Tous les articles par Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

Le baron de La Hontan et son ombre

Dans une chronique du 8 mars dernier sur les dangers de la lecture, j’annonçais de prochaines chroniques sur les auteurs qui se sont heurtés à la censure et à l’intolérance religieuse au cours des siècles passés. J’avais laissé ce chantier de côté jusqu’à une chronique sur l’abbé Raynal en septembre dernier. J’y reviens maintenant pour le baron de La Hontan.

Biographie

Sa vie est ainsi résumée sur Weblettres

Le baron de La Hontan (1666-1716) : fils d’un gentilhomme ruiné du Béarn, il part à dix-sept ans pour le Canada, avec les troupes de la Marine envoyées par la France pour coloniser le pays et combattre les Iroquois. Participant aux expéditions militaires, il explore la région des grands lacs, découvre la vie des Amérindiens, et juge sévèrement les méthodes de colonisation. Il en ramène des récits de voyage qui connaîtront un grand succès au début du XVIIIe siècle (voir ci-dessous). En 1693, il remplit l’office de lieutenant du roi à Terre-Neuve. Il s’enfuit la même année et parcourt l’Europe. A la fin de sa vie, il se lie d’amitié avec Leibniz et termine ses jours à Hanovre.

Pour plus de détails, voir

Wikipedia

La bibliothèque indépendantiste (ajout du 22 février 2013)

Bibliographie universelle de Michaud dans Google livres,

Dictionnaire biographique du Canada en ligne

Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

L’article de Henri Froidevaux « Un document inédit sur Lahontan » (Journal de la Société des Américanistes, 1903, vol. 4, n° 4-2, p. 196-203), disponible dans Persée, porte uniquement sur un épisode de la vie de La Hontan du temps où il était réfugié aux Provinces-Unies.

Bibliographie

Victor Hugo Paltsits. Bibliography of the writings of baron Lahontan. Chicago : A. C. Mc Clurg, 1905. In-16, paginé LI-XCIII. Separate from the Reprint of « La Hontan’s New voyages to North-America, edited by Reuben Gold Thwaites »

Œuvres complètes

Œuvres complètes, éd. critique par Réal Ouellet. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 1990. (Bibliothèque du nouveau monde)

Voyages dans l’Amérique septentrionale

Nouveaux voyages de M. le baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. La Haye : les frères L’Honoré, 1703. 2 tomes. Les 2 tomes sur >Gallica, et tome 1 sur Google.

Voyages du baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. Amsterdam : chez François L’Honoré, 1705. Tome 1 sur Google.

Un outre-mer au XVIIe siecle : voyages au Canada du baron de La Hontan, Paris : Plon-Nourrit et Cie, 1900. Archive internet et Gallica.

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage

C’est l’œuvre la plus connue de La Hontan, celle qui a eu le plus d’influence sur ses contemporain avec son mythe du bon sauvage repris par Diderot ou Voltaire. Pourtant, comme le rappelle dans une chronique du 17 mars dernier Bertrand Galimard-Flavigny, ils sont généralement attribués à Nicolas Gueudeville.

Les éditions anciennes en ligne

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage, dans l’Amérique : contenant une description exacte des moeurs et des coutumes de ces peuples sauvages ; Avec les voyages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1704. Gallica, Google livres et Archive.org.

Suite du Voyage de l’Amérique, ou Dialogue de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage de l’Amérique :contenant une description exacte des moeurs et coutumes de ces peuples sauvages, avec les voiages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1728. Gallica. Le catalogue de la BNF, qui se fie à Barbier, l’attribue à Nicolas Gueudeville.

Les éditions récentes

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé et Mémoires de l’Amérique Septentrionale, publiés par Gilbert Chinard. The Johns Hopkins Press, Baltimore, Maryland. A. Margraff, Paris. Oxford University Press, London, 1931. (cf. Bookinerie.com)

Dialogues avec un sauvage / introduction et notes par Maurice Roelens. Paris : Éditions sociales, 1973.

Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un sauvage dans l’Amérique , éd. présentée, établie et annotée par Henri Coulet. Paris : Desjonquères, 1992. Réédité en 1993 et 2007.

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé, texte établi et présenté par Thierry Galibert. Arles : Sulliver : 2005.

Des extraits sont proposés sur les sites suivants

Littérature Québecoise

Apophtegme

Séminaire de romanistique de l’Université de Fribourg

La réception

Voir ce qu’en disent des contemporains de La Hontan, comme Jacques Basnage dans le vingtième volume de so Histoire des ouvrages des sçavants (1704), Jonathan Carver dans Voyage dans les parties intérieures de l’Amérique septentrionale (1734) ou les auteurs du dix-huitième tome de la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe, (1737). Dans ce dernier ouvrage, les fameux dialogues sont déjà attribués à Gueudeville.

Voir aussi des études récentes :

Paola Basile. La Hontan et l’évolution moderne du mythe du bon sauvage. Mémoire de maîtrise : Unversité McGill (Montréal), 1997. En ligne.

Réal Ouellet. « Lahontan et Exquemelin : deux exemples de dérive textuelle (XVIIe-XVIIIe siècles) », Tangence, n° 74, hiver 2004, p. 45-57. Erudit.

Et qu’en est-il de Nicolas Gueudeville ?

Pour le savoir, je vous renvoie à un article bien documenté de Wikipédia qui renvoie notamment à la Biographie rouennaise de Théodore Eloi Lebreton (1865), disponibe sur Google :

GUEUDEVILLE (Nicolas), ne en 1652, d’un médecin de Rouen , embrassa la vie monastique dans la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur, et fit profession dans l’abbaye de Jumiéges, le 8 juillet 1671. 11 commençait à se distinguer dans la prédication, lorsque son esprit d’indépendance et la singularité de ses opinions sur les matières les plus respectables lui attirèrent les reproches de ses supérieurs. Pour éviter les punitions qu’on était sur le point de lui infliger, Gueudeville résolut de prendre la fuite , ce qu’il exécuta en escaladant les murs de son couvent.

S’étant retiré en Hollande, il y embrassa le calvinisme, se maria et alla ensuite s’établir à Rotterdam, où il se livra à l’enseignement de la langue latine. Comme il écrivait avec beaucoup de facilité, il songea à faire ressource de sa plume et publia à La Haye, en 1699, sous le voile de l’anonyme, une espèce de journal intitulé : Esprit des Cours de l’Europe, publication qui eut une grande vogue dans ce pays, à cause des traits satiriques qu’il contenait contre les ministres de France.

M. d’Avaux, notre ambassadeur, demanda et obtint, en 1701, la suppression de ce pamphlet périodique ; mais, après son départ, Gueudeville reprit sa publication sous le nouveau titre de : Nouvelles des Cours de l’Europe, et la continua avec succès tant que les circonstances lui fournirent les moyens d’amuser la malignité publique, ce qui dura jusqu’en 1710. La collection de ce journal se compose de dix-huit volumes in-12.

Les principaux ouvrages de ce publiciste, qui a beaucoup écrit dans tous les genres et fait un grand nombre de traductions , sont : le Grand Théâtre historique universel, Leyde , 1705 , 5 vol. in-fol., fig., traduction libre d’un ouvrage allemand d’Imhof ; Atlas historique, ou Nouvelle Introduction à l’histoire, avec un supplément par Limiers, Amsterdam, 1713-1721, 7 vol. in-fol. ; Eloge de la Folie, par Erasme , Leyde , 1713, in-12, traduction ; Comédies de Plaute , Leyde , 1719; Colloques d’Erasme , Leyde , 1750 , 6 vol. in-12 ; Traité de Corneille Agrippa sur la noblesse et excellence du sexe féminin , avec une traduction sur l’instabilité et vérité des sciences, Leyde ‘, 1726, 3 vol. in-8. Malgré le nombre de ses ouvrages, Gueudeville mourut à La Haye , vers 1720, dans un état voisin de la misère.

Voir aussi, sur ses idées politiques et sociales :

Myriam Yardeni. « Gueudeville et Louis XIV. Un précurseur du socialisme, critique des structures sociales louis-quatorziennes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, T. 19, n° 4 (oct. – dec., 1972), p. 598-620. Cet article, accessible sur Gallica, a été repris dans l’ouvrage du même auteur, Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, 2005, p. 218 et suiv.

Aubrey Rosenberg. Nicolas Gueudeville and his work (1652-172?). La Haye : Martinus Nijhoff, 1982. Voir sur cet ouvrage une chronique de Michèle Mat parue dans la Revue belge de philologie et d’histoire, 1986 , vol. 64 n° 4, p. 865-866, disponible sur Persée.

Traversées, récits de voyages des Lumières

Je vous avais signalé, dans une précédente chronique, d’un site de l’université de Poitiers consacré aux premiers socialisme. Cette même université propose, sur un tout autre sujet, Traversées, récits de voyages des Lumières. Voilà la présentation qu’en donne le site du SCD poitevin :

Cette exposition virtuelle, conçue par le Master 2it (UFR Lettres et Langues – Université de Poitiers), accompagne une exposition du SCD de Poitiers réalisée en partenariat avec l' »ACI Lumières Pays de Vienne, Pays de Loire », des enseignants-chercheurs et des étudiants de l’Université de Poitiers.
Les voyageurs des Lumières se trouvent à un moment particulièrement intéressant à observer car tous les modes de voyage cohabitent : découverte, colonisation, dépaysement. L’exposition présente différents types de voyages et de manières de les raconter dans trois parties du monde au XVIIIe siècle : la découverte et l’utopie dans le Pacifique, l’installation et les missions en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud et l’émergence du genre du récit de voyage en Europe.
Les livres anciens numérisés sont issus du Fonds ancien du SCD de l’Université de Poitiers et de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.

Je pense puiser prochainement dans les bibliographies proposées dans les diverses sections de cette très riche exposition et je vous en conseille la visite.

Cartes imaginaires

Tout est parti de la référence ci-dessous :

Jean-Benoît Bouron, « Cartographier l’imaginaire : un exercice géographique », Le monde des cartes, 2005, n° 205, p. 11-24. Disponible sur le site du Comité Français de Cartographie.

Dans sa bibliographie, l’auteur donne des adresses web (ici marquées d’un *) auxquelles j’ai ajouté mes propres trouvailles. Evidemment, cette liste fera l’objet de mises à jour. Dernière mise à jour : 22 janvier 2014.

 

Les cartes dans la bande dessinée

  

La Terre du Mileu

Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, avis du Conseil-d’État par J. B. Duvergier,…

Ce billet est le quatrième d’une série concernant quelques ouvrages et périodiques anciens conservés à la BU Droit de l’université François-Rabelais (Tours), où je travaille.

Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, avis du Conseil-d’État par J. B. Duvergier,… – Paris : A. Guyot et Scribe, 1824-1949. – 158 vol. ; 22-25 cm.

Etat de collection : 134 volumes parus de 1824 à 1934. Tables 1788-1830 (2 vol.), 1831-1889 (2 vol.) et 1890-1899 (1 vol.)

La notice ci-dessus concerne une collection sur la législation française entreprise en 1824 sous la direction de du jurisconsulte Jean-Baptiste Duvergier (1792-1877). Comme l’indique les dates de publications, cette entreprise devait perdurer bien après sa mort jusqu’en 1949. La collection de la BU Droit de l’université François-Rabelais est malheureusement incomplète, puisqu’elle s’arrête à 1934. La collection accessible sur Gallica n’est pas complète non plus, mais comporte certaines des années qui manquent à la BU de Tours.

Jean-Baptiste Duvergier est aussi le coauteur d’une Collection des constitutions, chartes et lois fondamentales des peuples de l’Europe et des deux Amériques avec des précis offrant l’histoire des libertés et des institutions politiques chez les nations modernes (1823) et d’autres publications accessibles sur Gallica.

Bandes-dessinées détournées (2) Substitutions

Dans « Un premier bouquet de contraintes » (Oubapo Oupus 1, 1997), Thierry Groensteen indique, parmi les contraintes transformatrices, la substitution qui peut être soit verbale, soit iconique, ou encore complète, en « double aveugle ». Je ne m’arrêterai pas à ce dernier type, qui nécessite trois intervenants et m’intéresserai aux deux premiers……

Substitution iconique

Principe : garder les textes d’origine et changer les dessins.

Thierry Groensteen donne l’exemple de deux planches de François Schuiten parues en1983 dans le numéro hors série de (A Suivre) en hommage à Hergé. Les dessins évoquent un panorama urbain avant de pénétrer par la fenêtre d’une pièce où un enfant est plongé dans la lecture de L’Etoile mystérieuse. Or le texte d’un dialogue entre Tintin et l’astronome Calys extrait de cet album et annonçant la fin du monde accompagne les dessins de Schuiten, telles deux voix off. Le mouvement des planches nous mène à l’enfant absorbé dans sa lecture :

… nous « écoutions » donc résonner en lui les phrases les plus frappantes de cette scène mémorable, avant qu’il ne nous apparaisse. Dans la dernière vignette, placés derrière son épaule, nous découvrons les images qu’il contemple, entrant ainsi complètement en phase avec le cours de sa lecture. Ces deux pages constituent un hommage émouvant, où la mort d’un auteur inlassablement fréquenté depuis l’âge tendre, est, par le biais d’un adieu à l’enfance, assimilée à la fin d’un certain monde.

En cherchant d’autres exemples, je me suis poser la question suivante : peut-on considérer comme une substitution iconique la reprise d’un album déjà paru avec un autre dessinateur ? Un exemple : les deux pages planches de Chlorophylle contre les rats noirs redessinées par Andreas parues dans parues dans Le Journal de Tintin no 316 en 1981 (NB : l’une d’elles figure dans l’article de Pascal Lefèvre, traduit par… Thierry Groensteen : « Pour une approche sensuelle de la bande dessinée, paru en 1997 dans le n° 2 de 9e Art). Le style et l’atmosphère sont radicalement différents de ceux de l’album de Raymond Macherot. Cependant, je pense que nous avons ici affaire à une sorte de remake, une réinterprétation graphique, plutôt qu’à une substitution iconique proprement dite.

Substitution verbale

Principe : garder la planche et changer les textes.

Cette pratique remonte au moins aux années 1960, avec les créations des situationnistes. Voici ce qu’écrit sur le sujet Thomas Genty dans La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l’art (cf. The Situatonist Internationale ou Infokiosques).

La pratique révolutionnaire de la poésie, c’est entre autres le détournement actif du langage. René Viénet ne manque pas d’idées pour le réaliser efficacement : plusieurs mois avant l’explosion de 1968, il propose (et exécute) l’expérimentation du détournement des romans-photos, des photos dites pornographiques et de toutes les affiches publicitaires (par l’emploi de phylactères subversifs). S’inspirant des guérilleros argentins qui avaient investi le poste de commande d’un journal lumineux (en plein air) pour y lancer leurs propres messages et slogans, Viénet vante la promotion de la guérilla dans les mass media et le piratage de ces derniers de manière générale (tout en se référant plus à la propagande par le fait des anarchistes qu’à la guérilla urbaine clandestine de différents groupuscules sud-américains). Viénet lance également l’idée de mise au point de comics situationnistes (déjà réalisée à Strasbourg), les bandes dessinées étant à ce moment la forme de « littérature » la plus populaire, et relance l’idée de la réalisation de films situationnistes (ou plutôt d’usage situationniste du cinéma). Ce sont ces deux dernières propositions que nous allons maintenant étudier.

Le détournement de comics (petites bandes dessinées américaines, pour la plupart) par les situationnistes commence en 1964 en Espagne, sous forme de tracts clandestins (il s’agit en l’occurrence de photos érotiques détournées par des bulles aux messages défiant à la fois la censure politique du régime franquiste et la censure morale des curés). La même année, le même style de détournement provocateur est utilisé dans des tracts distribués lors de manifestations diverses au Danemark. C’est à Strasbourg, en octobre 1966, que Le retour de la colonne Durruti, comics par détournement d’André Bertrand, met le feu aux poudres dans l’Université juste avant la distribution du pamphlet situationniste De la misère en milieu étudiant…. Aussi radicale que ce dernier, la bande dessinée strasbourgeoise en cite quelques passages et annonce l’extension de la critique de l’Université à la révolte contre la société tout entière. Constituée de détournements divers et variés, cette bande dessinée forme un tout sans qu’aucune image ou presque (en tant que représentation picturale) n’ait de rapport direct l’une avec l’autre : dessin du cheval de Troie, photos issues de la revue Positif, de scènes de vie quotidienne d’enfants, de western, gravures anciennes et peinture de la Renaissance, une photo de brosses à dents et une de Ravachol, toutes ces illustrations ont des « choses à dire ». Le retour de la Colonne Durruti, iconoclaste, offense étudiants et hiérarchie de l’Université de Strasbourg, et pas seulement puisque le tract-B.D. sera distribué par la suite dans plusieurs autres Universités de France.

Quelques réalisations sont visibles sur les sites Les inventeurs d’incroyances (voir aussi ici) Rocbo ou de la librairie Lecointre Drouet. Cet héritage est toujours vivant avec par exemple « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre« , substitution verbale à partir d’un extrait de Corto Maltese, dans Ne sauvons pas le monde qui nous broie ! : manifeste pour une désobéissance générale (Le Passager clandestin, 2009).

L’OuBaPo reprend le procédé hors de toutes références au militantisme politique. S’y illustre notamment François Ayroles qui greffe un texte extrait de laTraumdeutung de Freud dans une planche de Little Nemo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.42-43), place un  dialogue de Platon dans Placid et Muzo font du judo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.4) ou détourne des planches d’un vieux Michel Vaillant, Le 13 est au départ, avec un dialogue sur l’ontologie de la bande dessinée où les personnages se moquent des artifices utilisés par Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, pour faire avancer la narration (Oupus 2 de l’OuBaPo, p.43-49).

Hors de l’OuBaPo officiel, les dimanches oubapiens de Phylacterium suivent le même principe avec des textes de romans ou de bandes dessinées placés dans les phylactères de la planche d’un autre auteur.

Mise à jour du 20 août 2019 : Voici quelques années, « Un faux graphiste » s’est fait connaître par ses détournements de Tintin s’attirant ainsi les foudres de Moulinsart !

L’OuBaPo et la bande dessinée sous contrainte

Dernière mise à jour : 11 avril 2016.

 L’OuBaPo est à la bande dessinée ce que l’OuLiPo est à la littérature : il s’agit pour ses membres de créer des bandes dessinées sous contrainte artistique volontaire. Fondé en 1992 au sein de l’Ou-X-Po et très lié à la fameuse maison d’édition L’Association, cet Ouvroir de Bande dessinée Potentielle est composé de François Ayroles, Anne Baraou, Gilles Ciment, Jochen Gerner, Thierry Groensteen, Étienne Lécroart, Killoffer, Jean-Christophe Menu et Lewis Trondheim.

Il convient d’y ajouter les oubapiens américains Tom Hart, Jason Little et Matt Madden, qui ont créé le site OuBaPo – America, quelques oubapiens suisses (Alex Baladi, Ibn El Rabin, Andréas Kündig) et un oubapien ibérique (Sergio Garcia).

D’autres auteurs, sans faire formellement partie de l’OuBaPo, ont collaboré aux OuPus ou publié des livres « oubapiens » : Alex Baladi, Stanislas Barthélémy, Denis Bourdaud, Philippe Coudray, Emmanuel Guibert, Matt Konture, Andréas Kündig, Axel Renaux, Vincent Sardon, Joann Sfar, Tanitoc, Jean-Michel Thiriet.

Cependant l’utilisation de contraintes dans la création de bandes dessinées s’étend au-delà de l’OuBapo « officielle », puisque nous pouvons la retrouver notamment chez Marc-Antoine Mathieu (cf. chronique) ou chez Luc et François Shuiten avec la construction en palindrome de NogegoN (cf. Wikipedia). András Tóth, dans L’hyperbédé et la métabédé. Interactivité et jeux avec le médium en bande dessinée, donne d’autres exemple de contraintes dans des bandes dessinées non-oubapienne : Schuiten et Peeters avec le Catalogue du musée Desombres, Christin et Bilal dans Los Angeles, Cosey avec Saigon – Hanoi… Plus loin dans le temps, il faudrait citer Gustave Verbeek et son Upside-down (cf. Sunday Press et Fric Frac Club).


Sur les auteurs oubapiens

Outre leurs sites, voir pour certains leur notice dans Wikipedia.

Voir aussi les les interviews de François Ayroles et de Killofer sur le site du9, l’autre bande dessinée.

Sur Matt Madden, voir le site son entretien avec Xavier Guibert (en français / en anglais) et la brève sur ses 99 way of tell a story : exercices in style.


Sur l’OuBaPo

Un article sur Wikipedia

Un article de Phylacterium

Un article sur le blog de la libraire d’images Contrebandes

Un dossier de Neuvième art 2.0

Les jeudis de l’Oulipo – Oubaposhow François Ayroles, Alex Baladi, Andréas Kündig, Etienne Lécroart, Matt Madden. Conférence du é( avril 2013


Sur les contraintes oubapiennes

Thierry Groensteen, « Un premier bouquet de contraintes » in OuBaPo, Oupus 1, L’Association, 1996. L’auteur y fait notamment une distinction entre

contraintes génératrices à l’origine de bandes dessinées originales : restriction iconique, restriction plastique, restriction énonciative (ex. : bandes dessinées muettes), itération iconique, itération iconique partielle, pluri-lecturabilité, réversibilité, recouvrement, consécution aléatoire, distribution réglée, ordonnancement géométrique

contraintes transformatrices intervenant sur des bandes dessinées déjà existantes : substitution, S+7, expansion, réduction, recadrage, réinterprétation graphique, hybridation

Une bibliographie sur Fatrazie.

Quelques bédés oubapiennes produites lors des rencontres de Bastia de 2003.

Classer les bandes dessinées

Ce billet résulte de la fusion et de la mise à jour de deux messages que j’avais adressés à biblio.fr lors d’un intéressant débat sur ce sujet entre le 13 février et le 6 avril 2007. Il y aura sans doute des améliorations à apporter…

Une distinction fictions/documentaires

Les bd « témoignages documentaires », nombreuses depuis quelques années (voir la chronique Bandes dessinées et sciences humaines)

Les autobiographies (le Journal de Naud et sur un mode plus fantasmatique L’ascension du Haut Mal de David B)

Les reportages (Le photographe, d’Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre ;  Rural, d’Etienne Davodeau ; les reportages-bédés de XXI)

Les essais (Dol, de Philippe Squarzoni)

Les bd de fiction, les plus nombreuses traditionnellement

Au sein des fictions, plusieurs critères de distinction sont possibles et peuvent être croisés pour créer autant de sous catégories qu’il semblera nécessaire :

Le « ton » de l’ouvrage avec la distinction entre une bd à dominante humoristique et celle qui ne l’est pas

Le public avec la distinction traditionnelle par âge enfants/ados/adultes

L’univers, avec une distinction entre

un monde ordinaire, quotidien avec des personnages plus que des héros (Monsieur Jean ; Tendre banlieue ; Le cahier bleu)

un monde extraordinaire avec des aventures et des héros, qu’il s’agisse d’aventures se déroulant

à notre époque contemporaine (Tintin), qui se déclinent notamment sur le mode de l’enquête policière (Nestor Burma)

dans un autre univers, qu’il s’agisse du passé avec les pirates, les aventures de cap et d’épée, les westerns…, d’un futur plus ou moins lointain (Carmen McCallum ; Sillage), d’uchronies (Empire) ou d’univers décalés (La Nef des fous)

Il faudrait ajouter une catégorie spéciale pour les bd « ésotériques », très en vogue en ce moment (phénomène Da Vinci Code ?), et qui peuvent se dérouler tant dans notre univers contemporain que dans le passé (Le Triangle secret ; INRI) et pour lesquelles Glénat a créé une collection spéciale, La loge noire.

Peut aussi se poser la question de savoir s’il faut classer à part les adaptations d’œuvres littéraires (La recherche du temps perdu ; Ibicus ; L’Amérique de Kafka…) et une certaine « bd d’auteurs ». Et que faire de l’OuBapo ?

Le classement matériel

Au sujet du classement des BD par dessinateurs

Cela à l’avantage de réunir au même endroit les bd d’un dessinateur dont les univers peuvent parfois être très différents. Exemple : Isabelle Dethan avec le « peplum » égyptien Sur les terres d’Horus, l’univers décalé du Roi cyclope et les chroniques autobiographiques et familiales comme Tante Henriette ou Ingrid. J’aurais pu tout aussi bien prendre pour exemple Larcenet, Davodeau.

Cela a quand même un inconvénient. A part les « afficionados », les lecteurs ne connaissent pas toujours le dessinateur ou le scénariste d’une série ou d’un « one shot », mais plutôt le titre de la série et, plus encore, son héros principal, cette dernière remarque valant non seulement pour les enfants, mais aussi de nombreux adultes. Ce n’est donc pas aider ce public que de ranger les bd par dessinateurs ou par scénaristes, à moins de faire les renvois nécessaires physiquement dans les bacs et dans les rayons et pas dans un catalogue que seuls de rares initiés utilisent avec quelque succès.

Au sujet du classement par séries et/ou héros

Et ici apparaît une difficulté, si on choisit de privilégier l’un ou l’autre de ces deux derniers critères. Tout va bien si le titre de la série et le nom du héros sont identiques comme dans la bd jeunesse et humoristique traditionnelle (Astérix, Tintin, Lucky Lucke, Gaston Lagaffe, Spirou, Les Schroumpfs, Achille Talon, Félix le chat, Zig et Puce et j’en passe…) ou pour des séries plus récentes et plus « adultes » n’appartenant pas à ce registre (Carmen McCallum, Travis, Monsieur Mardi Gras des Cendres…).

Cependant, il arrive souvent que le héros d’une série ne soit pas éponyme (Nävis pour Sillage ; Nao pour Aquablue…). Or une partie du public, du moins au début, quand il n’en a lu qu’un album ou qu’il en a simplement entendu parler, une partie du public ne connait souvent que le nom du héros sans se souvenir précisément de celui de la série. Pour de tels cas, des renvois me semblent nécessaires, du héros vers le titre de la série ou inversement selon le choix fait initialement.

D’autre part, des renvois vers les « séries-filles » issues d’une « série-mère » me semblent égalemen utiles si ces séries ne sont pas rangées ensemble (Nävis qui conte la jeunesse de l’héroïne de Sillage ; Carmen+Travis qui conte les aventures communes des deux héros éponymes, les trois séries ayant en commun leur scénariste, mais non le dessinateur ; Code McCallum pour la jeunesse de Carmen…)

Au sujet des formats, des bacs

Cependant, le seul fonds de bd que je « gère » étant mon fonds personnel, je ne veux pas critiquer les choix faits par les collègues bibliothécaires des BM (les bédés sont hélas bien peu présentes en BU…) ayant une réelle expérience professionnelle en la matière. Ils doivent souvent faire intervenir d’autres critères dont je n’ai pas parlé, comme le format, la question du rangement en bacs ou en rayons, etc.

Il s’agit là de réflexions se fondant non sur une expérience professionnelle en BM (je travaille en BU de Droit où les bd manquent désespérément), mais sur mes propres goûts pour la bande-dessinée et ma fréquentation assidue de librairies spécialisées dans ce type d’ouvrages (je ne parle pas de genre, tous les genres littéraires pouvant être déclinés sur ce support).

Bandes-dessinées détournées (1) Pastiches

(Dernière mise-à-jour : 6 janvier 2012)

Pastiches et pornographie

Le pastiche de bande-dessinée consiste  à imiter le style et/ou à reprendre les personnages d’une bande-dessinée. Beaucoup sont nettement pornographiques, dans la tradition des  Tijuana bible ou dirty comics, ces parodies sexuelles en huit pages produites aux États-Unis entre les années 1920 et les années 1950. Vous trouverez plus d’informations à leur sujet dans Wikipedia et dans le numéro hors-série de Beaux-arts, Un siècle de BD américaine.

Dans les années 1970 par les Air Pirates Funnies underground reprennent le flambeau :

The Air Pirates était un petit groupe de dessinateurs underground basé à San Fransico (composé de Dan O’Neill, Ted Richards, Bobby London et Gary Hallgren) qui réalisèrent au début des années 70 plusieurs comic books parodiant les histoires et personnages de l’univers Disney. Sexe, défonce et drogues diverses étaient au programme des Air Pirates Funnies qui, comme d’autres bandes dessinées de l’époque surfant sur ces thèmes connurent un beau succès. Mais ces pirates de l’air sont surtout connus pour avoir été poursuivis en justice en 1972 par les productions Disney qui les accusaient de violer marques déposées et copyright.
Ne voulant pas baisser leur crayon, les dessinateurs tentèrent leur chance devant la justice. Et en 1980, après des années de batailles juridiques, Disney accepta finalement de lâcher l’affaire en échange de quoi les « Pirates » s’engeagaient à ne plus recommencer. Le temps des frasques du comics underground était déjà bien loin…

Extait de Vroom tchac zowie

Pour  l’école franco-belge, Roger Brunel s’est particulièrement illustré en la matière depuis 1978 (cf. Wikipedia et BD Gest’), de sorte qu’une recherche dans Google « pastiches bd » retombe invariablement sur lui parmi, aux dépens d’autres auteurs comme Jaap de Boer et Joop Van Linden, dont Nathalie la petite hôtesse démarque l’héroïne de François Walthéry (cf. le site finlandais Kraivudkomiks).

 

Les pastiches de Tintin

Cependant, tous les pastiches en bande-dessinée ne sont pas fatalement marqués par le sexe et la grivoiserie. Voyez le cas de Tintin qui a fait l’objet de nombreuses imitations et éditions pirates ou apocryphes. Plusieurs sources existent sur ce thème :

Un article de Wikipedia.

Deux sites spécialement consacrés : Tintin pirates et Tintin est vivant.

Des listes de titres réalisées par BD Gest’, Objectif Tintin, Frédéric Grolleau ou le Forum des Tintinophiles.

Ces bandes-dessinées peuvent être classées en trois catégories principales :

Les classiques pastiches pornos : Tintin en Suisse, Tientien en Bordelie de l’inévitable Brunel et j’en passe…

Les pastiches plutôt fidèles à l’univers d’Hergé

notamment ceux d’Yves Rodier (cf. Wikipedia), auteur entre autres d’une des trois version de l’Alph-art achevées sans Hergé (cf. Tintin est vivant ; Tintin pirates ; Les Septembriseurs), d’un sympathique Tintin et le lac de la Sorcière, visible sur L’univers tintinophile, ou de Tintin reporter pigiste au XXème, téléchargeable sur Fichier PDF

Objectif Monde de Savard, commenté sur Tintin vivant

Les pamphlets idéologiques, catégorie très riche et hétérogène par ses influences :

Extrême droite : le dossier de Tintin est vivant

Extrême-gauche  : Tintin révolutionnaire

Décroissance : Les aventures de Pinpin. La fin de l’or noir, initialement paru en cahier central du numéro de La décroissance de novembre/décembre 2005, repris dans Casseurs de pub en BD, commenté dans Tintin pirates et visible partiellement sur  Econologie

Critique de la société télévisuelle : Tintin dans Loft Story ; Qui veut des bonbons sur le site Parodies

Opposition à la politique occidentale dans le monde arabe : le dossier de Tintin est vivant

Racisme / antiracisme : voir une bande dessinée sud-africaine reprenant un passage de Tintin au Congo visible sur Kraivud komiks

 

Et les autres ?

Par rapport à Tintin, les autres héros de bande-dessinée semblent n’avoir fait l’objet que d’un nombre limité de pastiches. Il s’agit alors surtout de pastiches pornos, sur lesquels je préfère ne pas insister.

Cependant, si je cherche un peu des pastiches d’un autre genre, je déniche

un Léonard révolutionnaire (le lien semble être brisé)

les pastiches des belles histoires de l’Oncle Paul répertoriés sur Tout Spirou

dans la série de Turf, La Nef des fous, les Schloumpfs, créatures agressives et anthropophages, pastichent les paisibles Schtroumpfs  de Peyo

des pastiches de Lucky Luke : Banlieue ouest, une aventue de Rocky Luke ; Unlucky Luke, de Roba et Tillieux dans Spirou, n° 2996

des pastiches de Spirou : Pirates, un pastiche de Spirou, partiellement visible sur Spirates (le lien semble être brisé) ; L’Accélérateur atomique, dans la série des formidables aventures de Lapinot, par Trondheim ; dans l’album Blondin et Cirage découvrent les Soucoupes volantes de Jijé, le Marsupilami africain (Marsupilamus Africanus), animal pastichant le Marsupilami créé peu de temps auparavant par Franquin (cf. Wikipedia)…

J’arrête là cet inventaire à la Prévert que je vous laisse compléter…

Bande-dessinée « alternative » et microédition

La définition de la bande-dessinée « alternative » – dite aussi « indépendante », encore que les deux termes ne se recoupent pas complètement – est un peu fluctuante comme le suggère un article de Wikipedia. Pour faire simple, la bande-dessinée alternative se caractérise par de petites structures éditoriales – il peut s’agir de collectifs d’auteurs -, une certaine recherche graphique et de petits tirages. Vous pourrez voir que ce n’est pas toujours si simple, mais je me contenterai pour l’instant de ce point de départ.

Plusieurs liens ont été indiqués par Hieronymus Bouquet que je remercie.

Les liens en rouge semblent être rompus.

Dernière mise à jour : 9 juin 2020. 

Continuer la lecture de Bande-dessinée « alternative » et microédition

Nadar, Deburau et Pierrot assassin

(Dernière mise à jour : 27 février 2014)

J’ai pu voir à l’exposition Nadar, la norme et le caprice une photographie représentant Sarah Bernhardt en Pierrot dans la pantomime Pierrot assassin.

 

Pierrot assassin et le crime de Baptiste

Si j’en crois le catalogue de la BNF, ce Pierrot assassin est, non pas une pantomime de Paul Margueritte inititulée Pierrot assassin de sa femme et parue en 1882 (cf. Gallica), mais bien celle de Jean Richepin, avec une musique de F. Pardon, des décors de Robecchi et des costumes de Landolff, jouée avec Sarah Bernhardt dans le rôle de Pierrot et Réjane dans celui de Colombine. La représentation eut lieu au Palais du Trocadéro, le 28 avril 1883. En 1889,  en termes peu amènes et quelque peu antisémites, Champfleury la définit comme un fiasco dans sa préface aux Pantomimes de Gaspar et Ch. Deburau (cf. Gallica)

Et puique nous parlons de Deburau… Le thème du Pierrot assassin m’a fait penser au film de Jean Carné, Les enfants du Paradis où Baptiste Deburau triomphe dans la pantomime Le marchand d’habits. Or il y joue le rôle d’un assassin. Voici ce qu’en dit Fabienne Deseez dans son mémoire Théâtre et théâtralite dans les Enfants du paradis (cf. Memoire online)

En 1842, Cot d’Ordan, l’administrateur des Funambules, écrit pour Deburau une pantomime d’un genre nouveau, Le marchand d’habits qui marquera le sommet de la gloire du mime. Cette pantomime est reprise dans le film dans la deuxième époque.

Loin d’être une comédie, cette pantomime macabre, située entre Don Juan et Hamlet, raconte l’histoire de Pierrot, chassé par son maître parce qu’il est tombé amoureux d’une duchesse. Pour faire la cour à sa belle, il tue un marchand d’habits afin de se procurer des vêtements décents. Au moment de conduire la duchesse à l’autel, le spectre du marchand d’habits apparaît, saisit Pierrot, le tue et l’entraîne dans un gouffre.

Théophile Gautier donne de cette pantomime une évocation plus détaillée dans « Shakspear (sic) aux Funambules », article paru dans la Revue de Paris du 4 septembre 1842 et reproduit sur Brittany melodies, site malheureusement fortement vérolé de pubs intempestives, mais où on peut trouver quelques articles intéressants sur le célèbre mime.

Ainsi celui de Danièle Gasiglia-Laster, « Les Enfants du Paradis et le XIX° siècle de Jacques Prévert » m’a appris cette double anecdote sur la genèse du film de Carné et un épisode tragique de la vie de Deburau :

D’autre part, le scénario original s’achève sur le meurtre par Deburau du marchand d’habits, inspiré par un fait réel : au cours d’une promenade avec sa femme, Deburau et sa compagne furent insultés par un jeune homme ; le mime rossa le voyou à coups de canne et le tua. Cela se passait le 18 avril 1836 et ce serait l’idée de départ des Enfants du paradis : Jean-Louis Barrault, qui rêvait d’incarner le mime, ayant raconté à Prévert et Carné le meurtre involontaire commis par Deburau, le procès retentissant qui s’ensuivit, la curiosité de l’entendre pour la première fois, son acquittement. Ce fait-divers et ses conséquences ne seront pourtant finalement pas représentés dans le film.

A noter que cet article, publié initialement dans L’invention du XIXe siècle II, le XIXe siècle au miroir du XXe (Klincksieck / Sorbonne Nouvelle, 2002), est également disponible sur un site consacré à Marcel Carné où vous trouverez un dossier très complet sur le film. Voir aussi Karavane Papou.

Maxime Braquet a écrit un article assez détaillé au sujet cette « baston tragique » sur le site La ville des gens. Sa version diffère sensiblement de celle donnée en 1931 par l’écrivain tchèque Egon Erwin Kisch (1888-1948) dans « Pierrot, der Totschläger » (cf In jedem Schubfach eine Leiche : Zwölf Reportagen, Berlin und Weimar, 1965) : une traduction par J. Granoux, Du mime au crime, est disponible sur Brittany melodies. Je vous laisse comparer. Cependant, la version de Maxime Braquet, membre du Conservatoire Historique d’Études et de Recherches – C.H.E.R. 19, me semble un peu mieux étayée historiquement. Mais il ne sera pas inutile de lire également, dans l’ouvrage Louis Péricaud, Le Théâtre des Funambules, ses mimes, ses acteurs et ses pantomimes, depuis sa fondation jusqu’à sa démolition (Paris, 1897), le chapitre intitulé… « Pierrot assassin » (cf. Gallica).

Deburau fils et Nadar

Mort avant le développement de la photographie, le grand réformateur de la pantomime apparait dans des gravures, comme celle de Maleuvre repésentant le mime dans la pantomime Les vingt-six infortunes de Pierrot (cf. Gallica).

Son fils, Charles (1829-1873) lui succéda au théâtre des Funambules. Et c’est là que nous retrouvons Nadar. Ou plutôt Nadar et son frère lorsqu’ils travaillaient ensemble. Mais voyons ce qu’il en est dit sur le site du Musée d’Orsay :

Durant l’automne 1854 ou l’hiver 1854-1855, Nadar, qui a associé à son activité son jeune frère Adrien, demande au mime Charles Deburau (1829-1873) du théâtre des Funambules de poser pour une série de « têtes d’expression ». Ce dernier est le fils du célèbre Baptiste Debureau, qui servit de modèle pour le rôle joué par Jean-Louis Barrault dans le film de Marcel Carné Les enfants du Paradis (1945).

Félix Nadar obtient ensuite d’un ami haut placé que la série soit exposée à l’Exposition universelle de 1855. Le jury de l’Exposition décerne une médaille d’or à ce travail. Elle est attribuée non pas à Félix, mais à Adrien, qui s’est approprié le nom d’artiste de son frère en se faisant appeler Nadar jeune. Il s’ensuit un procès que Félix finit par gagner en 1857 contre Adrien.

Voyez aussi sur cette triste histoire, l’article de Laurent Abadjian, « “Controverses” : Qui est l’auteur de cette photo ? », sur le site de Télérama sur trois affaires qui ont marquées la progressive reconnaissance du droit d’auteur en photographie extraites du livre de Daniel Girardin et Christian Pirker Controverses, une histoire juridique et éthique de la photographie.

La photographie emblématique de la série consacrée à Charles Deburau est sans doute Pierrot photographe. Voir l’article de Philippe Hamon, « Pierrot photographe », Romantisme, 1999, vol. 29, n° 105, p. 33-43 (cf. Persée).

Voir aussi, sur la  même thématique, un couple de statuettes de années 1890, Pierrot photographie Colombine, repéré sur Antiq-photo.

Les différentes photographies de la série réalisée par Nadar et son frère sont visibles un peu partout sur internet, et notamment sur MuZéo Collection (11 photographie) ou la galerie de Gustavo Thomas sur Picasa (13 photographies).

Sur les Deburau père et fils

Wikipedia francophone présente de façon très succincte la famille Deburau. Pour un aperçu la vie de Jean-Gaspard Baptiste Deburau (ou Debureau), né Jan Kašpar Dvořák (1796–1846), mieux vaut se reporter à l’article de Wikipedia anglophone et à celui des Amis et passionnés du Père Lachaise.

Pantomimes de Gaspar et Ch. Deburau, traduction (?) par M. Émile Gobby ; préface. par M. Champfleury.Paris : E. Dentu, 1889. Disponible dans Gallica.

Il faut ajouter à cela quelques biographies et des livres de souvenirs écrits par ses contemporains ou plus tard :

Jules Janin. Deburau. Histoire du Théâtre à quatre sous, pour faire suite à l’Histoire du Théâtre-Français. 2e édition. Paris : Gosselin, 1832. 2 vol. in-12 . Première édition mise dans le commerce, l’édition originale n’ayant été tirée qu’à 25 exemplaires pour un cercle d’amis (cf. Livre-rare-book). D’autres édition suivront :

Celle de parue à Bruxelles chez L. Hauman et Cie en est disponible sur Google livres.

Celle parue à Paris à la Librairie des bibliophiles en 1881 avec une préface d’Arsène Houssaye figure dans Gallica.

Champfleury. Pierrot, valet de la mort : pantomime en sept tableaux. Paris : impr. de Gerdès, 1846. Disponible dans Gallica.

Cette brochure a été reprise dans Souvenirs des Funambules, ouvrage du même auteur publié en 1859. Disponible sur Google livres

Jules Janin et al.. Deburau. Paris : impr. de Aubusson et Kugelmann, 1856. 16 p. Disponible dans Gallica.

Louis Péricaud. Le Théâtre des Funambules, ses mimes, ses acteurs et ses pantomimes, depuis sa fondation jusqu’à sa démolition. Paris : 1897. Disponible sur Gallica.

Tristan Rémy. Jean-Gaspard Deburau. Préface de Jean-Louis Barrault. Paris : l’Arche, 1954.

Parmi les écrivains qui se sont inspirés de la vie de Baptiste Deburau figure en premier lieu Sacha Guitry dont la pièce, simplement intitulée Deburau, a été mise en scène en 1918 par Georges Pitoëff avec comme interprète Georges Pitoëff (Jean-Gaspard Deburau) et Ludmilla Pitoëff (Charles Debrau, son fils). Elle a donné lieu par la suite à au moins trois adaptations sur le grand et le petit écran, comme nous l’indique le site spécialisé dans le cinéma imdb.com :

The Lover of Camille (1924) : réalisateur Harry Beaumont ; scénariste Dorothy Farnum, adaptation de la pièce de Sacha Guitry ; interprète Monte Blue (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Deburau (1951) : réalisateur Sacha Guitry ; scénariste Sacha Guitry ; interprète Sacha Guitry (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Deburau (1982) (TV) : réalisateur Sacha Guitry ; scénariste Sacha Guitry ; interprète Robert Hirsch (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Moins connu en Françe, l’écrivain tchèque František Kožík (1909-1997) lui a consacré un roman paru en 1939 Největší z pierotů (« Le plus grand des Pierrots ») qui a eu une certaine importance en son temps (cf. Radio Praha).