Tous les articles par Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

Bande-dessinée “alternative” et microédition

La définition de la bande-dessinée “alternative” – dite aussi “indépendante”, encore que les deux termes ne se recoupent pas complètement – est un peu fluctuante comme le suggère un article de Wikipedia. Pour faire simple, la bande-dessinée alternative se caractérise par de petites structures éditoriales – il peut s’agir de collectifs d’auteurs -, une certaine recherche graphique et de petits tirages. Vous pourrez voir que ce n’est pas toujours si simple, mais je me contenterai pour l’instant de ce point de départ.

Dernière mise à jour : 16 septembre 2019. Les liens en rouge semblent être rompus.

Continuer la lecture de Bande-dessinée “alternative” et microédition

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Nadar, Deburau et Pierrot assassin

(Dernière mise à jour : 27 février 2014)

J’ai pu voir à l’exposition Nadar, la norme et le caprice une photographie représentant Sarah Bernhardt en Pierrot dans la pantomime Pierrot assassin.

 

Pierrot assassin et le crime de Baptiste

Si j’en crois le catalogue de la BNF, ce Pierrot assassin est, non pas une pantomime de Paul Margueritte inititulée Pierrot assassin de sa femme et parue en 1882 (cf. Gallica), mais bien celle de Jean Richepin, avec une musique de F. Pardon, des décors de Robecchi et des costumes de Landolff, jouée avec Sarah Bernhardt dans le rôle de Pierrot et Réjane dans celui de Colombine. La représentation eut lieu au Palais du Trocadéro, le 28 avril 1883. En 1889,  en termes peu amènes et quelque peu antisémites, Champfleury la définit comme un fiasco dans sa préface aux Pantomimes de Gaspar et Ch. Deburau (cf. Gallica)

Et puique nous parlons de Deburau… Le thème du Pierrot assassin m’a fait penser au film de Jean Carné, Les enfants du Paradis où Baptiste Deburau triomphe dans la pantomime Le marchand d’habits. Or il y joue le rôle d’un assassin. Voici ce qu’en dit Fabienne Deseez dans son mémoire Théâtre et théâtralite dans les Enfants du paradis (cf. Memoire online)

En 1842, Cot d’Ordan, l’administrateur des Funambules, écrit pour Deburau une pantomime d’un genre nouveau, Le marchand d’habits qui marquera le sommet de la gloire du mime. Cette pantomime est reprise dans le film dans la deuxième époque.

Loin d’être une comédie, cette pantomime macabre, située entre Don Juan et Hamlet, raconte l’histoire de Pierrot, chassé par son maître parce qu’il est tombé amoureux d’une duchesse. Pour faire la cour à sa belle, il tue un marchand d’habits afin de se procurer des vêtements décents. Au moment de conduire la duchesse à l’autel, le spectre du marchand d’habits apparaît, saisit Pierrot, le tue et l’entraîne dans un gouffre.

Théophile Gautier donne de cette pantomime une évocation plus détaillée dans “Shakspear (sic) aux Funambules”, article paru dans la Revue de Paris du 4 septembre 1842 et reproduit sur Brittany melodies, site malheureusement fortement vérolé de pubs intempestives, mais où on peut trouver quelques articles intéressants sur le célèbre mime.

Ainsi celui de Danièle Gasiglia-Laster, “Les Enfants du Paradis et le XIX° siècle de Jacques Prévert” m’a appris cette double anecdote sur la genèse du film de Carné et un épisode tragique de la vie de Deburau :

D’autre part, le scénario original s’achève sur le meurtre par Deburau du marchand d’habits, inspiré par un fait réel : au cours d’une promenade avec sa femme, Deburau et sa compagne furent insultés par un jeune homme ; le mime rossa le voyou à coups de canne et le tua. Cela se passait le 18 avril 1836 et ce serait l’idée de départ des Enfants du paradis : Jean-Louis Barrault, qui rêvait d’incarner le mime, ayant raconté à Prévert et Carné le meurtre involontaire commis par Deburau, le procès retentissant qui s’ensuivit, la curiosité de l’entendre pour la première fois, son acquittement. Ce fait-divers et ses conséquences ne seront pourtant finalement pas représentés dans le film.

A noter que cet article, publié initialement dans L’invention du XIXe siècle II, le XIXe siècle au miroir du XXe (Klincksieck / Sorbonne Nouvelle, 2002), est également disponible sur un site consacré à Marcel Carné où vous trouverez un dossier très complet sur le film. Voir aussi Karavane Papou.

Maxime Braquet a écrit un article assez détaillé au sujet cette “baston tragique” sur le site La ville des gens. Sa version diffère sensiblement de celle donnée en 1931 par l’écrivain tchèque Egon Erwin Kisch (1888-1948) dans “Pierrot, der Totschläger” (cf In jedem Schubfach eine Leiche : Zwölf Reportagen, Berlin und Weimar, 1965) : une traduction par J. Granoux, Du mime au crime, est disponible sur Brittany melodies. Je vous laisse comparer. Cependant, la version de Maxime Braquet, membre du Conservatoire Historique d’Études et de Recherches – C.H.E.R. 19, me semble un peu mieux étayée historiquement. Mais il ne sera pas inutile de lire également, dans l’ouvrage Louis Péricaud, Le Théâtre des Funambules, ses mimes, ses acteurs et ses pantomimes, depuis sa fondation jusqu’à sa démolition (Paris, 1897), le chapitre intitulé… “Pierrot assassin” (cf. Gallica).

Deburau fils et Nadar

Mort avant le développement de la photographie, le grand réformateur de la pantomime apparait dans des gravures, comme celle de Maleuvre repésentant le mime dans la pantomime Les vingt-six infortunes de Pierrot (cf. Gallica).

Son fils, Charles (1829-1873) lui succéda au théâtre des Funambules. Et c’est là que nous retrouvons Nadar. Ou plutôt Nadar et son frère lorsqu’ils travaillaient ensemble. Mais voyons ce qu’il en est dit sur le site du Musée d’Orsay :

Durant l’automne 1854 ou l’hiver 1854-1855, Nadar, qui a associé à son activité son jeune frère Adrien, demande au mime Charles Deburau (1829-1873) du théâtre des Funambules de poser pour une série de “têtes d’expression”. Ce dernier est le fils du célèbre Baptiste Debureau, qui servit de modèle pour le rôle joué par Jean-Louis Barrault dans le film de Marcel Carné Les enfants du Paradis (1945).

Félix Nadar obtient ensuite d’un ami haut placé que la série soit exposée à l’Exposition universelle de 1855. Le jury de l’Exposition décerne une médaille d’or à ce travail. Elle est attribuée non pas à Félix, mais à Adrien, qui s’est approprié le nom d’artiste de son frère en se faisant appeler Nadar jeune. Il s’ensuit un procès que Félix finit par gagner en 1857 contre Adrien.

Voyez aussi sur cette triste histoire, l’article de Laurent Abadjian, ““Controverses” : Qui est l’auteur de cette photo ?”, sur le site de Télérama sur trois affaires qui ont marquées la progressive reconnaissance du droit d’auteur en photographie extraites du livre de Daniel Girardin et Christian Pirker Controverses, une histoire juridique et éthique de la photographie.

La photographie emblématique de la série consacrée à Charles Deburau est sans doute Pierrot photographe. Voir l’article de Philippe Hamon, “Pierrot photographe”, Romantisme, 1999, vol. 29, n° 105, p. 33-43 (cf. Persée).

Voir aussi, sur la  même thématique, un couple de statuettes de années 1890, Pierrot photographie Colombine, repéré sur Antiq-photo.

Les différentes photographies de la série réalisée par Nadar et son frère sont visibles un peu partout sur internet, et notamment sur MuZéo Collection (11 photographie) ou la galerie de Gustavo Thomas sur Picasa (13 photographies).

Sur les Deburau père et fils

Wikipedia francophone présente de façon très succincte la famille Deburau. Pour un aperçu la vie de Jean-Gaspard Baptiste Deburau (ou Debureau), né Jan Kašpar Dvořák (1796–1846), mieux vaut se reporter à l’article de Wikipedia anglophone et à celui des Amis et passionnés du Père Lachaise.

Pantomimes de Gaspar et Ch. Deburau, traduction (?) par M. Émile Gobby ; préface. par M. Champfleury.Paris : E. Dentu, 1889. Disponible dans Gallica.

Il faut ajouter à cela quelques biographies et des livres de souvenirs écrits par ses contemporains ou plus tard :

Jules Janin. Deburau. Histoire du Théâtre à quatre sous, pour faire suite à l’Histoire du Théâtre-Français. 2e édition. Paris : Gosselin, 1832. 2 vol. in-12 . Première édition mise dans le commerce, l’édition originale n’ayant été tirée qu’à 25 exemplaires pour un cercle d’amis (cf. Livre-rare-book). D’autres édition suivront :

Celle de parue à Bruxelles chez L. Hauman et Cie en est disponible sur Google livres.

Celle parue à Paris à la Librairie des bibliophiles en 1881 avec une préface d’Arsène Houssaye figure dans Gallica.

Champfleury. Pierrot, valet de la mort : pantomime en sept tableaux. Paris : impr. de Gerdès, 1846. Disponible dans Gallica.

Cette brochure a été reprise dans Souvenirs des Funambules, ouvrage du même auteur publié en 1859. Disponible sur Google livres

Jules Janin et al.. Deburau. Paris : impr. de Aubusson et Kugelmann, 1856. 16 p. Disponible dans Gallica.

Louis Péricaud. Le Théâtre des Funambules, ses mimes, ses acteurs et ses pantomimes, depuis sa fondation jusqu’à sa démolition. Paris : 1897. Disponible sur Gallica.

Tristan Rémy. Jean-Gaspard Deburau. Préface de Jean-Louis Barrault. Paris : l’Arche, 1954.

Parmi les écrivains qui se sont inspirés de la vie de Baptiste Deburau figure en premier lieu Sacha Guitry dont la pièce, simplement intitulée Deburau, a été mise en scène en 1918 par Georges Pitoëff avec comme interprète Georges Pitoëff (Jean-Gaspard Deburau) et Ludmilla Pitoëff (Charles Debrau, son fils). Elle a donné lieu par la suite à au moins trois adaptations sur le grand et le petit écran, comme nous l’indique le site spécialisé dans le cinéma imdb.com :

The Lover of Camille (1924) : réalisateur Harry Beaumont ; scénariste Dorothy Farnum, adaptation de la pièce de Sacha Guitry ; interprète Monte Blue (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Deburau (1951) : réalisateur Sacha Guitry ; scénariste Sacha Guitry ; interprète Sacha Guitry (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Deburau (1982) (TV) : réalisateur Sacha Guitry ; scénariste Sacha Guitry ; interprète Robert Hirsch (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Moins connu en Françe, l’écrivain tchèque František Kožík (1909-1997) lui a consacré un roman paru en 1939 Největší z pierotů (“Le plus grand des Pierrots”) qui a eu une certaine importance en son temps (cf. Radio Praha).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Archives nationales / Maison de l’Histoire de France

Dossier de presse (mise à jour du 22 octobre 2010)

Avril 2008 : “La Maison de l’histoire de France” rapport d’Hervé Lemoine

D’autres rapports ont suivis. Voci ce qu’il en est dit le 18 octobre 2010 sur le blog des livres de La Recherche :

On a parlé beaucoup, et pour cause, d’histoire aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois ce week-end, et de la fameuse « Maison de l’histoire de France » devant s’installer au plus vite dans le quadrilatère parisien des Archives nationales. Le moins qu’on puisse dire est que les rapports de référence – ceux particulièrement d’avril 2008 (par Hervé Lemoine, devenu en janvier 2010 directeur du Service interministériel des Archives de France), et d’avril 2010 (par Jean-François Hébert, chargé de la préfiguration du projet présidentiel) – ne brillent ni par leur érudition ni leur réflexion. Pas d’état des lieux du gros dossier histoire & musées en France, pas de tentative d’élucidation de l’énigme : pourquoi une absence de musée central de l’histoire de France dans un pays si marqué par l’histoire, par le travail historien, et par le centralisme monarchique et républicain. Il existe pourtant une tradition du rapport administratif de référence, tel celui de Guy Braibant sur Les Archives en France en 1996 (édité par La Documentation Française). Le projet, en ce sens, de « Maison de l’histoire de France », est très mal parti, sans parler des attendus idéologiques.

23 septembre 2009 : Nouvel Obs – “La Maison de l’histoire de France franchit un pas”

24 mai 2010 : Le Parisien – “Maison de l’histoire de France : l’Ile Seguin joue la modernité”

12 septembre 2010 : TF1 – “La Maison de l’histoire de France trouve sa place à Paris”

14 septembre 2010 :  Ministère de la Culture – “La Maison de l’histoire de France s’installera aux Archives Nationales”

16 septembre 2010 : Libération – “Les Archives occupées par le personnel”

22 septembre 2010 : HNS Info – “Non à la Maison de l’Histoire de France aux Archives Nationales ! 4ème nuit d’occupation de l’Hôtel de Soubise”

8 octobre 2010 : Archivistes – “La « maison de l’histoire de France » aux Archives nationales ? L’Association des archivistes français prend position”

15 octobre 2010 : Mediapart – Antoine Perrault “Du rififi mémoriel aux Archives nationales contre le musée Sarkozy”

16 octobre 2010 : Bakchich info – Lucie Delaporte “Les historiens disent non au musée Sarkozy”

A suivre…

Voir aussi

un profil Facebook Maison de l’Histoire de France, pas aux Archives

un dossier de Fabula

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

“Nadar, la norme et le caprice” au château de Tours

J’ai visité hier après-midi une exposition consacrée à Nadar. Organisée par le Jeu de Paume au château de Tours, celle-ci se termine le 7 novembre et je vous conseille de vous y précipiter.

Pour plus d’informations sur l’exposition,

le site du Jeu de paume

le site de Francis Moreeuw où vous trouverez aussi une biographie de Nadar

le blog Thé au jasmin

Plus de 25000 photographies de l’atelier Nadar père et fils sont visibles sur la base Mémoire de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine.

Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar (1820-1910), fut aussi et d’abord un fameux caricaturiste (cf. article du site Caricatures et caricature). L’exposition présente d’ailleurs quelques dessins parus dans le Journal pour rire  et dans le Journal amusant dans les années 1850. Voir par exemple la Lanterne magique des auteurs et journalistes parue le 24 janvier 1852 avec Victor Hugo en chef de file :

Ce fut aussi un écrivain dont certains livres, ainsi que des photographies et des dessins, sont accessibles sur Gallica.

 

 Bibliographie succincte

Livres, photographies et dessins de Nadar

Quand j’étais photographe, dossier établi par Martine Reid, édition Léon Daudet, Actes Sud, 1998. Texte paru en 1900, alors que Nadar a quatre-vingts ans.

Nadar, Phaidon, 2001. 55 de ses images, accompagnées de brefs commentaires.

Nadar : exposition, Galerie d’art du Conseil général des Bouches-du-Rhône, 5 juillet-30 septembre 2001, Actes sud, 2001. Dessins, lettres, journaux, clichés, esquisses

Biographies

Roger Greaves, Nadar quand même !, Ed. d’en face-J. Reich, 2010. Voir le dossier de presse.

Stéphanie de Saint Marc, Nadar, Gallimard, 2010. 

 

Chronique complémentaire : Nadar, Deburau et Pierrot assassin

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’OuLiPo à Rennes

Dernier projet en date des élèves de Lisaa

Des Chicago, des sardinosaures, des paronomases… Ces appellations incongrues sont des jeux oulipiens,des classiques du genre. Dans le cadre d’un partenariat avec Lisaa Rennes, soixante étudiants en design graphique se sont emparés des contraintes définies par l’OuLiPo et du vocabulaire technique des bibliothèques (désherbage, récolement, massicot…) pour en proposer une création plastique. “A la façon de”, ces compositions graphiques, tout en lettres, en couleurs et en formes surprenantes, offrent un regard poétique et humoristique sur la création littéraire.

Les contraintes ne sont pas toujours faciles à deviner, c’est là toute la difficulté et le jeu.

Présentée sous la forme d’une vingtaine de pièces uniques, l’exposition s’affiche sur les vitres de deux espaces de la bibliothèque, la mezzanine jeunesse et le 5e étage.

Oulipo du 8 octobre 2010 au 02 janvier 2011 Bibliothèque / Les Champs Libres / Rennes

Patrice Guinche / directeur d’études section design graphique
p.guinche@lisaa.com
tel 02 99 79 23 79td

la blogosphère de lisaa Rennes
http://lisaa-line.blogspot.com/2010/07/entre-guillemets-oulipo.html

 

Voir sur le site Les champs libres des photographies de l’exposition et l’annonce de plusieurs conférences sur l’Oulipo :

13 octobre : François Le Lionnais, un érudit visionnaire, par Olivier Salon

20 octobre : l’OuLiPo et les mathématiques, par Michèle Audin

et quelques autres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Alfons Maria Mucha, le site

Lors d’une exploration sur les affiches, je suis tombé en arrêt sur ce site de Christian Richet consacré au fameux peintre et affichiste Alfons Maria Mucha. Foisonnant ! Voici sa présentation par le maître d’ouvrage – ou web master si vous préférez… :

Le site recense les ouvrages auxquels Mucha a collaboré comme illustrateur ainsi que ceux font référence à son travail ou ont reproduit ses œuvres.
Sont décrits ici (avant tout) livres, revues, magazines, journaux, catalogues parus du vivant de l’artiste, qui aident à la compréhension ou marquent des étapes significatives du parcours artistique de Mucha. Sauf absence de données explicites, il n’est fait état que des premières éditions originales.
Il est à préciser que certains éditeurs ont reproduit certaines œuvres sans l’accord de Mucha. Il est toutefois possible que Mucha l’ignorait ou se désintéressait de ce genre de transgression. Ces ouvrages figurent dans les pages sans autre indication (faute de preuves). 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Affiches impertinentes, improbables, incorrectes, insolites par Alain Weill

L’ouvrage ci-dessous est à  voir absolument pour tous les amateurs de curiosités décalées.

 

La page de titre comporte en outre les deux citations suivantes qui donnent le ton :

Décidément, la vie quotidienne est faite d’absurdité”

Gaston de Palowski

Regardant la réalité en farce

Louis Scutenaire

Voici ce qu’en disent

l’Alamblog de Lekti-ecriture :

Spécialiste de l’affiche et l’auteur avec François Caradec du fameux Café-concert, 1848-1914 (Fayard, 412 pages, 45 euros), ouvrage épuisé et ré-épuisé, vient de produire chez l’éditeur d’art Gourcuff Gradenigo, un recueil d’images curieuses qui, quoique historiques, restent dignes d’illustrer avec humour notre monde

le site de l’éditeur :

Un petit ouvrage au titre explicite qui invite le lecteur à découvrir à travers le temps, une série d’affiches qui traitent de petits et de grands sujets. Un régal d’impertinence de cruauté et d’humour noir. Archéologue du graphisme et de la publicité, Alain Weill a publié Le Design graphique (Découvertes Gallimard) et organise régulièrement des expositions d’affiches.

Pour une présentation un peu moins succincte, voir le site Paperideas.

Une bibliographie figure en fin d’ouvrage que je compte bien exploiter prochainement : 

Philippe Boulanger, Alain Cohen, Le Trésor des paradoxes, Belin 2007

Jean-Michel Ribes, Le rire de résistance, Beaux-arts, 2007

Encyclopédie des farces et attrapes et mystifications, Jean-Jacques Pauvert, 1964 (hélas difficile à trouver)

Certaines citations sont tirées de ces ouvrage.

On peut lire (ou relire) tout Alphonse Allais et les auteurs hydropathes – avec internet tout est devenu facile.

 Comme je suis d’accord avec cette dernière remarque.

Alain Weill est un spécialiste de l’affiche. Bonne occasion de tenter une petite bibliographie non exhaustive de ses ouvrages. Cela fera un début pour une bibliographie plus vaste sur le thème de l’affiche.

L’Affiche française, PUF, 1982 (Que sais-je ?)

L’Affiche dans le monde, Somogy, 1984

Brenot, Hoebeke, 1986

Affiches et art publicitaire, Mayer, 1987

Texte à propos de l’exposition Chantons l’affiche dans le cadre du Mois du graphisme d’Echirolles de 1994

Affiches 1900, Bibliothèque de l’image, 1998

Affiches Art déco, Bibliothèque de l’image, 1998

La saga de la marque mondiale Un Cointreau, Editions du Chêne, 1999

La mode parisienne : La Gazette du Bon Ton (1912-1925), Bibliothèque de l’image, 2001

Les Parisiens de Poubot, Le Cherche Midi, 2001

Les maîtres de l’affiche 1900 = Masters of the poster 1900 = I maestri del manifesto liberty, Bibliothèque de l’image, 2001

Le design graphique, Gallimard, 2003

Chocolate posters, Queen Art Publishers Inc, 2003, avec Israel Perry

Travel posters = Affiches de voyage,  Queen Art Publishers Inc, 2003, avec Israel Perry

Cassandre, Bibliothèque de l’image, 2005

Jules Alexandre Grün : les affiches = the posters,  Queen Art Publishers Inc, 2005, avec Israel Perry

Le café-concert (1848-1914), Fayard, 2007, avec François Caradec 

120 ans de Moulin Rouge, Seven sept, 2010

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Détournements d’images

J’ai vu l’été dernier à Arbois une exposition de Plonk et replonk, artistes helvétiques spécialistes détournement d’images, notamment à travers de vieilles cartes postales et leur blog Zbrablog Hevetus IV. J’avais pris connaissance de leurs travaux dans Le Tigre. Cette excellente revue entrée récemment en hibernation provisoire (?), proposait entre autres choses fort intéressantes, ce type d’illustrations décalées comme l’étiqueteuse à poisson

Ceci pour dire que j’étais plutôt sensibilisé au sujet avant que l’atelier de Marc-Antoine Mathieu à l’université de Tours (voir chronique précédente) ne me donne envie de  vous proposer quelques liens sur ce thème. J’en connaissais déjà certains et j’ai glané les autres à la suite de la conférence inaugurale du 4 octobre dernier. Il ne peut s’agir que d’une ébauche, tant le domaine est vaste.

Un domaine protéiforme

Ce qui concerne le détournement et la manipulation d’images est très présent sur Internet à l’heure où Photoshop et autres logiciels font de chacun d’entre nous un créateur potentiel.qui devra être complétée. En fait, aujourd’hui tout artiste plasticien détourne les images, d’une manière ou d’une autre, détourne, manipule, utilise des images préexistantes pour en tirer du neuf.

Colagene, clinique d’illustration témoigne de cette réalité. Cette agence propose les réalisations de plusieurs artistes et une rapide exploration du site montre l’importance des procédés de manipulation d’image ; collage vintage ou moderne ; photomontage ; mix media ; numérique

Une forme de résistance ?

Le détournement  d’images est parfois une forme de résistance volontariste et virulente

  • à un régime politique, comme le nazisme visé par John Heartfield dans ses photomontages contre Hitler ;
  • à une société prise dans sa globalité, telle la France gaullienne et pompidolienne moquée par le professeur Choron au temps d’Hara Kiri ou par les situationnistes, véritables spécialistes en la matière (mise à jour du 17 décembre 2010) ;
  • à un aspect particulier du monde moderne, par exemple avec la lutte anti-pub des  Adbusters.

Même sous sa forme ludique et/ou onirique, il s’agit souvent d’une forme de refus de la pesanteur du réel. Cependant il est facilement récupéré par la logique économique, notamment publicitaire (cf. exemples glanés sur Colagene).

Le collage

Le grand procédé du détournement d’images reste le collage, hérité des pratiques surréalistes. Parmi les précurseurs figurent Max Ernst avec notamment Une semaine de bonté (cf. livre ; exposition au musée d’Orsay) et Jacques Prévert (cf.collages visibles ici et , ailleurs et plus loin).

Aujourd’hui, les collages de Philippe Lemaire dans la Nouvelle revue moderne se situent dans la lignée de Max Ernst. Cependant le collage est très présent sur la Toile et les sites de Michelle Caplan, Alejandro ChavettaJean David, Scot Hacker, Eva Lake, Jean-Jacques Lebon, Winston Smith en montrent la grande variété et richesse artistique.

Parmi tant de ressources possibles, outre celles déjà citées, j’en retiendrai encore deux, réalisées par des artistes, où vous pourrez trouver des réalisations originales et des liens.

Le détournement des icônes de la culture populaire

Une des cibles privilégiées du détournement d’images sont les icônes de la culture populaire, qu’il s’agisse

Les deux derniers exemples touchent à la bande-dessinée. Il faut dire que ce média est particulièrement touché par le détournement. J’y reviendrai ultérieurement…

Mise à jour du 27 octobre 2010 : Bandes dessinées détournées (1) Pastiches

Mise à jour du 17 décembre 2010 : Bandes dessinées détournées (2) Substitutions

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu en résidence à l’université de Tours

Marc-Antoine Mathieu, un des auteurs majeurs de la bande-dessinée française contemporaine (non, ce n’est pas une exagération), est en résidence à l’université de Tours. Selon la conférence inaugurale qui a eu lieu hier soir,  il dirigera un atelier intitulé  « Détournements, une expérience autour de la bande-dessinée » ainsi présenté : Continuer la lecture de Marc-Antoine Mathieu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’abbé Raynal

Parmi les plus éminents acteurs des Lumières, l’abbé Raynal est quelque peu oublié aujourd’hui. Avec le site Sur les pas de l’abbé Raynal, la Société d’Etude Guillaume-Thomas Raynal répare cette injustice, en rappelant sa place auprès de Diderot, avec lequel il collabore pour la fameuse Encyclopédie et l’Histoire des deux Indes, de Rousseau, qu’il encourage à publier son fameux discours à l’Académie de Dijon sur progrès des sciences et des arts, ou de Voltaire, qui le recommande auprès de l’Académie de Berlin.

Vous pouvez découvrir ses œuvres sur Gallica ou dans la liste proposée par Wikipédia.

Histoire des deux Indes

L’abbé Raynal est surtout connu pour son Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens dans les deux Indes, dont la première édition est de 1770. Il y en aura beaucoup d’autres. Il y rejoint d’autres grands noms du XVIIIe siècle dans sa condamnation de l’esclavage. L’ouvrage fait l’objet, en 1781, d’une condamnation du Parlement “à être lacéré et brûlé par l’exécuteur de la Haute-Justice” ce qui contraint l’auteur à s’exiler quelques années.

Listes non exhaustives des diverses éditions avec les liens vers les versions en ligne. (Mise à jour du 15 mars 2011 :  voir la présentation des 49 éditions de l’Histoire des deux Indes sur le site présenté ci-dessus, et merci à Gilles Bancarel)

Amsterdam : [s.n.], 1770. 6 vol. in-8. Disponible sur Gallica : t.1 (+ 2e ex. ) ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6

Amsterdam : [s.n.], 1772. 6 vol. in-8.

Amsterdam : [s.n], 1773. 6 vol.

Amsterdam, La Haye : Gosse fils, 1773-1774. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.1

Amsterdam : J.-P. Dufour, 1775.  7 vol. in-8

Genève : chez les libraires associés, 1775.  3 vol. in-4 + 1 atlas. in-4. Voir sur Gallica les illustration de Charles Eisen et de Marillier

La Haye : Gosse fils, 1776. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.6

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 8 vol. in-12

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 4 vol. in-4 + 1 atlas in-4

Genève : [s.n.], 1781. 10 vol. in-12. Disponible sur Gallica :  t.1 ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6 ; t.7 ; t.8 ; t.9 ; t.10 [Liens à faire]

[Liste à compléter]

Lettre à l’Assemblée nationale

Précurseur de la Révolution, il en condamne les excès dans une longue lettre à l’Assemblée nationale lue lors de la séance du 31 mai 1791. Ce texte est reproduit, ainsi que la réponse de Robespierre, dans l’ouvrage de Prosper-Charles Roux, Histoire parlementaire de la révolution française, t. 9, p. 461-468 (cf. Google livres).

Voir aussi  parmi les condamnations contemporaines de cette Lettre :

  • la brochure Boissy d’Anglas, à Guillaume-Thomas Raynal, sur sa lettre à l’Assemblée, 1791 (cf. Gallica)
  • les réflexions de M. de Sinety contenues dans les Archives parlementaires (cf. Gallica).

Par contre, bien des années après cet événement, Lucien Bonaparte cite cette Lettre en termes élogieux dans ses Mémoires parus en 1836 (cf. Gallica).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts