Napoléon (6) Peut-on prouver l’existence de Napoléon ?

(Dernière mise à jour : 19/09/2012)

Dans une avant-critique parue dans le Livres hebdo n° 909 (11 mai 2012), Laurent Lemire nous présente un ouvrage du logicien, économiste et théologien anglican Richard Wathely (1787-1863) intitulé Peut-on prouver l’existence de Napoléon ? Ce livre doit paraître le 6 juin prochain aux éditions Vendémiaire dans la traduction de 1835 et vous pouvez en écouter un extrait sur YoutubeLe texte original, publié en 1828 sous le titre Historic Doubts relative to Napoleon Bonaparte est accessible sur Google livres en plusieurs exemplaires (exemplaire 1 ; exemplaire 2) et sur le site du projet Gutenberg.

Voici le résumé qu’il en est fait dans la base Electre :

En réponse à la remise en question historique des évangiles, l’auteur met en doute l’existence de Napoléon. Au-delà du pamphlet irrévérencieux et satirique, ce texte engage aussi à une réflexion sur l’histoire, la propagande, la vérité et les moyens de vérifier l’information, ce qui est toujours un sujet d’actualité.
…. et sur le site My Boox :
« Quant aux personnes qui font profession d’avoir personnellement connu Napoléon Bonaparte, et d’avoir été les témoins oculaires de ses principales actions, ce n’est pas pour elles que nous écrivons. S’il en existe qui aient la conviction intime de la vérité de tout ce qu’elles avancent, nous n’avons qu’à les exhorter à la tolérance et à la charité envers ceux de leurs semblables qui n’ont pas les mêmes moyens de s’assurer de la vérité, et qui sont bien excusables de douter d’événements aussi extraordinaires dans l’absence de preuves irrécusables »… Toute l’épopée napoléonienne passée au crible de l’irrévérence et de la satire. Un pamphlet qui s’inscrit évidemment, d’abord, dans l’affrontement national entre les deux grandes puissances qu’ont dressées l’une contre l’autre les guerres de l’Empire. Mais ce texte est aussi, au-delà, une réflexion sur la vérité en histoire, sur la mémoire et la rumeur, sur la propagande et les doctrines officielles, sur ce que l’on croit savoir et les moyens que l’on a de le vérifier, sur les stratégies de communication des États et la tyrannie de l’information obligée… Au fil d’un texte savoureux, une réflexion politique d’une grande actualité : les pages sur la disparition providentielle d’un ennemi que l’on a inventé de toutes pièces sont d’une troublante modernité.

Il me tarde de pouvoir lire ce livre dont le propos me rappelle quelque peu le pamphlet antimythiste de Jean-Baptiste Pérès paru en 1835, l’année même de la parution en France de l’ouvrage de Richard Wathely. S’agit-il d’une simple coïncidence ?  Sans doute, car Pérès avait conçu l’idée de son Grand erratum en 1827.Cependant un certain flou semble régner au sujet de la première édition des Historic Doubts, car si j’en crois l’extrait d’article ci-dessous paru dans Du canular dans l’art et la littérature et quelques autres sources comme Wikisource, cet ouvrage est d’abord paru en 1819 :


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.