Arles selon… Victor-Eugène Ardouin-Dumazet

Victor-Eugène ARDOUIN-DUMAZET

Journaliste, écrivain, militaire, géographe,  Victor-Eugène Ardouin-Dumazet a publié de 1893 à 1901 une série d’ouvrages intitulés Voyages en France. Le volume 12 renferme une description d’Arles et de sa région.

Bibliographie

Voyage en France…. Tome 12. Paris : Berger-Levrault, 1897, p. 102-117.

 

Voyage en France (extraits)

VII

DES ALPILLES EN ARLES

Arles 26 décembre

[…]

Je voulais poursuivre à pied ma course vers Arles, mais le mistral souffle avec une violence telle, je vois arriver des gens dont la figure semble si bleuie et ratatinée par le froid, que je capitule et me décide à louer une voiture, un char à bancs découvert, traîné par un petit cheval plein de feu. Nous avons mis une demi -heure pour faire les 9 kilomètres séparant les deux villes. Après avoir dépassé la tour et gravi quelques mamelons rocheux, on traverse une large plaine très plate, couverte de vignobles, couverte d’eau en ce moment, toute cette région se prêtant à merveille à la submersion et permettant ainsi de lutter contre le phylloxéra. A cette époque, avec les vignes noyées, on pourrait se croire revenu à l’époque lointaine où Arles était entourée d’immenses lagunes communiquant avec la mer et formant, à Tentrée de la région maritime du fleuve, un port intérieur où les barques rhodaniennes, les navires de la Méditerranée et les radeaux portés sur des outres — utriculaires — naviguant sur la Durance et les étangs, constituaient le centre commercial le plus considérable du monde romain. Mais ces eaux sont aujourd’hui désertes et bien réduites en surface, l’exhaussement continu du sol a permis de livrer les champs à la culture, il n’en reste que des mares ou des marais roseliers fournissant aux cultures les abris contre le mistral.

Au-dessus de ces plaines horizontales et verdoyantes se dressent les anciennes îles des étangs arlésiens, collines rocheuses d’un caractère insulaire encore. Le Gastelet et ses ruines féodales, le mont de Cordes, la butte de Montmajour, si belle avec les ruines de son abbaye, sa chapelle et ses grands arbres, forment comme un petit archipel. Au delà on traverse le grand canal du Vigueirat, ancien lit de la Durance, qui dessèche et féconde à la fois la plaine jadis lacustre et l’on atteint Arles par une rue de maisons basses, blanchies à la chaux et la place Lamartine, voisine de la gare.

Arles, à ces abords de la voie ferrée, est une des plus tristes villes du Midi ; la rue d’accès est un fossé, on arrive à l’entrée de voies étroites, irrégulières, pavées de petits cailloux de la Grau. Aussi l’impression première, difficile à effacer, est-elle des plus défavorables à l’ancienne métropole de la Gaule impériale. Combien la ville aurait gagné à posséder sa gare près des Aliscamps, sur la route de Marseille ! Le voyageur arrivant dans ce qui fut la Rome des Gaules aurait pénétré par les beaux boulevards plantés d’arbres, ces esplanades, cette Lice ensoleillée, abritée du mistral, bordée d’un côté de jardins et de cafés et, de l’autre, par les eaux vives du canal de Craponne. Il aurait vu, dès ses premiers pas, une cité riante et gaie comme le sont toutes les villes de Provence sur leur cours. Il rencontrait le théâtre romain, les Arènes, Saint-Trophime, c’est-à-dire les merveilles de la cité antique. Arles n’aurait pas gagné ce renom de tristesse qu’elle ne mérite pas plus que les autres villes du Midi. Celles-ci n’ont-elles pas toutes un noyau de ruelles étroites, sordides, puantes souvent, sans caractère? Arles, au contraire, dans ses voies les plus sombres, montre des détails pittoresques et charmants.

Mais on n’apprécie bien ces antiques cités que si on les trouve au delà d’une zone moderne, large, aérée, couverte d’arbres, confortable en un mot. On aime courir par les vieilles rues de Marseille, de Nîmes, d’Avignon, de Valence ou de Montpellier après avoir été. imprégné de la gaîté répandue dans la cité moderne. Si le train ou la voiture nous amenaient au milieu de ces vieux quartiers, on éprouverait une sensation de tristesse.

Tel est le cas pour Arles où, comble de malechance, les abords de la gare sont d’une solitude et d’une laideur indescriptibles. Les premières rues de la cité, malgré les ornements sculptés, les grandes portes à marteau, les niches ornées d’une statue de saint, portent la peine de cette entrée rébarbative.

Et pourtant, grâce au costume et à la beauté des femmes qui circulent dans les voies étroites, Arles fait peu à peu disparaître cette impression; on se plaît par ces rues biscornues, ne « piquant » nulle part, où tant de détails charmants attirent Pattention, d’où le ciel paraît d’un bleu si éclatant.

Les édifices antiques attirent d’abord le visiteur. Les arènes laissent une impression de mélancolie, la ruine, trop haute pour le cordon de maisons endormies qui l’entourent, n’a pas la beauté imposante des arènes de Nîmes*, le théâtre, malgré son extrême délabrement, et dont il reste seulement les gradins, produit une sensation plus profonde. Deux colonnes de nobles proportions, supportant un morceau d’entablement, c’est tout ce qui subsiste de la scène, mais elles ont une beauté propre si grande! On resterait longtemps à les contempler.

La scène s’adosse à la rue du Cloître, étroite et somnolente qui entoure Saint-Trophime, la merveille d’Arles. Nulle part l’art roman n’a rien produit de comparable à cet arc couvert de sculptures, porche de l’église vénérable. L’architecture romane, ici, parla multitude des figures de saints, d’anges et d’animaux est un précurseur de la floraison merveilleuse qu’amènera l’art gothique. L’église elle-même est, à l’intérieur, assez banale, mais une de ses portes ouvre sur le cloître, un des plus étranges et des plus admirables monuments religieux du Midi. Il ne faut pas chercher ici les fines colonnettes du cloître du Mont-Saint-Michel, ni la grâce exquise de Fontevrault : l’architecture est massive, sur deux côtés les voûtes sont soutenues par des arcs romans, deux autres faces sont gothiques. Les figures sont barbares et cependant l’ensemble est d’un effet magique, cette cour herbue, ouvrant sous un grand carré de ciel bleu, a d.es dimensions restreintes et elle donne une impression de grandeur et de foi, due sans doute au contraste entre les proportions massives des voûtes et la délicatesse élégante des colonnettes doubles, surmontées de chapiteaux délicatement fouillés.

VIII

D’ARLES EN CRAU

Encore en Arles. — La Lice. — Les Aliscamps. — La décadence d’Arles. — Moyens de la prévenir. — Campagne arlésienne. — Le mistral et le chemin de fer. — Entrée en Crau. — Aspect de la plaine. — Les troupeaux et les bergeries. — Les oasis : l’étang d’Entressen. — La gare de Miramas. — A travers la Grau. — Les canaux d’irrigation. — Eyguières.

Eyguières. Décembre.

La place sur laquelle s’ouvre Saint-Trophime, avec son obélisque de granit, son hôtel de ville surmonté dîme coupole et de la statue de Mars, l’ancienne église ransformée en musée où l’on a réuni les précieux débris de l’ancienne métropole romaine, est, malgré ses faibles dimensions, une des plus belles et des plus nobles de province. Mais elle est moins vivante que la place des Hommes ou du Forum, sur laquelle on voit deux colonnes antiques engagées dans une muraille moderne. La place des Hommes a les hôtels, les cireurs de souliers, des platanes, une fontaine, c’est-à-dire la vie. Là viennent se grouper les ouvriers agricoles pour s’engager au travail dans les mas de la Camargue et de la Grau.

Mais sur l’esplanade de la Lice surtout est la rumeur de la Cité. La foule s’y forme en deux groupes: les hommes habillés de vêtements sombres devant les cafés, les Arlésiennes élégantes et graves se promenant sur la chaussée. Les boutiques de foire, les omnibus pour les faubourgs, les zouaves de la garnison mettent du bruit et de la couleur sur ces larges avenues ensoleillées, longées par le jardin public. Près de cette partie vraiment animée de la ville, contrastant avec les ruelles tortueuses et sombres, est une autre promenade d’une douceur majestueuse : les Aliscamps, si célèbres aux siècles passés, et qui conservent encore, malgré les mutilations, les envois aux musées et la destruction d’une partie de la nécropole pour l’assiette des ateliers du chemin de fer, tant de tombeaux antiques, du moyen âge et de la Renaissance.

Ces Aliscamps, c’est-à-dire les Champs Élysées où les fidèles tenaient à dormir de leur dernier sommeil, ne sont pourtant plus qu’une avenue très courte, bordée de mausolées, et de chapelles ruinées, ombragés par de grands peupliers. Ce furent jadis une ville funéraire immense. Non seulement les Arlésiens s’y faisaient enterrer, mais leshabitants des villes riveraines du Rhône envoyaient leurs morts au fil de l’eau, en des cercueils soigneusement calfatés ; on déposait le prix des funérailles dans le cercueil et, à Arles, une confrérie arrêtait les funèbres colis et procédait aux obsèques dans la terre sanctifiée par le tombeau de l’apôtre d’Arles, saint Trophime. La richesse de la nécropole était énorme, tombeaux païens et chrétiens en faisaient un véritable musée. Tout cela a été presque entièrement détruit ; les pauvres restes des Aliscamps n’en sont pas moins aujourd’hui encore un des sites les plus saisissants de l’ancienne cité impériale.

Cette destruction des Aliscamps pour la construction des ateliers et des voies du chemin de fer a été une faute irréparable. Certes, à ces travaux, Arles a gagné de résister à sa dépopulation constante, mais on eût pu obtenir le même résultat sans étrangler l’antique cité entre les noires constructions du chemin de fer et la digue formidable qui cache à Arles la vue du fleuve sous prétexte de la préserver des inondations. Il suffisait de faire passer le chemin de fer au delà des Aliscamps, dans la direction de l’est.

Aujourd’hui le mal est accompli, Arles ne peut plus s’étendre; elle a perdu la navigation qui l’animait et n’a pas su profiter de l’occasion inespérée de devenir un point de transit entre le Rhône et la mer. Au lieu d’empêcher le développement de Port-Saint-Louis , elle aurait dû apporter tous ses soins à venir en aide à la ville naissante et pousser au dragage des hauts-fonds sur le bas Rhône pour lui donner un tirant d’eau plus considérable. Arles aurait pu alors laisser à Saint- Louis les grands navires et recevoir sur les quais aujourd’hui déserts de sa gare maritime des bâtiments calant de 3 à 4 mètres.

Rien n’est navrant comme l’état actuel de ce port d’Arles si vivant il y a cinquante ans encore. A peine un ou deux navires, ou plutôt de grandes barques de cabotage, y viennent-ils de temps à autre. Les grands vapeurs fluviaux de Lyon à Port-Saint-Louis y déposent rarement des marchandises. Le mouvement total atteint à grand’peine 9,000 tonnes.

L’état actuel de la population d’Arles explique cette décadence. Sur les 25,000 habitants de la commune, la moitié, à peine, habitent la ville ; le reste est dans les villages. La ville a été désertée par son aristocratie et sa bourgeoisie, nul ne peut prendre l’initiative de la création de services maritimes. Cependant une grande maison lyonnaise de construction de navires y a établi des chantiers. La commune elle-même est trop vaste, son territoire couvre 103,000 hectares, plus que bien des arrondissements, plus de deux fois la surface du département de la Seine. La presque totalité de la Camargue, une partie de Crau en dépendent. Les habitants d’Arles exploitent au loin, par des fermiers, ces vastes terrains agricoles, ils sont donc tournés vers la gestion du sol et non vers le commerce et l’industrie. Leur produit le plus célèbre, le saucisson, se fabrique à Tarascon.

Peut-être, si ces immenses espaces étaient répartis en communes : Saint-Louis, Raphèle, Saint-Martin-de-Grau, Mas-Thibert et, dans la Camargue: Saliers, Albaron, la Gapelanayé, le Sambuc, les Salins-de-Giraud, ces groupes de mas et ces bourgs perdus disposant de leurs ressources fiscales pourraient-ils se développer, au grand avantage de la cité même ; celle-ci pourrait alors se tourner vers l’exploitation de sa situation géographique, si belle encore, et devenir un centre vital pour le Midi. Si l’étendue lui est mesurée sur la rive gauche, elle a, dans son faubourg de Trinquetaille, entre les deux bras du Rhône, des espaces illimités pour s’étendre. Il serait facile d’en faire la tête de ligne du réseau navigable du Midi par un tronçon de canal de deux kilomètres à peine reliant le canal d’Aiguesmortes vers Saint-Gilles au Petit-Rhône et en coupant, entre Arles et Fourques, par un autre canal, l’extrême pointe nord de la Camargue.

Arles peut donc espérer encore la prospérité. La mise en valeur de la Camargue et de la Crau est pour elle une certitude d’accroissement.

J’ai longuement parlé de la Camargue dans un précédent voyage. Il me reste maintenant à traverser la Grau pour achever la visite de cette région provençale arrosée, fertilisée ou à fertiliser par la Durance.

Jadis la plaine pierreuse venait jusqu’aux abords de la ville, le canal de Graponne a permis de transformer en prairies et en vignobles le désert infertile. On les atteint aussitôt après avoir traversé la région basse des marais couverte de vignes submergées, bornée, au nord, par le mamelon et les ruines fauves de Montmajour et les crêtes blanches des Alpilles. Pour franchir cette dépression et atteindre Arles, le canal court sur une longue rangée d’arcades.

Et aussitôt gravi ou traversé le talus à peine sensible qui porte la Crau, on est dans un pays d’aspect opulent : grandes prairies encadrées d’arbres, mas vastes et cossus entourés d’arbustes fleuris et précédés de belles avenues de platanes. Les arbres du Nord : peupliers, ormes, saules, marronniers, se mêlent aux pommiers. Sans les figuiers et les cyprès, sans le ciel d’un éclat implacable en cette fin d’année, on pourrait se croire dans les parties les plus bocagères de la Normandie. Mais celle-ci n’a pas en tel nombre les mas et les villas.

Bientôt les cyprès plantés au bord de la voie ferrée masquent cet heureux paysage dont le petit hameau de Raphèle, doté d’une station, est le centre vivant. Le mistral atteint ici toute sa violence ; rien ne l’arrête, on l’a vu immobiliser des trains sur le chemin de fer et les ingénieurs n’ont pu remédier au fléau qu’en imitant les cultivateurs et en faisant de la ligne ferrée une avenue majestueuse de noirs cyprès. Le vent, au delà de la voie, vers le Rhône, fait plier les joncs de l’immense étang des Chanoines, dont le colmatage fera un jour une opulente prairie. Au delà de ces marais, on entre dans la Crau encore sauvage; il y a bien au nord, sur les rives du canal de Craponne et de la roubine de la Chapelette le village et les mas de Saint-Martin-de-Crau, mais le chemin de fer, tout en les desservant par une station, se tient dans la partie encore inculte. Vers le sud se dressent les bâtiments d’une fabrique de dynamite qui a trouvé dans la Grau un isolement propice.

Au bord de la voie c’est la solitude, les seules habitations sont les maisons de garde-barrière, très classiques avec leurs assises trapues et le grand arceau ouvrant sur un vestibule donnant accès dans l’intérieur. Peu à peu la Crau se précise : champ de pierre fauve sans bornes, couvert de maigres taillis de chênes verts. Ceux de ces ar-
bustes qu’on a laissés croître sont assez hauts et montrent que la Grau aurait pu devenir une truffière ou une pinède si le pâturage des moutons n’avait été de tout temps la seule et désastreuse exploitation de l’immense champ de cailloux .

Ces abords de la Crau ont donc encore des taches de verdure ; on a tenté de les conquérir en plantant des amandiers, dont s’alignent les troncs noirs et rugueux, contournés par le vent. Parmi les champs de pierre et les plantations, l’eau de la Durance a permis aux habitants de Saint-Martin de créer quelques belles oasis de prairies, de cultures et de vignes. Ces dernières traces de la volonté humaine disparaissent : voici le véritable désert de la Grau, plaine sans fin de cailloux entre lesquels, en cette saison, croît une herbe courte, à peine visible, pacagée par des moutons roux, qui s’abriteront ce soir dans les bergeries semées çà et là. Ces umbles constructions, sous ce ciel clair, et dans la plaine rase, prennent parfois l’aspect de vastes édifices. Au loin on aperçoit encore des bouquets d’arbres indiquant un mas né au bord d’un canal. Ces parties cultivées sont des coussouls.

Un de ces mas appelé les Poulagères est au milieu de tas énormes d’ordures ménagères, formant avenue sur les deux côtés d’un embranchement du chemin de fer. Ce sont les débris recueillis dans les rues de Marseille et transportés chaque jour par train spécial. La grande cité en se débarrassant ainsi de ses ordures, concourt à la transformation de la Crau, à laquelle elle fournit des éléments fertilisants par F humus, qui manque si complètement à ce désert pierreux. Les cailloux sont exploités : les trains qui ont amené les gadoues aux Poulagères ramènent les galets à Marseille, où ils sont utilisés pour le macadam.

L’emplacement de ce dépôt a été choisi entre les deux branches du canal des Alpilles appelées de Langlade et d’istres, dont les eaux compléteront l’œuvre des gadoues. Cette partie de la Crau pourra ressembler un jour à la région d’Arles ; déjà, autour du vaste étang d’Entressen aux eaux bleues, s’étendent des prairies, des champs, des lignes d’arbres et des mas.

L’oasis d’Entressen est vite disparue, car la Crau recommence plate, nue, semée de cailloux, toute vibrante de lumière, mais bornée au loin par les collines isolées d’istres et la ligne de rochers de Miramas, derrière lesquels s’étalent les eaux de la petite mer de Berre.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *