Archives par mot-clé : Mythologie

Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quand j’étais enfant, je m’étais familiarisé avec la mythologie grecque dans un livre de Mario Meunier intitulé La Légende dorée des Dieux et des Héros. Plus tard, je découvrais l’ouvrage plus ardu de Robert Graves sur Les mythes grecques.

Aurais-je vécu à la fin du XVIIIe ou dans la première moitié du XIXe siècle, ç’aurait sans doute été grâce aux Lettres à Émilie sur la mythologie que j’aurais abordé ce domaine. Continuer la lecture de Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jean-Loïc Le Quellec, archéologue saharien et démonteur de mythes

Samedi dernier, j’ai écouté Mauvais genres sur France Culture. L’émission de ce 19 juin dont je vous conseille l’écoute, avait pour titre archéologie fiction. En voici l’argument :

Mondes perdus, sciences maudites et mythologies délirantes à l’affiche ce soir d’un Mauvais Genres qui fera la part belle à deux récentes publications de l’archéologue et saharien Jean Loic Le Quellec: Des martiens au Sahara et La dame blanche et l’Atlantide, tous deux publiés chez Errance-Actes sud. Deux ouvrages qui analysent par le menu toutes les supercheries et hypothèses délirantes néées de la fabrication ou de l’analyse erronnée de preuves archéologiques, la plupart minérales.

 

Sur les ouvrages

Quelques informations complémentaires données par l’éditeur.

Des Martiens au Sahara : chroniques d’archéologie romantique, Actes Sud, 2009

Des Martiens ont atterri au Sahara durant la préhistoire (la preuve : ils sont représentés sur les peintures du Tassili !), les hommes ont connu les dinosaures (on a des traces de pas qui le prouvent !), les géants bibliques ont réellement existé (on a retrouvé leurs squelettes !), l’arche de Noé et le jardin d’Eden ont été retrouvés en Turquie, les lignes de Nazca sont d’anciennes pistes d’atterrissage, les anciens Mayas utilisaient des crânes de cristal aux mystérieux pouvoirs…

Quel point commun entre ces différentes affirmations ? Elles sont toutes fausses ! Et pourtant, elles se prétendent scientifiques. Elles font le bonheur des amateurs (et éditeurs) d’archéologie-fiction. Quand elles ne s’appuient pas sur des manipulations, supercheries ou autres coups montés par des personnages peu scrupuleux, elles continuent de tenir pour acceptables des arguments pourtant démentis depuis belle lurette.

Ou bien elles résultent au mieux d’une lecture naïve pratiquée sur des documents authentiques par des auteurs incompétents mais de bonne foi, au pire de mensonges montés en toute connaissance de cause par de véritables imposteurs. Toutes sont aussi très largement diffusées par des articles, livres et même revues spécialisées dans ce genre de littérature, et aussi par d’innombrables sites Internet et films documentaires.

Mille théories délirantes font ainsi l’objet de livres qui deviennent souvent des best-sellers, alors que les thèses que défendent leurs auteurs sont réfutées depuis long-temps, souvent depuis le XIXè siècle ou le début du XXè. Cet ouvrage fait le tour de quelques-uns de ces véritables « mythes scientifiques » modernes, afin de montrer comment ils se sont construits, d’examiner les données erronées sur lesquelles ils s’appuient et, le cas échéant, de dénoncer les présupposés politiques et raciaux qui les sous-tendent.

Ce livre fait donc oeuvre utile en incitant le lecteur à davantage de vigilance.

La Dame blanche et l’Atlantide : Ophir et le Grand Zimbabwe : enquête sur un mythe archéologique, Editions Errance, 2010.

Cette enquête minutieuse, conduite autour d’une image rupestre célèbre, la « Dame Blanche », permet de faire un point sur les présupposés mythiques infusant nombre de recherches scientifiques, particulièrement dans le cas des études d’art rupestre.

Elle met aussi en lumière l’existence de surprenantes passerelles entre travaux savants et productions littéraires ou artistiques (romans, films, bandes dessinées, récits d’aventures). En effet, le dépouillement des archives et de la correspondance de l’abbé montrent que le moteur premier des travaux qu’il a réalisés en Afrique australe comme de ceux de son élève Henri Lhote au Tassili était la recherche d’anciennes colonies « blanches » disparues, et qui se seraient établies, dès la préhistoire, au coeur du continent Noir.

Tant Breuil que Lhote ont alors retrouvé sur les roches africaines des peintures rupestres qui leur ont paru représenter des « dames blanches » qu’ils ont aussitôt interprétées comme des déesses ou des reines propres aux anciens royaumes dont ils croyaient avoir découvert les vestiges. Ce faisant, ils ressuscitaient et nourrissaient à la fois deux mythes : celui d’une Atlantide saharienne pour Henri Lhote et, pour l’abbé, celui de l’identification des grandes ruines du Zimbabwe à la ville mythique d’Ophir, d’où, selon la Bible, le roi Salomon tirait ses fabuleuses richesses.

Avec le recul, nous voyons bien maintenant que leurs théories n’étaient qu’un reflet maladroit des idées de leur temps, particulièrement du contexte colonial au Sahara et de l’apartheid en Afrique du Sud. A leur insu, la production scientifique de ces deux savants avait pour fonction de justifier la présence blanche en Afrique, et elle fut amplement instrumentalisée dans ce sens. Pourtant, des études récentes ont désormais démontré que la « Dame Blanche » qui fascina tant l’abbé Breuil n’était en réalité ni blanche ni même une femme.

Une question demeure : si une telle interpénétration de la science et du mythe au service du politique fut possible au milieu du XXe siècle, qu’en est-il de nos jours ?

Pour plus d’informations sur cet ouvrage :

Extrait publié dans La Recherche, n°439, mars 2010, p.64-67 

L’abbé Breuil et la Dame blanche du Brandberg. Naissance et postérité d’un mythe,  Les Nouvelles de l’Archéologie,  2007, tome 106 4e trimestre 2006, p. 21-28.

 

Sur Jean-Loïc Le Quellec

Visiter son site, L’esprit des pierres, qui fait la part belle à l’art rupestre saharien, à la préhistoire et à la mythologie. Vous y trouverez par exemple

une bibliographie générale sur la mythologie

des documents bibliographiques introuvables ici et

des ressources télécharchargeables, avec entre autres choses des polices de caractères tifinâgh

Voir aussi la courte notice qui lui est consacrée sur Bibliomonde.

Jean-Loîc Le Quellec préside l’AAARS – Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts