Archives par mot-clé : Uchronie

Histoire contrefactuelle

Dans la chronique intitulée Voyage en uchronie, je citais l’histoire contrefactuelle parmi les domaines proches de l’uchronie. En fait la différence entre les deux viendrait plutôt de ceux qui pratiquent l’une ou l’autre et si la seconde relève de la littérature et des autres arts, la première est le fait d’historiens considérés comme hétérodoxes en France, alors qu’ils sont mieux reconnus dans les pays anglo-saxons. Continuer la lecture de Histoire contrefactuelle

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Voyage en uchronie

Je suis actuellement en train d’achever la lecture d’un roman de de Kim Stanley Robinson,  Chroniques des années noires (The Years of Rice and Salt) qui relate ce qu’aurait pu être l’histoire du monde si la peste avait éradiqué la quasi-totalité des Européens (plus d’info sur les sites Le cafard cosmique et  Quarante-deux).

Cet excellent ouvrage m’incite à vous proposer ci-dessous les quelques ressources que j’ai pu trouver sur l’uchronie, Continuer la lecture de Voyage en uchronie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (7) Uchronies orientales

Et si je revenais à un de mes sujets de prédilection : le triste sire qui nous tint lieu d’empereur. Il est vrai qu’avant de se faire sacrer à Notre Dame, Bonaparte fut Premier Consul et, avant cela encore, général victorieux de la Révolution. Victorieux, vraiment ? Parmi ses campagnes, celle d’Egypte conduit aux atrocités de Jaffa et à l’échec devant Saint-Jean-d’Acre de sorte que, malgré sa victoire à la bataille terrestre d’Aboukir, le général Bonaparte juge préférable de regagner la France, abandonnant au général Kléber le soin de tenir le pays avec une armée épuisée. Bref, le bilan de la campagne d’Egypte n’est pas, finalement, des plus reluisants pour le petit caporal.

Certes l’Institut d’Égypte est créé ainsi qu’une une revue scientifique, la Décade égyptienne, et l‘égyptologie et l’égyptomanie vont se développer avec la redécouverte de la civilisation pharaonique dans le sillage des travaux de Champollion et de Vivant Denon. Cependant, celui qui entretemps s’est proclamé empereur et a ravagé l’Europe d’Austerlitz à Moscou, garde au soir de sa vie le souvenir de ce fiasco militaire, alors qu’il nourrissait les ambitions d’Alexandre:

Saint-Jean-d’Acre lui ouvrirait les portes de la Perse, puis de l’Inde où il joindrait ses forces à celles Tippoo Sahib, un prince indien en rébellion contre les Anglais. Un message adressé par lui à Tippoo Sahib intercepté par les services britanniques avait d’ailleurs jeté l’alarme dans leur camp. Cette lettre les inquiétait d’autant plus qu’un de leurs agents à Francfort avait su, par les indiscrétions d’un Français, un certain Foujas de Saint-Fond, que l’expédition de Bonaparte consistait, « après avoir pris possession de certaines parties de l’Égypte, à poursuivre par l’Arabie, vers la Perse et l’Indus, à travers le fleuve, à peu près à l’endroit où Alexandre l’avait passé, et ensuite à avancer vers les possessions britanniques »

[…]

Il reviendra sur ce rêve fracassé, à Sainte-Hélène, confiant à Las Cases : « Saint-Jean-d’Acre enlevé, l’armée française volait à Damas et à Alep. Elle eût été en un clin d’oeil sur l’Euphrate… J’aurais atteint Constantinople et les Indes, j’eusse changé la face du monde. » Malheureusement, Saint-Jean-d’Acre, par sa résistance, stoppe ce rêve : « Un grain de sable arrêta ma destinée. »(1)

Ces rêves orientaux ont nourris les œuvres des auteurs d’uchronies depuis la chute de l’Empire, à commencer par Joseph Méry, auteur de la deuxième uchronie napoléonienne connue(2). Il s’agit d’une nouvelle  intitulée « Histoire de ce qui n’est pas arrivé », récit de la conquête de l’Orient par Bonaparte après la chute de la tour maudite de Saint-Jean-d’Acre, publiée initialement dans Les Nuits d’Orient : contes nocturnes en 1854(3).

Parue entre 2006 et 2009, la série Empire de Jean-Pierre Pécau et Igor Kordey appartient à cette tradition uchronique, puisqu’elle décrit un monde où, victorieux à Saint Jean D’Acre, Bonaparte a conquis l’Empire Ottoman et s’est lancé à la conquête des Indes. En 1815, alors que les Anglais enregistrent leurs premiers succès, les espions français Saint-Elme et Charles Nodier partent à la recherche du général fantôme responsable de ces désastres. Ils trouveront sur leur route Lady Shelley et une mystérieuse machine à cartes perforées…

L’épisode égyptien imprègne le monde de « L’Apopis républicain », nouvelle d’Ugo Bellagamba,

qui décrit la découverte sur Titan d’un observatoire que certains croient d’origine divine et d’autres de facture extraterrestre. Mais les Francs-Maçons prévoient de renverser Cyprien II Bonaparte et de tuer son fils, l’Aiglon, chef de l’expédition vers le satellite de Saturne dans cet univers où la religion égyptienne a permis à la dynastie napoléonienne de garder le pouvoir(4).

Appartient également à ces uchronies orientales la création supposée d’un foyer juif par le général Bonaparte plus de cent ans avant Lord Balfour. A l’origine de cette légende incertaine, une déclaration dont il serait soi-disant l’auteur, mentionnée dans le Moniteur Universel de Paris, à la date du 22 mai 1799, dans laquelle il invite tous les juifs de l’Asie et de l’Afrique à se ranger sous sa bannière en vue de rétablir l’ancienne Jérusalem. Des doutes  demeurent cependant sur le véritable auteur de ce texte dont une copie en allemand a été redécouverte en 1940. Je vous renvoie sur ce sujet à l’article de  Renée Neher-Bernheim(5).

__________

(1) Jean-Marie Rouart. Napoléon ou la destinée. Gallimard, 2012. Cité par Le Point.

(2) La première étant celle de Louis-Napoléon Geoffroy dont je vous ai déjà dit un mot dans une précédente chronique

(3) Cet ouvrage est disponible sur Gallica. L’édition de 1859 se trouve sur Gallica et Google. Récemment, la nouvelle a été rééditée sous format électronique par publie.net avec une préface de Philippe Ethuin. Fondateur du site ArchéoSF, chroniqueur à la revue Galaxies Science-Fiction et au site ActuSF et contributeur au site BDFI, ce dernier s’intéresse particulièrement à l’anticipation ancienne et à la littérature populaire : collaborateur de la revue Le Rocambole, membre de l’Association des Amis du Roman Populaire et administrateur du forum À propos de littérature populaire (cf. le site Babelio)

(4) Cf. Pierre-Paul Durastanti. La nouvelle a été initialement publiée dans Aventures Lointaines avant de paraître dans La cité du soleil et autres récits héliotropes.

(5) Cf. Renée Neher-Bernheim. « Bonaparte en Orient », in L’Arche, n° 153, novembre-décembre 2009. Disponible sur le site Israël vivra.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Le 8 juillet dernier, j’avais consacré une chronique aux caricatures de l’ogre de Corse. En voici une nouvelle, portant cette fois sur deux ouvrages parus au début de la Monarchie de Juillet. D’autres suivront, tant notre premier empereur offre une matière quasi-inépuisable.

La première uchronie napoléonienne

L’uchronie est un récit imaginaire basé sur une évolution alternative de l’Histoire. Si  Louis-Napoléon Geoffroy-Château (1803-1858) n’a pas inventé le mot – le philosophe Renouvier s’en chargera vingt plus tard – ni même l’idée – voir Pascal et son nez de Cléopatre ou Tite-Live imaginant Alexandre le Grand en Italie -, il est le fondateur de ce genre littéraire, avec le roman Napoléon et la conquête du monde: 1812 à 1832. Dans cet ouvrage, l’empereur, loin d’être vaincu en Russie,étend avec succès ses conquêtes au monde entier. Pourtant, cela ne l’empêche pas d’avoir une aversion « incompréhensible »… pour l’île de Saint-Hélène (voir l’extrait reproduit sur le blog Et si…).

Ce roman est non seulement la première uchronie proprement dite, mais aussi la première uchronie napoléonnenne, Napoléon et son règne ayant inspiré mille variations aux auteurs du genre : voir quelques références proposées par le Guichet du avoir et le site Napoleon & Empire.

Sur Louis-Napoléon Geoffroy-Château, je vous renvoie au Corpus étampois, lequel est plus bavard sur son père que sur lui.

Sur son ouvrage, voici quelques références glanées au Guichet du avoir :

  •  Eric Henriet. L’uchronie. Paris : Klincksieck, 2009

  •  Eric Henriet. L’histoire revisitée, panorama de l’uchronie sous toutes ses formes. 2e éd. revue et augmentée . Paris : les Belles lettres, 2004. La 1ère édition est de 1999.

  •  Jacques Van Herp. Napoléon et l’uchronie. Bruxelles : Recto-Verso, 1993

  • Pierre Versin. Encyclopédie de l’Utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction. Lausanne : L’Age d’homme, 1984

Voir aussi le dossier Uchronie du Cafard cosmique ou le site La porte des mondes.

Editions successives :

  • Napoléon et la conquête du monde, 1812-1832, histoire de la monarchie universelle. Ed. H.-L. Delloye, 1836. Disponible dans Gallica.

  • Napoléon apocryphe, histoire de la conquête du monde et de la monarchie universelle, 1812-1832. Ed. Paulin, 1841. Disponible sur Gallica et Google livres.

  • Napoléon et la conquête du monde, 1812-1832, histoire de la monarchie universelle. J. Bry, 1851.

  • Napoléon apocryphe 1812-1832. Histoire de la conquête du monde et de la monarchie universelle, nouvelle édition précédée d’une préface de Jules Richard. Ed. La Librairie Illustrée, 1896.

  • Histoire de la Monarchie universelle: Napoléon et la conquête du monde (1812-1832), Tallandier, 1983. En appendice… « Comme quoi Napoléon n’a jamais existé », par Jean-Baptiste Pérès. 

  • Napoléon apocryphe, 1812-1832 : histoire de la conquête du monde & de la monarchie universelle, Monein, Éd. PyréMonde, 2007. 

  • Napoléon apocryphe : 1812-1832, préface de Thierry Lentz, Paris, Éd. le Manuscrit, 2009

Un pamphlet anti-mythiste

En 1835, Jean-Baptiste Pérès (1752-1840), bibliothécaire de la ville d’Agen, publie anonymement Comme quoi Napoléon n’a jamais existé ou Grand erratum, source d’un nombre infini d’errata à noter dans l’histoire du XIXe siècle. L’auteur serait-il fou ? Pas vraiment. Son propos n’est pas d’écrire une histoire révisionniste, mais de ridiculiser les thèses mythistes de Charles-François Dupuis.

En effet, en 1794 et 1798, ce dernier a fait paraître deux ouvrages, Origine de tous les Cultes, ou la Religion universelle et Abrégé de l’Origine de tous les Cultes, plusieurs fois réédités au cours des décennies suivantes. Il entendait y démontrer que le Christ n’avait jamais existé et qu’il s’agissait en fait d’un autre nom pour le soleil (cf. Wikisource).

Voici les circonstances qui ont amené à la rédaction de ce délirant opuscul.

Selon les auteurs de La littérature française contemporaine, tome 5,1854 (cf. Google livres),

M. Pérès, se trouvant à la campagne chez un de ses amis.y rencontra un jeune étudiant, partisan effréné de Dupuis et de ses systèmes. M. Pérès chercha à le convaincre de l’inanité des démonstrations de Dupuis, et il fnit par lui offrir de lui prouver en suivant la même méthode que Napoléon n’a jamais existé. L’offre fut acceptée. M. Pérès se mit à l’œuvre, et au bout de quelques jours il lut à son adversaire le charmant petit écrit que vous savez. On s’en amusa beaucoup, et M. Pérès le laissa imprimer à Agen. Depuis, M. MoNNOT.et, plus tard, M. P. Bohel, qui y ajouta une petite préface signée P. B., en donnèrent à Paris des èdilions avec la permission de l’auteur. C’est à tort que nous avons mis le livre au nom de M. P. Borel.

Selon un correspondand du Bulletin de l’Alliance des arts, dirigé par Paul Lacroix, alias bibliophile Jacob (cf. Google livres)

Agen, 20 mars 1845.

Monsieur le rédacteur,

Permettez-moi de consacrer quelques lignes à la mémoire de M. Pérès, bibliothécaire de cette ville pendant quinze ans.

« Il avait publié sous le voile de l’anonyme, «en 1827, dit la Biographie universelle, « tome LXXVI, page 438, une brochure assez piquante, intitulée : Comme quoi Napoléon n’a jamais existé » (l).

Cette indication, sans aucun détail, est une énigme pour ceux qui n’ont pas Iu l’opuscule en question, lequel ne fut imprimé qu’en 1835. Il est vrai qu’il en conçut l’idée en 1827. — Il étail à Auch, chez M.de Lascours, préfet du Gers, en qualité de précepteur de son fils. Un jour qu’il se promenait avec un sien ami, devisant de choses et autres, de religion surtout, celui-ci lui dit : « Je viens de lire un ouvrage qui m’a singulièrement frappé, sans cependant ébranler en rien mes convictions; c’est celui du citoyen Dupuis, l’Origine des Cultes. Savez vous bien qu’il sape toutes les croyances, et principalement le christianisme? — Ah ! répond H. Pérès, il faut bien se garder des séductions de ces rapprochements ; les fables du paganisme sont essentiellement élastiques, elles se prêtent facilement à toutes les combinaisons. Les choses même les plus étranges pourraient, à leur aide, se prouver d’une manière irréfragable. » Les deux amis se séparent, et à huit jours de là, notre savant oratorien va trouver ce même ami, et lui dit sans préambule : « Napoléon n’a jamais existé… » Celui-ci était habitué aux idées excentriques qui traversaient la tète du père Pérès, aussi rapides que les météores ignés traversent l’espace; mais cette idée, lancée à brûle-pourpoint, lui parut trop forte; il s’étonne, et ne peut s’empêcher de rire. « Riez tant que vous voudrez, repartit M. Pérès, puis écoutez-moi. » Il lui donna les preuves que vous connaissez, et promit de les livrer à l’impression ; ce qui n’eut lieu qu’au bout de huit ans.

Le véritable titre de la brochure de M. Pérès est : Grand erratum, source d’un nombre infini d’errata, titre encore plus énigmatiqueque le premier. Aussi l’éditeur, ou plutôt l’auteur nous dit dans sa postface, qu’il faudrait l’intituler le Nouveau Dupuis, ou l’Imagination se jouant de la Vérité.

Cet opuscule est un joli in-32 de 45 pages, sorti des presses de M. Noubel, en 1835.

Agréez, etc.

Pr Placelet,
Bibliothécaire d’Agen.

(1 ) C’est sous ce litre que l’opuscule a paru dans plusieurs journaux de Paris et des départements. (Note du rédacteur.)


Si les milieux catholiques accueillent favorablement l’opuscule, les rationalistes s’indignent d’une « facétie à la portée des intelligences les plus vulgaires » et défendent les théories mythistes (cf. Miron dans Le Rationaliste du 18 septembre 1864 sur Google livres)

Editions anciennes disponibles sur internet

Autres anciennes édtions non disponibles sur internet : 1849, 1863, 1864, 1865, 1877

Editions en d’autres langues

  • Henry Ridgely Evans, The Napoleon myth, contenant un reprint du Grand erratum, avec une introduction par Paul Carus, Chicago, 1905.

Edition récentes :

  • Jean-Baptiste Pérès / Michel Ohl,  Comme quoi Napoléon n’a jamais existé suivi de L’Affaire Louis XVII, Bordeaux : Schéol, 1981.

  • Pour l’édition de 1983, voir plus haut.

  • Jean-Baptiste Pérès / Leonardo Sciascia, Le grand erratum, suivi de Jette le masque, Bonaparte !. Grenoble : Cent pages, 2003.

Voir aussi l’ouvrage de Richard Wathely, Historic Doubts relative to Napoleon Bonaparte, qui a peut-être inspiré Jean-Baptiste Pérès, et l’article concernant le Grand erratum dans  Du canular dans l’art et la littérature.

Dernière mise à jour : 20 septembre 2012

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts