Les fonds d’archives de la BU d’Angers

Au cours de ce mois de mars, nous avons eu le plaisir d’accueillir dans nos murs une collègue conservatrice-stagiaire venue de la BU d’Angers. France Chabod y est responsable des fonds d’archives dont elles nous a fait une présentation ce matin. Je vous résume, et vous invite à visiter ce qui les concerne sur le site de la BU d’Angers.

Sommaire

N’hésitez pas à cliquer sur les images : à l’exception de celle ci-dessus, elles vous renvoient à des photographies d’expositions de la BU d’Angers.

Les fonds littéraires

Depuis les années 1990, la bibliothèque universitaire d’Angers abrite des fonds d’archives littéraires et des bibliothèques personnelles d’auteurs essentiellement originaires de la région angevine (Hervé Bazin, Danièle Sallenave, Julien Gracq…) mais aussi des poètes et des écrivains dont l’œuvre a fait l’objet d’études et de colloques à l’université d’Angers (Michel Tournier, André Dhôtel, Anthony Burgess, Octave Mirbeau…). La bibliothèque universitaire d’Angers est également devenue le centre de référence sur l’École de Rochefort.

Plus d’information

Vous trouverez ci-dessous la présentation succincte de quelques fonds. Pour plus de détails, je vous invite à consulter les inventaires en  pdf et les inventaires dans Calame.

Fonds Hervé Bazin

Natif d’Angers où il est également mort, Hervé Bazin (1911-1996) a d’abord été considéré par la critique comme le « romancier de la famille » avec le « cycle Rezeau » (Vipère au poing, son premier roman, publié en 1848 ; La mort du petit cheval ; Cri de la chouette). Cependant sa vocation première était la poésie avec les recueils Jour (1946) et A la poursuite d’Iris (1948). Il a aussi publié des recueils de nouvelles et des essais (Ce que je crois, 1977) et a su se renouveler en abordant.  le conte philosophique (Les Bienheureux de la désolation , 1970) et l’anticipation (Le Neuvième jour, 1994).

En 1995, Hervé Bazin avait déposé ses manuscrits et sa  correspondance aux Archives municipales de la ville de Nancy, déjà en possession du fonds des frères Goncourt originaires de la ville. Ce dépôt ayant été invalidé par décision de justice, suite à la demande des principaux ayants droits, il a été remis en vente chez Drouot le 29 octobre 2004. La BU d’Angers a pu, grâce à l’aide de la ville d’Angers, du Conseil Général du Maine-et-Loire et du Ministère de l’Éducation Nationale, préempter la quasi totalité de ce patrimoine soit : 22 manuscrits et 9000 lettres remis à la disposition des chercheurs. Elle devient ainsi un centre de recherche national et international sur l’auteur français le plus lu de la seconde moitié du XXe siècle.

Voir divers manuscrits numérisés dans Calames.

Fonds Anthony Burgess

Surtout connu pour son roman Orange mécanique, paru en 1962 et adapté en 1971 au cinéma par Stanley Kubrick, Anthony Burgess (1917-1993) a d’abord été compositeur et a écrit 2 symphonies, des sonates, des concertos. un ballet sur William Shakespeare. Il est aussi l’auteur de nombreuses de critiques littéraires, d’essais sur Shakespeare et Joyce, d’articles de journaux et d’une vingtaine de romans. Ayant également étudié la linguistique, il a créé l’Ulam, langage préhistorique fictif, pour le film La Guerre du feu (1981), et traduit Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand ou L’Avare de Molière. Sans parler de ses dons pour le dessin… Bref, pour reprendre le titre d’une exposition de la BU d’Angers, c’était un vrai Polyphonic man !

Le fonds d’archives se compose essentiellement de carnets de notes, de partitions et de photographies. Les cassettes vidéo sont soit des copies d’anciennes émissions, soit des interviews réalisées pour The Burgess Variations. L’intérêt de ce fonds est de rassembler en un même lieu des ressources audiovisuelles rares et très difficiles à obtenir. L’université d’Angers a créé le Centre Anthony Burgess qui collabore au niveau international avec The International Anthony Burgess Foundation à Manchester, et organise régulièrement des colloques : celui de 2014 s’intiulait « Anthony Burgess et la France «  et soulignait les liens de l’écrivain avec notre pays et notre langue.

Fonds Julien Gracq

Voir entre autres ses diapositives et photographies visibles sur Calames.

Fonds Michel Tournier

Fonds de l’École de Rochefort

Voir quelques documents numérisés dans Calames.

Le Centre d’archives du féminisme (CAF)

Créé en 2000 au sein de la Bibliothèque universitaire d’Angers par une convention de partenariat entre l’association Archives du féminisme (présidée par Christine Bard) et l’Université d’Angers, le Centre des Archives du féminisme (CAF) est l’un des quatre principaux lieux de collecte et de sauvegarde des archives féministes en France, aux côtés de la Bibliothèque Marguerite Durand (BMD), de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) et de l’espace audiovisuel Simone de Beauvoir.

Le CAF a reçu le label CollEx (collections d’excellence pour la recherche) > Liste des collections labellisées CollEx

Comme vous le constaterez en allant sur le site de la BU d’Angers, en consultant la plaquette de présentation du CAF ou l’état des fonds sur le féminisme, ces fonds proviennent tant d‘associations que de personnes impliquées dans les deux vagues du féministe, celui des  suffragettes de la première moitié du XXe siècle et celui des années 1960-1970 autour de la contraception, de l’avortement, des violences faites aux femmes. En voici deux exemples.

Fonds Cécile Brunschwicg

Cécile Kahn est née à Enghien-les-Bains en Seine-et-Marne le 19 juillet 1877. Elle appartient à une famille aisée et se marie avec le philosophe Léon Brunschvicg en 1899, qui l’aurait sensibilisée au féminisme. Elle entre en 1909 dans deux grandes associations féministes réformistes : le Conseil national des femmes françaises et l’Union française pour le suffrage des femmes., où elle accède rapidement à d’importantes responsabilités.

Lors de la Première guerre mondiale, elle rejoint l’“Union sacrée” et crée en 1916 l’Œuvre parisienne pour le logement des réfugiés. Devenue présidente de l’UFSF en 1924, elle prend la même année la direction de La Française, l’hebdomadaire du féminisme réformiste et entre dans la vie politique en adhérant au parti radical. En 1936, Cécile Brunschvicg est une des trois femmes à faire partie du gouvernement de Léon Blum alors que les femmes non toujours pas le droit de vote…

En juillet 1940, elle  se réfugie dans le Midi de la France, puis étant juive, elle est contrainte à la clandestinité durant l’Occupation. Elle meurt le 5 octobre 1946 alors que les femmes françaises viennent enfin d’obtenir le droit de vote.

Pour en savoir plus, voir l’inventaire du fonds Cécile Brunschwicg en pdf et sur Calames.

Fonds Benoîte Groult

Benoîte Groult a raconté sa vie dans son essai autobiographique Histoire d’une évasion (1997) et dans son autobiographie Mon évasion (2008). Elle est née le 31 janvier 1920 à Paris dans une famille d’artistes. Elle publia ses premiers ouvrages avec sa sœur cadette, Flora Groult (Journal à quatre mains en 1958, Le féminin pluriel en 1965, Il était deux fois en 1967), et s’éveilla tardivement au féminisme. La publication de Ainsi soit-elle, en 1975, année déclarée « année internationale de la femme »,  dénonce avec un humour incisif la misogynie de la société et les mutilations sexuelles féminines. En 1978, elle fonda, avec Claude Servan-Schreiber, le mensuel féministe, F magazine. Elle assura notamment la présidence de la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métiers, de grades et de fonctions, elle fut membre du jury Femina pendant une trentaine d’années.

Avant d’être contactée par France Chabod, Benoîte Groult avait détruit une grande partie de ses archives, ne voyant pas l’intérêt de les conserver et ne souhaitant pas « encombrer » ses filles après sa mort. De tous les romans et essais qu’elle a écrits, Benoîte Groult n’a conservé que les manuscrits et/ou les tapuscrits de trois oeuvres importantes : Journal à quatre mains (coécrit avec sa soeur, Flora Groult), Les Vaisseaux du coeur, et Mon évasion. version revue de Histoire d’une évasion, essai autobiographique basé sur des interview s de B. Groult par Josyane Savigneau (voir l’exposition Mon évasion : un manuscrit à partager et le manuscrit numérisé dans Calame).

Un colloque a eu lieu à l’université d’Angers en 2014, accompagné d’une exposition Relire Benoîte Groult à la lumière de ses écrits. en présence de Benoîte Groult.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.