Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Sur le taiji quan

Mon intérêt pour la Chine et sa culture m’a amené à m’intéresser au taiji quan ou tai chi chuan (chinois simplifié : 太极拳 ; chinois traditionnel : 太極拳 ; pinyin :  tàijíquán). Sur la question, les ouvrages sont nombreux, mais il est bien difficile d’établir une bibliographie fiable. Il faudra que je pose la question à mon professeur à Style Li Touraine(1).

En attendant, j’ai cherché dans le SUDOC, le catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur et de la recherche, où j’ai trouvé plus de 200 références. Parmi celles-ci quelques thèses, dont je retiendrai deux :

Tai Ti K’iuan : technique de longue vie, technique de combat, thèse de troisième cycle d’études Extrême-Orientales soutenue en 1974 à l’université Paris 7 par la sinologue  Catherine Despeux. Cette thèse connaîtra deux éditions éditions en 1975 et 1981. L’auteur, qui a également soutenu une thèse de doctorat intitulée Santé et longue vie dans la Chine traditionnelle a depuis publié de nombreux ouvrages sur le taoïsme, le tai-chi-chuan et le bouddhisme chan. En tant que professeur des universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), elle a été amenée à diriger plusieurs thèses dont celle présentée ci-dessous.

L’équilibre des opposés : du Taiji quan comme principe d’harmonisation, thèse de doctorat en philosophie soutenue le 14 janvier 2012 à l’ université Paris 10 par Xavier Pietrobon. C’est la seule qui soit accessible entièrement en ligne. En voici le résumé :

À partir d’une pratique bien spécifique, celle du Taiji quan, art martial chinois, l’objectif de cette étude est de repenser l’interaction psychophysique, à l’aune d’un regard à la fois phénoménologique et taoïste. Il s’agit donc de ré-interroger le déséquilibre de la hiérarchie habituelle entre corps et esprit sous un angle nouveau, celui d’une activité posant une situation de conflit, de crise, celle du combat, au sens large de l’affrontement. Dès lors, la confrontation entre la base spirituelle du Taiji quan, le taoïsme, et les acquis de la phénoménologie concernant l’interaction psychophysique, permet de repenser ce rapport en fonction d’une logique d’harmonisation, et par conséquent de manière dynamique. Art martial, le Taiji quan est en effet un art du mouvement (entre autres), et c’est précisément cette dimension, rythmée sur le modèle du couple notionnel chinois yin/yang, qui permet de développer de nouvelles modalités dans l’interaction psychophysique. L’analyse de ce qui apparaît alors comme une véritable intelligence somatique invite à poursuivre l’entreprise de réhabilitation du corps et des arts martiaux au sein de la philosophie, visant ainsi à équilibrer des opposés qui tendent finalement à se compléter, participant les uns des autres.

Et voici sa table des matières :

Introduction …………….. 7
1 Le rapport entre corps et esprit ………… 7
1.1 Chine et occident : une rencontre ……… 7
1.2 Corps et esprit : une terminologie à redéfinir …..9
1.3 Taiji quan, phénoménologie, taoïsme : des domaines culturels à
relier …………….. 11
2 Le Taiji quan …………….. . 13
2.1 Qu’est-ce que le Taiji quan ? ……….13
2.2 Interne et externe ………….16
2.3 La dimension martiale ………… . 19
3 Une méthode phénoménologique et taoïste …….. . 22
3.1 Les apparaissants de la phénoménologie ……22
3.2 Les chemins de traverse du taoïsme …….. . 25
4 Vers l’harmonie : une problématique ……….29

I Le contexte de la pratique ………… . 31

A L’univers (yuzhou 宇宙) martial ……….. .35
1 L’ère de l’espace …………… . .36
1.1 Distance …………….37
§ 1 Le shi 勢 ………….. . 37
§ 2 Mouvement et mutation ………. 40
§ 3 L’organisation spatiale ………. . 43
1.2 Centre …………….. 48
§ 1 L’axe ……………48
a – Le point originaire (das Nullpunkt) ….. 48
b – Le pivot entre l’homme et le monde …. . 52
c – Le centre originel ………. 57
§ 2 L’équilibre ………….59
a – Le centre de gravité ……… 59
b – La base …………63
c – La colonne vertébrale ……..66
§ 3 Centre et circularité ……….. . 70
2 L’aire du temps ……………  78
2.1 Lenteur …………….79
§ 1 La patience ………….79
§ 2 La quête de la précision et l’écoute de soi ….. 81
§ 3 Vers la rapidité ………… . 83
2.2 Répétition ……………. 85
§ 1 Mémorisation …………. 85
§ 2 Progression ………….88
2.3 Continuité ……………93
§ 1 Un flux absolu phénoménologique ……93
§ 2 Un temps cyclique chinois ……… . 97
a – Une temporalité contextuelle ……97
b – La loi du changement ……..99
§ 3 Le flot ininterrompu ……….. 103
a – Une dynamique de l’actualisation ….. . 103
b – Un processus de déséquilibre …… . 107
c – Vision d’ensemble et transition …… 108
2.4 Rétention et protention dans l’univers martial ….. . 112
§ 1 Action et réaction ………… 112
§ 2 Intuition et anticipation ………. . 115
2.5 Le moment opportun : le shi 時 ………. 120
§ 1 Coordination de la distance et du rythme ….. 120
§ 2 La disponibilité ………… . 122
a – S’adapter à la mutation… ……. . 122
b – … en demeurant vacant …….. 126
§ 3 L’élément de surprise ……….129
§ 4 L’instant décisif ………… . 133

B L’altérité …………..135
1 Le corps …………..136
1.1 La perception ………… . .137
1.2 Le mouvement …………..141
1.3 La chair …………….144
§ 1 Leib et Körper (corps-propre et corps-objet) ….144
§ 2 Le chiasme de la chair ……….149
1.4 Le “je peux” (Ich kann) ………… . 153
1.5 Le corps, le monde, l’autre ……….. . 157
§ 1 La perspective du monde… ……..157
§ 2 … et son “glissement figé” vers autrui …… 159
2 Les différents niveaux de l’altérité ………. . 163
2.1 Le maître ……………. . 164
§ 1 Le savoir ………….. . 164
§ 2 L’accompagnement ……….. . 167
§ 3 Mystification et élitisme ………. 170
2.2 Le partenaire …………… 174
§ 1 Progression ………….174
§ 2 Adaptation …………..176
§ 3 Confrontation …………. 178
2.3 L’adversaire …………… . 182
§ 1 Menace et mort …………182
§ 2 Réalité …………… 186
3 La communication …………..189
3.1 Apprendre “par corps” ………… . 190
§ 1 Le langage ………….. 190
a – Utilité communicationnelle ……. . 190
b – Relativité langagière ……… 192
c – Ineffabilité du savoir-faire …….196
§ 2 Sémiologie corporelle ……….201
§ 3 Le geste …………..211
§ 4 Limitations de l’imitation ………215
3.2 Sentir l’imperceptible …………219
§ 1 La dissimulation ………… 219
§ 2 Les émotions …………. . 222
§ 3 Empathie, projection de la volonté, réceptivité ouverte . . 228

II La dynamique du Taiji quan ………. 235

A. Le travail interne… …………… 239
1 Le corps selon la médecine traditionnelle chinoise ……. 240
1.1 Les différentes occurrences ……….. 241
1.2 Microcosme et macrocosme ……….. 245
1.3 Système énergétique et proprioception …….248
§ 1 L’observation …………. 248
§ 2 L’énergie dynamique ……….250
§ 3 Le corps-propre et la sensibilité proprioceptive … . 253
1.4 Perfectibilité …………… . 256
1.5 Alchimie interne (neidan 内丹) et dimension prophylactique . . 259
2 Le souffle-énergie (qi 氣) ………….. . 262
2.1 La dynamique du souffle-énergie ……… . 263
§ 1 Respiration (气) et nourriture (米) ……. . 263
§ 2 Une autre forme d’énergie ……… . 265
2.2 Circulation de l’énergie ………… . 268
§ 1 Mouvement ………….268
§ 2 Transformation …………271
2.3 Régulation des émotions ………… 275
2.4 Le jing 精 et le shen 神 ………… . 277
§ 1 Les trois trésors (san bao 三寶) …….. . 277
§ 2 Le jing 精 ………….. . 279
a – Une énergie raffinée ……… . 279
b – Une puissance créatrice …….. . 281
§ 3 Le shen 神 ………….. 284
a – Du divin au psychique …….. . 284
b – Une puissance d’organisation et de contrôle .. . 286
3 Le yi 意 et l’intentionnalité ………… . 290
3.1 L’intention, la conscience et le xin 心 …….. . 291
3.2 La pensée du mouvement ……….. . 295
§ 1 La kinesthèse …………. 295
§ 2 Visualisation, imagination et disponibilité ….297
§ 3 La continuité …………. . 302
§ 4 L’unification de l’être ……….304
3.3 L’état de vision …………..308
§ 1 Le pouvoir de manifestation de l’activité ….. . 308
§ 2 Oubli et vacuité ………… . 310
4 Le détachement ……………315
4.1 Le silence ………….. . 316
4.2 La vacuité ………….. 318
§ 1 Le vide et le plein ………. 318
§ 2 Le vide mental ……….. 321
§ 3 Le vide du corps-propre ………. 326
4.3 L’épochè et le non-agir-contre (wuwei 無為) ……329
§ 1 L’indistinction première ………. 329
§ 2 La mise entre parenthèses ……… . 333
§ 3 Suivre l’ordre naturel ……….336

B. … un paradoxe ? …………… 339
1 Le modèle animal ……………340
1.1 L’animalité ……………341
§ 1 L’instinct ………….. . 341
§ 2 La spontanéité …………346
§ 3 L’implication …………. 347
1.2 Le naturel-spontané (ziran 自然) ………350
§ 1 Les différents régimes de l’activité (tian 天 et ren 人) .350
§ 2 Une “seconde” nature ……….355
§ 3 L’enfant …………..361
§ 4 L’homme authentique (zhenren 真人) …… . 363
2 Le primat du corps ………….. . .366
2.1 Ce que peut le corps …………. 367
§ 1 Fatigue et transcendance ………. 367
§ 2 Énergie vectorisée, you 遊, shi 適 ……. . 370
§ 3 Clairvoyance (ming 明) et instinct corporel ….376
2.2 Ce que sait le corps …………. . 380
§ 1 Savoir-faire ………….380
§ 2 Évidence ………….. . 383
3 L’esprit est une entrave …………. . 387
3.1 Le cadre socio-culturel ………… . 388
§ 1 Destruction des réflexes innés …….. . 388
§ 2 Création de tensions ……….. 390
§ 3 Inhibition ………….. . 393
§ 4 Installation d’un seuil psychique …….396
3.2 Le dépassement de l’esprit par le corps …….399
§ 1 Le corps dans le processus de connaissance …. . 399
§ 2 Le volontaire et l’involontaire …….. . 402
§ 3 L’esprit au centre de l’action ……..406
4 La nécessité de l’esprit …………… 409
4.1 La base théorique ………….. 410
§ 1 Les principes …………. . 410
§ 2 La stratégie ………….413
§ 3 L’analytique contre la pratique …….. 415
4.2 Le guide …………….417
§ 1 L’énergie et l’intention ……….417
§ 2 La volonté ………….. 419
§ 3 L’état mental …………. . 422
4.3 Le développement ………….424
5 L’équilibre des opposés …………..427
5.1 Dao 道 et vide médian ………… . 428
5.2 Communication (tong 通) et harmonisation …… . 431
5.3 Un processus inchoatif ………… . 434

Conclusion ………………..441
1 Le débordement sur le quotidien ………… 441
2 Transformation du rapport au monde ……….444
3 Le commencement ……………. 447

Index rerum ………………451

Index nominum …………….459

Bibliographie …………….. 461

Note sur les caractères chinois et leur transcription ……..487

___________________

(1) Sur le style Li, justement, je n’ai pas trouvé grand chose, à part la référence ci-dessous, les styles les plus répandus étant les styles Yang et Chen :

Les secrets des styles Li et Wu de taïchi-chuan traduit du chinois et commenté par Dr Yang Jwing-Ming ; traduit de l’anglo-américain par Serge Mairet. – Noisy-sur-École : Budo éd.-[les Éd. de l’Éveil], DL 2010 (58-Clamecy : Impr. Laballery). – 1 vol. (142 p.) : ill., couv. ill. ; 24 cm. Titre intermédiaire : Tai Chi secrets of the Wu and Li styles. – Autre forme du titre : Tai Chi Secrets of the Wu et Li Styles. – Contient des textes chinois et leur trad. française. – La couv. porte en plus : “textes chinois, traductions, commentaires”. – Bibliogr. des oeuvres de Yang Jwing-Ming p. 15-18. Filmogr. p. 18-23. Glossaire.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les penseur libéraux, par Alain Laurent et Vincent Valentin

Les Penseurs libéraux, textes choisis et présentés par Alain Laurent et Vincent Valentin. Paris : Les Belles Lettres, 2012.

Je doit avouer une grande ignorance concernant l’école de pensée libérale. Aussi ai-je emprunté cet ouvrage pour tenter de combler mes nombreuses lacunes. Il est très bien fait comme vous pourrez le constater  en consultant la table des matières et notamment la liste des textes proposés auxquels je consacrerai sans doute des chroniques dans un avenir plus ou moins proche. Il s’agit vraiment d’une référence, la seule anthologie qui lui soit comparable étant celle de Pierre Manent, Les Libéraux (Hachette, 1986 ; Gallimard, réédition Tel 2001).

Quant aux auteurs, qui ne cachent pas un parti pris libéral, ils connaissent un peu le sujet pour lui avoir déjà consacré quelques livres :

Alain Laurent : philosophe, éditeur (collections « Bibliothèque classique de la liberté » et « Penseurs de la liberté » aux Belles Lettres) ; auteur de Les Grands courants du libéralisme (A. Colin, 1998), La Philosophie libérale (Belles Lettres, 2002 ; Prix de philosophie politique de l’Académie française), Le Libéralisme américain (Belles Lettres, 2006), Ayn Rand, ou la passion de l’égoïsme rationnel (Belles Lettres, 2011) ; contributeur du Dictionnaire du libéralisme (Larousse, 2012 ; dir. Mathieu Laine).

Vincent Valentin : maître de conférences en droit public à l’université de Paris-I et Sciences-Po Paris ; auteur de Les Conceptions néolibérales du droit (Economica, 2002) ; éditeur et préfacier de l’anthologie Proudhon Liberté, partout et toujours (Les Belles Lettres, 2009).

Présentation de l’ouvrage

sur le site des Belles Lettres (voir aussi ce pdf)

sur des sites libéraux comme Contrepoints et l’Institut Coppet

sur d’autres sites comme Alternatives économiquesFrance Culture, Non-fiction et Salon littéraire 

Table des matières

Avant-propos : Les penseurs libéraux dans leurs textes, par Alain Laurent et Vincent Valentin

L’idée libérale et ses interprètes, par Vincent Valentin

Anthologie, par A. Laurent et V. Valentin

1ère partie. L’émergence du libéralisme contre l’absolutisme

Chapitre 1 : Tolérance et liberté politique
1) Etienne de La Boétie, Discours sur la servitude volontaire.
2) Pierre Jurieu, Les soupirs de la France esclave.
3) John Milton, Sur la liberté de la presse
4) Pierre Bayle, Commentaire sur les paroles du Christ : contrains-les d’entrer.
5) John Locke, Lettre sur la tolérance.
6) Thomas Paine, Les droits des vivants.
7) Thomas Paine, Les droits de l’homme et le gouvernement.
8) Thomas Paine, De la société et de la civilisation.
9) Joseph Sieyès, Essai sur les privilèges.
10) H.G. de Mirabeau, Sur la liberté de la presse.
11) H.G. de Mirabeau, De l’instruction publique.
12) Paul-Louis Courier, Pétition pour des villageois que l’on empêche de danser.

Chapitre 2 : La liberté économique et les lumières françaises
13) Pierre de Boisguilbert, Qu’on laisse faire la nature
14) Pierre Samuel Dupont de Nemours, Pas de propriété sans liberté, pas de liberté sans propriété
15) François Quesnay, Unique source des richesses
16) Jacques Turgot, Eloge de M. de Gournay
17) Jacques Turgot, Théorie subjective de la valeur
18) Jacques Turgot, Apologie du système de la liberté
19) Jacques Turgot, Seuls les individus ont des droits
20) Etienne Bonnot Condillac, La liberté du commerce

Chapitre 3 : L’ Enlightment écossais.
21) Bernard de Mandeville, La fable des abeilles
22) Adam Ferguson, Produits de l’action mais non du dessein des hommes.
23) Adam Ferguson, L’intérêt est plus fort que le ministre
24) Adam Ferguson, De la division du travail
25) Davis Hume, Utilité publique et justice
26) Adam Smith, La main invisible
27) Adam Smith, L’échange et la division du travail
28) Adam Smith, L’éducation du peuple

Chapitre 4 : L’Aufklärung allemande.
29) Emmanuel Kant, L’insociable sociabilité
30) W. Humboldt, L’action de l’Etat sur le bien positif est une nuisance

Chapitre 5 : L’invention des constitutions.
31) John Locke, De l’état de nature
32) John Locke, De la propriété des choses
33) John Locke, De la société politique et du gouvernement
34) John Locke, Du pouvoir législatif
35) Montesquieu, De la séparation des pouvoirs
36) Le Fédéraliste, Les avantages d’une république fédérale
37) Le Fédéraliste, Le gouvernement représentatif
38) Le Fédéraliste, Le gouvernement républicain
39) Le Fédéraliste, La séparation des pouvoirs
40) Le Fédéraliste, Le contrôle de constitutionnalité
41) Thomas Paine, De l’origine et du but du gouvernement
42) E. Sieyès, Les droits de l’homme et du citoyen
43) Benjamin Constant, De la souveraineté du peuple
44) P. Daunou, Les garanties individuelles
45) E. Laboulaye, L’école française et l’école américaine.

2ème partie. L’affirmation du libéralisme.

Chapitre 1 : les idéologues.
46) Jean-Baptiste Say, Des débouchés
47) Jean-Baptiste Say, La société va par elle-même
48) Jean-Baptiste Say, Le gouvernement doit protéger les ouvriers
49) A. Destutt de Tracy, L’impôt nuit à la liberté
50) P. Daunou, De la sûreté des personnes
51) B. Constant, Apologie des libertés économiques
52) Ch. Dunoyer, De la lutte pour les places

Chapitre 2 : Autour du journal des économistes
53) F. Bastiat, La pétition des fabricants de chandelle
54) F. Bastiat, Justice et fraternité
55) F. Bastiat, L’Etat
56) Y. Guyot, L’absinthe et lé délire persécuteur
57) Y. Guyot, L’ouvrier, le patron, le consommateur
58) G. de Molinari, Contre l’intervention de l’Etat
59) G. de Molinari, Les bourses du travail

Chapitre 3 : Le libéralisme politique français
60) F. Guizot, Le gouvernement des supériorités
61) B. Constant, De la liberté des anciens comparée à celle des modernes
62) B. Constant, La loi ne dépend pas du ciel
63) A. de Tocqueville, Centralisation et nouveau despotisme
64) A. de Tocqueville, Le socialisme… où l’individu n’est rien
65) E. Laboulaye, Qu’est-ce que le parti libéral ?
66) E. Faguet, La liberté est nécessaire à l’Etat.

Chapitre 4 : le libéralisme anglais, utilitarisme et radicalisme
67) D. Ricardo, Théorie des avantages comparatifs
68) R. Cobden, Contre le protectionnisme
69) R. Cobden, Contre la législation du travail
70) J. Bentham, Les principes de législation
71) J. Bentham, Liberté de concurrence
72) J-S Mill, Laisser chaque homme vivre comme bon lui semble
73) J-S Mill, Le laissez faire comme règle générale
74) J-S Mill, Le gouvernement doit stimuler les individus
75) H. Spencer, Le recul du vrai libéralisme
76) H. Spencer, La législation doit garantir la liberté et la propriété

Chapitre 5 : la veine anarchiste
77) H.D. Thoreau, La désobéissance civile
78) L. Spooner, La démocratie sans légitimité
79) L. Spooner, L’État bandit
80) G. de Molinari, De la production de la sécurité
81) P-J Proudhon, Apologie de la propriété

3ème partie : Le renouveau du libéralisme

Chapitre 1 : le libéralisme critique
82) V. Pareto, Le péril socialiste
83) V. Pareto, L’utopie libérale
84) B. Croce, Libérisme et libéralisme
85) P. Gobetti, Plaidoyer pour un libéralisme prolétarien
86) F. Oppenheimer, Les moyens politiques et les moyens économiques
87) F. Oppenheimer, La doctrine du socialisme libéral
88) W. Röpke, Le programme de l’ordo-libéralisme
89) W. Lippman, La débâcle du libéralisme
90) W. Lippman, L’agenda du libéralisme
91) R. Aron, La critique libérale individualiste
92) R. Aron, L’obsession de l’égalité
93) J. Rueff, L’ordre libéral
94) J. Rueff, Regards sur le libéralisme moderne

Chapitre 2 : la défense de la société ouverte
95) K. Popper, La société ouverte
96) I. Berlin, Les deux conceptions de la liberté
97) J-F Revel, L’imposture de l’antilibéralisme
98) M. Vargas Llosa, L’exception culturelle

Chapitre 3 : Liberté et marché
99) Ludwig von Mises, Le calcul économique en régime collectiviste
100) Ludwig von Mises, Le darwinisme
101) Friedrich von Hayek, Ni socialisme, ni laisser-faire
102) Friedrich von Hayek, Le concept d’ordre spontané
103) Friedrich von Hayek, Le jeu de la catallaxie
104) Friedrich von Hayek, La concurrence imparfaite
105) Friedrich von Hayek, La justice sociale
106) Milton Friedman, La doctrine d’un home libre
107) Milton Friedman, Le contrôle de la monnaie
108) Milton Friedman, L’aide aux faibles

Chapitre 4 : Le courant libertarien
109) Ayn Rand, Les droits de l’homme
110) Robert Nozick, L’impôt comme travail forcé
111) Murray Rothbard, La société libertarienne
112) Murray Rothbard, Les droits de l’homme comme droit de propriété
113) David Friedman, La police et le droit produit par le marché

Généalogie d’un mot : « Libéralisme », par A. Laurent

Dictionnaire des libéraux, par A. Laurent

Chemins de traverse, par A. Laurent et V. Valentin (thématiques libérales revisitées)

Bibliographie

Dernière mise à jour : 12 mars 2018.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les curiosités théologiques et religieuses de Gustave Brunet

La fréquentation des bibliographes du XIXe siècle est pleine de surprises agréables. Prenez par exemple la liste des ouvrages de Pierre Gustave Brunet. Nous l’avons déjà rencontré plusieurs fois, pour des ouvrages sur les apocryphes, les fous littéraires, les supercheries littéraires… Histoire, littérature et bibliophilie ont occupé sa longue carrière qui  va de La Papesse Jeanne. Étude historique et littéraire (1832)  aux suppléments apportés à deux références incontournable pour le bibliophile et l’historien du livre : le Manuel du libraire et de l’amateur de livres (t.7 et 8, 1878-1880) de son homonyme, Jacques Charles Brunet, et les Supercheries littéraires dévoilées et au Dictionnaire des ouvrages anonymes de J. M. Quérard et A. E. Barbier (1889). Sur plus de cinquante ans, nombreux sont les livres publiés seul ou en collaboration, sous son nom ou sous le  pseudonyme de Philomneste Junior.

Il semble avoir eu quelque intérêt pour la religion puisque, outre sa Papesse Jeanne et ses deux publications sur les apocryphes, il a également participé à un ouvrage intitulé Les livres sacrés de toutes les religions sauf la Bible publié par l’abbé Migne (1865-1866 , Gallica). Avant cela il avait publié des Curiosités théologiques, par un bibliophile (1861, Archive.org et Google). Ce dernier ouvrage a fait l’objet d’une réédition en 2010 chez Kessinger Publishing. Il se divisent en trois parties : la première concerne le judaïsme et le christianisme ; la deuxième les opinions étrangères au christianisme ; la troisième divers ouvrages singuliers relatifs à la religion dont une table est dressée à la fin de l’ouvrage.  En voici quelques extraits.

La taille d’Adam était d’abord si gigantesque que sa tête touchait le ciel. Les anges , étonnés, murmurèrent et dirent qu’il y avait deux êtres souverains, l’un au ciel, l’autre sur la terre. Alors le Seigneur mit la main sur la tête d’Adam qui se trouva réduit à une stature de mille coudées. Adam avait d’ailleurs été créé double et hermaphrodite.

[…]

Les Orientaux et les rabbins ont avancé bien des contes au sujet du serpent; on a prétendu qu’avant son crime il avait quatre pieds, qu’il était ailé et d’une beauté admirable. Les artistes lui ont souvent donné une tête humaine lorsqu’ils l’ont représenté dans le paradis terrestre; c’est ainsi que l’a dépeint au Vatican le pinceau de Raphaël. Pierre Comestor affirme qu’il marchait debout comme l’homme; Bède dit qu’il avait le visage d’une jeune fille (virgineum habens vultum). Il se montra à Adam sous la forme d’un paon et à Eve sous celle du serpent, à ce que prétendent des écrivains musulmans qui ajoutent qu’expulsé du paradis, il fut relégué à Confish , ville de l’Euphrate; d’autres_ disent qu’il eut pour lieu d’exil le désert de la Haute-Egypte, et un voyageur qui n’est pas toujours digne de foi, Paul Lucas, prétend l’y avoir rencontré.

[…]

L’histoire d’Abraham a de même été surchargée de détails apocryphes. Le roi de Babylone, Nemrod,voulut le faire brûler vif; le bûcher dans lequel le patriarche fut jeté occupait une place immense. Pendant plusieurs années, la population de Babylone et des contrées voisines avait été occupée à apporter du bois; lorsqn’on y eut mis le feu, il devint impossible d’en approcher de plusieurs lieues à la ronde. Ce fut le diable, instigateur principal de cette scène, qui, se montrant tout à coup déguisé, offrit de fabriquer une machine avec laquelle on lancerait de loin Abraham. La machine ayant été construite, on jeta le patriarche au milieu du braser; mais de si grands préparatifs ne tournèrent qu’à la confusion du démon et de ceux qu’il faisait agir. Non seulement le feu perdit de sa vertu, mais Dieu suscita une source d’eau fraîche, qui donna à Abraham des forces nouvelles; on ajoute même que le brasier se convertit en un jardin de roses. Voir Kessaï, Histoire des Patriarches, manuscrit arabe de la Bibliothèque impériale, et le Koran, chap. XX, V. 68.

[…]

Quelques docteurs musulmans ajoutent que divers animaux auront le privilége d’être admis dans le paradis; ce sont le bélier d’Abraham, le mouton d’Ismaël, la vache de Moïse, le poisson de Jonas, la fourmi et la huppe (1) qui figurent dans l’histoire fabuleuse de Salomon, et le chien des Sept-Dormants (2).

(1) La huppe joue un grand rôle dans les récits dont les Orientaux ont surchargé l’histoire de Salomon ; le monarque hébreu avait choisi cet oiseau pour son compagnon inséparable, parce que son regard traverse la terre comme si elle était un morceau de cristal. La huppe pouvait aussi, toutes les fois que le roi était en voyage, indiquer les sources qui fourniraient l’eau nécessaire a la boisson et aux ablutions prescrites par la loi. La reine des fourmis eut de son côté avec Salomon des conférences sur des questions de religion et de morale. Voir G. Weil, Biblischc legenden der Muselmänner, 1815, et le Dictionnaire des livres apocryphes, t. lI, col. 851, faisant partie de l’Encyclopédie théologique publiée par Pabbé Migne.

(2) On donne habituellement le nom des Sept Dormants a sept chrétiens du troisième siècle lesquels furent mis à mort pour la foi chrétienne. Cet événement arriva a Ephèse, et l’Église en célèbre encore la fète le 27 juillet. Plus dc deux siècles après, vers l’an 479 de notre ère, leurs corps ayant été trouvés dans une caverne où ils avaientété enfermés, on les en retira, et on les exposa a la vénération des fidèles. La légende, en parlant de leur mort, avait dit, suivant la locution ordinaire, qu’ils s’étaient endormis dans le Seigneur. Le vulgaire prit occasion de là pour dire que ces martyrs n’étaient pas morts, qu‘ils s’étaient cachés dans la caverne, et qu’ils se réveillèrent enfin après deux siècles, au grand étonnement des spectateurs. On montre encore à Ephèse le lieu où ce prétendu miracle eut lieu. Un chien avait accompagné les martyrs dans leur retraite; il partagea la célébrité de ses maîtres, et on supposa qu’il était resté pendant tout ce temps sans boire ni manger, pour garder leurs personnes. Ce récit est regardé comme parfaitement authentique parmi les musulmans tout comme parmi les chrétiens orientaux. En Perse, on célèbre tous les ans la fête des Sept-Dormants, et pour récompenser le chien de son zèle on lui a confié le soin de veiller sur les lettres et les correspondances, et on écrit son nom : Kitmir, sur les dépêches. llahomet a parlé des Sept-Dormants, qu’il appelle les gens de la caverne, ce qui a fait donner a la sourate XVlll du Coran le titre de sourate de la Caverne. Leurs noms, considérés comme des talismans, sont gravés sur des pierres grecques et arabes; trois d’entre elles sont reproduites dans l’ouvrage de M. Charton : Voyageurs anciens et modernes, t. II, p, 76. Voir la Légende dorée, les Acta sanctorum, t. Vl de juillet,p. 375; la Dissertatio de sanctis Septem Dormientibus, Romæ, 1741, etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La parabole des aveugles

C’est en parcourant un article de  Jean Avalon paru dans la revue  AEsculape en 1937(1) que m’est venu l’envie de faire une petite chronique sur ce thème.

Je pense que la plupart d’entre vous ont eu l’occasion de voir cette peinture de Pieter Brueghel l’Ancien (ci-dessus) inspirée de passages des évangiles de Matthieu(2)et de Luc(3). Si l’original est conservé au Musée Capodimonte de Naples, il en existe une bonne copie, parfois attribuée à Pieter Brueghel le Jeune au musée du Louvre.

Cependant cette parabole à fait l’objet d’autres illustrations. D’abord par Pieter Brueghel l’Ancien lui-même dont un dessin reproduit par le graveur Pieter van der Heyden et intitulé Deux aveugles qui se conduisent l’un l’autre tombent dans un fossé (ci-contre), il s’intègre à une Suite de douze Proverbes flamands gravée vers 1568(4) (5) dont une série incomplète est conservée à l’université de Liège. Cette scène où apparaissent seulement deux personnages est plus proche des passages évangéliques où Jésus ne parle que de deux aveugles. Déjà présente chez Jérôme Bosch (ci-dessous à gauche), elle sera reprise par Pieter Brueghel le Jeune (ci-dessous à droite). Cependant, le thème a déjà été traité de  manière allusive par Holbein dès 1538(6) et  vers 1545, Corneille Metsys a déjà représenté cette parabole, avec quatre aveugles cette fois (je remercie Marcel Martin  de me l’avoir signalé – mise à jour du 7 juillet 2015).

 

D’autres artistes ont abordé ce sujet. Certains, comme Martin van Cleve (ci-dessus) ou Sebastiaen Vrancx (ci-contre), mettent en scène une troupe d’aveugles allant vers sa chute sur le modèle du célèbre tableau. Plus près de nous, Fmurr s’en souvient en ouverture de la bande-dessinée Les aveugles (ci-dessous). Ajoutons qu’il existe à Bruxelles une fontaine des aveugles où un groupe sculpté s’inspire de ce même tableau.

D’autres se limitent à deux aveugles seulement, comme dans la Suite de douze Proverbes flamand. Dans le Recueil des plus illustres proverbes paru en 1663, Jacques Lagniet s’écarte du thème de la chute dans laquelle un aveugle entraîne un autre aveugle pour s’attacher au sort des gueux avec une estampe intitulé C’est pitié quand un aveugle se laisse mener par un autre (ci-dessous).

Est-ce tout sur le sujet ? Oui, pour l’instant. Du moins pour la parabole inspirée des évangiles, car il en existe une autre, semble-t-il plus ancienne, puisqu’une de ses versions a pour protagoniste le Bouddha. Elle est répandue en Orient et a été introduite en Occident au milieu du XIXe siècle par John Godfrey Saxe dans un de ses poèmes. Elle met en scène des aveugles et un éléphant : les premier ignorent ce qu’est  cet animal et doivent dire ce qu’il est au roi qui les a convoqué. Mais chacun n’en saisissant qu’une partie de la bête ne peut en avoir qu’une compréhension partielle.

Le texte de cette parabole varie selon les versions bouddhique, jaïne, soufie… Quant à sa signification, elle n’est pas nécessairement celle que nous pourrions imaginer depuis notre début de XXIe siècle pour qui la leçon, ou plutôt la double leçon, serait la suivante : éviter d’identifier son propre point de vue et accepter que chacun ne détient qu’une une partie de la vérité doit nous amener à rechercher ensemble cette vérité par un travail collectif mettant en commun la part de chacun. Si cela entre bien en concordance avec le refus des sectarismes et de l’intolérance prôné aujourd’hui, cela n’en est pas moins une leçon biaisée, tout au moins en ce qui concerne la version bouddhique de la parabole(7), car jamais il n’y est dit que le Bouddha n’a qu’un point de vue partiel, pas plus que le roi qui met les aveugles à l’épreuve n’ignore ce qu’est un éléphant. En fait, le sutra laisse entendre que, alors le Bouddha a une vision de la globalité, les autres écoles ne l’ont pas(8).

De nombreuses illustrations de cette parabole sont accessibles sur internet. Je crois bien que celle que je préfère est celle réalisée par Hokusai (ci-dessous) où les aveugles apparaissent comme ridiculement minuscules auprès du pachyderme(9).____________________________________

(1)  Jean Avalon. « La parabole des aveugles », AEsculape, 27e année, 1937, p.136-143.

(2)   Matthieu 15,14  (version Louis Segond) :

Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.

(3)  Luc 6,39 (version Louis Second) :

Il leur dit aussi cette parabole : Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous deux dans une fosse ?

(4)  Sur les gravures de Brueghel l’Ancien, voir les deux ouvrages suivants et l’index des estampes de Brueghel l’Ancien existant dans Wikipedia.

Louis Lebeer. Les Estampes de Pierre Bruegel l’Ancien. 1991

René Van Bastelaer: Les Estampes de Peter Bruegel l’ancien. Bruxelles, Van Oest, 1908. Compte rendu de l’ouvrage par Amédée Boinet dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1909, vol.  70, p. 581-583, disponible sur Persée.

(5)  Il existe aussi Douze proverbes flamands peints par Brueghel sur des panneaux de bois conservés au Musée Mayer van den Bergh de la ville d’Anvers.

Le thème des proverbes est si cher à Brueghel qu’il lui a aussi consacré en 1559 une grande huile sur bois représentant plus de cent proverbes et dictons que vous pouvez voir à Berlin.

D’autres peintures de Brueghel ou de son fils existent et peuvent repérées ici et .

(6)  Dans Les simulacres de la Mort, Holbein avait représenté la mort empoignant le bâton d’un aveugle. Voir la chronique sur les danses macabres.

(7)  Par contre, cela correspond parfaitement à la doctrine jaïne de l’anekāntavāda qui se réfère aux principes de pluralisme et de la multiplicité des points de vue, l’idée que la « vérité » ou la « réalité » est perçues différemment selon les personnes. La version jaïne de la parabole s’y réfère explicitement. C’est elle dont se serait inspiré John Godfrey Saxe pour son poème.

(8)  Je résume ici la substance d’un billet de Furanku sur le site Espérer isshoni, article où vous trouverez le texte complet de ce sutra.

(9)  Sur l’éléphant dans la gravure japonaise, voir The Pachyderm in the Room – Kuniyoshi’s Elephant, un article du site Toshidama Japanese Prints.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Démontages en règle (3) Voltaire contre l’auteur du livre des Trois Imposteurs

Dans quelques temps, je vous présenterai une chronique sur l’athéisme et notamment certains de ses textes fondateurs. S’y trouveront nécessairement le Testament du curé Meslier et le Traité des trois imposteurs. Voltaire connaît bien ces deux textes et particulièrement le premier pour en avoir réalisé en 1762 une édition d’extraits soigneusement choisis, où l’athéisme radical du curé d’Étrépigny est édulcoré en un déisme prudent. Continuer la lecture de Démontages en règle (3) Voltaire contre l’auteur du livre des Trois Imposteurs

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Plagiaires et plagiés (3) Blaise Pascal

Ce que Pascal doit à Montaigne(1) est bien connu des spécialistes et mêmes des lycéens invités à se pencher sur les citations de l’un ou de l’autre dans le cadre de dissertation de français ou de philosophie. Ainsi le fameux « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà » de l’auteur des Pensées peut-il être rapprocher d’une phrase similaire extraites des Essais : « Quelle vérité que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au-delà ».

Charles Nodier s’est livré à ce jeu des rapprochements dans ses Questions de littérature légale: du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres. En 1922, près d’un siècle plus tard, Georges Maurevert s’y essaie aussi dans Le livre des plagiats qui comporte notamment un chapitre intitulé « Montaigne et Pascal ou comment on pille jusqu’aux dieux » (p. 42-48). Cela nous vaut un intéressant développement sur une autre formule bien connue définissant aussi bien Dieu que l’univers infini : « C’est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. »(2)

    Pascal connaît tellement son Montaigne qu’ il en copie même… Mlle de Gournay !… Il existe dans les Pensées une comparaison devant laquelle depuis deux cents ans s’extasie la critique. Pascal, parlant de ce monde visible qui n’est qu’ « un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature », ajoute, sans aucune référence :

    « C’est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. » — (Edit. Brunschwig, Section II, 72.)

    Dans sa Préface, publiée pour la première fois en 1595, Mlle de Gournay avait tout honnêtement écrit :

    « Où toutes choses sont plus immenses et plus incroyables, là sont Dieu et ses faicts plus certainement : Trismégiste à costé de ce propos, appelant la déité : cercle dont le centre est partout, et la circonférence nulle part. »

    Plus que certainement, Mlle de Gournay — ou Montaigne — avait découvert cette comparaison dans Rabelais, qui s’en sert deux fois dans son Pantagruel, aux chapitres treizième et quarantehuitième.(3)

    Voici la première citation :

    « De là (notre âme) reçoit participation insigne de sa prime et divine origine; et, en contemplation de ceste infinie et intellectuelle sphère, le centre de laquelle est en chascun lieu de l’univers, la circonférence point (c’est Dieu, selon la doctrine de Hermès Trismegistus). »

 Et Maurevert d’ajouter:

     On peut penser avec d’autres sagaces commentateurs de Rabelais, MM. Rathery et Burgaud des Marets, que Rabelais aurait pris cette image dans les oeuvres de Jean Gerson, l’auteur présumé de l’lmitation de Jésus-Christ, qui l’aurait trouvée lui-même dans une méditation de saint Bonaventure, lequel l’aurait cueillie tout bonnement dans le Spéculum naturale de son contemporain Vincent de Beauvais!…

    Quoi qu’il en soit, cette définition était loin d’être inconnue au Moyen Age, puisqu’on en rencontre l’application jusque dans le Roman de la Rose.

    Enfin, on la rencontrerait dans Timée de Locres, philosophe néo-platonicien du IVe siècle avant Jésus-Christ, qui la tenait lui-même d’Empédocle […](4)

Quelle est la différence entre plagiat et tradition ?

__________

Ajouts des 17, 26 et 28 septembre 2013 :

Sur l’histoire intellectuelle de la sphère infinie

la page qui lui est consacrée sur le site Pensées de Pascal

ce qui concerne le mystique rhénan Maître Eckhart sur le site Museum Hermeticum

sur Alain de Lille et la sphère intelligible :

Alain de Lille. Règles de théologie. Sermon sur la sphère intelligible / Françoise Hudry, introd. trad. Paris, Cerf, 1995

Anca Vasiliu. L’économie de l’image dans la sphère intelligible (sur un sermon d’Alain de Lille), Cahiers de civilisation médiévale, (1998) vol.  41 n° 163,  p. 257-279

ma chronique sur le Livre des XXIV philosophes

______________________________

(1)  C’est là le sous-titre d’un article de Bernard Séve paru en 1980 dans le n° 55  de Littérature intitulé Pascal a-t-il écrit les Pensées ?. Rappelons que dans son De l’Esprit géométrique et de l’art de persuader Pascal dit son admiration pour « l’incomparable auteur de l’Art de conférer ». Cependant ses sentiments à son égard sont partagés comme il l’expose dans ses Pensées : « Ce que Montaigne a de bon ne peut être acquis que difficilement. Ce qu’il a de mauvais, j’entends hors les mœurs, peut être corrigé en un moment, si on l’eût averti qu’il faisait trop d’histoires, et qu’il parlait trop de soi.» Par ailleurs, il lui reproche aussi son pyrrhonisme (comprenez son scepticisme) notamment dans l’Entretien de M. Pascal et de M. de Sacy, sur la lecture d’Epictète et de Montaigne. Pour aller plus loin, voir aussi les deux références suivantes : 

Bernard Croquette. Pascal et Montaigne, étude des réminiscences des «Essais» dans l’œuvre de Pascal.  Genève : Droz, 1974.  Thèse univ. Paris IV. Lettres. 1973. Soutenue sous le titre: Répertoire analytique des reminiscences de Montaigne dans l’œuvre de Pascal. Contient un choix de textes de Montaigne et de Pascal.

Laurent Thirouin. « Pascal et “l’art de conférer” » , Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1988, vol. 40 n° 1, p. 199-218.

(2)  Voir aussi cette note de Léon Brunschwig, dans son édition des Pensées :

Havet a fait l’histoire de cette célèbre comparaison, il l’a retrouvée dans des recueils du moyen âge où elle est attribuée à Empédocle, et quelquefois aussi à Hermès Trismégiste. En tout cas Pascal avait lu la Préface de Mlle de Gournay aux Essais de Montaigne : « Trismégiste, y est-il dit, appelle la Déité cercle dont le centre est partout, la circonférence nulle part. » Cf. Giordano Bruno : « L’univers n’est que centre, ou plutôt son centre est partout. Sa circonférence n’est nulle part. » De la Causa, Principio et Uno (4 e dialogue) apud Bartholmess, Jordano Bruno, t. II, p. i45. — Dans l’ouvrage de M. Couturat sur l’Infini mathématique, 1896 (p. 299), se trouve un rapprochement fort intéressant entre la formule de Pascal et les notions infinitistes de la géométrie projective : « Le centre du plan est partout, car l’origine est un point quelconque pris à volonté dans le fini du plan ; la circonférence du plan n’est nulle part, car si on l’imagine dans le fini, on suppose le plan limité, ce qui est contraire à son idée ; et si on la conçoit rejetée à l’infini, ce n’est plus une cir conférence ; c’est une droite ou un point. » 

(3)   Références fautives : en fait Tiers livre, chapitre 13 et Cinquième livre, chapitre 47 cf.message de Claude Courouve et ma réponse.

(4) Comme le précise Yann Moal ci-dessous, Timée de Locres est un philosophe pythagoricien et non néo-platonicien…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Démontages en règle et autres vacheries

Je vais entreprendre la constitution d’une collection de textes d’éreintage et de démolition d’auteurs de textes philosophiques ou littéraires par un de leurs confrères. Je vous ai déjà cité, voici quelques mois un court opuscule de Joseph de Maistre contre Jean-Jacques Rousseau. Je viens de vous présenter ce soir un article de Trotsky contre Nietzsche. D’autres suivront plus ou moins régilèrement, tant la matière semble riche. Voir par exemple les vacheries d’écrivains collectées sur le site L’ombre du regard ou des ouvrages comme Une histoire des haines d’écrivains de Chateaubriand à Proust par Etienne Kern et Anne Boquel (Flammarion,2010) ou Ta gueule Bukowski! Dictionnaire des injures littéraires par Pierre Chalmin (L’Editeur, 2010).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Démontages en règle (1) Trotsky contre Nietzsche

Ecrit par le futur fondateur de la IVe Internationale alors qu’il n’avait que 21 ans, l’article suivant a d’abord paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l’Orient) d’Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900. Repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l’ancien monde), il est accessible dans la section française de Marxists International Archive où je l’ai récupéré lorsque j’ai constitué ma webographie sur le(s) marxisme(s). C’est une véritable démolition de l’auteur récemment décédé d’Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme. Continuer la lecture de Démontages en règle (1) Trotsky contre Nietzsche

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marxisme(s) : petite webographie

Ayant présenté voici maintenant un certain temps des webographies consacrées à l’anarchisme ou au situationnisme et une courte chronique sur le socialisme utopique, je devais bien un jour vous en présenter une sur le marxisme ou plutôt les marxismes tant l’œuvre  de Karl Marx a inspiré de courants différents comme cela apparaît sur le Portail Marxisme de Wikipedia.

Continuer la lecture de Marxisme(s) : petite webographie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts