Les mappemondes de Matteo Ricci

ricci1

坤舆万国全图 (明)
本图采用椭圆形等作积投影,绘有当时已知的五大洲:亚洲、非洲、欧洲、美洲、南极洲,以黄、红、白三色突出表示了五大洲的疆域及名称。还表示了山形、河流、海洋等地理要素及有关天文地理方面的小插图作为大图的补充。此外,海洋及南极大陆绘有船和鲸、鲨、大象、驼鸟等陆、海生动物。原图系意大利传教士利玛窦于明万历三十年(1602年)在中国绘制的,此图为彩色摹绘本。当时由于西方绘图法的传入,促使中国测绘科学进入了新的阶段。192×346cm 彩色摹绘本,现藏于南京博物馆。

La présente chronique dérive directement d’une question posée au sujet de la date et de l’auteur de la carte ci-dessus, que vous pouvez trouver sur le site du département de géographie de l’université baptiste de Hong Kong que je vous ai signalé précédemment au sujet des cartes anciennes de la Chine.

Le texte qui l’accompagne est certes chinois, mais il est possible de se faire une idée de son contenu grâce à la traduction par Google… que je vous épargne tant elle est proche du baragouin. Il en ressort cependant que la carte initiale est la carte des dix mille pays de la Terre (坤舆万国全图  Kun yu wan guo quan tu) réalisée en 1602 au temps de la dynastie Ming (明) par Matteo Ricci (en chinois : 利玛窦 = Li Matou), le fameux jésuite cartographe étant aussi un sinologue dont les Institut Ricci perpétuent la mémoire.

Dans cette version de la carte de 1602, sans doute postérieure à l’original, ont été ajoutées des représentations d’animaux ou de bateaux extraites de livres d’images. La carte de 1602 elle-même, imprimée à Pékin par Zhong Wentao, est considérée comme la tulipe noire de la cartographie (cf. Bertrand Galimard Flavigny). Elle a connue en son temps un succès certain en Chine et en Extrême-Orient (Corée, Japon). Destinée à l’empreur, Wan-li, elle substitue à l’image traditionnelle d’une terre et plate chère aux mandarins celle d’une planète ronde et réalise aussi un décentrement remettant la Chine pratiquement au cœur de l’univers, abandonnant ainsi l’ethnocentrisme européen qui marque la tradition dont est issu Ricci.

De ce témoin d’une double révolution cartographique ne subsistent que six à sept exemplaires, dont un à la bibliothèque du Congrèsricci2

Des versions colorisée et datées sans doute des années 1604/1608, sont également visibles sur internet. C’est sans doute l’une d’elles qui a servi à réaliser celle présentée au début de cette chronique.

ricci3

Ajoutons que Ricci a réalisé deux mappemonde en 1584 et en 1599, dont toutes les copies sont perdues.

J’ignore par contre quelle est l’origine des deux cartes figurant sur Wikipedia dans l’article sur Matteo Ricci. Si elles s’inspirent visiblement de la carte de 1602, le contour des terres australes et de l’Amérique du Nord sont sensiblement différents. Y manquent aussi les pavés en caractères chinois et la représentation des deux hémisphères vus depuis les pôles.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *