Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Les traductions anglaises des Rubaiyat

(Dernière mise à jour :  7 mars 2018)

J’ai commis en décembre 2010 une chronique sur les traductions françaises des Rubaiyat d’Omar Khayyam. Je vous propose ici son équivalent sur les traductions anglaises.

Tout comme la précédente, cette chronique vise essentiellement à faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Il s’agit ici encore d’une bibliographie commentée plus que d’une étude.

Pour établir cette liste, j’ai utilisé notamment les sources ci-dessous :

Jos Coumans. The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliographyAmsterdam University Press, 2011. 249 pages. Partiellement consultable sur Google livres. Voir la chronique que je lui ai consacrée.

M. Bayate-Mokhtari,Omar Khayyam et ses traducteurs français et anglais”, extr. de : Iran moderne  actes du XXIXe Congrès  international des Orientalistes, Paris, juillet 1973. Paris : l’Asiathèque, 1976. p. 4-6. Je n’ai pas pu encore consulter cet article.

Un catalogue de la libraire Maggs Bros sur la littérature anglaise du XIXe et du XXe siècle, p. 267 et  p. 406 et suiv. 

The Online Books Page

Le site de la librairie Stillman books.

 La bibliographie de Karim Hayati Ashtiani pour sa thèse, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, soutenue en 2004 à l’université de Lyon 2.

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

L’article Rubaiyat of Omar Khayyam de Wikipedia.

Le site The rubaiyat

Le site Books and writers

Bob Forrest propose plusieurs articles concernant les Rubaiyat sur son site. Il collabore aussi à Omar Khayyam Nederland.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits. Sur les manuscrits utilisés pour les traductions et qui sont parfois indiqués, voir mon billet sur le sujet.

Comme d’habitude, cette chronique  fera l’objet de rectifications en fonction des informations récoltées. Alors, si vous en avez…

Bibliographie chronologique des traductions anglaises des rubaiyat de Khayyam

 

1859 – Edward FitzGerald (1809-1883)

Entre 1859 et sa mort en 1883, Edward FitzGerald a publié quatre éditions de ses Rubaiyat of Omar Khayyam, the Astronomer-Poet of Persia. D’autres suivront.

  • La 1ère édition (1859) contient 75 “stanza” ; elle disponible sur le site de la Bodleian
  • La 2e (1868) comporte 110 quatrains.
  • Les trois suivantes (1872, 1879 et 1889) ont 101 quatrains.
  • Une tables de correspondance existe, disponible sur Archive.org ou sur Kellscraft.

Malgré les libertés prises par le poète-traducteur, cette traduction est sans doute la plus répandue dans le monde anglo-saxon. C’est la traduction de référence, la première parue en Occident, celle dont tous les traducteurs postérieurs devront se démarquer. De plus, une bonne partie des traductions en français (Grolleau, Henry, Delpeuch, Carpentier, Arousseau, Le Dantec, Bernard) sont des traductions de la traduction de FitzGerald.

De nombreuses éditions sont disponibles sur Archive.org, sur sur Kellscraft. Vous trouverez également sur ce dernier site une bibliographie des cinq premières éditions. L’édition de 1869 a fait l’objet d’une édition pirate en 50 exemplaires à Madras en 1862. La première édition américaine (Columbus, 1870) suit celle de 1868. Pour plus de détail sur les premières éditions de la traduction de FitzGerald dans le monde anglo-saxon, voir l’ouvrage de Jos Coumans, The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliography, p.19. Voir aussi le site The Rubaiyat, l’édition en ligne réalisée par Jim Manis et le site de l’université Fordham.

1882 – Edward Heny Whinfield (1836-1922)

The quatrains of Omar Khayyam. Londes : Trübner and Co, 1882

253 quatrains. Le traducteur a utilisé l’édition de J.B. Nicolas (1867), l’édition de Lucknov (1878), le manuscrit de la Bodleian Library (nr. 140), et deux petites collections de quatrains.

Dès 1883, il publie une édition bilingue comportant 500  quatrains et utilisant 8 collections. En 1893 parait une sélection de 267 quatrains extraits de cette dernière édition, cette fois seulement en anglais. Cinq quatrains figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát parue en 1906.

Ces différentes éditions sont disponibles sur Archive.org. Le texte est en ligne sur le site de l’université Fordham et sur The Rubaiyat

1885 – Whitley Stokes (1830-1909)

Publie 18 quatrains dans Academy, 17 janvier 1885, n° 663.

Auparavant, 15 quatrains avaient été inclus dans l’édition de Madras de la traduction de FitzGerald (1862) sous le titre “Some more of Omar’s quatrains”. Ils ont été repris en 1836 dans une édition miniature  par The Lilliputian Press, Monroe (USA). 10 de ces quatrains ont été inclus dans The Dublin book of Irish verse (London, 1909). Deux  quatrains figurent dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

Disponibles sur le site Omar Khayyam Nederland.

1888- John Leslie Garner

The Strophes of Omar Khayyám. Milwaukee, the Corbitt and Skidmoore Co, 1888. In-16, XII-76 p.

Disponible sur Archive.org.

1889 – Justin Huntly McCarthy (1859-1936) 

Rubaiyat. London, 1989.

Fait paraître en 1898 des Quatrains of Omar Khayyam, in english prose.

1893 – Edward Henry Whinfield

The quatrains of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1893.

1898 – John Payne

The Quatrains of Omar Kheyyam of Nishapour. 1898

1898 – Edward Heron-Allen (1861-1943)

The Rubaiyat of Omar Khayyam, a facsimile of the ms in the Bodleian Library. Londres, Nichols, 1898.

Nouvelle édition : Londres, Quaritch, 1899.

1899 – Jessie E. Nash (1844-1884), alias H.M. Cadell

The Ruba’yat of Omar Khayam. London / New-York, John Lane, 1998.

Avec une introduction de Richard Garnett.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1899 – Elisabet Alden Curtis

One hundred quatrains from the Rubáiyát of Omar Khayyám. New York, Brothers of the Book, 1899. 72 pp.

Traduction en vers anglais. Introduction de Richard Burton.

Disponible sur Hathi Trust Digital Library.

1901 – E. A. Johnson

La traduction anonyme des rubaiyat parue dans Flowers from Persian Poets (1901) lui est attribuée.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1903 – Frederick William Rolfe (1860 – 1913), alias Frederick Baron Corvo

The Rubaiyat, of Umar khaiyam done into english from the French of Jean Baptiste Nicolas. London, New York, J. Lane, 1903.

Bilingue anglais-français. Introduction de Nathan Haskell Dole.

Disponible sur Archive.org.

1904 – L’anthologie The lover’s Rubáiyát éditée par Jessie Belle Rittenhouse (1869-1948)

The lover’s Rubáiyát. Boston : Small, Maynard & Co., 1906.

Réédité en 1906. Regroupe 64 quatrains traduits par divers auteurs (dont 17 par FitzGerald), certains n’ayant pas réalisé auparavant ou par la suite leur propre recueil des rubaiyat (du moins n’en ai-je pas encore trouvé…) : 

Edwin Kendall Cutter

Richard Le Gallienne (1866-1947)

Henry George Keene (1825-1915)

Frederick York Powell (1850-1904)

E. A. Johnson

Disponible sur Archive.org.

1907 – E. F. Thompson, Worcester

E. Fitzgerald ’s Ruba‘iyyat of Omar Khayyam, avec un texte persan et une traduction en prose et vers. Mass., 1907.

1913 – Edward Armstrong Johnson

The Rubaiyat of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1913.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1924 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936)

Omar Khayyam in his Rubaiyat : with a true history, life and biography of the Persian poet, astronomer and statesman.  Los Angeles : Mazdaznan Press, 1924.

Traduit en français en 1959.

1927 – Arthur Emanuel Christensen (1875-1945)

Critical Studies in the Ruba-iyat of Umar-i-Khayyam. Copenhague, A. F. Höst och sön, 1927.

Etude de leur authenticité, texte et traduction anglaise. Il n’est pas précisé si la traduction anglaise a été faite à partir :

du texte original en danois : Omar Khajjams Rubaijat : en litteraerhistorisk undersogelse (Copenhague,1903)

de la traduction française : Recherches sur les Rubaiyat de ‘Omar Ḫayyām, par Arthur Christensen, docteur ès lettres de l’Université de Copenhague (Heidelberg : C. Winter, 1905.)

1949 – Arthur John Arberry

The Ruba’iyat of Omar Khayyam, édité d’après un manuscrit nouvellement découvert, daté de 658 (1259-60 de l’ère chrétienne), avec des versions anglaises comparées de Edward Fitzgerald, de Edward Henry Whinfield et de l’éditeur. Londres, Emery Walker, 1949. In-8°.

1967 – Omar Ali Shah (1922-2005)  et Robert Graves

Intéressante pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153. L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise. 

Cependant, il existe quelques doutes sur l’authenticité du manuscrit utilisé, comme le rappel Wikipedia :

The authors claimed it was based on a twelfth-century manuscript located in Afghanistan, where it was allegedly utilized as a Sufi teaching document. But the manuscript was never produced, and British experts in Persian literature were easily able to prove that the translation was in fact based on Edward Heron Allen’s analysis of possible sources for FitzGerald’s work.

A été traduite en français en 2005.

1979 – Peter Avery and John Heath-Stubbs

1988 – Karim Emami

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, “L’araignée du Prophète” (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme “forgés ou faibles”, en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans une vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: “Pourquoi avoir créé cette créature inutile?” Dieu répondit: “Le jour où tu comprendras viendra”. Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un billet de Zaitchick intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Départager deux canditats ayant obtenu un nombre égal de voix

Il existe plusieurs solutions au problème posé en titre. En voici trois touchant le personnel politique :

La désignation du candidat le plus âgé, comme cela se fait pour les députés et les sénateurs en France (voir Vie publique). Et que fait-on si les deux adversaires sont jumeaux ?

Le tirage au sort, comme pour le président du Sénat Thaïlandais (extrait du site de l’Union interpalementaire). Le tirage au sort n’est-il pas d’ailleurs de nature bien plus démocratique que l’élection, comme les Athéniens l’avaient bien compris ? Voir à ce propos ces deux citations trouvée dans l’article Stochocratie de Wikipédia :

Aristote : « Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu’elles soient électives » Les Politiques, IV, 9, 4 Traduction: Pierre Pellegrin

Montesquieu : « Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie. Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie. » De l’esprit des lois.

La désignation par une assemblée parlementaire, comme aux Etats-Unis où pour l’élection du président, “si deux ou plusieurs personnes ont obtenu cette majorité et un nombre égal de voix, la Chambre des représentants choisira alors le président, selon la même procédure, parmi les cinq personnes ayant obtenu le plus grand nombre de voix”. (extrait de l’article 2 de la Constitution des Etats-Unis)”.

Cependant, la solution la plus originale me semble être celle du point-milieu adoptée lors de l’élection du président du Weldon-Institute de Philadelphie… du moins à en croire Jules Verne (cf. Robur le Conquérant, chapitre II) :

Uncle Prudent était un personnage considérable, et, en dépit de son nom, cité pour son audace. Très riche, ce qui ne gâte rien, même aux Etats-Unis. Et comment ne l’eût-il pas été, puisqu’il possédait une grande partie des actions du Niagara Falls ? À cette époque, une société d’ingénieurs s’était fondée à Buffalo pour l’exploitation des chutes. Affaire excellente. Les sept mille cinq cents mètres cubes que le Niagara débite par seconde, produisent sept millions de chevaux-vapeur. Cette force énorme, distribuée à toutes les usines établies dans un rayon de cinq cents kilomètres, donnait annuellement une économie de quinze cents millions de francs, dont une part rentrait dans les caisses de la Société et en particulier dans les poches de Uncle Prudent. D’ailleurs, il était garçon, il vivait simplement, n’ayant pour tout personnel domestique que son valet Frycollin, qui ne méritait guère d’être au service d’un maître si audacieux. Il y a de ces anomalies.

Que Uncle Prudent eût des amis, puisqu’il était riche, cela va de soi ; mais il avait aussi des ennemis, puisqu’il était président du club, ― entre autres, tous ceux qui enviaient cette situation. Parmi les plus acharnés, il convient de citer le secrétaire du Weldon-Institute.

C’était Phil Evans, très riche aussi, puisqu’il dirigeait la Walton Watch Company, importante usine à montres, qui fabrique par jour cinq cents mouvements à la mécanique et livre des produits comparables aux meilleurs de la Suisse. Phil Evans aurait donc pu passer pour un des hommes les plus heureux du monde et même des Etats-Unis, n’eût été la situation de Uncle Prudent. Comme lui, il était âgé de quarante-cinq ans, comme lui d’une santé à toute épreuve, comme lui d’une audace indiscutable, comme lui peu soucieux de troquer les avantages certains du célibat contre les avantages douteux du mariage. C’étaient deux hommes bien faits pour se comprendre, mais qui ne se comprenaient pas, et tous deux, il faut bien le dire, d’une extrême violence de caractère, l’un à chaud, Uncle Prudent, l’autre à froid, Phil Evans.

Et à quoi tenait que Phil Evans n’eût été nommé président du club ? Les voix s’étaient exactement partagées entre Uncle Prudent et lui. Vingt fois on avait été au scrutin, et vingt fois la majorité n’avait pu se faire ni pour l’un ni pour l’autre. Situation embarrassante, qui aurait pu durer plus que la vie des deux candidats.

Un des membres du club proposa alors un moyen de départager les voix. Ce fut Jem Cip, le trésorier du Weldon-Institute. Jem Cip était un végétarien convaincu, autrement dit, un de ces légumistes, de ces proscripteurs de toute nourriture animale, de toutes liqueurs fermentées, moitié brahmanes, moitié musulmans, un rival des Niewman, des Pitman, des Ward, des Davie, qui ont illustré la secte de ces toqués inoffensifs.

En cette occurrence, Jem Cip fut soutenu par un autre membre du club, William T. Forbes, directeur d’une grande usine, où l’on fabrique de la glucose en traitant les chiffons par l’acide sulfurique ― ce qui permet de faire du sucre avec de vieux linges. C’était un homme bien posé, ce William T. Forbes, père de deux charmantes vieilles filles, Miss Dorothée, dite Doll, et Miss Martha, dite Mat, qui donnaient le ton à la meilleure société de Philadelphie.

Il résulta donc de la proposition de Jem Cip, appuyée par William T. Forbes et quelques autres, que l’on décida de nommer le président du club au « point milieu » .

En vérité, ce mode d’élection pourrait être appliqué en tous les cas où il s’agit d’élire le plus digne, et nombre d’Américains de grand sens songeaient déjà à l’employer pour la nomination du président de la République des Etats-Unis.

Sur deux tableaux d’une entière blancheur, une ligne noire avait été tracée. La longueur de chacune de ces ligues était mathématiquement la même, car on l’avait déterminée avec autant d’exactitude que s’il se fût agi de la base du premier triangle dans un travail de triangulation. Cela fait, les deux tableaux étant exposés dans le même jour au milieu de la salle des séances, les deux concurrents s’armèrent chacun d’une fine aiguille et marchèrent simultanément vers le tableau qui lui était dévolu. Celui des deux rivaux qui planterait son aiguille le plus près du milieu de la ligue, serait proclamé président du Weldon-Institute.

Cela va sans dire, l’opération devait se faire d’un coup, sans repères, sans tâtonnements, rien que par la sûreté du regard. Avoir le compas dans l’œil, suivant l’expression populaire, tout était là.

Uncle Prudent planta son aiguille, en même temps que Phil Evans plantait la sienne. Puis, on mesura afin de décider lequel des deux concurrents s’était le plus approché du point milieu.

Ô prodige ! Telle avait été la précision des opérateurs que les mesures ne donnèrent pas de différence appréciable. Si ce n’était pas exactement le milieu mathématique de la ligne, il n’y avait qu’un écart insensible entre les deux aiguilles et qui semblait être le même pour toutes deux.

De là, grand embarras de l’assemblée.

Heureusement, un des membres, Truk Milnor, insista pour que les mesures fussent refaites au moyen d’une règle graduée par les procédés de la machine micrométrique de M. Perreaux, qui permet de diviser le millimètre en quinze cents parties. Cette règle, donnant des quinze-centièmes de millimètre tracés avec un éclat de diamant, servit à reprendre les mesures, et, après avoir lu les divisions au moyen d’un microscope, on obtint les résultats suivants :

Uncle Prudent s’était approché du point milieu à moins de six quinze-centièmes de millimètre, Phil Evans, à moins de neuf quinze-centièmes.

Et voilà comment Phil Evans ne fut que le secrétaire du Weldon-Institute, tandis que Uncle Prudent était proclamé président du club.

Un écart de trois quinze-centièmes de millimètre, il n’en fallut pas davantage pour que Phil Evans vouât à Uncle Prudent une de ces haines qui, pour être latentes, n’en sont pas moins féroces.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les journaux de la Commune de Paris

En lisant l’excellent  ouvrage que Xavier Noël a consacré à Paschal Grousset (Les Impressions Nouvelles, 2010) et plus spécialement le chapitre consacré à son action politique pendant la Commune, je remarque que la presse parisienne a connu entre la mi-mars et la fin-mai 1871 une grande floraison de titres éphémères, bientôt balayés par la réaction versaillaise. Je me suis donc mis en quête de documents sur le sujet et voici ce que j’ai trouvé. Comme toujours, cela reste à compléter…

S’informer sur les journaux de la Commune de Paris

Un article de Wikipédia assez détaillé

Jules Lemonnyer. Les journaux de Paris pendant la Commune : revue bibliographique complète de la presse parisienne du 19 mars au 27 mai… Paris : Jules Lemonnyer, 1871. Accessible sur Gallica. Cet ouvrage donne pour chaque titre présenté le nom de ses principaux rédacteurs, le nombre de numéros et la période de parution, et, selon les titres, des détails plus ou moins nombreux sur la vie, souvent éphémère ces publications. Les titres y sont classés par ordre alphabétique.

Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple, Paris, L’Harmattan, 2005. Sur l’un des plus fameux journal communard, celui de Jules Vallès. Critique de cet ouvrage dans l’article d’Odile Krakovitch, « Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple… », Revue d’histoire du XIXe siècle , 34 | 2007, en ligne. Voir aussi sur ce même périodique l’article qui lui est consacré dans Wikipédia.

Lire les journaux de la Commune de Paris en ligne

Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24 mai 1871, lois, décrets, proclamations, rapports et informations militaires, séances de la Commune, etc., reproduits d’après le “Journal officiel” de Paris, extraits des autres journaux organes ou défenseurs de la Commune…. Paris : Garnier frères, 1872. 2 tomes accessible sur Gallica. Le titre est suffisamment parlant : il s’agit d’une anthologie d’extraits de journaux donnés dans l’ordre chronologiques.

Journal officiel de la Commune. Accessible sur Gallica et Les classiques en sciences sociales, ainsi que sur le site de l’association Smolny pour quelques numéros. Voici ce qu’il en est dit dans Wikipédia :

Cette édition va du no 79, daté du 20 mars au no 144 daté du 24 mai. Le 30 mars, au lieu du no 89, parut un no 1 du Journal officiel de la Commune de Paris, mais ce titre fut abandonné dès le lendemain pour l’ancien, et il ne fut pas repris. Ce journal avait deux éditions : une édition grand format, le matin, vendue 15 centimes, et une “Petite édition du soir”, datée du lendemain, dans laquelle on trouvait l’essentiel de celui du matin. Cette édition à 5 centimes était celle que lisait le peuple de Paris. Après la Semaine Sanglante, afin que les bourgeois versaillais puissent connaître le nom de tous les Communards “officiels”, un éditeur de Paris, Victor Bunel réimprima le Journal officiel. Ce fut un grand succès de librairie. Le Journal Officiel se découpe en deux parties : une “partie officielle” qui publie les décrets de la Commune, , et une partie “non officielle”, beaucoup plus longue où l’on pouvait lire les Nouvelles de Paris et de la province, des “Nouvelles étrangères”, des articles nécrologiques, des études d’intérêt général. Cette partie donne aussi les comptes rendus des séances officielles du Conseil de la Commune.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La presse ouvrière lyonnaise au début de la Monarchie de Juillet

En cherchant tout autre chose, je suis tombé sur ce site fort intéressant contenant des documents utiles à ceux qui s’intéressent

…. à l’histoire de la classe ouvrière, et singulièrement des canuts,

…. et à l’histoire de la presse en France, et particulièrement à Lyon :

Voir ici la présentation du projet mené par une équipe de chercheurs de l’ENS-LHS (UMR Triangle).

Il s’est achevé en 2010 avec la parution de L’Écho de la fabrique : naissance de la presse ouvrière à Lyon, 1831-1834 dont vous pouvez voir la présentation sur Le comptoir des presses d”universités, sur Fabula ou sur Non de non !

Voir aussi

  • l’article de Jacques Guilhaumou, “De “peuple” à “prolétaire(s)” : Antoine Vidal, porte-parole des ouvriers dans “L’Echo de la Fabrique” en 1831-1832″, disponible sur HAL-SHS ;
  • “L’Echo de la Fabrique: portrait de Maurice Vichard, vainqueur de la Bastille devenu prolétaire”, extrait donné sur le site Révolution francaise

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Livres censurés, livres de l’Enfer

Au sujet de la censure des livres, voici quelques références. A compléter…

100 livres censurés

Paru en 2010 aux éditions du Chêne, ce livre d’Emmanuel Pierrat est ainsi présenté sur le site Le choix des libraires :

Chefs-d’oeuvre romanesques, essais de génie, théories novatrices… 100 livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie et ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index, sont ici présentés par Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure. À travers un parcours érudit et joyeux, et à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’auteur nous raconte l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place. Des nouveaux contes de La Fontaine aux révolutions des sphères célestes de Copernic, de Darwin à Hugo, en passant par Diderot et Soljénitsyne ou Nabokov, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie variée.

Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure, invite, à travers une centaine de livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie, à redécouvrir des chefs d’œuvre romanesques, des essais de génie, des théories novatrices ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index. Des Contes de La Fontaine à la Théorie des planètes de Copernic, de Darwin à Sade, en passant par Diderot et L’Archipel du Goulag ou Lolita, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie allant des livres en cage aux pages caviardées, des « unes » dénonçant le scandale aux portraits des gens de lettres stigmatisés. L’auteur nous raconte, à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place.

Voir aussi d’Emmanuel Pierrat

L’Enfer de la Bibliothèque nationale

Quelques généralités

Un billet paru dans L’Œil électronique, également disponible sur le blog  Biblio.

La bibliographie de Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Guillaume Apollinaire s’y connaît un peu en matières de livres érotiques censurés : Les Onze mille verges sont parues pour la première fois en 1907, Les Exploits d’un jeune Don Juan en 1911.

En 1913, avec Fernand Fleuret et Louis Perceau, il fait paraître au Mercure de France L’Enfer de la Bibliothèque nationale : icono-bio-bibliographie descriptive, critique et raisonnée, complète à ce jour de tous les ouvrages composant cette célèbre collection avec un index alphabétique des titres et noms d’auteurs. Cette bibliographie de 415 pages  aura une 2e édition la même année chez le même éditeur.

Léger changement de titre en 1919 pour la parution d’une nouvelle édition dans la Bibliothèque des curieux : L’Enfer de la Bibliothèque nationale : bibliographie méthodique et critique de tous les ouvrages composant cette célèbre collection, avec une préface, un index des titres et une table des auteurs. Celle-ci connaîtra 3 rééditions en fac-similé par Slatkine (1970), Martino publishing (2002) et Ressouvenances (2009).

La bibliographie de Pascal Pia (1903-1979)

Les Livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : C. Coulet et A. Faure, 1978. 2 vol., 839 p.

Les livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : Fayard, 1998. 887 p.

L’exposition “Eros au secret” (BNF, 4 décembre 2007 au 2 mars 2008)

L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret.  Bibliothèque nationale de France, 2007. 460 p.

Bibliographie disponible sur le site de la BNF.

Présentation dans les Chroniques de la BNF.

Communiqué de presse sur le site de la BNF :

Dans les années 1830, les ouvrages imprimés dits « contraires aux bonnes mœurs » publiés sous le manteau, poursuivis ou condamnés, sont séparés du reste des collections de la Bibliothèque royale et rassemblés afin de constituer une section distincte intitulée Enfer et conservée à la Réserve des livres rares. Quelques années plus tard, le cabinet des Estampes procède à l’identique.

Dès lors, l’Enfer devient un lieu mythique, objet de toutes les curiosités et de tous les fantasmes. Pour la première fois, la Bibliothèque nationale de France expose cette part obscure de ses collections et lève le voile sur l’Enfer.

A travers plus de 350 œuvres, un double parcours est offert au public. L’un explore le contenu de l’Enfer : quels sont les livres, les documents, les images que l’on a classés là ? L’autre concerne son histoire : comment l’Enfer s’est-il constitué au département des Imprimés et au département des Estampes ? Comment a-t-il évolué ?

« Avec l’Enfer, nous entrerons dans la littérature telle qu’elle n’est pas enseignée », annoncent les commissaires de l’exposition qui ajoutent : « de l’Arétin aux romans libertins du XVIIIe siècle, nous nous aventurerons dans un monde imaginaire où les personnages obéissent à toutes les fantaisies du désir ; avec Sade, nous accéderons à la volupté quand elle s’accorde avec le crime ; nous ferons entendre l’excès de la parole pamphlétaire, quand le discours politique devient pornographique. Nous nous engagerons dans le monde de l’anonymat, du pseudonyme, des fausses adresses, des dates trompeuses. Un regard sur l’édition clandestine, plus précisément aux XIXe et XXe siècles, permettra d’entrevoir ses réseaux, et ses supercheries ».

Outre Sade, plusieurs grandes figures de la littérature rythmeront l’exposition, tels Guillaume Apollinaire, à l’origine, en 1913, du premier catalogue imprimé de L’Enfer de la Bibliothèque nationale, Pierre Louÿs, Georges Bataille ou Pierre Guyotat, mais aussi quelques autres, acteurs méconnus ou à jamais anonymes de la célébration de l’érotisme et du sexe.

Une large place sera offerte aux premières manifestations de la photographie pornographique ainsi qu’aux estampes japonaises, entrées à la Bibliothèque grâce à la générosité des premiers collectionneurs occidentaux.

Pénétrer dans l’Enfer de la Bibliothèque, c’est plonger dans l’atmosphère des lieux clos, celle des couvents, des boudoirs, des bordels, des prisons mais aussi des bibliothèques.

Si la cote « Enfer » apparaît sous le règne de Louis-Philippe, elle n’est en aucune façon une création du pouvoir ou une décision du législateur mais elle relève de la seule décision de la Bibliothèque. Nous montrerons à travers des catalogues, des circulaires, des correspondances, comment l’Enfer s’est enrichi, comment, d’une cote « mal famée », on est passé à un objet reconnu par le monde de la recherche et de la bibliophilie. Pour chaque lecteur, elle demeure, encore aujourd’hui, le territoire obscur et brûlant de l’interdit et du désir.

Voir aussi sur ce thème le dossier “Erotisme et pornographie” dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 7, 2001.

Autres bibliothèques, autres enfers

Voici quelques enfers évoqués par Emmanuel Pierrat sur le site du Dilettante :

Il existe d’ailleurs un modèle mythique à ce type d’Enfer : tous les amateurs de curiosa savent que la plus impressionnante et la plus ancienne des collections de porn books est conservée à la Bibliothèque vaticane. Mais il est aussi un Enfer, dénommé Réserve spéciale, à la Bibliothèque de l’Arsenal, un Private Case à la British Library, une section réservée à Saint-Petersbourg…

Sur l’enfer de la Britih Library, voir The Private case : an annotated bibliography of the private case erotica collection in the British (museum) library, de Patrick J. Kearney parue en 1981 et complétée sur le site de l’auteur. Une présentation de cet ouvrage figure dans Studies in human sexuality: a selected guide de Suzanne G. Frayser etThomas J. Whitby.

D’autres bibliothèques que ces prestigieux établissement ont leur enfer, comme la Bibliothèque municipale de Lisieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliographie concernant le rire

(Dernière mise à jour : 16 octobre 2012)

Voici une intéressante bibliographie trouvée dans le 1er volume des Oeuvres complètes de Regnard. Des Recherches sur les époques de la naissance et de la mort de Regnard. Précédées d’un Essai sur le talent de Regnard et sur le talent comique en général, avec un tableau des formes comiques et dramatiques et une bibliographie complète des ouvrages concernant le rire et le comique (Paris, 1854) :

BIBLIOGRAPHIE

DES OUVRAGES

CONCERNANT LE RIRE ET LE COMIQUE.

Poétique d’Aristole, chapitres II et V.

Cicéron, de Oratore, livre II.

Quintilien, de l’Institution de l’orateur, livre VI, chapitre III.

Traité du Ris, contenant son essance, ses causes et merveilleux effais, curieusement recerchés, raisonnes et observés ; par M. Laurent Joubert, conselier et médecin ordinaire, du Roy, et du Roy de Navarre, premier Docteur regèant, Chancelier et Juge de l’Université an médecine de Mompelier. Item, La cause morale du ris de Democrite, expliquée et temognee par Hippocras. Plus un dialogue sur la Cacographie Françoise, avec des Annotacions sur l’orthographie de M. Joubert; Paris, 1579, in-12.

De Somniis ac Synesi per somnia ; de Risu ac Ridiculis ; de Synaugiâ Platonicâ; par Celsius Mancinius; Ferrare, 1591, in-4°; Francfort, 1598, in-8°.

De Risu, ejusqué causis et effectis, dilucidè ac philosophicè tractatis, libri II; par Antoine Laurent Politien; Francfort, 1603, in 4°.

Tractatus de Risu, par Elpidius Berrelarius; Florence, 1603, in-4°.

Opuscula de Voluptate et Dolore, de Risu et Flelu, de Somno et Vigiliâ, de Famé et Siti, par Kicander Jossius; Francfort, 1603, in-8°.

Physiologia Crepitûs ventris et Risûs, cum Ritu depositionis scholasticse, par Rodolphus Goclenius; Francfort, 1607, in-12.

Eryci Puteani Democritus, sive de Risu dissertatio saturnalis. Louvain, 1612, in-12, 22 pages.

Dissertatio de Risu, par Schmid; Jéna; 1630.

De naturali et praeternaturali Risu, par Léonard Simon ; Messine, 1656, in-4

De Risu oratorio et urbano, par Morojagio, Italien.

Dissertatio de risu sardonico, par George Francus; Heidelberg, 1683.

De Risu et Fletu, par Marcus Mâppïïs; Strasbourg, 1684, thèse de 36 pages in-4°.

Réflexions sur le Ridicule et sur les moyens de l’éviter, par l’abbé de Bellegarde; Paris, 1696, un volume in-12. En 1699 parut une quatrième édition, dans le même format, avec de nouveaux développements.

De ludicra Dictione, in quo tota jocandi ratio ex veterum seriptis affirmatur, par Fran\Vavassor, jésuite; Leipsick, 1722, seconde édition.

Dissertatio de Risu, par Kaisin; Lyon, 1733.

Dissertatio inauguralis physico-medica de Risu, par J. S. F. Lupichius ; Bâle, 1738, in-4», 22 pages.

Dissertatio de Risu a splene, par J. Zacharie Platner; Leipsick, 1738, 16 pages in-4°.

Dissertatio de Risûs commodo et incommodo in oeconomiâ vitali, par Albert; Halle, 1746.

Harlequin, oder Vertheidigung des Groteske-Komischen, von Moeser, 1761, in-8°.

Traité des causes physiques et morales du Rire, relativement à l’art de l’exciter, par Poinsinet de Sivri; Amsterdam, 1768, in-12 de 134 pages.

Geschichte der komischen Litteratur, von Karl Friedrich Floegel; Liegnitz et Leipsick, 1784, 4 vol. in-8°.

Vorschule der Aesthetik, von Jean Paul Richter; Baireuth 1804, sechstes programm.

Du Rire, article publié par M. de Senancour, dans le Mercure de France, n° 141, 8 février 1812.

Traité médico-philosophique sur le Rire, par Denis Prudent Roy, docteur en médecine; Paris 1814, in-8°.

[Ajout : voir aussi la Dissertation médico-chirurgicale sur le rire, considéré comme phénomène séméiologique : présentée et soutenue à la Faculté de Médecine de Paris, le 9 avril 1812 / par Denis-Prudent Roy,… -impr. Didot Jeune (Paris)-1812]

Versuch einer Théorie des Komischen, von St-Schutze; Leipsick 1817, in-12.

Vorlesungen ueber die Aesthetik, von Georg Wilhem Friedrich Hegel, herausgegeben vonHotho; Berlin, 1837, 3 vol. in-8°.

Gaspard Dornavius, dans son Amphitheatrum Sapientioe Socraticoe joco-serioe ; Home, dans ses Principes de Critique, chapitre 7;  Alexandre Gérard, dans son Essai sur le goût, lre partie, sixième paragraphe ; James Beattie, dans le second volume de ses nouveaux Essais philosophiques ; Le Batteux, dans sa Théorie des Belles-Lettres ; Joseph Priestley, dans ses Leçons de Rhétorique et de Critique (1762) ; Mendelshon, dans la seconde partie de ses Ecrits philosophiques ; Lessing, dans sa Dramaturgie et dans son Laocoon ; Riedel, dans sa Théorie des Beaux-Arts et des Belles-Lettres ; Bouterwek, dans son Esthétique (Gcettingue, 1806); le professeur Meiner, dans son Traité succinct de psychologie (Gcettingue et Gotha. 1773) ; Sulzer, dans sa Théorie générale des Beaux-Arts (Biel 1777); Eschenburg, dans son Essai d’une théorie et d’une bibliographie des Belles-Lettres ; Feder, dans son Traité de la volonté humaine, première partie (Gcettingue etLemgo, 1779, in-8°) ; Jovianus Ponlanus, dans la seconde partie de ses oeuvres en prose (Bâle, 1538, in-4°) ont aussi parlé accessoirement du rire et du comique.

 

Quelques ajouts à la bibliographie ci-dessus :

Philosophie du rire, par P. Scudo. Paris : Poirée, 1840.

De l’esprit, du comique, du rire, par Louis Philbert. Paris : impr. A. Quantin, 1876.

Le rire, par Coquelin cadet ; ill. de Sapeck. 2e éd. Paris : P. Ollendorff, 1887.

Le rire : essai sur la signification du comique, par Henri Bergson. Paris, 1900.

> Voir une bibliographie sur cet ouvrage réalisée par les PUF. Cette bibliographie comporte aussi de nombreuses références sur le rire.

Essai sur le rire, ses formes, ses causes, son développement et sa valeur, par James Sully… ; trad. de l’anglais par L. et A. Terrier. Paris : F. Alcan, 1904.

Quelques références plus récentes :

« Quatre essais sur le rire » [par François Roustang, Mikkel Borch-Jacobsen, Jean-Luc Nancy… [et al.]] , in Critique, n ° 488-489, janv.-févr. 1988.

« Le rire » [dossier de trois articles de Jacques Le Goff, Laurence Moulinier et Antoine de Baecque], in Annales. Histoire, Sciences Sociales, 52e année, n°3, 1997.

Quentin Skinner. « La philosophie et le rire », in Conférences Marc Bloch, 2001

Le rire, numéro thématique du Le philosophoire 2002/2 (n° 17). 200 pages

Gilbert Diatkine « Le rire », Revue française de psychanalyse 2/2006 (Vol. 70), p. 529-552

Laure Flandrin, « Rire, socialisation et distance de classe », in Sociologie, N°1, vol. 2 | 2011 (un grand merci aux deux internautes qui me l’ont indiqué)

Pourquoi rire?  Paris : Gallimard, 2011. 256 p. (Folio Essais, n° 555)

Voir aussi

> la bibliographie sur le thème “Rire, pour quoi faire ?” réalisée par le CDI de l’IFA de Rouen

> la partie consacrée au rire dans la bibliographie réalisée par l’école internationale du rire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Grandes collections de documents sur l’histoire du catholicisme

Voici quelques références en histoire religieuses. J’ai privilégié comme d’habitude les ressources gratuites proposant du texte intégral. Le tout sera à compléter… (Dernière mise à jour : 13 juin 2012)

Les Bollandistes et les Acta sanctorum

Les Bollandistes sont un groupe de Jésuites, qui tiennent leur nom de Jean Bolland, au 17e siècle.

Chargés d’éditer une collection de vies des saints, les  Acta Sanctorum, ils ont produit un nombre important d’ouvrages dont la publication échelonnée sur 3 siècles (Bruxelles, 1643–1770 ; Paris et Rome, 1866-1887 ; Bruxelles, 1894–), encore inachevée (les mois de novembre et décembre ne sont pas terminés). A noter que ces ouvrages sont exclusivement en latin, qui reste pour eux la langue internationale.

La collection  comprend actuellement 63 volumes, plus un volume supplémentaire de 1875 contenant des tables et des outils de recherche dans les différents volumes. Elle est accessible gratuitement en ligne sur des sites comme Documenta catholica omnia (voir plus bas) et Patristique.org (voir plus bas), mais une version payante a également été développée Proquest (cf.présentation par  Ménestrel).

Les Bollandistes publient aussi la revue Analecta Bollandiana et ont un site internet.

Voir aussi les Petits Bollandistes, abrégés en français des Acta Sanctorum : ils sont disponibles sur Gallica.

The Catholic Encyclopedia

Basé aux Etats-Unis, ce site internet donne accès à l’ensemble de l‘Encyclopédie Catholique, avec ses 15 volumes en anglais rédigés entre 1905 et 1914. Utile pour les domaines historiques, biographiques et théologiques.

Documenta catholica omnia

Site officiel de la “Cooperatorum Veritas Societas”, “dont les membres ont personnellement et volontairement promis obéissance au Saint Père. Donne accès à des ouvrages numérisés : Patrologie Latine et Encyclopédie théologiique de Migne, Acta Sanctorum, MGH

Patristique.org

Site très complet sur les pères de l’église, crée par un Augustin de l’Assomption. Collections de documents en format PDF, cours, liens…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Luddisme et résistance à la technique

Trouvant son origine dans le nom du mythique ouvrier anglais, John ou Ned Ludd (parfois appelé « King Ludd » ou « General Ludd »), qui aurait détruit deux métiers à tisser en 1780, le terme luddisme a d’abord désigné un mouvement ouvrier en Angleterre dans les années 1811-1816, avant d’être utilisé plus généralement pour stigmatiser ceux qui s’opposent aux nouvelles technologies. Cependant, plus qu’une simple néophobie, le luddisme peut aussi être interprété non comme un refus des techniques, mais une résistance à certains aspects asservissants du machinisme aux mains du patronat.

Présentation générale

Une bibliographie commentée : “Luddisme. Machine arrière !” (BM de Lyon)

Deux articles :

Frédérique Roussel, “Rage against the machines”, Ecrans, 21 juillet 2007

Louise Demory, “Une révolte anti-moderne : le luddisme”, Novopress|Québec, 28 août 2008

Le premier luddisme et ses suites

Kevin Binfield

“Luddites et luddisme”, Tumultes 2/2006 (n° 27), p. 159-171. Accessible sur Cairn.

Writings of the Luddites, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004.

Sur ce livre :

Francois Jarrige, “Kevin Binfield (ed.), Writings of the Luddites, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 2004, 279 p. ISBN : 0-8018-7612-5. 49,95 dollars”, Revue d’histoire du XIXe siècle, 31 | 2005. Accessible sur Revues.org.

Vincent Bourdeau et al.

“Le passé d’une désillusion : les luddites et la critique de la machine”, Actuel Marx 1/2006 (n° 39), p. 145-165. Article accessible sur Cairn.

Les luddites : bris de machines, économie politique et histoire, Ere, 2006. Collab. : François Jarrige et Julien Vincent. Aperçu sur Google livres.

Sur ce livre :

La présentation sur le site de l’éditeur

Philippe Minard, “Le retour de Ned Ludd. Le luddisme et ses interprétations”, Revue d’histoire moderne et contemporaine 1/2007 (no 54-1), p. 242-257. S’intéresse aussi à l’ouvrage de Kevin Binfield. Accessible sur Cairn.

Iorwerth Prothero traduit par Judith Lyon-Caen, “Vincent Bourdeau, Francois Jarrige et Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, Éditions Ère, 2006, 160 p. ISBN 2-915453-11-X, 15 euros.”, Revue d’histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, p.198-200. Accessible sur Revues.org.

Nicolas Chevassus-au-Louis, Les briseurs de machines: de Ned Ludd à José Bové, Seuil, 2006.

François Jarrige

“Une “armée de justiciers” ? Justice et répression du luddisme en Angleterre (1811-1816)”, Table ronde organisée par le SNES – Blois, 15 octobre 2010

“Au temps des “tueuses de bras”. Les bris de machines et la genèse de la société industrielle (France, Angleterre, Belgique, 1780-1860) “, Revue d’histoire du XIXe siècle, Thèses et HDR soutenues, 2009. Accessible  sur Revues.org.

Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Presses universitaires de Rennes, 2009

Face au monstre mécanique : une histoire des résistances à la technique, Ed. IMHO, 2009.

Sur ces 2 ouvrages :

« Du misonéisme au luddisme », Le blog de l’histoire, 10 novembre 2009.

Philippe Minard, “”À bas les mécaniques !”: du luddisme et de ses interprétations”, in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 01/06/2010. Accessibles sur Revues des livres.

Eric Hobsbawm, “The Machine-Breakers”, Past & Present, n° 1, février 1952, p. 57-70, trad. fr. “Les briseurs de machines”, in Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 53-4 bis, supplément 2006, p. 13-28. Accessible sur Cairn

Kirkpatrick Sale, La révolte luddite : briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation, traduit de l’américain par , et préf. Celia Izoard, L’Echappée, 2006.

Malcolm Thomis

The Luddites : Machine-Breaking in Regency England, Newton Abbott, David & Charles / Archon Books, 1970.

Luddism in Nottinghamshire, Londres, Phillimore, 1972.

Dans les années 1970, cet auteur a pris le contrepied du mythe luddite, affirmant que “le nombre et la gravité des incidents violents ont été exagérés, et ne voyant dans le luddisme qu’un phénomène purement « industriel » dénué de dimension politique et plus encore de portée révolutionnaire” (cf. Philippe Minard).

Edward P. Thompson, La Formation de la Classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard, 1988 (1963)

Sur l’ouvrage et l’auteur :

Clément Homs, “L’historien du luddisme, Edward P. Thompson, et l’”économie morale de la foule””, Critique de la valeur, 23 mai 2007 et Décroissance.info, août 2006

Bruno Astarias, “Le luddisme”, Echanges, n° 113, été 2005, p. 43. Notes à partir du livre de E. P. Thompson,  La Formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard, 1988, traduit de The Making of the English Working Class. Article accessible sur Mondialisme.org

Le néo-luddisme

Jacques Wajnsztejn, “Néo-luddisme et résistances ouvrières”, Temps critiques, février 2001

Un site néo-luddite français : Pièces et Main d’Oeuvre

Deux visions du néo-luddisme : John Zerzan et Theodore Kaczynski (Unabomber)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Développement durable ou décroissance soutenable ?

Deux dates, deux rapports, un constat

 

1972 : le 1er rapport du club de Rome ou rapport Meadows, The limits to growth ? (Halte à la croissance) remet en cause le modèle de croissance dominant. Voir le commentaire approfondi de ce document (cf. Manicore.com, site de Jean-Marc Jancovici).

Mars 2005 : Le rapport de 1300 scientifiques commandé par l’ONU pour évaluer l’état des milieux naturel de la planète constate qu’environ 60 % des écosystèmes permettant la vie sur Terre ont été dégradés et préconise des changements radicaux en matière de développement et d’éducation.

 

Développement durable

Agora21

Association4d

Centre de recherche et d’information pour le développement – CRID

Internationa Institut for Sustainable Devlopment – IISD

Média-terre

Quelques ouvrages sur le sujet

Décroissance soutenable

Biosphère, réseau de documentation des écologistes activistes

Casseurs de pub et la revue La décroissance

Décroissance.info

La décroissance : dix question pour en débattre

La décroissance, une utopie ?

Institut d’études économiques et sociales por la décroissance soutenable – IEESDS

Réseau des Objecteurs de Croissance pour l’Après-Développement – ROCADe

Nicholas Georgescu-Roegen, théoricien de la décroissance (Encyclopédie Agora)

Quelques ouvrages sur le sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts