Archives par mot-clé : Cinéma

Voyage à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

Un film à voir absolument sur les réalisateurs, les acteurs, les compositeurs de musique de film, bref, sur 50 ans d’histoire du cinéma français des années 1930 aux années 1980. Une anthologie personnelle qui s’adresse à tous. En attendant, pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, je vous laisse visionner les vidéos ci-dessous. Continuer la lecture de Voyage à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Louis Jouvet ou le théâtre incarné

En remettant un peu d’ordre dans ma bibliothèque, j’ai retrouvé un exemplaire d’Écoute, mon ami de Louis Jouvet, illustré par Christian Bérard. Du coup, je Jouvet-Ecoute-mon-amime suis dit que ce serait bien de consacrer une petite chronique à ce très grand acteur et metteur en scène, dont l’héritage reste toujours vivant. Je ne m’appesantirai ici sur sa biographie – voir à ce propos ici ou et aussi l’ouvrage Jean-Marc Loubier, Louis Jouvet, le patron, édition augmentée et corrigée, (Ramsay, 2001) – et j’insisterai plutôt sur les ressources documentaires existant sur son travail et sa réflexion d’homme de théâtre.

Continuer la lecture de Louis Jouvet ou le théâtre incarné

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Tintin et le monde réel : deux exemples d’inspiration pris par Hergé dans l’actualité de son temps

Dans la collection d’ouvrages dont je vous ai parlé au sujet du livre de Chris Marker Le fond de l’air est rouge, j’ai trouvé deux perles pour tintinophiles, touchant des personnes réelles ayant inspiré à Hergé deux de ses personnages.

Continuer la lecture de Tintin et le monde réel : deux exemples d’inspiration pris par Hergé dans l’actualité de son temps

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour d’Henri Laborit

L’idée de ce billet m’est venu lorsqu’un collègue m’a parlé d’une de ses lectures en cours, Eloge de la fuite (extraits) d’Henri Laborit. Cela m’a projeté voici quelques décennies en arrière, très précisément en 1980, année de la sortie du film d’Alain Resnais, Mon oncle d’Amérique, qui fait une large part aux travaux de cet auteur sur le comportement humain. Continuer la lecture de Autour d’Henri Laborit

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques notes autour des rapports du cinéma et de la littérature

Les rapports entre littérature et cinéma sont multiples. Ils prennent d’abord la forme de l’adaptation cinématographique d’une oeuvre littéraire préexistante, depuis Les Mousquetaires de la Reine de Méliès à la trilogie du Seigneur des anneaux réalisée par Peter Jackson.

Vient ensuite la figure de l’écrivain-scénariste ou dialoguiste tels Audiard, Dali, Prévert et tant d’autres au sujet desquels le site Monsieur Akdin donne une bibliographie (A-L | M-V). Celle-ci se réfère fréquemment à l’Anthologie du cinéma invisible de Christian Janicot paru en 1995 qui donne une centaine d’exemples de projets inaboutis. Continuer la lecture de Quelques notes autour des rapports du cinéma et de la littérature

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Folioscopes, flip books et autres feuilleteurs et feuilletoscopes

Un flip book est une réunion d’images assemblées destinée à être feuilletée pour donner une impression de mouvement et créer une séquence animée à partir d’un simple petit livre et sans l’aide d’une machine.

Très populaire à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, mais encore fabriqué de nos jours, le flip book (du verbe to flip over ou to flip through : feuilleter) est le nom américain (on dit aussi blow book), plus connu que son appellation française, du folioscope (parfois aussi appelé kineograph, feuilletoscope ou cinéma de poche). Les anglais utilisent les termes flick book ou flicker book et les allemands Abblätterbuch (livre à feuilleter) au XIXe siècle et depuis Daumenkino  : « le cinéma avec le pouce », appellation que l’on retrouvait parfois aux États-Unis au début du siècle (thumb book ou thumb cinema) comme celles moins courantes de flip movie, fingertip movie, riffle book, living picture book ou hand cinema.

Aux dénomination indiquées dans cet extrait de l’excellent site de Pascal FouchéFlipbook.info, je voudrais ajouter celle de  feuilleteur indiquée sur un de ceux de ma collection, bien que ce terme soit normalement utilisé pour différentes machines utilisant le principe simple de la persistance de la vision. Aux frontières des livres animés et des jouets optiques qui ont précédé et accompagné la naissance du cinéma, ces petits livrets semblent un peu négligés de la recherche dite sérieuse, de sorte qu’il est bien difficile d’établir une bibliographie sur la question. Heureusement que le site sus-nommé est là pour nous relater leur histoire, en proposer une typologie et présenter quelques spécimens d’une collection de plus 7000 folioscopes. Son blog est également des plus intéressants.

Comme l’indique Pascal Fouché, il s’en fabrique encore de nos jours et, en France, c’est sans doute HEEZA, entreprise de vente par correspondance dédiée au cinéma d’animation et à ses produits dérivés qui en offre le plus large choix (plus de 500) dont une bonne partie est présentée sur Dailymotion ou sur Youtube, plates formes bien connues de vidéos en ligne.

Je vous conseille d’ailleurs de faire sur ces dernières des recherches utilisant flipbook (D|Y) ou folioscope (D|Y) pour réaliser votre propre sélection comme je l’ai fait moi-même (voir ci-dessous blow book) en empruntant en outre à d’autres sites (ex. : CMS-SPIP). Je vous invite aussi à visiter les sites de Flblb, Schnacks  et autres éditeurs et revendeurs répertoriés encore une fois sur  Flipbook.info.

Si vous voulez créer un flip book en ligne, essayez sur Benettonplay. Pour des flip books classiques, des conseils vous sont donnés dans un document de Jacques Dilhuit.

Et voici ma petite sélection :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Drôles de bibs (5) Les bibliothèques au cinéma

Je voudrais vous signaler sur le sujet indiqué en titre un mémoire d’étude et un article qui en est la version condensée, tous deux ayant pour auteur Hoël Fioretti et tous deux en ligne sur le site de l’ENSSIB :

La représentation des bibliothèques au cinéma. Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, 19 octobre 2011. En ligne.

« Les bibliothèques au cinéma », BBF, 2012, n° 4, p. 60-64. En ligne.

Quelques films analysés par l’auteur :

Les ailes du désir – Der himmel über Berlin (Wim Wenders, 1987). Une bonne partie du film se déroule à la Staatsbibliothek zu Berlin où les anges circulent invisibles parmi les lecteurs.

La neuvième porte – The Ninth Gate (Roman Polanski, 1999) d »après Club Dumas de Perez-Reverte que le scénariste trahi de belle manière. Il y est beaucoup question d’un livre aux mystérieuses gravures.

Le nom de la rose – Der Name der Rose (Jean-Jacques Annaud, 1986) d’après le roman d’Umberto Eco. Ou la bibliothèque des livres interdits…

La vie est belle – It’s a Wonderful Life (Frank Capra, 1946). Que serait-il arrivé si ce chic type de George Bailey (James Stewart)  n’était pas né ? Sa ville serait un enfer, et sa femme, restée vieille-fille, serait devenue…bibliothécaire !

Sur le même sujet, voir aussi :

le blog Notorious Bib / Les bibliothèques, vues par le cinéma dont vous trouvrerez la présentation par Christelle Di Pietro sur le site de l’ENSSIB

la page web La bibliothèque et les bibliothécaires au cinéma et à la télévision

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, « L’araignée du Prophète » (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme « forgés ou faibles », en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans cette vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: « Pourquoi avoir créé cette créature inutile? » Dieu répondit:  » Le jour où tu comprendras viendra ». Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un bille de Zaitchick, dans un billet de Zait intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

In girum imus nocte et consumimur igni, Guy Debord et l’Internationale situationniste

(Dernière mise à jour : 21 juin 2016)

Une rareté : un film de Debord projeté à l’université de Tours

Jeudi dernier était projeté à l’université François-Rabelais In girum imus nocte et consumimur igni. film de Guy Debord, dont le titre palindrome est emprunté à un vers de l’Enéide.  Cela se passait dans le cadre de la résidence de Marc-Antoine Mathieu à Tours en relation avec son atelier sur le détournement d’images. Continuer la lecture de In girum imus nocte et consumimur igni, Guy Debord et l’Internationale situationniste

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts