Archives par mot-clé : Cartographie

Les cartes géologiques en France aujourd’hui et hier

Les cartes géologiques françaises aujourd’hui

La Cartothèque de l’université Paris 8 présente un diaporama bien intéressant et synthétique sur les cartes géologiques.

En France, le BRGM Bureau de recherches géologiques et minières est le producteur et le diffuseur des cartes géologiques. Continuer la lecture de Les cartes géologiques en France aujourd’hui et hier

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le commentaire de carte

J’évoquais en fin de la chronique précédente le commentaire de cartes topographique. Du coup, ça m’a donné envie de rechercher quelques liens et références bibliographiques sur le sujet. Si ça peut vous intéresser…

Dernière mise à jour : 20 octobre 2016. Continuer la lecture de Le commentaire de carte

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les cartes de l’IGN

Le catalogage des cartes évoqué précédemment m’amène à m’intéresser particulièrement aux cartes de l‘Institut National de l’Information Géographique et Forestière (IGN) qui vont constituer une large partie de nos collections et à réunir quelques informations, un peu dispersées sur internet.

Je dédie cette chronique aux cartes d’état-major et aux commentaires de cartes topographiques qui firent mes délices de l’hypokhâgne aux concours de CAPES et d’agrégation

Sommaire

Informations générales sur l’IGN et ses cartes

Typologie des cartes topographiques de l’IGN

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2016)

Continuer la lecture de Les cartes de l’IGN

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Catalogage des cartes géographiques

Comme je vais prochainement cataloguer des cartes géographiques, je rassemble ici un peu de documentation sur la question. Rien de renversant pour ceux qui connaissent déjà, mais pour les novices comme moi dans le catalogage de ce type de documents, ça sera peut-être utile. Et si d’aventure vous avez des suggestions, surtout n’hésitez pas. Continuer la lecture de Catalogage des cartes géographiques

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartographies participatives

Carto-particip

La revue L’information géographique consacre de son volume 77 n° 4 (décembre 2013) aux cartographies participatives. Aboutissement d’un cycle de séminaires au sein du laboratoire Adess (CNRS/Université de Bordeaux), ce document est semble-t-il le premier entièrement consacré en français à cette pratique émergente, si on excepte quelques articles isolés.

Sur le sujet

  • dans le n° 205 (septembre 2010) de la revue Le Monde des cartes, un article de Gilles Palsky intitulé « Cartes participatives, cartes collaboratives. La cartographie comme maïeutique » accessible sur le site du Comité Français de Cartographie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les mappemondes de Matteo Ricci

ricci1

坤舆万国全图 (明)
本图采用椭圆形等作积投影,绘有当时已知的五大洲:亚洲、非洲、欧洲、美洲、南极洲,以黄、红、白三色突出表示了五大洲的疆域及名称。还表示了山形、河流、海洋等地理要素及有关天文地理方面的小插图作为大图的补充。此外,海洋及南极大陆绘有船和鲸、鲨、大象、驼鸟等陆、海生动物。原图系意大利传教士利玛窦于明万历三十年(1602年)在中国绘制的,此图为彩色摹绘本。当时由于西方绘图法的传入,促使中国测绘科学进入了新的阶段。192×346cm 彩色摹绘本,现藏于南京博物馆。

La présente chronique dérive directement d’une question posée au sujet de la date et de l’auteur de la carte ci-dessus, que vous pouvez trouver sur le site du département de géographie de l’université baptiste de Hong Kong que je vous ai signalé précédemment au sujet des cartes anciennes de la Chine.

Le texte qui l’accompagne est certes chinois, mais il est possible de se faire une idée de son contenu grâce à la traduction par Google… que je vous épargne tant elle est proche du baragouin. Il en ressort cependant que la carte initiale est la carte des dix mille pays de la Terre (坤舆万国全图  Kun yu wan guo quan tu) réalisée en 1602 au temps de la dynastie Ming (明) par Matteo Ricci (en chinois : 利玛窦 = Li Matou), le fameux jésuite cartographe étant aussi un sinologue dont les Institut Ricci perpétuent la mémoire.

Dans cette version de la carte de 1602, sans doute postérieure à l’original, ont été ajoutées des représentations d’animaux ou de bateaux extraites de livres d’images. La carte de 1602 elle-même, imprimée à Pékin par Zhong Wentao, est considérée comme la tulipe noire de la cartographie (cf. Bertrand Galimard Flavigny). Elle a connue en son temps un succès certain en Chine et en Extrême-Orient (Corée, Japon). Destinée à l’empreur, Wan-li, elle substitue à l’image traditionnelle d’une terre et plate chère aux mandarins celle d’une planète ronde et réalise aussi un décentrement remettant la Chine pratiquement au cœur de l’univers, abandonnant ainsi l’ethnocentrisme européen qui marque la tradition dont est issu Ricci.

De ce témoin d’une double révolution cartographique ne subsistent que six à sept exemplaires, dont un à la bibliothèque du Congrèsricci2

Des versions colorisée et datées sans doute des années 1604/1608, sont également visibles sur internet. C’est sans doute l’une d’elles qui a servi à réaliser celle présentée au début de cette chronique.

ricci3

Ajoutons que Ricci a réalisé deux mappemonde en 1584 et en 1599, dont toutes les copies sont perdues.

J’ignore par contre quelle est l’origine des deux cartes figurant sur Wikipedia dans l’article sur Matteo Ricci. Si elles s’inspirent visiblement de la carte de 1602, le contour des terres australes et de l’Amérique du Nord sont sensiblement différents. Y manquent aussi les pavés en caractères chinois et la représentation des deux hémisphères vus depuis les pôles.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes chinoises et cartes de la Chine conservées à la BNF

En visitant l’exposition en ligne de la BNF intitulée Chine, l’empire du trait, plus orécisément dans la partie iconographique du pavillon du lettré, j’ai remarqué trois cartes géographiques anciennes

Carte complète du Grand Empire des Qing unifié et éternel, dynastie des Qing, ère Jiaqing (1796-1820), d’après une carte de 1767 ; d’après la notice bibliographique du catalogue de la BNF, son auteur serait Chu-Si-Ling qui a réalisé une des cartes disponibles sur Gallica.

Carte monumentale des régions du fleuve Jaune, XIXsiècle

Carte de la ville de Chongqing dans la province du Sichuan, dynastie des Qing, milieu XIXe siècle (?), postérieure à 1832 ; d’après la notice bibliographique du catalogue de la BNF, son auteur serait Paling-Wang-eul (18..-19..?) qui l’aurait réalisée pour l’explorateur Claude Madrolle.

Curieusement, ces trois cartes ne figurent pas dans Gallica où vous trouverez près d’une vingtaine de cartes parmi les très nombreux documents en chinois. Outre ces cartes chinoises, la BNF conserve de nombreux documents cartographiques concernant la Chine dont une partie a été numérisée et est accessible sur Gallica.

Parmi celles-ci, nombreuses sont celles qui sont attachées au nom de Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville

soit qu’il les ait exécutées, la plupart étant alors extraites de son Nouvel Atlas de la Chine, de la Tartarie chinoise et du Thibet paru en Hollande en 1737 et basées sur une étude de l’empire chinois, commandée par l’empereur en 1708 et réalisée par les Chinois sous la supervision de prêtres jésuites qui résidaient en Chine (cf.notice de la Bibliothèque numérique mondiale) ;

soit qu’elles fassent partie sa collection laquelle constitue un fonds de plusieurs milliers de documents (cf. le blog qui lui est consacré).

Toujours parmi les cartes concernant la Chine accessibles sur Gallica, voir celles réalisées par Joan Blaeu, Guillaume DelisleJohann Matthias Haas, Michel Picaud, Nicolas Sanson et tant d’autres.

Ajout du 15 mars 2013

Suite au message de Claire Chemel (voir ci-dessous), je voudrais vous présenter quelques unes des nombreuses cartes de Chine trouvées sur Daguerre, la banque d’images de la BNF

Carte du cours du Yang-Tse-Kiang de Pékin à Canton, XVIIsiècle

Carte des côtes de la Chine, XIXsiècle : extrait 1 ; extrait 2

L’Empire de la Chine pour servir à l’histoire générale des voyages par Jacques-Nicolas Bellin

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Lotus bleu et les points cardinaux

Voici une case de la page 3 du Lotus bleu de Hergé :

Tout juste arrivé de Shanghai, le malheureux émissaire des Fils du Dragon vient d’être atteint par une flèche empoisonnée. Il danse et chante(1) en proférant des propos incohérents. Il semble avoir perdu le nord ! Pourtant, si je lis de plus près les paroles qui accompagnent sa gigue effrénée, je m’aperçois qu’elles correspondent aux quatre points cardinaux dans l’ordre où ils sont donnés traditionnellement en Chine(2) :

东西南北

dōng xī nán běi

est ouest sud nord

Il faut cependant préciser que les points cardinaux chinois sont au nombre de cinq, le dernier, mais non le moindre, étant le centre qui intervient déjà dans le nom de la Chine :

东西南北中

dōng xī nán běi zhōng

est ouest sud nord centre

Voir à ce propos cet extrait de l’ouvrage de Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie :

[…] Le syntagme chinois de fang n’est qu’imparfaitement rendu par « direction » ou « point cardinal ». Il signifie aussi bien le « lieu », la  « région », que le « côté », le « carré ». et plus généralement toute « figure géométrique quadrangulaire ». Il s’agit d’une étendue ouverte plutôt que d’un point fixe, néanmoins intégrable dans la géométrie. Cette conception en « aire » et non en « point », distincte de la tradition européenne, permet d’intégrer le « centre » aux quatre points cardinaux habituels, car ce centre ne peut cosmologiquement être réduit à un point et doit être considéré comme un espace, celui de l’empereur, celui de l’empire de Chine.  

Le syntagme chinois wufang, soit « cinq régions », ou bien « cinq orients » au sens d’orientation. désigne la totalité de l’univers, l’ensemble de la Terre, le carré, le « Grand Carrés » et, dans une acceptation géopolitique, l’« empire », c’est à dire la Chine elle-même. Son énumération se fait dans l’ordre suivant : Est, Ouest, Sud, Nord, Centre (dong, xi, nan, bei, zhong). Dans la tradition chinoise classique, les wufang sont  intégrés dans des séries complexes de symboles qui associent l’espace avec divers éléments : les météores, les couleurs, le corps humain, les montagnes, les notes, etc.

Cette fameuse théorie des « cinq éléments », ou mieux, des « cinq agents » (wuxing), articule la pensée et la métagéographie chinoises […](3)

L’absence du cinquième fang dans les paroles du dément ne désigne-t-il pas en creux le territoire futur des aventures de Tintin : la Chine, cet « empire ou pays du milieu » (zhongguo) ? Une chose est sûre : il faut relire Le Lotus bleu comme une introduction à la civilisation chinoise. Voici quelques pistes.

Pour apprendre le chinois en lisant  Le Lotus bleu.

Sur Moulinsard. La vie de château où vous découvrirez le sens de plusieurs inscriptions qui apparaissent au fil des pages. De nombreuses traductions vous sont aussi proposées sur A la découverte de Tintin. Il n’est pas inintéressant non plus de découvrir quelques extraits de traductions du Lotus bleu en chinois sur Ramou.

Voir aussi Patrick Mérand, Li Xiaohan. Le Lotus bleu décrypté. Saint-Maur : Sépia, 2009

Pour en savoir plus sur Le Lotus bleu.

Outre l’article de Wikipédia, Le monde de Tintin et les archives Tintin des éditions Atlas, j’ai repérés les références bibliographiques suivantes que je compte bien consulter prochainement  :

  • Jean-Michel Coblence (photagraphie : Yves Gellie), « Shanghai : le réveil du dragon », dans Tintin, grand voyageur du siècle,  numéro thématique de Géo.Hors-série, n° 1H, novembre 2000, p. 108-119
  • Pierre Fresnault Deruelle. Les mystères du Lotus bleu. Bruxelles : Moulinsart, 2006
  • Léon Vandermeersch, « L’empire du milieu », dans Tintin au pays des philosophes, numéro thématique de Philosophie Magazine.Hors-série, 8H, septembre 2010, p. 24-27

Voir aussi Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu, une analyse du « Lotus Bleu » au prisme des concepts de Michel Foucault par Urbain, trop urbain visible aussi sur Dailymotion.

 _______________________________

(1) Ce chant ne figure pas dans la version initiale parue dans Le Petit Vingtième.

lotus-bleu-2(2) La transcription toung si nan pei donnée par Hergé (ou par Tchang Tchong-Jen dont on connait le rôle dans la genèse de cet album) est celle de l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

(3) Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard, 2012, p.55-56.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartographie et cartothèques : webographie

Introductions à la cartographie

Carto. Le monde en cartes

Comité français de cartographie

Cybergeo

IGN

Petit bazar cartographique

 

Vues satellites et aériennes

Flashearth

Géoportail

 

Sites persos

Serial Mapper

Strange maps

 

Cartes routières

Mappy

Michelin

 

Cadastre

 

Cartothèques virtuelles

BNF – Signets

Cartes interactives

Le dessous des cartes

La documentation française

Le Monde diplomatique

Lexilogos

Nations Unies

Sciences-po

Bodleian Library (Oxford)

Perry-Castañeda Library

The World of maps

 

Cartes anciennes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartographie chinoise ancienne

Pour faire suite à une chronique antérieure sur les cartes anciennes de la Chine, voici quelques pistes sur la tradition cartographique chinoise.

Bref résumé historique

La cartographie chinoise remonterait à 2000 avant notre ère (cf. Yann Caradec). Hubert Delahaye cite des textes du XIe siècle où il est fait mention de l’usage de cartes. Cependant, les plus anciennes cartes chinoises connues datent des années 160 avant J.-C. (dynastie Han). Ce sont des « cartes topographiques » à l’échelle  1:90 000 où le repérage se fait à l’aide d’une grille orthogonale ne correspondant à des latitudes et des longitudes.

Les supports utilisés pour les dessins cartographiques exécutés au pinceau sont la soie, mais aussi le papier dès le Ier siècle de notre ère. A partir du XIe siècle, l’usage de la boussole contribue aux progrès des cartographe et l’utilisation de la gravure sur bois et de l’impression xylographique élargit le cercle des usagers des cartes.

Quelque témoins de l’avance de la cartographie chinoise avant qu’elle ne s’occidentalise à partir de la fin du XVIe siècle au contact des missionnaires jésuites :

La plus ancienne carte imprimée dans le monde date de 1155 : c’est une carte chinoise.

Le premier recueil connu de cartes qu’on qualifierait d’Atlas date de 1311-1312 après J.-C. (Atlas Mongol de ChuSsu-pên).

La plus ancienne carte de navigation chinoise trouvée date de 1416 après J.-C.

Quelques personnalités qui ont marqué l’histoire de la cartographie chinoise :

P’ei Hsiu (224-271), ministre des travaux publics, le père de la cartographie chinoise, édite en 267 un manuel des levés topographiques et de cartographie où il ordonna l’emploi systématique de règles de mesure d’angles et de distances sur le terrain.

Kia Tan (729-805) réalise une carte de l’Asie à l’échelle d’environ 1/1 000 000 mesurant 10 m sur 9 m

Zhu Siben (1273-1337) réalise vers 1320 une mappemonde sur laquelle les Chinois vont fonder leur connaissance du monde pendant des siècles.  Voici ce qu’écrit à ce sujet Joanna Waley-Cohen dans Les sextants de Pékin :

 A partir de la fin du XVIe siècle, la cartographie chinoise s’occidentalise d’abord au contact des missionnaires jésuites comme Matteo Ricci.

 

Esquisse de biblio-webographie

Synthèses sur la cartographie chinoise

Hubert Delahaye, « Petite histoire de la cartographie chinoise », Hérodote, 1981, n° 20, p. 102-115. Disponible sur Gallica.

Philippe Pelletier, « Trop loin à l’est… c’est l’ouest », Les grands dossiers de Sciences humaines, 2008, n° 12. Disponible sur le site de Sciences humaines.

 J.B. Harley et David Woodward (éd.). The History of Cartography. Volume Two, Book Two. Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, University of Chicago Press, Chicago-London, 1994. Recension par Christian Jacob sur Academia.edu.

Etudes particulières de cartes chinoises anciennes

Edouard Chavannes, « Les deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1903, t. 3, p. 214-247. Disponible sur Persée.

Etienne Balazs, « Une carte des centres commerciaux de la Chine à la fin du XIe siècle », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1957, vol. 12, n° 4, p. 587-593. Disponibles sur Persée.

Pascal Poumailloux. « Une vision de l’Afrique à travers la cartographie chinoise », in Civilisations des mondes insulaires, Khartala, 2011, p. 109-119. Disponible sur Google livres sauf les pages 113 et 114.

Résumé de la conférence du Professeur Lin Meicun sur « La Chine et les routes de la soie » où il est question d’une « carte de la route de la Soie du XVIe siècle découverte récemment au Japon », Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, Section sciences historiques et philologiques, 141 (2008-2009),  2011, p. 327-330. Disponible sur Revues.org.

Documents en ligne sur la cartographie en général contenant un aperçu de la cartographie chinoise

Yann Caradec, Histoire de la cartographie, mémoire de fin d’études de l’Ecole Polytechnique.

François Cavayas, Introduction à la cartographie, cours de l’uiniversité de Montréal.

Pierre Delprat, La représentation de la Terre en cartographie, cours l’Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts