Archives par mot-clé : Plagiat

La parabole des trois anneaux

En lisant l’introduction que Raoul Vaneigem donne à son édition des Trois imposteurs, je me suis souvenu d’une pièce de Gottlob Ephraim Lessing, Nathan le Sage et surtout de sa scène 7 de l’acte III avec la fameuse parabole des trois anneaux. Continuer la lecture de La parabole des trois anneaux

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Voltaire injustement accusé de plagiat (pour une fois…)

Dans un précédent billet sur le plagiat, je vous avais indiqué entre autres choses les plagiats commis par Voltaire selon Fréron et signalés par Charles Nodier dans ses Questions de littérature légale: du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres.

Ainsi, l’auteur de Candide jouissait-il d’une solide réputation de plagiaire qui n’était du reste pas usurpée. Il n’était donc pas bien difficile de “charger la charrette” en lui attribuant des plagiats qu’il n’avait pas commis. Cette mésaventure lui advint à la Cour de Prusse, comme vous pouvez le lire dans l’extrait ci-dessous d’un ouvrage paru à Londres en 1827 sous la plume d’un professeur de langue (ce qui vous explique que les liaisons soient indiquées et certains e élidés pour indiquer la prononciation) :

Plagiaire-Voltaire
Le narrateur français; or, A selection of anecdotes, repartees & characters, in the French tongue, ouvrage d’Antoine Roy, paru à Londres en 1827

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Plagiaires et plagiés (3) Blaise Pascal

Ce que Pascal doit à Montaigne(1) est bien connu des spécialistes et mêmes des lycéens invités à se pencher sur les citations de l’un ou de l’autre dans le cadre de dissertation de français ou de philosophie. Ainsi le fameux « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà » de l’auteur des Pensées peut-il être rapprocher d’une phrase similaire extraites des Essais : « Quelle vérité que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au-delà ».

Charles Nodier s’est livré à ce jeu des rapprochements dans ses Questions de littérature légale: du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres. En 1922, près d’un siècle plus tard, Georges Maurevert s’y essaie aussi dans Le livre des plagiats qui comporte notamment un chapitre intitulé « Montaigne et Pascal ou comment on pille jusqu’aux dieux » (p. 42-48). Cela nous vaut un intéressant développement sur une autre formule bien connue définissant aussi bien Dieu que l’univers infini : « C’est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. »(2)

    Pascal connaît tellement son Montaigne qu’ il en copie même… Mlle de Gournay !… Il existe dans les Pensées une comparaison devant laquelle depuis deux cents ans s’extasie la critique. Pascal, parlant de ce monde visible qui n’est qu’ « un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature », ajoute, sans aucune référence :

    « C’est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. » — (Edit. Brunschwig, Section II, 72.)

    Dans sa Préface, publiée pour la première fois en 1595, Mlle de Gournay avait tout honnêtement écrit :

    « Où toutes choses sont plus immenses et plus incroyables, là sont Dieu et ses faicts plus certainement : Trismégiste à costé de ce propos, appelant la déité : cercle dont le centre est partout, et la circonférence nulle part. »

    Plus que certainement, Mlle de Gournay — ou Montaigne — avait découvert cette comparaison dans Rabelais, qui s’en sert deux fois dans son Pantagruel, aux chapitres treizième et quarantehuitième.(3)

    Voici la première citation :

    « De là (notre âme) reçoit participation insigne de sa prime et divine origine; et, en contemplation de ceste infinie et intellectuelle sphère, le centre de laquelle est en chascun lieu de l’univers, la circonférence point (c’est Dieu, selon la doctrine de Hermès Trismegistus). »

 Et Maurevert d’ajouter:

     On peut penser avec d’autres sagaces commentateurs de Rabelais, MM. Rathery et Burgaud des Marets, que Rabelais aurait pris cette image dans les oeuvres de Jean Gerson, l’auteur présumé de l’lmitation de Jésus-Christ, qui l’aurait trouvée lui-même dans une méditation de saint Bonaventure, lequel l’aurait cueillie tout bonnement dans le Spéculum naturale de son contemporain Vincent de Beauvais!…

    Quoi qu’il en soit, cette définition était loin d’être inconnue au Moyen Age, puisqu’on en rencontre l’application jusque dans le Roman de la Rose.

    Enfin, on la rencontrerait dans Timée de Locres, philosophe néo-platonicien du IVe siècle avant Jésus-Christ, qui la tenait lui-même d’Empédocle […]

Quelle est la différence entre plagiat et tradition ?

__________

Ajouts des 17, 26 et 28 septembre 2013 :

Sur l’histoire intellectuelle de la sphère infinie

la page qui lui est consacrée sur le site Pensées de Pascal

ce qui concerne le mystique rhénan Maître Eckhart sur le site Museum Hermeticum

sur Alain de Lille et la sphère intelligible :

Alain de Lille. Règles de théologie. Sermon sur la sphère intelligible / Françoise Hudry, introd. trad. Paris, Cerf, 1995

Anca Vasiliu. L’économie de l’image dans la sphère intelligible (sur un sermon d’Alain de Lille), Cahiers de civilisation médiévale, (1998) vol.  41 n° 163,  p. 257-279

ma chronique sur le Livre des XXIV philosophes

______________________________

(1)  C’est là le sous-titre d’un article de Bernard Séve paru en 1980 dans le n° 55  de Littérature intitulé Pascal a-t-il écrit les Pensées ?. Rappelons que dans son De l’Esprit géométrique et de l’art de persuader Pascal dit son admiration pour « l’incomparable auteur de l’Art de conférer ». Cependant ses sentiments à son égard sont partagés comme il l’expose dans ses Pensées : « Ce que Montaigne a de bon ne peut être acquis que difficilement. Ce qu’il a de mauvais, j’entends hors les mœurs, peut être corrigé en un moment, si on l’eût averti qu’il faisait trop d’histoires, et qu’il parlait trop de soi.» Par ailleurs, il lui reproche aussi son pyrrhonisme (comprenez son scepticisme) notamment dans l’Entretien de M. Pascal et de M. de Sacy, sur la lecture d’Epictète et de Montaigne. Pour aller plus loin, voir aussi les deux références suivantes : 

Bernard Croquette. Pascal et Montaigne, étude des réminiscences des «Essais» dans l’œuvre de Pascal.  Genève : Droz, 1974.  Thèse univ. Paris IV. Lettres. 1973. Soutenue sous le titre: Répertoire analytique des reminiscences de Montaigne dans l’œuvre de Pascal. Contient un choix de textes de Montaigne et de Pascal.

Laurent Thirouin. « Pascal et « l’art de conférer » » , Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1988, vol. 40 n° 1, p. 199-218.

(2)  Voir aussi cette note de Léon Brunschwig, dans son édition des Pensées :

Havet a fait l’histoire de cette célèbre comparaison, il l’a retrouvée dans des recueils du moyen âge où elle est attribuée à Empédocle, et quelquefois aussi à Hermès Trismégiste. En tout cas Pascal avait lu la Préface de Mlle de Gournay aux Essais de Montaigne : « Trismégiste, y est-il dit, appelle la Déité cercle dont le centre est partout, la circonférence nulle part. » Cf. Giordano Bruno : « L’univers n’est que centre, ou plutôt son centre est partout. Sa circonférence n’est nulle part. » De la Causa, Principio et Uno (4 e dialogue) apud Bartholmess, Jordano Bruno, t. II, p. i45. — Dans l’ouvrage de M. Couturat sur l’Infini mathématique, 1896 (p. 299), se trouve un rapprochement fort intéressant entre la formule de Pascal et les notions infinitistes de la géométrie projective : « Le centre du plan est partout, car l’origine est un point quelconque pris à volonté dans le fini du plan ; la circonférence du plan n’est nulle part, car si on l’imagine dans le fini, on suppose le plan limité, ce qui est contraire à son idée ; et si on la conçoit rejetée à l’infini, ce n’est plus une cir conférence ; c’est une droite ou un point. » 

(3)   Références fautives : en fait Tiers livre, chapitre 13 et Cinquième livre, chapitre 47 cf.message de Claude Courouve et ma réponse.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Plagiaires et plagiés (2) Alphonse de Lamartine

Le Lac de Lamartine était sans conteste le poème préféré de ma grand-mère qui nous le récitait souvent . Elle eût été surprise d’apprendre qu’il doit le premier hémistiche de son vers plus célèbre à un obscur poète clermontois du XVIIIe siècle, Antoine-Léonard Thomas. Voici la dernière strophe de l’Ode au temps publiée par ce dernier en 1762(1) :

Ô Temps, suspends ton vol, respecte ma jeunesse ;
Que ma mère, longtemps témoin de ma tendresse,
Reçoive mes tributs de respect et d’amour ;
Et vous, Gloire, Vertu, déesses immortelles,
Que vos brillantes ailes
Sur mes cheveux blanchis se reposent un jour.

C’est aussi du XVIIIe siècle que date un vers promis à un grand avenir sous une forme à peine transforméeé par ce même Lamartine : « Un seul être me manque et tout est dépeuplé » de Nicolas Germain Léonard devient, dans L’isolement, « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé »(2)

Comme l’écrit Michel Mourlet

la poésie romantique […] a véritablement commencé  chez les poètes élégiaques du XVIIIe siècle, méprisés et méconnus, qui ont fourni en matériaux Lamartine et ses successeurs pour plusieurs décennies.

____________________________________________

(1)  Vous pouvez lire le texte en entier de ce poème sur le site Poésie française.

(2) Je voudrais ici corriger quelques inexactitudes et approximations traînant ici et là. A en croire Pascal Viyer, Lamartine aurait emprunté ce vers à Antoine-Léonard Thomas. En fait, voici ce que nous pouvons lire en exergue du roman épistolaire de Nicolas Germain Léonard, La Nouvelle Clémentine, Ou Lettres De Henriette De Berville, paru en 1774 et disponible sur Poésies.net :

« Un seul être me manque et tout est dépeuplé. »
Nicolas Germain Léonard.

Le vers serait donc bien de Nicolas Germain Léonard. A-t-il était écrit spécialement pour  La Nouvelle Clémentine ou figurait-il dans un ouvrage antérieur ? Thierry Maugenest écrit dans Les rillettes de Proust :

En 1770, dans un recueil intitulé simplement Poésies, un certain Nicolas Germain Léonard (1744-1793) signait le vers suivant : 

Un seul être me manque et tout est dépeuplé 

Une recherche dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France permet de constater qu’il existe bien un recueil de Nicolas Germain Léonard intitulé Poésies  pastorales paru en 1771 (et non 1770) chez Lejay à Genève et disponible sur Gallica. Serait-ce le livre recherché ? Reste à trouver le poème…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Plagiaires et plagiés (1) Molière

 Le sujet de cette chronique étant bien connu, je me contenterai d’un bref survol, en laissant de côté l’affaire Molière / Corneille, qui ne relève pas à proprement parler du plagiat, mais se plutôt de la supposition d’auteur. Sur les diverses « sourcess » utilisées par Molière pour chacune de ses pièces, je ne saurais trop vous conseiller les sites Molière 21 et Tout Molière.

Des nombreux emprunts faits par Jean-Baptiste Poquelin à d’autres auteurs, le plus connu est sans doute la scène VII de l’acte II des Fourberies de Scapin dont l’effet comique reposant sur la répétition d’une expression devenue depuis commune (Que diable-allait-il faire dans cette galère ?) est très fortement inspiré d’une scène du Pédant joué de Cyrano de Bergerac(1).Edmond Rostand s’en est d’ailleurs souvenu dans sa célèbre pièce, ‘acte V, scène VI :

Ragueneau
Ah ! Monsieur ! …

Cyrano
                             Ragueneau, ne pleure pas si fort ! …
qu’est-ce que tu deviens, maintenant, mon confrère ?

Ragueneau
Je suis moucheur de… de… chandelles, chez Molière.

Cyrano
Molière !

Ragueneau
                 Mais je veux le quitter, dès demain ;
oui, je suis indigné ! … hier, on jouait Scapin,
et j’ai vu qu’il vous a pris une scène !

Le Bret
                                                            Entière !

Ragueneau
Oui, monsieur, le fameux :  » que diable allait-il faire ? … « 

Le Bret
Molière te l’a pris !

Cyrano
                                chut ! Chut ! Il a bien fait ! …
la scène, n’est-ce pas, produit beaucoup d’effet ?

Ragueneau
ah ! Monsieur, on riait ! On riait !

Cyrano
                                                     Oui, ma vie
ce fut d’être celui qui souffle, -et qu’on oublie !
(à Roxane.)
Vous souvient-il du soir où Christian vous parla
sous le balcon ? Eh bien ! Toute ma vie est là :
pendant que je restais en bas, dans l’ombre noire,
d’autres montaient cueillir le baiser de la gloire !
C’est justice, et j’approuve au seuil de mon tombeau :
Molière a du génie et Christian était beau !

Deux anecdotes tirées de l’ouvrage d’Alfred Mortier, Dramaturgie de Paris, chap. IX « Plagiat et imitation », p. 333 et suiv., Ed. Radot, 1917, disponible dans Gallica..

Oui, c’est un art fort difficile que d’imiter, et les Précieuses ridicules nous fournissent un exemple bien curieux à cet égard : Molière en avait emprunté l’intrigue — peu de gens le savent — à une pièce du sieur Samuel Chappuzeau, le Cercle des femmes, représentée trois ans auparavant. On y voyait une jeune prétentieuse ne s’occupant que de livres el de sciences. Un des savants qui fréquentent chez elle lui fait une déclaration qui est mal reçue. Piqué de ce refus, le savant fait habiller superbement Germain, un de ses disciples. Celui-ci est fort bien accueilli par la dame. Mais des archers viennent saisir Germain au collet et l’emmènent en prison pour dettes. Et la dame demeure toute honteuse d’avoir été la dupe d’un pareil maroufle.

Il est aisé de voir de combien Molière a enrichi la matière.

Mais le plus singulier de l’affaire est que Chappuzeau, frappé du succès et de la supériorité de la pièce de Molière, en refit une autre d’après son imitateur, et  la donna deux ans plus tard sous le titre de l‘Académie des femmes(2).

Rien, ce me semble, ne démontre plus fortement la maîtrise et l’originalité de Molière imitateur, que cet hommage de l’imité.

Une autre attestation du génie qu’il faut pour imiter en maître, je la trouve dans ce chef-d’oeuvre qui a nom l’Ecole des femmes. Molière en a recueilli tous les éléments dans la quatrième Nuit de Straparole et dans une nouvelle de Scarron, la Précaution inutile(3). Cependant, un an avant lui, un acteur, nommé Dorimon avait puisé aux mêmes sources sa comédie de l’ Ecole des cocus.

Il est piquant de comparer les deux pièces. On y aperçoit ce qu’un auteur médiocre et un grand homme peuvent tirer de ressources identiques(4). Et je ne connais pas d’argument qui prouve mieux ce que j’avançais sur l’imitation.

________________________________________

(1) Vous pouvez lire le texte de ces deux scènes sur Molière 21 ou sur Cyrano(s) de Bergerac. Voici ce qu’écrit Charles Nodier dans ses Question de littérature légale :

C’est en effet un délit dont on se fait si peu de conscience, que Virgile se flattoit d’avoir tiré des paillettes précieuses du fumier d’Ennius ‘, et que Molière, en parlant de deux scènes très ingénieuses des Fourberies de Scapin qui avoient fait rire tout Paris dans le Pédant joué de Cyrano, s’excusoit de ce larcin, en disant qu’il est permis de reprendre son bien où on le trouve’

Il ajoute dans une note de bas de page :

 Cyrano lui-même, qui passe à bon droit pour un écrivain fort original, a visiblement emprunté son Pédant joué au Candelaïo de Giordano Bruno Nolano; et Molière lui avoit déjà l’obligation de ce plaisant personnage qu’il a mis en scène avec plus de goût dans le Dépit amoureux et dans le Mariage forcé. Au reste , il pourroit bien l’avoir pris à la même source, car il a tiré littéralement du Candelaïo la scène burlesque de la leçon de M. Bobinet dans la Comtesse d’£’scarbagnas.

(2) Voir l’article consacré à Chappuzeau dans Wikipédia. Voir aussi Tout Molière.

Le Cercle des femmes, entretiens comiques tirés des Dialogues Erasme, Lyon, 1656, disponible Gallica

L’Académie des Femmes, Paris, 1661, disponible Gallica

(3) Voir la notice consacrée à cette pièce par Tout Molière où il est précisé que La précaution inutile est traduite d’un conte espagnol de Doña Maria de Zayas. Selon la même source,

il semble que le poète ait eu connaissance d’une pièce de Hurtado de Mendoza, El Marido hace mujer (environ 1728) — pièce déjà utlisée pour L’École des maris.

(4) Si médiocre que soit Dorimond,  Molière n’en à pas moins utilisé son Festin de pierre pour écrire son Don Juan (cf. Molière 21).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Du plagiat

Un site de référence

L’actualité accorde une place de plus en plus importance aux affaires de plagiat. Auteurs et ouvrages sont mis en cause dans la presse et les recours aux tribunaux pour dénoncer des contrefaçons se banalisent. La question du plagiat littéraire se pose d’autant plus que les possibilités techniques de reproduction de textes sont désormais à la portée de tous (photocopie, numérisation…).

Mais surtout, la notion de plagiat est au coeur du processus de création littéraire : où est la limite entre l’emprunt servile et l’imitation créatrice, entre le plagiat et l’oeuvre originale ?

Le texte ci dessus est extrait du site Le plagiat créé par Hélène Maurel-Indart, professeur à la faculté des Lettres de l’Université François-Rabelais à Tours et auteur de plusieurs ouvrages sur ce thème :

Du Plagiat, Presses Universitaires de France, collection « Perspectives Critiques », 1999, 234 p. Nouvelle édition actualisée et très augmentés de quatre chapitres et d’analyses complémentaires en 2011 dans la collection Folio Essais, Gallimard.

Le Plagiat littéraire, Actes du colloque international de Tours (1-2 février 2001), textes réunis dans Littérature et Nation, n°27, Presses Universitaires François-Rabelais, Tours, 2002.

Plagiats, les Coulisses de l’écriture, Editions de la Différence, 2007 : le thème du plagiat actualisé et élargi aux faux, aux suites, aux écritures collectives, aux nouvelles données juridiques de l’Internet et du monde de l’édition. Présenté le 10 décembre 2005 dans le cadre de l’HDR.

Petite enquête sur le plagiaire sans scrupule, Paris, Éditions Léo Scheer, coll. « Documents », 2013.

Voir aussi son article Les règles du savoir-plagier.

Ressource essentielle sur la question notamment, son site comporte notamment des bibliographies des articles et ouvrages critiques sur le plagiat et des œuvres de fictions ayant ce thème.

Ouvrages et citations

Ce qui précède me donne matière à recherche sur internet pour les ouvrages tombés dans le domaine public disponibles sur internet :

  • Anatole France. « Apologie pour le plagiat », in La Vie littéraire, quatrième série, Calmann-Lévy, 1924, p. 157-167, disponible dans GallicaThe Project Gutenberg, Munseys
  • Rémy de Gourmont, Promenades littéraires, troisième série, chap. 4,  « Propos variés », « La propriété littéraire »,  Mercure de France, 1919, disponible dans Gallica.
  • Marmontel, Éléments de littérature, art. « plagiat », 1787, disponible dans Google livres.
  • Georges Maurevert. Le livre des plagiats. A. Fayard, 1922, disponible sur Archive.org.
  •  Alfred Mortier, Dramaturgie de Paris, chap. IX « Plagiat et imitation », p. 333 et suiv., Ed. Radot, 1917, disponible dans Gallica..
  • Charles Nodier, Questions de littérature légale: du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres,. 2e éd., Crapelet, 1828, disponible dans Archive.org, Google livres

Voir notamment les notes détaillées où sont présentés plusieurs cas de plagiats. Par exemple :

Note A  : Montaigne plagié par Corneille

Note I : plagiats commis par Voltaire selon Fréron

Note K : Montaigne plagié par Pascal

Voir aussi sa bibliographie, même si celle-ci s’adresse plutôt à des latinistes…

Rééditions récentes chez Droz,en 2003, dans une édition établie, présentée et annotée par par Jean-François Jeandillou (cf. compte-rendus de Daniel Sangsue, Romantisme, 2003, vol. 33, n°  122, p. 149-150, disponible dans Persée et Marc Escola, disponible dans Fabula) et chez Payot en 2011 avec une préface de Maxime Rovere.

  • Joseph-Marie Quérard, Les supercheries littéraires dévoilées, galerie des écrivains français de toute l’Europe qui se sont déguisés sous des anagrammes, des astéronymes, des cryptonymes, des initialismes, des noms littéraires, des pseudonymes facécieux ou bizarres. Paris, 1847-1853. 5 vol. Une 2e édition par Gustave Brunet en 1866 avec de nouvelles notice. Réédition de 1964 chez Maisonneuve & Larose accessible sur Gallica.
  • Jean de Soudier de Richesource (pseudonyme de Jean Oudart), Le Masque des orateurs, Paris, 1667, disponible sur Gallica, Europeana.

Richesource est l’nventeur du plagianisme, « technique d’amplification visant à permettre aux auteurs peu imaginatif de reprendre les textes existants en dissimulant leur source » (cf. Le dictionnaire du littéraire, art. « Plagiat », PUF, 2002). Pour en savoir plus, voir l’article de C. G. Roscioni, « L’Abbé de Richesource e il « Plagianisme » », Micromégas. Rivista di Studi e Confronti Italiani e Francesi Roma, 1978, vol. 5, no1, pp. 25-36. Voici ce que j’ai trouvé sur cet auteur dans une note d’une édition des œuvres de Boileau :

Richesource.  ] JEAN de Soudier, Ecuyer, Sieur de Richesource , étoit un misérable Déclamateur, façon de Pédant, qui prenoit la qualité de Modérateur de l’Académie des Orateurs, parce qu’il faisoit des Leçons publiques d’Eloquence, dans une Chambre qu’il occupoit à la Place Dauphine. Il avait composé quelques Ouvrages parmi lesquels il y en a un de Critique  intitulé Camouflet des Auteurs ; & chaque Critique est une Camouflade. Bross.

Voyez Sat. III. 176 DE ST MARC

  • Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. « Plagiat », 1764. disponible su Gallica, Wikisource.
  • Ne pas oublier, que, comme nous le rappelle joliment Jean Giraudoux (Siegfried, acte I, scène 6),

Le plagiat est la base de toutes les littératures, excepté de la première, qui d’ailleurs est inconnue.

Plagiaires et plagiés

Une liste (bien évidemment non exhaustive) de plagiaires et de plagiés des siècles passés complètera prochainement cette chronique. Pour une liste des plagiaires plus récents, voir celle du site Du plagiat.

Alphonse de Lamartine

Molière

Blaise Pascal

Divers aspects du plagiats

Sur le plagiat et la supposition d’auteur, voir aussi sur Fabula, le cours d’Antoine Compagnon Qu’est-ce qu’un auteur ?, avec sa dixième leçon : La disparition élocutoire du poète.

Sur le plagiat par anticipation cher à l’Oulipo, je ne saurais trop vous recommander la lecture du Voyage d’hiver de Georges Perec et de l’ouvrage de Pierre Bayard, Le Plagiat par anticipation, Ed. de Minuit, 2009. Voir aussi l’atelelier de création littéraiure de Fabula..

Cependant, si le plagiat est une des formes des impostures et mystifications littéraires et un des dimensions de l‘intertextualité, c‘est aussi un mal qui touche la science, l’enseignement et la recherche.

Il existe des formations et des sites pour l’éviter et des outils pour le repérer, mais ceci est une autre histoire…

(Dernière mise à jour : 21 octobre 2012)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts