Archives de catégorie : Histoire et géographie

Les 80 ans de la revue Urbanisme

La revue Urbanisme fête ses 80 ans et, en cette occasion, offre à ses abonnés un fac-similé de son n° 1 paru en avril 1932. Il y est notamment question du futur palais de Chaillot. Pour consoler ceux qui ne pourront consulter ce fac-similé, je vous signale que Gallica a numérisé les numéros parus de 1932 à 1937 et la Cité de l’architecture et du patrimoine les numéros parus de 1932 à 1945.

N.1, avrli 1932.
Cliquez sur l’image pour le lire sur Gallica

L’Annuaire de l’Afrique du Nord en ligne

Dans le cadre de mon travail, j’ai constaté dernièrement que tous les fascicules de l’Annuaire de l’Afrique du Nord parus de 1963 à 2003 sont en ligne (après cette date, cette publication change titre pour devenir l’Année du Maghreb). Créé juste après la fin de la guerre d’Algérie, ce périodique Recouvre pour l’Afrique du Nord les problèmes se rattachant aux sciences humaines et plus particulièrement à la science politique, l’histoire, la géographie, l’économie et la sociologie. Réalisé en France avec le concours des chercheurs résidant dans les pays de l’autre rive de la Méditerranée, c’est une référence dans son domaine.

Lire la présentation.

Chercher dans les différents volumes, les index ou les modules de recherche.

A noter que Guy Pervillé a mis en ligne sur son site ses propres articles parus de 1976 à 1993 dans cet annuaire.

Les penseur libéraux, par Alain Laurent et Vincent Valentin

Les Penseurs libéraux, textes choisis et présentés par Alain Laurent et Vincent Valentin. Paris : Les Belles Lettres, 2012.

Je doit avouer une grande ignorance concernant l’école de pensée libérale. Aussi ai-je emprunté cet ouvrage pour tenter de combler mes nombreuses lacunes. Il est très bien fait comme vous pourrez le constater  en consultant la table des matières et notamment la liste des textes proposés auxquels je consacrerai sans doute des chroniques dans un avenir plus ou moins proche. Il s’agit vraiment d’une référence, la seule anthologie qui lui soit comparable étant celle de Pierre Manent, Les Libéraux (Hachette, 1986 ; Gallimard, réédition Tel 2001).

Quant aux auteurs, qui ne cachent pas un parti pris libéral, ils connaissent un peu le sujet pour lui avoir déjà consacré quelques livres :

Alain Laurent : philosophe, éditeur (collections « Bibliothèque classique de la liberté » et « Penseurs de la liberté » aux Belles Lettres) ; auteur de Les Grands courants du libéralisme (A. Colin, 1998), La Philosophie libérale (Belles Lettres, 2002 ; Prix de philosophie politique de l’Académie française), Le Libéralisme américain (Belles Lettres, 2006), Ayn Rand, ou la passion de l’égoïsme rationnel (Belles Lettres, 2011) ; contributeur du Dictionnaire du libéralisme (Larousse, 2012 ; dir. Mathieu Laine).

Vincent Valentin : maître de conférences en droit public à l’université de Paris-I et Sciences-Po Paris ; auteur de Les Conceptions néolibérales du droit (Economica, 2002) ; éditeur et préfacier de l’anthologie Proudhon Liberté, partout et toujours (Les Belles Lettres, 2009).

Présentation de l’ouvrage

sur le site des Belles Lettres (voir aussi ce pdf)

sur des sites libéraux comme Contrepoints et l’Institut Coppet

sur d’autres sites comme Alternatives économiquesFrance Culture, Non-fiction et Salon littéraire 

Table des matières

Avant-propos : Les penseurs libéraux dans leurs textes, par Alain Laurent et Vincent Valentin

L’idée libérale et ses interprètes, par Vincent Valentin

Anthologie, par A. Laurent et V. Valentin

1ère partie. L’émergence du libéralisme contre l’absolutisme

Chapitre 1 : Tolérance et liberté politique
1) Etienne de La Boétie, Discours sur la servitude volontaire.
2) Pierre Jurieu, Les soupirs de la France esclave.
3) John Milton, Sur la liberté de la presse
4) Pierre Bayle, Commentaire sur les paroles du Christ : contrains-les d’entrer.
5) John Locke, Lettre sur la tolérance.
6) Thomas Paine, Les droits des vivants.
7) Thomas Paine, Les droits de l’homme et le gouvernement.
8) Thomas Paine, De la société et de la civilisation.
9) Joseph Sieyès, Essai sur les privilèges.
10) H.G. de Mirabeau, Sur la liberté de la presse.
11) H.G. de Mirabeau, De l’instruction publique.
12) Paul-Louis Courier, Pétition pour des villageois que l’on empêche de danser.

Chapitre 2 : La liberté économique et les lumières françaises
13) Pierre de Boisguilbert, Qu’on laisse faire la nature
14) Pierre Samuel Dupont de Nemours, Pas de propriété sans liberté, pas de liberté sans propriété
15) François Quesnay, Unique source des richesses
16) Jacques Turgot, Eloge de M. de Gournay
17) Jacques Turgot, Théorie subjective de la valeur
18) Jacques Turgot, Apologie du système de la liberté
19) Jacques Turgot, Seuls les individus ont des droits
20) Etienne Bonnot Condillac, La liberté du commerce

Chapitre 3 : L’ Enlightment écossais.
21) Bernard de Mandeville, La fable des abeilles
22) Adam Ferguson, Produits de l’action mais non du dessein des hommes.
23) Adam Ferguson, L’intérêt est plus fort que le ministre
24) Adam Ferguson, De la division du travail
25) Davis Hume, Utilité publique et justice
26) Adam Smith, La main invisible
27) Adam Smith, L’échange et la division du travail
28) Adam Smith, L’éducation du peuple

Chapitre 4 : L’Aufklärung allemande.
29) Emmanuel Kant, L’insociable sociabilité
30) W. Humboldt, L’action de l’Etat sur le bien positif est une nuisance

Chapitre 5 : L’invention des constitutions.
31) John Locke, De l’état de nature
32) John Locke, De la propriété des choses
33) John Locke, De la société politique et du gouvernement
34) John Locke, Du pouvoir législatif
35) Montesquieu, De la séparation des pouvoirs
36) Le Fédéraliste, Les avantages d’une république fédérale
37) Le Fédéraliste, Le gouvernement représentatif
38) Le Fédéraliste, Le gouvernement républicain
39) Le Fédéraliste, La séparation des pouvoirs
40) Le Fédéraliste, Le contrôle de constitutionnalité
41) Thomas Paine, De l’origine et du but du gouvernement
42) E. Sieyès, Les droits de l’homme et du citoyen
43) Benjamin Constant, De la souveraineté du peuple
44) P. Daunou, Les garanties individuelles
45) E. Laboulaye, L’école française et l’école américaine.

2ème partie. L’affirmation du libéralisme.

Chapitre 1 : les idéologues.
46) Jean-Baptiste Say, Des débouchés
47) Jean-Baptiste Say, La société va par elle-même
48) Jean-Baptiste Say, Le gouvernement doit protéger les ouvriers
49) A. Destutt de Tracy, L’impôt nuit à la liberté
50) P. Daunou, De la sûreté des personnes
51) B. Constant, Apologie des libertés économiques
52) Ch. Dunoyer, De la lutte pour les places

Chapitre 2 : Autour du journal des économistes
53) F. Bastiat, La pétition des fabricants de chandelle
54) F. Bastiat, Justice et fraternité
55) F. Bastiat, L’Etat
56) Y. Guyot, L’absinthe et lé délire persécuteur
57) Y. Guyot, L’ouvrier, le patron, le consommateur
58) G. de Molinari, Contre l’intervention de l’Etat
59) G. de Molinari, Les bourses du travail

Chapitre 3 : Le libéralisme politique français
60) F. Guizot, Le gouvernement des supériorités
61) B. Constant, De la liberté des anciens comparée à celle des modernes
62) B. Constant, La loi ne dépend pas du ciel
63) A. de Tocqueville, Centralisation et nouveau despotisme
64) A. de Tocqueville, Le socialisme… où l’individu n’est rien
65) E. Laboulaye, Qu’est-ce que le parti libéral ?
66) E. Faguet, La liberté est nécessaire à l’Etat.

Chapitre 4 : le libéralisme anglais, utilitarisme et radicalisme
67) D. Ricardo, Théorie des avantages comparatifs
68) R. Cobden, Contre le protectionnisme
69) R. Cobden, Contre la législation du travail
70) J. Bentham, Les principes de législation
71) J. Bentham, Liberté de concurrence
72) J-S Mill, Laisser chaque homme vivre comme bon lui semble
73) J-S Mill, Le laissez faire comme règle générale
74) J-S Mill, Le gouvernement doit stimuler les individus
75) H. Spencer, Le recul du vrai libéralisme
76) H. Spencer, La législation doit garantir la liberté et la propriété

Chapitre 5 : la veine anarchiste
77) H.D. Thoreau, La désobéissance civile
78) L. Spooner, La démocratie sans légitimité
79) L. Spooner, L’État bandit
80) G. de Molinari, De la production de la sécurité
81) P-J Proudhon, Apologie de la propriété

3ème partie : Le renouveau du libéralisme

Chapitre 1 : le libéralisme critique
82) V. Pareto, Le péril socialiste
83) V. Pareto, L’utopie libérale
84) B. Croce, Libérisme et libéralisme
85) P. Gobetti, Plaidoyer pour un libéralisme prolétarien
86) F. Oppenheimer, Les moyens politiques et les moyens économiques
87) F. Oppenheimer, La doctrine du socialisme libéral
88) W. Röpke, Le programme de l’ordo-libéralisme
89) W. Lippman, La débâcle du libéralisme
90) W. Lippman, L’agenda du libéralisme
91) R. Aron, La critique libérale individualiste
92) R. Aron, L’obsession de l’égalité
93) J. Rueff, L’ordre libéral
94) J. Rueff, Regards sur le libéralisme moderne

Chapitre 2 : la défense de la société ouverte
95) K. Popper, La société ouverte
96) I. Berlin, Les deux conceptions de la liberté
97) J-F Revel, L’imposture de l’antilibéralisme
98) M. Vargas Llosa, L’exception culturelle

Chapitre 3 : Liberté et marché
99) Ludwig von Mises, Le calcul économique en régime collectiviste
100) Ludwig von Mises, Le darwinisme
101) Friedrich von Hayek, Ni socialisme, ni laisser-faire
102) Friedrich von Hayek, Le concept d’ordre spontané
103) Friedrich von Hayek, Le jeu de la catallaxie
104) Friedrich von Hayek, La concurrence imparfaite
105) Friedrich von Hayek, La justice sociale
106) Milton Friedman, La doctrine d’un home libre
107) Milton Friedman, Le contrôle de la monnaie
108) Milton Friedman, L’aide aux faibles

Chapitre 4 : Le courant libertarien
109) Ayn Rand, Les droits de l’homme
110) Robert Nozick, L’impôt comme travail forcé
111) Murray Rothbard, La société libertarienne
112) Murray Rothbard, Les droits de l’homme comme droit de propriété
113) David Friedman, La police et le droit produit par le marché

Généalogie d’un mot : « Libéralisme », par A. Laurent

Dictionnaire des libéraux, par A. Laurent

Chemins de traverse, par A. Laurent et V. Valentin (thématiques libérales revisitées)

Bibliographie

Dernière mise à jour : 12 mars 2018.

Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle : 1815-1914

Je voudrais vous signaler cet ouvrage récent, le premier à paraître d’une série de quatre. J’ai déjà parcouru ce qui concerne les traductions du chinois – cela fera peut-être l’objet d’une future chronique… – et je le trouve vraiment très intéressant sur un aspect important de l’histoire culturelle de notre pays et de ses échanges avec le vaste monde.

A lire et à écouter :

le site de l’éditeur

l’article de Claire Placial sur le carnet Langues de feu

l’entretien sur If verso de Camille Bloomfiel avec Yves Chevrel, coéditeur du livre avec Jean-Yves Masson

les émissions La fabrique de l’histoire du 10 octobre et  Tire ta langue du 14 octobre sur France culture

la quatrième de couverture reproduite ci-dessous :

Depuis une quarantaine d’années, l’intérêt pour la traduction n’a cessé de croître en France, bien au-delà du monde universitaire. Pourtant, les traducteurs restent encore dans l’ombre de l’Histoire, et avec eux, ce fait pourtant incontestable qu’à côté des oeuvres écrites dans une langue, les traductions d’hier et d’aujourd’hui font partie du patrimoine de celle-ci.

Premier à paraître d’un ensemble de quatre volumes qui retraceront l’histoire des traductions en langue française depuis l’invention de l’imprimerie, cet ouvrage s’inscrit dans un ambitieux projet coordonné à l’université Paris-Sorbonne par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, professeurs de littérature comparée. Ni dictionnaire, ni encyclopédie, ni simple compilation de références, il se veut une véritable histoire : celle des oeuvres traduites, des traducteurs et des actes de traduction en langue française, dans tous les domaines où la traduction a joué un rôle, partout où le français a servi de langue de traduction.

Fruit de la collaboration d’une soixantaine de spécialistes qui se sont efforcés de rendre accessibles leurs recherches, ce volume qui traite du dix-neuvième siècle s’ouvre par l’examen de grandes questions d’ensemble (théories de la traduction, statut des traducteurs, place des traductions dans la production éditoriale…) avant de se pencher sur les traductions littéraires, par grands genres (poésie, théâtre, fiction…), et non littéraires, par grands domaines intellectuels (sciences, religions, droit, philosophie…). Le tout s’accompagne d’un index de près de deux mille traducteurs dont le rôle a été très largement méconnu jusqu’ici.

Gazettes européennes francophones du XVIIIe siècle

Les périodiques se sont développés en Europe, et notamment en France à partir du 30 mai 1631, date de la parution du premier numéro de la Gazette de Théophraste Renaudot, laquelle est partiellement consultable sur Gallica. Au XVIIIe siècle, les gazettes en langue française sont présentes dans de nombreux pays d’Europe. Le site Gazettes européennes du 18e siècle leur est consacré par le groupe 18e siècle-Lyon UMR 5611 (LIRE). Il propose notamment :

un Gazetier universel, bibliothèque virtuelle ordonnée de la presse d’Ancien Régime : entrepris par Denis Reynaud au printemps 2009, ce répertoire propose plus de 10 000 liens vers plus de 500 titres de périodiques en langue française des XVIIe et XVIIIe siècles, librement consultables en ligne

des versions en ligne de deux ouvrages fondamentaux publiés sous la direction de Jean Sgard :

Dictionnaire des journaux (1600-1789) (voir aussi sur le site du c18)

Dictionnaires des journalistes (1600-1789)

Sur le même sujet :

Eugène Hatin.

Histoire politique et littéraire de la presse en France,. Poulet-Malassis et de Broise, 1859-1861. Disponiblie sur Gallica et sur Wikisource

Les Gazettes de Hollande et la presse clandestine au XVIIe et XVIIIe siècles. Pincebourde, 1865. Disponible sur Gallica.

Bibliographie historique et critique de la presse périodique française. Didot, 1866. Disponible sur Google livres et sur Gallica.

Autres ouvrages du même auteur sur Gallica.

Histoire générale de la presse française, publiée sous la direction de C. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral et F. Terrou. P.U.F., 1969-1976.

Jean Sgard. Bibliographie de la presse classique. Slatkine, 1984.

Voir aussi les sources imprimées du Dictionnaire des journaux (1600-1789).

Napoléon (7) Uchronies orientales

Et si je revenais à un de mes sujets de prédilection : le triste sire qui nous tint lieu d’empereur. Il est vrai qu’avant de se faire sacrer à Notre Dame, Bonaparte fut Premier Consul et, avant cela encore, général victorieux de la Révolution. Victorieux, vraiment ? Parmi ses campagnes, celle d’Egypte conduit aux atrocités de Jaffa et à l’échec devant Saint-Jean-d’Acre de sorte que, malgré sa victoire à la bataille terrestre d’Aboukir, le général Bonaparte juge préférable de regagner la France, abandonnant au général Kléber le soin de tenir le pays avec une armée épuisée. Bref, le bilan de la campagne d’Egypte n’est pas, finalement, des plus reluisants pour le petit caporal. Continuer la lecture de Napoléon (7) Uchronies orientales

Quand la guerre de Sécession s’invite au large des côtes françaises (Cherbourg, juin 1864)

Dans le n° 150 (printemps 2012) de la revue Relations internationales, vous pourrez lire l’article de Farid Ameur intitulé « La guerre de Sécession au large de Cherbourg : la France impériale et l’affaire du CSS Alabama (juin 1864) ». Il y est question d’un curieux épisode de la guerre civile américaine qui s’est joué aux larges de nos côtes et qui a fort embarrassé la diplomatie du Second Empire.

Il est relaté dans Wikipédia, Wikimanche et Histoire normande.

Le Lotus bleu et les points cardinaux

Voici une case de la page 3 du Lotus bleu de Hergé :

Tout juste arrivé de Shanghai, le malheureux émissaire des Fils du Dragon vient d’être atteint par une flèche empoisonnée. Il danse et chante(1) en proférant des propos incohérents. Il semble avoir perdu le nord ! Pourtant, si je lis de plus près les paroles qui accompagnent sa gigue effrénée, je m’aperçois qu’elles correspondent aux quatre points cardinaux dans l’ordre où ils sont donnés traditionnellement en Chine(2) :

东西南北

dōng xī nán běi

est ouest sud nord

Il faut cependant préciser que les points cardinaux chinois sont au nombre de cinq, le dernier, mais non le moindre, étant le centre qui intervient déjà dans le nom de la Chine :

东西南北中

dōng xī nán běi zhōng

est ouest sud nord centre

Voir à ce propos cet extrait de l’ouvrage de Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie :

[…] Le syntagme chinois de fang n’est qu’imparfaitement rendu par « direction » ou « point cardinal ». Il signifie aussi bien le « lieu », la  « région », que le « côté », le « carré ». et plus généralement toute « figure géométrique quadrangulaire ». Il s’agit d’une étendue ouverte plutôt que d’un point fixe, néanmoins intégrable dans la géométrie. Cette conception en « aire » et non en « point », distincte de la tradition européenne, permet d’intégrer le « centre » aux quatre points cardinaux habituels, car ce centre ne peut cosmologiquement être réduit à un point et doit être considéré comme un espace, celui de l’empereur, celui de l’empire de Chine.  

Le syntagme chinois wufang, soit « cinq régions », ou bien « cinq orients » au sens d’orientation. désigne la totalité de l’univers, l’ensemble de la Terre, le carré, le « Grand Carrés » et, dans une acceptation géopolitique, l’« empire », c’est à dire la Chine elle-même. Son énumération se fait dans l’ordre suivant : Est, Ouest, Sud, Nord, Centre (dong, xi, nan, bei, zhong). Dans la tradition chinoise classique, les wufang sont  intégrés dans des séries complexes de symboles qui associent l’espace avec divers éléments : les météores, les couleurs, le corps humain, les montagnes, les notes, etc.

Cette fameuse théorie des « cinq éléments », ou mieux, des « cinq agents » (wuxing), articule la pensée et la métagéographie chinoises […](3)

L’absence du cinquième fang dans les paroles du dément ne désigne-t-il pas en creux le territoire futur des aventures de Tintin : la Chine, cet « empire ou pays du milieu » (zhongguo) ? Une chose est sûre : il faut relire Le Lotus bleu comme une introduction à la civilisation chinoise. Voici quelques pistes.

Pour apprendre le chinois en lisant  Le Lotus bleu.

Sur Moulinsard. La vie de château où vous découvrirez le sens de plusieurs inscriptions qui apparaissent au fil des pages. De nombreuses traductions vous sont aussi proposées sur A la découverte de Tintin. Il n’est pas inintéressant non plus de découvrir quelques extraits de traductions du Lotus bleu en chinois sur Ramou.

Voir aussi Patrick Mérand, Li Xiaohan. Le Lotus bleu décrypté. Saint-Maur : Sépia, 2009

Pour en savoir plus sur Le Lotus bleu.

Outre l’article de Wikipédia, Le monde de Tintin et les archives Tintin des éditions Atlas, j’ai repérés les références bibliographiques suivantes que je compte bien consulter prochainement  :

  • Jean-Michel Coblence (photagraphie : Yves Gellie), « Shanghai : le réveil du dragon », dans Tintin, grand voyageur du siècle,  numéro thématique de Géo.Hors-série, n° 1H, novembre 2000, p. 108-119.
  • Pierre Fresnault Deruelle. Les mystères du Lotus bleu. Bruxelles : Moulinsart, 2006.
  • Léon Vandermeersch, « L’empire du milieu », dans Tintin au pays des philosophes, numéro thématique de Philosophie Magazine.Hors-série, 8H, septembre 2010, p. 24-27.

Voir aussi Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu, une analyse du « Lotus Bleu » au prisme des concepts de Michel Foucault par Urbain, trop urbain visible aussi sur Dailymotion.

 _______________________________

(1) Ce chant ne figure pas dans la version initiale parue dans Le Petit Vingtième.

lotus-bleu-2(2) La transcription toung si nan pei donnée par Hergé (ou par Tchang Tchong-Jen dont on connait le rôle dans la genèse de cet album) est celle de l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

(3) Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard, 2012, p.55-56.

Mirame ou Richelieu dramaturge

Je voudrais vous proposer ici un extrait des Trois mousquetaires que je suis en train de (re)lire. Il s’agit de la fin du chapitre XXXIX et vous ne serez pas étonnés de ce que l’ouvrage figure dans Gallica :

L’huissier rentra et fit signe à d’Artagnan de le suivre. Il sembla au jeune homme que les gardes, en le regardant s’éloigner, chuchotaient entre eux.

Il suivit un corridor, traversa un grand salon, entra dans une bibliothèque et se trouva en face d’un homme assis devant un bureau et qui écrivait.

L’huissier l’introduisit et se retira sans dire une parole. D’Artagnan resta debout et examina cet homme.

D’Artagnan crut d’abord qu’il avait affaire à quelque juge examinant son dossier, mais il s’aperçut que l’homme de bureau écrivait ou plutôt corrigeait des lignes d’inégale longueur, en scandant des mots sur ses doigts ; il vit qu’il était en face d’un poète. Au bout d’un instant le poète ferma son manuscrit, sur la couverture duquel était écrit MIRAME, tragédie en cinq actes, et leva la tête.

D’Artagnan reconnut le cardinal.

Mirame est en fait une tragicomédie écrite par Jean Desmarets de Saint-Sorlin sur une idée et avec une large contibution de Richelieu qui rejoint ainsi les hommes d’Etat et autres tyrans ayant eu des velléités littéraires et artistiques(1). La pièce récemment rééditée par les Presses universitaires de Rennes, est également accessible sur Gallica (édition de 1641), sur le site de la Médiathèque Grnd Troye (édition de 1780) et sur Google livres (édition de 1830). Sa représentation en janvier 1641 a inauguré le théâtre du Palais Royal, construit sur les ordres du cardinal-duc. Voici ce qu’en dit Voltaire, qui par ailleurs ne pensait pas grand bien du talent littéraire de Richelieu(2), dans sa Vie de Molière (Google livres)(3) :

Dès lors la troupe de Molière prit le titre de la Troupe de Monsieur, qui était son protecteur. Deux ans après, en 1660, il leur accorda la salle du Palais-Royal. Le cardinal de Richelieu l’avait fait bâtir pour la représentation de Mirame, tragédie dans laquelle ce ministre avait composé plus de cinq cents vers. Cette salle est aussi mal construite que la pièce pour laquelle elle fut bâtie, et je suis obligé de remarquer à cette occasion, que nous n’avons aujourd’hui aucun théâtre supportable : c’est une barbarie gothique que les Italiens nous reprochent avec raison. Les bonnes pièces sont en France, et les belles salles en Italie.

Le scénographe est Georges Buffequin dit Petit Paris, ancien décorateur du théâtre de l’Hôtel de Bourgogne(4) et un assistant du Bernin, Gian Maria Mariani, spécialiste des effets de machinerie, effectue le déplacement de Rome pour créer le mouvement du soleil(5).

Représentation de Mirame au palais Cardinal devant Louis XIII, Anne d'Autriche et Richelieu, par Jean de Saint-Igny (vers 1600-1647) Représentation de Mirame au palais Cardinal devant Louis XIII, Anne d’Autriche et Richelieu, Jean de Saint-Igny(6)

Le soin apporté à l’éclairage frappa du reste les contemporains.. La Gazette de France du 19 janvier 1641 rapporte à propos de la représentation :

Après la comédie circonscrite par les loix de la poësie dans les bornes de ce jour naturel : les nuages d’une toile abaissée cachèrent entierement le théâtre. […] & peu après sortit de dessous cette toile un pont doré conduit par deux paons qui fut roulé depuis le théâtre jusques sur le bord de l’eschaffaut de la Reine, & aussitost la toile se leva, & au lieu de tout ce qu’avoit esté veu sur le théâtre, y parut une grande salle en perspective, dorée et enrichie des plus magnifiques ornemens, éclairée de seize chandeliers de cristal »(7)

Dans l’édition in-folio parue en cette occasion subsiste le souvenir de ces décors « à l’italiennne » grâce au frontispice et aux 5 planches signées Stefano Della Bella et illustrant chacun des actes(8)

___________________________

(1) Les cas ne manquent pas, hélas, de Néron à Hitler, en passant par Napoléon. Je crois me souvenir, à ce propos, d’Ignazio Silone fait quelques remarques sur le sujet dans.L’école des dictateurs.Il faudra que je le relise…

(2) Lettre au duc la Vallière, mai 1759 (Google livres) :

Avez-vous la tragédie de Mirame, dont les trois quarts sont du cardinal de Richelieu ? c’était un détestable rimailleur que ce grand homme.

Le goût de Richelieu pour la rime est encore connu d’Edmond Rostand quand il écrit en 1897 son Cyrano de Bergerac (Wikisource)

Acte II. Scène VII

[…]

DE GUICHE, nonchalamment assis dans un fauteuil que Ragueneau a vite apporté
Un poète est un luxe, aujourd’hui, qu’on se donne.
— – Voulez-vous être à moi ?

CYRANO
                                 Non, Monsieur, à personne.

DE GUICHE
Votre verve amusa mon oncle Richelieu,
Hier. Je veux vous servir auprès de lui.

LE BRET, ébloui
                                            Grand Dieu !

DE GUICHE
Vous avez bien rimé cinq actes, j’imagine ?

LE BRET, à l’oreille de Cyrano
Tu vas faire jouer, mon cher, ton Agrippine !

DE GUICHE
Portez-les-lui.

CYRANO, tenté et un peu charmé
                   Vraiment…

DE GUICHE
                                   Il est des plus experts.
Il vous corrigera seulement quelques vers…

CYRANO, dont le visage s’est immédiatement rembruni
Impossible, Monsieur ; mon sang se coagule
En pensant qu’on y peut changer une virgule.

(3) Voir aussi cet extrait du Bossu de Paul Féval (Wikisources)

Ce fut la tragédie qui fonda le Palais-Royal. Armand du Plessis, cardinal de Richelieu, immense homme d’État, lamentable poëte, acheta du sieur Dufresne l’ancien hôtel de Rambouillet, au marquis d’Estrées le grand hôtel de Mercœur. Sur l’emplacement de ces deux demeures seigneuriales, il donna l’ordre à l’architecte Lemercier de lui bâtir une maison digne de sa haute fortune. — Quatre autres fiefs furent acquis pour dessiner les jardins. Enfin, pour dégager la façade où étaient les armoiries des Du Plessis, surmontées du chapeau de cardinal, on fit emplette de Sillery, en même temps qu’on ouvrait une grande rue pour permettre au carrosse de son Éminence d’arriver sans encombre à ses fermes de la Grange-Batelière.

La rue devait garder le nom de Richelieu ; la ferme, sur les terrains de laquelle s’élève maintenant le plus brillant quartier de Paris, baptisa longtemps l’arrière façade de l’Opéra ; le palais seul n’eut point de mémoire.

Tout battant neuf, il échangea son titre de Cardinal pour un titre plus élevé encore. Richelieu dormait à peine dans la tombe, que sa maison s’appelait déjà le Palais-Royal.

Il aimait le théâtre, ce terrible prêtre ! on pourrait presque dire qu’il bâtit son palais pour y mettre des théâtres. Il en fit trois, bien qu’à la rigueur, il n’en fallût qu’un pour représenter sa chère tragédie de Mirame, fille idolâtrée de sa propre muse.

Elle était en vérité trop lourde pour exceller au jeu des vers, cette main qui trancha la tête du connétable de Montmorency. Mirame fut représentée devant trois mille fils et filles des croisés qui eurent bien le cœur d’applaudir. Cent odes, autant de dithyrambes, le double de madrigaux tombèrent le lendemain en pluie fade sur la ville, célébrant les gloires du redoutable poëte, — puis, tout ce lâche bruit se tut. — On parla tout bas d’un jeune homme qui faisait aussi des tragédies, qui n’était pas cardinal et qui s’appelait Corneille.

Un théâtre de deux cents spectateurs, un théâtre de cinq cents, un théâtre de trois mille, Richelieu ne se contenta pas à moins. Tout en suivant la politique pittoresque de Tarquin, tout en faisant tomber systématiquement les têtes effrontées qui dépassaient le niveau, il s’occupait de ses décors et de ses costumes comme un excellent directeur qu’il était. — On dit qu’il inventa la mer agitée, qui fait vivre maintenant dans le premier dessous tant de pères de famille, les nuages de gaze, les rampes mobiles et les praticables. — Il imagina lui-même le ressort qui faisait rouler le rocher de Sisyphe, fils d’Éole, dans la pièce de Desmarest.

On ajoute qu’il tenait bien plus à ces divers petits talents, y compris celui de danseur, qu’à sa gloire politique : c’est la règle.

Néron ne fut point immortel, malgré ses succès de joueur de flûte. Richelieu mourut. Anne d’Autriche et son fils Louis XIV vinrent habiter le Palais-Cardinal. La Fronde fit tapage autour de ces murailles toutes neuves. Mazarin, qui ne faisait point de tragédies, écouta plus d’une fois, riant sous cape et tremblant à la fois, les grands cris du peuple ameuté sous ses fenêtres.

(4) Il meurt en mars 1641, peu de temps après la représentation. Je n’ose supposer que Richelieu et ses sbires y soient pour quelque chose, mais quel roman à écrire si j’étais Dumas… En attendant ce jour, je vous invite à lire  :

Marc Bayard. « Les faiseurs d’artifices : Georges Buffequin et les artistes de l’éphémère à l’époque de Richelieu », Dix-septième siècle 1/2006 (n° 230), p. 151-164. Disponible sur Cairn.

Marc Bayard. Feinte baroque. Iconographie et Esthétique de la variété au XVIIe siècle. Somogy / Académie de France à Rome, 2010, collection d’histoire de l’art n° 12. Compte rendu dans La Tribune de l’art et le compte rendu par Florence Chantoury-Lacombe (Université de Montréa) dans Histara.

Alan Howe. Le Théâtre professionnel à Paris, 1600-1649. Paris, Centre historique des Archives nationales, 2000, p. 50-51. Cité dans la base César.

Hélène Visentin. « Décorateur à la cour et à la ville : un artisan de la scène nommé Georges Buffequin (1585? – 1641)».  Dix-septième siècle , t. XLIX, 1997, p. 325-339.

(5) Marc Bayard, «Le décor comme objet dans l’esthétique théâtrale irrégulière du XVIIe siècle», Agôn, Pour une archéologie de l’objet théâtral, n°4 : L’objet. En ligne

Elaborée avec science, la question de l’éclairage et de ses effets sur scène a été l’enjeu d’une politique artistique ambitieuse de Richelieu : quand il décide d’ouvrir la première grande salle à l’italienne dans son Palais, il fait tout son possible pour faire venir Le Bernin d’Italie. L’architecte-sculpteur de la famille Barberini est reconnu pour ses inventions mais aussi pour ses scénographies, en particulier dans la technique du coucher du soleil sur scène. Si le romain refuse de venir à Paris (voyage qu’il effectue tout de même en 1665 pour Louis XIV), il envoie néanmoins un de ses assistants, Gian Maria Mariani, spécialiste des effets de machinerie, qui effectue le déplacement pour créer le mouvement du soleil dans Mirame, pièce qui inaugure en janvier 1641 le grand théâtre du palais cardinal.

(6) Sur l’image, Richelieu et Louis XIII sont assis « côté Roi » = « côté cour », Anne d’Autriche est placée « côté Reine » = « côté jardin » (cf. l »article D’où vient la terminologie « côté cour, côté jardin » ? sur Copie double)

(7) Marc Bayard, « Le décor comme objet dans l’esthétique théâtrale irrégulière du XVIIe siècle », Agôn, Pour une archéologie de l’objet théâtral, n°4 : L’objet. En ligne. L’auteur continue ainsi :

Sur cette soirée, voir : Marc Bayard, « Le roi au cœur du théâtre : Richelieu met en scène l’Autorité », L’image du roi de François Ier à Louis XIV, Thomas W. Gaehgtens et Nicole Hochner [dir.], Actes de colloque 2001, Centre Allemand d’histoire de l’art/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2006, p. 191-208. 

(8) Cette édition est accessible sur Gallica et les planches sont également visibles dans la base César ou, pour 4 d’entre elles sur Wikicommons. Pour en savoir plus sur ces illustrations, voir l’article suivant :

Catherine Guillot. « Les illustrations de Mirame de Desmarets par S. Della Bella  »,  Revue d’histoire du théâtre, 2003, no2, pp. 145-160, p. 204-205. Résumé sur le site de l’INIST.

Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France

En préparant ma chronique sur le procès fait au cadavre de Jacques Clément, j’ai pris connaissance de cet intéressant recueil de documents que je vous invite à découvrir.

Constant Leber, Jacques-Barthélémy Salgues et Jean Cohen. Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France : composée, en grande partie, de pièces rares, ou qui n’ont jamais été publiées séparément, pour servir à compléter toutes les collections de mémoires sur cette matière. Paris : G.-A. Dentu, 1838. 20 vol. Disponible sur Gallica.

 

Parties de l’ouvrage et tomes correspondants

Origines ; préliminaires de l’histoire de France : tome 1 et tome 2

Géographie :  tome 2

Culte : tome 3

Organisation sociale : tome 4 ; tome 5 ; tome 6 ; tome 7 ; tome 19 ; tome 20

Civilisation : tome 8 ; tome 9 ; tome 10 ; tome 11 ; tome 12 ; tome 13

Sciences, lettres, arts : tome 14 ; tome 15 ; tome 16

Evènements fameux : tome 17 ; tome 18

Mélanges :  tome 18

 

Extrait de la préface du tome 1 où Constant Leber annonce le plan général de l’ouvrage :

 

PREMIÈRE PARTIE.

ORIGINES; PRÉLIMINAIRES DE L’HISTOIRE DE FRANCE.

Les origines forment le premier anneau de la chaîne des faits; et conséquemment le premier objet qui se présente dans l’étude distributive des parties de l’histoire. Le peuple dont nous sommes issus n’avait pas les Gaules pour berceau comment et dans quel temps s’y est.il établi ? d’où venait-il alors? quels évènemens ont préparé ou signalé sa conquête ? quels furent ses premiers rois et son existence politique dans sa nouvelle patrie? C’est ce dont traitent les ouvrages réunis sous le titre d’Origines.

DEUXIÈME PARTIE.

GÉOGRAPHIE.

De la connaissance des peuples conquérans, nous devons passer à l’exploration du pays conquis. Nous avons à examiner sa situation, son étendue, ses limites ses rapports géographiques avec des voisins rivaux ou amis. C’est le théâtre des scènes qui vont se développer pour bien comprendre ce qui s’y passe, il faut en connaître le plan et les issues. D’ où Géographie.

TROISIÈME PARTIE.

CULTE.

Vient ensuite la religion, le premier besoin ft disons la première loi des sociétés. Elle est, en effet, le fondement des plus anciennes institutions monarchiques. C’est dans sa croyance et le sentiment des devoirs qu’elle lui impose, qu’il faut d’abord étudier un peuple, pour pénétrer le fond de son caractère et le mobile de ses activons. D’où Culte.

QUATRIÈME PARTIE.

ORGANISATION SOCIALE.

Après la loi divine, ce sont les lois humaines qui appellent immédiatement notre attentiori. Les actes constitutifs etrégulateurs de la société le principe fondamental du gouvernement; l’autorité et les devoirs du chef; les droits et les obligations du sujet; les formes de la représentation nationale; le mode d’administration de la justice; les distinctions qui sont la marque du pouvoir ou la récompense de grandes vertus; la force qui défend les droits ou protège les entreprises du corps politique toutes ces institutions sont autant d’élémens ou de dépendances de Organisation sociale.

CINQUIÈME PARTIE.

CIVILISATION.

L étude des mœurs suit naturellement celle des institutions, qu’il est si difficile d’ en séparer, qui en sont d’ ordinaire ou la règle, ou la conséquence. Ainsi, les grandes solennités; les exercices chevaleresques les signes distinctifs des familles et des castes; les divertissemens publics; les jeux privés les repas; les folles pratiques la  naissance et les progrès du luxe; la rotation des modes; la singularité de certains usages; le caractère superstitieux de quelques autres; et, en général, toutes les circonstances dont le mérite propre est de caractériser l’esprit et les moeurs de nos ancêtres, formeront l’objet du chapitre Civilisation.

SIXIÈME PARTIE.

SCIENCES, LETTRES, ARTS.

L’état des, sciences et des lettres aux principales époques de la monarchie, les variations du langage, les premiers essais et les développemens successifs de l’industrie, et du commerce, se rattachent aussi par les-liens les plus étroits à l’histoire de la civilisation. On trouvera donc la suite nécessaire de ce qui précède, dans la partie Sciences, Lettres, Arts

SEPTIÈME PARTIE.

ÉVÉNEMENT FAMEUX.

Les grands évènemens qui sont la honte ou l’illustration des siècles, peu-vent être considérés comme le produit des institutions et des moeurs. On sent qu’il ne s’agit ici que des faits extraordinaires dont le principe ou la fin plus ou moins déguisée, a paru se dérober à la vue du commun des hommes, et qui ont provoque les recherches particulières des critiques et des savâns. De ce nombre sont les conspirations avortées les actes d’une éclatante justice doit la mémoire pèse encore sur des noms illustres; les fureurs des partis et les sanglantes catastrophes dont ils furent victimes; les crimes d’une ambition toute-puissante ou d’une haute vengeance. C’est ce qu’on a cru devoir comprendre sous le titre d’Evènemens fameux.

HUITIÈME PARTIE.

MÉLANGES.

Nous avons réservé, pour la dernière classe, les observations générales qui se rapportent à tout, et les faits singuliers ou fabuleux qui ne se lient exclusivement à aucune partie d’étude déterminée. Ainsi, les recherches sur des objets de pure curiosité, tels que le chien de Montargis, la fée Mélusine, la reine Pédauqne, le roi d’Yvetot, et les Dissertations complexes qui n’ ont pas dû trouver place dans les parties précédentes fourniront la matière des Mélanges.