Archives par mot-clé : Romans

Sur le roman 1984 de George Orwell, quelques références datant… de 1984

Au fil des rayons de ma bibliothèque universitaire, je suis tombé sur cet article du juriste et politiste Georges Lavau (1918-1990) : « 1984 (Nineteen Eighty-Four) de George Orwell », Revue française de science politique, vol.59 n° 4 (2009), p. 805-810. Ce texte est la retranscription fidèle des notes manuscrites de la conférence prononcée par Georges Lavau le 26 janvier 1984 en ouverture du 2e Congrès national de l’Association française de science politique à Grenoble. Il est consultable sur Cairn.

La bibliographie de l’article renvoie entre autre à des articles de Jacques Darras, Gil Delannoi, Georges Lavau (on pourrait ajouter Jean-Yves Guérin et George Orwell lui-même) parus dans la revue Esprit en janvier 1984 dont le sommaire est accessible en ligne.

Oui, je sais, tout cela date un peu, mais le roman d’Orwell ne garde-t-il pas une certaine actualité à l’heure où fleurit la novlangue et l’euphémisation…

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les situations dramatiques

Cet après-midi chez un bouquiniste, j’ai rapidement feuilleté un ouvrage d’Étienne Souriau, Les deux cent mille situations dramatiques (Flammarion, 1950, réédition 1970) dont le titre n’est pas sans me rappeler les Dix mille milliards de poèmes de Raymond Queneau. C’est qu’il y est bien question de combinatoire, l’auteur distinguant six fonctions essentielles à partir desquelles sont déterminées toutes les situations dramatiques possibles, qui seraient au nombre de 210 141(1).

Ses idées ont d’ailleurs eu quelques prolongements dans les travaux de l’Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs (ALAMO), fortement lié à l’Oulipo. Si j’en crois un article de Josiane Jonquel-Patris, ALAMO : une expérience de douze ans, trouvé sur le site de l’oulipien Paul Braffort, dans le cadre de ce groupe de travail, Simone Balazard et Nicole Modiano ont inventé un système de génération de textes dramatiques baptisé SCENARIO,fondé sur le principe imaginé par Etienne Souriau et prolongé par Léon Bopp(2).

Cependant, rappelons à ceux qui ne le sauraient pas (tout comme moi jusqu’à cet après-midi…) qu’en 1895, les situations dramatiques avaient été fixées au nombre de 36 par Georges Polti(3), lequel s’appuyait sur les travaux de Carlo Gozzi et de Johann Wolfgang von Goethe.

_________________

(1) Cf. Jean-Pierre Goldenstein, Lire le roman, De Boeck Supérieur, 2005, p. 64-65.

(2) Cf. Léon Bopp, Philosophie de l’art, Gallimard, 1954.

(3) Cf. Georges Polti, Les 36 situations dramatiques, 3e ed. mise au courant et augmentée de trois index bibliographiques des oeuvres et des auteurs cités dans cet ouvrage, Éditions d’aujourd’hui, 1980. Voir sur le sujet :

(Dernière mis-à-jour : 23 mai 2016)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lettres de Capri par Alexandre Dumas

Une chronique de Bertrand Galimard Flavigny intitulée « Alexandre Dumas depuis Capri » (Petites affiches n° 98, 16 mai 2012) a attiré mon attention sur l’ouvrage suivant, paru en mars dernier :

Alexandre Dumas. Lettres de Capri : un inédit de Dumas, présentation et édition de Claude Schopp. Paris : La bibliothèque, 2012. Collection : L’écrivain voyageur

Voici ce qu’il en est dit sur le site de l’éditeur (j’ai ajouté quelques notes si vous souhaitez aller plus loin) :

En 1835, le jeune Alexandre Dumas(1) découvre Naples sous un faux nom. L’année suivante, il rédige six lettres qu’il ne signe pas. Récit d’un voyage picaresque contrarié par les sbires papaux ou napolitains. Portraits lestes, comiques, au vitriol des Bourbons de Naples dont l’ancêtre, Ferdinand 1er, a, croit-il, empoisonné son père, le général Dumas(2).

Le sous-titre des Lettres de Capri pourrait être : « Comment régler ses comptes avec les bourreaux de son père quand on a du talent ».

Claude Schopp(3) par ce livre inédit rend à Alexandre Dumas ce qui lui appartient.

___________________________

(1) Sur Alexandre Dumas, outre l’article  très développé de Wikipedia, voir le site de la Société des Amis d’Alexande Dumas.

(2) Il s’agit de Thomas Alexandre Dumas (1762-1806), premier général mulâtre de l’armée française, qui, après de réels succès militaires lors des campagnes d’Italie et d’Egypte, est fait prisonnier par les Bourbon de Naples. De sa rude captivité, il sort estropié de la jambe droite, sourd de l’oreille droite, son œil droit presque perdu et atteint d’un ulcère à l’estomac qui lui sera fatal. Revenu de en France en 1802, à l’époque du Consulat, il est victime de l’épuration raciale de l’armée lors de l’insurrection de Saint-Domingue (arrêté de Berthier du 29 mai 1802). Destitué par Bonaparte qui lui refuse toute pension, il meurt dans la misère et tombe dans l’oubli.

Pour en savoir plus sur cet étonnant personnage :

L’article très détaillé de Wikipedia

Alexandre Dumas. Mes Mémoires. Disponible sur Gallica

Charles Mullié. Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850. Disponible sur Wikisource

Les ouvrages de Claude Ribbe, créateur en 2006 de l’Association des Amis du Général Alexandre Dumas : Alexandre Dumas, le dragon de la Reine (éditions du Rocher, 2002) et Le Diable noir : biographie du général Dumas (éditions Alphée-Jean-Paul Bertrand, 2008).

(3) Claude Schopp, écrivain et président de la Société des Amis d’Alexandre Dumas, est notamment l’auteur de La gloire de l’Empire, suite d’un ouvrage d’Alexandre Dumas qui n’a été publié qu’en 1988 : Le chevalier de Sainte-Hermine.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Épaminondas : petit inventaire à la Prévert

L’autre jour, je ne sais plus pourquoi, lors d’une conversation avec des collègues, le nom Épaminondas a été prononcé. Il évoquait vaguement pour moi un général grec dont je ne savais plus trop s’il était mythologique ou bien réel. Une rapide recherche sur internet me rappela qu’il s’agit d’un général thébain ayant vécu entre 418 et 362 avant l’ère commune qui libéra sa cité du joug spartiate et assura pour un temps l’hégémonie thébaine en Grèce(1). Sa mort à la bataille de Mantinée a constitué un thème classique des artistes des siècles passés(2).

Cependant d’autres résultats de ma recherche initiale me renvoient à un conte pour enfant : Épaminondas et sa marraine(3). L’histoire se déroule dans le Sud des États-Unis(4) et le héros en est un petit enfant noir qui, quoique très obéissant et appliqué, commet bien des bêtises en adaptant de façon inadéquate à une situation présente les recommandations qui lui avait été faites pour une situation précédente(5). C’est qu’il ne faut pas obéir sans réfléchir(6).

D’où ce personnage tient-il ce prénom surprenant dans un milieu de descendants d’esclaves qui ne sont vraisemblablement pas très au fait de l’histoire antique ? Il me faut introduire ici une comparaison avec ce qui s’est passé dans les Antilles françaises lors des abolitions de l’esclavage en 1794 et en 1848.

Le suffrage universel (masculin) implique l’attribution de patronymes à ces nouveaux libres qui ne possèdent que prénoms et matricules. La plupart sont analphabètes. Peu connaissent leur âge véritable. Fantaisistes et mesquins, quelques dizaines de secrétaires de mairie se lancent alors dans l’oeuvre de leur vie: donner des noms à ces nouveaux citoyens qu’ils ont toujours méprisés. L’entreprise se révèle souvent poétique, parfois vulgaire, volontiers astucieuse. Les patronymes des généalogies sont alors définitivement fixés : noms d’arbres (Bananier, Pommier, Manguier) de fleurs, d’oiseaux, (Aigle, Corbeau, etc.), exploitation d’une page du dictionnaire (Châtaigne, Chalumeau, etc.), noms de personnages illustres (Darius, Epaminondas, Charlemagne), anagrammes (Etilagé pour égalité, variante augmentée d’un suffixe avec Gatibelza, variante diminuée avec Galita, Etrebil pour liberté), insultes créoles à caractère sexuel, noms de lieux (Bordelais, Nankin, Anduze), surnoms, prénoms, noms africains réels ou fictifs, etc.(7)

Épaminondas fait ainsi partie d’une  série de noms de personnages de l’Antiquité gréco-latine qui donnent un éclairage sur  la personnalité  d’officiers d’état civil et sur l’influence l’enseignement classique à cette époque. Voir par exemple M. de Saint Cyr, qui inscrivit les nouveaux libres de Morne-à-l’eau en Guadeloupe sous les noms d’Alcibiade, Tacite, ou Archimède(8).  Il s’agit là de patronymes, mais certains ont pu être réutilisés comme prénoms aux générations suivantes, et c’est ainsi qu’un des premiers romans haïtiens s’intitule Thémistocle-Epaminondas Labasterre(9). La situation fut-elle la même aux États-Unis pour les anciens esclaves des États du Sud. ? Je serais tenté de le penser, même si je n’en ai pas la preuve formelle.

Pour conclure cet inventaire regroupant un général grec, un conte pour enfants, des questions d’anthroponymie et un roman haïtien, je voudrais signaler un jeu inventé en 1963 par Robert Abbott, où un pion peut se déplacer seul d’une case, mais où il peut aussi se déplacer en phalange, technique justement créée par le fameux stratège thébain(10).

_______________________________________

(1) Voir l’article de Wikipedia et son abondante bibliographie. Plusieurs biographies de ce personnage ont été écrites dès l’Antiquité. Si celle de Plutarque est perdue, celle de Cornelius Nepos est accessible Nimispauci. Pour les Temps modernes, voir l’ouvrage de l’abbé Séran de La Tour, Histoire de Scipion l’Africain et d’Epaminondas : pour servir de suite aux Hommes illustres de Plutarque, paru en 1752 et disponible sur Google livres. Enfin, vous trouverez de nombreuses anecdotes dans l’Encyclopediana ou Dictionnaire encyclopédique des ana parue en 1791 chez Panckoucke et consultable sur Gallica ou Google livres.

(2) Voir la base Joconde pour les sculptures de David d’Angers (premier grand Prix de Rome, 1811), d’Ambroise René Maréchal et de Louis Schweigheouser et le tableau de Laurent Pécheux. Une gravure d’Eugène Marc représentant la sculpture de David d’Angers est visible sur le site de la bibliothèque numérique de l’INHA. Le tableau d’Isaak Walraven est visible notamment sur Flickr, un dessin à l’encre Bartolomeo Pinelli dans un article de La tribune de l’art et les restes de la sculpture de Jean-Louis Van Geel, qui obtint le deuxième Prix de Rome derrière David d’Angers en 1811 sur Flickr encore. Peut-être ferai-je une chronique spécifiquet sur ce thème qui me semble plutôt riche.

(3) Ce conte de Sara Cone Bryant, immortel auteur de Souricettea été publié en 1907 avec des illustrations d’Inez Hogan et adapté en français en 1997 par Odile Weulersse pour les éditions du Pères Castor. Ces deux versions sont accessibles sur internet, la première sur les sites Fée Clochette et Notre enfant, la seconde parmi les Petits contes au coin du feu.

(4) Odile Weulersse transpose l’histoire en Afrique.

(5) Ce syndrome d’Epimondas – l’expression est de l’archiviste Marie-Anne Chabin dans Je pense donc j’archive : l’archive dans la société de l’information – a donné de quoi réfléchir à la psychanalyste Geneviève Cloutour-Monribot dans un article publié le 14 décembre 2011 sur Uforca.

(6)  Telle est la morale de l’histoire selon le sorcier consulté par Epaminondas dans la version d’Odile Weulersse.

(7) Cf. la page consacrée par l’Académie de Reims aux abolitions françaises de l’esclavage.

(8) Cf. Gérard Lafleur. « Le nom patronymique en Guadeloupe », in Généalogie et Histoire de la Caraïbe, numéro 32, novembre 1991, p. 426. cet article à suscité quelques commentaires du R. P. Maurice Barbotin dans Généalogie et Histoire de la Caraïbe, numéro 35, février 1992, p. 519.

(9) Frédéric Marcelin. Thémistocle Épaminondas Labasterre, Paris : P. Ollendorff / Société d’éditions littéraires et artistiques, 1901. Rééditions Port-au-Prince: Éditions Fardin, 1976, 1982, 1999 ; Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2005. Voir une brève présentation dans la Bibliothèque insulaire de Jacques Bayle et une bibliographie des ouvrages de cet auteur sur Potomitan, site de promotion des cultures et des langues créoles.

(10) Voir Wikipedia, l’incontournable JeuxSoc consacré aux jeux de sociétés ou La diagonale du fou, site plus spécifiquement consacré aux variantes des dames et des échecs.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

A propos de deux concours de plaidoiries

Depuis 22 ans, le Mémorial de Caen invite les avocats du monde entier à plaider la cause, réelle et individuelle, d’une victime dont les droits fondamentaux ont été bafoués. Chaque année, 10 avocats prononcent leur plaidoirie devant un jury composé de personnalités du monde juridique, politique, culturel engagées dans la défense des Droits de l’Homme. A ce concours de plaidoiries des avocats se sont ajoutés celui des élèves avocats depuis 2011 et celui des lycéens qui existe depuis 14 ans.

Les sujets abordés ne prêtent guère à rire puisqu’il s’agit toujours d »atteintes au droit de l’homme, à la dignité, à la liberté, tant en France qu’à l’étranger. Lors du concours des lycéens de cette année, la plaidoirie qui a reçue le premier prix, « Il fait si bon vieillir… », est un remarquable réquisitoire contre l’état calamiteux des maisons de retraites françaises et le sort déplorable auquel notre société abandonne nos vieux(1). Alma Adilon-Lonardoni y est remarquable de justesse, de sensibilité et de conviction. Vous pourrez en juger en visionnant la vidéo de sa plaidoirie.

Je voudrais ajouter un petit mot à propos d’un concours de plaidoirie tout différent, la conférence Berryer des avocats du barreau de Paris, où sont proposés des sujets assez fantaisistes. En voici une représentation littéraire par Hervé Le Tellier dans Assez parlé d’amour (2). Louise, future avocate, doit broder autour du thème : « Pourquoi la concierge est-elle dans l’escalier ? ». Cette question incongrue l’amène à aborder un des épisodes les plus sinistres de notre histoire nationale. Mais lisez plutôt :

La « conférence Berryer » est le concours d’éloquence du barreau de Paris. Devant un président d’opérette, invité d’honneur – ce soir un écrivain -, face à des assesseurs féroces et implacables, les jeunes avocats se doivent de donner un numéro d’humour et de virtuosité. L’exercice est de haute voltige, les places y sont convoitées et les élus rares.[…]

Louise semble absente. Les joues sont devenues pâles, les yeux bleus se sont vidés de toute vie. Il se passe quelque chose, le silence se creuse encore, on n’est plus au spectacle.

– Oui, bien sûr, je sais pourquoi la concierge est dans l’escalier.

Sa voix a changé, abandonné tout effet. Louise ne consulte plus ses notes, l’énergie de la plaidoirie a laissé la place à la seule tension. Louise respire plus vite, elle ne voit plus la salle

– … nous sommes en 1942. La concierge est dans l’escalier et derrière elle il y a deux policiers en képi ils montent l’escalier

puisqu’elle est dans l’escalier c’est marqué sur le panneau sur la poignée de la porte de la loge la concierge est dans l’escalier

et ils disent Bonjour madame s’il vous plaît dites-nous à quel étage habitent les Blum ? Blum comme Léon Blum

elle répond la concierge elle répond Quatrième gauche les Blum habitent le quatrième gauche

et c’est vrai qu’ils habitent au quatrième gauche

les Blum

on répond aux policiers quand on est une concierge on ne se rebelle pas

alors oui les policiers sonnent à la porte des Blum […]

La suite ? Découvrez la dans ce roman léger et grave comme la vie. Une soixantaine de chapitres de pur bonheur de lecture.

Un dernier mot encore. Les sujets de la Berryer me rappellent les éloges paradoxaux qui traversent les siècles depuis les orateurs et sophistes grecs et latins (Lucien de Samosate, Fronton, Ménandre le rhéteur) jusqu’à Antoine Audouard en passant par Erasme, Rabelais, Du Bellay, Molière, Montesquieu, Lafargue ou Octave Mirbeau. Ce genre d’exercice est loin d’être vain, entrainant un pas de côté hors du cercle étroit de nos routines langagières qui sont aussi celles de notre pensée. Mais ce sujet mériterait une chronique particulière(3)

__________________________________________

(1) Oui, j’ai bien écrit vieux et non personnes âgées, du troisième âge, aînés, seniors et autres vocables politiquement corrects. Le mot vieux employé comme substantif n’est une insulte, pas plus du reste que jeune n’est une louange. Il se rapporte tout simplement à un âge de la vie : la vieillesse. Je vous renvoie à la chanson de Jacques Brel, Les vieux. Le caractère péjoratif de ce mot ne repose au total que dans l’esprit de deux catégories de personnes :

  • les crétins méprisants qui considèrent la vieillesse comme une tare, un signe d’infériorité, les personnes qui en sont frappées étant pour eux autant de sous-hommes ;
  • les bien-pensants qui utilise des euphémismes pour nommer cette catégorie de la population tout en la parquant dans des mouroirs, pour leur bien, disent-ils, du fait de leur dépendance.

(2) C’est du reste grâce à ce livre que j’en ai appris l’existence, car j’ai beau travailler dans une bibliothèque universitaire vouée aux sciences juridiques, je connais assez mal les mœurs et coutumes des juristes. De l’utilité de la littérature comme source de connaissance sur le monde qui nous entoure…

(3) Grand merci à Weblettres où j’ai pu trouver quelques pistes sur le sujet.

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une nouvelle traduction de Robinson Crusoé… Et les autres ?

Lu dans le 20 minutes de ce 1er mars 2012 :

Tout le monde le connaît, mais peu ont lu ses aventures. Si Robinson Crusoé est une star, c’est surtout à travers Michel Tournier, son Vendredi ou la Vie sauvage (pour enfants), son Vendredi ou les Limbes du Pacifique (pour adultes), et ses adaptations au cinéma qu’on a surtout découvert l’histoire de ce naufragé sur une terre inconnue. Mais cette année, le texte original connaît un renouveau. Pour la première fois depuis 1836, le texte de Daniel Defoe est débarrassé des emphases de son traducteur romantique Pétrus Borel. « Sa version était très fautive, très obscure », admet Françoise du Sorbier, l’universitaire qui a consacré neuf mois à la nouvelle traduction du célèbre roman. [Lire la suite]

Voir ce qu’en disent La République des lettresBiblioblog et les articles de La Croix.

Mais à propos, quel est le premier traducteur de cet ouvrage en français ? En fait, ils s’y sont mis à deux. Dès 1720 et 1721 (la première édition anglaise est de 1719) paraît à Amsterdam, chez L’Honoré et Châtelain, une traduction due à Thémiseul de Saint-Hyacinthe et Justus Van Effen. Elle s’intitule La vie et les avantures surprenantes de Robinson Crusoe et comporte 3 volumes : le volume 2 a en sous titre Contenant son retour dans son isle, & ses autres nouveaux voyages et le volume 3 Reflexions serieuses et importantes de Robinson Crusoe, faites pendant les avantures surprenantes de sa vie : avec sa vision du monde angelique. D’après le catalogue de la B.N., le premier a traduit la premère moitié du tome 1 et Van Effen le reste. Cette traduction connaît plusieurs éditions chez divers éditeurs jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et au-delà, certaines étant disponible sur Gallica.

Cependant, dès 1766, Aimé-Ambroise-Joseph Feutry en propose une « nouvelle imitation de l’anglais ». Il s’agit d’une version abrégée  qui sera rééditée plusieurs fois. Le XIXe siècle va multiplier les traductions/adaptations pour la jeunesse. En 1809, Feutry fait paraître à Liège, chez F. Lemarié, Le Robinson de la jeunesse, traduction nouvelle, revue et corrigée des Voyages et aventures de Robinson Crusoé, augmentée de l’Histoire d’Alexandre Selkirk dans l’isle de Jean Fernandez. L’année suivante paraît à Limoges, chez M. Ardan,  Le Petit Robinson, ou les Aventures de Robinson Crusoé, trad. de l’anglais de D. Defoe et arrangées pour l’amusement de la jeunesse par Henri Lemaire. En 1832, c’est au tour de Madame de Nouvray de proposer un  Robinson du jeune âge ou Aventures les plus curieuses de Robinson Crusoé

Les années 1830 voient au moins deux traductions nouvelles qui ne sont pas expressément pour la jeunesse. D’abord celle de Madame Amable Testu en 1835 à Paris chez Moutardier : Aventures de Robinson Crusoé par Daniel de Foé…, suivies d’une notice sur Foé et sur le matelot Selkirk, par Louis Reybaud. Elle sera suivie deux autres éditions en 1839 et 1845. La seconde traduction, en 1836, est celle déjà évoquée de Petrus Borel. Rééditée une quarantaine de fois depuis cette date, elle est accessible sur Gallica ou sur la bibliothèque électronique du Québec.

Enfin, je voudrais citer à titre de curiosités deux adaptions du roman à la scène. Le 10 vendémiaire an XIV (2 octobre 1805),  René-Charles Guilbert de Pixérécourt fait jouer à Paris, Porte-Saint-Martin, sur une musique d’A. Piccini et de Gérardin Lacour un Robinson Crusoé, mélodrame en 3 actes, à grand spectacle dont le texte est publié la même année chez Barba. Plus de cinquante ans après, le 23 novembre 1867, Eugène Cormon (P.-E. Piestre) et Hector Crémieux donnent à l’Opéra-Comique Le Robinson Crusoé, opéra-comique en 3 actes, sur une musique de Jacques Offenbach. Le texte est publié l’année suivante chez Michel Lévy frères. Des images en rapport avec ces deux spectacles (costumes, décors) sont accessibles sur Gallica.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts