Face au changement climatique et à la crise écologique

Plan

  1. Le contexte et le constat
    1. Histoire du climat
    2. Un élément de l’Anthropocène
    3. Le GIEC
    4. Conséquences du changement climatique
  2. Que faire face à la crise écologique ?
    1. Lé déni des climatosceptiques
    2. La diversité des discours éclogique
    3. L’écologie entre en politique
    4. La création culturelle autour de la crise écologique

1. Réchauffement climatique et crise écologique : contexte et constat

1.1 Histoire du climat

Le réchauffement ou changement climatique actuel s’inscrit dans une histoire beaucoup plus longue, celle du climat, popularisée dès les années 1960 par l’historien moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie, suivi par l’historien des sciences Pascal Acot et le spécialiste de chrono-écologie Miche Magny.

L’homme face au climat : symposium annuel [organisé par le] Collège de France. Odile Paris : Jacob, DL 2006. BU Tours.

Pascal Acot. Histoire du climat. Paris : Perrin, 2003. BU Tours.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire du climat depuis l’An mil. Flammarion, 1967. BU Tours.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire humaine et comparée du climat. Fayard, 2004-2009. 3 vol.

1 – Canicules et glaciers (XIIIe-XVIIIe siècles). BU Tours.

2 – Disettes et révolutions (1740-1860). BU Tours.

3 – Le réchauffement de 1860 à nos jours. BU Tours

Emmanuel Le Roy Ladurie. Naissance de l’histoire du climat. Préface d’Anouchka Vasak ; postface de Pascal Acot. Paris : Hermann, 2013. BU Tours.

Michel Magny. Une histoire du climat des derniers mammouths au siècle de l’automobile. Paris : éd. Errance, 1995. BU Tours.

1.2 Un élément de l’Anthropocène

Le réchauffement climatique actuel est un des éléments de l’Anthropocène, caractérisé en outre par l’épuisement des ressources naturelles, la pollution de l’environnement et l’effondrement de la biodiversité.

Sur l’Anthropocène

Paul J. Crutzen. « La géologie de l’humanité : l’Anthropocène » suivi d’un addendum de Jacques Grinevald, L’Anthropocène et la révolution thermo-industrielle, Écologie & politique, n° 34, p. 141-148 . Trad. de « Geology of Manking : “The Anthropocene”, Nature, n° 415 (3 janvier 2002) p. 23. PDF

Rémi Beau et Catherine Larrère. Penser l’Anthropocène. Paris : Presses de Sciences Po, 2018. BU Tours.

Michel Magny. L’Anthropocène. Paris : PUF, 2021. BU Tours.

Sur l’épuisement des ressources

The Limits to Growth ou rapport Meadows (traduction française :Halte à la croissance). 1972.

Sur la pollution de l’environnement

Rachel Carson. Silent Spring, 1962. Trad. française : Le Printemps silencieux, 1968. BU Tours.

Jean-Noël Salomon. Danger pollutions ! Presses Universitaires de Bordeaux. 2003. BU Tours.

Sur l’effondrement de la biodiversité

Elizabeth Kolbert. La sixième extinction : comment l’homme détruit la vie. Paris : Vuibert, 2015. Trad. de : The sixth extinction : an unnatural history, 2014. BU Tours.

1.3 Le GIEC

Créé en 1988 à la suite d’une initiative politique internationale et dépendant de l’Organisation météorologique mondiale et du Programme des Nations unies pour l’environnement, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC ; en anglais : Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC) est un organisme intergouvernemental ouvert à tous les pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU).  Il a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine.

Rapports du GIEC disponibles en ligne

Frédéric Durand. Le réchauffement climatique : enjeu crucial du XXIe siècle. Paris : Ellipse, 2020. BU Tours.

François-Marie Bréon. Réchauffement climatique. Paris : Humensciences, 2020. BU Tours.

1.4 Conséquences du changent climatique
Conséquences sur l’environnement

La montée de la température de l’air et de l’eau, la fonte de la calotte polaire et des glaciers et montée des eaux, la perturbation du cycle de l’eau et les sécheresses, les cyclones, les submersions et les crues.

[Références à chercher]

Conséquences sur les sociétés humaines

Famines, épidémies, guerres et migrations.

Marie-Monique et Serge Morand. La fabrique des pandémies : préserver la biodiversité, un impératif pour la santé planétaire. Préface de Serge Morand. Paris : La Découverte, 2021. BU Tours.

Harald Welzer. Les guerres du climat pourquoi on tue au XXIe siècle. Trad. de l’allemand : Klimakriege : wofür im 21. Jahrhundert getötet wird, 2008. Paris : Galliars, 2009. Edition poche : 2012. BU Tours.

Geremia Cometti. Réchauffement climatique et migrations forcées : le cas de Tuvalu. Genève : : Graduate Institute Publications, 2011.

Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva, François Gemenne. Atlas des migrations environnementales. Paris : Sciences Po les Presses, 2016. BU Tours.

André Tassou (dir.) Changements climatiques et mouvements migratoires en Afrique subsaharienne comment les catastrophes naturelles et les flux humains dictent leur loi… préface du Pr Bernard Gonné. Paris : L’Harmattan, 2019. BU Tours.

2. Que faire face à la crise écologique ?
2.1 Le déni des climatosceptiques

Alors que les signes du réchauffement climatique s’accumulent, il se trouve encore des climatosceptiques, manipulés ou stipendiés par de puissants lobbies industriels pour en nier la réalité ou en relativiser l’importance.

Stéphane Foucart. Le populisme climatique : Claude Allègre et Cie, enquête sur les ennemis de la science. Paris : Denoël, 2010.

Stéphane Foucart, L’avenir du climat : enquête sur les climato-sceptiques, Paris, Gallimard, 2015. (coll. « Folio actuel »). Localisation BU Tours.

François-Marie Bréon. « Le climato-dénialisme n’est pas mort » , site de Association Française pour l’Information Scientifique, 23 février 2019.

2.2 La diversité des discours écologistes

La pensée écologique est très diverse, des collapsologues à l’écosophie, des décroissants à l’écologie intégrale ou chrétienne, des partisans d’une certaine radicalité anti-capitaliste ou d’une écologie profonde aux tenants d’une écologie superficielle et du développement durable, ce dernier pouvant du reste être considéré comme le dernier avatar d’un capitalisme repeint en vert…

Qu’est-ce que la « pensée écologique » ?

Dominique Bourg et Alain Papaux . « La pensée écologique ». In Dominique Bourg et Alain Papaux (dir.). Dictionnaire de la pensée écologique. Paris: Puf, 2015, p. 756-759. BU Tours.

Anthologies

Dominique Bourg et Antoine Fragnière (éd.). La pensée écologique : une anthologie. Paris: Presses universitaires de France, 2014.

Baptiste Lanaspeze, Marin Schaffner (éds.) Les pensées de l’écologie : un manuel de poche. Marseille : Wildproject, 2021. BU Tours

Les collapsologues

Jared Diamond, Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie. Gallimard, 2006. Collection« Folio », 2009. Trad. de : Collapse: How Societies Choose to Fail or Survive, 2005. BU Tours

Renaud Hetier. L’humanité contre l’anthropocène : résister aux effondrements, préface de Dominique Bourg. PUF, 2021.

Les décroissants

Cédric Biagini, David Murray, Pierre Thiesset (coord.). Aux origines de la décroissance cinquante penseurs. L’échappée, 2017. Réédition poche 2020. Présentation. BU Tours.

Serge Latouche.

L’écologie intégrale

« Laudato si' » pour une écologie intégrale. Toulouse : les Presses Universitaires : Institut catholique de Toulouse, 2017.

L’écosophie
L’écologie profonde

Arne Næss. Écologie, communauté et style de vie, MF éditions, 2008, Traduction de : Ecology, community and lifestyle, écrit en 1976 et traduit en anglais en 1989, livre fondateur de la deep ecology. BU Tours.

Arne Næss. L’écologie profonde, présenté et commenté par François Yerly-Brault. Paris : PUF, 2021. Edition critique d’un article de 1973. BU Tours.

Le développement durable

Claude Martin et Jaroslav Kita, Les défis du développement durable: politiques industrielles et commerciales dans l’Union européenne. Travaux scientifiques du Réseau PGV, Université de Gre-noble, 2009. Parmi les contributions : Serge Dufoulon. « Développement durable : analyse sociologique de la domestication de l’environnement ».

Edwin Zaccai. Vingt-cinq ans de développement durable, et après ? Paris : PUF, 2011. BU Tours. Un ouvrage plutôt critique sur cette notion… Voir aussi l’article ci-dessous, du même auteur :

2.3 L’écologie entre en politique

L’écologie est entrée en politique par deux voix différentes et parfois opposées : l’écologisme, né dans la société civile, va nourrir les premiers mouvements et partis écologistes pendant que les Etats vont tenter, avec plus ou moins de conviction et de sincérité, d’apporter une réponse à la crise environnementale.

L’écologie politique extra- gouvernementale

Après des débuts modestes les années 1970 (la candidature de René Dumont aux élections présidentielles françaises de 1974 n’obtient que 1,3 % des suffrages exprimés), l’écologie devient une préoccupation croissante de la société et des penseurs politiques comme André Gorz. Les partis traditionnels ne peuvent l’ignorer au point qu’aujourd’hui ce n’est plus le domaine des seuls Verts, car tous prétendent s’en préoccuper.

Alexis Vrignon. La naissance de l’écologie politique en France : une nébuleuse au cœur des années 68. Presses universitaires de Rennes, 2017. BU Tours.

René Dumont. L’utopie ou la Mort ! Paris : Le Seuil, 1973. (Coll. « L’Histoire immédiate »). Édition mise à jour. Paris : Le Seuil, 1974. BU Tours.

André Gorz. Écologie et politique. Galilée, 1975, éd. augmentée Seuil « Points », 1978, qui ajoute le texte « Écologie et liberté » paru en 1977. Réédition des deux ouvrages en un volume : Arthaud, 2018. BU Tours

André Gorz. Leur écologie et la nôtre : anthologie d’écologie politique, textes introduits et présentés par Françoise Gollain et Willy Gianinazzi. Paris : Éditions du Seuil, DL 2020. BU Tours

Ecologie politique, numéro thématique de la Revue française des idées politiques, n° 44, 2e semestre 2016. BU Tours.

Dimitri Roussopoulos. L’écologie politique : au-delà de l’environnementalisme. Nouvelle édition revue et augmentée. Editions Ecosociété, 2017. Trad. de : Political Ecology : Beyond Environmentalism.

Programmes électoraux aux élections régionales et départementales françaises de juin 2021.

L’écologie politique selon les Etats

Au niveau national apparaissent, à partir des années 1970, des ministères de l’Environnement dans de nombreux pays. En France, où il a été créé dès 1971, il porte le nom de ministère de la Transition écologique depuis 2017.

Robert Poujade. Le ministère de l’impossible. Paris : Calmann Lévy, 1975.

Michel Lamy. Ils ont créé l’écologie politique : histoire, bilans et perspectives. Paris : Sang de la Terre, 2014. BU Tours.

Sur le site du ministère de la Transition écologique :

Au niveau international sont créées des instances intergouvernementales dont la Conférence des parties (ou Conference of parties = COP) à la Convention-cadre des Nations unies (CNNU) sur les changements climatiques ou des comités d’experts comme le GIEC. Cependant, cette coopération internationale a ses limites (retraits du Canada et des Etats-Unis du Protocole de Kyoto…).

Stefan C. Aykut, Amy Dahan. Gouverner le climat ? Vingt ans de négociations internationales. Presses de Sciences Po, 2015. BU Tours.

Stefan C. Aykut (éd.). Climatiser le monde conférence-débat organisée par le groupe Sciences en questions à l’INRA de Paris le 21 juin 2018 [préf. de Catherine Donnars]. Versailles : Editions Quæ, 2020. BU Tours.

2.4 La création culturelle autour de la crise écologique
Une vision plutôt catastrophiste

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search