Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Artwebgraphie de la BU Moretus Plantin

Je vous invite aujourd’hui à découvrir un répertoire de sites dédiés à l’histoire de l’art de la Renaissance à nos jours, Artwebgraphie, réalisée par la bibliothèque universitaire Moretus Plantin de Namur. Je suis pour ma part particulièrement intéressé par la section Reproductions d’oeuvres d’art, mais le reste est fort intéressant aussi.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bizarre, revue littéraire et artistique

En 2009 Jean-Marie Lhôte a fait paraître chez Berg International une Anthologie de textes et de dessins extraits de la revue Bizarre (1953-1968). Je l’ai alors pacourue avec délice.

Sur cette publication inspirée des surréalistes et autres excentriques, je vous invite à lire la présentation qui en est faite dans le Cabinet de curiosités.

Vous trouverez une bibliographie exhaustive de tous les numéros sur l’Alamblog. Une liste complète, à des fins plus mercantiles, en est également donnée sur Art World Books.

Une bonne partie de ces fascicules ont un thème. Par exemple, dans le numéro 4 présenté par Raymond Queneau, Les hétéroclites et les fous litteraires (voir le sommaire).

Plus surprenant, le numéro 21-22,  A-t-on LU Rimbaud ? daté du 4e trimestre 1961. Dans le premier tirage de cette étude sur Rimbaud, le nom de l’auteur est caché et simplement indiqué par ses initiales : R.F. Une deuxième édition sort quelques mois plus tard avec son nom : René Faurisson. Ce dernier est alors un obscur professeur de lycée. Il ne devait gagner sa sinistre réputation de négationniste que 18 ans plus tard. Mais son travail sur le poète aux semelles de vent est déjà un  cas de révisionnisme en histoire littéraire, car il attribue au sonnet « Voyelles », un sens érotique (voir la table des matières). Sa thèse fera grand bruit et le numéro 23 de Bizarre, paru le  2e  trimestre 1962, sera consacré à L’affaire Rimbaud.

Mais oublions ce triste individu pour nous intéresser aux numéros consacrés à la littérature populaire (Tarzan, Gaston Leroux), aux précurseurs du surréalisme (et de l’Oulipo) comme Raymond Roussel, aux dessinateurs (Chaval, qui fait l’objet des numéros 38 et 41, Grandville) et tant d’autres que je vous laisse découvrir.

NB : Ne pas confondre cette revue avec le magazine érotique Bizarre publié de 1946 à 1959 par John Alexander Scott Coutts, alias John Willie …

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – « Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné » !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Goscinny

Une relecture récente des albums d’Astérix de la grande époque et la découverte des Inédits de Gotlib (Dargaud, 2004) dernièrement reçus pour mon anniversaire m’ont amené à effectuer une petite moisson sur celui qui fut le créateur du premier et le père spirituel du second.

Je commencerai justement ce petit panorama par des propos de ce même Gotlib recueillis par Tristan Savin et parus en 2007 dans le Lire hors-série n° 6 consacré à René Goscinny. Intitulés « Gotlib, les Dingodossiers, Perec et l’humour juif », ces souvenirs du temps de Pilote sont accessibles sur le site de L’Express. De cette collaboration demeure le témoignage dans les dessins des Dingodossiers eux-même, comme vous pouvez notamment le voir ici et

Approfondissons la recherche avec le site officiel, Goscinny.net, celui d’un passionné, Goscinny.free.fr, sans oublier la Librairie Goscinny (voir notamment son catalogue des ouvrages sur Goscinny) et le site officiel d’Asterix. Le site de l’INA propose tout un dossier et un documentaire réalisé pour les 25 ans du décès de Goscinny.

Parmi les numéros spéciaux de périodiques, outre le Lire hors-série n° 6 sur Goscinny déjà cité, voir le n° 1 de cette revue sur Astérix, paru en 2006. Sapristi! n° 35 (1996) est également consacré à Goscinny et contient une conséquente bibliographie (p. 45-54) notamment de ses albums et de ses travaux dans les journaux. Voir aussi Schtoumpf n°22 (1973).

Goscinny est bien connu pour son activité de scénariste de bandes dessinées, mais je me souviens aussi de lui pour ses Minichroniques, série télévisée humoristique, initialement diffusée sur TF1 pendant les vacances de Noël de 1976 et 1977 où Goscinny apparait en commentateur jovial et malicieux des mésaventures de français ordinaires confrontés à des situations qui sont comme une suite des Mythologies de Roland Barthes. Je n’avais alors que 12 et 13 ans, et elles m’avaient particulièrement marqué, notamment celle consacrée à la méchanceté des choses, hilarante illustration de la loi de Murphy. Vous pouvez la visionner, ainsi que les 25 autres sur le site de l’INA. Voir Wikipedia pour plus d’informations.

Il a travaillé avec plusieurs dessinateurs, pour de nombreuses séries et des personnages fort divers. Voici un inventaire non exhaustif du travail accompli avec Albert Uderzo [ce qui suit est en chantier] :

Jehan Pistolet, inventé en 1952, connait 5 aventures : Jehan Pistolet corsaire prodigieux (43 pages), Jehan Pistolet corsaire du Roy (45 pages), Jehan Pistolet et l’espion (45 pages), Jehan Pistolet en Amérique (44 pages) et Jehan Pistolet et le savant fou (23 pages). En 1989, les éditions Lefranc publient les 2 premières aventures en album. En 1998, les Editions Albert René entreprennent de publier l’intégrale de cette série… sauf qu’il y manque Jehan Pistolet et le savant fou. Plus d’informations sur Forum Goscinny.

Luc Junior

Benjamin, Benjamine

Poussin et Poussif dont voici une planche

Oumpah-Pah. Voir le site officiel d’Asterix

Astérix

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

O comme Odette Ducarre

Dans un précédent billet sur l’éditeur Robert Morel, je vous avais parlé de sa compagne, Odette Ducarre, créatrice, entre autres choses, de l’excellente collection « O ». Sa fille, le peintre Marie Morel, vient de lui consacrer un livre, que son petit- fils, le photographe Pierre Morel, vous présente sur son blog.

Je n’ai pas l’habitude de faire de la publicité, mais pour une fois, je pense que ça vaut la peine. Alors, voici les renseignements pour se procurer  l’ouvrage et aider ainsi au démarrage d’une maison d’édition d’art :

« O » – Odette Ducarre. 216 pages. 22,5cmx22,5cm.  30 euros. sortie décembre 2010. ISBN : 978-2-919756-00-1.  Avec des textes de Marc Alyn, Jeanluc Bastos, François Bazzoli, Pierre Boulez, Michel Dargent, Joseph Delteil, Robert Morel, Edgar Morin, Pierre Joly, Loys Masson, Louis Rama, Raphaëlle Saint-Pierre, Odette Ducarre, Robert Ganzo, Claude Simon, François Solesmes et de nombreuses photographies couleur des peintures, architectures, livres, meubles et ex-voto réalisés par Odette Ducarre

Commande à Regard – Place de l’Eglise – 01260 Le Petit-Abergement / 04 79 87 55 79

_______________________________________________________

Mise à jour du 28 février 2018. Depuis la rédaction de ce billet, Pierre Morel a déménagé son blog. Le livre n’y est plus présenté, mais il figure sur le site de Marie Morel et sur celui consacré à Robert Morel.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français

(Dernière mise à jour  : 27 septembre 2017)

Je possède quelques traductions des robâiyât d’Omar Khayyam, le célèbre astronome, mathématicien et poète persan des confins des XIe et XIIe siècles, et cela faisait quelques temps que je souhaitais faire une chronique bibliographique à ce sujet.

Or voici que le n° 59 de la Revue de Téhéhran consacre justement un dossier à Khayyam, avec notamment un article sur Sarah Mirdâmâdi sur « Les » lectures de Khayyâm en France. Outre ce dossier récent, la même revue a publié par le passé des articles consacrés à des sujets proches, dont une biographie (une autre figure dans le dossier), un article sur la terre dans les quatrains d’Omar Khayyâm, et deux autres, plus généraux, sur les formes poétiques persanes et la dimension mystique de la poésie classique persane .

Autres sources utilisées :

L’article de Wikipedia et le site Omar Khayyam persan dont les contenus sont pratiquement identiques…

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

Le blog Omar Khayyam Rubaiyat créé en avril 2012..

Le catalogue de la BNF et le SUDOC.

Archive Internet, Gallica et Google livres.

La thèse de Karim Hayati Ashtiani, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, 2004, Université Lumière Lyon 2. Voir notamment cette courte bibliographie des traductions françaises de Khayyam.

L’article de Sara Saidi Bouroujeni, Etude critique des traductions en français d’un quatrain d’Omar Khayyâm, Archive of SID, Sixième année, Numéro 13, printemps-été 2011, publiée au printemps 2011.

Une chronique de Yoto Yotov sur le site Notes du Montroyal.

Enfin The Rubáiyát of Omar Khayyám : an updated bibliography, ouvrage essentiel de Jos Coumans paru en 2010 aux Leiden University Press. Je n’ai pu y accéder qu’en janvier 2012, bien après la parution en ligne de cette chronique. Je m’en suis largement servi pour ma mise à jour du 20 janvier 2012.

L’objet de cette chronique est essentiellement de faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Je ne m’étendrai donc pas sur la vie de Khayyam (voir les diverses biographies signalées plus haut) ni sur les divergences d’interprétations qui apparaissent dès les premières traductions européennes, l’anglaise de Fitzgerald en 1859 et la française de Jean-Baptiste Nicolas en 1867 (voir notamment « Les » lectures de Khayyâm en France). Il s’agit donc plus d’une bibliographie commentée que d’une étude.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais (l’ouvrage de Jos Coumans donnne à ce sujet de précieuses informations) et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits.

Je ferai ultérieurement une chronique sur les différents manuscrits existants.

Enfin, à ceux qui voudraient se lancer dans une recherche sur Khayyam et ses quatrains sur internet ou dans la documentation papier, voici deux petits rappels :

  1. Si la forme internationale translittérée est ´Omar Hayyām (1048-1131), il ne faut pas oublier que, selon les pays, les époques, les traducteurs et les éditeurs, les variantes orthographiques sont nombreuses. En voici un échantillon : ´Omar Khayyām ; Omar Khayam ; ʿUmar Khayyām ; ´Umar-i-Khayyám ; Omar Khèyam ; Omar Kheyyam ; Omar Keyyam ; Omar Xayām ; Omar Xayyām ; Omar Chajjám ; Omar Alkhayyámí ; Omar-i-Khajjam ; Omar Qayyam ; Omar Caiiam ; Omar Chiam. A noter qu’en persan, le nom complet du poète, Ghiyās od-Dīn Abol-Fath Omār ibn Ebrāhīm Khayyām Neyshābūri, s’écrit ainsi : غیاث الدین ابو الفتح عمر بن ابراهیم خیام نیشابوری 

  2. Ne pas oublier non plus que ces quatrains sont souvent désignés par leur nom persan, dont les graphies varient elles aussi : rubaiyat ; rubayat ; robaiyat, robaïat, roubaïates, sans oublier le singulier robaï ou rubaï parfois utilisé pour un pluriel… Quant à Sadegh Hedayat, il parle des chants de Khayam. Et en persan, cela s’écrit ainsi : رباعيات

 

Bibliographie chronologique des traductions des quatrains de Khayyam

 

1857 – Joseph Héliodore Garcin de Tassy (1794-1878)

« Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm ». In: Journal Asiatique, vol. 1, tome 9, p. 548-554. Disponible sur le site Omar Khayyam Nederland, sur Archives Internet, sur Gallica.

Cet article comporte la traduction de quelques quatrains de Khayyam.

1867 – Jean-Baptiste Nicolas (1814-1875)

Les Quatrains de Khèyam, traduits du persan, par J.-B. Nicolas. Paris : Imprimerie impériale, 1867. Disponible sur Archive Internet, sur Google livres ici et et sur Hathi Trust. Le texte est également accessible sur Omar Khayyam Nederland.

La première traduction française importante avec 464 quatrains. Nicolas prend dans sa traduction le contrepied de l’interprétation de Fitzgerald : pour lui, les quatrains de Khayyam doivent être replacés dans la tradition soufie.

 Après presque un siècle, la traduction est reprise plusieurs fois entre 1965 et 1980 dans une adaptation de J.-P. Vibert et Pierre Seghers comportant seulement 179 quatrains.

L’intégralité des 464 quatrains est réédités chez Waleffe en 1967 avec 10 miniatures persanes, en 1987 chez Liber et en 2000 par l’éditeur Jean Maisonneuve qui publie une édition bilingue persan-français reproduisant en fac-simile dans un format réduit l’édition de 1867.

Curieusement, malgré sa conception de  Khayyam comme mystique soufi, c’est sa traduction que les éditeurs de La gloire des athées ont choisi pour les 11 quatrains figurant dans leur anthologie de textes rationalistes et antireligieux paru en 2005 aux Nuits rouges.

A noter qu’Ernest Renan fait une critique élogieuse de cette traduction dans le Journal asiatique, tome 12, 1968, p.56-57.

Jean-Baptiste Nicolas avait publié dès 1863 un article intitulé « Quatrains de Khayam » dans la Revue de l’Orient, de l’Algérie et des colonies, chez B. Duprat, avec la traduction de 50 quatrains.

1900 – Etty Couzyn

Le Rubaiyát d’Omar Khayyám d’après Edward FitzGerald. Traduits en vers libres. [S.l., s.n., circa 1900].

Et une traduction de la version d’Edward FitzGerald ! D’autres suivront…

1902 – Charles Grolleau

Les Quatrains d’Omar Kháyyám, traduits du persan sur le manuscrit conservé à la « Bodleian Library » d’Oxford, publiés avec une introduction et des notes, Paris : Carrington, 1902. Disponible sur Gallica.

L’ouvrage comporte 158 quatrains. A en croire la notice qui accompagne la réédition faite en 2008 par les éditions Allia, bien que ce livre porte la mention « traduit du persan », il semble cependant que cet angliciste, auteur par ailleurs de traductions de Chesterton et de Wilde, ait surtout utilisé la version de Fitzgerald – en s’appuyant – il l’avoue lui-même sur la traduction littérale en anglais du même manuscrit, riche en notes, faite par Edward Heron Allen en 1899.

Il s’agirait donc d’une traduction de traduction. Déjà que traduire un texte de poésie est une tâche ardue, se pose ici la question de la fidélité à l’original, qui doit être bien lointaine…

Par contre les notes qui accompagnent le texte de la plupart des rééditions – mais pas de celle des éditions Allia… – ne sont pas sans intérêt pour la compréhension. Il en est de même pour l’introduction (en mode image ; en html) et l’appendice qui contient notamment des articles d’Ernest Renan et de Théophile Gautier et un résumé succinct de la doctrine soufie. Présents encore dans l’édition de 1992 chez Ivrea (qui reprend celle de 1978 chez Champ Libre),  ceux-ci disparaissent par la suite dans les éditions parues chez d’autres éditeurs, comme par exemple en 1995 aux éditions Mille et une nuits (qui comporte quand même une postface de Chochana Boukobza, une Vie de Khayyam et des repères bibliographiques). Quant à la bibliographie donnée dans l’édition de 1902, cela fait longtemps qu’elle a disparue…

La traduction de Charles Grolleau a fait l’objet d’éditions illustrées par Ciolkowski (G. Crès, 1922) ou Nathalie Jonckheere (les Points cardinaux, 1998).

La dernière édition date de 2013, réalisée par Georges Nataf chez Berg international.

1903 – Fernand Henry

Les « Rubáiyát » d’Omar Keyyam, le poète-astronome de la Perse, traduits en vers français d’après la version anglaise d’Ed. Fitz-Gerald, avec notices, texte anglais en regard, commentaire, notes, bibliographie et index, par Fernand Henry. Paris : J. Maisonneuve, 1903.

Encore une traduction de traduction, et en plus en vers français… Elle ne semble pas avoir fait l’objet de rééditions. Mais je serais curieux de consulter l’appareil critique.

1907 – Jean Lahor [Henri Cazalis]

Oeuvres de Jean Lahor. En Orient. Les quatrains d’Al-Ghazali. Quatrains d’Omar-Kheyam. Le Cantique des Cantiques. L’Idole. Publication : Paris, A. Lemerre, 1907.  L’ensemble de l’ouvrage est accessible sur Archive.org , la partie concernant Khayyam sur Notes du Mont Royal et sur Remacle.

1910 – Robert Delpeuch

Rubáiyat, poème d’Omar Khayyám, traduction française de M. Robert Delpeuch d’après la version de Edward Fitzgerald. Paris : Edition du Studio : P. Ollendorff, 1910.

Encore du Fitzgerald traduit.

1910 – Jules de Marthold (1847-1927)

Rubaiyât d’Omar Kháyyâm mis en rimes françaises d’après le manuscrit d’Oxford par Jules de Marthold. Paris, Ch. Carrington,1910. Disponible sur Archive.org.

1916 – Frédéric Roger-Cornaz

Les Rubaiyat, traduction nouvelle par Roger-Cornaz Frédéric. Paris, Librairie Payot et Cie, 1916.

Encore une traduction de l’anglais de Fitzgerald.

1920 – Claude Anet (1868-1931) et Mirza Muhammad

Les 144 quatrains d’Omar Khayyam, traduits littéralement par Claude Anet et Mirza Muhammad. Paris : la Sirène, 1920. Le texte est accessible sur le site Omar Khayyam Nederland en htm | en pdf.

Selon Armand Robin, ce serait « la meilleure traduction, de fort loin […] ; elle est jolie plutôt que forte ». En 1957, au Club des libraires de France, cette traduction fait l’objet d’une nouvelle édition accompagnée d’une étude et de la traduction nouvelle de 22 quatrains par Gilbert Lazard. En 1988 paraissent aux Nouvelles éditions Tchou Robâ’iyât du sage Khayyam, avec seulement 16 quatrains.

1921 – J. Carpentier

Roubayyat de Hafiz et d’Omar Khayyam, traduction de J. Carpentier d’après l’adaptation anglaise de J. L. Cranmer Byng pour Hafiz et d’après la version poétique anglaise d’Edward Fitzgerald pour Omar Khayyam. Paris, Francis Lebègue éditeur, 1921.

Toujours d’après Fitzgerald.

1922 – Yvonne Ferrand-Weyther

Doubles-quatrains d’après Omar Kheyam. Paris, Gallimard, 1922.

De la même traductrice : La vigne d’Omar Kheyam. St. Félicien en Vivarais, Pigeonnier, 1933.  Edition en vers illustrée de gravures sur bois.

1922 – A. Dubout

« ‘Omar Hayyam. Poémes », in la Revue mondiale, août 1922, p. 271-277, 399-402.

1923 – Iwan Gilkin

Soixante-dix quatrains d’Omar Khayyam. Bruxelles, Editions de la « Vie Intellectuelle », 1923. Disponible sur Omar Khayyam Nederland.

Tiré à 310 exemplaires.

1924 – Franz Toussaint (1879-1955)

Rubaiyat de Omar Khayyam, traduits du persan. Paris : L’édition d’art H. Piazza, 1924. Collection Ex Oriente lux.

Le texte est accessible dans la Grande bibliothèque poétique de Damien Bardot et sur Bibliowiki.

Traduction depuis le texte original persan de 170 quatrains rendus dans une prose poétique. Largement diffusée et rééditée de 1924 à 1979 par les Editions d’art Henri Piazza aujourd’hui disparues. C’est dans cette traduction que  des générations de lecteurs francophones (ma mère, moi…) ont abordé les poèmes de Khayyam.

Une édition, parue en 1957 chez Lubineau et tirée à 550 exemplaires, comporte 200 quatrains.

Voici deux rééditions récentes des traductions de Franz Toussaint :

La corde de la sagesse, traduction du perse en français Franz Toussaint, traduction du perse en arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, préface Abou Hafs Abdeljalil. Paris : Bachari, 2008.

Rubaiyet Omar al-Khayyam, calligraphie Salah Moussawy, traduction française Franz Toussaint, traduction arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, introduction Abou Hafs Abdejalil. Paris : Bachari, 2010.

Certains quatrains ont été mis en musique par Jean Cras en 1925:

Robaiyat : quatrains persans du XIe siècle de Omar Khayyam, traduction de Franz Toussaint ; musique de Jean Cras. Paris : M. Senart, 1925.

1925 – François Arousseau

Les Quatrains d’Omar Khayyām, traduction de F. Aurousseau, d’après la 4e édition anglaise d’Edward Fitz Gerald ; illustrations de Henri Bey.  Foix : Éditions du « Domaine », 1925.

Toujours Fitzgerald… 101 quatrains.

1926 – Henri Jaccard

Les Quatrains d’Omar Khayyamm,rendus en vers français par Henri Jaccard. Lausanne : Payot, 1926.

1931 – Abolgassem Etessam-Zadeh

Les Rubaiyat d’Omar Khayyam, texte persan et traduction en vers français par A.-G. E’tessam-Zadeh. Téhéran, Librairie-Imprimerie Béroukhim, 1931.

Cette traduction a été éditée en France dès 1934 chez Maurice d’Hartoy. L’ouvrage est alors couronné par l’Académie française. Une réédition réalisée en 1987 par l’Association pour le rayonnement de la culture iranienne, avec le texte persan et la traduction française en regard

Elle est reprise aussi dans une édition que je possède, parue vers 1960 à Téhéran chez Tahrir Iran Co,  The Quatrains of Abolfat’h Ghia’th-E-Din Ebrahim Khayam of Nishabur,  avec des traductions en anglais, français, allemand, arabe, le texte persan et des illustrations de Mohammad Akbar Tadjvidi.

1935 – Arthur Guy

Les Robaï d’Omer Kheyyam‎, étude suivie d’une traduction française en décalque rythmique avec rimes à la persane‎, Arthur Guy. Paris‎ :Société française d’éditions littéraires et techniques‎, 1935.‎

328 quatrains.

Réédition en 1938 chez Malfère

En 1949 paraît aux Editions de l’Empire Omar Kheyyam. Les Robaï illustrés de pointes sèches originales d’Oscar Spielmann.

1936 – Enrique Uribe White

Rubaiyata, de Omar Khayyam, traduit en français par Enrique Uribe White. Bogotá, Editorial Minerva, 1936.

1942 – Edouard Rolland

En relisant Omar Khayyam. Rabat : F. Moncho, [1942].  Adaptation en vers français. Précédé d’un article de Théophile Gautier, extrait du «Moniteur universel» du 8 décembre 1867.

1946 – Yves-Gérard Le Dantec

Omar Khayyâm. Les Roubáiyát, traduits en vers français d’après la version anglaise d’Edward FitzGerald. Paris, Jacques Haumont, 1946.

Une nouvelle traduction de la version de Fitzgerald.

1947 – Jacques Broussier

Quatrains adaptés d’Omar Khayyam. Bruxelles, Editions d’art et d’histoire, 1947.

1951 – Sylvain Nassi

Chajjam, Omar. Choix de quatrains,  versifiés et classés par S(ylvain) Nassi. Lausanne, Held S.A., 1951.

1954 – Eléonore Niquille

Rubaiyat d’Omar Khayyám. Aurillac, Clairac 1954.

1957 – Richard Bak

La Robayat d’Omar Kheyyam. Du persan. Version française. [S.l., s.n.], 1957. Impr. Desclée & Cie.

77 quatrains.

1958 – Pierre Pascal

Les Robâ’iyyât d’Omar Khayyâm de Neyshaboor; pour la première fois, traduits en vers français par Pierre Pascal; d’après les plus anciens manuscrits, récemment découverts, de la Bibliothèque de l’Université de Cambridge [MS. Or. 1724] et de la Bibliothèque de Chester Beatty de Dublin, le codex Khayyamien de Mohammed Ali Furughi et divers manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris [Suppl. Persan 1417 et 1477]; fac-simile du manuscrit de la Bibliothèque de l’Université de Cambridge [et du manuscrit supp. Persan 1477 de la Bibliothèque nationale] ; illustrations photographiques du traducteur. Rome: Éditions du coeur fidèle, 1958.  Réédition en 1966 chez le même éditeur.

400 quatrains.

1958 – Armand Robin (1912-1961)

Rubayat, présentation et texte français d’Armand Robin. Paris : Club français du livre, 1958.

260 quatrains. Réédition chez Gallimard en 1994, avec une préface d’André Velter. Une nouvelle édition en 2003, à Meknès, sans la préface d’André Velter. Personnellement, je possède l’édition de 1994 et je trouve la note d’accompagnement d’Armand Robin très intéressante, notamment sur les vicissitudes du texte original.

1959 – Emile Désiron

Les Roubâiyât d’Omar Kheyyâm / [traduction anglaise] d’Edward Fitzgerald ; traduction en vers français par Émile Désiron. Louvain : Nauwelaerts ; Paris : B. Nauwelaerts, [1959?]

Encore une traduction de l’anglais…

1959 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936) / Pierre Martin

Omar Khayyam dans ses Robaiyat, avec une biographie du poète, astronome et homme d’État persan, par le Dr Otoman Zar-Adusht Ha’nish ; traduit de l’anglais par Pierre Martin. [Genève‎ : Ed. Mazdaznan ; Paris‎ : Aryana, G. Vidal‎, [ca 1959]

Encore une traduction de l’anglais. Je la cite comme curiosité, à cause de la personnalité d’Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936), fondateur d’un culte syncrétique mêlant christianisme et zoroastrisme : mazdanan. La traduction de Pierre Martin est disponible sur le site Mazdeen.

1960 – Mahdy Fouladvand

Les Quatrains d’Omar Khayyam, nouvelle traduction littérale, suivie de notes et de la concordance du texte persan en transcription, par Mahdy Fouladvand, Paris : G. –P. Maisonneuve, Besson et Chantemerle, 1960.

Comporte 3 séries :

  • 1ère série : 128 quatrains
  • 2e série : 75 quatrains
  • 3e série (Ecole de Khayyam) : 40 quatrains

Du même traducteur, avec une préface datée de 1965, traduction française et texte persan en regard :

Quatrains khayyamiens, nouvelle traduction classée selon l’ordre alphabétique, suivie de notes, accompagnée du texte persan, par Mahdy Fouladvand. [Téhéran,] : Impr. du Ministère iranien de la culture et des arts, s. d. [1965 ?]

Une nouvelle traduction paraît en 1995 aux Editions du Rocher :

Omar Khayyaâm. Les quatrains.

Comporte 2 séries :

  • 1ère série : 155 quatrains
  • 2e série : 93 quatrains

1961 – Christovam de Camargo

Les roubaïates d’Omar Khayyam, présentation et traduction d’après l’original persan par Christovam de Camargo. [S.l.], Seghers, 1961.

182 quatrains.

1964 – Roger Lescot

Anthologie de la poésie persane : XIe-XXe siècle, textes choisis par Z. Safâ, traduits par G. Lazard, R. Lescot et H. Massé. Paris : Gallimard, 1964.

Cet ouvrage, réédité en 1987, comporte une trentaine de quatrains de Khayyam traduits par Roger Lescot.

1965 – J.-P. Vibert

Omar Khayyam. Les Roubaïates, traduit du persan par J.-B. Nicolas, adaptation par J.-P. Vibert et Pierre Seghers.Paris: Seghers [Gerard & Co., Verviers], 1965.

Réédité en 1973, 1979 (SNED), 1980.

1969 – Victor Bernard

Les Rubaiyat d’Omar Khayyâm, retraduits d’après [la traduction anglaise d’] Edward Fitzgerald, par Victor Bernard ; avant propos d’Abel Doysié. – [Paris]: Le Cerf-volant, [1969].

Fitzgerald a encore frappé !…

1969 – Maurice Chapelan (1906-1992)

Cent quarante deux robaï d’Omar Khayyâm, [adaptation poétique de] Maurice Chapelan. Paris : B. Grasset, 1969.

Dans son article sur « Les » lectures de Khayyâm en France, Sarah Mirdâmâdi estime que cette traduction est une des plus belles. Cependant, selon la notice trouvée dans le SUDOC, elle résulte d’une  comparaisons de traductions en français et en anglais, dont celle de Edward Fitzgerald. Elle n’a pas été rééditée…

1970 – Auguste Testuz

Les quatrains d’Omar Khayyam. Genève, Avec une préface de Marc Chesneau. Genève, [s.n.], 1970.

124 quatrains. Ouvrage tiré à 300 exemplaires.

1971 – Taha ben Kempta

Omar Keyyam. Robayyat(extraits). [S.l.], Nouvelles Editions Polaires, 1971.

12 quatrains.

1977 – Roland Bauza

Omar Khayyam. Vingt quatrains. Les Baux-de-Provence, Atelier Louis Jou, 1977.

Tiré à 100 exemplaires. 20 quatrains.

1979 – Jacques Gaucheron

Omar Khayyâm. Robaïat. Avant lecure et transcription poétique […] Suivi d’un tombeau d’Omar. Paris, Les Editeurs français réunis, 1979.

Réédition en 2002 et en 2012 par Le Temps des cerises.

80 quatrains.

1983 – Vincent-Mansour Monteil (1913-2005)

Quatrains [d’] Omar Khayyam [et] Ballades [de] Hafez de Shiraz ; introduction et choix de poèmes traduits du persan par Vincent Monteil ; calligraphies de Blandine Furet. Paris : Sindbad, 1983.

Comporte 172 quatrains avec le texte persan en regard de la traduction. Trois rééditions : une chez Sindbad en 1998 ; deux chez Actes Sud en 1996 et 2004.

1987 – Pierre Seghers

Omar Kayyâm. Sa vie et ses quatrains Rubâ’iyât. Paris, Seghers, 1987.

161 quatrains.

1987 – Ibrahim Dossa

Omar Khayyam. [Paris], Slallow, [1985].

1988 – Fuad Rouhani

Le Vin de Nishapour: promenades photographiques dans les « Rubâiyât » du poète Omar Khayyâm; [photogr. de] Shahrokh Golestan; [calligr. de Nasrollah Afjei]; nouv. trad. de Fuad Rouhani. – Paris, Souffles, 1988.

72 quatrains.

1990 – Frank Lalou

Omar Khayyam. Ne blâme pas ceux qui s’enivrent. Bordeaux, Blake, 1990.

1992 – Hassan Rezvanian

Les quatrains du sage Omar Khayyâm de Nichâpour et de ses épigones, présentation, traduction et notes [par] Hassan Rezvanian. Paris : Imprimerie nationale, 1992.  (La Salamandre)

637 robâyât traduits.

Deux rééditions : en 1993 à l’Imprimerie nationale et en 2008 chez Actes Sud., dans la collection Babel.

1993 – Sadegh Hedayat (1903-1951) / M.F. Farzaneh et Jean Malaplate

Les chants d’Omar Khayam, édition critique [par] Sadegh Hedayat ; traduit du persan par M.F. Farzaneh et Jean Malaplate. Paris : J. Corti, 1993.

Il s’agit de la traduction de l’édition des Tarânehâ yè Khayyam publiée par l’écrivain iranien Sadegh Hedayat (1903-1951) en 1934. En fait, seul Jean Malaplate a traduit les 143 quatrains, M.F. Farzaneh s’étant chargé du texte de Sadegh Hedayat qui s’inscrit dans la tradition du Khayyam sceptique ennemi des dévots.

1995 – Pierre Lesinge

Les Rubaiyats d’Omar Khayyam, [trad. par] Pierre Lesinge [d’après la trad. anglaise d’Edward Fitzgerald]. Paris, la Pensée universelle, 1995.

Encore Fitzgerald traduit…

1997 – Gilbert Lazard

Cent un quatrains, trad. du persan et présenté par Gilbert Lazard. Paris, la Différence, 1997.  Texte persan et trad. française en regard.

En 2002, Gallimard publie cette traduction sous le titre Cent un quatrains de libre pensée. Mais en fait, dès 1957, Gilbert Lazard publie la traduction de 22 quatrains de Khayyam dans une réédition de la traduction de Claude Anet et Mirza Muhammad.

Dernière édition en 2016 en collection Folio chez Gallimard sous le titre Vivre te soit bonheur ! : Cent un quatrains de libre pensée.

1999 – ????

Le désir et le vin, calligr., Lassâd Métoui ; introd., Henri Philibert ; trad. du français à l’arabe, Suzanne El Farrah. Pars : Editions Alternatives.

Réédition (?) en 2008 sous le titre sous le titre : L’amour, le désir et le vin. Le traducteur du texte en français n’es pas précisé.

2000 – Jean Rullier

Les quatrains : robaïyat, nouvelle version établie et présentée par Jean Rullier. Paris, le Cherche Midi éd., 2000.

182 quatrains.

2001 – Abolgassem Parviz

Omar Xayam. Quatrins. Paris, RAC, 2001.

Edition bilingue français-persan.

2005 – Hussein Sadeghi

Ruba’iyat, avant-propos, introduction, traduction et notes de H. Sadeghi ; illustrations de M. Farshchian, calligraphies de Gh.H. Amir-Khani ; message de Federico Mayor ; préface de Mohammad-Ali Eslami Nadoushan. Téhéran : Yassavoli, 2005. Réédition en 5 langues (persan, anglais, français, arabe et allemand) en 2011.

Ouvrage publié pour la première fois en 1999 avec le soutien de l’Unesco, pour la commémoration de la disparition d’Omar Khayyam. Poèmes en persan, avec traduction en français et en anglais sur la page opposée, et numérotation double en chiffres persans et arabe. la version anglaise est, bien sûr, d’Edward Fitzgerald avec une introduction de celui.

Et merci à Ghassem Abbassian qui m’a indiqué cette référence.

2005 – Omar Ali Shah (1922-2005) / Patrice Ricord

Les quatrains d’Omar Khayyam, préfacés et traduits du persan par Omar Ali Shah,traduit de l’anglais par Patrice Ricord. Paris : Albin Michel, 2005.

Et une dernière traduction de l’anglais, l’édition originale étant de 1964… Intéressante néanmoins pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui « propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153 ». L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Le 8 juillet dernier, j’avais consacré une chronique aux caricatures de l’ogre de Corse. En voici une nouvelle, portant cette fois sur deux ouvrages parus au début de la Monarchie de Juillet. D’autres suivront, tant notre premier empereur offre une matière quasi-inépuisable. Continuer la lecture de Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes imaginaires

Tout est parti de la référence ci-dessous :

Jean-Benoît Bouron, « Cartographier l’imaginaire : un exercice géographique », Le monde des cartes, 2005, n° 205, p. 11-24. Disponible sur le site du Comité Français de Cartographie.

Dans sa bibliographie, l’auteur donne des adresses web (ici marquées d’un *) auxquelles j’ai ajouté mes propres trouvailles. Evidemment, cette liste fera l’objet de mises à jour. Dernière mise à jour : 22 janvier 2014.

 

Les cartes dans la bande dessinée

  

La Terre du Mileu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bandes-dessinées détournées (2) Substitutions

Dans « Un premier bouquet de contraintes » (Oubapo Oupus 1, 1997), Thierry Groensteen indique, parmi les contraintes transformatrices, la substitution qui peut être soit verbale, soit iconique, ou encore complète, en « double aveugle ». Je ne m’arrêterai pas à ce dernier type, qui nécessite trois intervenants et m’intéresserai aux deux premiers……


Substitution iconique

Principe : garder les textes d’origine et changer les dessins.

Thierry Groensteen donne l’exemple de deux planches de François Schuiten parues en1983 dans le numéro hors série de (A Suivre) en hommage à Hergé. Les dessins évoquent un panorama urbain avant de pénétrer par la fenêtre d’une pièce où un enfant est plongé dans la lecture de L’Etoile mystérieuse. Or le texte d’un dialogue entre Tintin et l’astronome Calys extrait de cet album et annonçant la fin du monde accompagne les dessins de Schuiten, telles deux voix off. Le mouvement des planches nous mène à l’enfant absorbé dans sa lecture :

… nous « écoutions » donc résonner en lui les phrases les plus frappantes de cette scène mémorable, avant qu’il ne nous apparaisse. Dans la dernière vignette, placés derrière son épaule, nous découvrons les images qu’il contemple, entrant ainsi complètement en phase avec le cours de sa lecture. Ces deux pages constituent un hommage émouvant, où la mort d’un auteur inlassablement fréquenté depuis l’âge tendre, est, par le biais d’un adieu à l’enfance, assimilée à la fin d’un certain monde.

En cherchant d’autres exemples, je me suis poser la question suivante : peut-on considérer comme une substitution iconique la reprise d’un album déjà paru avec un autre dessinateur ? Un exemple : les deux pages planches de Chlorophylle contre les rats noirs redessinées par Andreas parues dans parues dans Le Journal de Tintin no 316 en 1981 (NB : l’une d’elles figure dans l’article de Pascal Lefèvre, traduit par… Thierry Groensteen : « Pour une approche sensuelle de la bande dessinée, paru en 1997 dans le n° 2 de 9e Art). Le style et l’atmosphère sont radicalement différents de ceux de l’album de Raymond Macherot. Cependant, je pense que nous avons ici affaire à une sorte de remake, une réinterprétation graphique, plutôt qu’à une substitution iconique proprement dite.


Substitution verbale

Principe : garder la planche et changer les textes.

Cette pratique remonte au moins aux années 1960, avec les créations des situationnistes. Voici ce qu’écrit sur le sujet Thomas Genty dans La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l’art (cf. The Situatonist Internationale ou Infokiosques).

La pratique révolutionnaire de la poésie, c’est entre autres le détournement actif du langage. René Viénet ne manque pas d’idées pour le réaliser efficacement : plusieurs mois avant l’explosion de 1968, il propose (et exécute) l’expérimentation du détournement des romans-photos, des photos dites pornographiques et de toutes les affiches publicitaires (par l’emploi de phylactères subversifs). S’inspirant des guérilleros argentins qui avaient investi le poste de commande d’un journal lumineux (en plein air) pour y lancer leurs propres messages et slogans, Viénet vante la promotion de la guérilla dans les mass media et le piratage de ces derniers de manière générale (tout en se référant plus à la propagande par le fait des anarchistes qu’à la guérilla urbaine clandestine de différents groupuscules sud-américains). Viénet lance également l’idée de mise au point de comics situationnistes (déjà réalisée à Strasbourg), les bandes dessinées étant à ce moment la forme de « littérature » la plus populaire, et relance l’idée de la réalisation de films situationnistes (ou plutôt d’usage situationniste du cinéma). Ce sont ces deux dernières propositions que nous allons maintenant étudier.

Le détournement de comics (petites bandes dessinées américaines, pour la plupart) par les situationnistes commence en 1964 en Espagne, sous forme de tracts clandestins (il s’agit en l’occurrence de photos érotiques détournées par des bulles aux messages défiant à la fois la censure politique du régime franquiste et la censure morale des curés). La même année, le même style de détournement provocateur est utilisé dans des tracts distribués lors de manifestations diverses au Danemark. C’est à Strasbourg, en octobre 1966, que Le retour de la colonne Durruti, comics par détournement d’André Bertrand, met le feu aux poudres dans l’Université juste avant la distribution du pamphlet situationniste De la misère en milieu étudiant…. Aussi radicale que ce dernier, la bande dessinée strasbourgeoise en cite quelques passages et annonce l’extension de la critique de l’Université à la révolte contre la société tout entière. Constituée de détournements divers et variés, cette bande dessinée forme un tout sans qu’aucune image ou presque (en tant que représentation picturale) n’ait de rapport direct l’une avec l’autre : dessin du cheval de Troie, photos issues de la revue Positif, de scènes de vie quotidienne d’enfants, de western, gravures anciennes et peinture de la Renaissance, une photo de brosses à dents et une de Ravachol, toutes ces illustrations ont des « choses à dire ». Le retour de la Colonne Durruti, iconoclaste, offense étudiants et hiérarchie de l’Université de Strasbourg, et pas seulement puisque le tract-B.D. sera distribué par la suite dans plusieurs autres Universités de France.

Quelques réalisations sont visibles sur les sites Les inventeurs d’incroyances (voir aussi ici) Rocbo ou de la librairie Lecointre Drouet. Cet héritage est toujours vivant avec par exemple « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre« , substitution verbale à partir d’un extrait de Corto Maltese, dans Ne sauvons pas le monde qui nous broie ! : manifeste pour une désobéissance générale (Le Passager clandestin, 2009).

L’OuBaPo reprend le procédé hors de toutes références au militantisme politique. S’y illustre notamment François Ayroles qui greffe un texte extrait de laTraumdeutung de Freud dans une planche de Little Nemo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.42-43), place un  dialogue de Platon dans Placid et Muzo font du judo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.4) ou détourne des planches d’un vieux Michel Vaillant, Le 13 est au départ, avec un dialogue sur l’ontologie de la bande dessinée où les personnages se moquent des artifices utilisés par Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, pour faire avancer la narration (Oupus 2 de l’OuBaPo, p.43-49).

Hors de l’OuBaPo officiel, les dimanches oubapiens de Phylacterium suivent le même principe avec des textes de romans ou de bandes dessinées placés dans les phylactères de la planche d’un autre auteur.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’OuBaPo et la bande dessinée sous contrainte

Dernière mise à jour : 11 avril 2016.

 L’OuBaPo est à la bande dessinée ce que l’OuLiPo est à la littérature : il s’agit pour ses membres de créer des bandes dessinées sous contrainte artistique volontaire. Fondé en 1992 au sein de l’Ou-X-Po et très lié à la fameuse maison d’édition L’Association, cet Ouvroir de Bande dessinée Potentielle est composé de François Ayroles, Anne Baraou, Gilles Ciment, Jochen Gerner, Thierry Groensteen, Étienne Lécroart, Killoffer, Jean-Christophe Menu et Lewis Trondheim.

Il convient d’y ajouter les oubapiens américains Tom Hart, Jason Little et Matt Madden, qui ont créé le site OuBaPo – America, quelques oubapiens suisses (Alex Baladi, Ibn El Rabin, Andréas Kündig) et un oubapien ibérique (Sergio Garcia).

D’autres auteurs, sans faire formellement partie de l’OuBaPo, ont collaboré aux OuPus ou publié des livres « oubapiens » : Alex Baladi, Stanislas Barthélémy, Denis Bourdaud, Philippe Coudray, Emmanuel Guibert, Matt Konture, Andréas Kündig, Axel Renaux, Vincent Sardon, Joann Sfar, Tanitoc, Jean-Michel Thiriet.

Cependant l’utilisation de contraintes dans la création de bandes dessinées s’étend au-delà de l’OuBapo « officielle », puisque nous pouvons la retrouver notamment chez Marc-Antoine Mathieu (cf. chronique) ou chez Luc et François Shuiten avec la construction en palindrome de NogegoN (cf. Wikipedia). András Tóth, dans L’hyperbédé et la métabédé. Interactivité et jeux avec le médium en bande dessinée, donne d’autres exemple de contraintes dans des bandes dessinées non-oubapienne : Schuiten et Peeters avec le Catalogue du musée Desombres, Christin et Bilal dans Los Angeles, Cosey avec Saigon – Hanoi… Plus loin dans le temps, il faudrait citer Gustave Verbeek et son Upside-down (cf. Sunday Press et Fric Frac Club).


Sur les auteurs oubapiens

Outre leurs sites, voir pour certains leur notice dans Wikipedia.

Voir aussi les les interviews de François Ayroles et de Killofer sur le site du9, l’autre bande dessinée.

Sur Matt Madden, voir le site son entretien avec Xavier Guibert (en français / en anglais) et la brève sur ses 99 way of tell a story : exercices in style.


Sur l’OuBaPo

Un article sur Wikipedia

Un article de Phylacterium

Un article sur le blog de la libraire d’images Contrebandes

Un dossier de Neuvième art 2.0

Les jeudis de l’Oulipo – Oubaposhow François Ayroles, Alex Baladi, Andréas Kündig, Etienne Lécroart, Matt Madden. Conférence du é( avril 2013


Sur les contraintes oubapiennes

Thierry Groensteen, « Un premier bouquet de contraintes » in OuBaPo, Oupus 1, L’Association, 1996. L’auteur y fait notamment une distinction entre

contraintes génératrices à l’origine de bandes dessinées originales : restriction iconique, restriction plastique, restriction énonciative (ex. : bandes dessinées muettes), itération iconique, itération iconique partielle, pluri-lecturabilité, réversibilité, recouvrement, consécution aléatoire, distribution réglée, ordonnancement géométrique

contraintes transformatrices intervenant sur des bandes dessinées déjà existantes : substitution, S+7, expansion, réduction, recadrage, réinterprétation graphique, hybridation

Une bibliographie sur Fatrazie.

Quelques bédés oubapiennes produites lors des rencontres de Bastia de 2003.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts