Archives par mot-clé : Bande dessinée

Le Louvre et la bande dessinée

Sans doute beaucoup d’entre vous le savent-ils déjà, mais je je le  signale aux autres. Un accord établi entre les éditions Futuropolis et celles du Musée du Louvre prévoit que, chaque année, un auteur présente une œuvre artistique revisitant le musée. Le premier auteur à participer à cette collection a été Nicolas de Crécy en 2006 avec Période glacière. D’autres en suivi depuis. En voici la liste sur le site du Louvre.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Arles selon… Jean-Pierre Autheman

Jean-Pierre AUTHEMAN  Né en 1946

Dessinateur et scénariste de bandes dessinées, auteur notamment des séries Condor et Vic Valence –, Jean-Pierre Autheman est Arlésien. Certaines de ses histoires se déroulent à Arles et dans ses environs.

L'Arlesien

L’Arlésien(Acte Sud, 1992), histoire d’un ancien déserteur de la guerre d’Algérie revenu au pays et confronté à un trafic de peintures de Van Gogh. Mais sont-ils authentiques ?

Le filet de Saint Pierre

Le filet de Saint-Pierre (Glénat,1992), où un ancien résistant de Camargue, l’Amiral, reprend du service avec quelques collègues septuagénaires.

Place des hommes

Place des hommes (Glénat, 1992) : le titre est tiré d’une place fameuse d’Arles où se trouve une statue de Mistral et l’hôtel Lidiador (fortement inspiré de l’hôtel Nord Pinus) dont a hérité le toréador José Montès. Et c’est alors que les ennuis commencent…

IMG_9393

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Egerton Genesis Picture Book, une bande dessinée médiévale

En faisant un petit tour sur le facebook de la BU Lettres de Tours, j’ai découvert un ancêtre médiéval de la bande dessinée, l’Egerton Genesis Picture Book, conservé à la British Library sous la cote Egerton MS 1854. L’ouvrage a été numérisé comme du reste un certain nombre d’autres manuscrits de cette prestigieuses bibliothèque.

EgertonDans la bibliographie en ligne proposée sur le sujet, je vous signale tout particulièrement une édition réalisés en 1921 et une étude relativement récente datée de 2001.

Montague Rhodes James. Illustrations of the Book of Genesis: Being a Complete Reproduction in Facsimile of the Manuscript British Museum, Egerton 1894 [Oxford, 1921]

Mary Coker Joslin et Carolyn Coker Joslin Watson. The Egerton Genesis. Toronto: University of Toronto Press, 2001. (The British Library Studies in Medieval Culture). Partiellement accessible sur Google livres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Dali et L’angélus de Millet

Je ne sais pas si vous le savez(1), mais une grande exposition est consacrée à Salvador Dalí par le Centre Pompidou du 21 novembre 2012 au 25 mars 2013. Ce me semble être une bonne occasion de vous dire un mot du Mythe tragique de l’Angélus de Millet, ouvrage consacré à du tableau fort connu de Millet. Ecrit en 1938, après une période où Dalí a peint plusieurs toiles inspirées de l’Angélus(2), ce livre ne paraîtra qu’en 1963 chez Jacques Pauvert(3).

Dans cet essai, l’artiste applique sa méthode d’interprétation paranoïaque-critique pour proposer une lecture de la symbolique érotique de l’œuvre. Il a surtout une géniale intuition. Pour lui, les deux personnages pleurent leur enfant défunt, qui se trouvait initialement à la place du panier. Et effectivement, en 1963, une radiographie réalisée par les laboratoires du Louvre à la demande de Salvador Dalí et de Jacques Pauvert, confirme que, sous le panier, il a été peint à l’origine un parallépipède sombre qui pourrait bien être un cercueil d’enfant.

Ce que je viens d’écrire figure un peu partout sur internet. Je voudrais juste ajouter que vous trouverez d’autres détails sur Dalí et L’angélus dans l’excellente bande-dessinée de Homs et Giroud, L’angélus, une œuvre qui mêle habilement secrets de famille et histoire de l’art.

______________________

(1) Il est difficile de passer à côté avec tous les numéros hors-série qui lui sont consacrés par Connaissance des arts, Le FigaroLe Monde, Le Nouvel Observateur ou Télérama.

(2) Par exemple :

L’angélus Architectonique De Millet (1933)

Gala et l’Angélus de Millet précédant l’arrivée imminente des anamorphoses coniques (1933)

L’atavisme du crépuscule (1934)

Reminescence archéologique de l’Angélus de Millet (1935)

(3) Il sera réédité chez le même éditeur en 1978, puis novembre 2012 aux éditions Allia.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Lotus bleu et les points cardinaux

Voici une case de la page 3 du Lotus bleu de Hergé :

Tout juste arrivé de Shanghai, le malheureux émissaire des Fils du Dragon vient d’être atteint par une flèche empoisonnée. Il danse et chante(1) en proférant des propos incohérents. Il semble avoir perdu le nord ! Pourtant, si je lis de plus près les paroles qui accompagnent sa gigue effrénée, je m’aperçois qu’elles correspondent aux quatre points cardinaux dans l’ordre où ils sont donnés traditionnellement en Chine(2) :

东西南北

dōng xī nán běi

est ouest sud nord

Il faut cependant préciser que les points cardinaux chinois sont au nombre de cinq, le dernier, mais non le moindre, étant le centre qui intervient déjà dans le nom de la Chine :

东西南北中

dōng xī nán běi zhōng

est ouest sud nord centre

Voir à ce propos cet extrait de l’ouvrage de Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie :

[…] Le syntagme chinois de fang n’est qu’imparfaitement rendu par « direction » ou « point cardinal ». Il signifie aussi bien le « lieu », la  « région », que le « côté », le « carré ». et plus généralement toute « figure géométrique quadrangulaire ». Il s’agit d’une étendue ouverte plutôt que d’un point fixe, néanmoins intégrable dans la géométrie. Cette conception en « aire » et non en « point », distincte de la tradition européenne, permet d’intégrer le « centre » aux quatre points cardinaux habituels, car ce centre ne peut cosmologiquement être réduit à un point et doit être considéré comme un espace, celui de l’empereur, celui de l’empire de Chine.  

Le syntagme chinois wufang, soit « cinq régions », ou bien « cinq orients » au sens d’orientation. désigne la totalité de l’univers, l’ensemble de la Terre, le carré, le « Grand Carrés » et, dans une acceptation géopolitique, l’« empire », c’est à dire la Chine elle-même. Son énumération se fait dans l’ordre suivant : Est, Ouest, Sud, Nord, Centre (dong, xi, nan, bei, zhong). Dans la tradition chinoise classique, les wufang sont  intégrés dans des séries complexes de symboles qui associent l’espace avec divers éléments : les météores, les couleurs, le corps humain, les montagnes, les notes, etc.

Cette fameuse théorie des « cinq éléments », ou mieux, des « cinq agents » (wuxing), articule la pensée et la métagéographie chinoises […](3)

L’absence du cinquième fang dans les paroles du dément ne désigne-t-il pas en creux le territoire futur des aventures de Tintin : la Chine, cet « empire ou pays du milieu » (zhongguo) ? Une chose est sûre : il faut relire Le Lotus bleu comme une introduction à la civilisation chinoise. Voici quelques pistes.

Pour apprendre le chinois en lisant  Le Lotus bleu.

Sur Moulinsard. La vie de château où vous découvrirez le sens de plusieurs inscriptions qui apparaissent au fil des pages. De nombreuses traductions vous sont aussi proposées sur A la découverte de Tintin. Il n’est pas inintéressant non plus de découvrir quelques extraits de traductions du Lotus bleu en chinois sur Ramou.

Voir aussi Patrick Mérand, Li Xiaohan. Le Lotus bleu décrypté. Saint-Maur : Sépia, 2009

Pour en savoir plus sur Le Lotus bleu.

Outre l’article de Wikipédia, Le monde de Tintin et les archives Tintin des éditions Atlas, j’ai repérés les références bibliographiques suivantes que je compte bien consulter prochainement  :

  • Jean-Michel Coblence (photagraphie : Yves Gellie), « Shanghai : le réveil du dragon », dans Tintin, grand voyageur du siècle,  numéro thématique de Géo.Hors-série, n° 1H, novembre 2000, p. 108-119
  • Pierre Fresnault Deruelle. Les mystères du Lotus bleu. Bruxelles : Moulinsart, 2006
  • Léon Vandermeersch, « L’empire du milieu », dans Tintin au pays des philosophes, numéro thématique de Philosophie Magazine.Hors-série, 8H, septembre 2010, p. 24-27

Voir aussi Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu, une analyse du « Lotus Bleu » au prisme des concepts de Michel Foucault par Urbain, trop urbain visible aussi sur Dailymotion.

 _______________________________

(1) Ce chant ne figure pas dans la version initiale parue dans Le Petit Vingtième.

lotus-bleu-2(2) La transcription toung si nan pei donnée par Hergé (ou par Tchang Tchong-Jen dont on connait le rôle dans la genèse de cet album) est celle de l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

(3) Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard, 2012, p.55-56.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Drôles de bibs (4) Singes bibliothécaires et lecteurs simiesques

 Les lecteurs des Annales du Disque monde de Terry Pratchett connaissent le bibliothécaire de l’Université invisble transformé en orang-outang. Cette idée de singe veillant sur les livres serait-elle venue à l’auteur en référence à celui qui veille sur l’entrée de la bibliothèque du château de Cardiff ?

Entrée de la bibliothèque du château de Cardiff, Wolfgang Sauber

Et qu’en est-il des lecteurs simiesques en bibliothèque ? Voici quelques exemples. D’abord une bande dessinée partiellement représentée dans la galerie de lincoln-log sur Flickr où ce type de lecteur semble un peu brutal (du moins en couverture). Ce numéro de From beyond the unkown reprend en fait une histoire parue dans Strange Adventures, comme nous l’apprend un article intitulé « Apes on Covers » paru sur le blog ThisKevin.

Dans les exemples suivants, il s’agit de singes savants au meilleur sens du terme. La photographie d’une stalle de la cathédrale d’Exeter trouvée sur le site de l’unviversité du Minesota nous suggère que la  représentation du  singe lecteur n’est pas nouvelle. Spécialiste de la peinture simiesque, Gabriel von Max a réalisé plusieurs peintures sur ce thème .

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Drôles de bibs (3) Zombies

Les bibliothécaires sont-ils des zombies ? Certains semblent penser que oui (à droite).

Pour d’autres, ils seraient au contraire les garants de la résistance aux morts vivants en propageant les connaissances nécessaires à leur faire face. Telle a été la position des bibliothécaires américains de la McPherson College’s Miller Library lorsqu’ils ont conçu leur hallucinant Zombie Guide to the Library! Library of the Living Dead (à gauche).

Cette étrange bande dessinée est vraiment un guide  et non un poisson d’avril en retard comme certains pourraient le croire. Elle fait passer de nombreuses informations sur le fonctionnement de la Miller Library. Si je suis moi-même un peu dubitatif, c’est que je n’ai pas les mêmes références culturelles que les étudiants américains auxquels elle est destinée.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bande dessinée et propagande (1) L’aventure de Célestin Tournevis

Dès le début de l’Occupation, les Allemands, qui manquent d’ouvriers pour remplacer les hommes engagés au combat, ouvrent des bureaux de placement pour inciter les Français à aller travailler en Allemagne. Ils lancent des campagnes de recrutement par la presse et par voie d’affichage qui promettent aux travailleurs volontaires un salaire égal à celui des ouvriers allemands, les mêmes avantages sociaux ainsi qu’une prime d’éloignement. Les travailleurs volontaires sont cependant assez peu nombreux à se présenter.

Extrait du site du Mémorial de Quineville.

L’aventure de Célestin Tournevis est une courte bande dessinée destinée à encourager les travailleurs français à venir en Allemagne.  Elle sera détourné par la Résistance avec Les mésaventures de Célestin Tournevis. L’occupant allemand et Vichy constatant le peu de succès de leur propagande, ce sera l’instauration du tristement célèbre S.T.O. (service du travail obligatoire(1).

Comme vous le verrez, dans la bande dessinée, le sort du travailleur français en Allemagne est largement idéalisé, comme dans les bandes actualités de l’époque. Célestin Tournevis en est tout étonné, lui qui, dans la veine doloriste et expiatoire de Vichy, s’attendait au sort beaucoup plus dur que lui avait décrit le chagrin Têtenbois.

L'aventure de Célestin Tournevis
Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

____________________________________________

 (1) Sur le sujet, voir l’ouvrage de Helga Elisabeth Bories-Sawala, Dans la gueule du loup: les Français requis du travail en Allemagne (Presses Univ. Septentrion, 2010) et notamment la partie intitulée Le recrutement de main d’œuvre sur une base « libre » (p. 44-50).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, « L’araignée du Prophète » (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme « forgés ou faibles », en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans cette vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: « Pourquoi avoir créé cette créature inutile? » Dieu répondit:  » Le jour où tu comprendras viendra ». Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un bille de Zaitchick, dans un billet de Zait intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – « Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné » !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts