Archives par mot-clé : Religion

Théosophie en ligne : petite webographie sur la Société théosophique

Il n’y pas de religion supérieure à la vérité.

Devise de la Société de Théosophie.

A l’occasion de mon panorama bibliographique sur les Yoga Sutras voici un peu plus de deux ans, j’avais pu constater le rôle joué par la Société théosophique dans leur diffusion en Occident. Cela m’a amené à effectuer une recherche sur la théosophie et les textes théosophiques disponibles en ligne. En voici le résultat provisoire, sachant que je me concentre ici sur la Société de théosophie, ce que René Guénon qui en fut l’adversaire désigna par le terme « théosophisme » pour éviter toute confusion entre la théosophie antique. Continuer la lecture de Théosophie en ligne : petite webographie sur la Société théosophique

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La parabole des trois anneaux

En lisant l’introduction que Raoul Vaneigem donne à son édition des Trois imposteurs, je me suis souvenu d’une pièce de Gottlob Ephaim Lessing, Nathan le Sage et surtout de sa scène 7 de l’acte III avec la fameuse parabole des trois anneaux. Continuer la lecture de La parabole des trois anneaux

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Images de la Bible

Dernièrement, quelqu’un m’a envoyé un message concernant ma chronique sur la parabole des aveugles.

Il s’agissait de Serge Ceruti, agrégé d’histoire et professeur honoraire de l’académie de Créteil. Il est aussi webmaster d’Images de la Bible, site qui me semble bien intéressant à explorer. Vous en trouverez une présentation sur Narthex. Serge Ceruti est aussi l’auteur d’articles sur l’art religieux sur le site de la revue Prier.

Voir aussi sur le même sujet le blog Art biblique.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Encore un mot sur l’araignée salvatrice

A ceux qui ont été intéressés par les trois choniques que j’ai consacré en 2011 et en 2013 à l’araignée salvatrice, je voudrais signaler cet extrait d’un un article d’Ahmed Ben Naoum, intitulé « Fonction prophétique et fonction politique », paru en 2000 dans le n° 11  d’Insaniyat / إنسانيات : Continuer la lecture de Encore un mot sur l’araignée salvatrice

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Encore quelques mots sur le fanatisme religieux et ses expressions politiques

Non, la combinaison du mysticisme religieux et des assassinats politiques ne sont pas une spécificité islamique. Voltaire nous le rappelle dans son Dictionnaire philosophique quand il écrit notamment que  Continuer la lecture de Encore quelques mots sur le fanatisme religieux et ses expressions politiques

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Caricatures anticatholiques des débuts de la Réforme

Sauritt-des-Papst
Sauritt des Papst : gravure sur bois de Lucas Cranach l’Ancien représentant le pape chevauchant une truie avec un excrément dans sa main gauche qu’il bénit de sa main droite

Dans le n° 10 (2000) de Sociétés & Représentations consacré à la caricature, vous pouvez lire un assez long article de Philippe Kaenel intitulé « L’apprentissage de la déformation : les procédés de la caricature à la Renaissance ».

Du coup, j’ai eu envie d’aller voir les  gravures anticatholiques : Continuer la lecture de Caricatures anticatholiques des débuts de la Réforme

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les caricatures antireligieuses de Kupka dans L’Assiette au beurre du 7 mai 1904

Dans le supplément Culture & idées du Monde daté du samedi 17 janvier 2015 figure un intéressant article de Philippe Dagen sur l’histoire la caricature et du dessin satirique. Cela m’a donné l’occasion de découvrir le numéro de L’Assiette au beurre du 7 mai 1904 consacré aux religions et entièrement dessiné par Kupka. En voici trois exemples concernant les grands monothéismes. Continuer la lecture de Les caricatures antireligieuses de Kupka dans L’Assiette au beurre du 7 mai 1904

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Collection d’anciens évangiles ou monuments du premier siècle du christianisme extraits de Fabricius, Grabius et autres savants par l’abbé B**

 En faisant une recherche sur les apocryphes, je suis tombé sur la Collection d’anciens évangiles ou monuments du premier siècle du christianisme extraits de Fabricius, Grabius et autres savants par l’abbé B** réalisée sous la direction de Voltaire. Sa première édition date de 1769. Soi-disant londonienne, elle a paru aux Pays-Bas(1). Premier recueil savant de textes apocryphes en langue française, et un des tout premiers recueils en langue vernaculaire, elle ne sera supplanté qu’en 1848 par l’ouvrage de G. Brunet(2)(3). 

Volaire et son entourage s’inspirent des travaux de deux luthériens allemands : le philologue Johann Albert Fabricius, le premier à avoir constitué un recueil d’apocryphes du Nouveau Testamenten publiant en 1703 un  Codex Apocryphus Noui Testamenti Collectus(4), et le théologien Johann Ernst Grabe (Grabius). 

_________________________________________________________

(1)  Elle est disponible sur Google livres. J’ai également repéré sur Gallica et Wikisource l’édition figurant dans le tome 27 des  Œuvres complètes de Voltaire par Louis Morland (Garnier, 1879). 

(2) Cf. Rémy Gounelle, « Voltaire, traducteur et commentateur de ΓEvangile de Nicodème », Revue des Études Augustiniennes, t.43 (1997), p. 173-200

(3) Les Évangiles apocryphes traduits et annotés d’après l’édition de J. C. Thilo, Paris, Franck, 1848. Disponible sur Archive.org et Google livres.

(4) Pour en savoir plus, voir l’article de. Bible-service.net.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La mouche et l’araignée

Vous rappelez-vous de mes deux chroniques sur l’araignée salvatrice ? A l’époque, je m’interrogeais pour savoir laquelle des deux versions, juive et musulmane, était antérieure à l’autre, tout en constatant la diffusion de ce thème dans le monde chrétien. J’en concluais à des origines communes issue d’un vieux fonds méditerranéen.

Or voici que les remarques d’un lecteur (Petit Renard) ont attiré mon attention sur l’existence de ce thème en Afrique. Voici ce qu’il m’a écrit :

En Afrique nous avons un récit semblable, “Nanga poursuivit par les musulmans,se réfugia dans une grotte et une araignée tissa une toile à l’entrée de la grotte, sauvant ainsi la vie de Nanga”

Comme je lui demande où, précisément sur le continent africain, il me répond :

Ce récit, vous le retrouvez au Cameroun, mais ce sont en réalité toutes les mêmes croyances dans l’Afrique ancienne en générale elles ont toute pour origine les pays de Cush (Nubie, Egypte ancienne etc…)

Et effectivement, quand je fais une recherche sur ce thème, je tombe sur ce conte érythréen :

« Maman, je déteste les araignées et les mouches » dit le prince.
La reine répondit avec sagesse « Il y a une raison pour tout ce que le Bon Dieu a fait. »
Bien qu’il sache que sa mère était une sage femme, il doutait de ses paroles pour le moment. Apres tout, quelle raison d’être pouvait avoir chacune de ces créatures ennuyeuses ? Il continua avec sa journée sans y plus penser.
Un mois passa et quelque chose de très horrible arriva. Il y avait une rébellion dans le royaume et la famille du roi fut tuée. Le seul à survivre fut le jeune prince. Il savait que ses ennemis n’étaient pas loin de lui et qu’ils ne le laisseraient jamais s’échapper. Laisser le prince en vie signifiait qu’il pourrait toujours un jour monter une armée pour reprendre le trône du roi et régner sur le pays.
Il décida d’aller vivre chez un oncle qui vivait loin d’ici. Il ne voyageait que de nuit et par la campagne afin de ne pas être vu. Mais il se rendit vite compte qu’ils n’étaient pas loin derrière. Si seulement il pouvait tenir un jour de plus de voyage, il pourrait arriver à la sûreté de la maison de son oncle.
Le dernier jour, il arriva à un espace ouvert avec un petit bassin d’eau où il pût se reposer et boire. Ces longs jours de voyage l’avaient rendu très fatigué. Très bientôt il s’endormit confortablement contre un arbre.
Quelques heures passèrent et une mouche se posa sur son visage. Il la fit partir, mais elle revenait sans arrêt. Finalement, dérangé par la mouche, il ouvrit les yeux et vit ses ennemis qui approchaient dans la distance. Il dormait si bien qu’il ne les avait pas entendu venir.
Il se leva d’un bond et fit son chemin à travers les collines aussi vite qu’il le pouvait. Il y avait beaucoup de cavernes dans ces collines, il en choisit une et y entra. Il alla au plus profond de la caverne et se cacha du mieux qu’il pût. Le temps passa et il entendit ses ennemis parler en dehors de la grotte.
L’un dit à l’autre d’une voix forte et coléreuse : «Ce n’est pas la peine d’explorer celle-ci, ne vois-tu pas qu’il y a une toile d’araignée ? Il n’aurait pas pu entrer sans endommager la toile et tu peux voir qu’elle est intacte ! Partons et allons vérifier la caverne suivante. » Sur ce, ils partirent vérifier les autres cavernes.
Ce qu’il se passa est qu’alors qu’il entrait dans la caverne, une énorme araignée était venue pour tisser sa toile à l’entrée de la caverne. Du fait qu’elle était si grosse, cela lui pris peu de temps pour avoir une grande toile qui couvrait la plupart des petites ouvertures.
Alors que le prince arrivait sain et sauf le lendemain matin à la maison de son oncle, il se rappela les paroles sages de sa mère. Il pleura en se souvenant ce qu’elle lui disait chaque fois qu’il se plaignait quand il était petit au sujet des mouches et des araignées qu’il détestait :
« Mon cher fils, il y a une raison pour chaque créature que le bon dieu créa… même les mouches et les araignées. »

Plusieurs remarques :

  1. Remplacez le prince par David, la mère par Dieu, les ennemis par les soldats de Saul, et vous avez la version juive de l’histoire. Curieux, non ?
  2. Ce conte serait érythréen, ce qui nous rapproche du pays de Kousch évoqué par Petit Renard. Mais cela nous rapproche aussi de la péninsule arabique…
  3. Se pose la question de la date de l’apparition de ce conte. Est-il « immémorial » ou faut-il l’associer à la pénétration musulmane dans ce continent au cours du Moyen-Age et des Temps Modernes ? Et comment le savoir, s’il relève de la tradition orale, comme nous l’avons vu précédemment à propos du conte des trois langues ?

Bref, une fois de plus, pas de réponse définitive, mais j’ai plutôt l’impression que le mystère s’épaissit…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les curiosités théologiques et religieuses de Gustave Brunet

La fréquentation des bibliographes du XIXe siècle est pleine de surprises agréables. Prenez par exemple la liste des ouvrages de Pierre Gustave Brunet. Nous l’avons déjà rencontré plusieurs fois, pour des ouvrages sur les apocryphes, les fous littéraires, les supercheries littéraires… Histoire, littérature et bibliophilie ont occupé sa longue carrière qui  va de La Papesse Jeanne. Étude historique et littéraire (1832)  aux suppléments apportés à deux références incontournable pour le bibliophile et l’historien du livre : le Manuel du libraire et de l’amateur de livres (t.7 et 8, 1878-1880) de son homonyme, Jacques Charles Brunet, et les Supercheries littéraires dévoilées et au Dictionnaire des ouvrages anonymes de J. M. Quérard et A. E. Barbier (1889). Sur plus de cinquante ans, nombreux sont les livres publiés seul ou en collaboration, sous son nom ou sous le  pseudonyme de Philomneste Junior.

Il semble avoir eu quelque intérêt pour la religion puisque, outre sa Papesse Jeanne et ses deux publications sur les apocryphes, il a également participé à un ouvrage intitulé Les livres sacrés de toutes les religions sauf la Bible publié par l’abbé Migne (1865-1866 , Gallica). Avant cela il avait publié des Curiosités théologiques, par un bibliophile (1861, Archive.org et Google). Ce dernier ouvrage a fait l’objet d’une réédition en 2010 chez Kessinger Publishing. Il se divisent en trois parties : la première concerne le judaïsme et le christianisme ; la deuxième les opinions étrangères au christianisme ; la troisième divers ouvrages singuliers relatifs à la religion dont une table est dressée à la fin de l’ouvrage.  En voici quelques extraits.

La taille d’Adam était d’abord si gigantesque que sa tête touchait le ciel. Les anges , étonnés, murmurèrent et dirent qu’il y avait deux êtres souverains, l’un au ciel, l’autre sur la terre. Alors le Seigneur mit la main sur la tête d’Adam qui se trouva réduit à une stature de mille coudées. Adam avait d’ailleurs été créé double et hermaphrodite.

[…]

Les Orientaux et les rabbins ont avancé bien des contes au sujet du serpent; on a prétendu qu’avant son crime il avait quatre pieds, qu’il était ailé et d’une beauté admirable. Les artistes lui ont souvent donné une tête humaine lorsqu’ils l’ont représenté dans le paradis terrestre; c’est ainsi que l’a dépeint au Vatican le pinceau de Raphaël. Pierre Comestor affirme qu’il marchait debout comme l’homme; Bède dit qu’il avait le visage d’une jeune fille (virgineum habens vultum). Il se montra à Adam sous la forme d’un paon et à Eve sous celle du serpent, à ce que prétendent des écrivains musulmans qui ajoutent qu’expulsé du paradis, il fut relégué à Confish , ville de l’Euphrate; d’autres_ disent qu’il eut pour lieu d’exil le désert de la Haute-Egypte, et un voyageur qui n’est pas toujours digne de foi, Paul Lucas, prétend l’y avoir rencontré.

[…]

L’histoire d’Abraham a de même été surchargée de détails apocryphes. Le roi de Babylone, Nemrod,voulut le faire brûler vif; le bûcher dans lequel le patriarche fut jeté occupait une place immense. Pendant plusieurs années, la population de Babylone et des contrées voisines avait été occupée à apporter du bois; lorsqn’on y eut mis le feu, il devint impossible d’en approcher de plusieurs lieues à la ronde. Ce fut le diable, instigateur principal de cette scène, qui, se montrant tout à coup déguisé, offrit de fabriquer une machine avec laquelle on lancerait de loin Abraham. La machine ayant été construite, on jeta le patriarche au milieu du braser; mais de si grands préparatifs ne tournèrent qu’à la confusion du démon et de ceux qu’il faisait agir. Non seulement le feu perdit de sa vertu, mais Dieu suscita une source d’eau fraîche, qui donna à Abraham des forces nouvelles; on ajoute même que le brasier se convertit en un jardin de roses. Voir Kessaï, Histoire des Patriarches, manuscrit arabe de la Bibliothèque impériale, et le Koran, chap. XX, V. 68.

[…]

Quelques docteurs musulmans ajoutent que divers animaux auront le privilége d’être admis dans le paradis; ce sont le bélier d’Abraham, le mouton d’Ismaël, la vache de Moïse, le poisson de Jonas, la fourmi et la huppe (1) qui figurent dans l’histoire fabuleuse de Salomon, et le chien des Sept-Dormants (2).

(1) La huppe joue un grand rôle dans les récits dont les Orientaux ont surchargé l’histoire de Salomon ; le monarque hébreu avait choisi cet oiseau pour son compagnon inséparable, parce que son regard traverse la terre comme si elle était un morceau de cristal. La huppe pouvait aussi, toutes les fois que le roi était en voyage, indiquer les sources qui fourniraient l’eau nécessaire a la boisson et aux ablutions prescrites par la loi. La reine des fourmis eut de son côté avec Salomon des conférences sur des questions de religion et de morale. Voir G. Weil, Biblischc legenden der Muselmänner, 1815, et le Dictionnaire des livres apocryphes, t. lI, col. 851, faisant partie de l’Encyclopédie théologique publiée par Pabbé Migne.

(2) On donne habituellement le nom des Sept Dormants a sept chrétiens du troisième siècle lesquels furent mis à mort pour la foi chrétienne. Cet événement arriva a Ephèse, et l’Église en célèbre encore la fète le 27 juillet. Plus dc deux siècles après, vers l’an 479 de notre ère, leurs corps ayant été trouvés dans une caverne où ils avaientété enfermés, on les en retira, et on les exposa a la vénération des fidèles. La légende, en parlant de leur mort, avait dit, suivant la locution ordinaire, qu’ils s’étaient endormis dans le Seigneur. Le vulgaire prit occasion de là pour dire que ces martyrs n’étaient pas morts, qu‘ils s’étaient cachés dans la caverne, et qu’ils se réveillèrent enfin après deux siècles, au grand étonnement des spectateurs. On montre encore à Ephèse le lieu où ce prétendu miracle eut lieu. Un chien avait accompagné les martyrs dans leur retraite; il partagea la célébrité de ses maîtres, et on supposa qu’il était resté pendant tout ce temps sans boire ni manger, pour garder leurs personnes. Ce récit est regardé comme parfaitement authentique parmi les musulmans tout comme parmi les chrétiens orientaux. En Perse, on célèbre tous les ans la fête des Sept-Dormants, et pour récompenser le chien de son zèle on lui a confié le soin de veiller sur les lettres et les correspondances, et on écrit son nom : Kitmir, sur les dépêches. llahomet a parlé des Sept-Dormants, qu’il appelle les gens de la caverne, ce qui a fait donner a la sourate XVlll du Coran le titre de sourate de la Caverne. Leurs noms, considérés comme des talismans, sont gravés sur des pierres grecques et arabes; trois d’entre elles sont reproduites dans l’ouvrage de M. Charton : Voyageurs anciens et modernes, t. II, p, 76. Voir la Légende dorée, les Acta sanctorum, t. Vl de juillet,p. 375; la Dissertatio de sanctis Septem Dormientibus, Romæ, 1741, etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts