Archives par mot-clé : Classifications

Classifications médicales en bibliothèques universitaires : la classification NLM et les autres

Dans la chronique que j’ai consacrée voici un peu plus de deux ans aux instructions de 1962,  vous avez pu constater que lesdites instructions excluaient les bibliothèques de médecine de leur champs d’action. Et il est vrai que ces dernières conservent encore aujourd’hui comme hier une spécificité propre dans leur cadre de classement tant en magasin qu’en libre-accès. Continuer la lecture de Classifications médicales en bibliothèques universitaires : la classification NLM et les autres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Phytonomatotechnie universelle de Jean-Pierre Bergeret

Phytonomatotechnie universelle, c’est-à-dire l’art de donner aux plantes des noms tirés de leurs caractères : nouveau systême au moyen duquel on peut de soi-même, sans le secours d’aucun livre, nommer toutes les plantes qui croissent sur la surface de notre globe. Que voici un titre long ! La première fois que j’ai vu un exemplaire cet ouvrage de Jean-Pierre Bergeret, c’était il y a plus de vingt ans, quand je terminais mon DEA sur la collection du Marquis de Méjanes tout en préparant le CAFB et le DEUST Métiers du livre. Je fréquentais alors assidûment la bibliothèque Méjanes et c’est lors d’une exposition d’ouvrages du fonds ancien que je fis cette découverte, ainsi que bien d’autres, comme la Myologie de Gautier d’Agoty.

L’auteur

Jean-Pierre Bergeret est un chirurgien féru de botanique. Sur les détails de sa vie, je voue renvoie à sa notice dans Wikipedia ainsi qu’à celles ci-desseous, extraites du premier tome du Dictionnaire de botanique (1876) de Henri-Ernest Baillon et le tome quatre de la Bibliographie universelle (1842) de Louis Gabriel Michaud, toutes deux proposées ci-dessous.

BERGERET (Jean-Pierre). Né le 25 nov. 1751 à Lasseube, dans la généralité d’Auch. On connaît de lui un mémoire sur les Amanites, publié dans le Journal de médecine, en octobre 1783, et surtout sa Phylonomatotechnie universelle (Paris, Didot jeune, 1783-85, 3 vol. in-fol.), où il désignait les plantes sous des noms bizarres, tels, par exemple, que Jyptypjiajeqeiv, nom dont chaque lettre, l’une après l’autre, conduit, par le système de Bergeret, à la connaissance de l’espèce à laquelle appartient la plante qui le porte. La dernière livraison, qui devait contenir la clef du système, n’a pas paru. Les exemplaires les plus complets de la Phylonomatotechnie contiennent 328 planches. [E. F.]

BERGERET (jean-pierre), botaniste, naquit le 25 novembre 1751, à Lasseube, dans la généralité d’Auch. Après avoir suivi les cours de chirurgie et d’anatomie à Bordeaux, il étudia l’histoire naturelle, et vint à Paris, où il s’attacha surtout à perfectionner ses connaissances en botanique. II avait entrepris, en 1776, la description des plantes qui croissent aux environs de Paris; mais, ayant ouvert un cours de botanique, il dut renoncer à ce travail pour préparer ses leçons et se dévouer à l’instruction de ses élèves. 11 acquit, en 1785, une charge de chirurgien de Monsieur ( depuis Louis XVIII). Pendant la révolution, à laquelle d’ailleurs il resta complètement étranger, il reprit l’exercice de la chirurgie, qu’il avait négligée pour la botanique, et s’acquit la réputation d’un praticien habile. Il mourut à Paris, le 28 mars 1813. On connait de lui : 1° Remarques sur l’ouvrage de Paulet, intitulé : Mémoire sur un ordre de champignons qu’on peut appeler coiffés ou bulbeux (dans le Journal de médecine, octobre 1783, t. 60, p. 538) En terminant cet article, Bergeret dit qu’il avait fait un travail plus étendu sur les dix-sept espèces de champignons décrites par Paulet, mais que le docteur Descemet l’avait prévenu. 2° Observations de grossesse extra-utérine ( dans le Journal de médecine par Sedillot, t. 14, p. 288). 3° Phylonomatotechnie universelle, ou l’Art de donner aux plantes des noms tirés de leurs caractères, Paris, Didot jeune, 1783-85, 5 vol. in-fol. Cet art consiste à désigner les caractères des plantes par les lettres de l’alphabet. Si l’on rapporte ensuite ces lettres, on aura un mot à l’aide duquel on pourra déterminer la classe, le genre et l’espèce de la plante inconnue. Cet ouvrage, dont l’exécution est très-remarquable pour l’époque, était annoncé comme ne devant être tiré qu’à deux cents exemplaires. L’auteur l’avait promis en trente livraisons; mais les deux dernières n’ont point paru, non plus que la vingt et unième, qui devait contenir le système de Bergeret. Les exemplaires les plus complets sont composés de trois cent vingt-huit planches en noir ou en couleur, représentant autant de plantes, dont le texte offre la description. Cet ouvrage est maintenant peu recherché, bien que ce soit le plus important de l’auteur.

La Phytonomatotechnie universelle, une phytographie post-linnéenne et une pasigraphie pré-maimieusienne

Comme l’indique les notices ci-dessus, la Phytonomatotechnie universelle est l’ouvrage principal de Jean-Pierre Bergeret. Publié de 1783 et 1785 en 3 volumes in folio chez Didot jeune (Biblioteca Complutense), il comporte de nombreuses planches en couleur (RNM) et s’inscrit dans le domaine de la phytographie, cette partie de la botanique qui traite de la description des plantes. Ce domaine est fort ancien et Alphonse de Candolle en retrace la chronologie dans son ouvrage paru en 1880, La phytographie ou L’art de décrire les végétaux considérés sous différents points de vue (Gallica ; Open Library). Il est surtout postérieur à la Philosophia botanica de Linnée  et cela n’est pas sans importance car, si d’autres systèmes ont été proposés par la suite, ce sera dans le cadre de débats par rapport à celui de l’illustre Suédois :

Jamais traité de botanique n’avait eu  un si grand mérite et aucun n’a influé d’une manière aussi puissante sur le fond et la forme des ouvrages subséquents. La moitié du volume roule sur des questions de nomenclature et de phytographie, résolues ordinairement d’une manière qui était aussi nouvelle que judicieuse.

Alphonse de Candolle

L’originalité de la Phytonomatotechnie est d’être non seulement une phytographie, mais aussi une pasigraphie, (de πᾶς / pâs (« tout ») et γραφή / graphế (« écriture »)), un système de notation universel. Si l’invention de ce terme est attribué à  Joseph de Maimieux en 1797, d’autres systèmes pasigraphiques ont existé auparavant, comme l’ouvrage de Johann Joachim Becher, Character pro notitia linguarum universali (1661). Si une partie des pasigraphies ont un domaine d’application particulier ( navigation pour le code international des signaux maritimes ; bibliothéconomie pour la classification bibliographique décimale Dewey ; botanique pour l’ouvrage de Jean-Pierre Bergeret),  d’autres visent à être.des langues universelles (pasilalie d’Abel Burja ; stœchiophonie de Henri Joseph François Parrat).

Un exemplaire de la clé de la  Phytonomatotechnie est conservé à la Bodleian Library et a même été numérisé. Il s’agit d’un ensemble de 13 tableaux correspondant aux 13 caractéristiques  qui permettent de distinguer chaque plante et correspondent chacune à une lettre du nom de la plante :

  1. fructification
  2. pistil
  3. étamines
  4. corolle
  5. découpures de la corolle
  6. nectars
  7. calice
  8. découpures du calices
  9. enveloppe
  10. péricarpe
  11. loges du péricarpe
  12. semences
  13. réceptacle

Pour voir l'ensemble des tableaux, cliquez sur cet extrait

Un projet concurrent : la Phytographie universelle de l’abbé de Las

En 1783 également, l’abbé de Las publie à Stockholm un ouvrage qui n’est pas sans quelques ressemblances avec celui de Bergeret. Intitulé Phytographie universelle : ou Nouveau Systême de Botanique Fondé sur une Méthode descriptive de toutes les parties de la Fleur ; avec une nouvelle langue antho-phyllographique (Google livres), il débute par cet avertissement

La Phytographie que j’annonce, n’avoit d’abord été conçue que pour satisfaire aux empressemens d’un de mes Confrères, auquel je m’étois proposé de faciliter l’étude de la Botanique , ou pour mieux dire, la connoissance des Plantes. Les applaudissmens qu’elle mérita dans fa naissance , de la part de plusîeurs personnes faites pour l’apprécier , à qui j’en montrai le croquis, m’engagèrent à lui donner plus d’étendue, & à tâcher de le perfectionner pour le rendre digne du public & des amateurs de cette science. Mais sans doute que malgré tant & de si puissans encouragemens , la crainte de la censure des Savans fur cette matière m’en auroit fait retarder l’impression, si M. Bergeret n’eût publié le Prospectus de fa Phytonomatotechnie , avec laquelle mon travail a trop de rapport, pour me mettre à l’abri du reproche de plagiat, en en différant plus longtemps la publication. Mon projet, à quelques changemens près, a été soumis au jugement de MM. Adanfon & De Jussieu, que j’eus occasîon de voir au commencement du mois de Novembre dernier. Je dois à ce dernier Savant le témoignage qu’il a, par ses conseils, contribué à la perfection de mon Ouvrage. Avant cette époque, je l’avois communiqué à M. Buissart, des Académies d’Arras & de Dijon; à M. Brun, Médecin de l’Hôpital Militaire d’Arras, & à M. de Lannoy,  Apothicaire de la même Ville , un des Eleves les plus distingués de M. Lestiboudois , Professeur de Botanique à Lille , & à l’ouvrage duquel il a eu part. Depuis , mon Manufcrit a été remis à M. de la Tourrette, Secretaire perpétuel de l’Académie de Lyon , lequel a bien voulu me donner acte de cette remise, conformément à la délibération de cette Compagnie savante , qui a ordonné que toutes les pages en seroient paraphées avant qu’il me fut rendu. Quoiqu’il me fût facile de citer les témoignages de presque tous les Savans, dont j’ai parlé plus haut, qui presque tous m’ont fait l’honneur de m’écrire qu’ils me permettoient de les appeller en preuve de la connoissance qu’ils ont eu de mon travail , long-temps avant que M. Bergeret publiât le Profpecîus de fa Phytonomatotechnie , je. me contenterai de celui de l’Académie de Lyon, contre lequel je doute que M. Bergeret ose s’élever pour me contester la gloire d’avoir conçu en même temps que lui un projet favorable aux progrès de la Botanique.

___________

Extraits des Regifres de l’Académie des Sciences, Belles Lettres & Arts de Lyon.

Du 7 Janvier 1783.Ce jour le R. P. Le Fevre a présenté à l’Académie & déposé entre les mains du Secretaire perpétuel un Manufcrit de M. l’Abbé de Las, qui contient un Systême de Botanique fondé fur une thode defcriptive de toutes les parties de la Fleur, avec une nouvelle Langue Anthophyllographique dont il donne l’Alphabet. L’Auteur ayant fait demander acte de la présentation de ce Manufcrit, l’Académie y a consenti, & a chargé le Secretaire d’en parapher chaque feuillet avant de le lui rendre. Je foussigné certifie la copie ci – defllis conforme à l’original. Signé, La Tourrette Secretaire perpétuel.

Alors, plagiat ou coïncidence ? J’aurais tendance à croire qu’un tel projet était dans l’air du temps. Les exemples ne manquent pas de découvertes résultant des recherches parallèles de deux inventeurs différents : calcul infinitésimal avec Newton et Leibniz ; évolution des espèces  avec Darwin et Wallace ; ampoule électrique avec Edison et Swan. D’ailleurs, quoi qu’en dise l’abbé de Las, son système basé sur une langue anthographique et une langue phyllographique semble assez différent de celui de Bergeret, Mais de cela, je vous laisse juges…

Pour aller plus loin sur ce sujet

Andrew Polaszek, Systema Naturae 250 – The Linnaean Ark, 2010, partiellement disponible sur Google livres

Sara 
Scharf,« Multiple Independent Inventionsofa Nonfunctional Technology. Combinatorial Descriptive Names in Botany, 1640-1830 », Spontaneous Generations, vol 2 no 1 (2008), p. 145-184

D’autre part, j’ignore si les actes du colloque Les mots et les choses au XVIIIe siècle : la science, langue bien faite ? (Lyon, 2007) ont été publiés, mais son programme me semble avoir été fort intéressant sur ces questions de nomenclatures.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un héritage des instructions de 1962 : les divisions spécialisées utilisées pour le classement des ouvrages

Tableau des divisions spécialiséesCertains collègues se demandent parfois pourquoi les ouvrages rangés dans certains magasins(1) des bibliothèques universitaires le sont selon des lettres majuscules de l’alphabet et à quoi correspondent ces dernières.

Pour répondre à cette double question, je vous invite

à consulter le tableau ci-dessus, qui donnent le cadre de classement en divisions spécialisées établi par les instructions de 1962(2) ;

à parcourir les 3 documents suivants qui vous donnerons plus de précisions sur lesdites instructions.

Je vous préviens, c’est assez rébarbatif, mais si le sujet vous intéresse…

Instructions concernant les nouvelles sections et les sections transférées des bibliothèques des universités (à l’exclusion des sections « Médecine»). Bulletin des bibliothèques de France, n° 8, 1962

Daumas, Alban. Les bibliothèques universitaires. Bulletin des bibliothèques de France, n° 7, 1973

Sansen, Jean-Raoul. L’accès aux documents dans les bibliothèques universitaires. Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 1988

_______________

(1) En bibliothécais, cela signifie en accès indirect.

(2) Ces mêmes instructions ont imposé, pour classer les ouvrages en libre accès, la CDU (classification décimale universelle), cette dernière ayant été abandonnée progressivement au profit de la classification décimale Dewey à partir de 1988 à la suite d’autres instructions…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les bandes dessinées

Ce billet résulte de la fusion et de la mise à jour de deux messages que j’avais adressés à biblio.fr lors d’un intéressant débat sur ce sujet entre le 13 février et le 6 avril 2007. Il y aura sans doute des améliorations à apporter…

Une distinction fictions/documentaires

Les bd « témoignages documentaires », nombreuses depuis quelques années (voir la chronique Bandes dessinées et sciences humaines)

Les autobiographies (le Journal de Naud et sur un mode plus fantasmatique L’ascension du Haut Mal de David B)

Les reportages (Le photographe, d’Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre ;  Rural, d’Etienne Davodeau ; les reportages-bédés de XXI)

Les essais (Dol, de Philippe Squarzoni)

Les bd de fiction, les plus nombreuses traditionnellement

Au sein des fictions, plusieurs critères de distinction sont possibles et peuvent être croisés pour créer autant de sous catégories qu’il semblera nécessaire :

Le « ton » de l’ouvrage avec la distinction entre une bd à dominante humoristique et celle qui ne l’est pas

Le public avec la distinction traditionnelle par âge enfants/ados/adultes

L’univers, avec une distinction entre

un monde ordinaire, quotidien avec des personnages plus que des héros (Monsieur Jean ; Tendre banlieue ; Le cahier bleu)

un monde extraordinaire avec des aventures et des héros, qu’il s’agisse d’aventures se déroulant

à notre époque contemporaine (Tintin), qui se déclinent notamment sur le mode de l’enquête policière (Nestor Burma)

dans un autre univers, qu’il s’agisse du passé avec les pirates, les aventures de cap et d’épée, les westerns…, d’un futur plus ou moins lointain (Carmen McCallum ; Sillage), d’uchronies (Empire) ou d’univers décalés (La Nef des fous)

Il faudrait ajouter une catégorie spéciale pour les bd « ésotériques », très en vogue en ce moment (phénomène Da Vinci Code ?), et qui peuvent se dérouler tant dans notre univers contemporain que dans le passé (Le Triangle secret ; INRI) et pour lesquelles Glénat a créé une collection spéciale, La loge noire.

Peut aussi se poser la question de savoir s’il faut classer à part les adaptations d’œuvres littéraires (La recherche du temps perdu ; Ibicus ; L’Amérique de Kafka…) et une certaine « bd d’auteurs ». Et que faire de l’OuBapo ?

Le classement matériel

Au sujet du classement des BD par dessinateurs

Cela à l’avantage de réunir au même endroit les bd d’un dessinateur dont les univers peuvent parfois être très différents. Exemple : Isabelle Dethan avec le « peplum » égyptien Sur les terres d’Horus, l’univers décalé du Roi cyclope et les chroniques autobiographiques et familiales comme Tante Henriette ou Ingrid. J’aurais pu tout aussi bien prendre pour exemple Larcenet, Davodeau.

Cela a quand même un inconvénient. A part les « afficionados », les lecteurs ne connaissent pas toujours le dessinateur ou le scénariste d’une série ou d’un « one shot », mais plutôt le titre de la série et, plus encore, son héros principal, cette dernière remarque valant non seulement pour les enfants, mais aussi de nombreux adultes. Ce n’est donc pas aider ce public que de ranger les bd par dessinateurs ou par scénaristes, à moins de faire les renvois nécessaires physiquement dans les bacs et dans les rayons et pas dans un catalogue que seuls de rares initiés utilisent avec quelque succès.

Au sujet du classement par séries et/ou héros

Et ici apparaît une difficulté, si on choisit de privilégier l’un ou l’autre de ces deux derniers critères. Tout va bien si le titre de la série et le nom du héros sont identiques comme dans la bd jeunesse et humoristique traditionnelle (Astérix, Tintin, Lucky Lucke, Gaston Lagaffe, Spirou, Les Schroumpfs, Achille Talon, Félix le chat, Zig et Puce et j’en passe…) ou pour des séries plus récentes et plus « adultes » n’appartenant pas à ce registre (Carmen McCallum, Travis, Monsieur Mardi Gras des Cendres…).

Cependant, il arrive souvent que le héros d’une série ne soit pas éponyme (Nävis pour Sillage ; Nao pour Aquablue…). Or une partie du public, du moins au début, quand il n’en a lu qu’un album ou qu’il en a simplement entendu parler, une partie du public ne connait souvent que le nom du héros sans se souvenir précisément de celui de la série. Pour de tels cas, des renvois me semblent nécessaires, du héros vers le titre de la série ou inversement selon le choix fait initialement.

D’autre part, des renvois vers les « séries-filles » issues d’une « série-mère » me semblent égalemen utiles si ces séries ne sont pas rangées ensemble (Nävis qui conte la jeunesse de l’héroïne de Sillage ; Carmen+Travis qui conte les aventures communes des deux héros éponymes, les trois séries ayant en commun leur scénariste, mais non le dessinateur ; Code McCallum pour la jeunesse de Carmen…)

Au sujet des formats, des bacs

Cependant, le seul fonds de bd que je « gère » étant mon fonds personnel, je ne veux pas critiquer les choix faits par les collègues bibliothécaires des BM (les bédés sont hélas bien peu présentes en BU…) ayant une réelle expérience professionnelle en la matière. Ils doivent souvent faire intervenir d’autres critères dont je n’ai pas parlé, comme le format, la question du rangement en bacs ou en rayons, etc.

Il s’agit là de réflexions se fondant non sur une expérience professionnelle en BM (je travaille en BU de Droit où les bd manquent désespérément), mais sur mes propres goûts pour la bande-dessinée et de ma fréquentation assidue de librairies spécialisées dans ce type d’ouvrages (je ne parle pas de genre, tous les genres littéraires pouvant être déclinés sur ce support).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les livres anciens : la classification « Brunet-Parguez-Coulouma »

La classification Brunet, du nom de l’immortel auteur du Manuel du libraire et de l’amateur de livres, m’est un peu familière. Je me souviens l’avoir utilisée pour analyser le contenu de collections provençales du XVIIIe siècle, et notamment de celle du Marquis de Méjanes, du temps où je préparais mon mémoire de DEA sur les Bibliothèques privées en Provence occidentale au siècle des lumières. Mais cela fait bien longtemps : bientôt vingt ans…

Voici qu’un message trouvé dans bibliopat me l’a remise en mémoire :

Bonjour,

la bibliothèque municipale de Senlis vient de mettre à jour la consultation en ligne de son catalogue des fonds anciens.

Outre les accès traditionnels par auteur, titre et titre uniforme, une navigation thématique basée sur la table « Brunet-Parguez-Coulouma »a été mise en place.

La consultation est accessible directement à l’adresse suivante : www.bmsenlis.com/sitebmsenlis/fda/index.php

Au nom du fameux libraire ont été joints ceux de deux éminents bibliothécaires. Voici ce qu’en dit Le guichet du savoir de la bibliothèque municipale de Lyon :

La classification systématique Brunet-Parguez est utilisée pour classer les livres anciens. Il s’agit de la Table du manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, codée en vue de son utilisation sur ordinateur par Guy Parguez, bibliothécaire à la Bibliothèque municipale de Lyon » en 1968.

Note sur le codage de la table de Brunet en vue de son utilisation par ordinateur :

Alors que les bibliothèques universitaires classent en rayons leurs livres d’après le sujet, il serait souhaitable de pouvoir retrouver, au moins en catalogues, les livres anciens traitant une question donnée, autrement dit d’ajouter sur la fiche d’un ouvrage, la ou les notations qui lui reviendraient dans un classement systématique, ce qui permettrait de coder également une bonne partie des vedettes de forme.

Il s’agit de choisir un système qui permette assez facilement de noter certains sujets particulièrement étudiés dans les siècles passés et plutôt mal traités dans les classifications actuelles ; par exemple diverses questions religeuses (Ouvrages concernant les anges et les démons, Traités de Théologie morale, Catéchismes, etc.), scientifiques (Alchimie, Médecine spagirique, Astrologie), historiques (Récits de voyage concernant un pays déterminé), héraldiques, certains sports (jeu de paume etc.), et qui puisse également rendre compte de certaines manières actuelles de concidérer les anciens sujets

Il a semblé que la cinquième édition du Brunet, Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres. Paris, Didot 1865, répondait assez bien à ces préoccupations.

Elisabeth Coulouma a repris cette table dans le Cadre de classement systématique du catalogue des livres anciens imprimés.

Classification Brunet-Parguez parmi les outils et sites internet de références du du Guide méthodologique du SUDOC.

Guy Parguez travaillait à la bibliothèque municipale de Toulouse. Voici ce qui est dit de sa classification dans l’article d’Élisabeth Coulouma et Christian Peligry, « Le fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse », BBF, 1982, n° 12, p. 699-705, disponible sur le site de l’ENSSIB :

Le catalogue systématique utilise le cadre de la table du Manuel du libraire de Brunet, codée par MM. Parguez et Martin. Chaque rubrique est affectée d’un indice numérique et alphabétique, qui pourrait entrer en mémoire dans le cadre de l’automatisation du catalogue collectif des livres anciens. Ce système qui est celui des libraires de l’ancien régime, convient mieux aux fonds anciens et aux livres du XIXe siècle, que les classifications modernes. En cas de doute pour une indexation, on peut toujours se référer au Manuel et à sa table. Mais Brunet ne recense que des « livres » proprement dits, il ne dépouille pas les recueils factices ; on obtient une sorte de macro-documentation. L’intérêt de notre catalogue documentaire est de représenter tout le le fonds ancien, y compris brochures, feuilles volantes, estampes. Ce faisant nous utilisons en définitive ce cadre avec une conscience moderne : en l’absence de « facettes » et de « sous-facettes », nous donnons plusieurs indices à un même ouvrage, l’un analysant la forme, l’autre le contenu général, parfois un 3e ou 4e indice, précisé ou non d’un mot matière ou d’une date, privilégiant un point de vue particulier, ou une partie du document d’intérêt local. En subdivisant peut-être exagérément ce catalogue systématique, nous avons tenté de suppléer l’absence d’un catalogue analytique. Notre projet serait d’adjoindre au catalogue un mode d’emploi sous forme de liste de renvois d’orientation et renvois au fichier auteurs-anonymes, et d’index de mots-clés. Depuis sa rédaction initiale, la Table de Parguez a donc été sensiblement modifiée à Toulouse ; dans le cadre d’un catalogue collectif, si d’autres bibliothèques ou des bibliographes l’utilisaient, il faudrait unifier ou coordonner les pratiques et préciser les interprétations.

Voir aussi ce qui concerne la classification, l’indexation et et les recherches thématiques de l’article suivant : « Recensement des livres anciens des bibliothèques françaises », BBF, 1971, n° 1, p. 1-32, disponible sur le site de l’ENSSIB.

Quant au Manuel de Jacques-Charles Brunet, dont la 1ère édition est de 1810, vous trouverez sur Gallica sa 5e édtion en 6 volumes (1860-1865) et les 2 volumes du supplément (1878-1880). Voir notamment sa table méthodique, contenu dans le tome 6. Celle-ci peut aussi être consultée dans Google livres.

Il faut rappeler que Brunet n’est pas à proprement parler l’inventeur de cette classification en 5 classes (théologie ; jurisprudence ; sciences et arts ; belles lettres ; histoire), mais qu’il repend la classification utilisée par les libraires de Paris au XVIIIe siècle et notamment par Guillaume-François Debure, libraire du quai des Augustins, dans sa Bibliographie instructive, ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers (1763-1768). Vous pouvez la consulter sur Archive.org. C’était une source essentielle pour des bibliophiles des Lumières comme le Marquis de Méjanes qui y avait constamment recours pour ses acquisitions.

 Voir aussi cet article de Bibliomab sur les classifications des livres anciens.

Annexe. Les principales classes de la table « Brunet-Parguez-Coulouma »

1 RELIGION

11 ECRITURE SAINTE

12 LITURGIE

13 CONCILES

14 SAINTS PERES ou Pères de l’Eglise

15 THEOLOGIENS

16 OPINIONS SINGULIERES

17 RELIGION JUDAIQUE

18 RELIGIONS DES PEUPLES ORIENTAUX

19 APPENDICE SUR LA THEOLOGIE

2 – DROIT ET JURISPRUDENCE

20 INTRODUCTION

21 DROIT DE LA NATURE ET DES GENS

22 DROIT POLITIQUE

23 DROIT CIVIL ET DROIT CRIMINEL

24 DROIT CANONIQUE OU ECCLESIASTIQUE

3 – SCIENCES ET ARTS

30 INTRODUCTION, DICTIONNAIRES et MELANGES

31 SCIENCES PHILOSOPHIQUES

32 SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

33 SCIENCES NATURELLES

34 SCIENCES MEDICALES

35 SCIENCES MATHEMATIQUES

36 APPENDICE AUX SCIENCES : SCIENCES OCCULTES

37 ART

38 ARTS MECANIQUES ET METIERS

39 EXERCICES GYMNASTIQUES

4- BELLES-LETTRES

41 LINGUISTIQUES

42 RHETORIQUE

43 POESIE

44 THEATRE, POESIE DRAMATIQUE

45 OEUVRES LITTERAIRES ET FICTION EN PROSE

46 CRITIQUE LITTERAIRE ,  PHILOLOGIE

47 EPISTOLAIRES

48 POLYGRAPHES

49 COLLECTIONS D’OUVRAGES, EXTRAITS et MELANGES

5 – HISTOIRE ET SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

51 PROLEGOMENES HISTORIQUES

52 HISTOIRE UNIVERSELLE ANCIENNE ET MODERNE

53 HISTOIRE DES RELIGIONS ET DES SUPERTITIONS

54 HISTOIRE ANCIENNE

55 HISTOIRE MODERNE

56 SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La classification Aarne-Thompson

Dernière mise à jour : 27 avril 2011

Sur la classification Aarne-Thompson

La classification Aarne-Thompson en deux phrases

La classification Aarne-Thompson est née de la notion de conte-type définie au début du XXe siècle par le Finlandais Antti Aarne pour permettre la classification des nombreux contes collectés au cours du siècle précédent. L’Américain Stith Thompson complète son travail et, avec les éditions successives de The Types of the Folktale depuis 1921, la classification Aarne-Thompson devient internationale et permet d’établir des monographies de contes par comparaison des différentes variantes et d’entrependre des catalogues nationaux,  comme le Catalogue raisonné des contes populaires français de Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze. Continuer la lecture de La classification Aarne-Thompson

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts