Archives par mot-clé : Résistances

Le point de vue de Gérard Filoche sur la loi El Khomri et quelques considérations personnelles sur la mobilisation actuelle et les attentistes

En cette période de mobilisation contre la loi El Khomri, je ne pense pas inutile de vous signaler ce qu’en dit Gérard Filoche  sur son blog Continuer la lecture de Le point de vue de Gérard Filoche sur la loi El Khomri et quelques considérations personnelles sur la mobilisation actuelle et les attentistes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De Guy Fawkes aux Anonymous

Guy Fawkes et le complot des poudres

L’histoire en bref

Guy Fawkes (1570-1606), également connu sous le nom de Guido Falxius ou sous le pseudonyme de John Johnson, est un catholique anglais et le responsable le plus connu de la Conspiration des poudres (Gunpowder Plot) dont les participants voulaient faire sauter le parlement et le roi pour protester contre la politique intolérante en matière de religion. L’échec de la conspiration, le 5 novembre 1605 est commémoré chaque année au Royaume-Uni lors de la Guy Fawkes Night, où traditionnement une effigie du « méchant conspirateur » est brûlé sur un bûcher.

Ouvrages sur le procès

 Francis Hargrave. A Complete Collection Of State-Trials And Proceedings For High-Treason And Other Crimes and Misdemeanours : Commencing With The Eleventh Year of the Reign of King Richard II. And Ending With The Sixteenth Year of the Reign of King George III. : With Two Alphabetical Tables To The Whole, Volume I. Bathurst, 1776. Disponible sur Google livres.

Cobbett’s complete collection of state trials and proceedings for high treason: and other crimes and misdemeanor from the earliest period to the present time. Vol. II comprinsing from the first year of the reign of King James, the First, A.D. 1603, to the third yaer of  reign of King Charles the First, A. D. 1627 .  R. Bagshaw, 1809. Disponible sur Google livres.

Un roman du XIXe siècle

William Harrison Ainsworth. Guy Fawkes: or, The gunpowder treason : an historical romance. Lea and Blanchard, 1841. Disponible sur Google livres et Gutenberg.


Gravure contemporaine représentant huit des treize conspirateurs, par Crispijn van de Passe

Postérité contemporaine de Guy Fawkes

Le tournant V pour Vendetta

 V pour Vendetta (V for Vendetta), série de bande dessinée réalisée de 1982 à 1990 par Alan Moore et David Lloyd et adaptée au cinéma  par James McTeigue et les Wachowski en 2006 a renouvelée l’image de Guy Falkes, auquel le héros se réfère dans sa résistance contre l’ordre fasciste régnant dans une Angleterre dystopique.

Le masque de Guy Fawkes et les Anonymous

Le masque à l’effigie du conspirateur du XVIIe siècle devient ainsi un signe de ralliement pour les opposants à l’ordre établi, dans le film  de James McTeigue et les Wachowski en 2006 d’abord, puis dans la réalité avec les Anonymous, groupe d’haktivistes actifs sur internet qui se réfèrent à leur précurseur dans leur lutte pour la liberté d’expression et contre les sysyème dr cybersurveillance sur Internet.

Voir à ce propos le documentaire Internet, la guerre est déclarée de Lionel de Coninck qui avait déjà fait l’objet d’une diffusion sur France 3 en 2012 et qui passé hier sur la LCP.

Voir aussi la minute du geek sur ce sujet.

Sites des Anonymous : Anonnews Francophone ; Anonymous Central ; Why we protest.

Quelques vidéos des Anonymous postés sur Youtube notamment par AnonymousDeFrance, AnonymousFrancophone et iLegionNET.

Samedi 12 février, fin d’après-midi.

Je suis allé traîner en librairie et j’y ai feuilleté un livre d’Ariel Kyrou, La révolution du net : ces anonymes qui changent le monde, paru aux éditions Inculte en 2012. Il y est beaucoup question des Anonymous et ce dès la couverture, mais comme j’ai pas mal de lecture en retard, j’ai remis son acquisition à une date ultérieure, à moins que je ne l’emprunte en bibliothèque. Mais il fallait bien que je vous le signale.

Ajout du 27 mars 2013 : Patrick Carré en fait une présentation plus développée sur le site NonFiction.

Ajout du 12 février 2015 : Ariel Kyrou, « L’imaginaire des Anonymous, des luddites à V pour Vendetta », Multitudes 3/ 2012 (n° 50), p. 165-173.  Voir aussi ma chronique sur le luddisme.

 Vendredi 8 mars 2013

Je suis tombé par hasard sur un autre ouvrage sur les Anonymous publié en novembre 2011 aux éditions Fyp par Frédéric Bardeau et Nicolas Danet, Anonymous – Pirates ou altermondialistes numériques ? Peuvent-ils changer le monde ? Là encore, je ne l’ai lu, mais il fera partie de mes prochaines lectures.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Luddisme et résistance à la technique

Trouvant son origine dans le nom du mythique ouvrier anglais, John ou Ned Ludd (parfois appelé « King Ludd » ou « General Ludd »), qui aurait détruit deux métiers à tisser en 1780, le terme luddisme a d’abord désigné un mouvement ouvrier en Angleterre dans les années 1811-1816, avant d’être utilisé plus généralement pour stigmatiser ceux qui s’opposent aux nouvelles technologies. Cependant, plus qu’une simple néophobie, le luddisme peut aussi être interprété non comme un refus des techniques, mais une résistance à certains aspects asservissants du machinisme aux mains du patronat.

Présentation générale

Une bibliographie commentée : « Luddisme. Machine arrière ! » (BM de Lyon)

Deux articles :

Frédérique Roussel, « Rage against the machines », Ecrans, 21 juillet 2007

Louise Demory, « Une révolte anti-moderne : le luddisme », Novopress|Québec, 28 août 2008

Le premier luddisme et ses suites

Kevin Binfield

« Luddites et luddisme », Tumultes 2/2006 (n° 27), p. 159-171. Accessible sur Cairn.

Writings of the Luddites, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004.

Sur ce livre :

Francois Jarrige, « Kevin Binfield (ed.), Writings of the Luddites, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 2004, 279 p. ISBN : 0-8018-7612-5. 49,95 dollars », Revue d’histoire du XIXe siècle, 31 | 2005. Accessible sur Revues.org.

Vincent Bourdeau et al.

« Le passé d’une désillusion : les luddites et la critique de la machine », Actuel Marx 1/2006 (n° 39), p. 145-165. Article accessible sur Cairn.

Les luddites : bris de machines, économie politique et histoire, Ere, 2006. Collab. : François Jarrige et Julien Vincent. Aperçu sur Google livres.

Sur ce livre :

La présentation sur le site de l’éditeur

Philippe Minard, « Le retour de Ned Ludd. Le luddisme et ses interprétations », Revue d’histoire moderne et contemporaine 1/2007 (no 54-1), p. 242-257. S’intéresse aussi à l’ouvrage de Kevin Binfield. Accessible sur Cairn.

Iorwerth Prothero traduit par Judith Lyon-Caen, « Vincent Bourdeau, Francois Jarrige et Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, Éditions Ère, 2006, 160 p. ISBN 2-915453-11-X, 15 euros. », Revue d’histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, p.198-200. Accessible sur Revues.org.

Nicolas Chevassus-au-Louis, Les briseurs de machines: de Ned Ludd à José Bové, Seuil, 2006.

François Jarrige

« Une « armée de justiciers » ? Justice et répression du luddisme en Angleterre (1811-1816) », Table ronde organisée par le SNES – Blois, 15 octobre 2010

« Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines et la genèse de la société industrielle (France, Angleterre, Belgique, 1780-1860) « , Revue d’histoire du XIXe siècle, Thèses et HDR soutenues, 2009. Accessible  sur Revues.org.

Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Presses universitaires de Rennes, 2009

Face au monstre mécanique : une histoire des résistances à la technique, Ed. IMHO, 2009.

Sur ces 2 ouvrages :

« Du misonéisme au luddisme », Le blog de l’histoire, 10 novembre 2009.

Philippe Minard, «  »À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 01/06/2010. Accessibles sur Revues des livres.

Eric Hobsbawm, « The Machine-Breakers », Past & Present, n° 1, février 1952, p. 57-70, trad. fr. « Les briseurs de machines », in Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 53-4 bis, supplément 2006, p. 13-28. Accessible sur Cairn

Kirkpatrick Sale, La révolte luddite : briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation, traduit de l’américain par , et préf. Celia Izoard, L’Echappée, 2006.

Malcolm Thomis

The Luddites : Machine-Breaking in Regency England, Newton Abbott, David & Charles / Archon Books, 1970.

Luddism in Nottinghamshire, Londres, Phillimore, 1972.

Dans les années 1970, cet auteur a pris le contrepied du mythe luddite, affirmant que « le nombre et la gravité des incidents violents ont été exagérés, et ne voyant dans le luddisme qu’un phénomène purement « industriel » dénué de dimension politique et plus encore de portée révolutionnaire » (cf. Philippe Minard).

Edward P. Thompson, La Formation de la Classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard, 1988 (1963)

Sur l’ouvrage et l’auteur :

Clément Homs, « L’historien du luddisme, Edward P. Thompson, et l’ »économie morale de la foule » », Critique de la valeur, 23 mai 2007 et Décroissance.info, août 2006

Bruno Astarias, « Le luddisme », Echanges, n° 113, été 2005, p. 43. Notes à partir du livre de E. P. Thompson,  La Formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard, 1988, traduit de The Making of the English Working Class. Article accessible sur Mondialisme.org

Le néo-luddisme

Jacques Wajnsztejn, « Néo-luddisme et résistances ouvrières », Temps critiques, février 2001

Un site néo-luddite français : Pièces et Main d’Oeuvre

Deux visions du néo-luddisme : John Zerzan et Theodore Kaczynski (Unabomber)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts