Archives par mot-clé : Langue

Sur les transformations de la langue à la fin du XVIIIe siècle

En lisant la chronique « Bibliopolie lisable » sur le blog d’Ivres de livres, j’ai pris connaissance d’un ouvrage de Louis-Sébastien Mercier paru en en l’an IX (1801) et intitulé Néologie, ou Vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles. J’ai évidemment chercher à savoir s’il était numérisé et disponible en ligne. La réponse est oui, et même plusieurs fois, de sorte que je vais pouvoir le lire soit dans un  volume relié réunissant les tomes 1 et 2, soir dans le  tome 1 et le tome 2  séparés. Notez qu’une nouvelle édition établie, présentée et annotée par Jean-Claude Bonnet est parue cher Belin en 2009.

Au fil de ma navigation sur le net, je suis tombé sur un livre de F. Gohin, Les Transformations de la langue française pendant la deuxième moitié XVIIIe siècle (1749-1789), paru en 1903. Ferdinand Brunetière lui consacre deux ans plus tard un long article dans la Revue des Deux Mondes, article où il est également question La grammaire du Purisme et l’Académie française au XVIIIe siècle d’Alexis François. Si j’ajoute à cela les ouvrages indiqués dans la bibliographie du livre de F. Gohin et l’ouvrage d’Henriette Walter, Des mots sans-culottes, paru en 1989, me voici avec quelques références sur la langue française à la fin du XVIIIe  siècle. Reste à les lire…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lieux communs

Vous connaissez tous sans doute le Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert. Or qu’est-ce qu’une idée reçue si ce n’est un lieu commun. Ce terme dont le sens a dérivé de développement oratoire dans la rhétorique grecque à celui de rubriques d’indexation de répertoires au XVI siècle (cf. Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1997, n°49), est aujourd’hui synonyme de cliché, poncif, platitude, banalité. Comme tels, les lieux communs ont fait l’objet des critiques plus ou moins vigoureuses ou ironiques et je voudrais vous proposer sur le sujet une petite bibliographie.

Continuer la lecture de Lieux communs

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jacob Matthys, un philologue dans l’Unterwald

En janvier dernier, je vous ai présenté les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat. Parmi celles-ci se trouve sa Stoechiophonie ou la langue simplifiée dont les éditions allemande et française de 1861 ont pour préfacier un certain Jacob Matthys.

J’ai par curiosité cherché qui était ce personnage et je pense l’avoir découvert sur Wikisource où est reproduit un article de Max Buchon paru en 1854 dans le tome 7 de la Revue des Deux Mondes : « Un philologue dans l’Unterwald ». Ce dernier, chapelain de son état, me semble bien être le Jacob Matthys recherché, un de ses correspondants étant un M. Parrot (sic) … un orientaliste remarquable, conseiller d’état du canton de Berne. Cet article a été repris en néerlandais dans le volume de Het Leskabinet de 1855.

Je vous  laisse découvrir qui était ce modeste savant fort doué pour des langues parfois bien exotiques (hébreu, chinois, sanscrit, malais)… tout au moins à l’écrit, car il prétend ne savoir que

 regarder les langues comme un niais.

L’expression est jolie, n’est-ce pas ?

Outre l’article, ci-dessus, voici ses notices biographique dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, tome 10 (1873) et tome 17 (2e supplément) (1890). Voir aussi celle du Dictionnaire historique de la Suisse.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen, canton d’Unterwalden, en 1802. A seize ans il ne savait pas encore lire. Il apprit seul la lecture, l’écriture et le calcul et se loua, comme garçon de ferme, dans un établissement agricole de la Bavière. Vers 1825, grâce à la charité de quelques personnes, il put faire les études nécessaires pour entrer dans les ordres, il alla étudier à Soleure, puis à Fribourg, et, ordonné prêtre en 1831, il reçut la cure de Nieder-Rickenbach, qu’il abandonna eu 1845 pour celle de Thalwyl, dans le canton d’Unterwalden. Seul et sans la direction d’un maître, M. Matthys parvint à apprendre presque toutes les langues littéraires. Une grammaire et un dictionnaire, quelquefois même un seul de ces deux ouvrages, lui suffisaient pour apprendre une langue au point, non-seulement de la traduire, mais encore de l’écrire assez purement. En 1854, il fut constaté qu’il savait le latin, l’espagnol, le portugais, l’italien, l’anglais, le français, le grec ancien et moderne, l’arabe, l’hébreu, le malais, le sanscrit et le chinois. L’abbé des bénédictins d’Engelbert, frappé de ces dispositions étonnantes pour l’étude des langues, proposa à M. Matthys de le recommander au pape pour obtenir son entrée chez les frères de la Propagande mais le modeste philologue refusa, pour ne pas quitter ses montagnes et ses chères ouailles. Depuis, sa renommée s’est répandue, et un grand nombre de savants suisses ou anglais ont fourni à ce moderne Mezzofanti les moyens de continuer une étude dans laquelle il a apporté tant d’intelligence et de patience. Aujourd’hui, c’est un polyglotte des plus distingués.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen en 1802. Il est mort à Paris le 1er novembre 1873.

Mise à jour du 20 juin 2016

J’ai trouvé l’ouvrage suivant :

Iso Baumer.  Jakob Joseph Matthys : Priester – Sprachenkenner – Dialektologe , 1985. 1 vol. (VIII, 296 p.) (Beiträgen zur Geschichte Nidwaldens 42). Contient le texte de l’autobiographie (p. 141-219) et Kleine Grammatik des Nidwaldner Dialekts (p. 221-282).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La langue naxi et les écritures dongba et geba

dongba
Annales de la Création

En cherchant des documents concernant la Chine dans la Bibliothèque numérique mondiale, j’ai trouvé plusieurs manuscrits du peuple naxi 納西族 en écriture dongba 东巴文字, seul système d’écriture pictographique encore utilisé dans le monde et à ce titre classé par l’Unesco au patrimoine mondiale de l’humanité. Les manuscrits présentés sont issus de la collection de manuscrits naxi de la Bibliothèque du Congrès, la plus importante en dehors de la Chine.

 Membre de la famille des langues tibéto-birmanes, le naxi comporte certains aspects du chinois, avec notamment quatre tons distinctifs (au lieu de cinq). L’écriture dongba tient son nom des dongbas (chamans) qui l’utilisent pour des textes rituels récités au cours de cérémonies religieuses. Elle comporte environ 1 400 symboles, dont la plupart sont des pictogramme. Cependant, le naxi a également été écrit avec les 128 caractères du syllabaire geba ou avec l’alphabet latin.

Quelques sites sur ce thème :

BULAC

Naxi script resource center

Omniglot

Ethnologue

Site de Jacques Poitou

Site de Li Na et Wang Dai

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Gaston Couté

Gaston-CouteHier, lors d’une discussion avec des amis sur les expressions populaires, Gaston Couté a été évoqué. J’avoue ne pas savoir grand chose de ce chansonnier montmartois originaire de Meung. Alors, ce matin, je suis parti en quête de plus d’informations que j’ai rapidement trouvées sur le site fort bien fait qui lui est consacré. Vous pourrez y  lire ou y écouter ses œuvres chantées par ses nombreux interprètes. Elles ont été publiées en 1977 en cinq volumes par Le Vent du ch’min avec un Glossaire des mots et expressions employés par Gaston Couté.

Grainedanar

Ce poète réaliste proche des anarchistes – il collabore aux revues La Barricade et La Guerre socialevaut la peine d’être redécouvert. A ce propos, je note la réédition en 2006 aux Editions libertaires d’un ouvrage de Pierre Valentin Berthier, Gaston Couté, la vérité et la légende dans la collection « Graine d »anar ».

En 2011, c’était le centenaire de sa mort à Paris à l’âge de 31 ans. Un itinéraire Gaston Couté a été créé et traverse la région Centre en souvenir de la grande balade faite par le poète et son ami Maurice Lucas à la fin de l’été 1899 depuis Le Bardon dans l’Orléanais, à Gargilesse dans le Berry.

Bibliographie disponible sur Wikipédia.et sur Les poètes.net.

Chansons de Gaston Couté par divers chanteurs accessibles sur Youtube ou sur Dailymotion.

Voir aussi le site Du temps des cerises aux feuilles mortes, Oulala.net etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Translittération et transcription (1) Le chinois

Ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la Chine ne peuvent que constater la variété des transcriptions des mots chinois, qu’il s’agisse de noms propres ou de noms communs. Cela est vrai d’un ouvrage à l’autre, mais aussi au sein d’un même ouvrage où peuvent coexister deux ou trois systèmes de romanisation du mandarin, notamment dans les bibliographies. Véritable casse-tête qui nécessite des tables de correspondance.

Cette variété s’explique à la fois

Par un morcellement géolinguistique des études sinologiques, chaque grande aire culturelle ayant développé son propre système : EFEO pour les francophones, Wade-Giles pour le monde anglo-saxon…

Par une évolution historique et politique : aux systèmes développés par les anciennes puissances coloniales et les missionnaires se substitue le hanyu pinyin promu par la République populaire de Chine.

Les exemples ci-dessus concernent l’utilisation de l’alphabet latin pour écrire le mandarin (romanisation). Cependant l’effort de transcription a pu utiliser d’autres alphabets (cyrillique, arabe, braille) et porter sur d’autres langues chinoises.

Enfin, il faut noter le rôle des Chinois eux-même non seulement pour la transcription phonétique de leur(s) langues avec différents pinyin prenant en compte les 4 tons du mandarin, mais aussi pour les systèmes de transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés et pour la translittération de termes étrangers en caractère chinois.

Je tente dans la présente webographie de rassembler des documents en ligne sur ces différents aspects. Mais comme toujours je ne prétends pas être exhaustif. Alors, si vous avez des pistes…

Quelques présentations générales

Dans la partie Extraits et sucs de la langue chinoise du site de Jean-Victor Camille Gruat, vous trouverez une présentation des systèmes de transcription du chinois.

Sinoptic offre aussi un intéressant dossier sur la question.

Sur Wikipédia :

la partie Système de transcription de l’article sur le mandarin

la partie Transcriptions de l’article sur les langues chinoises

Voir aussi Pinyin.info (en anglais).

A noter que ces présentations générales s’intéressent surtout aux systèmes de romanisation du mandarin.

Romanisation

Plusieurs modes de romanisation du mandarin et les autres langues chinoises existent (cf. l’article de Wikipédia intitulé Romanisation des langues chinoises). Les systèmes indiqués ci-dessous concernent surtout le mandarin standard ou putonghua,.

L’autre grande langue chinoise ayant fait l’objet de romanistion est le cantonnais (cf. article de Wikipédia).

Romanisations d’origines non-chinoises (Europe, Etats-Unis)

Bortone-Allegra en Italie

EFEO (Ecole française d’Extrême-Orient) inventé par Séraphin Couvreur

NB : Ne pas confondre avec le système d’Arnold Vissière

A. Vissière: Méthode de transcription française des sons chinois, adoptée par le Ministre des Affaires ètrangeres (Extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française.) Paris 1902. Voir sa critique dans « Notre système de transcription du chinois », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1902, vol. 2 n° 2, p. 178-184

Lessing-Othmer pour les germanophones

Wade-Giles, l’un des plus répandus, surtout dans le monde anglo-saxon.

Yale, utilisé aux Etats-Unis pour le cantonais et le putonghua

Romanisations d’origines chinoises ou utilisées par des populations chinoises

Beifangxua Latinxua Sin Wenz (拉丁化新文字), dont

l’intérêt historique est d’être le premier système de romanisation utilisé par les chinois natifs en lieu et place des sinogrammes. Il fut développé par l’Union des républiques socialistes soviétiques et utilisée par les immigrants chinois, jusqu’à ce que la plupart d’entre eux quittèrent le pays »

>> lire la suite sur Wikipédia.

Gwoyeu Romatzyh (国语罗马字), romanisation du mandarin utilisée à Taïwan de 1928 à 1986

>> plus d’infos sur Wikipédia.

Mandarin Phonetic Symbols II

Pinyin ou hanyu pinyin (汉语拼音 : « épeler les sons de la langue des Hans »), conçu par Zhou Youguang et utilisé en République populaire de Chine.

>> le document de l’Unesco

>> le Guichet du savoir de la BM de Lyon

>> l’article de Wikipédia

Pinyin postal

Au début du XXe siècle, la Chine (à la fin de la dynastie Qing) utilisait le système de pinyin postal (mandarin : 郵政式拼音 ; hanyu pinyin : yóuzhèngshì pīnyīn), basé sur le Wade-Giles dans un but postal, principalement pour les toponymes sur les lettres et les timbres..

>> lire la suite sur Wikipédia.

Tongyong Pinyin (通用拼音), utilisé à Taiwan.

Les systèmes d’origine chinoise prennent en compte les quatre tons du mandarin, représentés en pinyin par les diacritiques suivants :

  1. ¯ Ton haut (macron) ;
  2. ˊ Ton montant (accent aigu) ;
  3. ˇ Ton descendant légèrement puis remontant (hatchek ou caron) ;
  4. ˋ Ton descendant et bref (accent grave).

Pour en savoir plus sur les langues tonales.

Quelques tables de correspondance

Ces tables de correspondances comparent surtout sur des systèmes de romanisation, c’est pourquoi je les place ici :

Zhuyin (ou Bopomofo) / Wade-Giles / MPS II / Yale / Tongyong/ Hanyu Piyin / Gwoyeu Romatzyh (Wikipédia)

Pinyin / Wade-Giles / EFEO / Bopomofo (Sinoptic)

Pinyin / Wade-Giles / Lessing-Othmer / EFEO / Beifang Lantinxua (International Library of Communist Left)

Pinyin / EFEO (Sinoptic)

Unger / Pinyin / Wade-Giles (Sinoptic)

Wade-Giles / Pinyin (bibliothèque du Congrès)

Zhuyin Fuhao / Wade-Giles / MPS2 / Yale / Tongyong Pinyin / Hanyu Pinyin / Gwoyeu Romatzyh (Pinyin.info)

Ces différentes transcriptions du mot « Chine », trouvées sur le site de Jean Victor Camille Gruat, nous rendent sensibles la nécessité de telles tables :

(zh)(o)(ng)(g)(u)(o) ㄓㄨㄥㄍㄨㄛ (Bopomofo)

zhongguo (Hanyu Pinyin)

jhongguo (Tongyong Pinyin)

jonhhwo (Gwoyeu Romatzyh)

zhungguo (Beifangxua Latinxua Sin Wenz)

chung-kuo (Wade-Giles)

tchong-kouo (EFEO)

jung-gwo (Yale)

чжунго (système russe)

Autres langues chinoise ayant fait l’objet de romanisations

Le cantonnais : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Le wu dont le shanghaien est une variante : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Cyrillisation

Quelques informations sur Pinyin.info.

Arabisation

Xiao’erjing (小儿经), xiao’erjin (小儿锦ٍ) ou xiaojing (小经 ou 消经 ) utilisée par diverses minorités ethniques de Chine converties à l’islam (les Hui, les Dongxiang et les Salar), et anciennement les Dounganes d’Asie centrale.

Transcription phonétique du mandarin en braille

Numeral type for mandarin chinese, développé par William Hill Murray à la fin du XIXsiècle à partir du braille : il s’adresse tant aux voyants qu’aux non-voyant. Plus d’informations sur Pinyin.info.

Voir aussi l’ouvrage de  C.F. Gordon Cumming, The inventor of the numeral-type for China by the use of which illiterate Chinese both blind and sighted can very quickly be taught to read and write fluently (1899), disponible sur Archive.org.

Transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés

Fǎnqiè (反切), utilisée pour la prononciation des sinogrammes propre à la grammaire chinoise traditionnelle.

Bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ : bo (ㄅ) pour la consonne b /p/ ; po (ㄆ) pour la consonne p /ph/ ; mo (ㄇ) pour la consonne m /m/ ; fo (ㄈ) pour la consonne f /f/) ou Zhùyīn fúhào (caractères traditionnels : 注音符號 ; simplifiés : 注音符号 ; signification : « symboles phonétiques ») utilisé à Taiwan : plus d’inforamtions sur Pinyin.info.

Translittération de termes étrangers en caractère chinois

Voir sur Wikipédia

l’article de Translittération en caractère chinois

le paragraphe Adaptation de mots étrangers dans l’article sur le Mandarin standard

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte ?

Extrait de L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1ère année, 1864, p.50 :

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte — Autrefois le sens du fameux vers:

Franchement, il est bon à mettre au cabinet!

n’était point douteux pour moi : mais depuis que j’ai lu les éclaircissements des commentateurs, je suis aussi embarrasséqu’un médecin de Molière, lorsque Galien et Hippocrate’ne sont pas d’accord.— Selon M. Littré (art. Cabinet de son Dict.),cabinet signifie bureau, armoire à compartiments, et Alceste voulait dire : « Votre sonnet doit être gardé en portefeuille,non publié, » ce qui est un peu anodin pour un homme qui, après s’être longtemps contenu, finit par dire franchement sa pensée.D’après Furetière, cabinet est synonyme de lieu d’aisance, en sorte qu’Alceste aurait tout bonnement destiné le sonnetd’Oronte à l’usage que chacun sait. A la bonne heure, cela ne manque pas d’énergie; mais cela semble bien peu… académique.Quelle est la véritable explication ? Y aurait-il parmi les correspondants de l’Intermédiaire. quelque docteur Pangloss assez bon pour me tirer d’embarras? C.-D. C.

Ceux qui souhaitent connaître les réponses possibles à cette grave question de vocabulaire et d’histoire littéraire peuvent se reporter aux pages suivantes de ce même volume, où interviennent, entre autres, Eudore Soulié, auteur de Recherches sur Molière et sur sa famille parues en 1863, et le fameux bibliophile Jacob, alias Paul Lacroix :

p. 62

p. 105

p. 119

p. 311

p. 325

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

André Cauty et la numération maya

Voici quelques années, je m’intéressais aux nombres et à leur histoire, ainsi qu’aux calendriers divers en usage chez les différents peuples  d’hier et d’aujourd’hui. C’est ainsi que j’étais tombé sur différents articles d’André Coty, notamment ceux inclus dans le dossier de Culture Math sur les numérations anciennes ou dans les études du Centre d’Etudes des Langues Indigènes d’Amérique (CELIA).

Ce professeur en épistémologie et en histoire des sciences à l’université de Bordeaux, chercheur en linguistique, n’est pas seulement l’auteur d’articles pointus, mais aussi un homme de terrain préoccupé de protéger les populations amérindiennes d’un ethnocide (plus d’infos Wikipédia et sur le site du CELIA).

Voici qu’il ouvre sur Hypothèses un carnet intitulé Intelligence Arithmétique Maya. A suivre donc, et avec le plus grand intérêt…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – « Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné » !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce « mot » n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, « Unica Zürn, Bellmer et Perec », Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts