Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Lettre de M. Burke à un membre de l’Assemblée national de France

Le 9 mai prochain doit paraître, dans la petite collection des éditions Mille et une nuits, Lettre à un membre de l’Assemblée nationale sur la Révolution et Rousseau du célèbre réactionnaire anglais Edmund Burke.Publié en 1791 peu après Réflexions sur la Révolution en France, ce texte durcit les vues de l’auteur sur les événements révolutionnaires et le rôle joué par Jean-Jacques Rousseau.

En attendant de lire cette édition établie par Patrick Thierry qui a également révisé la traduction, je vous invite à feuilleter sur Google livres la première édition de la traduction française publiée à Paris par le libraire Louis Artaud en novembre 1791.  Précédé d’un assez long  « Avant-propos du traducteur » (p. 1-24), il s’agit d’un pamphlet adressé au constituant François-Louis Thibault de Menonville. A en croire la notice de la BNF, il est « paru la même année, même adresse, dans au moins cinq compositions typographiques différentes ».

Si vous préférez lire ce texte dans sa langue et son édition d’origine, parue en janvier 1791 sous le titre A Letter from Mr. Burke to a member of the National Assembly, in answer to some objections to his book on French affairs, vous pouvez également le faire sur Google livres.

J’en profite pour rappeler que cette année 2012 est celle du tricentenaire Jean-Jacques Rousseau et que ce dernier n’avait pas que des amis, comme le montre le cas d’Edmund Burke, mais aussi de Joseph de Maistre.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Apocryphes bibliques : petite webographie

Depuis ma chronique sur l’araignée salvatice en terre chrétienne, je n’ai pas encore trouvé l’éventuel apocryphe d’où serait extrait cet épisode de la grotte et de l’araignée sauvant la Sainte Famille de ses poursuivants.Il est vrai que les évangiles apocryphes sont si nombreux et qu’il y a tant à lire par ailleurs… En attendant, je me constitue une petite webographie sur les apocryphes bibliques en général, tant de l’Ancien que du Nouveau Testament. Des mises à jour seront faites plus ou moins régulièrement. Comme d’habitude, si vous avez des suggestions… (Dernière mise à jour : 13 mars 2018)
Continuer la lecture de Apocryphes bibliques : petite webographie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Joseph de Maistre contre Rousseau

Pour lire dans le bus, j’ai pris hier matin un des petits livres des éditions Mille et une nuits qui peuplent mes rayons et sont bien commodes à glisser dans la poche de mon blouson. J’ai choisi un peu par hasard un ouvrage de Joseph de Maistre(1), Contre Rousseau : de l’état de nature, paru en 2008 avec des notes et une postface de Yannis Constantinidès(2).

Que le comte savoisien ne soit pas ni un démocrate ni un progressiste est incontestable. N’est-il pas un des piliers de la pensée contre-révolutionnaire de la Restauration à nos jours en passant par les divers courants d’extrême-droite, nazisme compris(3) ? Sans doute, mais il n’est pas sans intérêt de le lire pour son style alerte et caustique et comme témoin d’une époque, celle qui va des Lumières à la Restauration en passant par le choc de la Révolution et de l’Empire.

Champion de la réaction royaliste et catholique, il semble avoir détesté tout particulièrement les livres du philosophe genevois, dont il attaque le Contrat social dans un autre ouvrage posthume, Etude sur la souveraineté(4). Cependant, rien n’est simple et Jean-Yves Pranchère a souligné que cette relation était bien plus complexe qu’il n’y paraît(5).

L’opposition idéologique de Maistre et de Rousseau n’a pas seulement marqué les écrits du premier contre les idées du second. Elle a cristallisé l’opposition politique des conservateurs et des républicains.

A la fin du [XIXe] siècle sous l’impulsion de François Descote et du baron Costa, chefs de file de la droite, Chambéry rend hommage à deux de ses illustres citoyens : Joseph et Xavier de Maistre. Le groupe est réalisé par le sculpteur parisien Ernest Dubois recommandé au comité par Ernest Daudet. Cette célébration est peu appréciée par la gauche qui n’oublie pas que Joseph de Maistre a été le grand théoricien de la contre-révolution. Le parti progressiste prendra sa revanche en 1910 en faisant ériger à son tour une statue à Jean-Jacques Rousseau, inspirateur de la Révolution. C’est la guerre des statues !(6)

________________________________________________

 

(1) Voir sur cet auteur, outre l’article de Wikipédia, le site anglophone qui lui est consacré par Caroline Armenteros et dont voici la présentation dans les signets de la BNF :

Site consacré à Joseph de Maistre (1753-1821), théoricien des Contre-Lumières. Propose notamment une liste des oeuvres numérisées disponibles en ligne et une bibliographie très complète. Comporte des liens vers d’autres sites consacrés à cette époque, ainsi qu’une description des principales archives détentrices de ses manuscrits.

(2) Initialement intitulé Examen d’un écrit de J.-J. Rousseau sur l’inégalité des conditions parmi les hommes et paru à titre posthume, ce texte est accessible tant sur Gallica que sur Google livres. Il n’est cependant pas inutile d’en avoir une édition annotée, car bien des allusions, claires pour les contemporains de l’auteur le sont un peu moins pour nous.

(3) Voir sur ce sujet l’article de Jean Zaganiaris, « Réflexions sur une « intimité » : Joseph de Maistre et Carl Schmitt », L’Homme et la société 2/2001 (n° 140-141), p. 147-167, disponible su Cairn.

(4) Disponible sur Gallica et sur Google livres et repris par en 1992 par les Presses universitaires de France sous le titre De la souveraineté du peuple : un anti-contrat social, dans une édition établie, présentée et annotée par Jean-Louis Darcel.

(5) « Maistre dans la dialectique des Lumières », communication au 51e congrès de lAssociation internationale des études francaises, Cahiers de l’Association internationale des études fr5ncaises, 2000, vol.  52, p. 103-115, disponible sur Persée. Voir du même auteur, L’autorité contre les Lumières : la philosophie de Joseph de Maistre, Librairie Droz, 2004, partiellement consultable sur Google livres.

(6) Cf. l’article Annick Bogey, « Le patrimoine architectural de Savoie au XIXe » , sur le site Sabaudia.org. La maison des Charmettes a consacré à cette guerre des statues une exposition du 15 mai au 31 décembre 2010 : voir le dossier de presse. Sur la statue de Rousseau, voir aussi l’article de Marie-Gabrielle Maistre dans Rousseau Studies.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bande dessinée et propagande (1) L’aventure de Célestin Tournevis

Dès le début de l’Occupation, les Allemands, qui manquent d’ouvriers pour remplacer les hommes engagés au combat, ouvrent des bureaux de placement pour inciter les Français à aller travailler en Allemagne. Ils lancent des campagnes de recrutement par la presse et par voie d’affichage qui promettent aux travailleurs volontaires un salaire égal à celui des ouvriers allemands, les mêmes avantages sociaux ainsi qu’une prime d’éloignement. Les travailleurs volontaires sont cependant assez peu nombreux à se présenter.

Extrait du site du Mémorial de Quineville.

L’aventure de Célestin Tournevis est une courte bande dessinée destinée à encourager les travailleurs français à venir en Allemagne.  Elle sera détourné par la Résistance avec Les mésaventures de Célestin Tournevis. L’occupant allemand et Vichy constatant le peu de succès de leur propagande, ce sera l’instauration du tristement célèbre S.T.O. (service du travail obligatoire(1).

Comme vous le verrez, dans la bande dessinée, le sort du travailleur français en Allemagne est largement idéalisé, comme dans les bandes actualités de l’époque. Célestin Tournevis en est tout étonné, lui qui, dans la veine doloriste et expiatoire de Vichy, s’attendait au sort beaucoup plus dur que lui avait décrit le chagrin Têtenbois.

L'aventure de Célestin Tournevis
Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

____________________________________________

 (1) Sur le sujet, voir l’ouvrage de Helga Elisabeth Bories-Sawala, Dans la gueule du loup: les Français requis du travail en Allemagne (Presses Univ. Septentrion, 2010) et notamment la partie intitulée Le recrutement de main d’œuvre sur une base « libre » (p. 44-50).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

A propos de deux concours de plaidoiries

Depuis 22 ans, le Mémorial de Caen invite les avocats du monde entier à plaider la cause, réelle et individuelle, d’une victime dont les droits fondamentaux ont été bafoués. Chaque année, 10 avocats prononcent leur plaidoirie devant un jury composé de personnalités du monde juridique, politique, culturel engagées dans la défense des Droits de l’Homme. A ce concours de plaidoiries des avocats se sont ajoutés celui des élèves avocats depuis 2011 et celui des lycéens qui existe depuis 14 ans. Continuer la lecture de A propos de deux concours de plaidoiries

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Pourquoi rire ?

Pourquoi rire ? Telle est la question que se sont posée les intervenants de la 22e édition du Forum Le Monde Le Mans en 2010. Une partie des actes de ce colloque ont été publiés fin 2011. La recension de Benoît Casen sur son blog insiste surtout sur les interventions des philosophes de même que Le Journal de la philosophie du 14 novembre 2011 sur France culture . Pourtant, comme vous le verrez dans la liste des intervenants et le sommaire, l’ouvrage touche des domaines aussi divers que la philosophie, l’histoire, la littérature et les arts du spectacle. Personnellement j’ai été très intéressé par les contributions des historiens Antoine de Baecque et Claude Gauvard sur le rire comme nouvel objet historiographique, mais il est vrai que j’ai fait des études d’histoire…
Continuer la lecture de Pourquoi rire ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marie-Madeleine, lectrice et pénitente

 (Dernière mis à jour : 29/05/2012)

Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)

Comment est-on passé de la représentation de Marie-Madeleine lisant par Rogier van der Weyden datant de la première moitié du XVe siècle à celle réalisée sur le même thème par Emmanuel Benner plus de quatre siècles plus tard ? Un historien de l’art vous le dirait mieux que moi.

Quelques remarques cependant. Dans le tableau d’Emmanuel Brenner, outre la nudité de la sainte qui atteint ici son point d’aboutissement, les siècles précédents ayant peu à peu rejeté les voiles qui la recouvraient(1) (je vous laissent le constater par vous-même avec les tableaux répertoriés ci-dessous), vous noterez la présence du crâne, ici relégué dans un coin. Comme motif pictural, il apparaît beaucoup plus tôt, et en position centrale, servant de lutrin, de presse-livre, d’accoudoir à une sainte dont la lecture est souvent interrompue par une lueur divine ou une sombre méditation

Nous sommes ici dans le domaine des vanités et autres memento mori. Le miroir, le pot de parfum(2) le crucifix, voire la couronne d’épines, qui s’ajoutent ou se substituent au crâne, jouent sur le même registre de la futilité de l’existence terrestre et de l’appel à la pénitence. Car cette lectrice retirée au désert est avant tout une pénitente et le livre qu’elle lit est le Livre majuscule, la Bible.

Sur ces quelques considérations générales qui valent ce qu’elles valent, je vous laisse consulter les peintures ci-dessous, représentant Marie-Madeleine avec un livre, qu’elle soit effectivement plongée dans sa lecture ou les yeux perdus dans la méditation. Pour des sélections plus générales, je vous renvoie

à celles réalisées par

Jisseo (voir aussi ici),

Bible Art Painting

Utpictura18

Wikipedia

au dossier iconographique de la thèse de Karine Lanini sur les vanités

aux résultats de recherche sur Google ou sur la base Joconde.

Quelques tableaux à travers les siècles

XVe siècle

Rogier van der Weyden.Marie-Madeleine lisant (1445). Londres, National Gallery >> voir Aparence ; voir aussi l’article qui lui est consacré sur Wikipedia

XVIe siècle

Brueghel l’Ancien. Sainte Marie-Madeleine pénitente.

Maître des figures de femmes à mi-corps. Sainte Madeleine lisant. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Frans Floris. Madeleine pénitente. Dijon, musée Magnin >> voir la base Joconde

Piero di Cosimo. Sainte Marie Madeleine (vers 1500/10). Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica di Palazzo Barberini >> voir Wikimedia

Adrien Ysenbrandt. La Madeleine dans un paysage (vers 1510/25). Londres, National Gallery >> voir Insecula

Ambrosius Benson, un spécialiste de ce thème >> Reading and art ou Lezen in de kunst

Marie-Madeleine lisant (vers 1525). Londres, National Gallery >> voir Paperblog

Marie-Madeleine lisant (vers 1530). Venise, Galleria Franchetti, Ca’ d’Oro >> voir Wikimedia

Sainte Marie-Madeleine lisant (15??) >> Visualphotos

Sainte Marie-Madeleine (15??) >> Christie’s

La Madeleine lisant (15??) >> Wikigallery

Tiziano Vecellio (Titien). Marie Madeleine pénitente (vers 1560). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

Domenicos Theotokopoulos (El Greco). Marie-Madeleine pénitente (1580). Budapest, Szépmüvészeti Muzeum >> voir le site du musée ou Wikipedia

Domenico Carrache. La Madeleine au désert (1591). Nancy ; musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Antonio Allegri (Le Corrège). Marie-Madeleine dans le désert ou la Lectrice (1600). Florence, Palais Pitti, Galerie Palatine  >> voir Utpictura18

XVIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Valenciennes, musée des Beaux-Arts >> voir la base Joconde

Sainte Madeleine pénitente. Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques >> voir la base Joconde

Giovanni Francisco Barbieri (Le Guerchin). Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Valentin de Boulogne. Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Giovanni Domenico Cerrini. La Madeleine en prière. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Cornélis Cornelisz (Cornélis van Haarlem). Sainte Madeleine. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Guy François. Sainte Marie-Madeleine pénitente. Paris, musée du Louvre >> voir le site du Louvre ou la base Joconde

Giovanni Martinelli. Madeleine repentante. Mâcon, musée des Ursulines >> voir la base Joconde

Johan Moreelse. Marie-Madeleine pénitente. Caen, musée des Beaux-Arts >> voir le site du Ciné club de Caen

Antiveduto Gramatica. Marie-Madeleine pénitente avec sa sœur Marthe >> voir Arcadja

Anton van Dyck. Madeleine pénitente (copie d’après). Grenoble, musée de Grenoble >> voir la base Joconde 

Hendrick Goltzius. La Madeleine pénitente et un ange (1610). , New York, Metropolitan Museum of Art >> voir Insecula

Orazio Gentileschi. Marie Madeleine en pénitence (1615). Collection privée >> voir Wikimedia

Antonio Allegri (Le Corrège). La Madeleine (vers 1618). Londres, National Gallery  >> voir Insecula

Domenico Fetti. Madeleine pénitente (vers 1617-1621). Rome, Galleria Doria Pamphilj >> voir Wikimedia

Domenico Fetti. Melancholie (vers 1620) >> voir Wikimedia (NB : Malgré son titre, cette toile reprend les éléments iconographiques caractéristiques de la représentation de Marie-Madeleine)

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1625). Detroit, Detroit Institut of Art >> voir le site du Detroit Institut of Art

Gerard Seghers. Madeleine repentante (1630). Washington, National Gallery of Art >> voir Utpcitura18

Orazio Lomi Gentileschi. Marie-Madeleine pénitente (vers 1621-1623). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Pinacothèque >> voir Guggenheim Bilbao ou Bilddatenbank

Georges de la Tour. Marie Madeleine pénitente, à la veilleuse (vers 1630-1635). Paris, musée du Louvre département des Peintures >>  voir la base Joconde

Simon Vouet. La Madeleine repentante (1633). Amiens, musée de Picardie >>  voir la base Joconde

Georges de la Tour. La Madeleine repentante (vers 1640). Washington, National Gallery, Ailsa Mellon Bruce Fund >> voir le site de Pierre-Olivier Douphis

Philippe de Champaigne. Madeleine pénitente (1648).  Rennes, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1655-1660). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie >> voir le site Niccolo Renieri et celui du Detroit Institut of Art

Pieter Cornélisz van Slingelandt. Marie-Madeleine pénitente (1657). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde et Insecula

Elisabetta Sirani. Sainte Madeleine pénitente (1663). Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie >> voir la base Joconde

Michele Rocca (Parmigianino le Jeune). Marie Madeleine pénitente (1698). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

XVIIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Pompeo Girolamo Batoni. La Madeleine repentante.  >> voir les sites Femme femme femme et Richard Gardner Antiques ou sur Wikigallery

Carlo Antonio Tavella, dit Il Solfarola. Madeleine pénitente dans un paysage de rochers ou Madeleine dans une grotte. Bordeaux, musée des beaux-arts >>  voir la base Joconde

Adriaen van der Werff,Sainte Marie-Madeleine pénitente, méditant dans la solitude (1718). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Jean-Marc Nattier. La Madeleine ou une pénitente dans le désert (vers 1742-1744). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Charles-Joseph Natoire. La Madeleine (1758). Dijon, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Carle Van Loo. La Madeleine dans le désert (1761) >> voir Utpictura18

XIXe siècle

Petrus van Schendel. Sainte Marie-Madeleine en prière. Amiens, musée de Picardie >> voir la base Joconde

William Etty. Marie-Madeleine pénitente. Grenoble, musée de Grenoble >> voir Artflakes

Jean-Baptiste Camille Corot. La Madeleine lisant (1854). Paris, musée du Louvre département des Peintures >> voir la base Joconde

Jean-Jacques Henner. La liseuse ou Marie-Madeleine lisant (vers 1880-1890). Paris, musée d »Orsay >> voir Wikimedia

Emmanuel Benner.Marie-Madeleine au désert (1886). Strasbourg, musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg >> voir Wikimedia

Alexandre Falguière. La Madeleine (1887). Pau, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

___________________
(1) Des figurations de Marie-Madeleine nue, confondue avec Marie l’Egyptienne, existent dès le Moyen-Age, mais ses longs cheveux lui servent alors de vêtements, ce qui n’est plus le cas plus tard.

(2) Celui dont la femme pécheresse a enduit les pieds et/ou les cheveux de Jésus et qui figure déjà dans le tableau de Rogier van der Weyden.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

(Dernière mise-à-jour : 7 mars 2018)

Je me suis enfin procuré auprès de la BU où je travaille un ouvrage fort intéressant de Jos Coumans, bibliothécaire et secrétaire de la Nederlands Omar Khayyám Genootschap : The Rubáiyát of Omar Khayyám. An Updated Bibliography (Leiden University Press, 2010). Cet ouvrage de 249 pages, partiellement consultable sur Google livres, n’a qu’un défaut à mes yeux : celui d’être écrit en anglais, qui n’est pas la langue étrangère que je maîtrise le mieux. Continuer la lecture de Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

(Dernière mise à jour : 18 juillet 2012)

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg, j’ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C’est que l’allemand Bücherwurm, littéralement  « ver de livre », est l’équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur « dévoreur de livre » : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l’érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l’enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu’aujourd’huiencore, dans la catégorie d’images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art.

Celle-ci n’a pas d’équivalent dans la sélection concernant les lecteurs masculins. ‎ La représentation picturale de lecteurs nus semble du reste rare sur internet (et peut-être aussi dans l’histoire de la peinture ?) à quelques exceptions plus récentes comme la peinture de  Chirico ci-contre.

La lectrice nue, quant à elle, semble être un lieu commun éculé, qui remonte à loin. C’est que la lecture féminine a longtemps été tenue pour une activité immorale et dépravée les incitant à négliger leurs devoirs publics et privés, une activité qui met en péril non seulement les lectrices elles-mêmes, mais également la famille et la société toute entière, menacées avec l’impudeur, la lascivité et l’adultère.

Voilà qui renvoie à la vision de la femme tentée et tentatrice dont le premier avatar est Eve avec le fruit de l’arbre du savoir. Bref, pour reprendre le titre d’un livre bien connu, les femmes qui lisent sont dangereuses.

D’autres représentations de la lecture féminine existent pourtant. Ainsi la Bible ayant longtemps été la seule lecture qui leur fût autorisée, des représentations de femmes plongées dans les Saintes Ecritures ne manquent pas, au premier rang desquelles la Vierge (Virgin Mary reading constitue d’ailleurs une sous-catégorie de la sélection de Wikipedia) et Marie-Madeleine suivies par toute une série de saintes et également de pieuses personnes, souvent d’un certain âge…

Il n’en reste pas moins que la lecture féminine, lorsqu’elle n’a pas la légitimité que lui confère la religion et qu’elle ne verse pas dans les excès de la lascivité et de l’érotisme, reste désordonnée ou rêveuse (cf. le titre de la peinture illustrant la couverture des Femmes qui lisent sont dangereuses). C’est notamment la lecture de romans, dont le lectorat féminin assure le succès à partir du XVIIIe siècle..

Elle s’oppose à la  concentration des lecteurs masculins à la recherche de savoir et d’information plus que de rêve et d’évasion. Au Moyen-Age, les saints et les ecclésiastiques sont  d’abord les seuls à être représentés lisant. Par la suite les hommes de pouvoir (rois, nobles, hommes politiques) et de savoir (philosophes, littérateurs et savants en tous genres) viennent les concurrencer, avant que la représentation de la lecture ne s’étende au simple particulier. Dans le même temps, nous passons du livre au journal.

Toutes les considérations ci-dessus sont à prendre pour ce qu’elles sont : des approximations sommaires sur l’histoire de la lecture et de ses représentations. N’y voyez qu’un prétexte pour aborder ce thème multiforme et son traitement sur internet où  il est présent sur de nombreux sites : Portraits de lecteurs ou Reading and Art y sont entièrement consacrés ; des sélections d’images sont proposées sur le blog de Patricia Putoy dans une série intitulée Energie renouvelable : la lecture, mais aussi dans Mes petites idéesFluctuat, La petite maison des arts, Les mille étangs, Harriet Devine’s Blog… Cependant, si vous souhaitez une sélection à la fois très étendue et bien référencée, je vous conseille de visiter la base Joconde et sa sélection sur la lecture.

Pour la lecture féminine spécifiquement, voir les sélections qui accompagnent des recensions des ouvrages de Stefan Bollmann sur La marchande de nuages, Thé au jasminL’internaute, Enigm-artPour une étude d’un portrait de lectrice en peinture, voir l’article d’Odete Jubilado, « Lorsque le tableau est une fenêtre ouverte sur la lecture…« , consacré en bonne partie à La liseuse de Fragonard.

Vous aurez remarqué que les représentations de lecteurs que je vous ai présentées sont essentiellement des tableaux. Et qu’en est-il de la sculpture ? Les documents sur le sujet semblent plus rares et il  me faudra sans doute y revenir. En attendant, je vous propose de rechercher dans la base Joconde ou de découvrir les quelques lectrices statufiées sélectionnées par Wikipedia.

A voir aussi,  L’éducation maternelle du sculpteur Eugène Delaplanche, qui n’est pas sans rappeler la représentation traditionnelle de Sainte Anne faisant lire la Bible à Marie.

Enfin je vous renvoie à une statue en bronze réalisée en Allemagne au début du XXe siècle et intitulée … Bücherwurm ! Et la boucle est bouclée…

Bibliographie succincte

Il n’y a pas qu’internet et pour approfondir  ce qui précède,  voici une petite bibliographie à compléter au fil de mes propres découvertes et de vos suggestions.

Sur la lecture et sa représentation en générale

François Dupuigrenet Desroussilles (dir). La symbolique du livre dans l’art occidental du haut Moyen Age à Rembrandt. Bordeaux : Société des Bibliophiles de Guyenne ; Paris : Institut d’étude du livre, 1995.

Alberto Manguel. Une Histoire de la lecture,  essai traduit de l’anglais par Christine Le Boeuf. Arles : Actes Sud, 1998.

Fritz Nies. Imagerie de la lecture : exploration d’un patrimoine millénaire de l’Occident. Paris : Presses universitaires de France, 1995.

Sur la lecture féminine

Les ouvrage sur le sujet sont nombreux. Je rappellerai d’abord ceux de Stefan Bollmann, préfacés par Laure Adler, Les femmes qui lisent sont dangereuses (2006)et sa suite, Les femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses (2011). Il s’agit de beaux livres, l’essentiel de l’ouvrage étant consacré à l’iconographie. Voir leur présentation sur le site de Flammarion et sur Parutions.com.

Voici quelques autres ouvrages, plus universitaires :

Lectrices : au miroir des femmes, textes rassemblés par Marianne Camus et Françoise Rétif. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2004.

Lectrices d’Ancien Régime, actes du colloque, 27-29 juin 2002, UFR ALC, Université de Rennes II, sous la dir. de Isabelle Brouard-Arends. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2003.

Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen-Âge et Renaissance,  colloque international tenu à l’Université de Lille 3, les 24, 25 et 26 mai 2004,  textes réunis par Anne-Marie Legaré. Turnhout : Brepols, DL 2007.

Sandrine Aragon. Des liseuses en péril : les images de lectrices dans les textes de fiction de « La Prétieuse » de l’abbé de Pure à « Madame Bovary » de Flaubert (1656-1856). Paris : H. Champion, 2003. Texte remanié de la thèse de l’auteur.

Jean Mainil. Don Quichotte en jupons ou Des effets surprenants de la lecture Texte imprimé essai d’interprétation de la lectrice romanesque au dix-huitième siècle. Paris : Éditions Kimé, 2007.

Noë Richter. Les femmes et la lecture au dix-neuvième siècle. Bernay : Société d’histoire de la lecture, 2004.

Alexandre Wenger. La fibre littéraire : le discours médical sur la lecture au XVIIIe siècle. Genève : Droz, 2007. Texte remanié d’une thèse de doctorat soutenue à Genève en 2005.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts