Archives par mot-clé : Gravures

Louis-François Cassas

Voyages-en-ItaliePlus que quatre jours pour visiter, comme je l’ai fait cet après-midi l’exposition Voyages en Italie de Louis-François Cassas (1756-1827) au musée des beaux-arts de Tours (cf. dossier de presse). Constamment enrichi, le fonds Cassas créé par Boris Lossky, conservateur du musée, dans les années 1950, forme le socle de cette exposition. De nombreux prêts prestigieux ont été sollicités, comme les cinquante feuilles inédites de la collection du marquis de Bristol conservées par le National Trust (cf. Connaissance des arts). Pour vous faire une idée des œuvres de cet artiste qui est également connu pour ses vues de Palmyre, parues dans son Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phoenicie, de la Palaestine et de la Basse Aegypte, je vous invite à en découvrir quelques unes sur Gallica et le site de la bibliothèque Mazarine.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Figures contemporaines, tirées de l’album Mariani

En cherchant des informations sur le peintre Théophile Poilpot pour ma chronique sur les panoramas, jFigures-Marianie suis tombé sur un des quatorze volumes des Figures contemporaines, tirées de l’album Mariani parus chez H. Floury entre 1894 et 1925.

  • 1894 : Tome 1
  • 1896 : Tome 2
  • 189? : Tome 3
  • 1899 : Tome 4
  • 1900 : Tome 5
  • 1901 : Tome 6
  • 1902 : Tome 7
  • 1903 : Tome 8
  • 1904 : Tome 9
  • 1906 : Tome 10
  • 1908 : Tome 11
  • 1911 : Tome 12
  • 1913 : Tome 13
  • 1925 : Tome 14
  • 1925 :  Liste générale par ordre alphabétique des personnalités parues dans les dix [?] volumes de figures contemporaines [de l’Album Mariani]

Continuer la lecture de Figures contemporaines, tirées de l’album Mariani

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

J’aime les panoramas

J’aime les panoramas : s’approprier le monde. Sous la direction de Laurence Madeline et Jean-Roch Bouiller. Exposition organisée au Musée Rath, à Genève, du 12 juin au 27 septembre 2015, et au MuCEM, à Marseille, du 4 novembre 2015 au 29 février 2016. Paris : Flammarion; Marseille : MuCEM; Genève : Musées d’art et d’histoire de Genève, 2015.

Continuer la lecture de J’aime les panoramas

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les jardins anglo-chinois de Georges-Louis Le Rouge

Voici l’œuvre gravé le plus important concernant l’histoire des jardins européens du XVIIIe siècle s’inscrivant dans l’engouement pour les jardins, ou « jardinomanie » sous l’influence du modèle anglo-chinois. Géomètre et cartographe, ingénieur connaissant bien l’architecture civile et militaire, éditeur d’atlas, de récits de voyage et d’ouvrages de topographie, Georges-Louis Le Rouge a publié cette vaste encyclopédie sur le jardin entre juillet 1775 et décembre 1788. Continuer la lecture de Les jardins anglo-chinois de Georges-Louis Le Rouge

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Caricatures anticatholiques des débuts de la Réforme

Sauritt-des-Papst
Sauritt des Papst : gravure sur bois de Lucas Cranach l’Ancien représentant le pape chevauchant une truie avec un excrément dans sa main gauche qu’il bénit de sa main droite

Dans le n° 10 (2000) de Sociétés & Représentations consacré à la caricature, vous pouvez lire un assez long article de Philippe Kaenel intitulé « L’apprentissage de la déformation : les procédés de la caricature à la Renaissance ».

Du coup, j’ai eu envie d’aller voir les  gravures anticatholiques : Continuer la lecture de Caricatures anticatholiques des débuts de la Réforme

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La parabole des aveugles

C’est en parcourant un article de  Jean Avalon paru dans la revue  AEsculape en 1937(1) que m’est venu l’envie de faire une petite chronique sur ce thème.

Je pense que la plupart d’entre vous ont eu l’occasion de voir cette peinture de Pieter Brueghel l’Ancien (ci-dessus) inspirée de passages des évangiles de Matthieu(2)et de Luc(3). Si l’original est conservé au Musée Capodimonte de Naples, il en existe une bonne copie, parfois attribuée à Pieter Brueghel le Jeune au musée du Louvre.

Cependant cette parabole à fait l’objet d’autres illustrations. D’abord par Pieter Brueghel l’Ancien lui-même dont un dessin reproduit par le graveur Pieter van der Heyden et intitulé Deux aveugles qui se conduisent l’un l’autre tombent dans un fossé (ci-contre), il s’intègre à une Suite de douze Proverbes flamands gravée vers 1568(4) (5) dont une série incomplète est conservée à l’université de Liège. Cette scène où apparaissent seulement deux personnages est plus proche des passages évangéliques où Jésus ne parle que de deux aveugles. Déjà présente chez Jérôme Bosch (ci-dessous à gauche), elle sera reprise par Pieter Brueghel le Jeune (ci-dessous à droite). Cependant, le thème a déjà été traité de  manière allusive par Holbein dès 1538(6) et  vers 1545, Corneille Metsys a déjà représenté cette parabole, avec quatre aveugles cette fois (je remercie Marcel Martin  de me l’avoir signalé – mise à jour du 7 juillet 2015).

 

D’autres artistes ont abordé ce sujet. Certains, comme Martin van Cleve (ci-dessus) ou Sebastiaen Vrancx (ci-contre), mettent en scène une troupe d’aveugles allant vers sa chute sur le modèle du célèbre tableau. Plus près de nous, Fmurr s’en souvient en ouverture de la bande-dessinée Les aveugles (ci-dessous). Ajoutons qu’il existe à Bruxelles une fontaine des aveugles où un groupe sculpté s’inspire de ce même tableau.

D’autres se limitent à deux aveugles seulement, comme dans la Suite de douze Proverbes flamand. Dans le Recueil des plus illustres proverbes paru en 1663, Jacques Lagniet s’écarte du thème de la chute dans laquelle un aveugle entraîne un autre aveugle pour s’attacher au sort des gueux avec une estampe intitulé C’est pitié quand un aveugle se laisse mener par un autre (ci-dessous).

Est-ce tout sur le sujet ? Oui, pour l’instant. Du moins pour la parabole inspirée des évangiles, car il en existe une autre, semble-t-il plus ancienne, puisqu’une de ses versions a pour protagoniste le Bouddha. Elle est répandue en Orient et a été introduite en Occident au milieu du XIXe siècle par John Godfrey Saxe dans un de ses poèmes. Elle met en scène des aveugles et un éléphant : les premier ignorent ce qu’est  cet animal et doivent dire ce qu’il est au roi qui les a convoqué. Mais chacun n’en saisissant qu’une partie de la bête ne peut en avoir qu’une compréhension partielle.

Le texte de cette parabole varie selon les versions bouddhique, jaïne, soufie… Quant à sa signification, elle n’est pas nécessairement celle que nous pourrions imaginer depuis notre début de XXIe siècle pour qui la leçon, ou plutôt la double leçon, serait la suivante : éviter d’identifier son propre point de vue et accepter que chacun ne détient qu’une une partie de la vérité doit nous amener à rechercher ensemble cette vérité par un travail collectif mettant en commun la part de chacun. Si cela entre bien en concordance avec le refus des sectarismes et de l’intolérance prôné aujourd’hui, cela n’en est pas moins une leçon biaisée, tout au moins en ce qui concerne la version bouddhique de la parabole(7), car jamais il n’y est dit que le Bouddha n’a qu’un point de vue partiel, pas plus que le roi qui met les aveugles à l’épreuve n’ignore ce qu’est un éléphant. En fait, le sutra laisse entendre que, alors le Bouddha a une vision de la globalité, les autres écoles ne l’ont pas(8).

De nombreuses illustrations de cette parabole sont accessibles sur internet. Je crois bien que celle que je préfère est celle réalisée par Hokusai (ci-dessous) où les aveugles apparaissent comme ridiculement minuscules auprès du pachyderme(9).____________________________________

(1)  Jean Avalon. « La parabole des aveugles », AEsculape, 27e année, 1937, p.136-143.

(2)   Matthieu 15,14  (version Louis Segond) :

Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.

(3)  Luc 6,39 (version Louis Second) :

Il leur dit aussi cette parabole : Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous deux dans une fosse ?

(4)  Sur les gravures de Brueghel l’Ancien, voir les deux ouvrages suivants et l’index des estampes de Brueghel l’Ancien existant dans Wikipedia.

Louis Lebeer. Les Estampes de Pierre Bruegel l’Ancien. 1991

René Van Bastelaer: Les Estampes de Peter Bruegel l’ancien. Bruxelles, Van Oest, 1908. Compte rendu de l’ouvrage par Amédée Boinet dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1909, vol.  70, p. 581-583, disponible sur Persée.

(5)  Il existe aussi Douze proverbes flamands peints par Brueghel sur des panneaux de bois conservés au Musée Mayer van den Bergh de la ville d’Anvers.

Le thème des proverbes est si cher à Brueghel qu’il lui a aussi consacré en 1559 une grande huile sur bois représentant plus de cent proverbes et dictons que vous pouvez voir à Berlin.

D’autres peintures de Brueghel ou de son fils existent et peuvent repérées ici et .

(6)  Dans Les simulacres de la Mort, Holbein avait représenté la mort empoignant le bâton d’un aveugle. Voir la chronique sur les danses macabres.

(7)  Par contre, cela correspond parfaitement à la doctrine jaïne de l’anekāntavāda qui se réfère aux principes de pluralisme et de la multiplicité des points de vue, l’idée que la « vérité » ou la « réalité » étant perçues différemment selon les personnes. La version jaïne de la parabole s’y réfère explicitement. C’est elle dont se serait inspiré John Godfrey Saxe pour son poème.

(8)  Je résume ici la substance d’un billet de Furanku sur le site Espérer isshoni, article où vous trouverez le texte complet de ce sutra.

(9)  Sur l’éléphant dans la gravure japonaise, voir The Pachyderm in the Room – Kuniyoshi’s Elephant, un article du site Toshidama Japanese Prints.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Danses macabres ou danses des morts

Il ne s’agit pas ici d’une étude de plus sur le thème de la danse macabre, mais d’une tentative personnelle d’inventaire des ressources existantes. C’est dire que des mises à jour seront nécessaires… (Dernière mise à jour : 9 mai 2014)

Plan

I.Pour une première approche du thème

II. Danses macabres et livres anciens : du manuscrit aux éditions critiques

II. A. Du manuscrit aux premiers impimés

II. B. La grande danse macabre des hommes et des femmes

II. C. La danse des morts de Holbein le Jeune

III. Etudes générales

Ajout du 30 juin 2010

 

I. Pour une première approche du thème

Les articles de Wikipédia sur la danse macabre et le dit des trois morts et des trois vifs.

Un article du Dictionnaire de la conversation et de la lecture, disponible sur Google livres.

Caroline Gabion. Les danses macabres et leurs métamorphoses (1830 – 1930). 2000. Thèse : Lettres et arts : Lyon 2. Disponible en ligne. Voir son abondante bibliographie avec notamment les études sur le mot « macabre » et sur les danses macabres.

Quelques pistes :

Des photographies de plusieurs danses macabres murales sur le site The Roving Medievalist.

Dans son Essai sur les poëmes et sur les images de la Danse des morts, Hippolyte Fortoul fait dériver macabre d’une altération de Macaire, saint ermite étroitement lié à la légende des trois morts et des trois vifs. Cependant l’étymologie de macabre reste incertaine. Voir, outre les deux citations ci-dessous, le site du CNRTL – Centre national de ressources textuelles et lexicales

LA DANSE MACABRE.

D’où vient et que signifie le mot: Macabre ? Le bibliophile Jacob, auteur d’un livre intitulé la Danse Macabre, énumère plusieurs étymologies, sans se décider pour aucune.

« La danse macabre, dit-il. a exercé la patience des dépisteurs d’étymologies, qui vont furetant toutes les langues et tous les vocabulaires pour découvrir souvent une combinaison impossible de vocables, un accompagnement monstrueux de racines Il paraît que macabra en arabe veut dire cimetière en anglais make signifie faire et breack briser en hébreu maccahbi s’explique par le latin plaga ex me c’est moi qui fais le mal, en vieux français ma cabre se i prend pour ma chèvre et d’autres ont prétendu que Macabre était le nom de l’inventeur de cette danse et en effet ce peut être un troubadour nommé Macabrus qui a composé des espèces de complaintes sur la mort et la fragilité humaine. Enfin le mot macabre n’a-t-il pas certaine analogie avec la formule Abracadabra? »

Quoi qu’il en soit, disons que la danse macabre, ou la danse des morts, est un branle, en peinture ou en bas-relief, de personnages dont la Mort est le ménétrier; que du quatorzième siècle à la fin du seizième, les églises, les cimetières, les vitraux, les miniatures des missels, les prie-dieu, et jusques aux gardes d’épées, présentent des danses macabres plus ou moins terribles, plus ou moins bouffonnes. La gravure sur bois s’en empara ; Holbein et Albert Durer ont publié diverses œuvres ou suites de danses macabres : le premier l’a prise au sérieux , l’autre l’a traitée en bouffonnerie.

La danse macabre devint même un spectacle ou Mystère, dans lequel la Mort paraissait en personne.Les danses des morts paraissent avoir pris naissance à la suite des pestes qui ravagèrent l’Europe en 1348 et en 1375; c’est un avertissement tout chrétien sur la fragilité de la vie.

D’après M. Taylor, la plus ancienne danse macabre serait celle de Minden, en Westphalie, exécutée vers 1385. Dès 1424, le cimetière des Innoccens avait la sienne, et elle fut peinte en 1502, sous Louis XII, dans la cour principale du château de Blois. Les deux plus célèbres peintures de ce genre sont d’abord celle que l’on voyait dans le cloître des Dominicains, à Bâle, et que l’on attribuait faussement à Holbein (elle date de 1444, et Holbein est né en 1498). L’autre est la danse des Morts qui décorait dans la cathédrale d’Amiens, la chapelle des Machabées et celle dont le Musée publie le dessin. Elle se composait outre la Mort de cinquante autres personnages […]

Musée des familles: lectures du soir, troisième année, volume 2, 1835, p. 220

 

Danse macabre ou macaber ou macabrée. On a fait dériver ce mot de plusieurs langues même de l’arabe et du celtique. Macaber est le nom d’un poète allemand qui fut l inventeur de cette terrible et burlesque fantasmagorie ou d’un acteur qui jouait dans une pantomime le rôle de la Mort ou d’un bateleur qui montrait au peuple des tableaux peints représentant la danse des morts un passage du Journal de Paris sous Charles VI vient à l’appui de cette dernière opinion. Voir le Manuel du Libraire par Brunet, la Notice sur une danse des morts par Champollion aîné, la préface ot le roman historique de la Danse macabre etc

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, Histoire du seizième siècle en France, volume 3, note de bas de page p. 325 +

 

II. Danses macabres et livres anciens : du manuscrit aux éditions critiques

 

II. A. Du manuscrit aux premiers imprimés

Les Trois Morts et Les Trois Vifs, Psautier de Robert de Lisle, Manuscrit Arundel 83 de la British Library, vers 1310/1320

Les Trois Morts et Les Trois Vifs, Psautier de Robert de Lisle, Manuscrit Arundel 83 de la British Library, vers 1310/1320, f. 127. Disponible sur le site de la British Library.

 

 

 

 

 

 

 

Totentanz (Blockbuch), vers 1455/1458. Disponible sur le site de la bibliothèque universitaire de Heidelberg. Plus d’information sur le site Dodedans.

 

 

 

 

 

 

 

 

II. B. La grande danse macabre des hommes et des femmes et autres danses macabres de la fin du XVe siècle

La grant danse macabre des hommes et des femmes ; avec Les dis des trois mors et trois vifs ; Le débat du corps et de l’âme, Paris, Gouyot Marchand, 1486. Disponible sur Gallica.

La danse macabre des femmes, Paris, Gouyot Marchand, 1491. Disponible sur Gallica.

Illustrations de danses macabres disponibles sur Gallica : 1 ; 2

Voir aussi l’incunable B INC 30 de la bibliothèque municipale de Poitiers et ce site.

Rééditions

Plusieurs à la fin du XVe siècle, par l’imprimeur Guyot Marchand. Voir la notice de Champollion-Figeac.

La grande danse macabre des hommes et des femmes historiée et renouvelée de vieux gaulois en langage le plus poli de notre temps, avec le Débat du Corps et de l’Ame, la Complaincte de l’Ame damnée ; l’Exhortation de bien vivre et de bien mourir ; la Vie du mauvais Antechrist ; les Quinze signes du jugement, Troyes, chez Jean-Antoine Garnier, 1728.

La grande danse macabre des hommes et des femmes ; précédée du Dict des trois mors et des trois vifz, Paris, Baillieu, 1862. Disponible sur Gallica en 2 exemplaires (ex. 1 ; ex. 2).

Etudes et commentaires

Auguste François Louis Scipion de Grimoard-Beauvoir Du Roure de Beaumont-Brison, Analectabiblion: ou Extraits critiques de divers livres rares, oubliés ou peu connus, Paris, Techner, 1836. Voir l’article « La grande danse macabre des hommes et des femmes » p. 196-197, dont voici le début.

LA GRANDE DANSE MACABRE

DES HOMMES ET DES FEMMES,

Historiée et renouvelée de vieux gaulois en langage le plus poli de notre temps , avec le Débat du Corps et de l’Ame, la Complaincte de l’Ame damnée ; l’Exhortation de bien vivre et de bien mourir ; la Vie du mauvais Antechrist ; les Quinze signes du jugement. A Troyes, chez Jean-Antoine Garnier, 1728; 1 vol. in-4, fig. en bois, de 76 pages.

(1485-90—1728.)

L’auteur, ou plutôt le traducteur français de ce livre bizarre, est un sieur Guyot Marchant, qui demeurait à Paris, en 1485. L’édition originale parut, cette même année, le 28 septembre. Elle est fort rare, mais bien moins complète que les éditions postérieures , ne contenant que 10 feuillets de texte et 17 gravures en bois. L’édition in-fol., gothique, de 1490, indique que cette composition singulière, qui se trouve figurée dans un tableau fameux du peintre Holbein, et, dernièrement, dans un ouvrage anglais à vignettes coloriées, intitulé : The Dance of Death, a été traduite autrefois en vers français d’un poème allemand.

L’idée du livre est le développement de ce lieu commun, si souvent traité dans toutes les langues, que tous les hommes, grands et petits, riches et pauvres, paieront le tribut à la mort. [voir la suite sur Google livres]

Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, tome 2, Paris, 1823, p. 43. Disponible sur Google livres.

Champollion-Figeac, « Notice d’une édition de la Danse macabre antérieure à celle de 1486, et inconnue aux Bibliographes », Magasin encyclopédique : ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 4, 1811, p. 153-369. Comporte notamment une bibliographie des éditions du XVe siècle. Disponible sur Gallica.

Jacques-Charles Brunet

Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, 1842, p. 10-13. Disponible sur Google livres.

Nouvelles recherches bibliographiques, Paris, 1834, t. 1, p. 402-403. Disponible sur Google livres.

Pierre Vaillant, « La danse macabre de 1485 et les fresques du charnier des Innocents »,  Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 1975, vol. 6  n° 6, p. 81-86. Disponible sur Persee.

II. C. La danse des morts de Holbein le Jeune

Voir sur ce sujet

 

Les premières éditions

Les simulachres et historiées faces de la mort, autant élégamment pourtraictes, que artificiellementimaginées, soubz l’escu de Coloigne, à  Lyon, 1538.  Les gravures sont de Hans Holbein d’après ses propres dessins, les traductions versifiées des citations bibliques ont été faites par Jean de Vauzelles et/ou Gilles Corrozet. 2 exemplaires disponibles en ligne : sur Gallica (ex. 1 ; ex. 2).

Une réédition à la même adresse en 1547. Disponible sur Archive.org.

Dans Essai typographique et bibliographique sur l’histoire de la gravure sur bois, Ambroise Firmin-Didot et Cesare Vecellio donnent un tableau des « éditions des Simulacres de la Mort par Holbein, imprimées sur les bois originaux, » visible dans Google livres.

 

Les interprétations des dessins d’Holbein par différents artistes

La liste suivante et les liens sont extraits du site Dodedans :

Heinrich Aldegrever (1541)

Heinrich Vogtherr (1544)

Arnold Birckmann (1555)

Scharffenberg (1576)

Peter Paul Rubens (1600-1610)

Eberhard Kieser (1617)

Wenceslaus Hollar (1651)

De doodt vermaskert (1654)

Johann Weichard von Valvasor (1682)

Christian de Mechel (1780)

David Deuchar (1788)

John Bewick (1789)

Alexander Anderson (1810)

Pseudo-Bewick (1825)

Ludwig Bechstein (1831)

Joseph Schlotthauer (1832)

Artiste anglais inconnu

Un exemple de réinterprétation : les gravures de Wencesclaus Hollar

Au XVIIe siècle, Wencesclaus Hollar réalise des gravures d’après les dessins de Holbein. Plusieurs éditions, en latin, français ou anglais, paraissent entre 1680 et 1887. Elles figurent dans The Wenceslaus Hollar Digital Collection de l’université de Toronto et aussi ailleurs sur internet.

Celle parue à Parisen 1790, sous le titre Le triomphe de la mort, est également disponible sur Archive.orgl

Celle parue chez John Harding en 1804, The dance of death painted by H. Holbein and engraved by W. Hollard, disponible aussi sur Google livres, a été  réalisée par Francis Douce.

Les éditions critiques du XIXe et duXXe siècle

Outre celle signalée ci-dessus, Francis Douce est l’auteur de plusieurs éditions critiques de la danse macabre d’Holbein :

The dance of death, [1820]. Disponible sur Archive.org.

The Dance of death : exhibited in elegant engravings on wood with a dissertation on the several representations of that subject but more particularly on those ascribed to Macaber and Hans Holbein, London, W. Pickering, 1833. Disponible sur Google livres et sur Archive.org (ex.1 ; ex. 2 ; ex. 3). Voir un article sur cet ouvrage dans The Gentleman’s magazine de 1834.

The Dance of death : in a series of engravings on wood from designs attributed to Hans Holbein with a treatise on the subject, London, G. Bell, 1902

Autres éditions commentées de l’ouvrage d’Holbein parue au XIXe siècle :

Hippolyte Fortoul (éd.), La Danse des morts dessinée par Hans Holbein, gravée sur pierre par Joseph Schlotthauer,… expliquée par Hippolyte Fortoul, Paris, 1842. Son « Etude sur les poëmes et sur les images de la danse des morts » figurent dans le tome 1 de ses Etudes d’archéologie et d’histoire, Paris, 1854 disponible sur Google livres.

Henry Green (éd.), Les simulachres & historiees faces de la mort: commonly called « The dance of death », Manchester, 1869. Disponible sur Archive.org.

Austin Dobson (éd.), The dance of death, London ; New York : G. Bell & Sons, 1892. Disponible sur Archive.org.

III. Etudes générales

Sigfrid Pohl Perry a réalisé en 2008 une biblographie disponible sur le site de la Library of Northwestrn University, dans la Mccormick library of special collections.

Champfleury,  « Chapitre VI : La danse des morts », in Histoire de la caricature au moyen âge et sous la renaissance,p. 107-136. Disponible sur Google livres.

Gabriel Peignot, Recherches historiques et littéraires sur les danses des morts et sur l’origine des cartes à jouer, Dijon, 1826. Disponible sur Google livres.

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, « Au voyageur Taylor », in La danse macabre : histoire fantastique du quinzième siècle, Paris, 1832, p. v-xxv. Accessible sur Google livres. Reprise sous le titre « Dissertation sur la danse des morts. Lettre au voyageur Taylor », in Romans relatifs a l’histoire de France aux XVe et XVIe siècles. Paris, H.Delloye, 1838, p. 7-10. Accessible sur Google livres.

Hippolyte Fortoul, Essai sur les poëmes et sur les images de la Danse des morts, Paris, 1842. Reprise dans le tome 1 de ses Etudes d’archéologie et d’histoire, Paris, 1854 disponible sur Google livres.

Constant Leber, Catalogue des livres imprimés, manuscrits, estampes, dessins et cartes à jouer composant la bibliothèque de M. C. Leber, Paris, 1839, t.1, p. 205-213. Disponible sur Google livres.

Eustache-Hyacinhe Langlois, Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts… ; suivi d’une lettre de M. C. Leber et d’une note de M. Depping… ; ouvrage complété et publié par M. André Pottier,… et M. Alfred Baudry, Rouen, 1851. 2 vol. Disponible sur Gallica : t. 1 ; t. 2. Edition 1852 disponible sur Gallica : t. 1 ; t. 2

Achille Jubinal. La Danse des morts de la Chaise-Dieu : fresque inédite du XVe siècle.3e édition. Paris : Librairie archéologique de Didron, 1862. Disponible à la bibliothèque de Lisieux.

Georges Kastner, Les danses des morts : dissertations et recherches historiques, philosophiques, littéraires et musicales sur les divers monuments de ce genre qui existent ou qui ont existé tant en France qu’à l’étranger, accompagnées de la Danse macabre, grande ronde vocale et instrumentale, paroles d’Édouard Thierry, musique de Georges Kastner, et d’une suite de planches représentant des sujets tirés d’anciennes danses des morts des XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècles, la plupart publiés en France pour la première fois, avec les figures d’instruments de musique qu’ils contiennent, ainsi que d’autres figures d’instruments du moyen âge et de la Renaissance, Paris, 1852. Disponible sur Google livres.

M. de Contencin. « Note sur une danse des morts », in Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 1844, t.2, p. 37-42. Disponible sur Gallica. Référence signalée par Françoise Vitaux (voir commentaire).

Alan Hindley, « Un drame macabre? La Mort dans quelques moralités française« 

Ajout du 30 juin 2010

J’ajoute ici une bibliographie de Jean-Paul Fontaine, donnée en commentaire du billet L’enlumineur et la danse macabre sur le site Le bibliofil :

Pour des références plus récentes que celles du XIXe siècle, on peut rappeler les travaux de Marie-Dominique Leclerc (Université Reims Champagne-Ardenne) :

– Les « Editions bleues de la Danse macabre : Continuité et rupture », in Actes du dixième Congrès international sur les Danses macabres (Vendôme, 6-10 septembre 2000), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2000, pages 93 à 110.

– Danser la Mort – Autour des Danses macabres troyennes – Catalogue de l’exposition, in La Vie en Champagne, nouvelle série, n°26, avril-juin 2001, pages 4 à 24 (en collaboration avec Danielle Quéruel et Alain Robert).

– Le Macabre des Calendriers des bergers, in Actes du 11e Congrès international sur les Danses macabres (Rouen, 1-5 octobre 2003), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2003, pages 107 à 133.

– Danser avec la mort – Catalogue de l’exposition de Lyon, Lyon, Musée de l’imprimerie, 2004, 32 pages (en collaboration avec Danielle Quéruel et Alain Robert).

– Quand la Mort s’en va danser dans les almanachs, in Actes du 12e Congrès international sur les Danses macabres (Gand, 21-24 septembre 2005), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2005, t. 1, pages 17 à 30.

Sur Jean-Paul Fontaine, voir entre autres Le blog du bibliophile et les Editions des Cendres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour de Gautier d’Agoty

J’ai fait allusion, dans un précédent billet, à la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence, où je découvris maintes merveilles.

C’est là que je vis pour la première fois la Myologie complète en couleur et grandeur naturelle du médecin et anatomiste Joseph-Guichard Du Verney (1648-1730). Cet ouvrage, paru en 1746,  est réputé pour les illustrations de Jacques Fabien Gautier d’Agoty (1716-1785) et notamment pour son Ange anatomique. Continuer la lecture de Autour de Gautier d’Agoty

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts