Archives de catégorie : Histoire et géographie

Napoléon (5) Itinéraire(s)

G. Lenotre, dans ses croquis de l’épopée, débute ainsi sa chronique intitulée « L’art de vérifier les dates » :

Dépouillant la correspondance de l’Empereur, imprimée ou encore inédite, les papiers de la secrétairerie d’Etat, le publication de Chuquet, d’Henry Houssaye, de Frédéric Masson, d’Albert Vandal, les registres de la guerre, le Moniteur, le Journal de l’Empire, les bulletins de l’armée, les Mémoires des contemporains, cent et cent autres dcuments, M. Albert Schuermans est parvenu à dresser sous le titre de l’Itinéraire général de Napoléon Ier, un « calendar », du 15 août 1769 au 5 mai 1821, indiquant pour chaque date – sauf, bien entendu, les lacunes obligées des premières années – l’endroit où se trouvait le grand homme et ce qu’il faisait ce jour là.

Continuer la lecture de Napoléon (5) Itinéraire(s)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoleon (4) Anecdotes

Je suis en train de lire Napoléon, croquis de l’épopée de G. Lenotre. Ce prolifique historien (cf. sa bibliographie réalisée par Georges Fenoglio Le Goff) a sévi entre la guerre franco-prussienne et la Seconde Guerre mondiale. Grand compilateur de sources, il a pu s’attirer ce trait peu amène d’un  de ses contemporains : « Après tout, que fait-il ? Il prend du tien, il prend du mien et il signe Lenotre… » (cf. article de Pierre Assouline, « La peste soit de Roth », daté du 29 décembre 2010). Cela ne l’empêcha pas d’être élu in extremis à l’Académie français, où il n’eut pas le loisir de siéger, étant rattrapé par la grande faucheuse. Continuer la lecture de Napoleon (4) Anecdotes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (3) Bibliographie(s)

Bibliographies napoléoniennes générales récentes

Il s’est écrit plus de livres sur Napoléon que de jours écoulés depuis sa mort, affirme l’historien Jean Tulard qui a du reste contribué à cette production éditoriale pléthorique (voir sa notice dans Wikipedia).

Est parue dernièrement aux éditions Cléa une Bibliographie napoléonnienne réalisée par Roger Martin et Alain Pigeard et qui référence près de 10 000 titres et comporte Continuer la lecture de Napoléon (3) Bibliographie(s)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Le 8 juillet dernier, j’avais consacré une chronique aux caricatures de l’ogre de Corse. En voici une nouvelle, portant cette fois sur deux ouvrages parus au début de la Monarchie de Juillet. D’autres suivront, tant notre premier empereur offre une matière quasi-inépuisable. Continuer la lecture de Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Traversées, récits de voyages des Lumières

Je vous avais signalé, dans une précédente chronique, d’un site de l’université de Poitiers consacré aux premiers socialisme. Cette même université propose, sur un tout autre sujet, Traversées, récits de voyages des Lumières. Voilà la présentation qu’en donne le site du SCD poitevin :

Cette exposition virtuelle, conçue par le Master 2it (UFR Lettres et Langues – Université de Poitiers), accompagne une exposition du SCD de Poitiers réalisée en partenariat avec l' »ACI Lumières Pays de Vienne, Pays de Loire », des enseignants-chercheurs et des étudiants de l’Université de Poitiers.
Les voyageurs des Lumières se trouvent à un moment particulièrement intéressant à observer car tous les modes de voyage cohabitent : découverte, colonisation, dépaysement. L’exposition présente différents types de voyages et de manières de les raconter dans trois parties du monde au XVIIIe siècle : la découverte et l’utopie dans le Pacifique, l’installation et les missions en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud et l’émergence du genre du récit de voyage en Europe.
Les livres anciens numérisés sont issus du Fonds ancien du SCD de l’Université de Poitiers et de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.

Je pense puiser prochainement dans les bibliographies proposées dans les diverses sections de cette très riche exposition et je vous en conseille la visite.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes imaginaires

Tout est parti de la référence ci-dessous :

Jean-Benoît Bouron, « Cartographier l’imaginaire : un exercice géographique », Le monde des cartes, 2005, n° 205, p. 11-24. Disponible sur le site du Comité Français de Cartographie.

Dans sa bibliographie, l’auteur donne des adresses web (ici marquées d’un *) auxquelles j’ai ajouté mes propres trouvailles. Evidemment, cette liste fera l’objet de mises à jour. Dernière mise à jour : 22 janvier 2014.

 

Les cartes dans la bande dessinée

  

La Terre du Mileu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Archives nationales / Maison de l’Histoire de France

Dossier de presse (mise à jour du 22 octobre 2010)

Avril 2008 : « La Maison de l’histoire de France » rapport d’Hervé Lemoine

D’autres rapports ont suivis. Voci ce qu’il en est dit le 18 octobre 2010 sur le blog des livres de La Recherche :

On a parlé beaucoup, et pour cause, d’histoire aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois ce week-end, et de la fameuse « Maison de l’histoire de France » devant s’installer au plus vite dans le quadrilatère parisien des Archives nationales. Le moins qu’on puisse dire est que les rapports de référence – ceux particulièrement d’avril 2008 (par Hervé Lemoine, devenu en janvier 2010 directeur du Service interministériel des Archives de France), et d’avril 2010 (par Jean-François Hébert, chargé de la préfiguration du projet présidentiel) – ne brillent ni par leur érudition ni leur réflexion. Pas d’état des lieux du gros dossier histoire & musées en France, pas de tentative d’élucidation de l’énigme : pourquoi une absence de musée central de l’histoire de France dans un pays si marqué par l’histoire, par le travail historien, et par le centralisme monarchique et républicain. Il existe pourtant une tradition du rapport administratif de référence, tel celui de Guy Braibant sur Les Archives en France en 1996 (édité par La Documentation Française). Le projet, en ce sens, de « Maison de l’histoire de France », est très mal parti, sans parler des attendus idéologiques.

23 septembre 2009 : Nouvel Obs – « La Maison de l’histoire de France franchit un pas »

24 mai 2010 : Le Parisien – « Maison de l’histoire de France : l’Ile Seguin joue la modernité »

12 septembre 2010 : TF1 – « La Maison de l’histoire de France trouve sa place à Paris »

14 septembre 2010 :  Ministère de la Culture – « La Maison de l’histoire de France s’installera aux Archives Nationales »

16 septembre 2010 : Libération – « Les Archives occupées par le personnel »

22 septembre 2010 : HNS Info – « Non à la Maison de l’Histoire de France aux Archives Nationales ! 4ème nuit d’occupation de l’Hôtel de Soubise »

8 octobre 2010 : Archivistes – « La « maison de l’histoire de France » aux Archives nationales ? L’Association des archivistes français prend position »

15 octobre 2010 : Mediapart – Antoine Perrault « Du rififi mémoriel aux Archives nationales contre le musée Sarkozy »

16 octobre 2010 : Bakchich info – Lucie Delaporte « Les historiens disent non au musée Sarkozy »

A suivre…

Voir aussi

un profil Facebook Maison de l’Histoire de France, pas aux Archives

un dossier de Fabula

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Antiquité en ligne (1) Deux pistes à explorer

Suite à un message concernant ma chronique sur les droits de l’Antiquité, je découvre avec intérêt deux ressources qui me semblent fort intéressantes :

 

La bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de l’université de LilleIII propose

un site : voir notamment les bibliographies et les comptes rendus ainsi que de nombreux liens

un tout jeune blog qui a débuté en août dernier

 

AWOL – The Ancient World Online, blog de Charles Ellwood Jones, bibliothécaire à l’Institute for the Study of the Ancient World de l’université de New York.

 

A vous de juger.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

25e conférence de l’Association Cartographique Internationale

En 2011 la France accueille la 25e conférence de l’Association Cartographique Internationale et fête à cette occasion les 50 ans de la première assemblée générale de l’association. Durant ces 50 ans, l’ACI a su avec talent conserver ses deux objectifs fondamentaux : être, grâce à un contenu scientifique solide et renouvelé, la conférence internationale de référence en matière de cartographie et de géomatique et rester une conférence ouverte à différents publics : les chercheurs, les décideurs dans le domaine de la géomatique, les enseignants et les amoureux de la cartographie.

[…]

Dates à retenir :

4 octobre 2010 Date limite de soumission des communications

Novembre 2010 Ouverture des inscriptions

Cf. site de la conférence.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Rroms (ou Roms)

Dernière mise à jour : 12/01/2011

Outre l’article Roms de Wikipédia (voir notamment sa bibliographie) et des liens disponibles sur le site Liens utiles, la présente chronique, qui fera l’objet de mises à jour prochaines, doit beaucoup aux sources suivantes.

Rroms, « tsiganes », « gens du voyage », in Le Tigre, vol. 28, novembre-décembre 2008, excellent dossier d’une revue qui ne l’est pas moins.  Voir le dossier sur le site de la revue qui en décrit ainsi le contenu :

Un pamphlet : Rroms, tsiganes, nomades, gitans, « gens du voyage »… Pour la plupart des gens et, fait plus grave, pour bien des institutions, des médias ou des hommes politiques, ces termes sont équivalents. Et pourtant ils n’ont rien à voir. Le Tigre montre comment l’ignorance, les amalgames, et l’hostilité séculaire vis-à-vis d’un peuple conduisent à une situation de non-droit et d’exclusion. Un entretien avec Saimir Mille, président de l’association La Voix des Rroms, sur les travers de la politique d’expulsion des bidonvilles ainsi que sur l’étau dans lequel sont pris les Rroms, entre la répression et l’assistance. Un état des lieux sur le droit français et les discriminations multiples à l’encontre des « gens du voyage » pointées par la Halde. Et un article historique de Jacques Sigot sur le déni de mémoire d’un camp d’internement de Tsiganes à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le site de l’association La Voix des tsiganes avec notamment un intéressant historique sur qui sont les Rroms ?

La revue Etudes tsiganes.

Le site A part entière.

Le site du Conseil de l’Eurpoe avec de nombreuses informations sur les Rroms, notamment ici et .

Marcel Courthiade, professeur de langue et de civilisation rromani à l’Inalco :

L’identité Rromani, série de 6 artiticle datés de mars 2010 et figurant dans les articles de la catégorie Roms, tsiganes et gens du voyage de Differences,la revue du MRAP

« Les Roms, ces boucs émissaires », interview par Olivier Pascal-Moussellard daté de du jeudi 25 août 2010 et disponible sur le site de Télérama.

Emmanuel Guibert, Alain Keler, Frédéric Lemercier, Des nouvelles d’Alain, reportage en bande-dessinée , in XXI, n° 8 à 11, excellentissime revue d’information trimestrielle.

Céline Bergeon, « Roms et gens du voyage : l’histoire d’une persécution transnationale« , jeudi 29 juillet 2010, disponible sur le site du Monde diplomatique.

Bibliographie de référence sur les Roms par Sophie Paglai sur le site de l »association Mesemrom

Exposition Un autre regard sur les gens du voyage par l’association Vent d’Ici & d’Ailleurs avec une bibliographie

Claire Auzias

Les poètes de grand chemin, voyage avec les Roms des Balkans, Michalon,1998

Les Funambules de l’histoire, les Tsiganes entre préhistoire et modernité, La Digitale, 2002

Samudaripen, Le génocide des Tsiganes, L’Esprit frappeur, 2002

Roms, Tsiganes, voyageurs, l’éternité et après ? Ed. Indigène, Montpellier

Morgan Garo

Les Rroms. Une nation en devenir ?, Editions Syllepse, collection Histoire : enjeux et débats, Paris, 2009. Présentation sur le site Cafés géographiques

« La langue rromani au cœur du processus d’affirmation de la nation rrom », Hérodote n°105, 2002, Disponible sur Cairn

« Les Rroms et les organisations évangéliques : entre culte religieux et stratégie « politique » ? », Hérodote n°119, 2005. Disponible sur Cairn

Samuel Delépine, « Tsiganes d’Europe. Une minorité en danger ? », Diploweb, 14 septembre 2008.

Samuel Delépine et Yannick Lucas, « Les Rroms migrants en France ou comment faire d’une population en danger une population dangereuse », Actes du colloque « La fabrique de populations problématiques par les politiques publiques », Nantes, 2007, 10 p.

Grégoire Cousin, « Rroms migrants », EspacesTemps.net, 16 avril 2009.

« Les Tsiganes », page consacrée aux Rroms et à la langue rromani sur le site Aménagement linguistique dans le monde, tenu par le linguiste Jacques Leclerc.

Milena Guest et Alexandra Nacu, « Roms en Bulgarie, Roms en Roumanie – quelle intégration ? », Méditerranée,n°110, 2008. Disponible sur.Revues.org

Jean-Pierre Liégeois, Roms et tsiganes, La Découverte, 2009

Les Rroms (ou Roms, si vous préférez) sont un peuple d’origine indienne venu de la moyenne vallée du Gange, il y a 800 ans environ.  Aujourd’hui dispersés dans le monde entier, ils sont surtout présents en Europe où on en compte environ 12 millions, notamment en Roumanie et en Bulgarie. Ils sont environ un demi-million en France.

Ils se subdivisent en plusieurs groupes.

Rroms dits « orientaux » (85% du total)

Sintés, Manouches, « êtres humains », en France (~ 4%)

Kalés ou Gitans (~10%), présents notamment dans la péninsule Ibérique.

Gypsies ou Romanichals en Grande-Bretagne (~ 0,5%)

Aujourd’hui sédentaires à 96%, contrairement à l’image d’éternels voyageurs qui leur est attachée,  ils sont un peuple sans territoire ni revendications territoriales, mais avec une forte conscience identitaire, notamment fondée sur leur langue, le rromani.

–Motho, manqe, Rrome ! a
Kaj si amari phuv,
Amare plaja, amare lenaˇ
Amare umala thaj amare ves´a
Kaj si amare limóra ?
–Ande lava tale,
ande lava amare cˇhibaˇqere !

« Dis-moi
Dis-moi, le Rrom,
où est notre terre,
nos montagnes, nos fleuves,
nos champs et nos forêts ?
Où sont nos tombes ?
–Ils sont dans les mots,
Dans les mots de notre langue ! »

Eslam Drudak

Parlée en France par 120 000 personnes dans une communauté de 200 000 à 300 000 personnes (cf. Marcel Courthiade, professeur à l’INALCO, L’Humanité, 9/2/2002. NB : les chiffres concernant la population rrom en France varie sensiblement selon les sources…), cette langue est proche de l’hindi. C’est au XVIIIe siècle que Valyi Istvan constate la ressemblance entre le vocabulaire des Rroms de son village natal et des mots du sud de l’Inde. Ecrite depuis le début du XXe siècle en divers alphabets, cette langue dispose depuis 1990 d’une écriture commune visant à permettre une meilleur diffusion de la littérature rrom.

Pour plus d’information sur le sujet voir : Morgan Garo, « La langue rromani au coeur du procesus d’affirmation de la nation rrom », in Hérodote, n° 105, 2002, p.154-165, disponible sur Cairn.

Le mot Tsigane vient du grec Atsinganos, secte qui a disparu au IXe siècle, dans l’Empire byzantin, et pratiquant une variante de la religion persane manichéenne : ses fidèles refusaient le contact physique avec tous les autres, qu’ils considéraient impurs d’où leur nom Atsinganos, « non touchés ». Quand les Rroms sont arrivés d’Asie, comme ils gardaient une certaine distance, les paysans byzantins les ont pris pour un nouveau contingent de cette secte. De ce nom Atsinganoi, dérive Zingari en Italie, Tsigani dans les langues slaves et en roumain, Zigeuner en allemand, Cigane en portugais, Tsigane en français (et Cigains en vieux-français)…

Ce mot n’a pas de définition réelle et plusieurs groupes n’ayant aucun rapport entre eux sont appelés Tsiganes par les populations ignorantes et souvent racistes à leur égard. Ils ont pour principal point commun leur nomadisme.

Les Irish Travellers ou Tinkers,  formés à l’origine par des paysans celtes chassés de leur terres par la famine.

Les Yéniches, issus de populations germaniques déracinées par la guerre de Trente Ans et présents en Allemagne, France, Suisse et Autriche.

Les Balkano-Egyptiens.

Les Quinqui ou Mercheros d’Espagne.

Les Rudar ou Beás, à l’origine des Roumains du sud de la Serbie.

Les Taters de Scandinavie.

Le 1er Congrès International des Rroms (Londres, 1971) a revendiqué le droit légitime de ce peuple à être reconnu sous son véritable nom de « Rrom ».

Outre la langue et cette revendication au nom de Rroms (lequel signifie « hommes » et vient du sanskrit « Ḍomba», qui signifiait « artiste, artisan, qui crée de son esprit, de ses mains »), les divers groupes de ce peuple ont en commun d’avoir connu l’oppression dans les divers pays où ils ont pu s’installer. Réduits en esclavage en Moldavie et en Valachie du XIVe siècle à 1856, mutilés lorsqu’ils étaient surpris à parler leur langue dans l’Espagne du XVIe siècle, ils sont en butte aux lois prises à leur encontre partout en Europe (voir l’exemple de l’Empire autrichien).

De cette méfiance des populations sédentaires vis à vis de ces éternels migrants, Flaubert donne ici un exemple pour la France du XIXe siècle (source : shigepekin).:

Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. — Voilà la troisième fois que j’en vois — Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sous — Et j’ai entendu de jolis mots à la Prud’homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre. C’est la haine que l’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au solitaire, au poète — Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère — Il est vrai que beaucoup de choses m’exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton.

Gustave Flaubert, lettre à George Sand datée du 12 juin 1867

Extrait de la Correspondance, tome III, janvier 1859-décembre 1868, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, 1 744 p. Édition établie par Jean Bruneau..

Entre 1933 et 1945, ils ont perdus de 200 000 à 500 000 des leurs lors du génocide perpétré par les nazis et leurs alliés. Désigné sous le nom de Samudaripen, « meurtre collectif total », celui-ci n’a été reconnu qu’en 1982 par Helmut Kohl. Il fait l’objet d’une journée de commémoration le 8 avril, date d’une très ancienne fête rrom de Transylvanie : le « jour des chevaux ».

Tout d’abord ils sont déclarés asociaux, ensuite on les met dans un camp de concentration, enfin on les extermine.

Un rescapé cité par Claire Auzias, Samudaripen. Le génocide des Tsiganes, L’esprit frappeur, 2004

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts