alors que le prince arrivait sain et sauf le lendemain matin à la maison de son oncle, il se rappela les paroles sages de sa mère. Il pleura en se souvenant ce qu’elle lui disait chaque fois qu’il se plaignait quand il était petit au sujet des mouches et des araignées qu’il détestait :
« Mon cher fils, il y a une raison pour chaque créature que le bon dieu créa… même les mouches et les araignées. »

Plusieurs remarques :

  1. Remplacez le prince par David, la mère par Dieu, les ennemis par les soldats de Saul, et vous avez la version juive de l’histoire. Curieux, non ?
  2. Ce conte serait érythréen, ce qui nous rapproche du pays de Kousch évoqué par Petit Renard. Mais cela nous rapproche aussi de la péninsule arabique…
  3. Se pose la question de la date de l’apparition de ce conte. Est-il « immémorial » ou faut-il l’associer à la pénétration musulmane dans ce continent au cours du Moyen-Age et des Temps Modernes ? Et comment le savoir, s’il relève de la tradition orale, comme nous l’avons vu précédemment à propos du conte des trois langues ?

Bref, une fois de plus, pas de réponse définitive, mais j’ai plutôt l’impression que le mystère s’épaissit…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Drôles de bibs (4) Singes bibliothécaires et lecteurs simiesques

 Les lecteurs des Annales du Disque monde de Terry Pratchett connaissent le bibliothécaire de l’Université invisble transformé en orang-outang. Cette idée de singe veillant sur les livres serait-elle venue à l’auteur en référence à celui qui veille sur l’entrée de la bibliothèque du château de Cardiff ?

Entrée de la bibliothèque du château de Cardiff, Wolfgang Sauber

Et qu’en est-il des lecteurs simiesques en bibliothèque ? Voici quelques exemples. D’abord une bande dessinée partiellement représentée dans la galerie de lincoln-log sur Flickr où ce type de lecteur semble un peu brutal (du moins en couverture). Ce numéro de From beyond the unkown reprend en fait une histoire parue dans Strange Adventures, comme nous l’apprend un article intitulé « Apes on Covers » paru sur le blog ThisKevin.

Dans les exemples suivants, il s’agit de singes savants au meilleur sens du terme. La photographie d’une stalle de la cathédrale d’Exeter trouvée sur le site de l’unviversité du Minesota nous suggère que la  représentation du  singe lecteur n’est pas nouvelle. Spécialiste de la peinture simiesque, Gabriel von Max a réalisé plusieurs peintures sur ce thème .

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice en terre chrétienne

Peut-être avez-vous lu ma chronique du 20 octobre dernier, où je vous contais comment le thème d’une histoire musulmane (ou juive) – Mahomet (ou David) sauvé de ses poursuivants par une araignée – avait été repris par le cinéma et la bande dessinée dans de tout autre contexte.

Un courriel de Pascal Esnault nous apprenait que cet épisode de la grotte et de l’araignée apparaît également dans les légendes chrétiennes avec la Sainte Famille à la place de Mahomet ou de David. L’épisode n’apparaissant pas dans les évangiles canoniques et aucune indication n’étant donnée sur la première manifestation de cette légende, je ne pouvais que conclure ma réponse ainsi :

Y a-t-il eu influence des versions juives ou musulmanes et à quelle époque (Croisades, Reconquista) ? Ou bien cette légende remonte-t-elle au temps des premiers apocryphes ? A suivre.

Depuis, si je n’ai toujours pas trouvé quand cette légende est apparue, j’en ai trouvé d’autres applications à quelques saints personnages chrétiens. Si j’en crois le tome 2 du Traité d’Iconographie Chrétienne de Xavier Barbier de Montault (Liberius ; Scribd), Camion, évêque en Afrique, a pour emblème l’araignée, car il fut sauvé de ses persécuteurs par sa toile. Il en est de même pour Félix, prêtre à Nole : une araignée tendit sa toile à l’entrée de la grotte où il s’était caché. Idem pour sainte Teuteria de Vérone.

Cela ressemble bien au schéma connu, sauf que cette fois ce ne sont pas les premiers rôles, mais des seconds couteaux qui nous rejouent l’histoire : un obscur évêque d’Afrique, un prêtre d’origine syrienne actif en Campanie au IIIe siècle et une noble anglo-saxonne du VIIe siècle venue à Vérone pour fuir les assiduités d’un roi païen. Rien de commun entre eux, sauf à imaginer que la légende, venue d’Afrique du Nord, serait remontée à partir du Sud de l’Italie jusqu’à la Vénétie et au Trentin. Hypothèse bien fragile…

Dans le même Traité, l’araignée apparait deux fois dans un autre contexte. Ainsi Conrad, évêque de Constance, a-t-il pour emblème le

calice, dans lequel tomba une araignée pendant qu’il célébrait et qu’il avala avec le précieux sang ; il la rendit ensuite par la bouche.

Norbert, évêque de Magdebourg, fut victime d’une pareille aventure, à ceci près que l’araignée lui sortit par le nez. Avec ces saints des Xe et XIIe  siècles, nous constatons qu’en terre allemande, l’araignée n’est plus salvatrice, mais une impureté à rejeter du corps du prêtre comme du sang du Christ. Curieux retournement.

Que conclure ? Pas grand chose, si ce n’est qu’il faut continuer la collecte des informations sur ce thème pour démêler ce fil d’Ariane.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, « L’araignée du Prophète » (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme « forgés ou faibles », en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans cette vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: « Pourquoi avoir créé cette créature inutile? » Dieu répondit:  » Le jour où tu comprendras viendra ». Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un bille de Zaitchick, dans un billet de Zait intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Homme et animal

Ayant pris connaissance du dernier billet du blog Terrain, je vous transmets la bibliographie suivante, tournant essentiellement autour des droits des animaux sous leurs différents aspects. A compléter évidemment… (Dernière mise à jour : 9 mai 2012)

Animaux et sociétés

Nathalie Blanc. Les animaux et la ville. O.Jacob, 2000. 232 p.

Robert Sullivan. Rats : une autre histoire de New York. Payot, 2009. 313 p.

Droits des animaux : aspect éthique et philosophique

Homme et animal : la question des frontières. Versailles : Quae, 2009. 214 p.

La question animale : entre science, littérature et philosophie, sous la direction de J.-P. Engélibert, L. Campos, C. Coquio… [et al.] ; colloque « Le sens de l’ animal », Poitiers,3-5 février 2010. Presses universitaires de Rennes, 2011. 304 p.

Jean Birnbaum (dir.). Qui sont les animaux ? [21e Forum Le Monde Le Mans]. Paris : Gallimard, 2010. 261 p.

Florence Burgat. Une autre existence : la condition animale. PUF, 2011. 384 p.

Boris Cyroulnik (dir.). Si les lions pouvaient parler : essais sur la condition animale. Gallimard, 1998. 1503 p.

Isabelle de Fontenay

  • Le silence des bêtes. Fayard, 1998. 784 p.
  • Sans offenser le genre humain : réflexions sur la cause animale. Albin Michel, 2008. 213 p. Recension par la revue Le portique

Jean-Yves Goff. Le philosophe et ses animaux : du statut éthique de l’animal. J.Chambon, 1994. 335 p.

Thierry Gontier. La question de l’animal : les origines du débat moderne. Paris : Hermann, impr. 2011. 244 p.

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

  • Éthique animale. PUF, 2008. Préface de Peter Singer
  • Philosophie animale :différence, responsabilité et communauté, textes réunis, présentés et traduits par Hicham-Stéphane Afeissa et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer. Vrin, 2010. (Textes clés). 380 p.
  • L’éthique animale. PUF, 2011. (Que sais-je ?). 127 p.
  • Anthologie d’éthique animale : apologies des bêtes. PUF, 2011. 392 p. Présentation sur le site de l’auteur et recension par Ian Marcil

Dominique Lestel.

  • L’animalité : essai sur le statut de l’humain. L’Herne, DL 2007. 125 p.
  • L’animal est l’avenir de l’homme Texte imprimé munitions pour ceux qui veulent (toujours) défendre les animaux. Fayard, 2010. 187 p.

Alain Leygonie. Les animaux sont-ils bêtes ? Paris : Klincksieck, 2011. 145 p.

Peter Singer.

  • La libération animale. Grasset, 1993. 382 p.
  • L’égalité animale expliquée aux humain-es. Tahin Party, 2007. 75 p.
  • Le Mouvement de libération animale : sa philosophie, ses réalisations, son avenir. F.Blanchon, 1991. 63 p.

Droits des animaux : aspect juridique

Josette Beer-Gabel et Bernard Labat. La protection internationale de la faune et de la flore sauvages. Université de Bruxelles,1999. 266 p.

Florence Burgat. La protection de l’animal. PUF, 1997. (Que sais-je ?). 126 p.

Georges Chapouthier. Les droits de l’animal. PUF, 1992. (Que sais-je ?). 127 p.

Sonia Desmoulin. L’animal, entre science et droit. Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006. 771 p. Texte remanié de : Thèse doctorat : Droit : Paris 1 : 2005

Jean-Pierre Margueneau. L’animal en droit privé. PUF, 1993. Texte remanié de : Thèse doctorat : Droit privé : Limoges : 1987

Laurent Neyret. Atteintes au vivant et responsabilité civile. LGDJ, 2006. 709 p. Texte remanié de : Thèse : Droit : Orléans : 2005

Dossiers et numéros spéciaux de périodiques

L’animal dans nos sociétés, numéro spécial de Problèmes politiques et sociaux, 2004, n° 896, 118 p.Les animaux, numéro spécial de Pouvoirs, 2009, n° 131, 206 p.

Les animaux pensent-ils ?,  numéro spécial de Terrain, 2000, n° 34, 173 p., en ligne sur Revues.org.

Droits de l’homme, droit du singe, droits de l’animal, dossier dans Le débat, 2000, n° 108, p.153-192. Ce dossier donne lieu à un prolongement dans Le débat, 2000, n° 109, p.138-160.

Libérer les animaux ?, numéro spécial de Critique, 2009, n° 747-748, 832 p.

Protéger la nature, est-ce protéger la société ?, numéro spécial de Géographies et cultures, 2009, n° 69, 143 p.

La question animale, numéro spécial de Politix, 2003, n° 64, 223 p.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’oiseau des contes (2) L’oiseau des contes littéraires

En complément d’un précédent billet sur une anthologie de contes issus de la tradition oral sur le thème de l’oiseau, voici un début de liste de contes issus de la littérature savante et portant sur ce même thème. Evidement elle sera complétée, corrigée, et si vous avez des remarques et informations.. 

 

 Le langage des oiseaux (ou la conférence des oiseaux)

Auteur : Farid-Uddin Attar

Texte en ligne :

  • Une version en format html sur Simorg.net
  • Une version html en persan
  • Une version numérisée d’édition ancienne dans Google livres : 1857

Bibliographie

 

L’oiseau blanc

Auteur : Denis Diderot.

Texte en ligne :

  • Une versions en format html dans les pages dédiées à Denis Diderot dans Wikisource.
  • Les version numérisées d’éditions anciennes dans Gallica ou Google livres  : 1821 ; 1875. 

 

L’oiseau bleu

Auteur : Madame d’Aulnoy.

Texte en ligne :

Une version gasconne du conte sur le site Pyrene.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts