Archives par mot-clé : Démolition

Démontages en règle (3) Voltaire contre l’auteur du livre des Trois Imposteurs

Dans quelques temps, je vous présenterai une chronique sur l’athéisme et notamment certains de ses textes fondateurs. S’y trouveront nécessairement le Testament du curé Meslier et le Traité des trois imposteurs. Voltaire connaît bien ces deux textes et particulièrement le premier pour en avoir réalisé en 1762 une édition d’extraits soigneusement choisis, où l’athéisme radical du curé d’Étrépigny est édulcoré en un déisme prudent.

Car le patriarche de Ferney n’est nullement athée, comme en témoignent l’article « Athée, athéisme » de son Dictionnaire philosophique. S’il est violemment opposé à l’Eglise catholique et à tous les clergés, il n’en appuie pas moins la morale et l’ordre établi sur la croyance en une déité. Aussi s’oppose-t-il à l’athéisme du Traité des trois imposteurs, qui, non content de faire le procès à charge de Moïse, Jésus et Mahomet, nie l’existence de Dieu.Un des vers le poème ci-dessous, Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer, souvent pris comme une profession de foi athée, est au contraire l’expression  du déisme de François-Marie Arouet.

Ecrit en 1768 ou 1769, date à lquelle il paraît une première fois dans une mince brochure de 4 pages, ce texte est repris en 1771 dans un recueil d’Epitres, satires, contes, odes, et pieces fugitives, du poete philosophe.Il figure dans le volume XI des Œuvres complètes parues chez A.-A. Renouard entre 1819 et 1825 et dans le tome X des Œuvres complètes  éditée par Louis Moland chez Garnier entre 1877 et 1885. La première fois que j’ai eu l’occasion de le lire, c’était sur le site de  The Voltaire Society of America.

 

Epître à l’auteur du livre des Trois Imposteurs

François-Marie Arouet de Voltaire

 

Insipide écrivain, qui crois à tes lecteurs
Crayonner les portraits de tes Trois Imposteurs, (1)
D’où vient que, sans esprit, tu fais le quatrième?
Pourquoi, pauvre ennemi de l’essence suprême,
Confonds-tu Mahomet avec le Créateur,
Et les oeuvres de l’homme avec Dieu, son auteur?…
Corrige le valet, mais respecte le maître.
Dieu ne doit point pâtir des sottises du prêtre:
Reconnaissons ce Dieu, quoique très-mal servi.
De lézards et de rats mon logis est rempli;
Mais l’architecte existe, et quiconque le nie
Sous le manteau du sage est atteint de manie.
Consulte Zoroastre, et Minos, et Solon,
Et le martyr Socrate, et le grand Cicéron:
Ils ont adoré tous un maître, un juge, un père.
Ce système sublime à l’homme est nécessaire.
C’est le sacré lien de la société,
Le premier fondement de la sainte équité,
Le frein du scélérat, l’espérance du juste.
Si les cieux, dépouillés de son empreinte auguste,
Pouvaient cesser jamais de le manifester,
Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer.
Que le sage l’annonce, et que les rois le craignent.
Rois, si vous m’opprimez, si vos grandeurs dédaignent
Les pleurs de l’innocent que vous faites couler,
Mon vengeur est au ciel: apprenez à trembler.
Tel est au moins le fruit d’une utile croyance.
Mais toi, raisonneur faux, dont la triste imprudence
Dans le chemin du crime ose les rassurer,
De tes beaux arguments quel fruit peux-tu tirer?
Tes enfants à ta voix seront-ils plus dociles?
Tes amis, au besoin, plus sûrs et plus utiles?
Ta femme plus honnête? et ton nouveau fermier,
Pour ne pas croire en Dieu, va-t-il mieux te payer?…
Ah! laissons aux humains la crainte et l’espérance.
Tu m’objectes en vain l’hypocrite insolence
De ces fiers charlatans aux honneurs élevés,
Nourris de nos travaux, de nos pleurs abreuvés;
Des Césars avilis la grandeur usurpée;
Un prêtre au Capitole où triompha Pompée;
Des faquins en sandale, excrément des humains,
Trempant dans notre sang leurs détestables mains;
Cent villes à leur voix couvertes de ruines,
Et de Paris sanglant les horribles matines:
Je connais mieux que toi ces affreux monuments;
Je les ai sous ma plume exposés cinquante ans.
Mais, de ce fanatisme ennemi formidable,
J’ai fait adorer Dieu quand j’ai vaincu le diable.
Je distinguai toujours de la religion
Les malheurs qu’apporta la superstition.
L’Europe m’en sut gré vingt têtes couronnées
Daignèrent applaudir mes veilles fortunées,
Tandis que Patouillet m’injuriait en vain.
J’ai fait plus en mon temps que Luther et Calvin.
On les vit opposer, par une erreur fatale,
Les abus aux abus, le scandale au scandale.
Parmi les factions ardents à se jeter,
Ils condamnaient le pape, et voulaient l’imiter.
L’Europe par eux tous fut longtemps désolée;
Ils ont troublé la terre, et je l’ai consolée.
J’ai dit aux disputants l’un sur l’autre acharnés:
« Cessez, impertinents; cessez, infortunés;
Très-sots enfants de Dieu, chérissez-vous en frères,
Et ne vous mordez plus pour d’absurdes chimères. »
Les gens de bien m’ont cru: les fripons écrasés
En ont poussé des cris du sage méprisés;
Et dans l’Europe enfin l’heureux tolérantisme
De tout esprit bien fait devient le catéchisme.
Je vois venir de loin ces temps, ces jours sereins,
Où la philosophie, éclairant les humains,
Doit les conduire en paix aux pieds du commun maître;
Le fanatisme affreux tremblera d’y paraître:
On aura moins de dogme avec plus de vertu.
Si quelqu’un d’un emploi veut être revêtu,
Il n’ amènera plus deux témoins sa suite (2)
Jurer quelle est sa foi, mais quelle est sa conduite.
A l’attrayante soeur d’un gros bénéficier
Un amant huguenot pourra se marier;
Des trésors de Lorette, amassés pour Marie,
On verra l’indigence habillée et nourrie;
Les enfants de Sara, que nous traitons de chiens,
Mangeront du jambon fumé par des chrétiens.
Le Turc, sans s’informer si l’iman lui pardonne,
Chez l’abbé Tamponet ira boire en Sorbonne. (3)
Mes neveux souperont sans rancune et gaîment
Avec les héritiers des frères Pompignan;
Ils pourront pardonner à ce dur La Blétrie (4)
D’avoir coupé trop tôt la trame de ma vie.
Entre les beaux esprits on verra l’union:
Mais qui pourra jamais souper avec Fréron?

 

Notes de Voltaire

(1) Ce livre des Trois Imposteurs est un très-mauvais ouvrage, plein d’un athéisme grossier, sans esprit, et sans philosophie.

(2) En France, pour être reçu procureur, notaire, greffier, il faut deux témoins qui déposent de la catholicité du récipiendaire.

(3) Tamponet était en effet docteur de Sorbonne.

(4) La Blétrie, à ce qu’on m’a rapporté, a imprimé que j’ avais oublié de me faire enterrer.

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Démontages en règle (2) Vallès contre Baudelaire

J’ai trouvé l’article suivant dans la collection électronique de la Bibliothèque Municipale de Lisieux. Paru intialement dans La Rue, journal fondé par Jules Vallès, le 7 septembre 1867, il s’agit d’un portrait peu amène de l’immortel auteur des Fleurs du Mal. Il est vrai que le père de Jacques Vingtgras ne prise guère la personnalité du poète.

 

Charles Baudelaire

par

Jules Vallès

~~~~

On me présenta à lui.

Il clignota de la paupière comme un pigeon, se rengorgea et se pencha :

– Monsieur, dit-il, quand j’avais la gale

Il prononça gale comme les incroyables disaient chaamant, et il s’arrêta.

Il avait compté sur un effet et croyait le tenir tout entier avec son début singulier.

Je lui répondis sans sourciller :
– Êtes-vous guéri ?

Il resta coi, ou mit tout au moins une minute à se remettre. Je regardai avec curiosité ce faux galeux et remarquai tout de suite qu’il avait une tête de comédien : la face rasée, rosâtre et bouffie, le nez gras et gros du bout, la lèvre minaudière et crispée, le regard tendu ; ses yeux, que Monselet définissait : deux gouttes de café noir, vous regardaient rarement en face ; il avait l’air de les chercher sur la table tandis qu’il parlait, dodelinant du buste et traînant la voix.

Il avait au cou une cravate de foulard rouge, sur laquelle retombait un énorme col de chemise à la Colin et était enfermé dans un grand paletot marron boutonné et flottant comme une soutane.

Il y avait en lui du prêtre, de la vieille femme et du cabotin. C’était surtout un cabotin.

Poëte, il ne l’était point de par le ciel, et il avait dû se donner un mal affreux pour le devenir : Il eut une minute de gloire, un siècle d’agonie : aura-t-il dix ans d’immortalité?

A peine !

Ses admirateurs peuvent tout au plus espérer qu’un jour un curieux ou un raffiné logera ce fou dans un volume tiré à cent exemplaires, en compagnie de quelques excentriques crottés. Il ne mérite pas davantage : et combien sont tombés qui étaient plus dignes d’être embaumés dans les pages d’un Elzévir ; ceux-là sont morts poitrinaires et non pas fous ; ils n’ont point eu les préoccupations terribles et les angoisses mesquines qu’eut toute sa vie ce forçat lugubre de l’excentricité.

Né bourgeois, il a joué les Cabrions blafards toute sa vie ; il y laissa sa raison, c’était justice : on ne badine pas impunément et aussi effrontément qu’il le fit avec certaines lois fatales qu’il ne faut pas subir lâchement, mais qu’il ne faut pas défier non plus ; on ne surmène pas ainsi son corps et sa pensée, ou bien la nuit se fait dans le cerveau, le sang devient eau dans les veines et il ne reste d’un homme qu’un morceau de chair épaisse et fadasse comme un lot de viande soufflée qui tressaute et tremblotte dans l’insensibilité d’une agonie piteuse.

Ah ! ne valait-il pas mieux vivre simplement d’un travail connu, simple mortel, plutôt que de courir après les rimes étranges et les titres funèbres ! Mauvais moment, d’ailleurs, celui-ci, pour les biblistes de sacristie ou de cabaret ! Époque rieuse et méfiante, la nôtre et que n’arrête point longtemps le récit des cauchemars et le spectacle des extases. C’était déjà montrer qu’on n’avait pas le nez bien long qu’entreprendre pareille campagne à la date où Baudelaire la commença. Que Satan ait son âme !

Satan, c’était le diablotin, démodé, fini, qu’il s’était imposé la tâche de chanter, d’adorer et de bénir ! Pourquoi donc ? Pourquoi le diable plutôt que le bon Dieu ?

C’est que, voyez-vous, ce fanfaron d’immoralité, il était au fond un religiosâtre, point un sceptique ; il n’était pas un démolisseur, mais un croyant ; il n’était que le niam-niam d’un mysticisme bêtasse et triste, où les anges avaient des ailes de chauve-souris avec des faces de catin : voilà tout ce qu’il avait inventé pour nous étonner, ce Jeune Francetrop vieux, ce libre-penseur gamin.

Il étonna fort peu, se tortura beaucoup et finalement joua un jeu de dupe, en menant une vie de victime ! Mauvais spéculateur ! Petit impie !

Il avait, cet impie-là, des sournoiseries de séminariste et le tempérament d’un clérical. Il avait tout juste l’audace du mauvais prêtre qui, dèvoré d’appétits cachés, tricherait avec sa conscience et tâcherait de satisfaire du même coup sa foi divine et sa curiosité malsaine. Il n’avait pas la santé d’un débauché et avait dans son enfer une petite porte masquée par où l’on pouvait remonter au ciel.

Était-il, par quelque côté au moins, un révolté ? Allons donc ! Rien qu’un égoïste qui travaillait péniblement sa gloire et qui ne souffrait pas mais jouissait des douleurs des autres, parce qu’elles pouvaient l’inspirer et aider sa muse menacée de stérilité à accoucher de quelque foetus qu’il appelait l’embryon d’un monde. On le répéterait dans les cénacles, dans les cafés, et il n’en demandait pas davantage. Incapable d’émouvoir ceux qu’il n’avait pas préparés, il posait en aristocrate de la pensée qui s’exile avec ses fidèles dans le pays des idées hautes.

Croyait-il à son génie ? Je n’en suis point sûr, pas plus que je ne suis sûr, – tenez ! qu’il ait jamais mangé du hatchis ou bu de l’opium !

Existence douloureuse, âme désespérée, croyez-moi ! quand, seul avec lui-même, il se regardait et, se frappant le front ou le coeur, il entendait sa tête qui commençait à tinter fêlé et sa poitrine qui sonnait creux ; à ces moments-là, quand il fallait évoquer le cauchemar et tripoter l’horrible, la fatigue l’écrasait, le dégoût le prenait, peut-être même, pendant qu’il manipulait ses vers, la peur venait aussi ! Il arrivait à être possédé pour tout de bon !

En tous cas, il s’ennuyait à périr : N’en doutez pas !

Le travail console et fortifie ; il n’était point un paresseux : c’était le plus terrible des laborieux. – Mais encore faut-il que le travail profite : il ne faut pas se morfondre dans l’effort inutile, et n’avoir pas seulement les douleurs de l’enfantement.

Baudelaire sentait uniquement son orgueil fermenter et s’aigrir, mais il avait les entrailles pauvres, et se tordait sans accoucher. Ah ! que ne s’était-il fait professeur de rhétorique ou marchand de scapulaires, ce didactique qui voulait singer les foudroyés, ce classique qui voulait épater Prudhomme, qui n’était, comme l’a dit Dusolier, qu’un Boileau hystérique, et s’en allait jouer les Dante par les cafés. Il n’était pas le poëte d’un enfer terrible, mais le damné d’un enfer burlesque. Instruit de son infécondité par les douleurs secrètes de ses nuits solitaires, il essaya de faire croire, à force d’esprit, à son génie, et se dit qu’il pourrait paraître exceptionnel en semblant singulier.

Il se mit à traverser, lui aussi, Ravenne et voulut que les enfants se détournassent ; il n’y eut pour le suivre dans les rues que les chiens qu’il agaçait exprès. Mais, dans les parlottes et les buvettes, ce qu’il avait espéré arriva. Il conquit une célébrité. S’il n’eût fait que des vers et point de farces, il eût été simplement le Siméon Pécontal de la pornographie, mais il grimaça et se disloqua. On parla de ses dislocations, on rit de ses grimaces ; il n’en faut pas plus pour intéresser ces journalistes qui sont las de banalité et avides d’inattendu, blasés que le monstre amuse. Baudelaire se fit monstre.

Tantôt, en 48, il sortait en blouse bleue avec un tuyau de poêle tout battant neuf sur la tête et des gants beurre frais aux mains, tantôt il se mettait en habit noir et chaussait des sabots crottés de fumier, pour qu’on criât à la chianlit.

Ce mois-ci, il était rasé et plâtré comme une fille ; l’autre mois, il avait la barbe énorme et les cheveux en brosse ; il ôtait, suivant les besoins, des poils et ajoutait des touffes à la queue du chien d’Alcibiade.

Il entrait au Café anglais et disait : – Garçon, voulez-vous me donner un litre ? – Il avait pris cette habitude de demander du vin à toute heure. Peut-être ne l’aimait-il pas !

C’était pour entretenir la curiosité.

On sait son mot, tandis qu’il mordait dans des noix fraîches.

«On dirait qu’on mange de la cervelle de petit enfant».

On en cite d’autres que je ne puis transcrire ; celui, par exemple, qu’il lança dans un dîner chez le sculpteur C…, pour s’excuser d’arriver trop tard.

Tout cela, hélas ! était non pas du gros et bon scepticisme, le feu de l’ironie française, la flamme de la gaieté gauloise, c’était de la singularité douloureuse et forcée, l’exhibition savante de phrases phénomènes !

Il combinait d’avance ses mots et ses gestes.

Un peintre de nos amis, qu’il avait invité à déjeuner, pressait sournoisement le genou à une femme aimée par lui.

Baudelaire s’en aperçut, se leva, alla au peintre et lui dit :

– Il faut, dit-il, que vous soyez bien lâche. C’est parce que vous savez que je suis poltron.

Puis il se rassit et continua de déjeuner.

Je le rencontrai un soir au Casino, et lui demandai ce que lui, poëte, cherchait là.

– Je viens pour faire peur aux femmes !

Non qu’il posât pour la brutalité ; il jouait, au contraire, les précieux infâmes, il avait voulu moderniser l’infernalisme du Dante et scudériser l’ordure. Il tenait à paraître distingué ; il l’était. Il aurait dû, dans la vie, se contenter de commander et de plaire aux blondes.

Mais ce corrompu était, vis-à-vis des femmes, timide, et, je le croirais volontiers, maladroit. Peut-être même sa corruption littéraire était-elle le fruit gâté de sa gaucherie ou de son incapacité physique !

Il se condamna à un rôle pour lequel il n’était pas fait, et qui l’écrasa !

Indifférent aux grands spectacles, et, par conséquent, impuissant à les peindre, ne ressentant pas d’impressions, se trouvant tout de suite ruiné, à peine il avait écrit deux pages ; trop orgueilleux pour se contenter d’être talent classique, gloire officielle, il inventa, il crut inventer le diablotinismeet se figura avoir découvert Lacenaire et Lesbos.

Il but, ou fit croire qu’il buvait ce que ses contemporains n’osaient point boire, et dit ou fit dire qu’il avait sur eux la supériorité de sensations inconnues par lui cherchées, définies et acquises. Il eut la chance de trouver Edgard Poë et de le traduire. Il eût dû n’être jamais qu’un traducteur, lui qui ne savait ni inventer ni voir, et qui, à court d’idées, à bout de ressources, pour conquérir au moins la réputation d’originalité, fourbut son imagination et affola sa sensibilité.

Un de nos amis le vit, il y a quelques mois, dans la maison où il s’est éteint. Sa main gauche inerte et tordue pendant contre sa poitrine ; avec la droite, quelquefois, il essayait de soulever les doigts non encore pourris, mais morts !

Il ne lui restait ouvert que le quart d’un oeil dans cette tête qui retombait trop lourde sur l’épaule, et dans laquelle veillait, comme une lueur mourante, la mémoire.

Il ne pouvait articuler qu’un mot, comme un enfant, mais ce mot, il le gémissait, le ricanait, et, avec des hoquets de colère ou de joie, il traduisait ses impressions suprêmes !

On lui montra une fleur :

Il lui fit risette avec son sourire de fou.

Cré nom ! cré nom ! roucoulait-il en balançant la tête, et comme ému par le parfum et par l’éclat.

Cré nom ! C’était tantôt un salut et tantôt un juron, suivant qu’on lui montrait une chose ou un nom qu’il avait aimés ou haïs.

Cré nom ! C’était peut être aussi le grognement idiot du désespoir ! – Qui sait ?

Cela signifiait peut-être : – « Ah ! pourquoi ai-je, toute ma vie, été un comédien ! Je me suis rendu fou moi-même, je le sais et je ne puis le dire, et je le pourrais que peut-être, orgueilleux, je ne le dirais pas ! »

Ah ! je le plains, je vous jure ! oui, je le plains !

Combien de morts déjà parmi ceux de son âge ! Cette génération est donc maudite ? Il y a à ces folies horribles et à ces morts précoces, une raison historique, fatale. Quoi donc ? Mais il faut se pencher plus avant dans l’abîme. Restons aujourd’hui au cimetière, nous chercherons un autre jour le secret de ces agonies.

7 septembre 1867.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Démontages en règle et autres vacheries

Je vais entreprendre la constitution d’une collection de textes d’éreintage et de démolition d’auteurs de textes philosophiques ou littéraires par un de leurs confrères. Je vous ai déjà cité, voici quelques mois un court opuscule de Joseph de Maistre contre Jean-Jacques Rousseau. Je viens de vous présenter ce soir un article de Trotsky contre Nietzsche. D’autres suivront plus ou moins régilèrement, tant la matière semble riche. Voir par exemple les vacheries d’écrivains collectées sur le site L’ombre du regard ou des ouvrages comme Une histoire des haines d’écrivains de Chateaubriand à Proust par Etienne Kern et Anne Boquel (Flammarion,2010) ou Ta gueule Bukowski! Dictionnaire des injures littéraires par Pierre Chalmin (L’Editeur, 2010).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Démontages en règle (1) Trotsky contre Nietzsche

Ecrit par le futur fondateur de la IVe Internationale alors qu’il n’avait que 21 ans, l’article suivant a d’abord paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l’Orient) d’Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900. Repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l’ancien monde), il est accessible dans la section française de Marxists International Archive où je l’ai récupéré lorsque j’ai constitué ma webographie sur le(s) marxisme(s). C’est une véritable démolition de l’auteur récemment décédé d’Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme. Continuer la lecture de Démontages en règle (1) Trotsky contre Nietzsche

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Joseph de Maistre contre Rousseau

Pour lire dans le bus, j’ai pris hier matin un des petits livres des éditions Mille et une nuits qui peuplent mes rayons et sont bien commodes à glisser dans la poche de mon blouson. J’ai choisi un peu par hasard un ouvrage de Joseph de Maistre(1), Contre Rousseau : de l’état de nature, paru en 2008 avec des notes et une postface de Yannis Constantinidès(2).

Que le comte savoisien ne soit pas ni un démocrate ni un progressiste est incontestable. N’est-il pas un des piliers de la pensée contre-révolutionnaire de la Restauration à nos jours en passant par les divers courants d’extrême-droite, nazisme compris(3) ? Sans doute, mais il n’est pas sans intérêt de le lire pour son style alerte et caustique et comme témoin d’une époque, celle qui va des Lumières à la Restauration en passant par le choc de la Révolution et de l’Empire.

Champion de la réaction royaliste et catholique, il semble avoir détesté tout particulièrement les livres du philosophe genevois, dont il attaque le Contrat social dans un autre ouvrage posthume, Etude sur la souveraineté(4). Cependant, rien n’est simple et Jean-Yves Pranchère a souligné que cette relation était bien plus complexe qu’il n’y paraît(5).

L’opposition idéologique de Maistre et de Rousseau n’a pas seulement marqué les écrits du premier contre les idées du second. Elle a cristallisé l’opposition politique des conservateurs et des républicains.

A la fin du [XIXe] siècle sous l’impulsion de François Descote et du baron Costa, chefs de file de la droite, Chambéry rend hommage à deux de ses illustres citoyens : Joseph et Xavier de Maistre. Le groupe est réalisé par le sculpteur parisien Ernest Dubois recommandé au comité par Ernest Daudet. Cette célébration est peu appréciée par la gauche qui n’oublie pas que Joseph de Maistre a été le grand théoricien de la contre-révolution. Le parti progressiste prendra sa revanche en 1910 en faisant ériger à son tour une statue à Jean-Jacques Rousseau, inspirateur de la Révolution. C’est la guerre des statues !(6)

________________________________________________

 

(1) Voir sur cet auteur, outre l’article de Wikipédia, le site anglophone qui lui est consacré par Caroline Armenteros et dont voici la présentation dans les signets de la BNF :

Site consacré à Joseph de Maistre (1753-1821), théoricien des Contre-Lumières. Propose notamment une liste des oeuvres numérisées disponibles en ligne et une bibliographie très complète. Comporte des liens vers d’autres sites consacrés à cette époque, ainsi qu’une description des principales archives détentrices de ses manuscrits.

(2) Initialement intitulé Examen d’un écrit de J.-J. Rousseau sur l’inégalité des conditions parmi les hommes et paru à titre posthume, ce texte est accessible tant sur Gallica que sur Google livres. Il n’est cependant pas inutile d’en avoir une édition annotée, car bien des allusions, claires pour les contemporains de l’auteur le sont un peu moins pour nous.

(3) Voir sur ce sujet l’article de Jean Zaganiaris, « Réflexions sur une « intimité » : Joseph de Maistre et Carl Schmitt », L’Homme et la société 2/2001 (n° 140-141), p. 147-167, disponible su Cairn.

(4) Disponible sur Gallica et sur Google livres et repris par en 1992 par les Presses universitaires de France sous le titre De la souveraineté du peuple : un anti-contrat social, dans une édition établie, présentée et annotée par Jean-Louis Darcel.

(5) « Maistre dans la dialectique des Lumières », communication au 51e congrès de lAssociation internationale des études francaises, Cahiers de l’Association internationale des études fr5ncaises, 2000, vol.  52, p. 103-115, disponible sur Persée. Voir du même auteur, L’autorité contre les Lumières : la philosophie de Joseph de Maistre, Librairie Droz, 2004, partiellement consultable sur Google livres.

(6) Cf. l’article Annick Bogey, « Le patrimoine architectural de Savoie au XIXe » , sur le site Sabaudia.org. La maison des Charmettes a consacré à cette guerre des statues une exposition du 15 mai au 31 décembre 2010 : voir le dossier de presse. Sur la statue de Rousseau, voir aussi l’article de Marie-Gabrielle Maistre dans Rousseau Studies.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts