Archives par mot-clé : Antisémitisme

Bagatelles pour un massacre et autres pamphlets céliniens : beaucoup de bruit pour rien

La polémique qui enfle actuellement autour d’une hypothétique réédition des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline par Gallimard me laisse perplexe. Que certains s’inquiètent d’une parution sous format papier de textes par ailleurs parfaitement accessibles ici et  sur internet me semble risible et vain. Qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, Bagatelles pour un massacre, L’Ecole des cadavres et Les Beaux draps sont bel et bien accessibles à n’importe quel internaute amateur et ce sans le moindre appareil critique…

Alors, la perspective d’une édition permettant de contextualiser ces écrits devrait plutôt nous réjouir, non ? Ce n’est pas en interdisant la publication de tels textes qu’on peut espérer en combattre l’influence délétère, mais bien en les étudiant, en les analysant, en pointant leur inanité. La censure est toujours contreproductive, et les censeurs, si bonnes soient leurs intentions, s’exposent à bien des ridicules.

En tout cas, l’éditeur ne pouvait rêver meilleure publicité, ce qui n’était sans doute pas le but de ses détracteurs…

__________________________________

Mise à jour du 15 janvier 2018

Il semble que Gallimard renonce à publier ces fameux pamphlets. C’est son choix, mais je pense que le résultat obtenu par les censeurs aura surtout été un regain d’intérêt pour les versions disponibles sur internet, et malheureusement pas seulement de la part de chercheurs et de curieux. Dans le genre contreproductif, on ne fait pas mieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Il s’appelait Simon Nizard

Mon grand-père avait un ami, juif tunisien naïvement confiant dans les valeurs de la France. Vous savez : liberté, égalité, fraternité, Lumières et autres totems auxquels il convient de sacrifier sans y adhérer vraiment… Mais lui y croyait et jugeait invraisemblable que les autorités de Vichy puissent s’en prendre à lui, honnête citoyen innocent. Nous étions au début de 1943. La zone sud avait été envahie au mois de novembre précédent et le 22 janvier débuta à Marseille une grande rafle dont beaucoup ne revinrent pas. Simon Nizard était de ceux-là(1).

En 1994, alors que je subissais ma formation de bibliothécaire à Villeurbanne, je retrouvais son nom dans un épais classeur inventoriant les « passagers » des différents convois « Nuit et brouillard » partis de France pour se perdre dans l’archipel d’Auschwitz. Le terminus pour lui fut Sobibor(2).

Ces évènements remontent à soixante-neuf ans, c’est à dire hier. Il ne me semble pas inutile de s’en souvenir autrement que par le biais de succès cinématographiques régulièrement diffusés et encensés par la critique(3). Le génocide des juifs d’Europe n’est pas une fiction même si certains voudraient le faire croire(4). Les personnes qui en furent victimes étaient des gens comme vous et moi.

______________________________________________________

  1. Outre l’article de Wikipedia, voir le site Anonymes, Justes et persécutés durant la période nazie où vous trouverez des informations sur cette rafle accompagnée de la destruction du quartier du Vieux-Port… et également sur Simon Nizard et sa famille ainsi que bien d’autres victimes.
  2. Ce classeur se trouvait au musée du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation. Je ne l’ai pas retrouvé en ligne. Peut-être ai-je mal cherché. Il se peut aussi que ce document ne soit pas (encore) numérisé. Une liste de tous les convois de déportation partis de France établie par Serge Klarsfeld avec le nombre des personnes déportées et le camp de destination est consultable sur le site Mémoire juive et éducation. Voir aussi sur le site Les morts des camps la liste des déportés nés en Tunisie.
  3. Je pense notamment, dans deux styles bien différents, à La liste de Schindler par Steven Spielberg et à La vie est belle.de Roberto Benigni.
  4. Sur les persécutions et les rafles en France : le dossier réalisé par des Chemins de la mémoire. Sur les camps : le dossier réalisé par Daniel Letouzey sur le site de Clioweb. Sur le négationnisme : les textes de Pierre Vidal-Naquet, le dossier sur le négationnisme par le CRDP de Reims, le site de Michel Fingerhut et Pratique de l’histoire et dévoiements négationnistes qui nous mettent en garde contre les assassins de la mémoire fort actifs sur la grand toile (cf. sélection de liens répertoriés par le site négationniste VHO).

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Précis de l’affaire Dreyfus, bréviaire anti-dreyfusard

Tout le monde sait ou devrait savoir ce que vaut un livre comme Les Protocoles des Sages de Sion : un faux créé de toute pièce par l’Okhrana, la police secrète tsariste. Dès 1939, Henri Rollin, membre du deuxième bureau français, a montré dans L’Apocalypse de notre temps (réédité aux Éditions Allia en 1991 et en 2005) le processus de création et d’utilisation de ce texte par les pro-tsaristes, puis les fascistes, nazis et autres courants d’extrême-droite. En 1992, un historien en littérature russe, Mikhail Lépekhine a découvert le nom du faussaire grâce à l’ouverture des archives soviétiques. Ces faits sont connus ou devraient l’être de tous. J’y reviendrai peut-être dans une autre chonique.

Par contre, il n’est pas dit qu’en dehors des spécialistes et d’une certaine droite, beaucoup de gens aient entendu parler du Précis de l’Affaire Dreyfus de Henri Dutrait-Crozon. Moi-même, je ne l’ai découvert que par hasard, parmi les liens du site d’un dessinateur lié à l’extrême-droite(1). Cet ouvrage est pourtant à l’affaire Dreyfus ce que les écrits de Faurisson et autres révisionnistes sont au génocide juif. Paru en 1909, il a servi de référence au courant anti-dreyfusard jusqu’à aujourd’hui. N’est-il pas cité en termes élogieux sur un certain nombre de sites et blogs au contenu douteux ?

Mais je préfère laisser s’exprimer Pierre Vidal-Naquet qui, dans « Mes affaires Dreyfus »  dépeint ainsi ce bréviaire anti-dreyfusard :

Dans la littérature antidreyfusarde, il existe, à côté des pamphlets enflammés de Barrès ou des éructations folles de Drumont, voire du premier livre de Georges Bernanos, La Grande peur des bien-pensants, avec son exaltation des démonstrations démentes de Bertillon, un livre qui a éduqué une génération d’hommes et de femmes d’Action française, c’est le Précis de l’affaire Dreyfus signé Henri Dutrait-Crozon, pseudonyme de deux officiers d’Action française, les colonels Frédéric Delebecque et Georges Larpent. (Delebecque a fait souche d’une lignée d’Action française, dont l’un enseigna le grec à la Faculté des lettres d’Aix ; j’ai eu un camarade issu de cette lignée en khâgne à Henri-IV.) Le premier travail de ces deux « savants » a été publié en 1905 : Joseph Reinach historien. Révision de l’histoire de l’affaire Dreyfus, avec une préface de Charles Maurras – vous savez que Maurras s’écria lorsqu’il s’entendit condamner en 1945 : « C’est la revanche de Dreyfus. » Certains de ses disciples s’étaient cependant engagés dans la Résistance.

On peut dire de l’Action française qu’elle est littéralement née d’un mensonge, la culpabilité de Dreyfus, et de l’exaltation d’un faux, le faux Henry. Après leur livre de 1905, les Dutrait-Crozon publieront donc en 1909 leur Précis de l’affaire Dreyfus, qui fut réédité en 1924, édition dite définitive, puis en 1938. J’ai longtemps possédé un exemplaire de cette dernière édition qui, comme me l’a fait remarquer François Hartog, se présente comme un Lehrbuch allemand, avec la table des matières au début. Il a été mis à jour après la publication des Carnets de Schwartzkoppen (l’attaché militaire allemand à Paris), parus après sa mort et relatant les visites qu’il reçut d’Esterhazy (tout cela est aujourd’hui archiconnu, grâce notamment aux travaux de Marcel Thomas).

Nos hommes d’Action française écrivaient : « Mais que vaut ce témoignage, c’est ce que bien peu de gens se sont donné la peine de rechercher. » Et naturellement, à leurs yeux, ce témoignage ne vaut rien. Grâce aux enfants de Madeleine Rebérioux, je possède maintenant l’édition de 1924, dite définitive. On y lit par exemple ceci, page 47, à propos de l’état d’esprit de la défense de Dreyfus après la dégradation : « On cherchait déjà un agent pour trouver quelqu’un à substituer au condamné. » Si on se reporte à la référence, on verra que Dreyfus et les siens demandaient en réalité que l’on cherche le vrai coupable. Esterhazy sera défini par les Dutrait-Crozon comme l’homme de paille des Juifs ayant imité l’écriture de Dreyfus… Tout cela a quelque chose de vertigineux et qui continue à me frapper de stupeur.

Voir aussi :

Pierre Vidal-Naquet, « Dreyfus dans l’Affaire et dans l’histoire », in Cinq années de ma vie, Paris, Maspero/LaDécouverte, 1994, p.5-45.

Pierre Vidal-Naquet. Les Assassins de la mémoire, Paris, Le Seuil, 1995, p.77-78.

Vincent Duclert « L’affaire Dreyfus : de l’affrontement des mémoires à la reconnaissance de l’histoire », in Les guerres de mémoires, La Découverte, 2008, p. 71-82. Accessible sur Cairn. Voici l’extrait concernant le Précis :

Les propagandistes de l’Action française multipliaient les brochures et les essais visant à imposer dans l’opinion l’idée d’un complot juif contre la France et ruinant la vérité sur la culpabilité de l’état-major et l’innocence de Dreyfus. En 1909 parut un ouvrage imposant, Précis de l’Affaire Dreyfus[5] dont les méthodes annonçaient celles des négationnistes après la Seconde Guerre mondiale.

Publiant sous le pseudonyme d’Henri Dutrait-Crozon, les anciens colonels Georges Larpent et Frédéric Delebecque multiplièrent les mises en cause des magistrats, des défenseurs juifs de Dreyfus, dont l’avocat et député Joseph Reinach[6] et de Dreyfus lui-même. Sous un aspect de neutralité documentaire, ils transformaient en preuves incontestables des allégations produites par les pires ennemis d’Alfred Dreyfus sous le simple prétexte qu’elles avaient, par exemple, été produites en justice

[5] Précis de l’Affaire Dreyfus, Nouvelle Librairie Nationale, Paris, 1909 (édition augmentée d’un répertoire analytique, à la Nouvelle Librairie Nationale, 1924 ; nouvelle édition en 1938 et en 1987 sous la forme d’un fac-similé de l’édition de 1938).

[6] H. Dutrait-Crozon, Joseph Reinach historien, révision de l’histoire de l’Affaire Dreyfus (tome 1, Le Procès de 1894 ; tome 2, Esterhazy) (préface de Charles Maurras), A. Savaète, Paris, 1905.

Editions du Précis de l’Affaire Dreyfus accessibles en ligne :

1909 : pas trouvée

1924 : Scrib.com ; Calameo

Attention :

Il existe un ouvrage intitulé Précis de l’affaire Dreyfus : lettre à un ami que ne sait pas, d’un docteur Oyon, avec une préface d’Anatole France, paru en 1903 et disponible sur Archive.org. Ce texte, n’a rien à voir avec le livre du soi-disant Henri Dutrait-Crozon. Réédédition : Joseph Berny, M. le docteur Oyon, L’affaire Dreyfus 1894, Paris, La Libre pensée,1994, numéro spécial de L’idée libre, comprend : le synopsis de ‘l’affaire Dreyfus’ et, à la suite le texte de : ‘Précis de l’affaire Dreyfus’ du docteur Oyon.

Un autre ouvrage sur l’Affaire contient le mot « précis » : L’affaire Dreyfus et ses ressorts secrets : précis historique de Paschal Grousset paru en 1898 et disponible sur Gallica. Lui non plus n’a rien à voir avec les anti-dreyfusards.

______________________________________________

(1) Il s’agit de Konk. N’allez pas en déduire je ne sais quoi sur mes propres orientations politiques, simplement, je m’informe et pour cela, toutes les sources sont bonnes pour peu qu’on les passe au crible de la critique et qu’on sache d’où elles viennent. D’où parles-tu, camarade ? Ma foi, je ne sais plus trop, mais je sais fort bien d’où je ne parle pas…

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts