Archives de catégorie : Histoire et géographie

Les journaux de la Commune de Paris

En lisant l’excellent  ouvrage que Xavier Noël a consacré à Paschal Grousset (Les Impressions Nouvelles, 2010) et plus spécialement le chapitre consacré à son action politique pendant la Commune, je remarque que la presse parisienne a connu entre la mi-mars et la fin-mai 1871 une grande floraison de titres éphémères, bientôt balayés par la réaction versaillaise. Je me suis donc mis en quête de documents sur le sujet et voici ce que j’ai trouvé. Comme toujours, cela reste à compléter…

S’informer sur les journaux de la Commune de Paris

Un article de Wikipédia assez détaillé

Jules Lemonnyer. Les journaux de Paris pendant la Commune : revue bibliographique complète de la presse parisienne du 19 mars au 27 mai… Paris : Jules Lemonnyer, 1871. Accessible sur Gallica. Cet ouvrage donne pour chaque titre présenté le nom de ses principaux rédacteurs, le nombre de numéros et la période de parution, et, selon les titres, des détails plus ou moins nombreux sur la vie, souvent éphémère ces publications. Les titres y sont classés par ordre alphabétique.

Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple, Paris, L’Harmattan, 2005. Sur l’un des plus fameux journal communard, celui de Jules Vallès. Critique de cet ouvrage dans l’article d’Odile Krakovitch, « Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple… », Revue d’histoire du XIXe siècle , 34 | 2007, en ligne. Voir aussi sur ce même périodique l’article qui lui est consacré dans Wikipédia.

Lire les journaux de la Commune de Paris en ligne

Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24 mai 1871, lois, décrets, proclamations, rapports et informations militaires, séances de la Commune, etc., reproduits d’après le « Journal officiel » de Paris, extraits des autres journaux organes ou défenseurs de la Commune…. Paris : Garnier frères, 1872. 2 tomes accessible sur Gallica. Le titre est suffisamment parlant : il s’agit d’une anthologie d’extraits de journaux donnés dans l’ordre chronologiques.

Journal officiel de la Commune. Accessible sur Gallica et Les classiques en sciences sociales, ainsi que sur le site de l’association Smolny pour quelques numéros. Voici ce qu’il en est dit dans Wikipédia :

Cette édition va du no 79, daté du 20 mars au no 144 daté du 24 mai. Le 30 mars, au lieu du no 89, parut un no 1 du Journal officiel de la Commune de Paris, mais ce titre fut abandonné dès le lendemain pour l’ancien, et il ne fut pas repris. Ce journal avait deux éditions : une édition grand format, le matin, vendue 15 centimes, et une « Petite édition du soir », datée du lendemain, dans laquelle on trouvait l’essentiel de celui du matin. Cette édition à 5 centimes était celle que lisait le peuple de Paris. Après la Semaine Sanglante, afin que les bourgeois versaillais puissent connaître le nom de tous les Communards « officiels », un éditeur de Paris, Victor Bunel réimprima le Journal officiel. Ce fut un grand succès de librairie. Le Journal Officiel se découpe en deux parties : une « partie officielle » qui publie les décrets de la Commune, , et une partie « non officielle », beaucoup plus longue où l’on pouvait lire les Nouvelles de Paris et de la province, des « Nouvelles étrangères », des articles nécrologiques, des études d’intérêt général. Cette partie donne aussi les comptes rendus des séances officielles du Conseil de la Commune.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le général Pichegru

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2014)

J’ai dit dans une précédente chronique l’attachement que j’ai pour Arbois. 

Le général Pichegru est, avec Pasteur, une des grandes figures issues de cette cité jurassienne. Il eut en son temps une renommée nationale lors des guerres menées par la jeune Républiques contre les puissances européennes coalisées contre elle. Cependant, sa mémoire a été mise à mal par sa supposée trahison de 1795 et par sa réelle participation au complot de Cadoudal contre Bonaparte en 1804. C’est à peine si une rue d’Arbois porte son nom et si une plaque commémorative figure sur sa maison natale.

Les quelques références qui suivent ont pour seule ambition de faire un peu mieux connaître ce grand oublié de l’histoire officielle. Elles seront à compléter et toute information sera la bienvenue.

 

Biographies

 

Sur les sites

Wikipedia

Assemblée nationale

Hérodote

1789-1815

Napoléon Bonaparte – L’épopée impériale

Wars175x

 Ouvrages récents

Philippe Arnould. Pichegru, général en chef de la République : imposture et trahison. Paris : Les impliqués, 2014.

Henri Lambert. Accusé Pichegru, levez-vous ! : gloire et misère d’un grand soldat. Bordeaux : les Dossiers d’Aquitaine, 2004. Partiellement consultable sur Google livres.

Bernard Saugier. Pichegru : de la gloire de la Hollande à la prison du temple. Stasbourg : Coprur, 1995.

 Biographies anciennes

Histoire du General Pichegru : précédée d’une notice sur sa vie. Paris : Barba, 1802.

« Pichegru (Charles) », in François-Xavier Feller,François Marie Pérennès, Jean Baptiste Pérennès. Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, , tome 10.  Paris : Gauthier frères, 1834. Consultable sur Google livres.

Ne pas oublier les deux chroniques que lui consacre Ernest Girard dans ses Chroniques arboisiennes.

 

Sources iconographiques

 

De la gloire au cachot : principaux épisodes

La campagne de Hollande et la capture de la flotte hollandaise

Le grand épisode de la campagne de Hollande est la capture de la flotte hollandaise au Helder près de île de Texel (23 janvier 1795), glorifié par représentations iconographiques. Le souvenir en subsiste dans cet extrait de La Chamborant, marche du 2e Hussard (plus d’info ici) :

Fils de ceux dont les grands sabres frappent,

Bousculant les rangs de l’ennemi,

Des héros d’Austerlitz, de Jemmapes,

Friedland et Valmy,

Des houzards qui chargeant botte à botte,

Au Texel au milieu des glaçons

La cernant, virent toute une flotte

Baisser pavillon

La « trahison » de Pichegru

 G. Caudrillier. La trahison de Pichegru et les intrigues royalistes dans l’est avant fructidor. Paris, 1908. Disponible sur Gallica.

H. Bourdeau. Pichegru a-t-il trahi à Mannheim ? (septembre 1795). Paris, 1909. Disponible sur Gallica.

La déportation en Guyane et l’évasion vers l’Angleterre

[A compléter]

De sa participation au complot de Cadoudal à son suicide

Hippolyte Treille. La Vérité dévoilée par le temps, ou le Vrai dénonciateur du général Pichegru signalé. Paris, 1805. Disponible sur Gallica.

Procès instruit par la Cour de justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres, prévenus de conspiration contre la personne du Premier Consul ; recueilli par des sténographes. (27 pluviôse-4 messidor). Paris, 1804. 8 vol. 4 Tomes 1, 2, 4 et 6 disponibles sur Google livres.

Augustin Charles Guichard. Procès célèbres de la révolution; ou, Tableau historique de plusieurs procès. Paris, 1814. 2 vol. Disponible sur Google livres.

C. M. Pierret. Pichegru, son procès et son suicide. Paris, 1825. Disponible sur Google livres.

Léonce Grasilier. Par qui fut livré le général Pichegru : d’après des documents entièrement inédits. Paris, 1906. Disponible sur Gallica.

Frédéric Barbey. La mort de Pichegru. Paris : Perrin, 1909. Disponible sur Archive.org.

Le souvenir de Pichegru au temps de la Restauration et après

Charles Nodier se fit un ardent défenseur de son compatriote franc-comtois (cf. Souvenirs et portraits. Paris : Eugène Renduel, 1833. Disponible sur Google livres) non sans susciter les critiques de ses contemporains comme  on le voit chez Sainte-Beuve ou dans cette réaction d’un lecteur du Globe en 1826, à la fin de la Restauration , période pourtant très favorable au souvenir de Pichegru.

De ce regain de notoriété attestent les statues élevées à Besançon et à Lons-le-Saunier.

De Pichegru et de sa statue, ou recueil de renseignements relatifs à la vie privée, militaire et politique de ce Gal ; avec des notes historiques et biographiques concernant les souscriptions ouvertes en son honneur…: Par une société de souscripteurs et de gens de lettres. Impriemerie de Sétier, 1828.

Infos complémentaires sur ce monument érigé entre 1826 et 1828 sur la base Mérimée.

Sur sa dernière demeure, voir ce billet du site de Tombes-sepultures.com.

En 1911, Georges Denola tourne un film Pathé  intitulé Bonaparte et Pichegru. Plus d’information.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartographie chinoise ancienne

Pour faire suite à une chronique antérieure sur les cartes anciennes de la Chine, voici quelques pistes sur la tradition cartographique chinoise.

Bref résumé historique

La cartographie chinoise remonterait à 2000 avant notre ère (cf. Yann Caradec). Hubert Delahaye cite des textes du XIe siècle où il est fait mention de l’usage de cartes. Cependant, les plus anciennes cartes chinoises connues datent des années 160 avant J.-C. (dynastie Han). Ce sont des « cartes topographiques » à l’échelle  1:90 000 où le repérage se fait à l’aide d’une grille orthogonale ne correspondant à des latitudes et des longitudes.

Les supports utilisés pour les dessins cartographiques exécutés au pinceau sont la soie, mais aussi le papier dès le Ier siècle de notre ère. A partir du XIe siècle, l’usage de la boussole contribue aux progrès des cartographe et l’utilisation de la gravure sur bois et de l’impression xylographique élargit le cercle des usagers des cartes.

Quelque témoins de l’avance de la cartographie chinoise avant qu’elle ne s’occidentalise à partir de la fin du XVIe siècle au contact des missionnaires jésuites :

La plus ancienne carte imprimée dans le monde date de 1155 : c’est une carte chinoise.

Le premier recueil connu de cartes qu’on qualifierait d’Atlas date de 1311-1312 après J.-C. (Atlas Mongol de ChuSsu-pên).

La plus ancienne carte de navigation chinoise trouvée date de 1416 après J.-C.

Quelques personnalités qui ont marqué l’histoire de la cartographie chinoise :

P’ei Hsiu (224-271), ministre des travaux publics, le père de la cartographie chinoise, édite en 267 un manuel des levés topographiques et de cartographie où il ordonna l’emploi systématique de règles de mesure d’angles et de distances sur le terrain.

Kia Tan (729-805) réalise une carte de l’Asie à l’échelle d’environ 1/1 000 000 mesurant 10 m sur 9 m

Zhu Siben (1273-1337) réalise vers 1320 une mappemonde sur laquelle les Chinois vont fonder leur connaissance du monde pendant des siècles.  Voici ce qu’écrit à ce sujet Joanna Waley-Cohen dans Les sextants de Pékin :

 A partir de la fin du XVIe siècle, la cartographie chinoise s’occidentalise d’abord au contact des missionnaires jésuites comme Matteo Ricci.

 

Esquisse de biblio-webographie

Synthèses sur la cartographie chinoise

Hubert Delahaye, « Petite histoire de la cartographie chinoise », Hérodote, 1981, n° 20, p. 102-115. Disponible sur Gallica.

Philippe Pelletier, « Trop loin à l’est… c’est l’ouest », Les grands dossiers de Sciences humaines, 2008, n° 12. Disponible sur le site de Sciences humaines.

 J.B. Harley et David Woodward (éd.). The History of Cartography. Volume Two, Book Two. Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, University of Chicago Press, Chicago-London, 1994. Recension par Christian Jacob sur Academia.edu.

Etudes particulières de cartes chinoises anciennes

Edouard Chavannes, « Les deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1903, t. 3, p. 214-247. Disponible sur Persée.

Etienne Balazs, « Une carte des centres commerciaux de la Chine à la fin du XIe siècle », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1957, vol. 12, n° 4, p. 587-593. Disponibles sur Persée.

Pascal Poumailloux. « Une vision de l’Afrique à travers la cartographie chinoise », in Civilisations des mondes insulaires, Khartala, 2011, p. 109-119. Disponible sur Google livres sauf les pages 113 et 114.

Résumé de la conférence du Professeur Lin Meicun sur « La Chine et les routes de la soie » où il est question d’une « carte de la route de la Soie du XVIe siècle découverte récemment au Japon », Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, Section sciences historiques et philologiques, 141 (2008-2009),  2011, p. 327-330. Disponible sur Revues.org.

Documents en ligne sur la cartographie en général contenant un aperçu de la cartographie chinoise

Yann Caradec, Histoire de la cartographie, mémoire de fin d’études de l’Ecole Polytechnique.

François Cavayas, Introduction à la cartographie, cours de l’uiniversité de Montréal.

Pierre Delprat, La représentation de la Terre en cartographie, cours l’Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une histoire de la forêt

Dans le dossier que Télérama a consacré cet été à la forêt, j’ai pu lire l‘interview de Martine Chalvet, dont Une histoire de la forêt est parue en février dernier aux éditions du Seuil, dans la collection L’univers historique. L’historienne y poursuit ses recherches commencées avec sa thèse de doctorat soutenue en 2000 à l’université d’Aix-Marseille I : L’invention de la forêt méditerranéenne de la fin du XVIIIe siècle aux années 1960.

Ceux qui voudraient en savoir plus peuvent se reporter notamment  à diverses émissions diffusées sur France Culture sur France Inter ou sur Radio Suisse Romande.

Une histoire de la forêt a reçu le Prix Véolia du Livre Environnement 2011.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La presse ouvrière lyonnaise au début de la Monarchie de Juillet

En cherchant tout autre chose, je suis tombé sur ce site fort intéressant contenant des documents utiles à ceux qui s’intéressent

…. à l’histoire de la classe ouvrière, et singulièrement des canuts,

…. et à l’histoire de la presse en France, et particulièrement à Lyon :

Voir ici la présentation du projet mené par une équipe de chercheurs de l’ENS-LHS (UMR Triangle).

Il s’est achevé en 2010 avec la parution de L’Écho de la fabrique : naissance de la presse ouvrière à Lyon, 1831-1834 dont vous pouvez voir la présentation sur Le comptoir des presses d »universités, sur Fabula ou sur Non de non !

Voir aussi

  • l’article de Jacques Guilhaumou, « De « peuple » à « prolétaire(s) » : Antoine Vidal, porte-parole des ouvriers dans « L’Echo de la Fabrique » en 1831-1832″, disponible sur HAL-SHS ;
  • « L’Echo de la Fabrique: portrait de Maurice Vichard, vainqueur de la Bastille devenu prolétaire », extrait donné sur le site Révolution francaise

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Voyage au pays des…

Depuis 2007, les éditions Cartouche se proposent de faire découvrir au lecteur curieux des peuples méconnus,généralement minoritaires dans leur pays, à travers la collection Voyage au pays des… Les deux premiers ouvrages de cet collection, parus en avril 2007, s’ntéressaient aux Mapuches du Chili et de l’Argentine et aux Gagouzes de Moladvie. Le dernier, sorti le mois dernier, porte sur les Salars du Tibet oriental. Entre temps, les différents continents ont été explorés, que ce soit

Vu le nombre d’ethnies existant dans le monde (voir liste sur Wikipédia), cette collection a encore de beaux jours devant elle…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes anciennes de la Chine

Ceux qui fréquentent un peu ce carnet ont pu constater qu’entre autres choses, je m’intéresse à la Chine et aux cartes anciennes. Ce billet concerne les deux. Le titre « cartes anciennes de la Chine » doit du reste être un peu précisé. Il s’agit ici surtout de cartes chinoises anciennes, relevant donc d’une autre tradition cartographique que celle de l’Europe, sauf bien sûr pour le lien concernant la découverte de la Chine par les missionnaires envoyés par Rome.

La bibliothèque de l’université de science et de technologie de Hong Kong propose une base de données et deux expositions en ligne :

China in Maps: 16th – 19th Century  (27 June 1997 – 15 October 1997)

China in Maps – A Library Special Collection Chinese (6 June – 31 December 2002)

Le département de géographie de l’Université baptiste de Hong Kong a mis en ligne, pour une période allant de 475 avant l’ère commune jusqu’à la naissance de la République chinoise en 1911,

de nombreuses des cartes chinoise anciennes

des biographies succinctes de plusieurs cartographes chinois (ou tout comme Matteo Ricci), le tout en chinois…

Voir aussi How Rome Went to China, partie de l’exposition de la bibliothèque du Congès, Rome Reborn: The Vatican Library & Renaissance Culture (January 8 – April 30, 1993)

Cette sélection restreinte a été dressée à l’aide de Lexilogos et de Map history où vous trouverez plus de liens. Cependant, ceux-ci concernent surtout des cartes de la Chine réalisées par des Européens.

Voir aussi l’article Géographie chinoise de Wikipedia.

Dernière mise à jour : 27 octobre 2015.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Luddisme et résistance à la technique

Trouvant son origine dans le nom du mythique ouvrier anglais, John ou Ned Ludd (parfois appelé « King Ludd » ou « General Ludd »), qui aurait détruit deux métiers à tisser en 1780, le terme luddisme a d’abord désigné un mouvement ouvrier en Angleterre dans les années 1811-1816, avant d’être utilisé plus généralement pour stigmatiser ceux qui s’opposent aux nouvelles technologies. Cependant, plus qu’une simple néophobie, le luddisme peut aussi être interprété non comme un refus des techniques, mais une résistance à certains aspects asservissants du machinisme aux mains du patronat.

Présentation générale

Une bibliographie commentée : « Luddisme. Machine arrière ! » (BM de Lyon)

Deux articles :

Frédérique Roussel, « Rage against the machines », Ecrans, 21 juillet 2007

Louise Demory, « Une révolte anti-moderne : le luddisme », Novopress|Québec, 28 août 2008

Le premier luddisme et ses suites

Kevin Binfield

« Luddites et luddisme », Tumultes 2/2006 (n° 27), p. 159-171. Accessible sur Cairn.

Writings of the Luddites, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004.

Sur ce livre :

Francois Jarrige, « Kevin Binfield (ed.), Writings of the Luddites, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 2004, 279 p. ISBN : 0-8018-7612-5. 49,95 dollars », Revue d’histoire du XIXe siècle, 31 | 2005. Accessible sur Revues.org.

Vincent Bourdeau et al.

« Le passé d’une désillusion : les luddites et la critique de la machine », Actuel Marx 1/2006 (n° 39), p. 145-165. Article accessible sur Cairn.

Les luddites : bris de machines, économie politique et histoire, Ere, 2006. Collab. : François Jarrige et Julien Vincent. Aperçu sur Google livres.

Sur ce livre :

La présentation sur le site de l’éditeur

Philippe Minard, « Le retour de Ned Ludd. Le luddisme et ses interprétations », Revue d’histoire moderne et contemporaine 1/2007 (no 54-1), p. 242-257. S’intéresse aussi à l’ouvrage de Kevin Binfield. Accessible sur Cairn.

Iorwerth Prothero traduit par Judith Lyon-Caen, « Vincent Bourdeau, Francois Jarrige et Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, Éditions Ère, 2006, 160 p. ISBN 2-915453-11-X, 15 euros. », Revue d’histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, p.198-200. Accessible sur Revues.org.

Nicolas Chevassus-au-Louis, Les briseurs de machines: de Ned Ludd à José Bové, Seuil, 2006.

François Jarrige

« Une « armée de justiciers » ? Justice et répression du luddisme en Angleterre (1811-1816) », Table ronde organisée par le SNES – Blois, 15 octobre 2010

« Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines et la genèse de la société industrielle (France, Angleterre, Belgique, 1780-1860) « , Revue d’histoire du XIXe siècle, Thèses et HDR soutenues, 2009. Accessible  sur Revues.org.

Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Presses universitaires de Rennes, 2009

Face au monstre mécanique : une histoire des résistances à la technique, Ed. IMHO, 2009.

Sur ces 2 ouvrages :

« Du misonéisme au luddisme », Le blog de l’histoire, 10 novembre 2009.

Philippe Minard, «  »À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 01/06/2010. Accessibles sur Revues des livres.

Eric Hobsbawm, « The Machine-Breakers », Past & Present, n° 1, février 1952, p. 57-70, trad. fr. « Les briseurs de machines », in Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 53-4 bis, supplément 2006, p. 13-28. Accessible sur Cairn

Kirkpatrick Sale, La révolte luddite : briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation, traduit de l’américain par , et préf. Celia Izoard, L’Echappée, 2006.

Malcolm Thomis

The Luddites : Machine-Breaking in Regency England, Newton Abbott, David & Charles / Archon Books, 1970.

Luddism in Nottinghamshire, Londres, Phillimore, 1972.

Dans les années 1970, cet auteur a pris le contrepied du mythe luddite, affirmant que « le nombre et la gravité des incidents violents ont été exagérés, et ne voyant dans le luddisme qu’un phénomène purement « industriel » dénué de dimension politique et plus encore de portée révolutionnaire » (cf. Philippe Minard).

Edward P. Thompson, La Formation de la Classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard, 1988 (1963)

Sur l’ouvrage et l’auteur :

Clément Homs, « L’historien du luddisme, Edward P. Thompson, et l’ »économie morale de la foule » », Critique de la valeur, 23 mai 2007 et Décroissance.info, août 2006

Bruno Astarias, « Le luddisme », Echanges, n° 113, été 2005, p. 43. Notes à partir du livre de E. P. Thompson,  La Formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard, 1988, traduit de The Making of the English Working Class. Article accessible sur Mondialisme.org

Le néo-luddisme

Jacques Wajnsztejn, « Néo-luddisme et résistances ouvrières », Temps critiques, février 2001

Un site néo-luddite français : Pièces et Main d’Oeuvre

Deux visions du néo-luddisme : John Zerzan et Theodore Kaczynski (Unabomber)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Géographie et langue(s)

Le thème énoncé en titre peut se diviser en trois sujets principaux :

  1. Géographie linguistique
  2. Vocabulaire des géographes
  3. Toponymie

Pour une première orientation bibliographique, j’ai notamment utilisé les ressources de la bibliothèque universitaire de Tours où je travaille… A compléter, corriger, etc…

1. Géographie linguistique : langues et territoires du culturel au politique

Documents papier (ouvrages et numéros de périodiques)

Généralités (en ordre chonologique inversé)

Langue et espace. Pessac : MSHA, 2011

Les espaces linguistiques : nouveaux acteurs dans la mondialisation, numéro de Revue internationale de politique comparée, vol. 14, n° 1, 2007

Langues et territoire, numéro de Hérodote, n° 105, 2002

Roland Breton. Géographie des langues. 3e éd. Paris : PUF, 1995

Atlas of the world’s languages. London : Routledge, 1994

Géopolitique des langues, numéro de Hérodote, n° 42, 1986

Sur une aire géographique

Europe orientale : Conflits et minorités dans l’Europe post-communiste, numéro de Géographie et cultures, n° 38, 2001

Méditerranée : Europe and the Mediterranean as Linguistic Areas : convergencies from a historical and typological perspective. Amsterdam : Phi : J. Benjamins Publishing Company, 2007

Sur une langue

Anglais : Géopolitique de l’anglais, numéro de Hérodote, n° 115, 2004

Arabe : Mohamed Benrabah.Devenir langue dominante mondiale : un défi pour l’arabe. Genève : Droz, 2009

Français : Ariane Poissonier, Gérard Sournia. Atlas mondial de la francophonie : du culturel au politique. Paris : Autrement, 2006

Swahili : Pierre Alexandre. Les Swahili entre Afrique et Arabie. Paris : Karthala, 1991

Internet

Ethnologue, languages of the world

L’aménagement linguistique dans le monde,site de l’université de Laval (Québec)

Une curiosité : la première carte linguistique de l’Europe (1741)

Sur le site de l’IGN, voir la carte de la France dialectale

2. Vocabulaire du géographe : des mots pour comprendre

Ouvrages

Voir la cote 910.3

Un exemple spécifique : le vocabulaire de géographie agraire

Voir les publications sur ce sujet de Paul Fénelon (1903-1993), ancien professeur aux universités deTours et d’Orléans.

Sur cet auteur, voir sa notice nécrologique dans les Annales de géographie, 1994, n° 579, p. 507-509, disponible dans Persée

Dans les années 1960, Paul Fénelon a fait paraître dans plusieurs livraisons de Norois, un « Vocabulaire de géographie agraire »

1960, n° 28, p. 428-452 :     Abaca –  Azotobacter

1961, n° 30, p. 230-242 :     Baawande – Besin

*1961, n° 31, p. 353-373 :   Besoche – Bytesarbeid

1962, n° 33, p. 41-56 :        Cabal – Cédrat

1962, n° 34, p. 199-212 :     Céleri – Charrue

*1962, n° 35, p. 332-341 :   Chasé – Chocheron

*1962, n° 36, p. 386-396 :   Chou – Complanteur

1963, n° 37, p. 40-55 :        Compoix – Czarnoziem

1963, n° 39, p. 275-294 :     Daba – Dvor

*1964, n° 41, p. 51-64 :       Eaux et Forêt – Emousse

1964, n° 43, p. 349-369 :     Empaillage – Eyzines

1965, n° 46, p.224-239 :      Fabrecoulier – Floquets

1965, n° 47, p. 368-386 :     Flore – Fuye

1966, n° 50, p. 230-257 :     Gaaing – Guyot

Sauf exception (*), ces fascicules sont accessibles en ligne sur Persée.

En 1970, Paul Fénelon fait paraître son Vocabulaire de géographie agraire. Une 2e édition revue et augmentée paraît en 1989.

Voir aussi son Dictionnaire d’histoire et de géographie agraires multilingue paru en 1989, réédité eb 1991.

 

3. Toponymie : la marque de la langue sur les lieux et inversement

Ouvrages

Pour les ouvrages, voir la cote 910.014

Internet

Sur le site de l’IGN,

soit dans la rubrique Toponymie et noms de lieux

soit dans le site associé IGN Education la rubrique Comprendre la toponymie

voir notamment les brochures suivantes en ligne :

La sciences des noms géographiques

André Bégorier, Les noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux

Le site de la toponymie francophone

Sur Wikipedia, voir les articles

« Toponymie »

« Toponymie française »

La section sur le sujet du site Lexilogos

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts