Archives par mot-clé : Contes

A l’occasion d’une édition critique numérique de Barbe bleue

Voici un message concernant une merveille du fonds ancien de la BU Lettres de Tours :

Publication de l’édition critique numérique de l’album Barbe bleue/Bluebeard de l’illustrateur Walter Crane par François Fièvrebarbe bleue.png

Découvrez l’album Barbe bleue de Walter Crane en ligne, augmenté par François Fièvre (projet soutenu par la MSH Val-de-Loire).
Cette édition offre un véritable examen critique des images et du texte, mis en valeur par les fonctionnalités du numérique : la souris mettant en surbrillance les élements analysés de l’ouvrage avec le commentaire en regard.
L’ouvrage acquis par le SCD de l’université François-Rabelais a été numérisé par le CESR.

En complément et à titre de curiosité, je vous propose les quelques  liens suivants: Continuer la lecture de A l’occasion d’une édition critique numérique de Barbe bleue

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Kalila et Dimna : quand les chacals enseignent aux hommes

KalilaDimnaUne exposition sur les fables de Kalila et Dimna vient de se terminer à l’Institut du monde arabe. Je n’ai pas eu l’occasion de la visiter, mais cela m’a incité à m’informer un peu sur ces fables persanes.

Rédigé entre la fin du VIe et le milieu du VIIIe en pehlvî puis en arabe, le  Livre de Kalîla et Dimna (en arabe Kalîla wa Dimna), du nom des deux chacals protagonistes du premier conte, est la version arabo-persane d’un ancien recueil indien écrit en sanskrit, le Pañchatantra.

Continuer la lecture de Kalila et Dimna : quand les chacals enseignent aux hommes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Belle et la Bête

Paru d’abord en 1740 dans un recueil de contes de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins, ce conte n’a connu la célébrité que lorsqu’il fut abrégé par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont dans son Magasin des enfants en 1756, laquelle a supprimé notamment toute la seconde partie où Madame de Villeneuve relatait la querelle des fées expliquant l’origine royale de la Belle. Cette dernière version servira de base à la plupart des adaptations ultérieures.

Edition du Cabinet des fées disponible sur Gallica.

Paul Remy. « Une version méconnue de « La Belle et la Bête » ». Revue belge de philologie et d’histoire, t. 35 n° 1 (1957), p. 5‑18, en ligne dans Persée.

Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p.

Compte-rendu de l’ouvrage : Anne Defrance. « Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p. » Féeries. Études sur le conte merveilleux, XVIIe-XIXe siècle, n° 6 (2009): p. 255‑258, en ligne dans Revues.org.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La mouche et l’araignée

Vous rappelez-vous de mes deux chroniques sur l’araignée salvatrice ? A l’époque, je m’interrogeais pour savoir laquelle des deux versions, juive et musulmane, était antérieure à l’autre, tout en constatant la diffusion de ce thème dans le monde chrétien. J’en concluais à des origines communes issue d’un vieux fonds méditerranéen.

Or voici que les remarques d’un lecteur (Petit Renard) ont attiré mon attention sur l’existence de ce thème en Afrique. Voici ce qu’il m’a écrit :

En Afrique nous avons un récit semblable, “Nanga poursuivit par les musulmans,se réfugia dans une grotte et une araignée tissa une toile à l’entrée de la grotte, sauvant ainsi la vie de Nanga”

Comme je lui demande où, précisément sur le continent africain, il me répond :

Ce récit, vous le retrouvez au Cameroun, mais ce sont en réalité toutes les mêmes croyances dans l’Afrique ancienne en générale elles ont toute pour origine les pays de Cush (Nubie, Egypte ancienne etc…)

Et effectivement, quand je fais une recherche sur ce thème, je tombe sur ce conte érythréen :

« Maman, je déteste les araignées et les mouches » dit le prince.
La reine répondit avec sagesse « Il y a une raison pour tout ce que le Bon Dieu a fait. »
Bien qu’il sache que sa mère était une sage femme, il doutait de ses paroles pour le moment. Apres tout, quelle raison d’être pouvait avoir chacune de ces créatures ennuyeuses ? Il continua avec sa journée sans y plus penser.
Un mois passa et quelque chose de très horrible arriva. Il y avait une rébellion dans le royaume et la famille du roi fut tuée. Le seul à survivre fut le jeune prince. Il savait que ses ennemis n’étaient pas loin de lui et qu’ils ne le laisseraient jamais s’échapper. Laisser le prince en vie signifiait qu’il pourrait toujours un jour monter une armée pour reprendre le trône du roi et régner sur le pays.
Il décida d’aller vivre chez un oncle qui vivait loin d’ici. Il ne voyageait que de nuit et par la campagne afin de ne pas être vu. Mais il se rendit vite compte qu’ils n’étaient pas loin derrière. Si seulement il pouvait tenir un jour de plus de voyage, il pourrait arriver à la sûreté de la maison de son oncle.
Le dernier jour, il arriva à un espace ouvert avec un petit bassin d’eau où il pût se reposer et boire. Ces longs jours de voyage l’avaient rendu très fatigué. Très bientôt il s’endormit confortablement contre un arbre.
Quelques heures passèrent et une mouche se posa sur son visage. Il la fit partir, mais elle revenait sans arrêt. Finalement, dérangé par la mouche, il ouvrit les yeux et vit ses ennemis qui approchaient dans la distance. Il dormait si bien qu’il ne les avait pas entendu venir.
Il se leva d’un bond et fit son chemin à travers les collines aussi vite qu’il le pouvait. Il y avait beaucoup de cavernes dans ces collines, il en choisit une et y entra. Il alla au plus profond de la caverne et se cacha du mieux qu’il pût. Le temps passa et il entendit ses ennemis parler en dehors de la grotte.
L’un dit à l’autre d’une voix forte et coléreuse : «Ce n’est pas la peine d’explorer celle-ci, ne vois-tu pas qu’il y a une toile d’araignée ? Il n’aurait pas pu entrer sans endommager la toile et tu peux voir qu’elle est intacte ! Partons et allons vérifier la caverne suivante. » Sur ce, ils partirent vérifier les autres cavernes.
Ce qu’il se passa est qu’alors qu’il entrait dans la caverne, une énorme araignée était venue pour tisser sa toile à l’entrée de la caverne. Du fait qu’elle était si grosse, cela lui pris peu de temps pour avoir une grande toile qui couvrait la plupart des petites ouvertures.
Alors que le prince arrivait sain et sauf le lendemain matin à la maison de son oncle, il se rappela les paroles sages de sa mère. Il pleura en se souvenant ce qu’elle lui disait chaque fois qu’il se plaignait quand il était petit au sujet des mouches et des araignées qu’il détestait :
« Mon cher fils, il y a une raison pour chaque créature que le bon dieu créa… même les mouches et les araignées. »

Plusieurs remarques :

  1. Remplacez le prince par David, la mère par Dieu, les ennemis par les soldats de Saul, et vous avez la version juive de l’histoire. Curieux, non ?
  2. Ce conte serait érythréen, ce qui nous rapproche du pays de Kousch évoqué par Petit Renard. Mais cela nous rapproche aussi de la péninsule arabique…
  3. Se pose la question de la date de l’apparition de ce conte. Est-il « immémorial » ou faut-il l’associer à la pénétration musulmane dans ce continent au cours du Moyen-Age et des Temps Modernes ? Et comment le savoir, s’il relève de la tradition orale, comme nous l’avons vu précédemment à propos du conte des trois langues ?

Bref, une fois de plus, pas de réponse définitive, mais j’ai plutôt l’impression que le mystère s’épaissit…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le conte de Cendrillon chez les Chams et autres contes du Cambodge collectés par Adhémard Leclère

Adhémard Leclère est surtout connu pour sa contribution à la connaissance de la société khmère, qu’il côtoya pendant plus d’une vingtaine d’années de 1886 à 1910, comme administrateur colonial.

Il a notamment collecté des contes et légendes de la littérature orale du pays qui furent publiés entre 1898 et 1912 dans la Revue des Traditions Populaires et que l’AEFEK offre à la lecture de ses internautes. Le premier est un conte de Centrillon chez les Chams paru en décembre 1898.

En 1895, dans Cambodge, contes et légendes, Leclère avait déjà donné un conte cambodgien sur le même thème, mis en parallèle avec la version annamite que M. Landes avait publié dans le fascicule daté de mars-avril 1885 des Excursions et reconnaissances de Saïgon.

Voir aussi ma chronique du 20 août 2014 sur le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon.

Plus d’informatin sur Adhémard Leclère :

Grégory Mikaelian, Un partageux au Cambodge : biographie d’Adhémard Leclère suivie de l’inventaire du Fonds Adhémard Leclère, Paris, Association Péninsule, Les Cahiers de Péninsule n°12, 2011, 474 p. Présentation de l’ouvrage : Etudes coloniales, 14 juin 2011 ; Bulletin de l’AEFEK, n° 18, janvier 2012.

Ma chronique du 20 août 2014 sur le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon.

(Dernière modification : 20 août 2014)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Épaminondas : petit inventaire à la Prévert

L’autre jour, je ne sais plus pourquoi, lors d’une conversation avec des collègues, le nom Épaminondas a été prononcé. Il évoquait vaguement pour moi un général grec dont je ne savais plus trop s’il était mythologique ou bien réel. Une rapide recherche sur internet me rappela qu’il s’agit d’un général thébain ayant vécu entre 418 et 362 avant l’ère commune qui libéra sa cité du joug spartiate et assura pour un temps l’hégémonie thébaine en Grèce(1). Sa mort à la bataille de Mantinée a constitué un thème classique des artistes des siècles passés(2).

Cependant d’autres résultats de ma recherche initiale me renvoient à un conte pour enfant : Épaminondas et sa marraine(3). L’histoire se déroule dans le Sud des États-Unis(4) et le héros en est un petit enfant noir qui, quoique très obéissant et appliqué, commet bien des bêtises en adaptant de façon inadéquate à une situation présente les recommandations qui lui avait été faites pour une situation précédente(5). C’est qu’il ne faut pas obéir sans réfléchir(6).

D’où ce personnage tient-il ce prénom surprenant dans un milieu de descendants d’esclaves qui ne sont vraisemblablement pas très au fait de l’histoire antique ? Il me faut introduire ici une comparaison avec ce qui s’est passé dans les Antilles françaises lors des abolitions de l’esclavage en 1794 et en 1848.

Le suffrage universel (masculin) implique l’attribution de patronymes à ces nouveaux libres qui ne possèdent que prénoms et matricules. La plupart sont analphabètes. Peu connaissent leur âge véritable. Fantaisistes et mesquins, quelques dizaines de secrétaires de mairie se lancent alors dans l’oeuvre de leur vie: donner des noms à ces nouveaux citoyens qu’ils ont toujours méprisés. L’entreprise se révèle souvent poétique, parfois vulgaire, volontiers astucieuse. Les patronymes des généalogies sont alors définitivement fixés : noms d’arbres (Bananier, Pommier, Manguier) de fleurs, d’oiseaux, (Aigle, Corbeau, etc.), exploitation d’une page du dictionnaire (Châtaigne, Chalumeau, etc.), noms de personnages illustres (Darius, Epaminondas, Charlemagne), anagrammes (Etilagé pour égalité, variante augmentée d’un suffixe avec Gatibelza, variante diminuée avec Galita, Etrebil pour liberté), insultes créoles à caractère sexuel, noms de lieux (Bordelais, Nankin, Anduze), surnoms, prénoms, noms africains réels ou fictifs, etc.(7)

Épaminondas fait ainsi partie d’une  série de noms de personnages de l’Antiquité gréco-latine qui donnent un éclairage sur  la personnalité  d’officiers d’état civil et sur l’influence l’enseignement classique à cette époque. Voir par exemple M. de Saint Cyr, qui inscrivit les nouveaux libres de Morne-à-l’eau en Guadeloupe sous les noms d’Alcibiade, Tacite, ou Archimède(8).  Il s’agit là de patronymes, mais certains ont pu être réutilisés comme prénoms aux générations suivantes, et c’est ainsi qu’un des premiers romans haïtiens s’intitule Thémistocle-Epaminondas Labasterre(9). La situation fut-elle la même aux États-Unis pour les anciens esclaves des États du Sud. ? Je serais tenté de le penser, même si je n’en ai pas la preuve formelle.

Pour conclure cet inventaire regroupant un général grec, un conte pour enfants, des questions d’anthroponymie et un roman haïtien, je voudrais signaler un jeu inventé en 1963 par Robert Abbott, où un pion peut se déplacer seul d’une case, mais où il peut aussi se déplacer en phalange, technique justement créée par le fameux stratège thébain(10).

_______________________________________

(1) Voir l’article de Wikipedia et son abondante bibliographie. Plusieurs biographies de ce personnage ont été écrites dès l’Antiquité. Si celle de Plutarque est perdue, celle de Cornelius Nepos est accessible Nimispauci. Pour les Temps modernes, voir l’ouvrage de l’abbé Séran de La Tour, Histoire de Scipion l’Africain et d’Epaminondas : pour servir de suite aux Hommes illustres de Plutarque, paru en 1752 et disponible sur Google livres. Enfin, vous trouverez de nombreuses anecdotes dans l’Encyclopediana ou Dictionnaire encyclopédique des ana parue en 1791 chez Panckoucke et consultable sur Gallica ou Google livres.

(2) Voir la base Joconde pour les sculptures de David d’Angers (premier grand Prix de Rome, 1811), d’Ambroise René Maréchal et de Louis Schweigheouser et le tableau de Laurent Pécheux. Une gravure d’Eugène Marc représentant la sculpture de David d’Angers est visible sur le site de la bibliothèque numérique de l’INHA. Le tableau d’Isaak Walraven est visible notamment sur Flickr, un dessin à l’encre Bartolomeo Pinelli dans un article de La tribune de l’art et les restes de la sculpture de Jean-Louis Van Geel, qui obtint le deuxième Prix de Rome derrière David d’Angers en 1811 sur Flickr encore. Peut-être ferai-je une chronique spécifiquet sur ce thème qui me semble plutôt riche.

(3) Ce conte de Sara Cone Bryant, immortel auteur de Souricettea été publié en 1907 avec des illustrations d’Inez Hogan et adapté en français en 1997 par Odile Weulersse pour les éditions du Pères Castor. Ces deux versions sont accessibles sur internet, la première sur les sites Fée Clochette et Notre enfant, la seconde parmi les Petits contes au coin du feu.

(4) Odile Weulersse transpose l’histoire en Afrique.

(5) Ce syndrome d’Epimondas – l’expression est de l’archiviste Marie-Anne Chabin dans Je pense donc j’archive : l’archive dans la société de l’information – a donné de quoi réfléchir à la psychanalyste Geneviève Cloutour-Monribot dans un article publié le 14 décembre 2011 sur Uforca.

(6)  Telle est la morale de l’histoire selon le sorcier consulté par Epaminondas dans la version d’Odile Weulersse.

(7) Cf. la page consacrée par l’Académie de Reims aux abolitions françaises de l’esclavage.

(8) Cf. Gérard Lafleur. « Le nom patronymique en Guadeloupe », in Généalogie et Histoire de la Caraïbe, numéro 32, novembre 1991, p. 426. cet article à suscité quelques commentaires du R. P. Maurice Barbotin dans Généalogie et Histoire de la Caraïbe, numéro 35, février 1992, p. 519.

(9) Frédéric Marcelin. Thémistocle Épaminondas Labasterre, Paris : P. Ollendorff / Société d’éditions littéraires et artistiques, 1901. Rééditions Port-au-Prince: Éditions Fardin, 1976, 1982, 1999 ; Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2005. Voir une brève présentation dans la Bibliothèque insulaire de Jacques Bayle et une bibliographie des ouvrages de cet auteur sur Potomitan, site de promotion des cultures et des langues créoles.

(10) Voir Wikipedia, l’incontournable JeuxSoc consacré aux jeux de sociétés ou La diagonale du fou, site plus spécifiquement consacré aux variantes des dames et des échecs.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques

Vous souvenez-vous de la chronique du 29 janvier dernier sur la sérendipité ? J’y faisais rapidement allusion à un conte intitulé Voyages et aventures des trois princes de Serendip. Dans la notice de Wikipédia le concernant, j’ai trouvé un lien vers une édition parue à la fin du XVIIIe siècle disponible dans Gallica. Cette édition fait partie d’une collection intitulée Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques éditée par Charles-Georges-Thomas Garnier entre 1787 et 1789, dont les 39 tomes sont accessibles dans le cabinet de lecture de l’exposition Utopie de la BNF.

Voici la liste des auteurs qui y sont représentés. Ne pas oublier que les éditeurs scientifiques et les traducteurs sont souvent les véritables auteurs de l’ouvrage…

Anonymes

Aventures d’un Espagnol. Tome 12

Abbé d’Aubignac

Relation du royaume de Coquetterie. Tome 26

Madame d’Aulnoy

L’ïle de la Félicité,/em> épisode tiré d’Hypolite, Comte de Duglas. Tome 27

Pierre-Charles-Fabiot Aunillon

Azor ou le prince enchanté; histoire nouvelle, pour servir de chronique à celle de la terre des perroquets: traduit de l’anglois du sçavant Popiniay. Tome 21

Antoine-Henri de Bérault-Bercastel, trad. de Francisco Gomez de Quevedo y Villegas

Simon Berington, trad. de Gaudentio di Lucca

Père Bougeant

Voyage merveilleux du prince Fan-férédin dans la Romancie, contenant plusieurs observations historiques, géographiques, physiques, critiques et morales. Tome 26

Robert Boyle

Les Voyages & Aventures du Capitaine Robert Boyle. Tome 10 et 11

Camoëns

L’Isle enchantée, épisode fe la Lusiade. Tome 27

Christoforo Armeno

Voyages et aventures des trois princes de Sarendip, traduit du Persan.Tome 25

Savinien de Cyrano de Bergerac

Voyages de Cyrano de Bergerac sur les empires de la Lune et du Soleil ; L’histoire des oiseaux. Tome 13

Daniel Defoe

La vie et les aventures surprenantes de Robinson Crusoe. Tomes 1 à 3

Pierre-François Guyot Desfontaines, trad. de Jonathan Swif et auteur de :

Le nouveau Gulliver , ou Voyages de Jean Gulliver, fils du capitaine Gulliver. Tome 15

Chevalier Des Gastines

L’isle inconnue, ou Mémoires du chevalier Des Gastines. Tomes 7 à 9

Jean-Baptiste Dupuy-Demportes, éd. scientifique de Gaudentio di Lucca

Edward Dorrington, pseud. de Peter Longueville

Henry Fielding

Julien l’Apostat, ou voyage dans l’autre monde. Tome 24

Gabriel de Foigny

Les Aventures de Jaccques Sadeur dans la découverte et le voyage de la Terre australe, contenant les coutumes et les moeurs des Australiens, leur religion, leurs exercices, leurs études, leurs guerres, les animaux particuliers à ce pays. Tome 24

Gaudentio di Lucca (auteur prétendu)

Mémoires de Gaudence de Luques. Tome 6

Louis Godin des Odonais

Relation du naufrage de Mme Godin, sur la rivière des Amazones. Lettre de M. Godin des Odonais à M. de La Condamine. Tome 12

Guillaume Grivel, éd. scientifique du chevalier Des Gastines

Henry Hamel.

Relation du naufrage d’un vaisseau hollandais. Tome 12

Ludvig Holberg

Voyage de Klimius dans le monde souterrain, contenant une nouvelle théorie de la terre et l’histoire d’une cinquième monarchie inconnue jusqu’à présent. Tome 19

Jean Lediard.

Les aventures d’un jeune anglais. Tome 10

Marc-Antoine Le Grand

Les aventures du voyageur aérien : histoire espagnole. Tome 23

Peter Longueville.

Le solitaire anglois, ou Aventures merveilleuses de Philippe Quarll. Tome 4

Lucien de Samosate

Histoire véritable. Tome 13

Chevalier de Mailly, trad. de Christoforo Armeno

Comte de Martigny.

Le voyage d’Alcimédon ou Le naufrage qui conduit au port. Tome 10

Jakob von Mauvillon, trad. de Ludvig Holberg

Fernão Mendez Pinto

Aventures d’un corsaire portugais. Tome 10

Montesquieu

Histoire des troglodites [extrait des Lettres persanes XI-XV]. Tome 10

Charles de Fieux, chevalier de Mouhy

Lamekis, ou Les voyages extraordinaires d’un égyptien dans la terre intérieure, avec la découverte de l’île des Sylphides enrichis de notes curieuses. Tomes 20-21

Julien-Jacques Moutonnet de Clairfons

Les Isles fortunées ou Les aventures de Bathylle et de Cleobule. Tome 10

Henri Pajon

Histoire du Prince Soly, surnommé Prenany et de la princesse Fêlée. Tome 25

Robert Paltock

Les hommes volans, ou Les aventures de Pierre Wilkins. Tomes 22-23

Nicolas Perrot d’Ablancourt, trad. de Lucien de Samosate

P.-F. de Puisieux, trad. de Robert Paltock

Francisco Gomez de Quevedo y Villegas

Voyages récréatifs du chevalier Quévédo de Villegas. Tomes 15-16

Marie-Anne Robert (de Roumier)

Voyages de Milord Céton dans les sept planètes, ou Le nouveau Mentor. Tomes 17-18

Thémiseuil de Saint-Hyacinthe, trad. de Daniel Defoe

Segrais

Relation de l’ïle imaginaire et histoire de la Princesse de Paphlagonie. Tome 26

Charles Sorel

Description de l’ïle de Portraiture et de la ville des Portraits. Tome 26

Jonathan Swift

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver. Tome 14

Abbé Paul Tallemant

Voyage de l’isle d’amour. Tome 26

Denis Vairasse

Histoire de Sévarambes. Tome 5

Justus Van Effen, trad. de Daniel Defoe

Pierre Viaud

Le naufrage et les aventures de Pierre de Viaud. Tome 12

Voltaire

Micromégas, ou Voyages des habitans de l’étoile Sirius. Tome 23

[en cours de réalisation : dernière mise à jour 31 mai 2011]


Notons qu’à l’époque, Charles-Joseph de Mayer publiait les volumes de son Cabinet des fées. Est-ce à dire qu’un grand besoin d’imaginaire et d’utopie se faisait jour en ces années prérévolutionnaires ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’oiseau des contes (2) L’oiseau des contes littéraires

En complément d’un précédent billet sur une anthologie de contes issus de la tradition oral sur le thème de l’oiseau, voici un début de liste de contes issus de la littérature savante et portant sur ce même thème. Evidement elle sera complétée, corrigée, et si vous avez des remarques et informations.. 

 

 Le langage des oiseaux (ou la conférence des oiseaux)

Auteur : Farid-Uddin Attar

Texte en ligne :

  • Une version en format html sur Simorg.net
  • Une version html en persan
  • Une version numérisée d’édition ancienne dans Google livres : 1857

Bibliographie

 

L’oiseau blanc

Auteur : Denis Diderot.

Texte en ligne :

  • Une versions en format html dans les pages dédiées à Denis Diderot dans Wikisource.
  • Les version numérisées d’éditions anciennes dans Gallica ou Google livres  : 1821 ; 1875. 

 

L’oiseau bleu

Auteur : Madame d’Aulnoy.

Texte en ligne :

Une version gasconne du conte sur le site Pyrene.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le cabinet des fées

Ce qu’était le Cabinet des fées

Selon une notice bibliographique  de la BnF :

Collection de contes rassemblés entre 1785 et 1786 et publiés à Amsterdam par Charles-Joseph Mayer et Charles-Georges-Thomas Garnier ; le t. 37 contient les notice des auteurs ainsi que la liste complète de leurs oeuvres ; les 4 derniers vol. (t. 38-41) ont été publiés à Genève en 1788-1789 ; ils contiennent une suite des « Mille et une nuits ».

Continuer la lecture de Le cabinet des fées

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts