Archives par mot-clé : Sinologie

Gabriel de Magalhães, Nouvelle relation de la Chine

Parmi les livres anciens que j’ai pu remarquer lors de ma visite de la magnifique Biblioteca Joanina de Coimbra se trouvait  un ouvrage du jésuite portugais Gabriel de Magalhães ou de Magaillans, Nouvelle relation de la Chine,  paru en 1668 Continuer la lecture de Gabriel de Magalhães, Nouvelle relation de la Chine

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Documents sur la controverse Jean-François Billeter / François Jullien (1990-….)

La controverse (ou polémique, comme il vous plaira) entre Jean-François Billeter et François Jullien date maintenant de quelques années. Cependant, sachant que ses origines ne remontent pas à la parution de l’ouvrage de Jean-François Billeter, Contre François Jullien, en 2006, mais à celle d’un article du même auteur en 1990, et sachant que les deux protagonistes sont encore bien actifs intellectuellement parlant, qui sait si elle ne pourrait pas avoir quelques rebondissements un jour ou l’autre. Quoiqu’il en soit, l’objet de ce blog n’étant pas de réagir à l’actualité (même si je m’y intéresse aussi…), mais plutôt de vous proposer des documents qui à un titre ou à un autre me semblent intéressants (et je revendique la subjectivité de mes jugements…), il ne m’a pas semblé totalement hors de propos de rassembler ci-dessous quelques documents sur la question.

Textes de Jean-François Billeter mettant en cause la méthode de François Jullien

« Comment lire Wang Fuzhi ? », Etudes chinoises, n° 9.1 1990 ; cet article s’oppose au livre Procès ou création, Seuil , 1989.

François Jullien y a répondu  dans « Lecture ou projection : Comment lire (autrement) Wang Fuzhi ? », Etudes chinoise, n° 9.2, 1990.

Contre François Jullien, Allia, 2006. Extrait.

François Jullien y a répondu dans Chemin faisant, connaître la Chine ou relancer la philosophie, Seuil, 2007.

« François Jullien, sur le fond », Monde chinois n°11, automne 2007, p.67-74. Extrait sur le site Lacan et le monde chinois.

Réactions des intellectuels français au Contre François Jullien

François Danjou, article sur Contre François Jullien publié en juin 2006 sur  Question Chine.

Simon Leys, « Connaître et méconnaître la Chine »,  Le Magazine Littéraire, n° 255, juillet-août 2006 : en partant d’autres prémices que Jean-François Billeter, cet article remet en cause lui aussi la méthode de François Jullien. Ce dernier y répond dans le n° 256 de septembre 2006 dans un article intitulé « Connaître s’opposerait-il à penser ? » où il écrit notamment ces mots peu amènes dont on peut douter qu’ils soient dignes d’un débat philosophique :

L’étrange est plutôt que, quand il veut apporter son soutien à l’insignifiant pamphlet que Jean-François Billeter a cru bon de publier contre moi (sans son titre accrocheur, qui y aurait prêté attention ?), Ryckmans adopte un point de vue diamétralement opposé à celui de Billeter.

Patrice Fava et Jean François Billeter autour de Contre François Jullien, Etudes chinoises, n° 25, 2006.

Pour François Jullien, dossier sur le site Philppe Sollers.

Oser construire : Pour François Jullien, Empêcheurs de Penser en Rond, 2007. Ouvrage collectif  avec les participations de Pierre Chartier, Jean Allouch, Alain Badiou, Françoise Gaillard…

Philippe Nassif, « Controverse chinoise », Philosophie magazine, n° 14, 2007 : compte rendu de l’ouvrage ci-dessus et de l’ouvrage de François Jullien, La Pensée chinoise dans le miroir de la philosophie ; l’auteur, tout en reconnaissant que « Billeter a sans doute mal ajusté son coup », déplore que « la contre-attaque de Jullien et de ses amis ressemble trop à une opération de désinformation universitaire qui risquerait d’éloigner les lecteurs d’une pensée salutaire ». Voilà qui change un peu de l’unanimisme du landerneau intello-médiatique parisien..

Frédéric Keck, « Penser en Chine. À propos du Contre François Jullien de Jean-François Billeter » publié sur Lacan et le monde chinois après l’avoir été présenté dans le cadre du groupe d’études La philosophie au sens large en mars 2008 ; paru dans le numéro de la revue Esprit daté de février 2009 sous le titre « Une querelle sinologique et ses implications. À propos du Contre François Jullien de Jean-François Billeter », disponible sur Cairn.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sinologues francophones

Je souhaite réunir ici quelques informations sur divers sinologues francophones suite à des lectures passées ou en vue de lectures ultérieures. Pour en établir une première liste, je suis allé voir ce qui concerne les sinologues dans Wikipedia. En fait, une bonne partie de ce que vous pourrez trouver ici figure déjà dans la fameuse encyclopédie collaborative en ligne. J’organise simplement mes informations autrement, pour ma propre commodité. A vous de voir si cela peut vous intéresser…

Dernière mise à jour : 14 février 2017. Continuer la lecture de Sinologues francophones

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Figures de la sinologie (1) Paul Pelliot

pelliot

(Dernière mise à jour : 24 mai 2012)

Comme je vous disais dans une précédente chronique, depuis quelques temps, je m’intéresse à la Chine sous ses divers aspects. C’est ainsi que j’ai été amené à aborder la sinologie et ses éminents représentants. Un livre de Philippe Flandrin, Les sept vies du mandarin français, m’a fait découvrir l’un deux, Paul Pelliot. Cet ouvrage très documenté, qui pourrait donner la matière de plusieurs romans, m’a donné envie d’en savoir plus sur cet orientaliste auquel le Collège de France et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ont consacré un colloque en octobre 2008. Si les actes n’en sont pas encore parus, du moins vous pouvez vous reporter aux 3 chroniques que Canal Académie lui a dédiées en cette occasion.

Sa vie en deux mots

Paul Pelliot (1878-1945) allie les qualités de chercheur  et de savant – linguiste, sinologue et tibétologue, il parlait 13 langues – à celle d’explorateur et d’homme d’action.

Membre de l’École française d’Extrême-Orient située à Hanoï, il est à 21 ans à Pékin  pour y récupérer des manuscrits. C’est au moment de la Révolte des Boxers et il participe très activement à la défense des Légations  occidentales assiégées pendant l’été 1900.

Entre 1906 et 1908, il mène une expédition scientifique au Turkestan. Il achète alors une grande partie des manuscrits découverts près de Dunhuang dans les grottes de Mogao (plus d’informations). De retour en France fin 1909, il étudie ces précieux manuscrits déposés à la Biliothèque nationale. Il est professeur au Collège de France à partir de 1911. Il poursuit jusqu’à sa mort ses travaux qui font encore autorité aujourd’hui.

Cette vie de savant installé connait un interlude, lorsque il est nommé attaché militaire à Pékin. Il a alors pour mission d’aider les Russes blancs en Sibérie et en Mongolie, tels l’Ataman Grigori Semenov et le baron Ungern.

Pour plus de détails, vous pourrez lire, outre le livre de Philippe Flandrin, des notices biographiques sur les sites de l’Ecole Française d’Extrême-Orient et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dans la base de données de l’Ostasiatisches Seminar de l’Université de Zurich ou sur Wikipédia.

Liste de ses publications

Sources utilisées pour établir cette listes

L’ouvrage de Paul Flandrin.

Les biographies en lignes citées ci-dessus.

Le catalogue en ligne des éditions Adrien Maisonneuve – Librairie d’Amérique et d’Orient où ont été publiées les oeuvres posthumes de Paul Pelliot ainsi que les documents liés à la Mission Pelliot.

Le catalogue de la BnF propose 366 publications (dont de nombreux tirés à part) où Paul Pelliot intervient soit comme auteur principal, soit comme auteur secondaire (traducteur, éditeur scientifique, préfacier…). C’est dire si la présente liste est loin d’être complète.

Abréviations utilisées

BEFEO : Bulletin de l’Ecole Française d’Extrême-Orient

JA : Journal Asiatique

Les publications

« Traduction et annotation du Mémoire sur les coutumes du Cambodge, de Tcheou Ta-kouan», in BEFEO, 1902, 2, p. 123-177. Accessible sur Gallica.

« Le Fou-Nan », in BEFEO, 1903, 3, p. 248-303. Accessible sur Gallica.

« Deux itinéraires chinois de Chine en Inde à la fin du VIIIe siècle », in BEFEO, 1904, 4, p. 131-413. Accessible sur Gallica

« Première étude sur les sources annamites de l’histoire d’Annam », in BEFEO, 1904, 4, p. 617-671, (avec le R. P. L. Cadière)

« Notes sur l’Asie centrale. 1. Les « Trois Grottes » et les ruines de Tegurman au Nord de Kachgar », in BEFEO, 1906, 6, p. 255-270. Accessible sur Gallica.

« Une bibliothèque médiévale retrouvée au Kan-Sou », in BEFEO, 1908, 8, p. 501-529. Accessible sur Gallica.

« Notes de bibliographie chinoise. II. Le droit chinois », in BEFEO, 1909, 9, pages 123-152. Accessible sur  Gallica.

« Notes de bibliographie chinoise : III. L’oeuvre de Lou Sin-yuan»,in BEFEO, 1909, 9, pages 211-250 et 424-470. Accessible sur Gallica ici et .

« Un traité manichéen retrouvé en Chine », in JA, 1911, série 10 t. 18, p. 499-617. Accessible sur Gallica.

« Les influences iraniennes en Asie centrale et en Extrême-Orient », Revue d’Histoire et de Littérature Religieuses, 1912, N.S. 3, pp. 97-119.

« Répertoire des collections Pelliot A et B. du fonds chinois de la Bibliothèque Nationale », in T’oung-pao, 14, 1913.

« Un traité manichéen retrouvé en Chine », 2e série, in JA,1913, série 11 t. 1, p. 99-199, 261-394,  (avec É. Chavannes). Accessible sur Gallica ici et .

« Sur quelques mots d’Asie centrale attestés dans les textes chinois », in JA, 1913, série 11 t. 1, p. 451-469. Accessible sur Gallica.

« Mo-ni et manichéens », JA, 1914, série 11 t. 3, pp. 461-470.

« Les documents chinois trouvés par la Mission Kozlov à Khara-Khoto », in JA, 1914, série 11 t. 3, p. 503-518. Accessible sur Gallica.

« Le Chou-king et le Chang-chou-che-wen », Mémoires concernant l’Asie orientale II, 1916, p. 123-177.

« Le ‘Cha-tcheou-tou-fou-t’ou-king’ et la colonie sogdienne de la région du Lob Nor», JA, 1916, p. 111-23.

Le sûtra des causes et des effets du bien et du mal, édité‚ et traduit d’après les textes sogdien, chinois et tibétain, (avec Robert Gauthiot et la collaboration d’Emile Benveniste), Paris, P. Geuthner, 1920, 2 vol. Voir la note de lecture de E. Gaspardone, in BEFEO 30, p. 161-162, accessible sur Persée.

« A propos des Comans », in JA, 1920, série 11 t. 15, p. 125-186. Accessible sur Gallica.

Les grottes de Touen-houang, Paris, P. Geuthner, 1920-1924, 6 vol. Accessible sur le site japonais Digital Archive of Toyo Bunko Rare Book.

« Les Mongols et la Papauté : documents nouveaux édités, traduits et commentés par M. Paul Pellio t» (avec la collaboration de MM. Borghezio, Masse‚ et Tisserant), Revue de l’Orient chrétien, 1922-1931, 3e sér. 3 (23), 1922/23, pp. 3-30; 4(24), 1924, pp. 225-335; 8(28),1931, pp. 3-84.

« Les traditions manichéennes au Foukien », T’oung Pao, 1923, 22, , p. 193-208.

« Neuf notes sur des questions d’Asie Centrale», T’oung Pao, 1929, 24, p. 201-265.

« Les grands voyages maritimes chinois au début du XVe siècle », in T’oung Pao, 1933, p. 237-452.

« Brèves remarques sur le phonétisme dans l’écriture chinoise », in T’oung Pao, 1936, 32, p. 161-166.

« A propos du « tokharien » », in T’oung Pao, 1936, 32, p. 259-284.

Histoire secrète des Mongols : restitution du texte mongol et traduction française des chapitres I à VI, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1949. Accessible en ligne sur le site Les classiques des sciences-sociales.

Notes sur l’histoire de la Horde d’Or, suivi de Quelques noms turcs d’hommes et de peuples finissant en -ar (är), -ur (ür), -ïr (ir), Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1950.

Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta-Kouan, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1951. Accessible sur le site de Vorasith sur le Cambodge ; la première partie de ce texte est aussi disponible sur le site d’Angkor Vat. Voir ma chronique sur Angkor selon les premiers témoignages.

Les débuts de l’imprimerie en Chine, Paris, 1953. Accessible en ligne sur le site Les classiques des sciences sociales.

Notes on Marco Polo, 3 vol., Paris, ed. L. Hambis, 1959-63.

Histoire ancienne du Tibet, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1960.

Notes critiques d’histoire kalmouke, 2 vol., Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1960.

Recherches sur les chrétiens d’Asie centrale et d’Extrême-Orient, 2 vol., Paris, Fondation Singer-Polignac, 1973-84.

Notes sur l’histoire de la Horde d’Or, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1980.

Grottes de Touen-houang : Carnets de notes, 6 vol., Paris, Collège de France, 1981-92.

L’inscription nestorienne de Si-ngan-fou, Paris, Collège de France, 1996.

Les routes de la région de Turfan sous les T’ang ; suivi de L’histoire et la géographie anciennes de l’Asie centrale dans « Innermost Asia », édité par Jean-Pierre Drège, Paris, Institut des hautes études chinoises du Collège de France, 2002.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts