Archives de catégorie : Art 9

Chroniques sur la bande dessinée

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, “L’araignée du Prophète” (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme “forgés ou faibles”, en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans une vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: “Pourquoi avoir créé cette créature inutile?” Dieu répondit: “Le jour où tu comprendras viendra”. Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un billet de Zaitchick intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – “Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné” !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Goscinny

Une relecture récente des albums d’Astérix de la grande époque et la découverte des Inédits de Gotlib (Dargaud, 2004) dernièrement reçus pour mon anniversaire m’ont amené à effectuer une petite moisson sur celui qui fut le créateur du premier et le père spirituel du second.

Je commencerai justement ce petit panorama par des propos de ce même Gotlib recueillis par Tristan Savin et parus en 2007 dans le Lire hors-série n° 6 consacré à René Goscinny. Intitulés “Gotlib, les Dingodossiers, Perec et l’humour juif”, ces souvenirs du temps de Pilote sont accessibles sur le site de L’Express. De cette collaboration demeure le témoignage dans les dessins des Dingodossiers eux-même, comme vous pouvez notamment le voir ici et

Approfondissons la recherche avec le site officiel, Goscinny.net, celui d’un passionné, Goscinny.free.fr, sans oublier la Librairie Goscinny (voir notamment son catalogue des ouvrages sur Goscinny) et le site officiel d’Asterix. Le site de l’INA propose tout un dossier et un documentaire réalisé pour les 25 ans du décès de Goscinny.

Parmi les numéros spéciaux de périodiques, outre le Lire hors-série n° 6 sur Goscinny déjà cité, voir le n° 1 de cette revue sur Astérix, paru en 2006. Sapristi! n° 35 (1996) est également consacré à Goscinny et contient une conséquente bibliographie (p. 45-54) notamment de ses albums et de ses travaux dans les journaux. Voir aussi Schtoumpf n°22 (1973).

Goscinny est bien connu pour son activité de scénariste de bandes dessinées, mais je me souviens aussi de lui pour ses Minichroniques, série télévisée humoristique, initialement diffusée sur TF1 pendant les vacances de Noël de 1976 et 1977 où Goscinny apparait en commentateur jovial et malicieux des mésaventures de français ordinaires confrontés à des situations qui sont comme une suite des Mythologies de Roland Barthes. Je n’avais alors que 12 et 13 ans, et elles m’avaient particulièrement marqué, notamment celle consacrée à la méchanceté des choses, hilarante illustration de la loi de Murphy. Vous pouvez la visionner, ainsi que les 25 autres sur le site de l’INA ou sur Youtube. Voir Wikipedia pour plus d’informations.

Il a travaillé avec plusieurs dessinateurs, pour de nombreuses séries et des personnages fort divers. Voici un inventaire non exhaustif du travail accompli avec Albert Uderzo [ce qui suit est en chantier] :

Jehan Pistolet, inventé en 1952, connait 5 aventures : Jehan Pistolet corsaire prodigieux (43 pages), Jehan Pistolet corsaire du Roy (45 pages), Jehan Pistolet et l’espion (45 pages), Jehan Pistolet en Amérique (44 pages) et Jehan Pistolet et le savant fou (23 pages). En 1989, les éditions Lefranc publient les 2 premières aventures en album. En 1998, les Editions Albert René entreprennent de publier l’intégrale de cette série… sauf qu’il y manque Jehan Pistolet et le savant fou. Plus d’informations sur Forum Goscinny.

Luc Junior

Benjamin, Benjamine

Poussin et Poussif dont voici une planche

Oumpah-Pah. Voir le site officiel d’Asterix

Astérix

Dernière mise à jour : 20 mars 2019

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes imaginaires

Tout est parti de la référence ci-dessous :

Jean-Benoît Bouron, “Cartographier l’imaginaire : un exercice géographique”, Le monde des cartes, 2005, n° 205, p. 11-24. Disponible sur le site du Comité Français de Cartographie.

Dans sa bibliographie, l’auteur donne des adresses web (ici marquées d’un *) auxquelles j’ai ajouté mes propres trouvailles. Evidemment, cette liste fera l’objet de mises à jour. Dernière mise à jour : 22 janvier 2014.

 

Les cartes dans la bande dessinée

  

La Terre du Mileu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bandes-dessinées détournées (2) Substitutions

Dans “Un premier bouquet de contraintes” (Oubapo Oupus 1, 1997), Thierry Groensteen indique, parmi les contraintes transformatrices, la substitution qui peut être soit verbale, soit iconique, ou encore complète, en “double aveugle”. Je ne m’arrêterai pas à ce dernier type, qui nécessite trois intervenants et m’intéresserai aux deux premiers……

Substitution iconique

Principe : garder les textes d’origine et changer les dessins.

Thierry Groensteen donne l’exemple de deux planches de François Schuiten parues en1983 dans le numéro hors série de (A Suivre) en hommage à Hergé. Les dessins évoquent un panorama urbain avant de pénétrer par la fenêtre d’une pièce où un enfant est plongé dans la lecture de L’Etoile mystérieuse. Or le texte d’un dialogue entre Tintin et l’astronome Calys extrait de cet album et annonçant la fin du monde accompagne les dessins de Schuiten, telles deux voix off. Le mouvement des planches nous mène à l’enfant absorbé dans sa lecture :

… nous “écoutions” donc résonner en lui les phrases les plus frappantes de cette scène mémorable, avant qu’il ne nous apparaisse. Dans la dernière vignette, placés derrière son épaule, nous découvrons les images qu’il contemple, entrant ainsi complètement en phase avec le cours de sa lecture. Ces deux pages constituent un hommage émouvant, où la mort d’un auteur inlassablement fréquenté depuis l’âge tendre, est, par le biais d’un adieu à l’enfance, assimilée à la fin d’un certain monde.

En cherchant d’autres exemples, je me suis poser la question suivante : peut-on considérer comme une substitution iconique la reprise d’un album déjà paru avec un autre dessinateur ? Un exemple : les deux pages planches de Chlorophylle contre les rats noirs redessinées par Andreas parues dans parues dans Le Journal de Tintin no 316 en 1981 (NB : l’une d’elles figure dans l’article de Pascal Lefèvre, traduit par… Thierry Groensteen : “Pour une approche sensuelle de la bande dessinée, paru en 1997 dans le n° 2 de 9e Art). Le style et l’atmosphère sont radicalement différents de ceux de l’album de Raymond Macherot. Cependant, je pense que nous avons ici affaire à une sorte de remake, une réinterprétation graphique, plutôt qu’à une substitution iconique proprement dite.

Substitution verbale

Principe : garder la planche et changer les textes.

Cette pratique remonte au moins aux années 1960, avec les créations des situationnistes. Voici ce qu’écrit sur le sujet Thomas Genty dans La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l’art (cf. The Situatonist Internationale ou Infokiosques).

La pratique révolutionnaire de la poésie, c’est entre autres le détournement actif du langage. René Viénet ne manque pas d’idées pour le réaliser efficacement : plusieurs mois avant l’explosion de 1968, il propose (et exécute) l’expérimentation du détournement des romans-photos, des photos dites pornographiques et de toutes les affiches publicitaires (par l’emploi de phylactères subversifs). S’inspirant des guérilleros argentins qui avaient investi le poste de commande d’un journal lumineux (en plein air) pour y lancer leurs propres messages et slogans, Viénet vante la promotion de la guérilla dans les mass media et le piratage de ces derniers de manière générale (tout en se référant plus à la propagande par le fait des anarchistes qu’à la guérilla urbaine clandestine de différents groupuscules sud-américains). Viénet lance également l’idée de mise au point de comics situationnistes (déjà réalisée à Strasbourg), les bandes dessinées étant à ce moment la forme de “littérature” la plus populaire, et relance l’idée de la réalisation de films situationnistes (ou plutôt d’usage situationniste du cinéma). Ce sont ces deux dernières propositions que nous allons maintenant étudier.

Le détournement de comics (petites bandes dessinées américaines, pour la plupart) par les situationnistes commence en 1964 en Espagne, sous forme de tracts clandestins (il s’agit en l’occurrence de photos érotiques détournées par des bulles aux messages défiant à la fois la censure politique du régime franquiste et la censure morale des curés). La même année, le même style de détournement provocateur est utilisé dans des tracts distribués lors de manifestations diverses au Danemark. C’est à Strasbourg, en octobre 1966, que Le retour de la colonne Durruti, comics par détournement d’André Bertrand, met le feu aux poudres dans l’Université juste avant la distribution du pamphlet situationniste De la misère en milieu étudiant…. Aussi radicale que ce dernier, la bande dessinée strasbourgeoise en cite quelques passages et annonce l’extension de la critique de l’Université à la révolte contre la société tout entière. Constituée de détournements divers et variés, cette bande dessinée forme un tout sans qu’aucune image ou presque (en tant que représentation picturale) n’ait de rapport direct l’une avec l’autre : dessin du cheval de Troie, photos issues de la revue Positif, de scènes de vie quotidienne d’enfants, de western, gravures anciennes et peinture de la Renaissance, une photo de brosses à dents et une de Ravachol, toutes ces illustrations ont des “choses à dire”. Le retour de la Colonne Durruti, iconoclaste, offense étudiants et hiérarchie de l’Université de Strasbourg, et pas seulement puisque le tract-B.D. sera distribué par la suite dans plusieurs autres Universités de France.

Quelques réalisations sont visibles sur les sites Les inventeurs d’incroyances (voir aussi ici) Rocbo ou de la librairie Lecointre Drouet. Cet héritage est toujours vivant avec par exemple “Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre“, substitution verbale à partir d’un extrait de Corto Maltese, dans Ne sauvons pas le monde qui nous broie ! : manifeste pour une désobéissance générale (Le Passager clandestin, 2009).

L’OuBaPo reprend le procédé hors de toutes références au militantisme politique. S’y illustre notamment François Ayroles qui greffe un texte extrait de laTraumdeutung de Freud dans une planche de Little Nemo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.42-43), place un  dialogue de Platon dans Placid et Muzo font du judo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.4) ou détourne des planches d’un vieux Michel Vaillant, Le 13 est au départ, avec un dialogue sur l’ontologie de la bande dessinée où les personnages se moquent des artifices utilisés par Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, pour faire avancer la narration (Oupus 2 de l’OuBaPo, p.43-49).

Hors de l’OuBaPo officiel, les dimanches oubapiens de Phylacterium suivent le même principe avec des textes de romans ou de bandes dessinées placés dans les phylactères de la planche d’un autre auteur.

Mise à jour du 20 août 2019 : Voici quelques années, “Un faux graphiste” s’est fait connaître par ses détournements de Tintin s’attirant ainsi les foudres de Moulinsart !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’OuBaPo et la bande dessinée sous contrainte

Dernière mise à jour : 11 avril 2016.

 L’OuBaPo est à la bande dessinée ce que l’OuLiPo est à la littérature : il s’agit pour ses membres de créer des bandes dessinées sous contrainte artistique volontaire. Fondé en 1992 au sein de l’Ou-X-Po et très lié à la fameuse maison d’édition L’Association, cet Ouvroir de Bande dessinée Potentielle est composé de François Ayroles, Anne Baraou, Gilles Ciment, Jochen Gerner, Thierry Groensteen, Étienne Lécroart, Killoffer, Jean-Christophe Menu et Lewis Trondheim.

Il convient d’y ajouter les oubapiens américains Tom Hart, Jason Little et Matt Madden, qui ont créé le site OuBaPo – America, quelques oubapiens suisses (Alex Baladi, Ibn El Rabin, Andréas Kündig) et un oubapien ibérique (Sergio Garcia).

D’autres auteurs, sans faire formellement partie de l’OuBaPo, ont collaboré aux OuPus ou publié des livres “oubapiens” : Alex Baladi, Stanislas Barthélémy, Denis Bourdaud, Philippe Coudray, Emmanuel Guibert, Matt Konture, Andréas Kündig, Axel Renaux, Vincent Sardon, Joann Sfar, Tanitoc, Jean-Michel Thiriet.

Cependant l’utilisation de contraintes dans la création de bandes dessinées s’étend au-delà de l’OuBapo “officielle”, puisque nous pouvons la retrouver notamment chez Marc-Antoine Mathieu (cf. chronique) ou chez Luc et François Shuiten avec la construction en palindrome de NogegoN (cf. Wikipedia). András Tóth, dans L’hyperbédé et la métabédé. Interactivité et jeux avec le médium en bande dessinée, donne d’autres exemple de contraintes dans des bandes dessinées non-oubapienne : Schuiten et Peeters avec le Catalogue du musée Desombres, Christin et Bilal dans Los Angeles, Cosey avec Saigon – Hanoi… Plus loin dans le temps, il faudrait citer Gustave Verbeek et son Upside-down (cf. Sunday Press et Fric Frac Club).


Sur les auteurs oubapiens

Outre leurs sites, voir pour certains leur notice dans Wikipedia.

Voir aussi les les interviews de François Ayroles et de Killofer sur le site du9, l’autre bande dessinée.

Sur Matt Madden, voir le site son entretien avec Xavier Guibert (en français / en anglais) et la brève sur ses 99 way of tell a story : exercices in style.


Sur l’OuBaPo

Un article sur Wikipedia

Un article de Phylacterium

Un article sur le blog de la libraire d’images Contrebandes

Un dossier de Neuvième art 2.0

Les jeudis de l’Oulipo – Oubaposhow François Ayroles, Alex Baladi, Andréas Kündig, Etienne Lécroart, Matt Madden. Conférence du é( avril 2013


Sur les contraintes oubapiennes

Thierry Groensteen, “Un premier bouquet de contraintes” in OuBaPo, Oupus 1, L’Association, 1996. L’auteur y fait notamment une distinction entre

contraintes génératrices à l’origine de bandes dessinées originales : restriction iconique, restriction plastique, restriction énonciative (ex. : bandes dessinées muettes), itération iconique, itération iconique partielle, pluri-lecturabilité, réversibilité, recouvrement, consécution aléatoire, distribution réglée, ordonnancement géométrique

contraintes transformatrices intervenant sur des bandes dessinées déjà existantes : substitution, S+7, expansion, réduction, recadrage, réinterprétation graphique, hybridation

Une bibliographie sur Fatrazie.

Quelques bédés oubapiennes produites lors des rencontres de Bastia de 2003.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les bandes dessinées

Ce billet résulte de la fusion et de la mise à jour de deux messages que j’avais adressés à biblio.fr lors d’un intéressant débat sur ce sujet entre le 13 février et le 6 avril 2007. Il y aura sans doute des améliorations à apporter…

Une distinction fictions/documentaires

Les bd “témoignages documentaires”, nombreuses depuis quelques années (voir la chronique Bandes dessinées et sciences humaines)

Les autobiographies (le Journal de Naud et sur un mode plus fantasmatique L’ascension du Haut Mal de David B)

Les reportages (Le photographe, d’Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre ;  Rural, d’Etienne Davodeau ; les reportages-bédés de XXI)

Les essais (Dol, de Philippe Squarzoni)

Les bd de fiction, les plus nombreuses traditionnellement

Au sein des fictions, plusieurs critères de distinction sont possibles et peuvent être croisés pour créer autant de sous catégories qu’il semblera nécessaire :

Le “ton” de l’ouvrage avec la distinction entre une bd à dominante humoristique et celle qui ne l’est pas

Le public avec la distinction traditionnelle par âge enfants/ados/adultes

L’univers, avec une distinction entre

un monde ordinaire, quotidien avec des personnages plus que des héros (Monsieur Jean ; Tendre banlieue ; Le cahier bleu)

un monde extraordinaire avec des aventures et des héros, qu’il s’agisse d’aventures se déroulant

à notre époque contemporaine (Tintin), qui se déclinent notamment sur le mode de l’enquête policière (Nestor Burma)

dans un autre univers, qu’il s’agisse du passé avec les pirates, les aventures de cap et d’épée, les westerns…, d’un futur plus ou moins lointain (Carmen McCallum ; Sillage), d’uchronies (Empire) ou d’univers décalés (La Nef des fous)

Il faudrait ajouter une catégorie spéciale pour les bd “ésotériques”, très en vogue en ce moment (phénomène Da Vinci Code ?), et qui peuvent se dérouler tant dans notre univers contemporain que dans le passé (Le Triangle secret ; INRI) et pour lesquelles Glénat a créé une collection spéciale, La loge noire.

Peut aussi se poser la question de savoir s’il faut classer à part les adaptations d’œuvres littéraires (La recherche du temps perdu ; Ibicus ; L’Amérique de Kafka…) et une certaine “bd d’auteurs”. Et que faire de l’OuBapo ?

Le classement matériel

Au sujet du classement des BD par dessinateurs

Cela à l’avantage de réunir au même endroit les bd d’un dessinateur dont les univers peuvent parfois être très différents. Exemple : Isabelle Dethan avec le “peplum” égyptien Sur les terres d’Horus, l’univers décalé du Roi cyclope et les chroniques autobiographiques et familiales comme Tante Henriette ou Ingrid. J’aurais pu tout aussi bien prendre pour exemple Larcenet, Davodeau.

Cela a quand même un inconvénient. A part les “afficionados”, les lecteurs ne connaissent pas toujours le dessinateur ou le scénariste d’une série ou d’un “one shot”, mais plutôt le titre de la série et, plus encore, son héros principal, cette dernière remarque valant non seulement pour les enfants, mais aussi de nombreux adultes. Ce n’est donc pas aider ce public que de ranger les bd par dessinateurs ou par scénaristes, à moins de faire les renvois nécessaires physiquement dans les bacs et dans les rayons et pas dans un catalogue que seuls de rares initiés utilisent avec quelque succès.

Au sujet du classement par séries et/ou héros

Et ici apparaît une difficulté, si on choisit de privilégier l’un ou l’autre de ces deux derniers critères. Tout va bien si le titre de la série et le nom du héros sont identiques comme dans la bd jeunesse et humoristique traditionnelle (Astérix, Tintin, Lucky Lucke, Gaston Lagaffe, Spirou, Les Schroumpfs, Achille Talon, Félix le chat, Zig et Puce et j’en passe…) ou pour des séries plus récentes et plus “adultes” n’appartenant pas à ce registre (Carmen McCallum, Travis, Monsieur Mardi Gras des Cendres…).

Cependant, il arrive souvent que le héros d’une série ne soit pas éponyme (Nävis pour Sillage ; Nao pour Aquablue…). Or une partie du public, du moins au début, quand il n’en a lu qu’un album ou qu’il en a simplement entendu parler, une partie du public ne connait souvent que le nom du héros sans se souvenir précisément de celui de la série. Pour de tels cas, des renvois me semblent nécessaires, du héros vers le titre de la série ou inversement selon le choix fait initialement.

D’autre part, des renvois vers les “séries-filles” issues d’une “série-mère” me semblent égalemen utiles si ces séries ne sont pas rangées ensemble (Nävis qui conte la jeunesse de l’héroïne de Sillage ; Carmen+Travis qui conte les aventures communes des deux héros éponymes, les trois séries ayant en commun leur scénariste, mais non le dessinateur ; Code McCallum pour la jeunesse de Carmen…)

Au sujet des formats, des bacs

Cependant, le seul fonds de bd que je “gère” étant mon fonds personnel, je ne veux pas critiquer les choix faits par les collègues bibliothécaires des BM (les bédés sont hélas bien peu présentes en BU…) ayant une réelle expérience professionnelle en la matière. Ils doivent souvent faire intervenir d’autres critères dont je n’ai pas parlé, comme le format, la question du rangement en bacs ou en rayons, etc.

Il s’agit là de réflexions se fondant non sur une expérience professionnelle en BM (je travaille en BU de Droit où les bd manquent désespérément), mais sur mes propres goûts pour la bande-dessinée et ma fréquentation assidue de librairies spécialisées dans ce type d’ouvrages (je ne parle pas de genre, tous les genres littéraires pouvant être déclinés sur ce support).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bandes-dessinées détournées (1) Pastiches

(Dernière mise-à-jour : 6 janvier 2012)

Pastiches et pornographie

Le pastiche de bande-dessinée consiste  à imiter le style et/ou à reprendre les personnages d’une bande-dessinée. Beaucoup sont nettement pornographiques, dans la tradition des  Tijuana bible ou dirty comics, ces parodies sexuelles en huit pages produites aux États-Unis entre les années 1920 et les années 1950. Vous trouverez plus d’informations à leur sujet dans Wikipedia et dans le numéro hors-série de Beaux-arts, Un siècle de BD américaine.

Dans les années 1970 par les Air Pirates Funnies underground reprennent le flambeau :

The Air Pirates était un petit groupe de dessinateurs underground basé à San Fransico (composé de Dan O’Neill, Ted Richards, Bobby London et Gary Hallgren) qui réalisèrent au début des années 70 plusieurs comic books parodiant les histoires et personnages de l’univers Disney. Sexe, défonce et drogues diverses étaient au programme des Air Pirates Funnies qui, comme d’autres bandes dessinées de l’époque surfant sur ces thèmes connurent un beau succès. Mais ces pirates de l’air sont surtout connus pour avoir été poursuivis en justice en 1972 par les productions Disney qui les accusaient de violer marques déposées et copyright.
Ne voulant pas baisser leur crayon, les dessinateurs tentèrent leur chance devant la justice. Et en 1980, après des années de batailles juridiques, Disney accepta finalement de lâcher l’affaire en échange de quoi les “Pirates” s’engeagaient à ne plus recommencer. Le temps des frasques du comics underground était déjà bien loin…

Extait de Vroom tchac zowie

Pour  l’école franco-belge, Roger Brunel s’est particulièrement illustré en la matière depuis 1978 (cf. Wikipedia et BD Gest’), de sorte qu’une recherche dans Google “pastiches bd” retombe invariablement sur lui parmi, aux dépens d’autres auteurs comme Jaap de Boer et Joop Van Linden, dont Nathalie la petite hôtesse démarque l’héroïne de François Walthéry (cf. le site finlandais Kraivudkomiks).

 

Les pastiches de Tintin

Cependant, tous les pastiches en bande-dessinée ne sont pas fatalement marqués par le sexe et la grivoiserie. Voyez le cas de Tintin qui a fait l’objet de nombreuses imitations et éditions pirates ou apocryphes. Plusieurs sources existent sur ce thème :

Un article de Wikipedia.

Deux sites spécialement consacrés : Tintin pirates et Tintin est vivant.

Des listes de titres réalisées par BD Gest’, Objectif Tintin, Frédéric Grolleau ou le Forum des Tintinophiles.

Ces bandes-dessinées peuvent être classées en trois catégories principales :

Les classiques pastiches pornos : Tintin en Suisse, Tientien en Bordelie de l’inévitable Brunel et j’en passe…

Les pastiches plutôt fidèles à l’univers d’Hergé

notamment ceux d’Yves Rodier (cf. Wikipedia), auteur entre autres d’une des trois version de l’Alph-art achevées sans Hergé (cf. Tintin est vivant ; Tintin pirates ; Les Septembriseurs), d’un sympathique Tintin et le lac de la Sorcière, visible sur L’univers tintinophile, ou de Tintin reporter pigiste au XXème, téléchargeable sur Fichier PDF

Objectif Monde de Savard, commenté sur Tintin vivant

Les pamphlets idéologiques, catégorie très riche et hétérogène par ses influences :

Extrême droite : le dossier de Tintin est vivant

Extrême-gauche  : Tintin révolutionnaire

Décroissance : Les aventures de Pinpin. La fin de l’or noir, initialement paru en cahier central du numéro de La décroissance de novembre/décembre 2005, repris dans Casseurs de pub en BD, commenté dans Tintin pirates et visible partiellement sur  Econologie

Critique de la société télévisuelle : Tintin dans Loft Story ; Qui veut des bonbons sur le site Parodies

Opposition à la politique occidentale dans le monde arabe : le dossier de Tintin est vivant

Racisme / antiracisme : voir une bande dessinée sud-africaine reprenant un passage de Tintin au Congo visible sur Kraivud komiks

 

Et les autres ?

Par rapport à Tintin, les autres héros de bande-dessinée semblent n’avoir fait l’objet que d’un nombre limité de pastiches. Il s’agit alors surtout de pastiches pornos, sur lesquels je préfère ne pas insister.

Cependant, si je cherche un peu des pastiches d’un autre genre, je déniche

un Léonard révolutionnaire (le lien semble être brisé)

les pastiches des belles histoires de l’Oncle Paul répertoriés sur Tout Spirou

dans la série de Turf, La Nef des fous, les Schloumpfs, créatures agressives et anthropophages, pastichent les paisibles Schtroumpfs  de Peyo

des pastiches de Lucky Luke : Banlieue ouest, une aventue de Rocky Luke ; Unlucky Luke, de Roba et Tillieux dans Spirou, n° 2996

des pastiches de Spirou : Pirates, un pastiche de Spirou, partiellement visible sur Spirates (le lien semble être brisé) ; L’Accélérateur atomique, dans la série des formidables aventures de Lapinot, par Trondheim ; dans l’album Blondin et Cirage découvrent les Soucoupes volantes de Jijé, le Marsupilami africain (Marsupilamus Africanus), animal pastichant le Marsupilami créé peu de temps auparavant par Franquin (cf. Wikipedia)…

J’arrête là cet inventaire à la Prévert que je vous laisse compléter…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bande-dessinée “alternative” et microédition

La définition de la bande-dessinée “alternative” – dite aussi “indépendante”, encore que les deux termes ne se recoupent pas complètement – est un peu fluctuante comme le suggère un article de Wikipedia. Pour faire simple, la bande-dessinée alternative se caractérise par de petites structures éditoriales – il peut s’agir de collectifs d’auteurs -, une certaine recherche graphique et de petits tirages. Vous pourrez voir que ce n’est pas toujours si simple, mais je me contenterai pour l’instant de ce point de départ.

Dernière mise à jour : 16 septembre 2019. Les liens en rouge semblent être rompus.

Continuer la lecture de Bande-dessinée “alternative” et microédition

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu en résidence à l’université de Tours

Marc-Antoine Mathieu, un des auteurs majeurs de la bande-dessinée française contemporaine (non, ce n’est pas une exagération), est en résidence à l’université de Tours. Selon la conférence inaugurale qui a eu lieu hier soir,  il dirigera un atelier intitulé  « Détournements, une expérience autour de la bande-dessinée » ainsi présenté : Continuer la lecture de Marc-Antoine Mathieu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts