Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Jean-Jacques Rousseau : petite webographie pour un tricentenaire

L’année 2012 n’est pas seulement l’année des élections présidentielles et législatives en France, évènements au total bien futiles auprès de l’anniversaire qu’il convient de commémorer : celui de la naissance, voici 300 ans, de l’auteur du Contrat social. Bref tour d’horizon en attendant des compléments futurs.

Le fameux philosophe et littérateur ayant pas mal parcouru l’actuelle région Rhône-Alpes du temps de sa jeunesse et plus tard, l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation a créé le le blog Rousseau 2012 sur lequel vous trouverez entre autres choses deux bibliographies, l’une de ses textes, l’autre des essais qui lui sont consacrés, toutes deux rédigées par Catherine Goffaux-H. (Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu) sous la conduite de Michael O’Dea (enseignant et chercheur, université Lumière-Lyon 2).

Si vous souhaitez une bibliographie plus développée des écrits relatifs à Jean-Jacques Rousseau, voyez la bibliographie mondiale de Rousseau disponible le site Rousseau studies créé dans le cadre du  programme autour de Rousseau initié par le  Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF). Ce même site propose une anthologie de textes sur Rousseau.

 Ses textes sont également accessibles, en nombre plus ou moins important, sur Athéna, Les Classiques des sciences sociales, Gallica, Wikisources….

Kobayashi Takuya, spécialiste la botanique de Rousseau, a réalisé le site Chronologie de Jean-Jacques Rousseau.

Pour aller plus loin, voir le choix de liens bien fourni proposé par le site de l’Espace Rousseau.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Grands Hommes de la France

En 1776, Charles Claude Flahaud de La Billarderie, comte d’Angiviller, directeur des Bâtiments du roi, décide de commander aux quatre meilleurs sculpteurs de l’Académie royale des statues représentant des Français illustres. Celles-ci sont présentées par groupe de quatre, au fur et à mesure de la progression des livraisons, au Salon qui se tient alors tous les deux ans au Louvre. Ces statues des Hommes illustres de la France, ou des Grands Hommes de la France, destinée à décorer l’actuelle Grande Galerie du Louvre, restent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en réserve dans la salle des Antiques avant l’être envoyées pour la plupart à l’Institut.

Cependant, dès 1782, d’Angiviller, qui administre également la manufacture royale de porcelaine de Sèvres, fait réaliser par les artistes eux-mêmes des réductions en terre cuite de leurs œuvres, pour les faire copier en biscuit de porcelaine. Louis XVI achète les premiers exemplaires en biscuit, exposés dans sa bibliothèque à Versailles. Les Grands Hommes sont également l’objet de présents diplomatiques. Vingt-trois Hommes illustres en porcelaine, sur les vingt-sept exécutés en marbre, voient ainsi le jour avant la fin de l’Ancien Régime : Racine, le Chancelier d’Aguesseau, Corneille, le Chancelier de l’Hôpital, Fénelon, Catinat, Sully, Vauban, Molière, Montesquieu, La Fontaine, Tourville, Condé, Molé, Duquesne, Bayard, Luxembourg, Rollin, Montaussier, Descartes, Pascal, Turenne.

Le Directoire commande en complément de cette série une statue de Michel de Montaigne, dont le modèle en terre cuite date de 1798 et le marbre est exposé au Salon de 1800, et une autre de D’Alembert.

En 1806, Napoléon Ier choisit seize figures sur les vingt trois de la série originale et émet le souhait d’en ajouter douze autres : Guillaume le conquérant, Duguesclin, Gustave-Adolphe, Frédéric II, César, Annibal, Homère, Virgile, Le Tasse, Christophe Colomb, le premier Médicis, et le Prince Eugène. Seuls Homère, Virgile et Le Tasse sont réalisés sous son règne. 

Comme sous Louis XVI, la série des Grands Hommes est utilisée comme présents diplomatiques : au Grand Duc Charles II de Bade à l’occasion de son mariage le 6 avril 1806 avec la nièce adoptive de l’Empereur, Stéphanie de Beauharnais, par l’inermédiaire du baron de Gensau, conseiller de légation à la cour de Bade auquel huit statues de Grands Hommes sont livrés entre décembre 1806 et juillet 1807 ; à Charles-Maurice de Talleyrand Périgord, prince de Bénévent…

Le texte ci-dessus, qui tient beaucoup du centon, s’est nourrit des informations puisées notamment sur la base Atlas du musée du Louvre, sur le site du spécialiste en porcelaine Cyrille Froissart, sur Histoires de photographie et dans une récente chronique de Bertrand Galimard Flavigny : « Les hommes illustres en biscuit », in  Petites affiches, 28 novembre 2011, n° 236, p. 23.

Pour aller plus loin, je vous propose ces quelques références bibliographiques :

Francis H. Dowley. « D’Angiviller’s Grands Hommes and the Significant Moment » The Art Bulletin, Vol. 39, No. 4 (Dec. 1957), p. 259-277.

Elizabeth Susan Done, Courtauld Institute of Art. Le Comte d’Angiviller and Les grands hommes de la France. University of London (Courtauld Institute of Art), 1976. 120 pages

A. McClellan. « La série des Grands hommes de la France du comte d’Angiviller et la politique des Parlements », Clodion et la sculpture française de la fin du xviiie siècle, Actes du colloque du musée du Louvre, 20-21 mars 1992, Paris, 1993

Rosemarie Stratmann-Dölhler. « Zur Hochseit von Stephanie de Beauharnais – Höfische Geschenke aus der kaiserlichen Porzellanmanufaktur Sèvres, », Weltkunst, janvier 1995, pp. 16-19.

Tamara Préaud. « Les Grands Hommes en Sculptures à Sèvres au XIXème siècle », The French Porcelain Society Journal,Vol. II, 2005, pp.120-132.

Pour voir à quoi ressemblent ces Grands Hommes, tant en statues qu’en biscuits, j’ai utilisé, outre la base Atlas et le site de Cyrille Froissart, les sites suivants : Culture.fr et Insecula. Je n’ai pas encore la liste complète des vingt-sept Grands Hommes exécutés en marbre ni d’images pour l’ensemble de ceux que j’ai pu répertorier (voir liste ci-dessous). Si vous avez des informations…

Liste initiale des Grands hommes de la France classé dans l’ordre chronologique (il en manque encore 2 et j’ajouterai les sculpteurs ultérieurement)

  1. Bertand Du Guesclin, connétable de France (1320-1380), par Jean-Joseph Foucou (1739-1821) achevé sous le Directoire et exposé au salon de 1799 (cf. message ci-dessous de Georges Balsa)
  2. Pierre Terrail Le Vieux, seigneur de Bayard (1476-1524).
  3. Michel de L’ Hospital (vers 1504-1573), par Étienne Goix (1731-1823)
  4. Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641)
  5. Mathieu Molé (1584-1656), par Étienne Goix (1731-1823) (voir l’article de Louvre passion)
  6. Nicolas Poussin (1594-1665), par Pierre Julien (1731-1804)
  7. René Descartes (1596-1650), par Augustin Pajou (1730-1809)
  8. Pierre Corneille (1606-1684), par Jean-Jacques Caffieri (1725-1792)
  9. Abraham Duquesne, lieutenant général des Armées Navales (1610-1688)
  10. Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), par Louis-Philippe Mouchy (1734-1801)
  11. Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne (1611-1675), par Augustin Pajou (1730-1809)
  12. Louis II de Bourbon, duc d’Enghien, Prince de Condé (1621-1686)
  13. Jean de La Fontaine (1621-1695), par Pierre Julien (1731-1804)
  14. Molière (1622-1673), écrivain et comédien, par Jean-Jacques Caffieri (1725-1792)
  15. Blaise Pascal (1623-1662), par Augustin Pajou (1730-1809)
  16. Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704), par Augustin Pajou (1730-1809)
  17. François Henri de Montmorency, duc de Luxembourg, maréchal de France (1628-1695)
  18. Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707), par Charles-Antoine Bridan (1730-1805)
  19. Nicolas de Catinat de La Fauconnerie maréchal de France (1637-1712)
  20. Jean Racine (1639-1699), par Louis-Simon (1743-1809)
  21. Anne-Hilarion de Cotentin, comte de Tourville (1642-1701)
  22. François de Salignac de La Mothe-Fénelon (1651-1715), par Félix Lecomte (1737-1817)
  23. Charles Rollin (1661-1741), par Félix Lecomte (1737-1817)
  24. Henri François d’Aguesseau (1668-1751), par Pierre-François Berruer (1733-1797)
  25. Charles de Secondat, baron de Montesquieu (1689-1755), par Claude Michel, alias Clodion

Liste des Grands Hommes ajoutés sous le Directoire

  1. Michel de Montaigne, par Jean-Baptiste Stouf (1742-1826)
  2. D’Alembert, par Félix Lecomte (1737-1817)

Liste des Grands Hommes ajoutés sous l’Empire

  1. Guillaume le conquérant (non réalisée)
  2. Duguesclin (non réalisée)
  3. Gustave-Adolphe (non réalisée)
  4. Frédéric II (non réalisée)
  5. César (non réalisée)
  6. Annibal (non réalisée)
  7. Homère
  8. Virgile
  9. Le Tasse
  10. Christophe Colomb (non réalisée)
  11. le premier Médicis (non réalisée)
  12. le Prince Eugène (non réalisée)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice en terre chrétienne

Peut-être avez-vous lu ma chronique du 20 octobre dernier, où je vous contais comment le thème d’une histoire musulmane (ou juive) – Mahomet (ou David) sauvé de ses poursuivants par une araignée – avait été repris par le cinéma et la bande dessinée dans de tout autre contexte.

Un courriel de Pascal Esnault nous apprenait que cet épisode de la grotte et de l’araignée apparaît également dans les légendes chrétiennes avec la Sainte Famille à la place de Mahomet ou de David. L’épisode n’apparaissant pas dans les évangiles canoniques et aucune indication n’étant donnée sur la première manifestation de cette légende, je ne pouvais que conclure ma réponse ainsi :

Y a-t-il eu influence des versions juives ou musulmanes et à quelle époque (Croisades, Reconquista) ? Ou bien cette légende remonte-t-elle au temps des premiers apocryphes ? A suivre.

Depuis, si je n’ai toujours pas trouvé quand cette légende est apparue, j’en ai trouvé d’autres applications à quelques saints personnages chrétiens. Si j’en crois le tome 2 du Traité d’Iconographie Chrétienne de Xavier Barbier de Montault (Liberius ; Scribd), Camion, évêque en Afrique, a pour emblème l’araignée, car il fut sauvé de ses persécuteurs par sa toile. Il en est de même pour Félix, prêtre à Nole : une araignée tendit sa toile à l’entrée de la grotte où il s’était caché. Idem pour sainte Teuteria de Vérone.

Cela ressemble bien au schéma connu, sauf que cette fois ce ne sont pas les premiers rôles, mais des seconds couteaux qui nous rejouent l’histoire : un obscur évêque d’Afrique, un prêtre d’origine syrienne actif en Campanie au IIIe siècle et une noble anglo-saxonne du VIIe siècle venue à Vérone pour fuir les assiduités d’un roi païen. Rien de commun entre eux, sauf à imaginer que la légende, venue d’Afrique du Nord, serait remontée à partir du Sud de l’Italie jusqu’à la Vénétie et au Trentin. Hypothèse bien fragile…

Dans le même Traité, l’araignée apparait deux fois dans un autre contexte. Ainsi Conrad, évêque de Constance, a-t-il pour emblème le

calice, dans lequel tomba une araignée pendant qu’il célébrait et qu’il avala avec le précieux sang ; il la rendit ensuite par la bouche.

Norbert, évêque de Magdebourg, fut victime d’une pareille aventure, à ceci près que l’araignée lui sortit par le nez. Avec ces saints des Xe et XIIe  siècles, nous constatons qu’en terre allemande, l’araignée n’est plus salvatrice, mais une impureté à rejeter du corps du prêtre comme du sang du Christ. Curieux retournement.

Que conclure ? Pas grand chose, si ce n’est qu’il faut continuer la collecte des informations sur ce thème pour démêler ce fil d’Ariane.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Précis de l’affaire Dreyfus, bréviaire anti-dreyfusard

Tout le monde sait ou devrait savoir ce que vaut un livre comme Les Protocoles des Sages de Sion : un faux créé de toute pièce par l’Okhrana, la police secrète tsariste. Dès 1939, Henri Rollin, membre du deuxième bureau français, a montré dans L’Apocalypse de notre temps (réédité aux Éditions Allia en 1991 et en 2005) le processus de création et d’utilisation de ce texte par les pro-tsaristes, puis les fascistes, nazis et autres courants d’extrême-droite. En 1992, un historien en littérature russe, Mikhail Lépekhine a découvert le nom du faussaire grâce à l’ouverture des archives soviétiques. Ces faits sont connus ou devraient l’être de tous. J’y reviendrai peut-être dans une autre chonique.

Par contre, il n’est pas dit qu’en dehors des spécialistes et d’une certaine droite, beaucoup de gens aient entendu parler du Précis de l’Affaire Dreyfus de Henri Dutrait-Crozon. Moi-même, je ne l’ai découvert que par hasard, parmi les liens du site d’un dessinateur lié à l’extrême-droite(1). Cet ouvrage est pourtant à l’affaire Dreyfus ce que les écrits de Faurisson et autres révisionnistes sont au génocide juif. Paru en 1909, il a servi de référence au courant anti-dreyfusard jusqu’à aujourd’hui. N’est-il pas cité en termes élogieux sur un certain nombre de sites et blogs au contenu douteux ?

Mais je préfère laisser s’exprimer Pierre Vidal-Naquet qui, dans « Mes affaires Dreyfus »  dépeint ainsi ce bréviaire anti-dreyfusard :

Dans la littérature antidreyfusarde, il existe, à côté des pamphlets enflammés de Barrès ou des éructations folles de Drumont, voire du premier livre de Georges Bernanos, La Grande peur des bien-pensants, avec son exaltation des démonstrations démentes de Bertillon, un livre qui a éduqué une génération d’hommes et de femmes d’Action française, c’est le Précis de l’affaire Dreyfus signé Henri Dutrait-Crozon, pseudonyme de deux officiers d’Action française, les colonels Frédéric Delebecque et Georges Larpent. (Delebecque a fait souche d’une lignée d’Action française, dont l’un enseigna le grec à la Faculté des lettres d’Aix ; j’ai eu un camarade issu de cette lignée en khâgne à Henri-IV.) Le premier travail de ces deux « savants » a été publié en 1905 : Joseph Reinach historien. Révision de l’histoire de l’affaire Dreyfus, avec une préface de Charles Maurras – vous savez que Maurras s’écria lorsqu’il s’entendit condamner en 1945 : « C’est la revanche de Dreyfus. » Certains de ses disciples s’étaient cependant engagés dans la Résistance.

On peut dire de l’Action française qu’elle est littéralement née d’un mensonge, la culpabilité de Dreyfus, et de l’exaltation d’un faux, le faux Henry. Après leur livre de 1905, les Dutrait-Crozon publieront donc en 1909 leur Précis de l’affaire Dreyfus, qui fut réédité en 1924, édition dite définitive, puis en 1938. J’ai longtemps possédé un exemplaire de cette dernière édition qui, comme me l’a fait remarquer François Hartog, se présente comme un Lehrbuch allemand, avec la table des matières au début. Il a été mis à jour après la publication des Carnets de Schwartzkoppen (l’attaché militaire allemand à Paris), parus après sa mort et relatant les visites qu’il reçut d’Esterhazy (tout cela est aujourd’hui archiconnu, grâce notamment aux travaux de Marcel Thomas).

Nos hommes d’Action française écrivaient : « Mais que vaut ce témoignage, c’est ce que bien peu de gens se sont donné la peine de rechercher. » Et naturellement, à leurs yeux, ce témoignage ne vaut rien. Grâce aux enfants de Madeleine Rebérioux, je possède maintenant l’édition de 1924, dite définitive. On y lit par exemple ceci, page 47, à propos de l’état d’esprit de la défense de Dreyfus après la dégradation : « On cherchait déjà un agent pour trouver quelqu’un à substituer au condamné. » Si on se reporte à la référence, on verra que Dreyfus et les siens demandaient en réalité que l’on cherche le vrai coupable. Esterhazy sera défini par les Dutrait-Crozon comme l’homme de paille des Juifs ayant imité l’écriture de Dreyfus… Tout cela a quelque chose de vertigineux et qui continue à me frapper de stupeur.

Voir aussi :

Pierre Vidal-Naquet, « Dreyfus dans l’Affaire et dans l’histoire », in Cinq années de ma vie, Paris, Maspero/LaDécouverte, 1994, p.5-45.

Pierre Vidal-Naquet. Les Assassins de la mémoire, Paris, Le Seuil, 1995, p.77-78.

Vincent Duclert « L’affaire Dreyfus : de l’affrontement des mémoires à la reconnaissance de l’histoire », in Les guerres de mémoires, La Découverte, 2008, p. 71-82. Accessible sur Cairn. Voici l’extrait concernant le Précis :

Les propagandistes de l’Action française multipliaient les brochures et les essais visant à imposer dans l’opinion l’idée d’un complot juif contre la France et ruinant la vérité sur la culpabilité de l’état-major et l’innocence de Dreyfus. En 1909 parut un ouvrage imposant, Précis de l’Affaire Dreyfus[5] dont les méthodes annonçaient celles des négationnistes après la Seconde Guerre mondiale.

Publiant sous le pseudonyme d’Henri Dutrait-Crozon, les anciens colonels Georges Larpent et Frédéric Delebecque multiplièrent les mises en cause des magistrats, des défenseurs juifs de Dreyfus, dont l’avocat et député Joseph Reinach[6] et de Dreyfus lui-même. Sous un aspect de neutralité documentaire, ils transformaient en preuves incontestables des allégations produites par les pires ennemis d’Alfred Dreyfus sous le simple prétexte qu’elles avaient, par exemple, été produites en justice

[5] Précis de l’Affaire Dreyfus, Nouvelle Librairie Nationale, Paris, 1909 (édition augmentée d’un répertoire analytique, à la Nouvelle Librairie Nationale, 1924 ; nouvelle édition en 1938 et en 1987 sous la forme d’un fac-similé de l’édition de 1938).

[6] H. Dutrait-Crozon, Joseph Reinach historien, révision de l’histoire de l’Affaire Dreyfus (tome 1, Le Procès de 1894 ; tome 2, Esterhazy) (préface de Charles Maurras), A. Savaète, Paris, 1905.

Editions du Précis de l’Affaire Dreyfus accessibles en ligne :

1909 : pas trouvée

1924 : Scrib.com ; Calameo

Attention :

Il existe un ouvrage intitulé Précis de l’affaire Dreyfus : lettre à un ami que ne sait pas, d’un docteur Oyon, avec une préface d’Anatole France, paru en 1903 et disponible sur Archive.org. Ce texte, n’a rien à voir avec le livre du soi-disant Henri Dutrait-Crozon. Réédédition : Joseph Berny, M. le docteur Oyon, L’affaire Dreyfus 1894, Paris, La Libre pensée,1994, numéro spécial de L’idée libre, comprend : le synopsis de ‘l’affaire Dreyfus’ et, à la suite le texte de : ‘Précis de l’affaire Dreyfus’ du docteur Oyon.

Un autre ouvrage sur l’Affaire contient le mot « précis » : L’affaire Dreyfus et ses ressorts secrets : précis historique de Paschal Grousset paru en 1898 et disponible sur Gallica. Lui non plus n’a rien à voir avec les anti-dreyfusards.

______________________________________________

(1) Il s’agit de Konk. N’allez pas en déduire je ne sais quoi sur mes propres orientations politiques, simplement, je m’informe et pour cela, toutes les sources sont bonnes pour peu qu’on les passe au crible de la critique et qu’on sache d’où elles viennent. D’où parles-tu, camarade ? Ma foi, je ne sais plus trop, mais je sais fort bien d’où je ne parle pas…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les traductions anglaises des Rubaiyat

(Dernière mise à jour :  7 mars 2018)

J’ai commis en décembre 2010 une chronique sur les traductions françaises des Rubaiyat d’Omar Khayyam. Je vous propose ici son équivalent sur les traductions anglaises.

Tout comme la précédente, cette chronique vise essentiellement à faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Il s’agit ici encore d’une bibliographie commentée plus que d’une étude.

Pour établir cette liste, j’ai utilisé notamment les sources ci-dessous :

Jos Coumans. The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliographyAmsterdam University Press, 2011. 249 pages. Partiellement consultable sur Google livres. Voir la chronique que je lui ai consacrée.

M. Bayate-Mokhtari, « Omar Khayyam et ses traducteurs français et anglais », extr. de : Iran moderne  actes du XXIXe Congrès  international des Orientalistes, Paris, juillet 1973. Paris : l’Asiathèque, 1976. p. 4-6. Je n’ai pas pu encore consulter cet article.

Un catalogue de la libraire Maggs Bros sur la littérature anglaise du XIXe et du XXe siècle, p. 267 et  p. 406 et suiv. 

The Online Books Page

Le site de la librairie Stillman books.

 La bibliographie de Karim Hayati Ashtiani pour sa thèse, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, soutenue en 2004 à l’université de Lyon 2.

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

L’article Rubaiyat of Omar Khayyam de Wikipedia.

Le site The rubaiyat

Le site Books and writers

Bob Forrest propose plusieurs articles concernant les Rubaiyat sur son site. Il collabore aussi à Omar Khayyam Nederland.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits. Sur les manuscrits utilisés pour les traductions et qui sont parfois indiqués, voir mon billet sur le sujet.

Comme d’habitude, cette chronique  fera l’objet de rectifications en fonction des informations récoltées. Alors, si vous en avez…

Bibliographie chronologique des traductions anglaises des rubaiyat de Khayyam

 

1859 – Edward FitzGerald (1809-1883)

Entre 1859 et sa mort en 1883, Edward FitzGerald a publié quatre éditions de ses Rubaiyat of Omar Khayyam, the Astronomer-Poet of Persia. D’autres suivront.

  • La 1ère édition (1859) contient 75 « stanza » ; elle disponible sur le site de la Bodleian
  • La 2e (1868) comporte 110 quatrains.
  • Les trois suivantes (1872, 1879 et 1889) ont 101 quatrains.
  • Une tables de correspondance existe, disponible sur Archive.org ou sur Kellscraft.

Malgré les libertés prises par le poète-traducteur, cette traduction est sans doute la plus répandue dans le monde anglo-saxon. C’est la traduction de référence, la première parue en Occident, celle dont tous les traducteurs postérieurs devront se démarquer. De plus, une bonne partie des traductions en français (Grolleau, Henry, Delpeuch, Carpentier, Arousseau, Le Dantec, Bernard) sont des traductions de la traduction de FitzGerald.

De nombreuses éditions sont disponibles sur Archive.org, sur sur Kellscraft. Vous trouverez également sur ce dernier site une bibliographie des cinq premières éditions. L’édition de 1869 a fait l’objet d’une édition pirate en 50 exemplaires à Madras en 1862. La première édition américaine (Columbus, 1870) suit celle de 1868. Pour plus de détail sur les premières éditions de la traduction de FitzGerald dans le monde anglo-saxon, voir l’ouvrage de Jos Coumans, The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliography, p.19. Voir aussi le site The Rubaiyat, l’édition en ligne réalisée par Jim Manis et le site de l’université Fordham.

1882 – Edward Heny Whinfield (1836-1922)

The quatrains of Omar Khayyam. Londes : Trübner and Co, 1882

253 quatrains. Le traducteur a utilisé l’édition de J.B. Nicolas (1867), l’édition de Lucknov (1878), le manuscrit de la Bodleian Library (nr. 140), et deux petites collections de quatrains.

Dès 1883, il publie une édition bilingue comportant 500  quatrains et utilisant 8 collections. En 1893 parait une sélection de 267 quatrains extraits de cette dernière édition, cette fois seulement en anglais. Cinq quatrains figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát parue en 1906.

Ces différentes éditions sont disponibles sur Archive.org. Le texte est en ligne sur le site de l’université Fordham et sur The Rubaiyat

1885 – Whitley Stokes (1830-1909)

Publie 18 quatrains dans Academy, 17 janvier 1885, n° 663.

Auparavant, 15 quatrains avaient été inclus dans l’édition de Madras de la traduction de FitzGerald (1862) sous le titre « Some more of Omar’s quatrains ». Ils ont été repris en 1836 dans une édition miniature  par The Lilliputian Press, Monroe (USA). 10 de ces quatrains ont été inclus dans The Dublin book of Irish verse (London, 1909). Deux  quatrains figurent dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

Disponibles sur le site Omar Khayyam Nederland.

1888- John Leslie Garner

The Strophes of Omar Khayyám. Milwaukee, the Corbitt and Skidmoore Co, 1888. In-16, XII-76 p.

Disponible sur Archive.org.

1889 – Justin Huntly McCarthy (1859-1936) 

Rubaiyat. London, 1989.

Fait paraître en 1898 des Quatrains of Omar Khayyam, in english prose.

1893 – Edward Henry Whinfield

The quatrains of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1893.

1898 – John Payne

The Quatrains of Omar Kheyyam of Nishapour. 1898

1898 – Edward Heron-Allen (1861-1943)

The Rubaiyat of Omar Khayyam, a facsimile of the ms in the Bodleian Library. Londres, Nichols, 1898.

Nouvelle édition : Londres, Quaritch, 1899.

1899 – Jessie E. Nash (1844-1884), alias H.M. Cadell

The Ruba’yat of Omar Khayam. London / New-York, John Lane, 1998.

Avec une introduction de Richard Garnett.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1899 – Elisabet Alden Curtis

One hundred quatrains from the Rubáiyát of Omar Khayyám. New York, Brothers of the Book, 1899. 72 pp.

Traduction en vers anglais. Introduction de Richard Burton.

Disponible sur Hathi Trust Digital Library.

1901 – E. A. Johnson

La traduction anonyme des rubaiyat parue dans Flowers from Persian Poets (1901) lui est attribuée.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1903 – Frederick William Rolfe (1860 – 1913), alias Frederick Baron Corvo

The Rubaiyat, of Umar khaiyam done into english from the French of Jean Baptiste Nicolas. London, New York, J. Lane, 1903.

Bilingue anglais-français. Introduction de Nathan Haskell Dole.

Disponible sur Archive.org.

1904 – L’anthologie The lover’s Rubáiyát éditée par Jessie Belle Rittenhouse (1869-1948)

The lover’s Rubáiyát. Boston : Small, Maynard & Co., 1906.

Réédité en 1906. Regroupe 64 quatrains traduits par divers auteurs (dont 17 par FitzGerald), certains n’ayant pas réalisé auparavant ou par la suite leur propre recueil des rubaiyat (du moins n’en ai-je pas encore trouvé…) : 

Edwin Kendall Cutter

Richard Le Gallienne (1866-1947)

Henry George Keene (1825-1915)

Frederick York Powell (1850-1904)

E. A. Johnson

Disponible sur Archive.org.

1907 – E. F. Thompson, Worcester

E. Fitzgerald ’s Ruba‘iyyat of Omar Khayyam, avec un texte persan et une traduction en prose et vers. Mass., 1907.

1913 – Edward Armstrong Johnson

The Rubaiyat of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1913.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1924 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936)

Omar Khayyam in his Rubaiyat : with a true history, life and biography of the Persian poet, astronomer and statesman.  Los Angeles : Mazdaznan Press, 1924.

Traduit en français en 1959.

1927 – Arthur Emanuel Christensen (1875-1945)

Critical Studies in the Ruba-iyat of Umar-i-Khayyam. Copenhague, A. F. Höst och sön, 1927.

Etude de leur authenticité, texte et traduction anglaise. Il n’est pas précisé si la traduction anglaise a été faite à partir :

du texte original en danois : Omar Khajjams Rubaijat : en litteraerhistorisk undersogelse (Copenhague,1903)

de la traduction française : Recherches sur les Rubaiyat de ‘Omar Ḫayyām, par Arthur Christensen, docteur ès lettres de l’Université de Copenhague (Heidelberg : C. Winter, 1905.)

1949 – Arthur John Arberry

The Ruba’iyat of Omar Khayyam, édité d’après un manuscrit nouvellement découvert, daté de 658 (1259-60 de l’ère chrétienne), avec des versions anglaises comparées de Edward Fitzgerald, de Edward Henry Whinfield et de l’éditeur. Londres, Emery Walker, 1949. In-8°.

1967 – Omar Ali Shah (1922-2005)  et Robert Graves

Intéressante pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153. L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise. 

Cependant, il existe quelques doutes sur l’authenticité du manuscrit utilisé, comme le rappel Wikipedia :

The authors claimed it was based on a twelfth-century manuscript located in Afghanistan, where it was allegedly utilized as a Sufi teaching document. But the manuscript was never produced, and British experts in Persian literature were easily able to prove that the translation was in fact based on Edward Heron Allen’s analysis of possible sources for FitzGerald’s work.

A été traduite en français en 2005.

1979 – Peter Avery and John Heath-Stubbs

1988 – Karim Emami

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, « L’araignée du Prophète » (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme « forgés ou faibles », en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans une vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: « Pourquoi avoir créé cette créature inutile? » Dieu répondit: « Le jour où tu comprendras viendra ». Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un billet de Zaitchick intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Départager deux canditats ayant obtenu un nombre égal de voix

Il existe plusieurs solutions au problème posé en titre. En voici trois touchant le personnel politique :

La désignation du candidat le plus âgé, comme cela se fait pour les députés et les sénateurs en France (voir Vie publique). Et que fait-on si les deux adversaires sont jumeaux ?

Le tirage au sort, comme pour le président du Sénat Thaïlandais (extrait du site de l’Union interpalementaire). Le tirage au sort n’est-il pas d’ailleurs de nature bien plus démocratique que l’élection, comme les Athéniens l’avaient bien compris ? Voir à ce propos ces deux citations trouvée dans l’article Stochocratie de Wikipédia :

Aristote : « Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu’elles soient électives » Les Politiques, IV, 9, 4 Traduction: Pierre Pellegrin

Montesquieu : « Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie. Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie. » De l’esprit des lois.

La désignation par une assemblée parlementaire, comme aux Etats-Unis où pour l’élection du président, « si deux ou plusieurs personnes ont obtenu cette majorité et un nombre égal de voix, la Chambre des représentants choisira alors le président, selon la même procédure, parmi les cinq personnes ayant obtenu le plus grand nombre de voix ». (extrait de l’article 2 de la Constitution des Etats-Unis) ».

Cependant, la solution la plus originale me semble être celle du point-milieu adoptée lors de l’élection du président du Weldon-Institute de Philadelphie… du moins à en croire Jules Verne (cf. Robur le Conquérant, chapitre II) :

Uncle Prudent était un personnage considérable, et, en dépit de son nom, cité pour son audace. Très riche, ce qui ne gâte rien, même aux Etats-Unis. Et comment ne l’eût-il pas été, puisqu’il possédait une grande partie des actions du Niagara Falls ? À cette époque, une société d’ingénieurs s’était fondée à Buffalo pour l’exploitation des chutes. Affaire excellente. Les sept mille cinq cents mètres cubes que le Niagara débite par seconde, produisent sept millions de chevaux-vapeur. Cette force énorme, distribuée à toutes les usines établies dans un rayon de cinq cents kilomètres, donnait annuellement une économie de quinze cents millions de francs, dont une part rentrait dans les caisses de la Société et en particulier dans les poches de Uncle Prudent. D’ailleurs, il était garçon, il vivait simplement, n’ayant pour tout personnel domestique que son valet Frycollin, qui ne méritait guère d’être au service d’un maître si audacieux. Il y a de ces anomalies.

Que Uncle Prudent eût des amis, puisqu’il était riche, cela va de soi ; mais il avait aussi des ennemis, puisqu’il était président du club, ― entre autres, tous ceux qui enviaient cette situation. Parmi les plus acharnés, il convient de citer le secrétaire du Weldon-Institute.

C’était Phil Evans, très riche aussi, puisqu’il dirigeait la Walton Watch Company, importante usine à montres, qui fabrique par jour cinq cents mouvements à la mécanique et livre des produits comparables aux meilleurs de la Suisse. Phil Evans aurait donc pu passer pour un des hommes les plus heureux du monde et même des Etats-Unis, n’eût été la situation de Uncle Prudent. Comme lui, il était âgé de quarante-cinq ans, comme lui d’une santé à toute épreuve, comme lui d’une audace indiscutable, comme lui peu soucieux de troquer les avantages certains du célibat contre les avantages douteux du mariage. C’étaient deux hommes bien faits pour se comprendre, mais qui ne se comprenaient pas, et tous deux, il faut bien le dire, d’une extrême violence de caractère, l’un à chaud, Uncle Prudent, l’autre à froid, Phil Evans.

Et à quoi tenait que Phil Evans n’eût été nommé président du club ? Les voix s’étaient exactement partagées entre Uncle Prudent et lui. Vingt fois on avait été au scrutin, et vingt fois la majorité n’avait pu se faire ni pour l’un ni pour l’autre. Situation embarrassante, qui aurait pu durer plus que la vie des deux candidats.

Un des membres du club proposa alors un moyen de départager les voix. Ce fut Jem Cip, le trésorier du Weldon-Institute. Jem Cip était un végétarien convaincu, autrement dit, un de ces légumistes, de ces proscripteurs de toute nourriture animale, de toutes liqueurs fermentées, moitié brahmanes, moitié musulmans, un rival des Niewman, des Pitman, des Ward, des Davie, qui ont illustré la secte de ces toqués inoffensifs.

En cette occurrence, Jem Cip fut soutenu par un autre membre du club, William T. Forbes, directeur d’une grande usine, où l’on fabrique de la glucose en traitant les chiffons par l’acide sulfurique ― ce qui permet de faire du sucre avec de vieux linges. C’était un homme bien posé, ce William T. Forbes, père de deux charmantes vieilles filles, Miss Dorothée, dite Doll, et Miss Martha, dite Mat, qui donnaient le ton à la meilleure société de Philadelphie.

Il résulta donc de la proposition de Jem Cip, appuyée par William T. Forbes et quelques autres, que l’on décida de nommer le président du club au « point milieu » .

En vérité, ce mode d’élection pourrait être appliqué en tous les cas où il s’agit d’élire le plus digne, et nombre d’Américains de grand sens songeaient déjà à l’employer pour la nomination du président de la République des Etats-Unis.

Sur deux tableaux d’une entière blancheur, une ligne noire avait été tracée. La longueur de chacune de ces ligues était mathématiquement la même, car on l’avait déterminée avec autant d’exactitude que s’il se fût agi de la base du premier triangle dans un travail de triangulation. Cela fait, les deux tableaux étant exposés dans le même jour au milieu de la salle des séances, les deux concurrents s’armèrent chacun d’une fine aiguille et marchèrent simultanément vers le tableau qui lui était dévolu. Celui des deux rivaux qui planterait son aiguille le plus près du milieu de la ligue, serait proclamé président du Weldon-Institute.

Cela va sans dire, l’opération devait se faire d’un coup, sans repères, sans tâtonnements, rien que par la sûreté du regard. Avoir le compas dans l’œil, suivant l’expression populaire, tout était là.

Uncle Prudent planta son aiguille, en même temps que Phil Evans plantait la sienne. Puis, on mesura afin de décider lequel des deux concurrents s’était le plus approché du point milieu.

Ô prodige ! Telle avait été la précision des opérateurs que les mesures ne donnèrent pas de différence appréciable. Si ce n’était pas exactement le milieu mathématique de la ligne, il n’y avait qu’un écart insensible entre les deux aiguilles et qui semblait être le même pour toutes deux.

De là, grand embarras de l’assemblée.

Heureusement, un des membres, Truk Milnor, insista pour que les mesures fussent refaites au moyen d’une règle graduée par les procédés de la machine micrométrique de M. Perreaux, qui permet de diviser le millimètre en quinze cents parties. Cette règle, donnant des quinze-centièmes de millimètre tracés avec un éclat de diamant, servit à reprendre les mesures, et, après avoir lu les divisions au moyen d’un microscope, on obtint les résultats suivants :

Uncle Prudent s’était approché du point milieu à moins de six quinze-centièmes de millimètre, Phil Evans, à moins de neuf quinze-centièmes.

Et voilà comment Phil Evans ne fut que le secrétaire du Weldon-Institute, tandis que Uncle Prudent était proclamé président du club.

Un écart de trois quinze-centièmes de millimètre, il n’en fallut pas davantage pour que Phil Evans vouât à Uncle Prudent une de ces haines qui, pour être latentes, n’en sont pas moins féroces.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les journaux de la Commune de Paris

En lisant l’excellent  ouvrage que Xavier Noël a consacré à Paschal Grousset (Les Impressions Nouvelles, 2010) et plus spécialement le chapitre consacré à son action politique pendant la Commune, je remarque que la presse parisienne a connu entre la mi-mars et la fin-mai 1871 une grande floraison de titres éphémères, bientôt balayés par la réaction versaillaise. Je me suis donc mis en quête de documents sur le sujet et voici ce que j’ai trouvé. Comme toujours, cela reste à compléter…

S’informer sur les journaux de la Commune de Paris

Un article de Wikipédia assez détaillé

Jules Lemonnyer. Les journaux de Paris pendant la Commune : revue bibliographique complète de la presse parisienne du 19 mars au 27 mai… Paris : Jules Lemonnyer, 1871. Accessible sur Gallica. Cet ouvrage donne pour chaque titre présenté le nom de ses principaux rédacteurs, le nombre de numéros et la période de parution, et, selon les titres, des détails plus ou moins nombreux sur la vie, souvent éphémère ces publications. Les titres y sont classés par ordre alphabétique.

Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple, Paris, L’Harmattan, 2005. Sur l’un des plus fameux journal communard, celui de Jules Vallès. Critique de cet ouvrage dans l’article d’Odile Krakovitch, « Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple… », Revue d’histoire du XIXe siècle , 34 | 2007, en ligne. Voir aussi sur ce même périodique l’article qui lui est consacré dans Wikipédia.

Lire les journaux de la Commune de Paris en ligne

Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24 mai 1871, lois, décrets, proclamations, rapports et informations militaires, séances de la Commune, etc., reproduits d’après le « Journal officiel » de Paris, extraits des autres journaux organes ou défenseurs de la Commune…. Paris : Garnier frères, 1872. 2 tomes accessible sur Gallica. Le titre est suffisamment parlant : il s’agit d’une anthologie d’extraits de journaux donnés dans l’ordre chronologiques.

Journal officiel de la Commune. Accessible sur Gallica et Les classiques en sciences sociales, ainsi que sur le site de l’association Smolny pour quelques numéros. Voici ce qu’il en est dit dans Wikipédia :

Cette édition va du no 79, daté du 20 mars au no 144 daté du 24 mai. Le 30 mars, au lieu du no 89, parut un no 1 du Journal officiel de la Commune de Paris, mais ce titre fut abandonné dès le lendemain pour l’ancien, et il ne fut pas repris. Ce journal avait deux éditions : une édition grand format, le matin, vendue 15 centimes, et une « Petite édition du soir », datée du lendemain, dans laquelle on trouvait l’essentiel de celui du matin. Cette édition à 5 centimes était celle que lisait le peuple de Paris. Après la Semaine Sanglante, afin que les bourgeois versaillais puissent connaître le nom de tous les Communards « officiels », un éditeur de Paris, Victor Bunel réimprima le Journal officiel. Ce fut un grand succès de librairie. Le Journal Officiel se découpe en deux parties : une « partie officielle » qui publie les décrets de la Commune, , et une partie « non officielle », beaucoup plus longue où l’on pouvait lire les Nouvelles de Paris et de la province, des « Nouvelles étrangères », des articles nécrologiques, des études d’intérêt général. Cette partie donne aussi les comptes rendus des séances officielles du Conseil de la Commune.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La presse ouvrière lyonnaise au début de la Monarchie de Juillet

En cherchant tout autre chose, je suis tombé sur ce site fort intéressant contenant des documents utiles à ceux qui s’intéressent

…. à l’histoire de la classe ouvrière, et singulièrement des canuts,

…. et à l’histoire de la presse en France, et particulièrement à Lyon :

Voir ici la présentation du projet mené par une équipe de chercheurs de l’ENS-LHS (UMR Triangle).

Il s’est achevé en 2010 avec la parution de L’Écho de la fabrique : naissance de la presse ouvrière à Lyon, 1831-1834 dont vous pouvez voir la présentation sur Le comptoir des presses d »universités, sur Fabula ou sur Non de non !

Voir aussi

  • l’article de Jacques Guilhaumou, « De « peuple » à « prolétaire(s) » : Antoine Vidal, porte-parole des ouvriers dans « L’Echo de la Fabrique » en 1831-1832″, disponible sur HAL-SHS ;
  • « L’Echo de la Fabrique: portrait de Maurice Vichard, vainqueur de la Bastille devenu prolétaire », extrait donné sur le site Révolution francaise

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Livres censurés, livres de l’Enfer

Au sujet de la censure des livres, voici quelques références. A compléter…

100 livres censurés

Paru en 2010 aux éditions du Chêne, ce livre d’Emmanuel Pierrat est ainsi présenté sur le site Le choix des libraires :

Chefs-d’oeuvre romanesques, essais de génie, théories novatrices… 100 livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie et ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index, sont ici présentés par Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure. À travers un parcours érudit et joyeux, et à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’auteur nous raconte l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place. Des nouveaux contes de La Fontaine aux révolutions des sphères célestes de Copernic, de Darwin à Hugo, en passant par Diderot et Soljénitsyne ou Nabokov, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie variée.

Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure, invite, à travers une centaine de livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie, à redécouvrir des chefs d’œuvre romanesques, des essais de génie, des théories novatrices ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index. Des Contes de La Fontaine à la Théorie des planètes de Copernic, de Darwin à Sade, en passant par Diderot et L’Archipel du Goulag ou Lolita, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie allant des livres en cage aux pages caviardées, des « unes » dénonçant le scandale aux portraits des gens de lettres stigmatisés. L’auteur nous raconte, à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place.

Voir aussi d’Emmanuel Pierrat

L’Enfer de la Bibliothèque nationale

Quelques généralités

Un billet paru dans L’Œil électronique, également disponible sur le blog  Biblio.

La bibliographie de Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Guillaume Apollinaire s’y connaît un peu en matières de livres érotiques censurés : Les Onze mille verges sont parues pour la première fois en 1907, Les Exploits d’un jeune Don Juan en 1911.

En 1913, avec Fernand Fleuret et Louis Perceau, il fait paraître au Mercure de France L’Enfer de la Bibliothèque nationale : icono-bio-bibliographie descriptive, critique et raisonnée, complète à ce jour de tous les ouvrages composant cette célèbre collection avec un index alphabétique des titres et noms d’auteurs. Cette bibliographie de 415 pages  aura une 2e édition la même année chez le même éditeur.

Léger changement de titre en 1919 pour la parution d’une nouvelle édition dans la Bibliothèque des curieux : L’Enfer de la Bibliothèque nationale : bibliographie méthodique et critique de tous les ouvrages composant cette célèbre collection, avec une préface, un index des titres et une table des auteurs. Celle-ci connaîtra 3 rééditions en fac-similé par Slatkine (1970), Martino publishing (2002) et Ressouvenances (2009).

La bibliographie de Pascal Pia (1903-1979)

Les Livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : C. Coulet et A. Faure, 1978. 2 vol., 839 p.

Les livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : Fayard, 1998. 887 p.

L’exposition « Eros au secret » (BNF, 4 décembre 2007 au 2 mars 2008)

L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret.  Bibliothèque nationale de France, 2007. 460 p.

Bibliographie disponible sur le site de la BNF.

Présentation dans les Chroniques de la BNF.

Communiqué de presse sur le site de la BNF :

Dans les années 1830, les ouvrages imprimés dits « contraires aux bonnes mœurs » publiés sous le manteau, poursuivis ou condamnés, sont séparés du reste des collections de la Bibliothèque royale et rassemblés afin de constituer une section distincte intitulée Enfer et conservée à la Réserve des livres rares. Quelques années plus tard, le cabinet des Estampes procède à l’identique.

Dès lors, l’Enfer devient un lieu mythique, objet de toutes les curiosités et de tous les fantasmes. Pour la première fois, la Bibliothèque nationale de France expose cette part obscure de ses collections et lève le voile sur l’Enfer.

A travers plus de 350 œuvres, un double parcours est offert au public. L’un explore le contenu de l’Enfer : quels sont les livres, les documents, les images que l’on a classés là ? L’autre concerne son histoire : comment l’Enfer s’est-il constitué au département des Imprimés et au département des Estampes ? Comment a-t-il évolué ?

« Avec l’Enfer, nous entrerons dans la littérature telle qu’elle n’est pas enseignée », annoncent les commissaires de l’exposition qui ajoutent : « de l’Arétin aux romans libertins du XVIIIe siècle, nous nous aventurerons dans un monde imaginaire où les personnages obéissent à toutes les fantaisies du désir ; avec Sade, nous accéderons à la volupté quand elle s’accorde avec le crime ; nous ferons entendre l’excès de la parole pamphlétaire, quand le discours politique devient pornographique. Nous nous engagerons dans le monde de l’anonymat, du pseudonyme, des fausses adresses, des dates trompeuses. Un regard sur l’édition clandestine, plus précisément aux XIXe et XXe siècles, permettra d’entrevoir ses réseaux, et ses supercheries ».

Outre Sade, plusieurs grandes figures de la littérature rythmeront l’exposition, tels Guillaume Apollinaire, à l’origine, en 1913, du premier catalogue imprimé de L’Enfer de la Bibliothèque nationale, Pierre Louÿs, Georges Bataille ou Pierre Guyotat, mais aussi quelques autres, acteurs méconnus ou à jamais anonymes de la célébration de l’érotisme et du sexe.

Une large place sera offerte aux premières manifestations de la photographie pornographique ainsi qu’aux estampes japonaises, entrées à la Bibliothèque grâce à la générosité des premiers collectionneurs occidentaux.

Pénétrer dans l’Enfer de la Bibliothèque, c’est plonger dans l’atmosphère des lieux clos, celle des couvents, des boudoirs, des bordels, des prisons mais aussi des bibliothèques.

Si la cote « Enfer » apparaît sous le règne de Louis-Philippe, elle n’est en aucune façon une création du pouvoir ou une décision du législateur mais elle relève de la seule décision de la Bibliothèque. Nous montrerons à travers des catalogues, des circulaires, des correspondances, comment l’Enfer s’est enrichi, comment, d’une cote « mal famée », on est passé à un objet reconnu par le monde de la recherche et de la bibliophilie. Pour chaque lecteur, elle demeure, encore aujourd’hui, le territoire obscur et brûlant de l’interdit et du désir.

Voir aussi sur ce thème le dossier « Erotisme et pornographie » dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 7, 2001.

Autres bibliothèques, autres enfers

Voici quelques enfers évoqués par Emmanuel Pierrat sur le site du Dilettante :

Il existe d’ailleurs un modèle mythique à ce type d’Enfer : tous les amateurs de curiosa savent que la plus impressionnante et la plus ancienne des collections de porn books est conservée à la Bibliothèque vaticane. Mais il est aussi un Enfer, dénommé Réserve spéciale, à la Bibliothèque de l’Arsenal, un Private Case à la British Library, une section réservée à Saint-Petersbourg…

Sur l’enfer de la Britih Library, voir The Private case : an annotated bibliography of the private case erotica collection in the British (museum) library, de Patrick J. Kearney parue en 1981 et complétée sur le site de l’auteur. Une présentation de cet ouvrage figure dans Studies in human sexuality: a selected guide de Suzanne G. Frayser etThomas J. Whitby.

D’autres bibliothèques que ces prestigieux établissement ont leur enfer, comme la Bibliothèque municipale de Lisieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts