Archives par mot-clé : Omar Khayyam

Omar Khayyam métaphysicien

En cherchant tout autre chose, je suis tombé sur l’article suivant et comme Omar Khayyam fait partie de mes centres d’intérêt, il fallait bien que je vous le signale :

Arthur Christensen. « Un traité de Métaphysique de Omar Hayyâm ». Le Monde Oriental, vol. 1-2, Uppsala, 1906.

A noter que le site de Ionas éditions sur lequel je l’ai trouvé me semble bien intéressant, avec plein de textes anciens numérisés…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

The Great ‘Umar Khayyam: A Global Reception of the Rubáiyát

Great-KhayyamEn faisant quelques recherches sur un de mes sujets de prédilections, les robâiyât d’Omar Khayyâm, j’ai découvert cet ouvrage collectif sur ce sujet :

Ali Asghar Seyed-Gohrab (éd.). The Great ‘Umar Khayyam: A Global Reception of the Rubáiyát. Amsterdam University Press, 1 août 2012. 267 pages. En ligne sur Google livres et sur Open Access.

Rassemblant dix-huit essais sur l’histoire de la réception de l’œuvre dans diverses traductions littéraires et des éditions, ce recueil explore comment la philosophie de Khayyâm du doute, du carpe diem et de l’hédonisme telle que la présente sa poésie, a inspiré des générations de poètes, de romanciers, de peintres , de musiciens, de calligraphes, de cinéastes, de libres penseurs. Ses quatrains sont ainsi utilisés dans l’Iran contemporain comme la littérature de résistance, symbolisant la voix laïque dans les débats culturels face aux fondamentalistes. Mais curieusement, ils sont aussi instrumentalisés par Poutine dans ses relations avec l’Iran.

Comme vous pourrez le remarquer en consultant la table des matières, l’aire culturelle francophone est remarquablement absente. Le seul article émanant d’un chercheur français est celui d’Anne Castaing (INALCO) et porte sur l’influence de Khayyâm en Inde. Sa réception et ses traductions en France, dès le milieu du XIXe siècle, sont négligées.

Par contre, nous pouvons remarquer que les Pays-Bas sont bien représentés : les contributions concernent la réception des robâiyât dans ce pays étant les plus nombreuses (5 sur 18) et la plupart des auteurs sont néerlandais ou enseignent dans une université néerlandaise. C’est ainsi que nous retrouvons Jos Coumans dont je vous ai présenté voici pas mal de temps la remarquable bibliographie. Il nous propose ici un article intitulé An ‘Umar Khayyam Database, où nous apprenons en passant qu’avec

63 éditions néerlandaises (y compris la reproduction), on peut dire que les Pays-Bas, un pays relativement petit , se classe parmi le top mondial dix dans la production de Rubáiyát.

Sans doute est-ce à cette affection particulière des Néerlandais pour cette œuvre que nous devons un des meilleurs sites sur le poète persan : Omar Khayyam Nederland.

Table des matières

Introduction

A.A. Seyed-Gohrab

Khayyam’s Universal Appeal: Man, Wine, and the Hereafter in the Quatrains

Khayyam in Persia

M. Aminrazavi

Reading the Ruba’iyyat as “Resistance Literature”

A.H. Morton

Some ‘Umarian Quatrains from the Lifetime of ‘Umar Khayyam

M. Bagheri

Between Tavern and Madrasa: ‘Umar Khayyam the Scientist

Khayyam in the Arab World and Turkey

M. Alsulami

The Arab ‘Umar Khayyam

Jan Just Witkam

Ahmad Rami’s Arabic translation of the Quatrains of ‘Umar Khayyam

S. Sötemann

Quatrains of ‘Umar Khayyam in Turkish and Turkish Quatrains

Khayyam in the Netherlands

J.T.P. de Bruijn

Other Persian Quatrains in Holland: the Roseraie du Savoir of Husayn-i Azad

M. Goud

Khayyam’s Impact on Modern Dutch Literature

J.D.F. van Halsema

Bitter Certainty: J.H. Leopold on ‘Umar Khayyam

J. Biegstraaten

How ‘Umar Khayyam Inspired Dutch Visual Artists

R. de Groot

The Legacy of ‘Umar Khayyam in Music of the Netherlands

The Russian and Georgian Reception of Khayyam

F. Abdullaeva, N. Chalisova, and Ch. Melville

The Russian perception of Khayyam: from text to image

T. Shurgaia

The Translation of ‘Umar Khayyam’s Poetry into Georgian – a Touchstone for Translators

Khayyam’s Reception in Victorian England

E. Zare-Behtash

The Reception of FitzGerald’s Rubaiyat of ‘Umar Khayyam by the Victorians

Khayyam in India

A. Castaing

Vernacularizing Rubaiyat: the Politics of Madhushala in the context of the Indian  Nationalism

A.  Rangarajan

Attempts at Locating the Rubaiyat in Indian Philosophical Thought

 International Khayyam Data-Base

J. Coumans

An ‘Umar Khayyam Database

Index

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Cela fait un certain temps que je souhaite compléter mes chroniques sur les robâiyât d’Omar Khayyâm par quelques informations sur ses illustrateurs. Les voici, un peu en vrac. Une fois de plus, il ne s’agit pas ici d’une étude, mais de la collecte d’informations et de documents sur le sujet. Dernière mise à jour : 13 octobre 2016.

 

Ouvrages et articles sur les illustrateurs

William H. Martin, Sandra Mason. The Art of Omar Khayyam: Illustrating FitzGerald’s Rubaiyat. I.B.Tauris, 15 mars 2007. 192 pages. Partiellement visible sur Google livres.

Voir aussi l’article des mêmes auteurs, « Illustrations of english translations of Omar Khayyam’s  Rubaiyat », Encyclopaedia Iranica  (repris dans Persidia).

Bahrâm Ahmadi,  «  Les Robâiyât de Khayyâm et ses illustrations »,  La revue de Téhéran, n° 59, octobre 2010.

 

Ressources en ligne

J’ai indiqué dans mes chroniques sur les rubaiyat un certain nombre de ressources en ligne. D’autre part, comme cette recherche de documents sur les illustrateurs se double d’une recherche d’images, j’en ai trouvé un bon nombre dans Wikimedia Commons , Flickr (notamment dans les albums de Biblioness) ou Very Illustrated.

 

 Liste non exhaustive des illustrateurs

Liste bien plus complète sur Omar Khayyam Nederland

Les illustrateurs figurant sur la liste ci-dessous feront l’objet de notices spécifiques.

Arthur Altschul

Marjorie Anderson

C R Ashbee

Ronald Balfour  (1896–1941)

Hope Beck

Hossein Behzâd (1894-1968) حسین بهزاد

Robert Anning Bell

Vladimir N. Belousov = Владимир Н. Белоусов

Abdallah Benanteur

Henri Bey

Vera Bock

Frank Brangwyn

John Buckland-Wright (1897-1954)

Rene Bull (1872-1942)

Edward Burne-Jones (1833-1898)

Ciolkowski

Herbert Cole  (1867-1930)

Walter Crane

Edmund Dulac (1882-1953)

Mahmoud Farshchian = Maḥmud Farščiān (1930-….) محمود فرشچیان

Anne Fish (1890-1964)

Shahrokh Golestan

Adelaide Hanscom Leeson (1876-1932)

Ella Hallward

Gilbert James (18??-19??)

Nathalie Jonckheere

Wilfrid Jones

M. Karpuzas

Sarkis Katchadourian (1896-1947)

Génia Hadji Minache

Naghi Naghachian

Doris Palmer

Maxfield Parrish

Pierre Pascal

Willy Pogány (1882-1955)

Charles Robinson (1870-1937)

Thomas Heath Robinson (1869-1953)

Gordon Ross (1873-1946)

Mera K. Sett

André Sevruguin (1894-1996), alias Darvish / Darviš / Derviche

Hojat Shakiba = Ḥojjat Šakibā (1949-….) حجت شکیبا

Robert Stewart Sheriffs (1906-1960)

Oscar Spielmann (1901-1973)

Edmund Sullivan (1869-1933)

Endre Szász (1926-2003)

Arthur Szyk (1894-1951)

Abandidro Nath Tagore

Mohammad Tajvidi (1925-1995) محمد تجویدی

Elihu Vedder (1836-1923)

Jeanyee Wong

Paul Zenker

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

(Dernière mise-à-jour : 25 mai 2016)

Je me suis enfin procuré auprès de la BU où je travaille un ouvrage fort intéressant de Jos Coumans, bibliothécaire et secrétaire de la Nederlands Omar Khayyám Genootschap : The Rubáiyát of Omar Khayyám. An Updated Bibliography (Leiden University Press, 2010). Cet ouvrage de 249 pages, partiellement consultable sur Google livres, n’a qu’un défaut à mes yeux : celui d’être écrit en anglais, qui n’est pas la langue étrangère que je maîtrise le mieux. Continuer la lecture de Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les traductions anglaises des Rubaiyat

(Dernière mise à jour :  28 octobre 2013)

J’ai commis en décembre 2010 une chronique sur les traductions françaises des Rubaiyat d’Omar Khayyam. Je vous propose ici son équivalent sur les traductions anglaises.

Tout comme la précédente, cette chronique vise essentiellement à faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Il s’agit ici encore d’une bibliographie commentée plus que d’une étude.

Pour établir cette liste, j’ai utilisé notamment les sources ci-dessous :

Jos Coumans. The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliographyAmsterdam University Press, 2011. 249 pages. Partiellement consultable sur Google livres.

M. Bayate-Mokhtari, « Omar Khayyam et ses traducteurs français et anglais », extr. de : Iran moderne  actes du XXIXe Congrès  international des Orientalistes, Paris, juillet 1973. Paris : l’Asiathèque, 1976. p. 4-6. Je n’ai pas pu encore consulter cet article.

Un catalogue de la libraire Maggs Bros sur la littérature anglaise du XIXe et du XXe siècle, p. 267 et  p. 406 et suiv. 

The Online Books Page

Le site de la librairie Stillman books.

 La bibliographie de Karim Hayati Ashtiani pour sa thèse, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, soutenue en 2004 à l’université de Lyon 2.

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

L’article Rubaiyat of Omar Khayyam de Wikipedia.

Le site The rubaiyat

Le site Books and writers (n’est plus accessible : vu le 28 octobre 2013)

Bob Forrest propose plusieurs articles concernant les Rubaiyat sur son site. Il collabore aussi à Omar Khayyam Nederland.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits. Sur les manuscrits utilisés pour les traductions et qui sont parfois indiqués, voir mon billet sur le sujet.

Comme d’habitude, cette chronique  fera l’objet de rectifications en fonction des informations récoltées. Alors, si vous en avez…

Bibliographie chronologique des traductions anglaises des rubaiyat de Khayyam

 

1859 – Edward FitzGerald (1809-1883)

Entre 1859 et sa mort en 1883, Edward FitzGerald a publié quatre éditions de ses Rubaiyat of Omar Khayyam, the Astronomer-Poet of Persia. D’autres suivront.

  • La 1ère édition (1859) contient 75 « stanza » ; elle disponible sur le site de la Bodleian
  • La 2e (1868) comporte 110 quatrains.
  • Les trois suivantes (1872, 1879 et 1889) ont 101 quatrains.
  • Une tables de correspondance existe, disponible sur Archive.org ou sur Kellscraft.

Malgré les libertés prises par le poète-traducteur, cette traduction est sans doute la plus répandue dans le monde anglo-saxon. C’est la traduction de référence, la première parue en Occident, celle dont tous les traducteurs postérieurs devront se démarquer. De plus, une bonne partie des traductions en français (Grolleau, Henry, Delpeuch, Carpentier, Arousseau, Le Dantec, Bernard) sont des traductions de la traduction de FitzGerald.

De nombreuses éditions sont disponibles sur Archive.org, sur sur Kellscraft. Vous trouverez également sur ce dernier site une bibliographie des cinq premières éditions. L’édition de 1869 a fait l’objet d’une édition pirate en 50 exemplaires à Madras en 1862. La première édition américaine (Columbus, 1870) suit celle de 1868. Pour plus de détail sur les premières éditions de la traduction de FitzGerald dans le monde anglo-saxon, voir l’ouvrage de Jos Coumans, The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliography, p.19. Voir aussi le site The Rubaiyat, l’édition en ligne réalisée par Jim Manis et le site de l’université Fordham.

1882 – Edward Heny Whinfield (1836-1922)

The quatrains of Omar Khayyam. Londes : Trübner and Co, 1882

253 quatrains. Le traducteur a utilisé l’édition de J.B. Nicolas (1867), l’édition de Lucknov (1878), le manuscrit de la Bodleian Library (nr. 140), et deux petites collections de quatrains.

Dès 1883, il publie une édition bilingue comportant 500  quatrains et utilisant 8 collections. En 1893 parait une sélection de 267 quatrains extraits de cette dernière édition, cette fois seulement en anglais. Cinq quatrains figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát parue en 1906.

Ces différentes éditions sont disponibles sur Archive.org. Le texte est en ligne sur le site de l’université Fordham et sur The Rubaiyat

1885 – Whitley Stokes (1830-1909)

Publie 18 quatrains dans Academy, 17 janvier 1885, n° 663.

Auparavant, 15 quatrains avaient été inclus dans l’édition de Madras de la traduction de FitzGerald (1862) sous le titre « Some more of Omar’s quatrains ». Ils ont été repris en 1836 dans une édition miniature  par The Lilliputian Press, Monroe (USA). 10 de ces quatrains ont été inclus dans The Dublin book of Irish verse (London, 1909). Deux  quatrains figurent dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

Disponibles sur le site Omar Khayyam Nederland.

1888- John Leslie Garner

The Strophes of Omar Khayyám. Milwaukee, the Corbitt and Skidmoore Co, 1888. In-16, XII-76 p.

Disponible sur Archive.org.

1889 – Justin Huntly McCarthy (1859-1936) 

Rubaiyat. London, 1989.

Fait paraître en 1898 des Quatrains of Omar Khayyam, in english prose.

1893 – Edward Henry Whinfield

The quatrains of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1893.

1898 – John Payne

The Quatrains of Omar Kheyyam of Nishapour. 1898

1898 – Edward Heron-Allen (1861-1943)

The Rubaiyat of Omar Khayyam, a facsimile of the ms in the Bodleian Library. Londres, Nichols, 1898.

Nouvelle édition : Londres, Quaritch, 1899.

1899 – Jessie E. Nash (1844-1884), alias H.M. Cadell

The Ruba’yat of Omar Khayam. London / New-York, John Lane, 1998.

Avec une introduction de Richard Garnett.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1899 – Elisabet Alden Curtis

One hundred quatrains from the Rubáiyát of Omar Khayyám. New York, Brothers of the Book, 1899. 72 pp.

Traduction en vers anglais. Introduction de Richard Burton.

Disponible sur Hathi Trust Digital Library.

1901 – E. A. Johnson

La traduction anonyme des rubaiyat parue dans Flowers from Persian Poets (1901) lui est attribuée.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1903 – Frederick William Rolfe (1860 – 1913), alias Frederick Baron Corvo

The Rubaiyat, of Umar khaiyam done into english from the French of Jean Baptiste Nicolas. London, New York, J. Lane, 1903.

Bilingue anglais-français. Introduction de Nathan Haskell Dole.

Disponible sur Archive.org.

1904 – L’anthologie The lover’s Rubáiyát éditée par Jessie Belle Rittenhouse (1869-1948)

The lover’s Rubáiyát. Boston : Small, Maynard & Co., 1906.

Réédité en 1906. Regroupe 64 quatrains traduits par divers auteurs (dont 17 par FitzGerald), certains n’ayant pas réalisé auparavant ou par la suite leur propre recueil des rubaiyat (du moins n’en ai-je pas encore trouvé…) : 

Edwin Kendall Cutter

Richard Le Gallienne (1866-1947)

Henry George Keene (1825-1915)

Frederick York Powell (1850-1904)

E. A. Johnson

Disponible sur Archive.org.

1907 – E. F. Thompson, Worcester

E. Fitzgerald ’s Ruba‘iyyat of Omar Khayyam, avec un texte persan et une traduction en prose et vers. Mass., 1907.

1913 – Edward Armstrong Johnson

The Rubaiyat of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1913.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1924 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936)

Omar Khayyam in his Rubaiyat : with a true history, life and biography of the Persian poet, astronomer and statesman.  Los Angeles : Mazdaznan Press, 1924.

Traduit en français en 1959.

1927 – Arthur Emanuel Christensen (1875-1945)

Critical Studies in the Ruba-iyat of Umar-i-Khayyam. Copenhague, A. F. Höst och sön, 1927.

Etude de leur authenticité, texte et traduction anglaise. Il n’est pas précisé si la traduction anglaise a été faite à partir :

du texte original en danois : Omar Khajjams Rubaijat : en litteraerhistorisk undersogelse (Copenhague,1903)

de la traduction française : Recherches sur les Rubaiyat de ‘Omar Ḫayyām, par Arthur Christensen, docteur ès lettres de l’Université de Copenhague (Heidelberg : C. Winter, 1905.)

1949 – Arthur John Arberry

The Ruba’iyat of Omar Khayyam, édité d’après un manuscrit nouvellement découvert, daté de 658 (1259-60 de l’ère chrétienne), avec des versions anglaises comparées de Edward Fitzgerald, de Edward Henry Whinfield et de l’éditeur. Londres, Emery Walker, 1949. In-8°.

1967 – Omar Ali Shah (1922-2005)  et Robert Graves

Intéressante pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153. L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise. 

Cependant, il existe quelques doutes sur l’authenticité du manuscrit utilisé, comme le rappel Wikipedia :

The authors claimed it was based on a twelfth-century manuscript located in Afghanistan, where it was allegedly utilized as a Sufi teaching document. But the manuscript was never produced, and British experts in Persian literature were easily able to prove that the translation was in fact based on Edward Heron Allen’s analysis of possible sources for FitzGerald’s work.

A été traduite en français en 2005.

1979 – Peter Avery and John Heath-Stubbs

1988 – Karim Emami

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français

(Dernière mise à jour  : 27 septembre 2017)

Je possède quelques traductions des robâiyât d’Omar Khayyam, le célèbre astronome, mathématicien et poète persan des confins des XIe et XIIe siècles, et cela faisait quelques temps que je souhaitais faire une chronique bibliographique à ce sujet.

Or voici que le n° 59 de la Revue de Téhéhran consacre justement un dossier à Khayyam, avec notamment un article sur Sarah Mirdâmâdi sur « Les » lectures de Khayyâm en France. Outre ce dossier récent, la même revue a publié par le passé des articles consacrés à des sujets proches, dont une biographie (une autre figure dans le dossier), un article sur la terre dans les quatrains d’Omar Khayyâm, et deux autres, plus généraux, sur les formes poétiques persanes et la dimension mystique de la poésie classique persane .

Autres sources utilisées :

L’article de Wikipedia et le site Omar Khayyam persan dont les contenus sont pratiquement identiques…

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

Le blog Omar Khayyam Rubaiyat créé en avril 2012..

Le catalogue de la BNF et le SUDOC.

Archive Internet, Gallica et Google livres.

La thèse de Karim Hayati Ashtiani, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, 2004, Université Lumière Lyon 2. Voir notamment cette courte bibliographie des traductions françaises de Khayyam.

L’article de Sara Saidi Bouroujeni, Etude critique des traductions en français d’un quatrain d’Omar Khayyâm, Archive of SID, Sixième année, Numéro 13, printemps-été 2011, publiée au printemps 2011.

Une chronique de Yoto Yotov sur le site Notes du Montroyal.

Enfin The Rubáiyát of Omar Khayyám : an updated bibliography, ouvrage essentiel de Jos Coumans paru en 2010 aux Leiden University Press. Je n’ai pu y accéder qu’en janvier 2012, bien après la parution en ligne de cette chronique. Je m’en suis largement servi pour ma mise à jour du 20 janvier 2012.

L’objet de cette chronique est essentiellement de faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Je ne m’étendrai donc pas sur la vie de Khayyam (voir les diverses biographies signalées plus haut) ni sur les divergences d’interprétations qui apparaissent dès les premières traductions européennes, l’anglaise de Fitzgerald en 1859 et la française de Jean-Baptiste Nicolas en 1867 (voir notamment « Les » lectures de Khayyâm en France). Il s’agit donc plus d’une bibliographie commentée que d’une étude.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais (l’ouvrage de Jos Coumans donnne à ce sujet de précieuses informations) et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits.

Je ferai ultérieurement une chronique sur les différents manuscrits existants.

Enfin, à ceux qui voudraient se lancer dans une recherche sur Khayyam et ses quatrains sur internet ou dans la documentation papier, voici deux petits rappels :

  1. Si la forme internationale translittérée est ´Omar Hayyām (1048-1131), il ne faut pas oublier que, selon les pays, les époques, les traducteurs et les éditeurs, les variantes orthographiques sont nombreuses. En voici un échantillon : ´Omar Khayyām ; Omar Khayam ; ʿUmar Khayyām ; ´Umar-i-Khayyám ; Omar Khèyam ; Omar Kheyyam ; Omar Keyyam ; Omar Xayām ; Omar Xayyām ; Omar Chajjám ; Omar Alkhayyámí ; Omar-i-Khajjam ; Omar Qayyam ; Omar Caiiam ; Omar Chiam. A noter qu’en persan, le nom complet du poète, Ghiyās od-Dīn Abol-Fath Omār ibn Ebrāhīm Khayyām Neyshābūri, s’écrit ainsi : غیاث الدین ابو الفتح عمر بن ابراهیم خیام نیشابوری 

  2. Ne pas oublier non plus que ces quatrains sont souvent désignés par leur nom persan, dont les graphies varient elles aussi : rubaiyat ; rubayat ; robaiyat, robaïat, roubaïates, sans oublier le singulier robaï ou rubaï parfois utilisé pour un pluriel… Quant à Sadegh Hedayat, il parle des chants de Khayam. Et en persan, cela s’écrit ainsi : رباعيات

 

Bibliographie chronologique des traductions des quatrains de Khayyam

 

1857 – Joseph Héliodore Garcin de Tassy (1794-1878)

« Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm ». In: Journal Asiatique, vol. 1, tome 9, p. 548-554. Disponible sur le site Omar Khayyam Nederland, sur Archives Internet, sur Gallica.

Cet article comporte la traduction de quelques quatrains de Khayyam.

1867 – Jean-Baptiste Nicolas (1814-1875)

Les Quatrains de Khèyam, traduits du persan, par J.-B. Nicolas. Paris : Imprimerie impériale, 1867. Disponible sur Archive Internet, sur Google livres ici et et sur Hathi Trust. Le texte est également accessible sur Omar Khayyam Nederland.

La première traduction française importante avec 464 quatrains. Nicolas prend dans sa traduction le contrepied de l’interprétation de Fitzgerald : pour lui, les quatrains de Khayyam doivent être replacés dans la tradition soufie.

 Après presque un siècle, la traduction est reprise plusieurs fois entre 1965 et 1980 dans une adaptation de J.-P. Vibert et Pierre Seghers comportant seulement 179 quatrains.

L’intégralité des 464 quatrains est réédités chez Waleffe en 1967 avec 10 miniatures persanes, en 1987 chez Liber et en 2000 par l’éditeur Jean Maisonneuve qui publie une édition bilingue persan-français reproduisant en fac-simile dans un format réduit l’édition de 1867.

Curieusement, malgré sa conception de  Khayyam comme mystique soufi, c’est sa traduction que les éditeurs de La gloire des athées ont choisi pour les 11 quatrains figurant dans leur anthologie de textes rationalistes et antireligieux paru en 2005 aux Nuits rouges.

A noter qu’Ernest Renan fait une critique élogieuse de cette traduction dans le Journal asiatique, tome 12, 1968, p.56-57.

Jean-Baptiste Nicolas avait publié dès 1863 un article intitulé « Quatrains de Khayam » dans la Revue de l’Orient, de l’Algérie et des colonies, chez B. Duprat, avec la traduction de 50 quatrains.

1900 – Etty Couzyn

Le Rubaiyát d’Omar Khayyám d’après Edward FitzGerald. Traduits en vers libres. [S.l., s.n., circa 1900].

Et une traduction de la version d’Edward FitzGerald ! D’autres suivront…

1902 – Charles Grolleau

Les Quatrains d’Omar Kháyyám, traduits du persan sur le manuscrit conservé à la « Bodleian Library » d’Oxford, publiés avec une introduction et des notes, Paris : Carrington, 1902. Disponible sur Gallica.

L’ouvrage comporte 158 quatrains. A en croire la notice qui accompagne la réédition faite en 2008 par les éditions Allia, bien que ce livre porte la mention « traduit du persan », il semble cependant que cet angliciste, auteur par ailleurs de traductions de Chesterton et de Wilde, ait surtout utilisé la version de Fitzgerald – en s’appuyant – il l’avoue lui-même sur la traduction littérale en anglais du même manuscrit, riche en notes, faite par Edward Heron Allen en 1899.

Il s’agirait donc d’une traduction de traduction. Déjà que traduire un texte de poésie est une tâche ardue, se pose ici la question de la fidélité à l’original, qui doit être bien lointaine…

Par contre les notes qui accompagnent le texte de la plupart des rééditions – mais pas de celle des éditions Allia… – ne sont pas sans intérêt pour la compréhension. Il en est de même pour l’introduction (en mode image ; en html) et l’appendice qui contient notamment des articles d’Ernest Renan et de Théophile Gautier et un résumé succinct de la doctrine soufie. Présents encore dans l’édition de 1992 chez Ivrea (qui reprend celle de 1978 chez Champ Libre),  ceux-ci disparaissent par la suite dans les éditions parues chez d’autres éditeurs, comme par exemple en 1995 aux éditions Mille et une nuits (qui comporte quand même une postface de Chochana Boukobza, une Vie de Khayyam et des repères bibliographiques). Quant à la bibliographie donnée dans l’édition de 1902, cela fait longtemps qu’elle a disparue…

La traduction de Charles Grolleau a fait l’objet d’éditions illustrées par Ciolkowski (G. Crès, 1922) ou Nathalie Jonckheere (les Points cardinaux, 1998).

La dernière édition date de 2013, réalisée par Georges Nataf chez Berg international.

1903 – Fernand Henry

Les « Rubáiyát » d’Omar Keyyam, le poète-astronome de la Perse, traduits en vers français d’après la version anglaise d’Ed. Fitz-Gerald, avec notices, texte anglais en regard, commentaire, notes, bibliographie et index, par Fernand Henry. Paris : J. Maisonneuve, 1903.

Encore une traduction de traduction, et en plus en vers français… Elle ne semble pas avoir fait l’objet de rééditions. Mais je serais curieux de consulter l’appareil critique.

1907 – Jean Lahor [Henri Cazalis]

Oeuvres de Jean Lahor. En Orient. Les quatrains d’Al-Ghazali. Quatrains d’Omar-Kheyam. Le Cantique des Cantiques. L’Idole. Publication : Paris, A. Lemerre, 1907.  L’ensemble de l’ouvrage est accesible sur Archive.org , la partie concernant Khayyam sur Notes du Mont Royal et sur Remacle.

1910 – Robert Delpeuch

Rubáiyat, poème d’Omar Khayyám, traduction française de M. Robert Delpeuch d’après la version de Edward Fitzgerald. Paris : Edition du Studio : P. Ollendorff, 1910.

Encore du Fitzgerald traduit.

1910 – Jules de Marthold (1847-1927)

Rubaiyât d’Omar Kháyyâm mis en rimes françaises d’après le manuscrit d’Oxford par Jules de Marthold. Paris, Ch. Carrington,1910. Disponible sur Archive.org.

1916 – Frédéric Roger-Cornaz

Les Rubaiyat, traduction nouvelle par Roger-Cornaz Frédéric. Paris, Librairie Payot et Cie, 1916.

Encore une traduction de l’anglais de Fitzgerald.

1920 – Claude Anet (1868-1931) et Mirza Muhammad

Les 144 quatrains d’Omar Khayyam, traduits littéralement par Claude Anet et Mirza Muhammad. Paris : la Sirène, 1920. Le texte est accessible sur le site Omar Khayyam Nederland en htm |en pdf.

Selon Armand Robin, ce serait « la meilleure traduction, de fort loin […] ; elle est jolie plutôt que forte ». En 1957, au Club des libraires de France, cette traduction fait l’objet d’une nouvelle édition accompagnée d’une étude et de la traduction nouvelle de 22 quatrains par Gilbert Lazard. En 1988 paraissent aux Nouvelles éditions Tchou Robâ’iyât du sage Khayyam, avec seulement 16 quatrains.

1921 – J. Carpentier

Roubayyat de Hafiz et d’Omar Khayyam, traduction de J. Carpentier d’après l’adaptation anglaise de J. L. Cranmer Byng pour Hafiz et d’après la version poétique anglaise d’Edward Fitzgerald pour Omar Khayyam. Paris, Francis Lebègue éditeur, 1921.

Toujours d’après Fitzgerald.

1922 – Yvonne Ferrand-Weyther

Doubles-quatrains d’après Omar Kheyam. Paris, Gallimard, 1922.

De la même traductrice : La vigne d’Omar Kheyam. St. Félicien en Vivarais, Pigeonnier, 1933.  Edition en vers illustrée de gravures sur bois.

1922 – A. Dubout

« ‘Omar Hayyam. Poémes », in la Revue mondiale, août 1922, p. 271-277, 399-402.

1923 – Iwan Gilkin

Soixante-dix quatrains d’Omar Khayyam. Bruxelles, Editions de la « Vie Intellectuelle », 1923. Disponible sur Omar Khayyam Nederland.

Tiré à 310 exemplaires.

1924 – Franz Toussaint (1879-1955)

Rubaiyat de Omar Khayyam, traduits du persan. Paris : L’édition d’art H. Piazza, 1924. Collection Ex Oriente lux.

Le texte est accessible dans la Grande bibliothèque poétique de Damien Bardot et sur Bibliowiki.

Traduction depuis le texte original persan de 170 quatrains rendus dans une prose poétique. Largement diffusée et rééditée de 1924 à 1979 par les Editions d’art Henri Piazza aujourd’hui disparues. C’est dans cette traduction que  des générations de lecteurs francophones (ma mère, moi…) ont abordé les poèmes de Khayyam.

Une édition, parue en 1957 chez Lubineau et tirée à 550 exemplaires, comporte 200 quatrains.

Voici deux rééditions récentes des traductions de Franz Toussaint :

La corde de la sagesse, traduction du perse en français Franz Toussaint, traduction du perse en arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, préface Abou Hafs Abdeljalil. Paris : Bachari, 2008.

Rubaiyet Omar al-Khayyam, calligraphie Salah Moussawy, traduction française Franz Toussaint, traduction arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, introduction Abou Hafs Abdejalil. Paris : Bachari, 2010.

Certains quatrains ont été mis en musique par Jean Cras en 1925:

Robaiyat : quatrains persans du XIe siècle de Omar Khayyam, traduction de Franz Toussaint ; musique de Jean Cras. Paris : M. Senart, 1925.

1925 – François Arousseau

Les Quatrains d’Omar Khayyām, traduction de F. Aurousseau, d’après la 4e édition anglaise d’Edward Fitz Gerald ; illustrations de Henri Bey.  Foix : Éditions du « Domaine », 1925.

Toujours Fitzgerald… 101 quatrains.

1926 – Henri Jaccard

Les Quatrains d’Omar Khayyamm,rendus en vers français par Henri Jaccard. Lausanne : Payot, 1926.

1931 – Abolgassem Etessam-Zadeh

Les Rubaiyat d’Omar Khayyam, texte persan et traduction en vers français par A.-G. E’tessam-Zadeh. Téhéran, Librairie-Imprimerie Béroukhim, 1931.

Cette traduction a été éditée en France dès 1934 chez Maurice d’Hartoy. L’ouvrage est alors couronné par l’Académie française. Une réédition réalisée en 1987 par l’Association pour le rayonnement de la culture iranienne, avec le texte persan et la traduction française en regard

Elle est reprise aussi dans une édition que je possède, parue vers 1960 à Téhéran chez Tahrir Iran Co,  The Quatrains of Abolfat’h Ghia’th-E-Din Ebrahim Khayam of Nishabur,  avec des traductions en anglais, français, allemand, arabe, le texte persan et des illustrations de Mohammad Akbar Tadjvidi.

1935 – Arthur Guy

Les Robaï d’Omer Kheyyam‎, étude suivie d’une traduction française en décalque rythmique avec rimes à la persane‎, Arthur Guy. Paris‎ :Société française d’éditions littéraires et techniques‎, 1935.‎

328 quatrains.

Réédition en 1938 chez Malfère

En 1949 paraît aux Editions de l’Empire Omar Kheyyam. Les Robaï illustrés de pointes sèches originales d’Oscar Spielmann.

1936 – Enrique Uribe White

Rubaiyata, de Omar Khayyam, traduit en français par Enrique Uribe White. Bogotá, Editorial Minerva, 1936.

1942 – Edouard Rolland

En relisant Omar Khayyam. Rabat : F. Moncho, [1942].  Adaptation en vers français. Précédé d’un article de Théophile Gautier, extrait du «Moniteur universel» du 8 décembre 1867.

1946 – Yves-Gérard Le Dantec

Omar Khayyâm. Les Roubáiyát, traduits en vers français d’après la version anglaise d’Edward FitzGerald. Paris, Jacques Haumont, 1946.

Une nouvelle traduction de la version de Fitzgerald.

1947 – Jacques Broussier

Quatrains adaptés d’Omar Khayyam. Bruxelles, Editions d’art et d’histoire, 1947.

1951 – Sylvain Nassi

Chajjam, Omar. Choix de quatrains,  versifiés et classés par S(ylvain) Nassi. Lausanne, Held S.A., 1951.

1954 – Eléonore Niquille

Rubaiyat d’Omar Khayyám. Aurillac, Clairac 1954.

1957 – Richard Bak

La Robayat d’Omar Kheyyam. Du persan. Version française. [S.l., s.n.], 1957. Impr. Desclée & Cie.

77 quatrains.

1958 – Pierre Pascal

Les Robâ’iyyât d’Omar Khayyâm de Neyshaboor; pour la première fois, traduits en vers français par Pierre Pascal; d’après les plus anciens manuscrits, récemment découverts, de la Bibliothèque de l’Université de Cambridge [MS. Or. 1724] et de la Bibliothèque de Chester Beatty de Dublin, le codex Khayyamien de Mohammed Ali Furughi et divers manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris [Suppl. Persan 1417 et 1477]; fac-simile du manuscrit de la Bibliothèque de l’Université de Cambridge [et du manuscrit supp. Persan 1477 de la Bibliothèque nationale] ; illustrations photographiques du traducteur. Rome: Éditions du coeur fidèle, 1958.  Réédition en 1966 chez le même éditeur.

400 quatrains.

1958 – Armand Robin (1912-1961)

Rubayat, présentation et texte français d’Armand Robin. Paris : Club français du livre, 1958.

260 quatrains. Réédition chez Gallimard en 1994, avec une préface d’André Velter. Une nouvelle édition en 2003, à Meknès, sans la préface d’André Velter. Personnellement, je possède l’édition de 1994 et je trouve la note d’accompagnement d’Armand Robin très intéressante, notamment sur les vicissitudes du texte original.

1959 – Emile Désiron

Les Roubâiyât d’Omar Kheyyâm / [traduction anglaise] d’Edward Fitzgerald ; traduction en vers français par Émile Désiron. Louvain : Nauwelaerts ; Paris : B. Nauwelaerts, [1959?]

Encore une traduction de l’anglais…

1959 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936) / Pierre Martin

Omar Khayyam dans ses Robaiyat, avec une biographie du poète, astronome et homme d’État persan, par le Dr Otoman Zar-Adusht Ha’nish ; traduit de l’anglais par Pierre Martin. [Genève‎ : Ed. Mazdaznan ; Paris‎ : Aryana, G. Vidal‎, [ca 1959]

Encore une traduction de l’anglais. Je la cite comme curiosité, à cause de la personnalité d’Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936), fondateur d’un culte syncrétique mêlant christianisme et zoroastrisme : mazdanan. La traduction de Pierre Martin est disponible sur le site Mazdeen.

1960 – Mahdy Fouladvand

Les Quatrains d’Omar Khayyam, nouvelle traduction littérale, suivie de notes et de la concordance du texte persan en transcription, par Mahdy Fouladvand, Paris : G. –P. Maisonneuve, Besson et Chantemerle, 1960.

Comporte 3 séries :

  • 1ère série : 128 quatrains
  • 2e série : 75 quatrains
  • 3e série (Ecole de Khayyam) : 40 quatrains

Du même traducteur, avec une préface datée de 1965, traduction française et texte persan en regard :

Quatrains khayyamiens, nouvelle traduction classée selon l’ordre alphabétique, suivie de notes, accompagnée du texte persan, par Mahdy Fouladvand. [Téhéran,] : Impr. du Ministère iranien de la culture et des arts, s. d. [1965 ?]

Une nouvelle traduction paraît en 1995 aux Editions du Rocher :

Omar Khayyaâm. Les quatrains.

Comporte 2 séries :

  • 1ère série : 155 quatrains
  • 2e série : 93 quatrains

1961 – Christovam de Camargo

Les roubaïates d’Omar Khayyam, présentation et traduction d’après l’original persan par Christovam de Camargo. [S.l.], Seghers, 1961.

182 quatrains.

1964 – Roger Lescot

Anthologie de la poésie persane : XIe-XXe siècle, textes choisis par Z. Safâ, traduits par G. Lazard, R. Lescot et H. Massé. Paris : Gallimard, 1964.

Cet ouvrage, réédité en 1987, comporte une trentaine de quatrains de Khayyam traduits par Roger Lescot.

1965 – J.-P. Vibert

Omar Khayyam. Les Roubaïates, traduit du persan par J.-B. Nicolas, adaptation par J.-P. Vibert et Pierre Seghers.Paris: Seghers [Gerard & Co., Verviers], 1965.

Réédité en 1973, 1979 (SNED), 1980.

1969 – Victor Bernard

Les Rubaiyat d’Omar Khayyâm, retraduits d’après [la traduction anglaise d’] Edward Fitzgerald, par Victor Bernard ; avant propos d’Abel Doysié. – [Paris]: Le Cerf-volant, [1969].

Fitzgerald a encore frappé !…

1969 – Maurice Chapelan (1906-1992)

Cent quarante deux robaï d’Omar Khayyâm, [adaptation poétique de] Maurice Chapelan. Paris : B. Grasset, 1969.

Dans son article sur « Les » lectures de Khayyâm en France, Sarah Mirdâmâdi estime que cette traduction est une des plus belles. Cependant, selon la notice trouvée dans le SUDOC, elle résulte d’une  comparaisons de traductions en français et en anglais, dont celle de Edward Fitzgerald. Elle n’a pas été rééditée…

1970 – Auguste Testuz

Les quatrains d’Omar Khayyam. Genève, Avec une préface de Marc Chesneau. Genève, [s.n.], 1970.

124 quatrains. Ouvrage tiré à 300 exemplaires.

1971 – Taha ben Kempta

Omar Keyyam. Robayyat(extraits). [S.l.], Nouvelles Editions Polaires, 1971.

12 quatrains.

1977 – Roland Bauza

Omar Khayyam. Vingt quatrains. Les Baux-de-Provence, Atelier Louis Jou, 1977.

Tiré à 100 exemplaires. 20 quatrains.

1979 – Jacques Gaucheron

Omar Khayyâm. Robaïat. Avant lecure et transcription poétique […] Suivi d’un tombeau d’Omar. Paris, Les Editeurs français réunis, 1979.

Réédition en 2002 et en 2012 par Le Temps des cerises.

80 quatrains.

1983 – Vincent-Mansour Monteil (1913-2005)

Quatrains [d’] Omar Khayyam [et] Ballades [de] Hafez de Shiraz ; introduction et choix de poèmes traduits du persan par Vincent Monteil ; calligraphies de Blandine Furet. Paris : Sindbad, 1983.

Comporte 172 quatrains avec le texte persan en regard de la traduction. Trois rééditions : une chez Sindbad en 1998 ; deux chez Actes Sud en 1996 et 2004.

1987 – Pierre Seghers

Omar Kayyâm. Sa vie et ses quatrains Rubâ’iyât. Paris, Seghers, 1987.

161 quatrains.

1987 – Ibrahim Dossa

Omar Khayyam. [Paris], Slallow, [1985].

1988 – Fuad Rouhani

Le Vin de Nishapour: promenades photographiques dans les « Rubâiyât » du poète Omar Khayyâm; [photogr. de] Shahrokh Golestan; [calligr. de Nasrollah Afjei]; nouv. trad. de Fuad Rouhani. – Paris, Souffles, 1988.

72 quatrains.

1990 – Frank Lalou

Omar Khayyam. Ne blâme pas ceux qui s’enivrent. Bordeaux, Blake, 1990.

1992 – Hassan Rezvanian

Les quatrains du sage Omar Khayyâm de Nichâpour et de ses épigones, présentation, traduction et notes [par] Hassan Rezvanian. Paris : Imprimerie nationale, 1992.  (La Salamandre)

637 robâyât traduits. Deux rééditions : en 1993 à l’Imprimerie nationale et en 2008 chez Actes Sud., dans la collection Babel.

1993 – Sadegh Hedayat (1903-1951) / M.F. Farzaneh et Jean Malaplate

Les chants d’Omar Khayam, édition critique [par] Sadegh Hedayat ; traduit du persan par M.F. Farzaneh et Jean Malaplate. Paris : J. Corti, 1993.

Il s’agit de la traduction de l’édition des Tarânehâ yè Khayyam publiée par l’écrivain iranien Sadegh Hedayat (1903-1951) en 1934. En fait, seul Jean Malaplate a traduit les 143 quatrains, M.F. Farzaneh s’étant chargé du texte de Sadegh Hedayat qui s’inscrit dans la tradition du Khayyam sceptique ennemi des dévots.

1995 – Pierre Lesinge

Les Rubaiyats d’Omar Khayyam, [trad. par] Pierre Lesinge [d’après la trad. anglaise d’Edward Fitzgerald]. Paris, la Pensée universelle, 1995.

Encore Fitzgerald traduit…

1997 – Gilbert Lazard

Cent un quatrains, trad. du persan et présenté par Gilbert Lazard. Paris, la Différence, 1997.  Texte persan et trad. française en regard.

En 2002, Gallimard publie cette traduction sous le titre Cent un quatrains de libre pensée. Mais en fait, dès 1957, Gilbert Lazard publie la traduction de 22 quatrains de Khayyam dans une réédition de la traduction de Claude Anet et Mirza Muhammad.

2000 – Jean Rullier

Les quatrains : robaïyat, nouvelle version établie et présentée par Jean Rullier. Paris, le Cherche Midi éd., 2000.

182 quatrains.

2001 – Abolgassem Parviz

Omar Xayam. Quatrins. Paris, RAC, 2001.

Edition bilingue français-persan.

2005 – Hussein Sadeghi

Ruba’iyat, avant-propos, introduction, traduction et notes de H. Sadeghi ; illustrations de M. Farshchian, calligraphies de Gh.H. Amir-Khani ; message de Federico Mayor ; préface de Mohammad-Ali Eslami Nadoushan. Téhéran : Yassavoli, 2005. Réédition en 5 langues (persan, anglais, français, arabe et allemand) en 2011.

Ouvrage publié pour la première fois en 1999 avec le soutien de l’Unesco, pour la commémoration de la disparition d’Omar Khayyam. Poèmes en persan, avec traduction en français et en anglais sur la page opposée, et numérotation double en chiffres persans et arabe. la version anglaise est, bien sûr, d’Edward Fitzgerald avec une introduction de celui.

Et merci à Ghassem Abbassian qui m’a indiqué cette référence.

2005 – Omar Ali Shah (1922-2005) / Patrice Ricord

Les quatrains d’Omar Khayyam, préfacés et traduits du persan par Omar Ali Shah,traduit de l’anglais par Patrice Ricord. Paris : Albin Michel, 2005.

Et une dernière traduction de l’anglais, l’édition originale étant de 1964… Intéressante néanmoins pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui « propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153 ». L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts