Archives par mot-clé : Polémiques

La polémique autour de L’homme révolté d’Albert Camus

La parution de L’homme révolté d’Albert Camus suscita une de ces polémiques, dont les intellectuels français sont si friants, avec comme principaux protagonistes, outre l’auteur :

les surréalistes autour d’André Breton qui mènent une vigoureuse critique dans plusieurs fascicules de la revue Arts  à partir d’octobre 1951 et un numéro spécial de La rue intitulé Révolte sur mesure,

les existentialistes Francis Jeanson et Jean-Paul Sartre qui écrivent des articles peu amènes  dans les numéros de mai et d’août 1952 des Temps modernes,

Georges Bataille qui prend la défense de Camus contre les surréalistes dans « Le temps de la révolte » paru dans les n° 55 et 56 de la revue Critique en décembre 1951 et janvier 1952, puis en décembre 1952, avec un nouvel article, « L’affaire de L’homme révolté », cette fois contre Sartre, dans le n° 67 de la même revue (ces deux articles sont

Voir aussi :

d’autres documents sur l’affaire Camus sur le site dédié à André Breton

un article riche en annexes documentaires dans

Voir aussi l’article suivant : Marina Galletti. « Notes sur Bataille, Camus et le surréalisme« . Les Temps Modernes, 2005/1, n° 629, p. 35-42.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Archives nationales / Maison de l’Histoire de France

Dossier de presse (mise à jour du 22 octobre 2010)

Avril 2008 : « La Maison de l’histoire de France » rapport d’Hervé Lemoine

D’autres rapports ont suivis. Voci ce qu’il en est dit le 18 octobre 2010 sur le blog des livres de La Recherche :

On a parlé beaucoup, et pour cause, d’histoire aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois ce week-end, et de la fameuse « Maison de l’histoire de France » devant s’installer au plus vite dans le quadrilatère parisien des Archives nationales. Le moins qu’on puisse dire est que les rapports de référence – ceux particulièrement d’avril 2008 (par Hervé Lemoine, devenu en janvier 2010 directeur du Service interministériel des Archives de France), et d’avril 2010 (par Jean-François Hébert, chargé de la préfiguration du projet présidentiel) – ne brillent ni par leur érudition ni leur réflexion. Pas d’état des lieux du gros dossier histoire & musées en France, pas de tentative d’élucidation de l’énigme : pourquoi une absence de musée central de l’histoire de France dans un pays si marqué par l’histoire, par le travail historien, et par le centralisme monarchique et républicain. Il existe pourtant une tradition du rapport administratif de référence, tel celui de Guy Braibant sur Les Archives en France en 1996 (édité par La Documentation Française). Le projet, en ce sens, de « Maison de l’histoire de France », est très mal parti, sans parler des attendus idéologiques.

23 septembre 2009 : Nouvel Obs – « La Maison de l’histoire de France franchit un pas »

24 mai 2010 : Le Parisien – « Maison de l’histoire de France : l’Ile Seguin joue la modernité »

12 septembre 2010 : TF1 – « La Maison de l’histoire de France trouve sa place à Paris »

14 septembre 2010 :  Ministère de la Culture – « La Maison de l’histoire de France s’installera aux Archives Nationales »

16 septembre 2010 : Libération – « Les Archives occupées par le personnel »

22 septembre 2010 : HNS Info – « Non à la Maison de l’Histoire de France aux Archives Nationales ! 4ème nuit d’occupation de l’Hôtel de Soubise »

8 octobre 2010 : Archivistes – « La « maison de l’histoire de France » aux Archives nationales ? L’Association des archivistes français prend position »

15 octobre 2010 : Mediapart – Antoine Perrault « Du rififi mémoriel aux Archives nationales contre le musée Sarkozy »

16 octobre 2010 : Bakchich info – Lucie Delaporte « Les historiens disent non au musée Sarkozy »

A suivre…

Voir aussi

un profil Facebook Maison de l’Histoire de France, pas aux Archives

un dossier de Fabula

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts