Archives par mot-clé : Apocryphes

La Rencontre à la Porte dorée et ses sources

Albrecht Dürer, 1504, gravure sur bois,
Staatliche Graphische Sammlung,
Munich

En cherchant je ne sais plus trop quoi sur les apocryphes du Nouveau Testament, j’ai découvert un article de Réjane Gay-Canton intitulé « La Rencontre à la Porte dorée. Image, texte et contexte »  dans le n° 10 (2012) de L’Atelier du Centre de recherches historiques consacré à l’Immaculée Conception. Bonne occasion pour chercher ce que nous pouvons trouver sur internet concernant les sources de cet épisode de la vie d’Anne, la mère de Marie dont je vous ai déjà parlé au sujet de la Sainte Parenté de la Vierge.

Mais d’abord, en voici un rapide résumé. La rencontre de la Porte dorée se situe juste après une sorte de pré-Annonciation au cours de laquelle l’ange du Seigneur annonce successivement à Joachim et à sa femme qu’après vingt ans de mariage stérile et malgré leur âge avancé, ils vont enfin avoir une fille qui elle-même enfantera le Sauveur. Les deux époux se retrouvent à la Porte d’or, à l’entrée de Jérusalem. Grande est leur joie de se retrouver car Anne s’était crue veuve, suite à la longue absence de son mari.

Sources

Vous pouvez lire cette histoire dans au moins quatre textes qui content la jeunesse de la Vierge Marie et les premières années de Jésus :

Le Protévangile de Jacques est le plus ancienne (fin IIe siècle). Si le récit nous est parvenu en grec, il existe aussi des versions en syriaque, arménien, éthiopien, géorgien, vieux slave. Le titre varie selon les manuscrits et le titre usuel de l’ouvrage lui a été donné pour la première fois par l’érudit Guillaume Postel lors de l’impression de la première traduction latine à Bâle en 1552. La traduction française de Gustave Brunet (1805-1896) est disponible sur Remacle et celle de la Collection… de Voltaire sur Wikisource.

L’Évangile du Pseudo-Matthieu, appelé aussi Livre de la naissance de la bienheureuse Vierge Marie et de l’enfance du Sauveur, remonte au premier quart du VIIe siècle. Il est présenté dans les manuscrits comme une traduction latine faite par Jérôme d’un ouvrage grec. Il en existe 130 manuscrits, dont des versions provençales de la fin XIIIe et XIVe siècle. Une traduction enfrançais est disponible sur le site Seigneur Jésus.

L’ Évangile de la Nativité de la Vierge est une adaptation des deux précédents, rédigée selon les uns entre VI et VIIe siècle et selon d’autres vers 868-869. La traduction française de Gustave Brunet est disponible sur Remacle.

La Légende dorée de Jacques de Voragine (1228-1298) reprend cette histoire. La traduction de Théodore de Wyzewa (1862-1917) est disponible sur Gallica.

 Etudes

Sur le Protévangile de Jacques

Emile Amann. Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, Paris : Letouzé et Ané, 1910. Disponible sur Archive.org et sur le site Patrologia latina, graeca et orientalis.

E Strycker. La forme ancienne du protévangile de Jacques. Bruxelles : Société des Bollandistes, 2001.

Jean-Marc Prieur, « Le protévangile de Jacques », Les Cahiers Evangiles n°48 sur le site Bible Service

Sur l’Évangile du Pseudo-Matthieu

Jan Gisel, «Vue d’ensemble de l’histoire textuelle» dans Libri de Nativitate Mariae, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Series Apocryphorum 9), p. 71-97.

Iconographie

 

Anne et Joachim à la Porte DoréeLe Maître de Moulins (Jean Hey), vers 1500
Charlemagne et la rencontre de sainte Anne et saint Joachim à la Porte Dorée
© 1997 National Gallery, Londres

Vous trouverez plusieurs reproductions iconographiques (miniatures, peintures, gravures, sculptures) sur site du CEntre DIocésain de DOcumentation CAtéchétique (CEDIDOCA) de l’église catholique d’Alsace, dans la base Enluminure, dans la base Joconde.

En Occident, le cycle le plus célèbre de la vie de sainte Anne et de l’enfance de Marie est celui de Giotto, peint à fresque au début du XIVe siècle dans la chapelle des Scrovegni. Vous en trouverez plusieurs représentations sur internet, notamment sur Idixa.

Recherche rencontre anne joachim porte dorée dans Google images.

 Heures à l’usage de Rome, Carpentras – BM – ms. 0059 | base Enluminures, Institut de recherche et d’histoire des textes

La symbolique du baiser de la Porte Dorée, une scène d’accouplement et de procréation ? 

Dans la partie du site de Jacky Jourden consacrée à la tapisserie La chasse à la licorne, plus précisément dans le chapitre sur le commanditaire, il est question de plusieurs Anne (Anne de Bretagne, Anne de France, Anne, la mère de Marie…) et également de la rencontre de la Porte Dorée. C’est là que j’ai trouvé cet extrait de l’ouvrage d’André Grabar, Les voies de la création en iconographie chrétienne (Flammarion, 1979, pp. 119-120) selon lequel cette rencontre serait une scène d’accouplement et de procréation :

 » Nous trouvons dans des illustrations du Livre des Rois des images qui résument schématiquement la carrière d’un prince. La première montre son père et sa mère s’approchant l’un de l’autre et s’enlaçant tout en restant debout ; la seconde, la naissance du prince. On retrouve la même séquence dans les cycles de l’enfance de Marie : sa naissance est précédée de la fameuse rencontre à la Porte d’Or de Jérusalem, où Joachim et Anne s’embrassent, comme sur la fresque de Giotto à Padoue. Dans les deux cycles, profane et mariologique, la scène est appelée l’accolade ; et dans l’histoire des parents de la Vierge, elle passe pour le moment de l’Immaculée Conception. On en conclut naturellement que dans les biographies illustrées des rois judaïques, l’accolade est aussi un symbole de la conception. Il était important pour l’illustrateur d’évoquer non seulement la naissance, mais aussi la conception, quand il s’agissait d’un roi.

Si telle étaient l’importance et le sens de l’accolade avant la naissance, ne devrait-on pas inclure parmi les images symboliques de la conception de Marie la scène de l’accolade qui, dès les plus anciens cycles évangéliques, fut représentée avant la nativité, et qui en grec porte le même nom, l’accolade ? Les ampoules de Palestine en présentent des exemples caractéristiques. En français et en anglais, la scène est appelée la visitation et elle est interprétée comme une certaine rencontre de Marie et d’Elisabeth : les deux femmes étant enceintes, Elisabeth se rend auprès de Marie, et elle est la première sur terre à proclamer la divinité de l’enfant porté par Marie. Une mosaïque du VIe siècle, à Parenzo en Istrie (maintenant Porec en Yougoslavie), nous en fournit un remarquable exemple ancien, qui très visiblement cherche à rendre évidente la grossesse de Marie. Cet épisode évangélique n’a pas été l’objet d’un culte liturgique particulier : il n’y avait pas de fête de la visitation. Elle figure cependant dans tous les cycles d’images évangéliques anciens, même quand ils sont limités à un très petit nombre de scènes. L’abside de Parenzo ne comporte que deux images : l’Annonciation et la Visitation.

Les premiers chrétiens durent donc avoir de bonnes raisons pour donner tant d’importance à la scène de la visitation. On pourrait formuler l’hypothèse suivante : les imagiers chrétiens de la Basse Antiquité étaient habitués aux cycles biographiques, où, avant la scène de la naissance, figurait l’accolade des parents comme référence symbolique à la conception. Selon moi, la familiarité qu’avaient les artistes avec cette image les a prédisposés à représenter une accolade avant la naissance du Christ. La rencontre de Marie et Elisabeth leur en a fourni l’occasion, les paroles d’Elisabeth sur l’Enfant non encore né de Marie leur permettant de considérer l’épisode comme un témoignage de la conception de la Vierge. Mais comme, selon les Evangiles, c’est l’annonciation qui est le moment effectif de la conception, ils situèrent l’annonciation et la visitation côte à côte, comme des images parallèles du même thème, le second étant ajouté, conformément à la tradition iconographique courante, pour montrer le premier témoin de la conception du Christ. Si l’on acceptait cette interprétation d’une parenté entre les deux scènes, nous aurions ici encore un intéressant exemple d’une adaptation chrétienne d’un motif plus ancien. Dans les mains des imagiers chrétiens, il acquiert même la valeur d’un rappel direct d’un dogme. « 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Collection d’anciens évangiles ou monuments du premier siècle du christianisme extraits de Fabricius, Grabius et autres savants par l’abbé B**

 En faisant une recherche sur les apocryphes, je suis tombé sur la Collection d’anciens évangiles ou monuments du premier siècle du christianisme extraits de Fabricius, Grabius et autres savants par l’abbé B** réalisée sous la direction de Voltaire. Sa première édition date de 1769. Soi-disant londonienne, elle a paru aux Pays-Bas(1). Premier recueil savant de textes apocryphes en langue française, et un des tout premiers recueils en langue vernaculaire, elle ne sera supplanté qu’en 1848 par l’ouvrage de G. Brunet(2)(3). 

Volaire et son entourage s’inspirent des travaux de deux luthériens allemands : le philologue Johann Albert Fabricius, le premier à avoir constitué un recueil d’apocryphes du Nouveau Testamenten publiant en 1703 un  Codex Apocryphus Noui Testamenti Collectus(4), et le théologien Johann Ernst Grabe (Grabius). 

_________________________________________________________

(1)  Elle est disponible sur Google livres. J’ai également repéré sur Gallica et Wikisource l’édition figurant dans le tome 27 des  Œuvres complètes de Voltaire par Louis Morland (Garnier, 1879). 

(2) Cf. Rémy Gounelle, « Voltaire, traducteur et commentateur de ΓEvangile de Nicodème », Revue des Études Augustiniennes, t.43 (1997), p. 173-200

(3) Les Évangiles apocryphes traduits et annotés d’après l’édition de J. C. Thilo, Paris, Franck, 1848. Disponible sur Archive.org et Google livres.

(4) Pour en savoir plus, voir l’article de. Bible-service.net.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les trois maris de Sainte Anne, les sœurs de Marie et leur progéniture ou la Sainte Parenté de la Vierge

(Dernière mise à jour : 28 janvier 2016)

La Sainte Parenté ou la Sainte Parenté de Sainte Anne, entourage de Hans Leinberger
Sainte Parenté, anonyme

Lors de la visite de l’exposition Tours 1500, je suis tombé en arrêt devant un groupe sculpté venu de l’église de Baugy. Attribué à Michel Colomb et vandalisé lors des guerres de religion (ou de la Révolution, je ne me souviens plus bien), il représente une Sainte Parenté. Comme nous allons voir, tout autant que celui de Bücherwurm abordé dans une précédente chronique, un tel titre peut renvoyer à plusieurs représentations. Continuer la lecture de Les trois maris de Sainte Anne, les sœurs de Marie et leur progéniture ou la Sainte Parenté de la Vierge

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Apocryphes bibliques : petite webographie

Depuis ma chronique sur l’araignée salvatice en terre chrétienne, je n’ai pas encore trouvé l’éventuel apocryphe d’où serait extrait cet épisode de la grotte et de l’araignée sauvant la Sainte Famille de ses poursuivants.Il est vrai que les évangiles apocryphes sont si nombreux et qu’il y a tant à lire par ailleurs… En attendant, je me constitue une petite webographie sur les apocryphes bibliques en général, tant de l’Ancien que du Nouveau Testament. Des mises à jour seront faites plus ou moins régulièrement. Comme d’habitude, si vous avez des suggestions… (Dernière mise à jour : 13 octobre 2015)
Continuer la lecture de Apocryphes bibliques : petite webographie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts