Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Vive les collections de poches et leurs éditeurs

Quand je vais au travail à pied ou en bus, j’ai souvent avec moi un livre de poche que je lis ou feuillette le long du trajet. Ce format est bien pratique pour le lecteur impénitent que je suis et c’est ainsi que j’ai découvert maintes pépites littéraires, historiques ou philosophiques. Continuer la lecture de Vive les collections de poches et leurs éditeurs

Du Surhomme au Tour de la France par deux enfants

Je vous convie ici à suivre avec moi les chemins sinueux d’une recherche sur internet. Tout est parti d’un texte de Léon Trotsky. Il s’agit d’un article sur Nietszche, signé  » Antide Oto « , paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l’Orient) d’Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900 et repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l’ancien monde). Intitulé « A propos de la philosophie du surhomme » et accessible dans la section française de Marxists International Archive, c’est une véritable démolition de l’auteur d’Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme.

Continuer la lecture de Du Surhomme au Tour de la France par deux enfants

Citoyenné mondiale, cosmopolitisme

Lourme-Citoyennete-MondialeEn cataloguant un ouvrage récent de Louis Lourme intitulé Le nouvel âge de la citoyenneté mondiale (PUF, 2014), je me suis rendu compte combien ce sujet était relativement difficile à coter selon la classification Dewey où il n’est même pas mentionné dans l’index. Continuer la lecture de Citoyenné mondiale, cosmopolitisme

Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Voici bientôt quatre ans, j’ai consacré une chronique à Pigault-Lebrun, auteur de pièces de théâtre et de romans qui, pour être légers, n’en ont pas moins eu un réel succès en son temps et même plusieurs décennies après sa mort. J’avais également découvert qu’il avait écrit un recueil de citations contre la religion chrétienne intitulé Le Citateur, publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Comme je préparais alors une webographie sur l’athéisme, j’avais entrepris d’en faire la liste et de repérer celles qui étaient disponibles en ligne. Puis j’avais laissé cela parmi les très nombreux brouillons qui constituent la partie immergée de ce blog. Continuer la lecture de Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Bertrand Boysset, bibliographie

En travaillant à la bibliographie des publications de mon père, j’ai vu revenir plusieurs fois un nom qui par la force des choses m’était devenu familier, celui de Bertrand Boysset.

Louis Stouff.

« Un Arlésien de la fin du Moyen Age : Bertran Boysset (1350-1415) », Etudes Vauclusiennes, n° 24-25, juillet- décembre 1980, janvier-juin 1981, p. 57-60.

Une étude sur Bertran Boysset in Boysset, un arlésien au Moyen Âge, catalogue d’exposition, Archives Municipales, Arles 1985. Cf. présentation sur ArchéoGéographie

« Bertrand Boysset et le grand schisme d’Occident », Provence angevine, numéro spécial de Provence historique, t. 56 fasc. 224, 2006, p. 145-153.

Depuis sa découverte par l’abbé Bonnemant dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, cet arpenteur arlésien né entre 1350 et 1358 et mort entre février 1415 et le 26 mars 1416 n’est pas un inconnu des historiens et des érudits et ce à plusieurs titre. Mémorialiste de son temps, il a laissé une chronique relatant des événements arlésiens ou provençaux qui se déroulèrent entre 1364 et 1415. Ses travaux de copiste, d’écrivain et de traducteur ont attiré les romanistes au XIXe siècle grâce à un manuscrit acheté par Paul Arbaud. Enfin il a également rédigés deux traités techniques lié à sa profession d’arpenteur, La siensa de destrar et La siensa d’atermenar (ms n°327 de la Bibliothèque municipale de Carpentras) qui ont fait l’objet d’une véritable redécouverte depuis le début des années 1980.

La présente bibliographie reprend ces trois centres d’intérêt, ce qui n’a rien de bien original, puisque Paul Meyer, à la fin du XIXsiècle, a adopté ce même classement dans son étude des manuscrits de Bertrand Boysset :

« Les manuscrits de Bertrand Boysset », Romania,

t. 21, 1892, p. 557-580 (Gallica | Google Books | Persée

t. 22, 1893, p. 87-176. (Gallica | Google Books | Persée)

Du reste les références bibliographiques sur Boysset ne manquent pas, mais il s’agit ici de repérer, parmi les références bibliographiques signalées par ailleurs – notamment dans la thèse de Pierre Portet  ou sur Arlimanet – quels sont les documents accessibles en ligne de manière à gagner du temps pour le chercheur ou le simple curieux qui s’intéresserait au sujet…

Dernière mise à jour : 29 janvier 2017. Continuer la lecture de Bertrand Boysset, bibliographie

Pourquoi (faire de) l’histoire ? Parce que…

Comme vous le savez peut-être, si vous êtes familiers de ce carnet, j’ai fait des études d’histoire et je garde un fort attachement à cette science humaine menacée depuis quelques années dans sa légitimité par les tenants de l’histoire bling bling et autres historiens de garde(1) tout en étant sollicitée à contre-emploi comme juge et témoin à l’occasion de commémoration multiples(2), ambiguïtés qui remontent à la naissance du métier d’historien(3).

Si je ne pense pas que cette discipline ait perdu grand chose à ce que j’ai pris une autre voie – je ne suis certes pas un grand théoricien(4) -, je m’y intéresse encore, car l’histoire n’est pas de ces disciplines dont on se détache facilement. Cela me conduit à (re)lire divers ouvrages sur le sujet que je vous invite à (re)découvrir avec moi. Peut-être y trouverez-vous la réponse – votre réponse – à la grande question : Pourquoi (faire de) l’histoire ?

Dernière mise à jour : 10 juillet  2019.

Sommaire

Pour commencer

De la connaissance historique : les conceptions de quelques grands historiens contemporains

L’histoire de l’histoire : historiens et courants historiques

Tendances, objets, méthodes de l’histoire depuis 1960

Devenir historien : quelques essais d’égo-histoire

Lectures supplémentaires

Emissions sur l’histoire

Blogs

Bibliographies

Continuer la lecture de Pourquoi (faire de) l’histoire ? Parce que…

La Rencontre à la Porte dorée et ses sources

Albrecht Dürer, 1504, gravure sur bois,
Staatliche Graphische Sammlung,
Munich

En cherchant je ne sais plus trop quoi sur les apocryphes du Nouveau Testament, j’ai découvert un article de Réjane Gay-Canton intitulé « La Rencontre à la Porte dorée. Image, texte et contexte »  dans le n° 10 (2012) de L’Atelier du Centre de recherches historiques consacré à l’Immaculée Conception. Bonne occasion pour chercher ce que nous pouvons trouver sur internet concernant les sources de cet épisode de la vie d’Anne, la mère de Marie dont je vous ai déjà parlé au sujet de la Sainte Parenté de la Vierge.

Mais d’abord, en voici un rapide résumé. La rencontre de la Porte dorée se situe juste après une sorte de pré-Annonciation au cours de laquelle l’ange du Seigneur annonce successivement à Joachim et à sa femme qu’après vingt ans de mariage stérile et malgré leur âge avancé, ils vont enfin avoir une fille qui elle-même enfantera le Sauveur. Les deux époux se retrouvent à la Porte d’or, à l’entrée de Jérusalem. Grande est leur joie de se retrouver car Anne s’était crue veuve, suite à la longue absence de son mari.

Continuer la lecture de La Rencontre à la Porte dorée et ses sources

Collection d’anciens évangiles ou monuments du premier siècle du christianisme extraits de Fabricius, Grabius et autres savants par l’abbé B**

 En faisant une recherche sur les apocryphes, je suis tombé sur la Collection d’anciens évangiles ou monuments du premier siècle du christianisme extraits de Fabricius, Grabius et autres savants par l’abbé B** réalisée sous la direction de Voltaire. Sa première édition date de 1769. Soi-disant londonienne, elle a paru aux Pays-Bas(1). Premier recueil savant de textes apocryphes en langue française, et un des tout premiers recueils en langue vernaculaire, elle ne sera supplanté qu’en 1848 par l’ouvrage de G. Brunet(2)(3). 

Volaire et son entourage s’inspirent des travaux de deux luthériens allemands : le philologue Johann Albert Fabricius, le premier à avoir constitué un recueil d’apocryphes du Nouveau Testamenten publiant en 1703 un  Codex Apocryphus Noui Testamenti Collectus(4), et le théologien Johann Ernst Grabe (Grabius). 

_________________________________________________________

(1)  Elle est disponible sur Google livres. J’ai également repéré sur Gallica et Wikisource l’édition figurant dans le tome 27 des  Œuvres complètes de Voltaire par Louis Morland (Garnier, 1879). 

(2) Cf. Rémy Gounelle, « Voltaire, traducteur et commentateur de ΓEvangile de Nicodème », Revue des Études Augustiniennes, t.43 (1997), p. 173-200

(3) Les Évangiles apocryphes traduits et annotés d’après l’édition de J. C. Thilo, Paris, Franck, 1848. Disponible sur Archive.org et Google livres.

(4) Pour en savoir plus, voir l’article de. Bible-service.net.

Sur le roman 1984 de George Orwell, quelques références datant… de 1984

Au fil des rayons de ma bibliothèque universitaire, je suis tombé sur cet article du juriste et politiste Georges Lavau (1918-1990) : « 1984 (Nineteen Eighty-Four) de George Orwell », Revue française de science politique, vol.59 n° 4 (2009), p. 805-810. Ce texte est la retranscription fidèle des notes manuscrites de la conférence prononcée par Georges Lavau le 26 janvier 1984 en ouverture du 2e Congrès national de l’Association française de science politique à Grenoble. Il est consultable sur Cairn.

La bibliographie de l’article renvoie entre autre à des articles de Jacques Darras, Gil Delannoi, Georges Lavau (on pourrait ajouter Jean-Yves Guérin et George Orwell lui-même) parus dans la revue Esprit en janvier 1984 dont le sommaire est accessible en ligne.

Oui, je sais, tout cela date un peu, mais le roman d’Orwell ne garde-t-il pas une certaine actualité à l’heure où fleurit la novlangue et l’euphémisation…

 

La mouche et l’araignée

Vous rappelez-vous de mes deux chroniques sur l’araignée salvatrice ? A l’époque, je m’interrogeais pour savoir laquelle des deux versions, juive et musulmane, était antérieure à l’autre, tout en constatant la diffusion de ce thème dans le monde chrétien. J’en concluais à des origines communes issue d’un vieux fonds méditerranéen.

Or voici que les remarques d’un lecteur (Petit Renard) ont attiré mon attention sur l’existence de ce thème en Afrique. Voici ce qu’il m’a écrit :

En Afrique nous avons un récit semblable, “Nanga poursuivit par les musulmans,se réfugia dans une grotte et une araignée tissa une toile à l’entrée de la grotte, sauvant ainsi la vie de Nanga”

Comme je lui demande où, précisément sur le continent africain, il me répond :

Ce récit, vous le retrouvez au Cameroun, mais ce sont en réalité toutes les mêmes croyances dans l’Afrique ancienne en générale elles ont toute pour origine les pays de Cush (Nubie, Egypte ancienne etc…)

Et effectivement, quand je fais une recherche sur ce thème, je tombe sur ce conte érythréen :

« Maman, je déteste les araignées et les mouches » dit le prince.
La reine répondit avec sagesse « Il y a une raison pour tout ce que le Bon Dieu a fait. »
Bien qu’il sache que sa mère était une sage femme, il doutait de ses paroles pour le moment. Apres tout, quelle raison d’être pouvait avoir chacune de ces créatures ennuyeuses ? Il continua avec sa journée sans y plus penser.
Un mois passa et quelque chose de très horrible arriva. Il y avait une rébellion dans le royaume et la famille du roi fut tuée. Le seul à survivre fut le jeune prince. Il savait que ses ennemis n’étaient pas loin de lui et qu’ils ne le laisseraient jamais s’échapper. Laisser le prince en vie signifiait qu’il pourrait toujours un jour monter une armée pour reprendre le trône du roi et régner sur le pays.
Il décida d’aller vivre chez un oncle qui vivait loin d’ici. Il ne voyageait que de nuit et par la campagne afin de ne pas être vu. Mais il se rendit vite compte qu’ils n’étaient pas loin derrière. Si seulement il pouvait tenir un jour de plus de voyage, il pourrait arriver à la sûreté de la maison de son oncle.
Le dernier jour, il arriva à un espace ouvert avec un petit bassin d’eau où il pût se reposer et boire. Ces longs jours de voyage l’avaient rendu très fatigué. Très bientôt il s’endormit confortablement contre un arbre.
Quelques heures passèrent et une mouche se posa sur son visage. Il la fit partir, mais elle revenait sans arrêt. Finalement, dérangé par la mouche, il ouvrit les yeux et vit ses ennemis qui approchaient dans la distance. Il dormait si bien qu’il ne les avait pas entendu venir.
Il se leva d’un bond et fit son chemin à travers les collines aussi vite qu’il le pouvait. Il y avait beaucoup de cavernes dans ces collines, il en choisit une et y entra. Il alla au plus profond de la caverne et se cacha du mieux qu’il pût. Le temps passa et il entendit ses ennemis parler en dehors de la grotte.
L’un dit à l’autre d’une voix forte et coléreuse : «Ce n’est pas la peine d’explorer celle-ci, ne vois-tu pas qu’il y a une toile d’araignée ? Il n’aurait pas pu entrer sans endommager la toile et tu peux voir qu’elle est intacte ! Partons et allons vérifier la caverne suivante. » Sur ce, ils partirent vérifier les autres cavernes.
Ce qu’il se passa est qu’alors qu’il entrait dans la caverne, une énorme araignée était venue pour tisser sa toile à l’entrée de la caverne. Du fait qu’elle était si grosse, cela lui pris peu de temps pour avoir une grande toile qui couvrait la plupart des petites ouvertures.
Alors que le prince arrivait sain et sauf le lendemain matin à la maison de son oncle, il se rappela les paroles sages de sa mère. Il pleura en se souvenant ce qu’elle lui disait chaque fois qu’il se plaignait quand il était petit au sujet des mouches et des araignées qu’il détestait :
« Mon cher fils, il y a une raison pour chaque créature que le bon dieu créa… même les mouches et les araignées. »

Plusieurs remarques :

  1. Remplacez le prince par David, la mère par Dieu, les ennemis par les soldats de Saul, et vous avez la version juive de l’histoire. Curieux, non ?
  2. Ce conte serait érythréen, ce qui nous rapproche du pays de Kousch évoqué par Petit Renard. Mais cela nous rapproche aussi de la péninsule arabique…
  3. Se pose la question de la date de l’apparition de ce conte. Est-il « immémorial » ou faut-il l’associer à la pénétration musulmane dans ce continent au cours du Moyen-Age et des Temps Modernes ? Et comment le savoir, s’il relève de la tradition orale, comme nous l’avons vu précédemment à propos du conte des trois langues ?

Bref, une fois de plus, pas de réponse définitive, mais j’ai plutôt l’impression que le mystère s’épaissit…