Archives de catégorie : Histoire et géographie

Journaux satiriques et caricatures de la guerre franco-prussienne (1870-1871) et de la Commune de Paris

Pour servir de suite à mon billet sur les journaux de la Commune, voici un lien vers des journaux satiriques actifs pendant la guerre franco-prussienne et la Commune et faisant partie des collections numérisées de la bibliothèque universitaire de Heidelberg, site précieux sur lequel je reviendrai bientôt.

La Grande Guerre numérisée

(Dernière mise à jour :  19/04/2017)

En feuilletant le Livres hebdo n° 889 paru le 9 décembre, j’apprends que ce 16 décembre se tient à la BNF une journée sur le thème suivant : Numériser le patrimoine pour le centenaire de la Grande Guerre .

Voilà qui m’a tout de suite incité à chercher quelques informations sur le sujet, informations que j’ai notamment trouvées

sur le blog de Gallica,

sur Histoire & militaria 1914-1918, un forum spécifiquement consacré à ce sanglant conflit,

sur Guerre1418.fr, un répertoire de sites internet sur la Guerre 14-18,

sur Patrimoine numérique qui comporte un dossier thèmatique donnant de nombreuses informations sur les fonds numérisés sur ce thème

la Mission du centenaire

le blog Centenaire 14-18

Voici quelques liens où vous pourrez consulter des documents numérisés de cette triste période de l’histoire. Il en existe sans doute  bien d’autres et ce billet sera mis à jour, comme d’habitude, en fonction de mes découvertes et de vos suggestions.

Voir aussi ma chronique La Première guerre mondiale en images d’archives colorisées…

France

La BNF propose une exposition La guerre 14-18, et  plusieurs accès vers ses collections concernant la Grande Guerre à partir de Gallica :

un portail Images de la première guerre mondiale 1914-1918

les clichés de l’agence de presse ROL

quelques dates marquantes du conflit à travers la presse

les gazettes des unités combattantes

les mémoires de contemporains

La BDIC propose un dossier intitulé La Première Guerre mondiale. Le quotidien sur le front de l’Ouest qui donne notamment accès à des journaux de tranchées en ligne.

La bibliothèque numérique de Roubaix propose de nombreux documents et une exposition intitulée La fleur au fusil.

Mémoire des hommes est une base de données du ministère de la Défense comportant plus de 1,3 million de fiches individuelles numérisées…

Voir aussi, pour les photographies, peintures et dessins

les sites répertoriés sur Guerre1418.fr

le site La Grande Guerre en dessins

Europe

Europeana 1914-1918

Europeana collections 1914-1918.

Europeana 1914-1918

Les Grands Hommes de la France

En 1776, Charles Claude Flahaud de La Billarderie, comte d’Angiviller, directeur des Bâtiments du roi, décide de commander aux quatre meilleurs sculpteurs de l’Académie royale des statues représentant des Français illustres. Celles-ci sont présentées par groupe de quatre, au fur et à mesure de la progression des livraisons, au Salon qui se tient alors tous les deux ans au Louvre. Ces statues des Hommes illustres de la France, ou des Grands Hommes de la France, destinée à décorer l’actuelle Grande Galerie du Louvre, restent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en réserve dans la salle des Antiques avant l’être envoyées pour la plupart à l’Institut.

Cependant, dès 1782, d’Angiviller, qui administre également la manufacture royale de porcelaine de Sèvres, fait réaliser par les artistes eux-mêmes des réductions en terre cuite de leurs œuvres, pour les faire copier en biscuit de porcelaine. Louis XVI achète les premiers exemplaires en biscuit, exposés dans sa bibliothèque à Versailles. Les Grands Hommes sont également l’objet de présents diplomatiques. Vingt-trois Hommes illustres en porcelaine, sur les vingt-sept exécutés en marbre, voient ainsi le jour avant la fin de l’Ancien Régime : Racine, le Chancelier d’Aguesseau, Corneille, le Chancelier de l’Hôpital, Fénelon, Catinat, Sully, Vauban, Molière, Montesquieu, La Fontaine, Tourville, Condé, Molé, Duquesne, Bayard, Luxembourg, Rollin, Montaussier, Descartes, Pascal, Turenne.

Le Directoire commande en complément de cette série une statue de Michel de Montaigne, dont le modèle en terre cuite date de 1798 et le marbre est exposé au Salon de 1800, et une autre de D’Alembert.

En 1806, Napoléon Ier choisit seize figures sur les vingt trois de la série originale et émet le souhait d’en ajouter douze autres : Guillaume le conquérant, Duguesclin, Gustave-Adolphe, Frédéric II, César, Annibal, Homère, Virgile, Le Tasse, Christophe Colomb, le premier Médicis, et le Prince Eugène. Seuls Homère, Virgile et Le Tasse sont réalisés sous son règne. 

Comme sous Louis XVI, la série des Grands Hommes est utilisée comme présents diplomatiques : au Grand Duc Charles II de Bade à l’occasion de son mariage le 6 avril 1806 avec la nièce adoptive de l’Empereur, Stéphanie de Beauharnais, par l’inermédiaire du baron de Gensau, conseiller de légation à la cour de Bade auquel huit statues de Grands Hommes sont livrés entre décembre 1806 et juillet 1807 ; à Charles-Maurice de Talleyrand Périgord, prince de Bénévent…

Le texte ci-dessus, qui tient beaucoup du centon, s’est nourrit des informations puisées notamment sur la base Atlas du musée du Louvre, sur le site du spécialiste en porcelaine Cyrille Froissart, sur Histoires de photographie et dans une récente chronique de Bertrand Galimard Flavigny : « Les hommes illustres en biscuit », in  Petites affiches, 28 novembre 2011, n° 236, p. 23.

Pour aller plus loin, je vous propose ces quelques références bibliographiques :

Francis H. Dowley. « D’Angiviller’s Grands Hommes and the Significant Moment » The Art Bulletin, Vol. 39, No. 4 (Dec. 1957), p. 259-277.

Elizabeth Susan Done, Courtauld Institute of Art. Le Comte d’Angiviller and Les grands hommes de la France. University of London (Courtauld Institute of Art), 1976. 120 pages

A. McClellan. « La série des Grands hommes de la France du comte d’Angiviller et la politique des Parlements », Clodion et la sculpture française de la fin du xviiie siècle, Actes du colloque du musée du Louvre, 20-21 mars 1992, Paris, 1993

Rosemarie Stratmann-Dölhler. « Zur Hochseit von Stephanie de Beauharnais – Höfische Geschenke aus der kaiserlichen Porzellanmanufaktur Sèvres, », Weltkunst, janvier 1995, pp. 16-19.

Tamara Préaud. « Les Grands Hommes en Sculptures à Sèvres au XIXème siècle », The French Porcelain Society Journal,Vol. II, 2005, pp.120-132.

Pour voir à quoi ressemblent ces Grands Hommes, tant en statues qu’en biscuits, j’ai utilisé, outre la base Atlas et le site de Cyrille Froissart, les sites suivants : Culture.fr et Insecula. Je n’ai pas encore la liste complète des vingt-sept Grands Hommes exécutés en marbre ni d’images pour l’ensemble de ceux que j’ai pu répertorier (voir liste ci-dessous). Si vous avez des informations…

Liste initiale des Grands hommes de la France classé dans l’ordre chronologique (il en manque encore 2 et j’ajouterai les sculpteurs ultérieurement)

  1. Bertand Du Guesclin, connétable de France (1320-1380), par Jean-Joseph Foucou (1739-1821) achevé sous le Directoire et exposé au salon de 1799 (cf. message ci-dessous de Georges Balsa)
  2. Pierre Terrail Le Vieux, seigneur de Bayard (1476-1524).
  3. Michel de L’ Hospital (vers 1504-1573), par Étienne Goix (1731-1823)
  4. Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641)
  5. Mathieu Molé (1584-1656), par Étienne Goix (1731-1823) (voir l’article de Louvre passion)
  6. Nicolas Poussin (1594-1665), par Pierre Julien (1731-1804)
  7. René Descartes (1596-1650), par Augustin Pajou (1730-1809)
  8. Pierre Corneille (1606-1684), par Jean-Jacques Caffieri (1725-1792)
  9. Abraham Duquesne, lieutenant général des Armées Navales (1610-1688)
  10. Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), par Louis-Philippe Mouchy (1734-1801)
  11. Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne (1611-1675), par Augustin Pajou (1730-1809)
  12. Louis II de Bourbon, duc d’Enghien, Prince de Condé (1621-1686)
  13. Jean de La Fontaine (1621-1695), par Pierre Julien (1731-1804)
  14. Molière (1622-1673), écrivain et comédien, par Jean-Jacques Caffieri (1725-1792)
  15. Blaise Pascal (1623-1662), par Augustin Pajou (1730-1809)
  16. Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704), par Augustin Pajou (1730-1809)
  17. François Henri de Montmorency, duc de Luxembourg, maréchal de France (1628-1695)
  18. Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707), par Charles-Antoine Bridan (1730-1805)
  19. Nicolas de Catinat de La Fauconnerie maréchal de France (1637-1712)
  20. Jean Racine (1639-1699), par Louis-Simon (1743-1809)
  21. Anne-Hilarion de Cotentin, comte de Tourville (1642-1701)
  22. François de Salignac de La Mothe-Fénelon (1651-1715), par Félix Lecomte (1737-1817)
  23. Charles Rollin (1661-1741), par Félix Lecomte (1737-1817)
  24. Henri François d’Aguesseau (1668-1751), par Pierre-François Berruer (1733-1797)
  25. Charles de Secondat, baron de Montesquieu (1689-1755), par Claude Michel, alias Clodion

Liste des Grands Hommes ajoutés sous le Directoire

  1. Michel de Montaigne, par Jean-Baptiste Stouf (1742-1826)
  2. D’Alembert, par Félix Lecomte (1737-1817)

Liste des Grands Hommes ajoutés sous l’Empire

  1. Guillaume le conquérant (non réalisée)
  2. Duguesclin (non réalisée)
  3. Gustave-Adolphe (non réalisée)
  4. Frédéric II (non réalisée)
  5. César (non réalisée)
  6. Annibal (non réalisée)
  7. Homère
  8. Virgile
  9. Le Tasse
  10. Christophe Colomb (non réalisée)
  11. le premier Médicis (non réalisée)
  12. le Prince Eugène (non réalisée)

Le cahier d’écolier d’Arbois

Grâce à l’ouvrage de Marie-Thérèse Lorcin. Les recueils de proverbes français, 1160-1490 : sagesse des nations et langue de bois(1), j’ai dernièrement appris l’existence d’un manuscrit désigné sous le titre de « cahier d’écolier d’Arbois »(2). Une telle référence ne pouvait que piquer ma curiosité étant donné mon attachement à cette cité jurassienne.

De quoi s’agit-il ? Voici ce qu’en dit Marie-Thérèse Lorcin dans le chapitre 4 de son livre, consacré aux cahiers d’exercice d’écoliers étudiés dans le cadre de son éude :

Ce texte, écrivait U. Robert, « donne une idée assez exacte de la nature de l’enseignement dans les écoles d’une petite ville à l’époque ». On y trouve en effet juxtaposés des principes de droit sous forme de lettres, des exercices sur la syntaxe latine, des commentaires sur les auteurs expliqués en classe, des poésies religieuses, des vers moitié latins, moitiés français, un glossaire latin-français et enfin une liste de proverbes français et leur traduction. Sont édités le glossaire et la liste des proverbes, qui sont tous deux des outils pour l’apprentissage du latin []

Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter à son édition(3) par Ulysse Robert qui est également l’auteur d’un Catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté…(4) où il donne une description succincte du contenu de ce  manuscrit.

______________________________________________

(1) Champion, 2011. Présentation et tables sur Catalyst ou sur le site de la Wake Forest University.

(2) Fonds latin 8653 A de la Bibliothèque nationale.

(3) « Un vocabulaire latin-français du XIVe siècle, suivi d’un recueil d’anciens proverbes », Bibliothèque de l’école des chartes, 1873, tome 34, p. 33-46, consultable sur Persée.

(4) Catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris. 1878, Mémoires de la Société d’émulation du Jura. Repris dans : Jean et Anne-Marie Courtieu. Sources parisiennes relatives à l’histoire de la Franche-Comté: Incluant le catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris, par Ulysse Robert, 1878. Presses universitaires franc-comtoises, 2001. 499 pages. Voir à la page 24 ce qui concerne le cahier d’un écolier d’Arbois. Partiellement consultable sur Google livres.

Le Précis de l’affaire Dreyfus, bréviaire anti-dreyfusard

Tout le monde sait ou devrait savoir ce que vaut un livre comme Les Protocoles des Sages de Sion : un faux créé de toute pièce par l’Okhrana, la police secrète tsariste. Dès 1939, Henri Rollin, membre du deuxième bureau français, a montré dans L’Apocalypse de notre temps (réédité aux Éditions Allia en 1991 et en 2005) le processus de création et d’utilisation de ce texte par les pro-tsaristes, puis les fascistes, nazis et autres courants d’extrême-droite. En 1992, un historien en littérature russe, Mikhail Lépekhine a découvert le nom du faussaire grâce à l’ouverture des archives soviétiques. Ces faits sont connus ou devraient l’être de tous. J’y reviendrai peut-être dans une autre chonique.

Par contre, il n’est pas dit qu’en dehors des spécialistes et d’une certaine droite, beaucoup de gens aient entendu parler du Précis de l’Affaire Dreyfus de Henri Dutrait-Crozon. Moi-même, je ne l’ai découvert que par hasard, parmi les liens du site d’un dessinateur lié à l’extrême-droite(1). Cet ouvrage est pourtant à l’affaire Dreyfus ce que les écrits de Faurisson et autres révisionnistes sont au génocide juif. Paru en 1909, il a servi de référence au courant anti-dreyfusard jusqu’à aujourd’hui. N’est-il pas cité en termes élogieux sur un certain nombre de sites et blogs au contenu douteux ?

Mais je préfère laisser s’exprimer Pierre Vidal-Naquet qui, dans « Mes affaires Dreyfus »  dépeint ainsi ce bréviaire anti-dreyfusard :

Dans la littérature antidreyfusarde, il existe, à côté des pamphlets enflammés de Barrès ou des éructations folles de Drumont, voire du premier livre de Georges Bernanos, La Grande peur des bien-pensants, avec son exaltation des démonstrations démentes de Bertillon, un livre qui a éduqué une génération d’hommes et de femmes d’Action française, c’est le Précis de l’affaire Dreyfus signé Henri Dutrait-Crozon, pseudonyme de deux officiers d’Action française, les colonels Frédéric Delebecque et Georges Larpent. (Delebecque a fait souche d’une lignée d’Action française, dont l’un enseigna le grec à la Faculté des lettres d’Aix ; j’ai eu un camarade issu de cette lignée en khâgne à Henri-IV.) Le premier travail de ces deux « savants » a été publié en 1905 : Joseph Reinach historien. Révision de l’histoire de l’affaire Dreyfus, avec une préface de Charles Maurras – vous savez que Maurras s’écria lorsqu’il s’entendit condamner en 1945 : « C’est la revanche de Dreyfus. » Certains de ses disciples s’étaient cependant engagés dans la Résistance.

On peut dire de l’Action française qu’elle est littéralement née d’un mensonge, la culpabilité de Dreyfus, et de l’exaltation d’un faux, le faux Henry. Après leur livre de 1905, les Dutrait-Crozon publieront donc en 1909 leur Précis de l’affaire Dreyfus, qui fut réédité en 1924, édition dite définitive, puis en 1938. J’ai longtemps possédé un exemplaire de cette dernière édition qui, comme me l’a fait remarquer François Hartog, se présente comme un Lehrbuch allemand, avec la table des matières au début. Il a été mis à jour après la publication des Carnets de Schwartzkoppen (l’attaché militaire allemand à Paris), parus après sa mort et relatant les visites qu’il reçut d’Esterhazy (tout cela est aujourd’hui archiconnu, grâce notamment aux travaux de Marcel Thomas).

Nos hommes d’Action française écrivaient : « Mais que vaut ce témoignage, c’est ce que bien peu de gens se sont donné la peine de rechercher. » Et naturellement, à leurs yeux, ce témoignage ne vaut rien. Grâce aux enfants de Madeleine Rebérioux, je possède maintenant l’édition de 1924, dite définitive. On y lit par exemple ceci, page 47, à propos de l’état d’esprit de la défense de Dreyfus après la dégradation : « On cherchait déjà un agent pour trouver quelqu’un à substituer au condamné. » Si on se reporte à la référence, on verra que Dreyfus et les siens demandaient en réalité que l’on cherche le vrai coupable. Esterhazy sera défini par les Dutrait-Crozon comme l’homme de paille des Juifs ayant imité l’écriture de Dreyfus… Tout cela a quelque chose de vertigineux et qui continue à me frapper de stupeur.

Voir aussi :

Pierre Vidal-Naquet, « Dreyfus dans l’Affaire et dans l’histoire », in Cinq années de ma vie, Paris, Maspero/LaDécouverte, 1994, p.5-45.

Pierre Vidal-Naquet. Les Assassins de la mémoire, Paris, Le Seuil, 1995, p.77-78.

Vincent Duclert « L’affaire Dreyfus : de l’affrontement des mémoires à la reconnaissance de l’histoire », in Les guerres de mémoires, La Découverte, 2008, p. 71-82. Accessible sur Cairn. Voici l’extrait concernant le Précis :

Les propagandistes de l’Action française multipliaient les brochures et les essais visant à imposer dans l’opinion l’idée d’un complot juif contre la France et ruinant la vérité sur la culpabilité de l’état-major et l’innocence de Dreyfus. En 1909 parut un ouvrage imposant, Précis de l’Affaire Dreyfus[5] dont les méthodes annonçaient celles des négationnistes après la Seconde Guerre mondiale.

Publiant sous le pseudonyme d’Henri Dutrait-Crozon, les anciens colonels Georges Larpent et Frédéric Delebecque multiplièrent les mises en cause des magistrats, des défenseurs juifs de Dreyfus, dont l’avocat et député Joseph Reinach[6] et de Dreyfus lui-même. Sous un aspect de neutralité documentaire, ils transformaient en preuves incontestables des allégations produites par les pires ennemis d’Alfred Dreyfus sous le simple prétexte qu’elles avaient, par exemple, été produites en justice

[5] Précis de l’Affaire Dreyfus, Nouvelle Librairie Nationale, Paris, 1909 (édition augmentée d’un répertoire analytique, à la Nouvelle Librairie Nationale, 1924 ; nouvelle édition en 1938 et en 1987 sous la forme d’un fac-similé de l’édition de 1938).

[6] H. Dutrait-Crozon, Joseph Reinach historien, révision de l’histoire de l’Affaire Dreyfus (tome 1, Le Procès de 1894 ; tome 2, Esterhazy) (préface de Charles Maurras), A. Savaète, Paris, 1905.

Editions du Précis de l’Affaire Dreyfus accessibles en ligne :

1909 : pas trouvée

1924 : Scrib.com ; Calameo

Attention :

Il existe un ouvrage intitulé Précis de l’affaire Dreyfus : lettre à un ami que ne sait pas, d’un docteur Oyon, avec une préface d’Anatole France, paru en 1903 et disponible sur Archive.org. Ce texte, n’a rien à voir avec le livre du soi-disant Henri Dutrait-Crozon. Réédédition : Joseph Berny, M. le docteur Oyon, L’affaire Dreyfus 1894, Paris, La Libre pensée,1994, numéro spécial de L’idée libre, comprend : le synopsis de ‘l’affaire Dreyfus’ et, à la suite le texte de : ‘Précis de l’affaire Dreyfus’ du docteur Oyon.

Un autre ouvrage sur l’Affaire contient le mot « précis » : L’affaire Dreyfus et ses ressorts secrets : précis historique de Paschal Grousset paru en 1898 et disponible sur Gallica. Lui non plus n’a rien à voir avec les anti-dreyfusards.

______________________________________________

(1) Il s’agit de Konk. N’allez pas en déduire je ne sais quoi sur mes propres orientations politiques, simplement, je m’informe et pour cela, toutes les sources sont bonnes pour peu qu’on les passe au crible de la critique et qu’on sache d’où elles viennent. D’où parles-tu, camarade ? Ma foi, je ne sais plus trop, mais je sais fort bien d’où je ne parle pas…

Les journaux de la Commune de Paris

En lisant l’excellent  ouvrage que Xavier Noël a consacré à Paschal Grousset (Les Impressions Nouvelles, 2010) et plus spécialement le chapitre consacré à son action politique pendant la Commune, je remarque que la presse parisienne a connu entre la mi-mars et la fin-mai 1871 une grande floraison de titres éphémères, bientôt balayés par la réaction versaillaise. Je me suis donc mis en quête de documents sur le sujet et voici ce que j’ai trouvé. Comme toujours, cela reste à compléter…

S’informer sur les journaux de la Commune de Paris

Un article de Wikipédia assez détaillé

Jules Lemonnyer. Les journaux de Paris pendant la Commune : revue bibliographique complète de la presse parisienne du 19 mars au 27 mai… Paris : Jules Lemonnyer, 1871. Accessible sur Gallica. Cet ouvrage donne pour chaque titre présenté le nom de ses principaux rédacteurs, le nombre de numéros et la période de parution, et, selon les titres, des détails plus ou moins nombreux sur la vie, souvent éphémère ces publications. Les titres y sont classés par ordre alphabétique.

Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple, Paris, L’Harmattan, 2005. Sur l’un des plus fameux journal communard, celui de Jules Vallès. Critique de cet ouvrage dans l’article d’Odile Krakovitch, « Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple… », Revue d’histoire du XIXe siècle , 34 | 2007, en ligne. Voir aussi sur ce même périodique l’article qui lui est consacré dans Wikipédia.

Lire les journaux de la Commune de Paris en ligne

Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24 mai 1871, lois, décrets, proclamations, rapports et informations militaires, séances de la Commune, etc., reproduits d’après le « Journal officiel » de Paris, extraits des autres journaux organes ou défenseurs de la Commune…. Paris : Garnier frères, 1872. 2 tomes accessible sur Gallica. Le titre est suffisamment parlant : il s’agit d’une anthologie d’extraits de journaux donnés dans l’ordre chronologiques.

Journal officiel de la Commune. Accessible sur Gallica et Les classiques en sciences sociales, ainsi que sur le site de l’association Smolny pour quelques numéros. Voici ce qu’il en est dit dans Wikipédia :

Cette édition va du no 79, daté du 20 mars au no 144 daté du 24 mai. Le 30 mars, au lieu du no 89, parut un no 1 du Journal officiel de la Commune de Paris, mais ce titre fut abandonné dès le lendemain pour l’ancien, et il ne fut pas repris. Ce journal avait deux éditions : une édition grand format, le matin, vendue 15 centimes, et une « Petite édition du soir », datée du lendemain, dans laquelle on trouvait l’essentiel de celui du matin. Cette édition à 5 centimes était celle que lisait le peuple de Paris. Après la Semaine Sanglante, afin que les bourgeois versaillais puissent connaître le nom de tous les Communards « officiels », un éditeur de Paris, Victor Bunel réimprima le Journal officiel. Ce fut un grand succès de librairie. Le Journal Officiel se découpe en deux parties : une « partie officielle » qui publie les décrets de la Commune, , et une partie « non officielle », beaucoup plus longue où l’on pouvait lire les Nouvelles de Paris et de la province, des « Nouvelles étrangères », des articles nécrologiques, des études d’intérêt général. Cette partie donne aussi les comptes rendus des séances officielles du Conseil de la Commune.

Le général Pichegru

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2014)

J’ai dit dans une précédente chronique l’attachement que j’ai pour Arbois. 

Le général Pichegru est, avec Pasteur, une des grandes figures issues de cette cité jurassienne. Il eut en son temps une renommée nationale lors des guerres menées par la jeune Républiques contre les puissances européennes coalisées contre elle. Cependant, sa mémoire a été mise à mal par sa supposée trahison de 1795 et par sa réelle participation au complot de Cadoudal contre Bonaparte en 1804. C’est à peine si une rue d’Arbois porte son nom et si une plaque commémorative figure sur sa maison natale.

Les quelques références qui suivent ont pour seule ambition de faire un peu mieux connaître ce grand oublié de l’histoire officielle. Elles seront à compléter et toute information sera la bienvenue.

 

Biographies

 

Sur les sites

Wikipedia

Assemblée nationale

Hérodote

1789-1815

Napoléon Bonaparte – L’épopée impériale

Wars175x

 Ouvrages récents

Philippe Arnould. Pichegru, général en chef de la République : imposture et trahison. Paris : Les impliqués, 2014.

Henri Lambert. Accusé Pichegru, levez-vous ! : gloire et misère d’un grand soldat. Bordeaux : les Dossiers d’Aquitaine, 2004. Partiellement consultable sur Google livres.

Bernard Saugier. Pichegru : de la gloire de la Hollande à la prison du temple. Stasbourg : Coprur, 1995.

 Biographies anciennes

Histoire du General Pichegru : précédée d’une notice sur sa vie. Paris : Barba, 1802.

« Pichegru (Charles) », in François-Xavier Feller,François Marie Pérennès, Jean Baptiste Pérennès. Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, , tome 10.  Paris : Gauthier frères, 1834. Consultable sur Google livres.

Ne pas oublier les deux chroniques que lui consacre Ernest Girard dans ses Chroniques arboisiennes.

 

Sources iconographiques

 

De la gloire au cachot : principaux épisodes

La campagne de Hollande et la capture de la flotte hollandaise

Le grand épisode de la campagne de Hollande est la capture de la flotte hollandaise au Helder près de île de Texel (23 janvier 1795), glorifié par représentations iconographiques. Le souvenir en subsiste dans cet extrait de La Chamborant, marche du 2e Hussard (plus d’info ici) :

Fils de ceux dont les grands sabres frappent,

Bousculant les rangs de l’ennemi,

Des héros d’Austerlitz, de Jemmapes,

Friedland et Valmy,

Des houzards qui chargeant botte à botte,

Au Texel au milieu des glaçons

La cernant, virent toute une flotte

Baisser pavillon

La « trahison » de Pichegru

 G. Caudrillier. La trahison de Pichegru et les intrigues royalistes dans l’est avant fructidor. Paris, 1908. Disponible sur Gallica.

H. Bourdeau. Pichegru a-t-il trahi à Mannheim ? (septembre 1795). Paris, 1909. Disponible sur Gallica.

La déportation en Guyane et l’évasion vers l’Angleterre

[A compléter]

De sa participation au complot de Cadoudal à son suicide

Hippolyte Treille. La Vérité dévoilée par le temps, ou le Vrai dénonciateur du général Pichegru signalé. Paris, 1805. Disponible sur Gallica.

Procès instruit par la Cour de justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres, prévenus de conspiration contre la personne du Premier Consul ; recueilli par des sténographes. (27 pluviôse-4 messidor). Paris, 1804. 8 vol. 4 Tomes 1, 2, 4 et 6 disponibles sur Google livres.

Augustin Charles Guichard. Procès célèbres de la révolution; ou, Tableau historique de plusieurs procès. Paris, 1814. 2 vol. Disponible sur Google livres.

C. M. Pierret. Pichegru, son procès et son suicide. Paris, 1825. Disponible sur Google livres.

Léonce Grasilier. Par qui fut livré le général Pichegru : d’après des documents entièrement inédits. Paris, 1906. Disponible sur Gallica.

Frédéric Barbey. La mort de Pichegru. Paris : Perrin, 1909. Disponible sur Archive.org.

Le souvenir de Pichegru au temps de la Restauration et après

Charles Nodier se fit un ardent défenseur de son compatriote franc-comtois (cf. Souvenirs et portraits. Paris : Eugène Renduel, 1833. Disponible sur Google livres) non sans susciter les critiques de ses contemporains comme  on le voit chez Sainte-Beuve ou dans cette réaction d’un lecteur du Globe en 1826, à la fin de la Restauration , période pourtant très favorable au souvenir de Pichegru.

De ce regain de notoriété attestent les statues élevées à Besançon et à Lons-le-Saunier.

De Pichegru et de sa statue, ou recueil de renseignements relatifs à la vie privée, militaire et politique de ce Gal ; avec des notes historiques et biographiques concernant les souscriptions ouvertes en son honneur…: Par une société de souscripteurs et de gens de lettres. Impriemerie de Sétier, 1828.

Infos complémentaires sur ce monument érigé entre 1826 et 1828 sur la base Mérimée.

Sur sa dernière demeure, voir ce billet du site de Tombes-sepultures.com.

En 1911, Georges Denola tourne un film Pathé  intitulé Bonaparte et Pichegru. Plus d’information.

Cartographie chinoise ancienne

Pour faire suite à une chronique antérieure sur les cartes anciennes de la Chine, voici quelques pistes sur la tradition cartographique chinoise.

Bref résumé historique

La cartographie chinoise remonterait à 2000 avant notre ère (cf. Yann Caradec). Hubert Delahaye cite des textes du XIe siècle où il est fait mention de l’usage de cartes. Cependant, les plus anciennes cartes chinoises connues datent des années 160 avant J.-C. (dynastie Han). Ce sont des « cartes topographiques » à l’échelle  1:90 000 où le repérage se fait à l’aide d’une grille orthogonale ne correspondant à des latitudes et des longitudes.

Les supports utilisés pour les dessins cartographiques exécutés au pinceau sont la soie, mais aussi le papier dès le Ier siècle de notre ère. A partir du XIe siècle, l’usage de la boussole contribue aux progrès des cartographe et l’utilisation de la gravure sur bois et de l’impression xylographique élargit le cercle des usagers des cartes.

Quelque témoins de l’avance de la cartographie chinoise avant qu’elle ne s’occidentalise à partir de la fin du XVIe siècle au contact des missionnaires jésuites :

La plus ancienne carte imprimée dans le monde date de 1155 : c’est une carte chinoise.

Le premier recueil connu de cartes qu’on qualifierait d’Atlas date de 1311-1312 après J.-C. (Atlas Mongol de ChuSsu-pên).

La plus ancienne carte de navigation chinoise trouvée date de 1416 après J.-C.

Quelques personnalités qui ont marqué l’histoire de la cartographie chinoise :

P’ei Hsiu (224-271), ministre des travaux publics, le père de la cartographie chinoise, édite en 267 un manuel des levés topographiques et de cartographie où il ordonna l’emploi systématique de règles de mesure d’angles et de distances sur le terrain.

Kia Tan (729-805) réalise une carte de l’Asie à l’échelle d’environ 1/1 000 000 mesurant 10 m sur 9 m

Zhu Siben (1273-1337) réalise vers 1320 une mappemonde sur laquelle les Chinois vont fonder leur connaissance du monde pendant des siècles.  Voici ce qu’écrit à ce sujet Joanna Waley-Cohen dans Les sextants de Pékin :

 A partir de la fin du XVIe siècle, la cartographie chinoise s’occidentalise d’abord au contact des missionnaires jésuites comme Matteo Ricci.

 

Esquisse de biblio-webographie

Synthèses sur la cartographie chinoise

Hubert Delahaye, « Petite histoire de la cartographie chinoise », Hérodote, 1981, n° 20, p. 102-115. Disponible sur Gallica.

Philippe Pelletier, « Trop loin à l’est… c’est l’ouest », Les grands dossiers de Sciences humaines, 2008, n° 12. Disponible sur le site de Sciences humaines.

 J.B. Harley et David Woodward (éd.). The History of Cartography. Volume Two, Book Two. Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, University of Chicago Press, Chicago-London, 1994. Recension par Christian Jacob sur Academia.edu.

Etudes particulières de cartes chinoises anciennes

Edouard Chavannes, « Les deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1903, t. 3, p. 214-247. Disponible sur Persée.

Etienne Balazs, « Une carte des centres commerciaux de la Chine à la fin du XIe siècle », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1957, vol. 12, n° 4, p. 587-593. Disponibles sur Persée.

Pascal Poumailloux. « Une vision de l’Afrique à travers la cartographie chinoise », in Civilisations des mondes insulaires, Khartala, 2011, p. 109-119. Disponible sur Google livres sauf les pages 113 et 114.

Résumé de la conférence du Professeur Lin Meicun sur « La Chine et les routes de la soie » où il est question d’une « carte de la route de la Soie du XVIe siècle découverte récemment au Japon », Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, Section sciences historiques et philologiques, 141 (2008-2009),  2011, p. 327-330. Disponible sur Revues.org.

Documents en ligne sur la cartographie en général contenant un aperçu de la cartographie chinoise

Yann Caradec, Histoire de la cartographie, mémoire de fin d’études de l’Ecole Polytechnique.

François Cavayas, Introduction à la cartographie, cours de l’uiniversité de Montréal.

Pierre Delprat, La représentation de la Terre en cartographie, cours l’Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).

Une histoire de la forêt

Dans le dossier que Télérama a consacré cet été à la forêt, j’ai pu lire l‘interview de Martine Chalvet, dont Une histoire de la forêt est parue en février dernier aux éditions du Seuil, dans la collection L’univers historique. L’historienne y poursuit ses recherches commencées avec sa thèse de doctorat soutenue en 2000 à l’université d’Aix-Marseille I : L’invention de la forêt méditerranéenne de la fin du XVIIIe siècle aux années 1960.

Ceux qui voudraient en savoir plus peuvent se reporter notamment  à diverses émissions diffusées sur France Culture sur France Inter ou sur Radio Suisse Romande.

Une histoire de la forêt a reçu le Prix Véolia du Livre Environnement 2011.