Archives de catégorie : Géographie

Cartographie chinoise ancienne

Pour faire suite à une chronique antérieure sur les cartes anciennes de la Chine, voici quelques pistes sur la tradition cartographique chinoise.

Bref résumé historique

La cartographie chinoise remonterait à 2000 avant notre ère (cf. Yann Caradec). Hubert Delahaye cite des textes du XIe siècle où il est fait mention de l’usage de cartes. Cependant, les plus anciennes cartes chinoises connues datent des années 160 avant J.-C. (dynastie Han). Ce sont des “cartes topographiques” à l’échelle  1:90 000 où le repérage se fait à l’aide d’une grille orthogonale ne correspondant à des latitudes et des longitudes.

Les supports utilisés pour les dessins cartographiques exécutés au pinceau sont la soie, mais aussi le papier dès le Ier siècle de notre ère. A partir du XIe siècle, l’usage de la boussole contribue aux progrès des cartographe et l’utilisation de la gravure sur bois et de l’impression xylographique élargit le cercle des usagers des cartes.

Quelque témoins de l’avance de la cartographie chinoise avant qu’elle ne s’occidentalise à partir de la fin du XVIe siècle au contact des missionnaires jésuites :

La plus ancienne carte imprimée dans le monde date de 1155 : c’est une carte chinoise.

Le premier recueil connu de cartes qu’on qualifierait d’Atlas date de 1311-1312 après J.-C. (Atlas Mongol de ChuSsu-pên).

La plus ancienne carte de navigation chinoise trouvée date de 1416 après J.-C.

Quelques personnalités qui ont marqué l’histoire de la cartographie chinoise :

P’ei Hsiu (224-271), ministre des travaux publics, le père de la cartographie chinoise, édite en 267 un manuel des levés topographiques et de cartographie où il ordonna l’emploi systématique de règles de mesure d’angles et de distances sur le terrain.

Kia Tan (729-805) réalise une carte de l’Asie à l’échelle d’environ 1/1 000 000 mesurant 10 m sur 9 m

Zhu Siben (1273-1337) réalise vers 1320 une mappemonde sur laquelle les Chinois vont fonder leur connaissance du monde pendant des siècles.  Voici ce qu’écrit à ce sujet Joanna Waley-Cohen dans Les sextants de Pékin :

 A partir de la fin du XVIe siècle, la cartographie chinoise s’occidentalise d’abord au contact des missionnaires jésuites comme Matteo Ricci.

 

Esquisse de biblio-webographie

Synthèses sur la cartographie chinoise

Hubert Delahaye, “Petite histoire de la cartographie chinoise”, Hérodote, 1981, n° 20, p. 102-115.

Philippe Pelletier, “Trop loin à l’est… c’est l’ouest”, Les grands dossiers de Sciences humaines, 2008, n° 12.

 J.B. Harley et David Woodward (éd.). The History of Cartography. Volume Two, Book Two. Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, University of Chicago Press, Chicago-London, 1994. Recension par Christian Jacob sur Academia.edu.

Alexis Lycas. “Cartographie chinoise” in Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies  / Nathalie Kouamé, Éric P. Meyer,  Anne Viguier, Presses de l’Inalco, 2020, p. 198-202

Etudes particulières de cartes chinoises anciennes

Edouard Chavannes, “Les deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise”, Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1903, t. 3, p. 214-247.

Etienne Balazs, “Une carte des centres commerciaux de la Chine à la fin du XIe siècle“, Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1957, vol. 12, n° 4, p. 587-593.

Pascal Poumailloux. “Une vision de l’Afrique à travers la cartographie chinoise”, in Civilisations des mondes insulaires, Khartala, 2011, p. 109-119. Disponible sur Google livres sauf les pages 113 et 114.

Résumé de la conférence du Professeur Lin Meicun sur “La Chine et les routes de la soie” où il est question d’une “carte de la route de la Soie du XVIe siècle découverte récemment au Japon”, Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, Section sciences historiques et philologiques, 141 (2008-2009),  2011, p. 327-330.

Documents en ligne sur la cartographie en général contenant un aperçu de la cartographie chinoise

Yann Caradec, Histoire de la cartographie, mémoire de fin d’études de l’Ecole Polytechnique.

François Cavayas, Introduction à la cartographie, cours de l’uiniversité de Montréal.

Pierre Delprat, La représentation de la Terre en cartographie, cours l’Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).

Dernière mise à jour : 19 janvier 2021.

Voyage au pays des…

Depuis 2007, les éditions Cartouche se proposent de faire découvrir au lecteur curieux des peuples méconnus,généralement minoritaires dans leur pays, à travers la collection Voyage au pays des… Les deux premiers ouvrages de cet collection, parus en avril 2007, s’ntéressaient aux Mapuches du Chili et de l’Argentine et aux Gagouzes de Moladvie. Le dernier, sorti le mois dernier, porte sur les Salars du Tibet oriental. Entre temps, les différents continents ont été explorés, que ce soit

Vu le nombre d’ethnies existant dans le monde (voir liste sur Wikipédia), cette collection a encore de beaux jours devant elle…

Cartes anciennes de la Chine

Ceux qui fréquentent un peu ce carnet ont pu constater qu’entre autres choses, je m’intéresse à la Chine et aux cartes anciennes. Ce billet concerne les deux.

La bibliothèque de l’université de science et de technologie de Hong Kong propose une base de données concernant la Chine dans les cartes anciennes européennes et deux expositions en ligne :

China in Maps: 16th – 19th Century  (27 June 1997 – 15 October 1997)

China in Maps – A Library Special Collection Chinese (6 June – 31 December 2002)

Le département de géographie de l’Université baptiste de Hong Kong a mis en ligne, pour une période allant de 475 avant l’ère commune jusqu’à la naissance de la République chinoise en 1911,

de nombreuses des cartes chinoise anciennes

des biographies succinctes de plusieurs cartographes chinois (ou tout comme Matteo Ricci), le tout en chinois…

Voir aussi How Rome Went to China, partie de l’exposition de la bibliothèque du Congès, Rome Reborn: The Vatican Library & Renaissance Culture (January 8 – April 30, 1993)

Cette sélection restreinte a été dressée à l’aide de Lexilogos et de Map history où vous trouverez plus de liens. Cependant, ceux-ci concernent surtout des cartes de la Chine réalisées par des Européens.

Voir aussi l’article Géographie chinoise de Wikipedia.

Dernière mise à jour : 5 septembre 2017.

Une bonne partie des liens de cette chronique (en rouge) sont obsolètes.

Géographie et langue(s)

Le thème énoncé en titre peut se diviser en trois sujets principaux :

  1. Géographie linguistique
  2. Vocabulaire des géographes
  3. Toponymie

Pour une première orientation bibliographique, j’ai notamment utilisé les ressources de la bibliothèque universitaire de Tours où je travaille… A compléter, corriger, etc…

1. Géographie linguistique : langues et territoires du culturel au politique

Documents papier (ouvrages et numéros de périodiques)

Généralités (en ordre chonologique inversé)

Langue et espace. Pessac : MSHA, 2011

Les espaces linguistiques : nouveaux acteurs dans la mondialisation, numéro de Revue internationale de politique comparée, vol. 14, n° 1, 2007

Langues et territoire, numéro de Hérodote, n° 105, 2002

Roland Breton. Géographie des langues. 3e éd. Paris : PUF, 1995

Atlas of the world’s languages. London : Routledge, 1994

Géopolitique des langues, numéro de Hérodote, n° 42, 1986

Sur une aire géographique

Europe orientale : Conflits et minorités dans l’Europe post-communiste, numéro de Géographie et cultures, n° 38, 2001

Méditerranée : Europe and the Mediterranean as Linguistic Areas : convergencies from a historical and typological perspective. Amsterdam : Phi : J. Benjamins Publishing Company, 2007

Sur une langue

Anglais : Géopolitique de l’anglais, numéro de Hérodote, n° 115, 2004

Arabe : Mohamed Benrabah.Devenir langue dominante mondiale : un défi pour l’arabe. Genève : Droz, 2009

Français : Ariane Poissonier, Gérard Sournia. Atlas mondial de la francophonie : du culturel au politique. Paris : Autrement, 2006

Swahili : Pierre Alexandre. Les Swahili entre Afrique et Arabie. Paris : Karthala, 1991

Internet

Ethnologue, languages of the world

L’aménagement linguistique dans le monde,site de l’université de Laval (Québec)

Une curiosité : la première carte linguistique de l’Europe (1741)

Sur le site de l’IGN, voir la carte de la France dialectale

2. Vocabulaire du géographe : des mots pour comprendre

Ouvrages

Voir la cote 910.3

Un exemple spécifique : le vocabulaire de géographie agraire

Voir les publications sur ce sujet de Paul Fénelon (1903-1993), ancien professeur aux universités deTours et d’Orléans.

Sur cet auteur, voir sa notice nécrologique dans les Annales de géographie, 1994, n° 579, p. 507-509, disponible dans Persée

Dans les années 1960, Paul Fénelon a fait paraître dans plusieurs livraisons de Norois, un « Vocabulaire de géographie agraire »

1960, n° 28, p. 428-452 :     Abaca –  Azotobacter

1961, n° 30, p. 230-242 :     Baawande – Besin

*1961, n° 31, p. 353-373 :   Besoche – Bytesarbeid

1962, n° 33, p. 41-56 :        Cabal – Cédrat

1962, n° 34, p. 199-212 :     Céleri – Charrue

*1962, n° 35, p. 332-341 :   Chasé – Chocheron

*1962, n° 36, p. 386-396 :   Chou – Complanteur

1963, n° 37, p. 40-55 :        Compoix – Czarnoziem

1963, n° 39, p. 275-294 :     Daba – Dvor

*1964, n° 41, p. 51-64 :       Eaux et Forêt – Emousse

1964, n° 43, p. 349-369 :     Empaillage – Eyzines

1965, n° 46, p.224-239 :      Fabrecoulier – Floquets

1965, n° 47, p. 368-386 :     Flore – Fuye

1966, n° 50, p. 230-257 :     Gaaing – Guyot

Sauf exception (*), ces fascicules sont accessibles en ligne sur Persée.

En 1970, Paul Fénelon fait paraître son Vocabulaire de géographie agraire. Une 2e édition revue et augmentée paraît en 1989.

Voir aussi son Dictionnaire d’histoire et de géographie agraires multilingue paru en 1989, réédité eb 1991.

 

3. Toponymie : la marque de la langue sur les lieux et inversement

Ouvrages

Pour les ouvrages, voir la cote 910.014

Internet

Sur le site de l’IGN,

soit dans la rubrique Toponymie et noms de lieux

soit dans le site associé IGN Education la rubrique Comprendre la toponymie

voir notamment les brochures suivantes en ligne :

La sciences des noms géographiques

André Bégorier, Les noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux

Le site de la toponymie francophone

Sur Wikipedia, voir les articles

« Toponymie »

« Toponymie française »

La section sur le sujet du site Lexilogos

Traversées, récits de voyages des Lumières

Je vous avais signalé, dans une précédente chronique, d’un site de l’université de Poitiers consacré aux premiers socialisme. Cette même université propose, sur un tout autre sujet, Traversées, récits de voyages des Lumières. Voilà la présentation qu’en donne le site du SCD poitevin :

Cette exposition virtuelle, conçue par le Master 2it (UFR Lettres et Langues – Université de Poitiers), accompagne une exposition du SCD de Poitiers réalisée en partenariat avec l'”ACI Lumières Pays de Vienne, Pays de Loire”, des enseignants-chercheurs et des étudiants de l’Université de Poitiers.
Les voyageurs des Lumières se trouvent à un moment particulièrement intéressant à observer car tous les modes de voyage cohabitent : découverte, colonisation, dépaysement. L’exposition présente différents types de voyages et de manières de les raconter dans trois parties du monde au XVIIIe siècle : la découverte et l’utopie dans le Pacifique, l’installation et les missions en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud et l’émergence du genre du récit de voyage en Europe.
Les livres anciens numérisés sont issus du Fonds ancien du SCD de l’Université de Poitiers et de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.

Je pense puiser prochainement dans les bibliographies proposées dans les diverses sections de cette très riche exposition et je vous en conseille la visite.

Cartes imaginaires

Tout est parti de la référence ci-dessous :

Jean-Benoît Bouron, “Cartographier l’imaginaire : un exercice géographique”, Le monde des cartes, 2005, n° 205, p. 11-24. Disponible sur le site du Comité Français de Cartographie.

Dans sa bibliographie, l’auteur donne des adresses web (ici marquées d’un *) auxquelles j’ai ajouté mes propres trouvailles. Evidemment, cette liste fera l’objet de mises à jour. Dernière mise à jour : 22 janvier 2014.

 

Les cartes dans la bande dessinée

  

La Terre du Mileu

25e conférence de l’Association Cartographique Internationale

En 2011 la France accueille la 25e conférence de l’Association Cartographique Internationale et fête à cette occasion les 50 ans de la première assemblée générale de l’association. Durant ces 50 ans, l’ACI a su avec talent conserver ses deux objectifs fondamentaux : être, grâce à un contenu scientifique solide et renouvelé, la conférence internationale de référence en matière de cartographie et de géomatique et rester une conférence ouverte à différents publics : les chercheurs, les décideurs dans le domaine de la géomatique, les enseignants et les amoureux de la cartographie.

[…]

Dates à retenir :

4 octobre 2010 Date limite de soumission des communications

Novembre 2010 Ouverture des inscriptions

Cf. site de la conférence.

De quoi Jura est-il le nom ?

Les vacances sont closes, les chroniques reprennent. Dans mon précédent billet, je prenais congé de vous en vous annonçant mon départ pour le Jura. Mais qu’est-ce que le Jura ? A quoi ce nom vous fait-il penser ?

Si vous êtes Français et que vous connaissez un peu la géographie administrative de notre beau pays, cela évoquera pour vous un des quatre départements de la région Franche-Comté. Et  si vous êtes œnologue, vous n’ignorez pas l’importance de son vignoble, à la différence, hélas, de la plupart de nos concitoyens…

Si vous êtes Suisse, vous viendra d’abord à l’esprit la République et canton du Jura, ou peut-être aussi les trois districts francophones du Jura bernois

Si vous êtes géographe, vous penserez à un massif montagneux qui s’étend depuis les environs d’Oyonnax ou de Bellegarde dans l’Ain jusqu’au sud de l’Allemagne (Jura souabe et Jura franconien), et caractérisé notamment par des terrains calcaires datant du… Jurassique, évidemment !

Ce sont là les différents aspects que je souhaiterais développer dans de prochaines chroniques : les deux entités historiques et culturelles que sont, d’une part le Jura français et plus largement, la Franche-Comté, et d’autre part le Jura suisse, et la réalité transfrontalière du massif  jurassien.

Voir la série de ces chroniques comtoises et jurassiennes.

Voir aussi ces quelques liens.

Cartes géographiques humoristiques

En feuiletant récemment L’ Epopée cartographique : 100 exemples de cartes qui ont dessiné le monde (Parragon books, 2006), je suis tombé en arrêt devant des cartes d’Aleph, alias William Harvey (1796-1866), extraite de Geographical fun by (Hodder and Stoughton, 1869). Voulant en savoir plus, j’ai récolté informations et images sur le site de la bibliothèque du Congrès, American memory

Pour compléter, sur le thème de la carte géographique satitique, voir par exemple ce billet de BibliOdyssey. Dans le même blog, vous trouverez, dans un billet consacré à la caricature en 1870, la carte ci-dessous.

Un petit tour virtuel dans l’histoire de la Savoie (2)

Pour servir de complément à un précédent billet, voici l’exposition virtuelle Le ramoneur, la marmotte et la montagne. Entre clichés et réalité, naissance de la Savoie française. Celle-ci est illustrée par des documents provenant de la Médiathèque de Chambéry, mais aussi du Musée savoisien (Chambéry, collections départementales), de la Bibliothèque municipale de Bourg-en-Bresse, de la Bibliothèque historique de la ville de Paris et des Archives municipales de Saint-Étienne. Elle comporte cinq extraits musicaux, résultat d’un partenariat entre la Médiathèque de Chambéry et le Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes.

Informations provenant d’un message d’Antoine Fauchié dans bibliopat