Archives par mot-clé : Philosophie

Du Surhomme au Tour de la France par deux enfants

Je vous convie ici à suivre avec moi les chemins sinueux d’une recherche sur internet. Tout est parti d’un texte de Léon Trotsky. Il s’agit d’un article sur Nietszche, signé  » Antide Oto « , paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l’Orient) d’Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900 et repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l’ancien monde). Intitulé « A propos de la philosophie du surhomme » et accessible dans la section française de Marxists International Archive, c’est une véritable démolition de l’auteur d’Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme.

Continuer la lecture de Du Surhomme au Tour de la France par deux enfants

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

The Great ‘Umar Khayyam: A Global Reception of the Rubáiyát

Great-KhayyamEn faisant quelques recherches sur un de mes sujets de prédilections, les robâiyât d’Omar Khayyâm, j’ai découvert cet ouvrage collectif sur ce sujet :

Ali Asghar Seyed-Gohrab (éd.). The Great ‘Umar Khayyam: A Global Reception of the Rubáiyát. Amsterdam University Press, 1 août 2012. 267 pages. En ligne sur Google livres et sur Open Access.

Rassemblant dix-huit essais sur l’histoire de la réception de l’œuvre dans diverses traductions littéraires et des éditions, ce recueil explore comment la philosophie de Khayyâm du doute, du carpe diem et de l’hédonisme telle que la présente sa poésie, a inspiré des générations de poètes, de romanciers, de peintres , de musiciens, de calligraphes, de cinéastes, de libres penseurs. Ses quatrains sont ainsi utilisés dans l’Iran contemporain comme la littérature de résistance, symbolisant la voix laïque dans les débats culturels face aux fondamentalistes. Mais curieusement, ils sont aussi instrumentalisés par Poutine dans ses relations avec l’Iran.

Comme vous pourrez le remarquer en consultant la table des matières, l’aire culturelle francophone est remarquablement absente. Le seul article émanant d’un chercheur français est celui d’Anne Castaing (INALCO) et porte sur l’influence de Khayyâm en Inde. Sa réception et ses traductions en France, dès le milieu du XIXe siècle, sont négligées.

Par contre, nous pouvons remarquer que les Pays-Bas sont bien représentés : les contributions concernent la réception des robâiyât dans ce pays étant les plus nombreuses (5 sur 18) et la plupart des auteurs sont néerlandais ou enseignent dans une université néerlandaise. C’est ainsi que nous retrouvons Jos Coumans dont je vous ai présenté voici pas mal de temps la remarquable bibliographie. Il nous propose ici un article intitulé An ‘Umar Khayyam Database, où nous apprenons en passant qu’avec

63 éditions néerlandaises (y compris la reproduction), on peut dire que les Pays-Bas, un pays relativement petit , se classe parmi le top mondial dix dans la production de Rubáiyát.

Sans doute est-ce à cette affection particulière des Néerlandais pour cette œuvre que nous devons un des meilleurs sites sur le poète persan : Omar Khayyam Nederland.

Table des matières

Introduction

A.A. Seyed-Gohrab

Khayyam’s Universal Appeal: Man, Wine, and the Hereafter in the Quatrains

Khayyam in Persia

M. Aminrazavi

Reading the Ruba’iyyat as “Resistance Literature”

A.H. Morton

Some ‘Umarian Quatrains from the Lifetime of ‘Umar Khayyam

M. Bagheri

Between Tavern and Madrasa: ‘Umar Khayyam the Scientist

Khayyam in the Arab World and Turkey

M. Alsulami

The Arab ‘Umar Khayyam

Jan Just Witkam

Ahmad Rami’s Arabic translation of the Quatrains of ‘Umar Khayyam

S. Sötemann

Quatrains of ‘Umar Khayyam in Turkish and Turkish Quatrains

Khayyam in the Netherlands

J.T.P. de Bruijn

Other Persian Quatrains in Holland: the Roseraie du Savoir of Husayn-i Azad

M. Goud

Khayyam’s Impact on Modern Dutch Literature

J.D.F. van Halsema

Bitter Certainty: J.H. Leopold on ‘Umar Khayyam

J. Biegstraaten

How ‘Umar Khayyam Inspired Dutch Visual Artists

R. de Groot

The Legacy of ‘Umar Khayyam in Music of the Netherlands

The Russian and Georgian Reception of Khayyam

F. Abdullaeva, N. Chalisova, and Ch. Melville

The Russian perception of Khayyam: from text to image

T. Shurgaia

The Translation of ‘Umar Khayyam’s Poetry into Georgian – a Touchstone for Translators

Khayyam’s Reception in Victorian England

E. Zare-Behtash

The Reception of FitzGerald’s Rubaiyat of ‘Umar Khayyam by the Victorians

Khayyam in India

A. Castaing

Vernacularizing Rubaiyat: the Politics of Madhushala in the context of the Indian  Nationalism

A.  Rangarajan

Attempts at Locating the Rubaiyat in Indian Philosophical Thought

 International Khayyam Data-Base

J. Coumans

An ‘Umar Khayyam Database

Index

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Démontages en règle (1) Trotsky contre Nietzsche

Ecrit par le futur fondateur de la IVe Internationale alors qu’il n’avait que 21 ans, l’article suivant a d’abord paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l’Orient) d’Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900. Repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l’ancien monde), il est accessible dans la section française de Marxists International Archive où je l’ai récupéré lorsque j’ai constitué ma webographie sur le(s) marxisme(s). C’est une véritable démolition de l’auteur récemment décédé d’Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme. Continuer la lecture de Démontages en règle (1) Trotsky contre Nietzsche

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un ami de Rousseau… et de Voltaire : Paul-Claude Moultou

Dans une chronique de G. Lenôtre intitulé Le fils de Rousseau, j’ai pu lire dernièrement le passage suivant :

[…] Thiébaut de Berneaud, l’auteur d’un Voyage à l’île des Peupliers, indiquait, en 1826, une autre piste qui semblait assez sérieuse, car elle avait pour point de départ un souvenir personnel difficile à mettre en doute : « Ma mère, dit-il, était connue par son enthousiasme pour Rousseau. En 1790, un jeune homme nouvellement arrivé dans le département des Vosges, où elle était fixée, se présenta à elle comme étant le fils du philosophe. Il déclara qu’il portait sur une épaule et au talon un signe que son père y avait imprimé avant de le mettre aux Enfants-Trouvés et que le secret de sa naissance lui avait été révélé à Genève par M. Moultou, l’ami le plus fidèle de Jean-Jacques. Son intention était de se rendre à Paris et de se faire reconnaître par l’Assemblée nationale : il était, en effet, porteur de lettres de recommandation de M. Moultou dans lesquelles étaient attestés les faits qu’il avançait. […] »

Les spécialistes de l’œuvre de Rousseau connaissent de longue date Paul-Claude Moultou (Montpellier, 1731 – Coinsins, 1787), pasteur protestant qui réussit l’exploit d’être à la fois l’ami du philosophe genevois et du patriarche de Ferney(1). Comme je ne fait pas partie de cette illustre corporation, j’ai récolté quelques informations sur le sujet.

Je n’ai malheureusement pas pu consulter en ligne l’ouvrage de Francis De Crue de Stoutz, L’ami de Rousseau et des Necker paru 1926(2) et la notice du Dictionnaire historique de la Suisse. est bien succincte. Quant à l’introduction que son arrière-petit-fils donne à la publication de la correspondance de Jean-Jacques Rousseau(3), elle trace de son aïeul un portrait  marqué par la piété filiale. Il n’en est pas moins intéressant. En voici quelques extraits, le texte complet étant accessible sur Archive.org, Online books et  Wikisource :

M. Moultou était originaire de Montpellier. Son père, qui appartenait à la religion réformée, se trouvant enveloppé dans les nouvelles persécutions dont les protestants eurent à souffrir sous le règne de Louis XV, l’emmena de sa ville natale, et le conduisit à Genève, où il fut élevé. Il s’y voua au saint ministère, et devint bientôt un des meilleurs citoyens de sa patrie adoptive. La liaison de Rousseau avec Moultou remonte, comme on peut le voir dans les Confessions, à l’époque d’un voyage que le premier fit à Genève en 1755 ; c’est à ce moment aussi qu’ils commencèrent à s’écrire ; leur correspondance fut dès lors des plus suivies, et ne cessa que bien des années plus tard, lorsqu’une hypocondrie profonde fit négliger à Rousseau les personnes mêmes qui lui étaient le plus dévouées. Les lettres que celui- ci adressait à Moultou, et qui font partie de la Correspondance dans les éditions des œuvres de Jean-Jacques, prouvent assez, par leur nombre et par l’importance des matières qui y sont traitées, la haute estime et la confiance sans bornes que le philosophe avait pour le ministre genevois.

[…]

Lors des troubles que la condamnation de l’Emile suscita à Genève, Moultou fut un des plus ardents défenseurs de Rousseau. Secondé par le professeur Jala-bert et par le colonel Charles Pictet, il chercha à agir sur le Conseil par tous les moyens que lui suggéra son attachement pour Jean-Jacques, afin de prévenir l’arrêt injuste qui condamnait au bûcher le livre de son ami. Tous ses efforts furent inutiles, et cet arrêt, dont il ne prévoyait que trop les funestes conséquences, ne tarda pas à être prononcé.

[…]

Peu de semaines seulement avant la mort de Rousseau, Moultou devint possesseur des manuscrits que le philosophe lui avait dès longtemps destinés. Le plus important de tous ces manuscrits, alors inédits était celui des Confessions, le même qui servit pour la première édition qu’on fit de ce livre fameux, et qui, depuis ce moment, a toujours été soigneusement conservé par les descendants de M. Moultou.

[…]

J’ai déjà parlé plus haut des relations simultanées qu’eut Moultou avec Rousseau et avec Voltaire. Les deux noms célèbres que je viens de prononcer me justi-fieront si, dans l’esquisse que je fais de la vie de mon arrière-grand-père, je reviens avec quelques détails sur les rapports de ce dernier avec le patriarche de Ferney. Le rapprochement de ces deux hommes eut un but entièrement philanthropique : ce fut la défense des protestants du midi de la France, alors injustement et cruellement persécutés. Le triste état dans lequel ils se trouvaient depuis la révocation de l’édit de Nantes leur avait attiré une sympathie presque universelle, et avait fini par leur créer de nombreux et de puissants amis. Voltaire, entre autres, venait d’élever sa voix en leur faveur ; ce fait, et le désir de travailler à la délivrance de ses coréligionnaires, lièrent Moutltou avec le philosophe, qui ne tarda pas à être captivé par les qualités aimables et par la vivacité d’esprit du prédicateur protestant.

La correspondance encore inédite de Voltaire et de Moultou serait digne, à bien des égards, d’être publiée.

[…]

Rousseau connaissait les motifs qui rapprochaient son ami du philosophe de Ferney ; il sut les apprécier et jamais il ne témoigna aucun déplaisir de cette liai-son. Ce qui le prouve, c’est que, deux jours après lui avoir remis ses manuscrits, Rousseau demandait à Moultou, qui le quittait :

« Où allez-vous, mon cher, finir votre matinée ?

— Chez Voltaire, lui répondit Moultou.

— Que vous êtes heureux, lui répliqua Rousseau, vous allez passer d’agréables moments*! »

Je ne saurais mieux faire, pour terminer ce que j’avais à dire sur M. Monltou, que d’emprunter encore les quelques lignes suivantes à un écrit de son fils, que celui-ci destinait à la publicité, mais qui, par diffé-rentes raisons, n’a jamais vu le jour : « Mon père a beaucoup fait pour la gloire des autres et peu pour la sienne. Sa plus grande ambition a toujours été de faire triompher la vérité. Il fut un des plus ardents défenseurs de sa patrie adoptive ; il y fut estimé de ceux dont il combattait les opinions, et aimé de ceux dont il défendait les droits. Il captiva, par l’élévation de son âme et par la bonté de son cœur, l’amitié de Rousseau, et, par les charmes de son esprit, celle de Voltaire. L’un et l’autre avaient su lire dans le cœur de mon père, et ils y avaient trouvé cette philanthropie qui lie les hommes et qui attache pour jamais à celui qui la possède. J’ai la douce conviction que mon père, avec une modestie bien remarquable dans un siècle d’orgueil, a fait faire un premier pas aux principes de tolérance qui existent actuellement dans une grande partie de l’Europe, sa correspondance, que j’ai sous les yeux, avec Rousseau, Voltaire, Montesquieu, l’abbé Raynal, Malesherbes, la duchesse d’Enville, Necker, Slaahope, son parent de Montclar, Delisle, Victor de Bonsteten, Vilvielle, le prince Eugène, Louis de Wurtemberg, etc. , m’assure que, s’il est mort sur cette terre par le fait de sa modestie, il vil là où il voulait vivre.»

« Je devais faire connaître au public celui dont les vertus captivèrent si fortement l’amitié d’Abauzit, de Rousseau et de Voltaire. »

M. Moultou ne survécut que peu à ses illustres amis. Sa mort prématurée empêcha qu’il ne fît connaître au public les écrits de Rousseau, dont il était le dé- positaire, et, après lui, son fils aîné ne s’occupa que de la publication des Confessions. Presque immédiatement après cette époque éclata en France la tourmente révolulionnaire de 89 ; les contre-coups inévitables qu’en ressentit Genève amenèrent dans la plupart des familles de cette ville une perturbation assez violente pour changer momentanément le cours de leurs occupations et la nature de leurs intérêts : ces événements firent oublier les manuscrits de Jean-Jacques, qui demeurèrent ensevelis au fond d’un tiroir pendant un temps assez considérable. Plus tard, M. G. Moultou eut un instant le projet de les publier, ainsi que la correspondance de Voltaire avec son père ; il fit, dans ce but, une préface dont j’ai emprunté le passage relatif au travail de Rousseau sur la Corse, et que j’ai placé, comme on le verra, en tête de ce travail. Cette publication fut encore arrêtée par un motif que j’ignore, et ce n’est que dernièrement, en parcourant avec un vif intérêt le portefeuille où se trouvaient renfermés les ouvrages inconnus jusqu’à ce jour du philosophe genevois, que je formai le projet d’en faire part au public et de compléter ainsi le recueil de ses œuvres.

Ce texte riche d’informations n’est pas pour autant exempt de quelques erreurs. Ainsi Moultou a-t-il survécut quand même neuf ans à ses illustres amis et il a eu le temps de s’occuper avec Pierre-Alexandre DuPeyrou et René-Louis Girardin de l’édition posthumes des œuvres de Rousseau, la Collection complete des oeuvres de J.J. Rousseau, citoyen de Geneve (Archive.org), parue entre 1780 et 1789. Celle ne s’est pas faite sans difficulté selon Raymond Birn(4).

La bibliothèque de Genève est détentrice de nombeux papiers de Paul Moultou (correspondances, notes, sermon) ainsi que des papiers de Jean-Jacques Rousseau dont Georges Streckeisen-Moultou lui a fait don(5). Parmi ces derniers, des lettres échangées entre le pasteur et le philosophe.

____________________________________________________________

(1) Certaine de ses lettres concernant ses visites à Ferney  figure de l’édition Besterman de la correspondance de Voltaire.et sont accessibles en ligne sur le site de The Voltaire Society of America.

(2) Francis De Crue de Stoutz, L’ami de Rousseau et des Necker : Paul Moultou à Paris en 1778. H. Champion, 1926. Sur cet ouvrage, je vous renvoie aux deux articles suivants :

 S. Etienne. « De Crue (Francis). L’ami de Rousseau et des Necker : Paul Moultou à Paris en 1778 », Revue belge de philologie et d’histoire, 1931, vol.10 n° 3,  p. 640. Disponible sur Persée.

Ernest Seillière. « L’éditeur des « Confessions » de Rousseau », Le Figaro. Supplément littéraire du dimanche, nouvelle série, n° 419, samedi 16 avril 1927. Disponible sur Gallica.

(3) Georges Streckeisen-Moultou. J.-J. Rousseau, ses amis et ses ennemis : correspondance  avec une introduction de M. Jules Levallois ; et une appréciation critique de M. Sainte-Beuve,… Paris : Michel-Lévy frères, 1865. 2 vol. ; in-8. D’après la notice de la BNF, l' »appréciation critique » de Sainte-Beuve est, en fait, l’étude sur Mme de Verdelin parue dans le Constitutionnel des 27 février et 6 mars 1865, et recueillie au T. IX des Nouveaux lundis. Cette notice est également accessible sur le site Valmorency.

(4) Raymond Birn. Les « Oeuvres complètes » de Rousseau sous l’Ancien Régime, Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, 1997, n° 41, p.231-264. Très partiellement visible sur Google livres.  

(5) Aubert Fernand, Catalogue des manuscrits de Jean-Jacques Rousseau qui se trouvent à Genève, Genève, 1938.  

 

 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jean-Jacques Rousseau : petite webographie pour un tricentenaire

L’année 2012 n’est pas seulement l’année des élections présidentielles et législatives en France, évènements au total bien futiles auprès de l’anniversaire qu’il convient de commémorer : celui de la naissance, voici 300 ans, de l’auteur du Contrat social. Bref tour d’horizon en attendant des compléments futurs.

Le fameux philosophe et littérateur ayant pas mal parcouru l’actuelle région Rhône-Alpes du temps de sa jeunesse et plus tard, l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation a créé le le blog Rousseau 2012 sur lequel vous trouverez entre autres choses deux bibliographies, l’une de ses textes, l’autre des essais qui lui sont consacrés, toutes deux rédigées par Catherine Goffaux-H. (Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu) sous la conduite de Michael O’Dea (enseignant et chercheur, université Lumière-Lyon 2).

Si vous souhaitez une bibliographie plus développée des écrits relatifs à Jean-Jacques Rousseau, voyez la bibliographie mondiale de Rousseau disponible le site Rousseau studies créé dans le cadre du  programme autour de Rousseau initié par le  Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF). Ce même site propose une anthologie de textes sur Rousseau.

 Ses textes sont également accessibles, en nombre plus ou moins important, sur Athéna, Les Classiques des sciences sociales, Gallica, Wikisources….

Kobayashi Takuya, spécialiste la botanique de Rousseau, a réalisé le site Chronologie de Jean-Jacques Rousseau.

Pour aller plus loin, voir le choix de liens bien fourni proposé par le site de l’Espace Rousseau.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Y a-t-il une philosophie chinoise ?

La question posée en titre peut surprendre qui ne fréquente pas les terres de la philosophie et de la sinologie. Elle aurait également surpris les Jésuites qui au XVIIe siècle découvraient la tradition confucéenne et pouvaient écrire, à l’instar du Père Bouvet en 1697,

Il est vrai que depuis longtemps, hors la philosophie, dont on fait la principale étude de la Chine, cette Nation a extrêmement négligé toutes les autres sciences.

Pour les philosophes, de Leibniz à Voltaire, il va de soi que la Chine posséde une solide tradition philosophique et qu’il importe de s’y intéresser. Puis vient Hegel et, avec lui, l’exclusion de la Chine hors du champ philosophique. Depuis, la plupart des philosophes placent la tradition chinoise du côté des sagesses pratiques. L’opinion des sinologues en la matière est tout autre, et sur la frontière entre ces deux domaines, les hésitations et circonlocutions  diplomatiques se multiplient pour qualifier ce commun objet d’étude.

Voici, très grossièrement résumé, l’objet du fascicule 27 de la revue Extrême-Orient Extrême-Occident paru en 2005, intitulé Y a-t-il une philosophie chinoise ? Un état de la question. Je suis en train de le lire sous sa forme papier (c’est quand même moins pénible pour un lunetteux à verres progressifs…), mais il est également disponible sur  Persée,

En consultant Electre, je note que peu d’ouvrages contiennent dans leur titre l’expression « philosophie chinoise ». Il s’agit soit de traductions (le terme « philosophie » en français correspond-il réellement à celui qui lui répond en chinois ?), soit de publications s’intéressant à la « philosophie chinoise moderne », donc passée par l’influence directe ou indirecte de la philosophie occidentale :

Feng, Youlan, Précis d’histoire de la philosophie chinoise, Mail, 1985.

Mou Zongsan, Spécificités de la philosophie chinoise, Cerf, 2003.

La philosophie chinoise moderne, Revue internationale de philosophie, n° 232, 2005/2. Ce fascicule est consultable sur Cairn.

Le terme « pensée chinoise » est souvent préféré à celui de « philosophie ».

Philosophies d’ailleurs. 1, Les pensées indiennes, les pensées chinoises, les pensées tibétaines, Hermann 2009.

Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Seuil, 2002. Voir des extraits de l’introduction de cet ouvrage sur le site de l’exposition Chine organisée par la BNF. Voir aussi la page de l’auteur sur le site du Collège de France.

Marcel Granet, La pensée chinoise, 1934. Plusieurs rééditions. Un classique de la sinologie. Cet ouvrage est consultable parmi les Classiques des sciences sociales.

Francois Jullien,

La philosophie inquiétée par la pensée chinoise, Seuil, 2009.

La pensée chinoise dans le miroir de la philosophie, Seuil, 2007.

Voir aussi sur la question la conférence du 24 janvier 2005 faite par Romain Graziani, Du point de vue de la pensée chinoise que vous trouverez parmi Les lundis de la philosophie organisés par Francis Wolff sur le site de l’ENS.

Enfin, Philosophie magazine, dans son n° 20 de juin 2008, propose un dossier sur « La pensée made in China » dont voici la présentation :

La Chine attire, fait peur. D’un côté, nous avons tendance à envisager la tradition chinoise comme une réserve de sagesse millénaire, nous rêvons de trouver, du côté du confucianisme ou du taoïsme, des alternatives à la vision du monde cartésienne et dualiste qui prédomine en Occident. De l’autre, nous nous inquiétons de voir ce pays accéder au rang de puissance mondiale, de sa croissance économique, de son gigantisme, de la répression au Tibet, de son mépris des droits de l’homme. Dans les deux cas, nous ne la percevons qu’à travers des stéréotypes. Loin d’être un empire hermétique, la Chine est en perpétuelle évolution, capable de métamorphoses stupéfiantes, en dialogue depuis plus de deux siècles avec les catégories occidentales. Dans ce dossier, nous entendons faire justice à cette Chine complexe et protéiforme : Jean-Philippe de Tonnac s’interroge sur la portée symbolique et politique de la présence des jeux Olympiques, héritage de la culture grecque, à Pékin ; Michaël Lackner et Ivan Kamenarovic pointent quelques « intraduisibles » ; Jean-Luc Domenach, spécialiste des relations internationales, et Joël Thoraval, anthropologue, livrent leurs regards sur la Chine actuelle ; la philosophe Régine Pietra rappelle les fondamentaux du bouddhisme, du taoïsme et du confucianisme ; les sinologues Vincent Goossaert et Sébastien Billioud en déclinent les formes contemporaines ; enfin la philosophe Anne Cheng revient sur l’invention de la « pensée chinoise ».

Mise à jour du 30 octobre 2012

Marie-Julie Maître. Réception et représentation de la philosophie chinoise en France du seizième au vint-et-unième siècle, thèse de doctorat d’Études des systèmes sous la direction de Bruno Pinchard et Gregory Lee présentée et soutenue publiquement le 7 juillet 2010. Université Jean Moulin Lyon 3. Disponible en ligne en format html et en format pdf.

Mise à jour du 19 novembre 2012

En 1994, la revue Philosophie avait consacré son n°44 à la philosophie chinoise avec les articles suivants :

Jean-François Billeter, « Arrêt, vision et langage : Essai d’interprétation du Ts’i wou-louen de Tchouang-Tseu »

Anne Cheng, « Li ou la leçon des choses »

François Jullien, « Le détour de la parole, ou Confucius face à Socrate »

Ernst Victor Zenker, Histoire de la philosophie chinoise. Payot, 1936 (1ère édition allemande : 1926). Disponible parmi Les classiques des sciences sociales.

Mise à jour du 11 avril 2013

Y a-t-il une philosophie chinoise ? Chine en question, 20 juin 2011

La philosophie chinoise moderne, Revue internationale de philosophie n°232, 2005.

Dossier documentaire & Bibliographie, rubrique « Pensée chinoise », Monde en Question.

Mise à jour du 14 février 2017

4 conférences en ligne sur le site de l’Université ouverte des humanités (UOH) :

Présentation générale des 4 conférences

Évolution du confucianisme coréen

Histoire du confucianisme : vue panoramique

La pensée de Xun zi

Lao zi, Daode jing : le livre de la voie et de la vertu

La pensée chinoise contemporaine : entre modernité et invention d’une tradition, conférence d’Anne Cheng dans le cadre de l’Université de tous les savoirs (UTLS).

Ces 5 conférences sont accessibles à partir de Canal-U.

Ne pas oublier les leçons sur l’histoire intellectuelle de la Chine données par Anne Cheng au Collège de France.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Arthur Schopenhauer (1) Une bibliographie sélective de la BNF

J’ai lu dernièrement l’excellent roman du psychanaliste américain Irvin D. Yalom, La méthode Schopenhauer, ce qui a renforcé mon intérêt pour ce grand « pessimiste ».

Or voici qu’en explorant le site de la BNF pour tout autre chose, je tombe sur une bibliographie établie dans le cadre d’une exposition qui lui est consacrée jusqu’au 2 mai. Si vous avez vous aussi quelque intérêt pour ce philosophe…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La voie du Tao

Pour la première fois en Europe une grande manifestation est consacrée au Taoïsme : La voie du Tao, un autre chemin de l’être (31 mars – 5 juillet 2010). Plus d’informations sur le site de la Réunion des Musées Nationaux (RNM). Voir notamment la présentation numérique de l’exposition.

Evidemment, cela m’a incité à rechercher quelques ouvrages concernant le taoïsme. Vous trouverez ci-dessous un choix de sites et de références que je compléterai ultérieurement. Continuer la lecture de La voie du Tao

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts