La bibliothèque de Dunhuang

Une bibliothèque dans la vallée des Mille Bouddhas

Aujourd’hui, la ville chinoise de Dunhuang (敦煌 ; pinyin : Dūnhuáng ; EFEO : Touen-Houang) dans la province du Gansu (甘肃 ; pinyin : Gānsù ; EFEO : Kan-Sou) est connue pour les grottes ornées de fresques de la vallée de Mogao ((莫高窟 ; pinyin : mògāo kū, « grottes d’une hauteur inégalée»), dite vallée des Mille Bouddhas. avec ses 492 temples bouddhistes réalisés du IVe au XIVe siècle, avec un point culminant sous la dynastie des Tang, entre le VIIe et le Xe siècle. Ils étaient des lieux cultuels de première importance sur la route de la soie.

Si le site est aujourd’hui inscrit au patrimoine mondial de l’humanité, à la fin du XIXe siècle, cette région du monde commençait à peine à être explorée par les Européens. En 1900, un prêtre taoïste chinois nommé de Wáng Yuánlù découvre  dans l’une des grottes, dite « bibliothèque murée », environ 50 000 documents antérieurs au XIe siècle, écrits en chinois, en tibétain, en ouïghour, en sogdien, en sanscrit. S’étant fait le gardien des temples, il va, au cours des années suivantes, vendre un grand nombre de ces manuscrits aux explorateurs européens attirés par la rumeur.

De la mission Pelliot au fonds Pelliot

De 1906 à 1908, Paul Pelliot mène une expédition scientifique dans le Turkestan chinois. Cette expédition est une première scientifique dans cette région surtout fréquentée par les Russes et les Anglais. Aussi la communauté scientifique s’enthousiasme-t-elle (voir Annales géographique, 1906, vol. 15, n° 80, p. 181-182, disponible sur Persée). Il parvient à se procurer une bonne partie des manuscrits de Dunhuang. Une relation de cette expédition est donnée en mars 1910 par le Larousse mensuel n° 37. Mais je laisse ici la parole à l’orientaliste Edouard Chavannes qui, dans La sinologie (Paris, 1916 ; disponible sur Gallica), fait une description emphatique de cette expédition et de ses résultats :

Parmi les explorateurs de l’Asie centrale qui nous ont révélé tout un monde nouveau, M. Paul PELLIOT est un des plus remarquables. Déjà connu par des travaux approfondis sur la bibliographie chinoise et sur la géographie ancienne de cette régionl’Asie orientale, ce jeune savant accomplit, de 1905 à 1908, en compagnie du Dr VAILLANT, un voyage dont les résultats sont immenses. Pour ne parler que de la trouvaille la plus sensationnelle, il eut l’heureuse fortune de visiter, peu après Sir Aurel Stein, les grottes des Mille Bouddhas, à Touen-houang, et d’être admis à examiner les quinze à vingt mille manuscrits qui avaient été murés dans une excavation au XIe siècle de notre ère; il put acquérir et rapporter à la Bibliothèque nationale, à Paris, une grande partie de ces textes, la plupart en chinois et en tibétain, mais quelques uns aussi en écritures brahmî et ouïgoure. Cette avalanche de documents demandera de longues années pour être pleinement utilisée : anciens manuscrits d’ouvrages chinois; relation d’un voyage aux Indes qui paraissait irrémédiablement perdue ; textes relatifs au bouddhisme, au taoïsme, au manichéisme, au nestorianisme ; pièces d’archives ; spécimens d’écriture et de langues à peine connues ; il y a là de quoi orienter dans des voies encore non frayées toute une génération de travailleurs ; M. Pelliot, nommé en 1911 professeur au Collège de France, de langues, histoire et archéologie de l’Asie centrale, est le chef désigné de cette nouvelle école.

De fait, l’inventaire et l’exploitation scientifique des documents de Dunhuang prendront de longues années. Une partie des ouvrages seront publiés par les éditions Adrien Maisonneuve – Librairie d’Amérique et d’Orient, dans la  collection consacrées aux documents de la mission_Pelliot. Paul Pelliot lui-même y consacrera plusieurs publications.

Les manuscrits, conservés à la Bibliothèques nationale, forment le fonds Pelliot, pour lequel plusieurs catalogues ont été réalisés, selon la langue des documents :

Inventaire des manuscrits tibétains de Touen-Houang conservés à la Bibliothèque nationale : fonds Pelliot tibétain, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1939-1961. Accessible sur Gallica.

Catalogue des manuscrits chinois de Touen-Houang : fonds Pelliot chinois, Paris, Bibliothèque nationale, 1970-  .  Accessible sur Gallica.

Voir aussi sur internet :

l’exposition virtuelle Chine, l’empire du trait de la BnF présente des photographies de la mission Pelliot, le récit de Pelliot à entendre et à lire et  quelques manuscrits du fonds Pelliot

une vidéo sur le Sûtra des dix rois sur le site de l’ Institut national du patrimoine

idpDe la dispersion physique à la collection virtuelle

Cependant, si pour les orientalistes français, le nom de Dunhuang (ou plutôt de Touen Houang) reste attaché au nom de Paul Pelliot, celui-ci a été précédé sur ce site par l’archéologue britannique Aurel Stein qui en a ramené pas moins de cinq charettes de manuscrits (cf. Wikipédia).  Il relatera cette expédition en 1912 dans Ruins of desert Cathay, dont un exemplaire est accessible en ligne sur le site japonais Digital Archive of Toyo Bunko Rare Book. Quant aux 20 000 documents issus de la « bibliothèque murée », ils seront dispersés entre entre le British Museum, à la British Library, à la Library of Indian Affairs et au Musée national de New Delhi.Parmi eux, le plus ancien document imprimé du monde : une version du Sûtra du diamant datée de 868, qui constitue aujourd’hui un des plus pécieux trésors de la British Library.

D’autres suivront, comme en 1911, les deux émissaires japonais du comte Kozui Ōtani qui achetèrent environ 400 documents, aujourd’hui conservés à l’université Ryūkoku et à l’université Ōtani. En 1914, c’est au tour du Russe Sergei qui ramène de Dunhuang plus de 300 manuscrits, qui se trouvent à présent à l’Institut oriental de l’Académie des sciences de Saint-Petersbourg.

Cette dispersion a des conséquences sur le travail des chercheurs. Par exemple, lorsque James Hamilton entreprend l’édition des Manuscrits ouïgours du IXe-Xe siècle de Touen-Houang (Paris, 1986 ; accessible sur Gallica), il lui faut fréquenter les collections de la Bibliothèque nationale et du British Museum. Aujourd’hui, l’International Dunhuang Project cherche à rassembler virtuellement cette grande collection et à rendre accessibles gratuitement sur Internet les informations et les images de tous les manuscrits, peintures, textiles et objets d’art provenant de Dunhuang et des sites archéologiques de la Route orientale de la soie. Plusieurs grands établissements, dont la BnF, y collaborent (cf. blog de Gallica).

Dernière mise à jour : 20 février 2013


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts