Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Départager deux canditats ayant obtenu un nombre égal de voix

Il existe plusieurs solutions au problème posé en titre. En voici trois touchant le personnel politique :

La désignation du candidat le plus âgé, comme cela se fait pour les députés et les sénateurs en France (voir Vie publique). Et que fait-on si les deux adversaires sont jumeaux ?

Le tirage au sort, comme pour le président du Sénat Thaïlandais (extrait du site de l’Union interpalementaire). Le tirage au sort n’est-il pas d’ailleurs de nature bien plus démocratique que l’élection, comme les Athéniens l’avaient bien compris ? Voir à ce propos ces deux citations trouvée dans l’article Stochocratie de Wikipédia :

Aristote : « Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu’elles soient électives » Les Politiques, IV, 9, 4 Traduction: Pierre Pellegrin

Montesquieu : « Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie. Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie. » De l’esprit des lois.

La désignation par une assemblée parlementaire, comme aux Etats-Unis où pour l’élection du président, « si deux ou plusieurs personnes ont obtenu cette majorité et un nombre égal de voix, la Chambre des représentants choisira alors le président, selon la même procédure, parmi les cinq personnes ayant obtenu le plus grand nombre de voix ». (extrait de l’article 2 de la Constitution des Etats-Unis) ».

Cependant, la solution la plus originale me semble être celle du point-milieu adoptée lors de l’élection du président du Weldon-Institute de Philadelphie… du moins à en croire Jules Verne (cf. Robur le Conquérant, chapitre II) :

Uncle Prudent était un personnage considérable, et, en dépit de son nom, cité pour son audace. Très riche, ce qui ne gâte rien, même aux Etats-Unis. Et comment ne l’eût-il pas été, puisqu’il possédait une grande partie des actions du Niagara Falls ? À cette époque, une société d’ingénieurs s’était fondée à Buffalo pour l’exploitation des chutes. Affaire excellente. Les sept mille cinq cents mètres cubes que le Niagara débite par seconde, produisent sept millions de chevaux-vapeur. Cette force énorme, distribuée à toutes les usines établies dans un rayon de cinq cents kilomètres, donnait annuellement une économie de quinze cents millions de francs, dont une part rentrait dans les caisses de la Société et en particulier dans les poches de Uncle Prudent. D’ailleurs, il était garçon, il vivait simplement, n’ayant pour tout personnel domestique que son valet Frycollin, qui ne méritait guère d’être au service d’un maître si audacieux. Il y a de ces anomalies.

Que Uncle Prudent eût des amis, puisqu’il était riche, cela va de soi ; mais il avait aussi des ennemis, puisqu’il était président du club, ― entre autres, tous ceux qui enviaient cette situation. Parmi les plus acharnés, il convient de citer le secrétaire du Weldon-Institute.

C’était Phil Evans, très riche aussi, puisqu’il dirigeait la Walton Watch Company, importante usine à montres, qui fabrique par jour cinq cents mouvements à la mécanique et livre des produits comparables aux meilleurs de la Suisse. Phil Evans aurait donc pu passer pour un des hommes les plus heureux du monde et même des Etats-Unis, n’eût été la situation de Uncle Prudent. Comme lui, il était âgé de quarante-cinq ans, comme lui d’une santé à toute épreuve, comme lui d’une audace indiscutable, comme lui peu soucieux de troquer les avantages certains du célibat contre les avantages douteux du mariage. C’étaient deux hommes bien faits pour se comprendre, mais qui ne se comprenaient pas, et tous deux, il faut bien le dire, d’une extrême violence de caractère, l’un à chaud, Uncle Prudent, l’autre à froid, Phil Evans.

Et à quoi tenait que Phil Evans n’eût été nommé président du club ? Les voix s’étaient exactement partagées entre Uncle Prudent et lui. Vingt fois on avait été au scrutin, et vingt fois la majorité n’avait pu se faire ni pour l’un ni pour l’autre. Situation embarrassante, qui aurait pu durer plus que la vie des deux candidats.

Un des membres du club proposa alors un moyen de départager les voix. Ce fut Jem Cip, le trésorier du Weldon-Institute. Jem Cip était un végétarien convaincu, autrement dit, un de ces légumistes, de ces proscripteurs de toute nourriture animale, de toutes liqueurs fermentées, moitié brahmanes, moitié musulmans, un rival des Niewman, des Pitman, des Ward, des Davie, qui ont illustré la secte de ces toqués inoffensifs.

En cette occurrence, Jem Cip fut soutenu par un autre membre du club, William T. Forbes, directeur d’une grande usine, où l’on fabrique de la glucose en traitant les chiffons par l’acide sulfurique ― ce qui permet de faire du sucre avec de vieux linges. C’était un homme bien posé, ce William T. Forbes, père de deux charmantes vieilles filles, Miss Dorothée, dite Doll, et Miss Martha, dite Mat, qui donnaient le ton à la meilleure société de Philadelphie.

Il résulta donc de la proposition de Jem Cip, appuyée par William T. Forbes et quelques autres, que l’on décida de nommer le président du club au « point milieu » .

En vérité, ce mode d’élection pourrait être appliqué en tous les cas où il s’agit d’élire le plus digne, et nombre d’Américains de grand sens songeaient déjà à l’employer pour la nomination du président de la République des Etats-Unis.

Sur deux tableaux d’une entière blancheur, une ligne noire avait été tracée. La longueur de chacune de ces ligues était mathématiquement la même, car on l’avait déterminée avec autant d’exactitude que s’il se fût agi de la base du premier triangle dans un travail de triangulation. Cela fait, les deux tableaux étant exposés dans le même jour au milieu de la salle des séances, les deux concurrents s’armèrent chacun d’une fine aiguille et marchèrent simultanément vers le tableau qui lui était dévolu. Celui des deux rivaux qui planterait son aiguille le plus près du milieu de la ligue, serait proclamé président du Weldon-Institute.

Cela va sans dire, l’opération devait se faire d’un coup, sans repères, sans tâtonnements, rien que par la sûreté du regard. Avoir le compas dans l’œil, suivant l’expression populaire, tout était là.

Uncle Prudent planta son aiguille, en même temps que Phil Evans plantait la sienne. Puis, on mesura afin de décider lequel des deux concurrents s’était le plus approché du point milieu.

Ô prodige ! Telle avait été la précision des opérateurs que les mesures ne donnèrent pas de différence appréciable. Si ce n’était pas exactement le milieu mathématique de la ligne, il n’y avait qu’un écart insensible entre les deux aiguilles et qui semblait être le même pour toutes deux.

De là, grand embarras de l’assemblée.

Heureusement, un des membres, Truk Milnor, insista pour que les mesures fussent refaites au moyen d’une règle graduée par les procédés de la machine micrométrique de M. Perreaux, qui permet de diviser le millimètre en quinze cents parties. Cette règle, donnant des quinze-centièmes de millimètre tracés avec un éclat de diamant, servit à reprendre les mesures, et, après avoir lu les divisions au moyen d’un microscope, on obtint les résultats suivants :

Uncle Prudent s’était approché du point milieu à moins de six quinze-centièmes de millimètre, Phil Evans, à moins de neuf quinze-centièmes.

Et voilà comment Phil Evans ne fut que le secrétaire du Weldon-Institute, tandis que Uncle Prudent était proclamé président du club.

Un écart de trois quinze-centièmes de millimètre, il n’en fallut pas davantage pour que Phil Evans vouât à Uncle Prudent une de ces haines qui, pour être latentes, n’en sont pas moins féroces.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les manuscrits des robâiyât d’Omar Khayyâm

(Dernière mise à jour : 29 mars 2012)

En décembre 2010, je vous proposais une chronique sur les traductions françaises des robâiyât d’Omar Khayyâm en vous promettant d’aborder prochainement la question des manuscrits. Ce projet est resté à l’état de brouillon que je vous communique ci-dessous en attendant de le compléter.

Les manuscrits

Manuscrits conservés à la bibliothèque nationale, indiqués par Charles Grolleau dans la bibliographie qui accompagne sa traduction :

Supplément Persan 745. Diwan de Emad, daté de l’an 786 de l’Hégire (1384). Sur le côté blanc de la feuille 64, un des possesseurs de ce manuscrit a écrit 6 rubaiyat d’Omar. Sur les feuilles contenant le colophon se trouve une variante du quatrain 112 du manuscrit de la Bodléienne.

Ancien fonds 349, ff. 181-210, 213 rubaiyat, daté de l’an 920 de l’Hégire (1514).

Supplément Persan 823, ff. 92-113, 349 rubaiyat: A. H. 934(1527).

Supplément Persan 826, ff. 391-394, 75 rubaiyat: A. H. 937 (153o).

Supplément Persan 793, f. 104, 6 rubaiyat d’une écriture du xi » siècle de l’Hégire.

Supplément Persan 833 (Ms de l’Atash Kadah), 31 rubaiyat: A. H. 1217 (1802).

Manuscrit du XVIIIe siècle conservé parmi les manuscrit orientaux de la bibliothèque universitaire d’Uppsala.

Manuscrit écrit à Schiraz en 1460/1461 (866 de l’Hégire), conservé à la Bodleian Library d’Oxford. Garcin de Tassy l’a utilisé  pour sa «  »Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm » parue en juin 1857 dans le Journal asiatique. Les 158 quatrains ont été traduits, en anglais par Fitzgerald (1859), en français par Charles Grolleau (1909) ou Jules de Marthold (1910). Une centaine de ces quatrains sont incertains. Ce manuscrit, qui porte la cote MS Ouseley 140, est accessible en ligne sur le site de la Bodleian Library.

Manuscrit d’Istanbul, 375 quatrains.

Manuscrit de 464 quatrains traduits en français par J.-B. Nicolas (1861).

Manuscrit de Calcutta, 516 quatrains.

Manuscrit de Lucknow, 845 quatrains.

Manuscrit de 1259 du scribe Mohammed al Qâwim de Nichapour, acheté en 1949 par le bibliophile anglais Chester Beatty, et contenant 172 quatrains traduits en français par Vincent Monteil (1983).

Manuscrit de 1207 dit de « Cambridge », acheté en 1950 à Téhéran. Anthologie de 252 quatrains qui ont été traduits par le professeur Arthur J. Arberry (en 1952, il a expertisé le manuscrit « Chester-Beatty »).

Manuscrit de 1206, conservé aux Etats-Unis et contenant 247 quatrains.

Manuscrit de 1153 découvert  « dans une immense bibliothèque familiale », 111 quatrains traduits en anglais par Omar Ali-Shah.

Au sujet des manuscrits

Barthélemy Csillik. Les Manuscrits mineurs des Rubâʼiyât de Omar Khayyâm dans la Bibliothèque nationale. Société anonyme Szeged Városi nyomda és Könyvkiadó, 1933. (Travaux de la Bibliothèque Universitaire de Szeged. N° 2)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte ?

Extrait de L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1ère année, 1864, p.50 :

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte — Autrefois le sens du fameux vers:

Franchement, il est bon à mettre au cabinet!

n’était point douteux pour moi : mais depuis que j’ai lu les éclaircissements des commentateurs, je suis aussi embarrasséqu’un médecin de Molière, lorsque Galien et Hippocrate’ne sont pas d’accord.— Selon M. Littré (art. Cabinet de son Dict.),cabinet signifie bureau, armoire à compartiments, et Alceste voulait dire : « Votre sonnet doit être gardé en portefeuille,non publié, » ce qui est un peu anodin pour un homme qui, après s’être longtemps contenu, finit par dire franchement sa pensée.D’après Furetière, cabinet est synonyme de lieu d’aisance, en sorte qu’Alceste aurait tout bonnement destiné le sonnetd’Oronte à l’usage que chacun sait. A la bonne heure, cela ne manque pas d’énergie; mais cela semble bien peu… académique.Quelle est la véritable explication ? Y aurait-il parmi les correspondants de l’Intermédiaire. quelque docteur Pangloss assez bon pour me tirer d’embarras? C.-D. C.

Ceux qui souhaitent connaître les réponses possibles à cette grave question de vocabulaire et d’histoire littéraire peuvent se reporter aux pages suivantes de ce même volume, où interviennent, entre autres, Eudore Soulié, auteur de Recherches sur Molière et sur sa famille parues en 1863, et le fameux bibliophile Jacob, alias Paul Lacroix :

p. 62

p. 105

p. 119

p. 311

p. 325

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les canulars picturaux et l’origine de l’art moderne (1) Monochromes

J’assistais l’autre jour à une fort intéressante conférence-spectacle de Jacques Mougenot sur l’affaire Dussaert, du nom de Philippe Dussaert (1947-1989), fondateur de l’école vacuiste. Si vous avez l’occasion d’y assister, n’hésitez pas. Outre l’agrément du spectacle, cela donne à penser sur le statut de l’oeuvre d’art et celui de l’artiste.

Cela m’a donné envie de m’intéresser aux canulars picturaux dans leur rapport avec les origines de l’abstraction. Je commencerai ici par les monochromes.

Avant de devenir l’affaire d’artistes « sérieux » avec le Carré blanc sur fond blanc (1918) de Malevitch et les propositions monochromes d’Yves Klein (1955), le monochrome, forme radicale de peinture abstraite,  a fait les délices des humoristes de la seconde moitié du XIXe siècle, Alphonse Allais n’étant du reste pas le premier, avec sa Première Communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige (1883).

Voir sur le sujet les sites suivants : L’AlamblogL’imposture en peinture et Radical Art. Il y est notamment question…

… de Bertall, qui dans ses caricatures parues dans l’Illustration, Journal universel présente en 1843 le dessin d’un tableau noir constellé de points blancs avec pour légende : Vue de la hougue (effet de nuit), par M. Jean-Louis Petit ;

… d’un monochrome bleu signalé dans Le Diable au Salon : revue comique, critique et très-chique de l’exposition des Beaux-Arts (Bruxelles, 15 août – 31 octobre 1851) ; avec une foultitude d’illustrations sur pierre et sur bois, par les premiers maçons et les meilleurs charpentiers du pays, parue chez Caquet-Bonbec et Cie éditeurs avec pour auteur Japhet (J.A. Luthereau) et pour illustrateur Félicien Rops ;

… du Combat de nègres dans une cave pendant la nuit exposé par Paul Bilhaud au Salon des Arts incohérents de 1882 (cf. le site Philippe Declerk et Les arts incohérents, site de Catherine Charpin)  ;

… de l’Album primo-avrilesque contenant sept monochromes publié par Alphonse Allais chez Ollendorf, le 1er avril 1897 (cf. l’A.B.C.daire d’Alphonse) et réédité en novembre 1999 par les éditions Climats et  janvier 2005 par les éditions Al Dante (cf. Chronic’art)

… du dessin animé Le Peintre néo-impressionniste d’Emile Cohl (1910) dont vous trouverez ci-dessous un résumé trouvé sur RAForum dans un article d’Isabelle Marinone (NB : un article entier, signé cette fois Denys Riout, lui est consacré dans la revue 1895) :

L’anti-académisme de Cohl ouvre la voie aux avant-gardistes cubistes, futuristes, dadaïstes et surréalistes. L’invention de nouvelles formes plastiques ajoute une cassure des perceptions réalistes au discours ironique du cinéaste sur la société. Le père du dessin animé pense à l’utilisation de la couleur, avec notamment Le peintre néo-impressionniste en 1910, film imprégné d’humour Incohérent. L’œuvre mélange personnages réels en noir et blanc et dessins animés en couleur. L’histoire décrit un peintre néo-impressionniste présentant à un acheteur, un ecclésiastique, ces toiles monochromes qui rapidement s’animent. Chaque tableau fait penser aux œuvres proposées à l’exposition des Incohérents de 1883, par Alphonse Allais. Cohl en donne une nouvelle version en fonction des anciens titres fantaisistes, [44] bien que le plus souvent il illustre le plus fidèlement possible l’idée de base de chaque cadre. Ainsi la toile jaune présente un soleil souriant au visage d’André Gill, la toile verte un diable ventru buvant de l’absinthe, la toile rouge des cardinaux en forme de tomates … Le tout devant le curé ébahi et indigné. Le film se termine sur le peintre riant [45] du religieux, qui part furieux et sans le moindre tableau. Emile Cohl rend ici, de manière claire, un hommage aux Incohérents et aux Néo-impressionnistes, alors composés des artistes anarchistes Paul Signac, [46] Lucien Pissarro [47] et Maximilien Luce. [48] Cohl choisit de placer un homme d’Eglise comme acheteur, et souligne ainsi la provocation du peintre face aux normes établies. Il renforce un aspect anticlérical assez peu visible dans le reste de ses productions.

La fin du film décrite dans ce résumé correspond pas à celle que nous pouvons voir dan la version ci-dessous (merci à Marie Paccou qui me l’a signalé), où au contraire le religieux prend le tout. Mise à jour du 22 novembre 2016.

Grâce à l’ouvrage de Denys Riout, La peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre (J. Chambon, 1996, puis Gallimard, 2006 pour une édition revue et augmentée), j’ai trouvé deux toiles signalées dans le catalogue de l’exposition des Arts incohérents de 1889 : Eclipse totale de soleil en Afrique centrale d’Amillet et Wagon de fumeurs dans un tunnel de Guillon. Leur existence est néanmoins incertaine.

Enfin, parmi les littérateurs, outre Alphonse Allais, Georges Fourest (cf. un article de Laurent Robert sur le site Romanitas où vous trouverez une véritable préhistoire du monochrome littéraire) ou Alexandre Dumas (cf. une précédente  chronique), nous pouvons remonter plus haut que le XIXe siècle et citer, comme le fait Wikipédia,  Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme publié en 1760, où Laurence Sterne introduit une page noire au chapitre XII, ou encore Voltaire, qui attribue à Micromégas un ouvrage de philosophie constitué de feuilles blanches.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour du livre de Marie-Claire Planche, De l’iconographie racinienne

Voici un livre que je n’ai pas lu, mais dont le thème me semble intéressant :
 
Marie-Claire Planche : De l’iconographie racinienne : dessiner et peindre les passions. Turhnout, Brepols, « Styles du savoir », 2010, 326 p., 97 ill. nb.

Sur l’ouvrage et l’auteur, voir le site de Marie-Claude Planche. Vous pouvez aussi lire le prologue de ce livre dans les Varia 2 (été 2010) de la revue Textimage.

Cela m’a donné envie de chercher quelques images en rapport avec le sujet.

Sur le site Utpictura18, vous pouvez trouver des gravures réalisées par divers graveurs, notamment celles faites d’après les dessins de Jacques de Sève pour l’édition des Oeuvres de Racine publiée en 1767 par la Compagnie des libraires.

Voici quelques autres images glanées sur internet. Cliquez essus, vous aurez accès au texte de la pièce sur le site indiqué. Profitez-en pour (re)lire ces classiques.

 

Estampe de Philippe Chéry (1759-1838) pour Andromaque trouvée sur Méditerranées
Estampe de Philippe Chéry (1759-1838) pour Andromaque trouvée sur Méditerranées
 

Phèdre et Hippolyte, illustration trouvée dans la Bibliotheca augustana
Phèdre et Hippolyte, illustration trouvée dans la Bibliotheca augustana

 

Esther, illutration extraite des Oeuvres de Racine (M.-E. David, 1760)
Esther, illutration extraite des Oeuvres de Racine (M.-E. David, 1760)

 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Passage de la Mer rouge par les Hébreux ou les prémices de l’abstraction selon Alexandre Dumas père

Voici un extrait d’Alexandre Dumas (cf. Le Corricolo, fin du chapitre 40, consultable sur Méditerranées) :

Je leur raconterai tout simplement l’histoire d’un pauvre fou que j’ai vu à Charenton, et qui m’a paru non seulement plus sage, mais encore plus logique qu’eux. Sa folie était de se croire un grand peintre, et à son avis il venait d’exécuter son chef d’oeuvre.

Ce chef-d’oeuvre, recouvert d’une toile verte, était le Passage de la mer Rouge par les Hébreux.

Il vous conduisait devant le chef-d’oeuvre, levait la toile verte, et l’on apercevait une toile blanche.

– Voyez, disait-il, voilà mon tableau.
– Et il représente ? demandait le visiteur.
– Il représente le Passage de la mer Rouge par les Hébreux.
– Pardon ! mais où est la mer ?
– Elle s’est retirée.
– Où sont les Hébreux ?
– Ils sont passés.
– Et les Egyptiens ?
– Ils vont venir.

L’immortel auteur des Trois Mousquetaires était si content de cette anecdote, qu’il l’a réutilisé sous une autre forme dans ses Mémoires (voir le site Dumas père) :

Maintenant, il s’agissait de décorer l’appartement. C’était l’affaire de mes amis les peintres.

A peine surent-ils le besoin que j’avais d’eux, qu’ils vinrent m’offrir leurs services. Il y avait quatre pièces à peindre ; on se partagea la besogne.

Les décorateurs étaient tout simplement Eugène Delacroix, Louis et Clément Boulanger, Alfred et Tony Johannot, Decamps, Granville, Jadin, Barye, Nanteuil, nos premiers artistes enfin. (…)

Le lendemain, on commença l’œuvre avec le jour. La plupart des travailleurs, au reste, en étaient aux trois quarts de leur besogne. Clément Boulanger et Barye avaient fini. Louis Boulanger n’avait plus que trois ou quatre heures de travail. Decamps donnait les dernières touches à son Debureau, et Jadin à ses coquelicots et à ses bleuets ; Granville en- était à ses dessus de porte, quand, ainsi qu’il l’avait promis, Delacroix arriva.

– Eh bien, où en sommes-nous ? demanda-t-il.
– Mais vous voyez, dit chaque travailleur en s’effaçant pour laisser voir son œuvre.
– Ah çà ! mais c’est de la miniature que vous faites là ! Il fallait me prévenir : je serais venu il y a un mois.

Et il fit le tour des quatre chambres, s’arrêtant devant chaque panneau, et trouvant le moyen, grâce au charmant esprit dont il est doué, de dire un mot agréable à chacun de ses confrères.

Puis, comme on allait déjeuner, il déjeuna. Le déjeuner fini :

– Eh bien ? demanda-t-il en se tournant vers le panneau vide.
– Eh bien, voilà ! lui dis-je ; c’est le tableau du Passage de la mer Rouge : la mer est retirée, les Israélites sont passés, les Egyptiens ne sont point arrivés encore.
– Alors, je profiterai de cela pour faire autre chose. Que voulez-vous que je vous bâcle là-dessus ?
– Mais, vous savez, un Roi Rodrigue après la bataille : Sur les rives murmurantes

« Du fleuve aux ondes sanglantes,
Le roi sans royaume allait,
Froissant, dans ses mains saignantes,
Les grains d’or d’un chapelet. »

– Ainsi, c’est bien cela que vous voulez ?
– Oui.
– Quand ce sera à moitié fait, vous ne me demanderez pas autre chose ?
– Parbleu !
– Va donc pour le roi Rodrigue !

Et, sans ôter sa petite redingote noire collée à son corps, sans relever ses manches ni ses manchettes, sans passer ni blouse ni vareuse, Delacroix commença par prendre son fusain ; en trois ou quatre coups, il eut esquissé le cheval ; en cinq ou six, le cavalier ; en sept ou huit le paysage, morts, mourants et fuyards compris. Puis, faisant assez de ce croquis, inintelligible pour tout autre que lui, il prit brosse et pinceaux, et commença de peindre.

Alors, en un instant, et comme si l’on eût déchiré une toile, on vit sous sa main apparaître d’abord un cavalier tout sanglant, tout meurtri, tout blessé, traîné à peine par son cheval, sanglant, meurtri et blessé comme lui, n’ayant plus assez de l’appui des étriers, et se courbant sur sa longue lance ; autour de lui, devant lui, derrière lui, des morts par monceaux. Au bord de la rivière, des blessés essayant d’approcher leurs lèvres de l’eau, et laissant derrière eux une trace de sang. Al’horizon, tant que l’oeil pouvait s’étendre, un champ de bataille acharné, terrible. Sur tout cela, se couchant dans un horizon épaissi par la vapeur du sang, un soleil pareil à un bouclier rougi à la forge ; puis, enfin, dans un ciel bleu se fondant à mesure qu’il s’éloigne, dans un vert d’une teinte inappréciable, quelques nuages roses comme le duvet d’un ibis.

Tout cela était merveilleux à voir : aussi un cercle s’était-il fait autour du maître, et chacun, sans jalousie, sans envie, avait quitté sa besogne pour venir battre des mains à cet autre Rubens qui improvisait tout à la fois la composition et l’exécution.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Rencontres d’Aubrac, ALIA et AAR

A l’occasion de mon billet intitulé Livres censurés, livres de l’Enfer, j’avais reçu un courriel de Muriel Chemouny, responsable du site ALIA (Atelier Littéraire d’Ici et d’ailleurs) pour me signaler une conférence donnée lors des Treizièmes rencontres d’Aubrac. Cela a été pour moi l’occasion de découvrir deux ressources en ligne très riches en conférences sur la littérature et une troisième qui englobe les différents domaines du savoir :

Le site des Rencontres Aubrac avec notamment les programmes des rencontres depuis 1994 et les conférences filmées depuis 2007

ALIA (Atelier Littéraire d’Ici et d’ailleurs)

AAR (Archives Audiovisuelles de la Recherche)

Bonne visite.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliographie concernant le rire

(Dernière mise à jour : 16 octobre 2012)

Voici une intéressante bibliographie trouvée dans le 1er volume des Oeuvres complètes de Regnard. Des Recherches sur les époques de la naissance et de la mort de Regnard. Précédées d’un Essai sur le talent de Regnard et sur le talent comique en général, avec un tableau des formes comiques et dramatiques et une bibliographie complète des ouvrages concernant le rire et le comique (Paris, 1854) :

BIBLIOGRAPHIE

DES OUVRAGES

CONCERNANT LE RIRE ET LE COMIQUE.

Poétique d’Aristole, chapitres II et V.

Cicéron, de Oratore, livre II.

Quintilien, de l’Institution de l’orateur, livre VI, chapitre III.

Traité du Ris, contenant son essance, ses causes et merveilleux effais, curieusement recerchés, raisonnes et observés ; par M. Laurent Joubert, conselier et médecin ordinaire, du Roy, et du Roy de Navarre, premier Docteur regèant, Chancelier et Juge de l’Université an médecine de Mompelier. Item, La cause morale du ris de Democrite, expliquée et temognee par Hippocras. Plus un dialogue sur la Cacographie Françoise, avec des Annotacions sur l’orthographie de M. Joubert; Paris, 1579, in-12.

De Somniis ac Synesi per somnia ; de Risu ac Ridiculis ; de Synaugiâ Platonicâ; par Celsius Mancinius; Ferrare, 1591, in-4°; Francfort, 1598, in-8°.

De Risu, ejusqué causis et effectis, dilucidè ac philosophicè tractatis, libri II; par Antoine Laurent Politien; Francfort, 1603, in 4°.

Tractatus de Risu, par Elpidius Berrelarius; Florence, 1603, in-4°.

Opuscula de Voluptate et Dolore, de Risu et Flelu, de Somno et Vigiliâ, de Famé et Siti, par Kicander Jossius; Francfort, 1603, in-8°.

Physiologia Crepitûs ventris et Risûs, cum Ritu depositionis scholasticse, par Rodolphus Goclenius; Francfort, 1607, in-12.

Eryci Puteani Democritus, sive de Risu dissertatio saturnalis. Louvain, 1612, in-12, 22 pages.

Dissertatio de Risu, par Schmid; Jéna; 1630.

De naturali et praeternaturali Risu, par Léonard Simon ; Messine, 1656, in-4

De Risu oratorio et urbano, par Morojagio, Italien.

Dissertatio de risu sardonico, par George Francus; Heidelberg, 1683.

De Risu et Fletu, par Marcus Mâppïïs; Strasbourg, 1684, thèse de 36 pages in-4°.

Réflexions sur le Ridicule et sur les moyens de l’éviter, par l’abbé de Bellegarde; Paris, 1696, un volume in-12. En 1699 parut une quatrième édition, dans le même format, avec de nouveaux développements.

De ludicra Dictione, in quo tota jocandi ratio ex veterum seriptis affirmatur, par Fran\Vavassor, jésuite; Leipsick, 1722, seconde édition.

Dissertatio de Risu, par Kaisin; Lyon, 1733.

Dissertatio inauguralis physico-medica de Risu, par J. S. F. Lupichius ; Bâle, 1738, in-4», 22 pages.

Dissertatio de Risu a splene, par J. Zacharie Platner; Leipsick, 1738, 16 pages in-4°.

Dissertatio de Risûs commodo et incommodo in oeconomiâ vitali, par Albert; Halle, 1746.

Harlequin, oder Vertheidigung des Groteske-Komischen, von Moeser, 1761, in-8°.

Traité des causes physiques et morales du Rire, relativement à l’art de l’exciter, par Poinsinet de Sivri; Amsterdam, 1768, in-12 de 134 pages.

Geschichte der komischen Litteratur, von Karl Friedrich Floegel; Liegnitz et Leipsick, 1784, 4 vol. in-8°.

Vorschule der Aesthetik, von Jean Paul Richter; Baireuth 1804, sechstes programm.

Du Rire, article publié par M. de Senancour, dans le Mercure de France, n° 141, 8 février 1812.

Traité médico-philosophique sur le Rire, par Denis Prudent Roy, docteur en médecine; Paris 1814, in-8°.

[Ajout : voir aussi la Dissertation médico-chirurgicale sur le rire, considéré comme phénomène séméiologique : présentée et soutenue à la Faculté de Médecine de Paris, le 9 avril 1812 / par Denis-Prudent Roy,… -impr. Didot Jeune (Paris)-1812]

Versuch einer Théorie des Komischen, von St-Schutze; Leipsick 1817, in-12.

Vorlesungen ueber die Aesthetik, von Georg Wilhem Friedrich Hegel, herausgegeben vonHotho; Berlin, 1837, 3 vol. in-8°.

Gaspard Dornavius, dans son Amphitheatrum Sapientioe Socraticoe joco-serioe ; Home, dans ses Principes de Critique, chapitre 7;  Alexandre Gérard, dans son Essai sur le goût, lre partie, sixième paragraphe ; James Beattie, dans le second volume de ses nouveaux Essais philosophiques ; Le Batteux, dans sa Théorie des Belles-Lettres ; Joseph Priestley, dans ses Leçons de Rhétorique et de Critique (1762) ; Mendelshon, dans la seconde partie de ses Ecrits philosophiques ; Lessing, dans sa Dramaturgie et dans son Laocoon ; Riedel, dans sa Théorie des Beaux-Arts et des Belles-Lettres ; Bouterwek, dans son Esthétique (Gcettingue, 1806); le professeur Meiner, dans son Traité succinct de psychologie (Gcettingue et Gotha. 1773) ; Sulzer, dans sa Théorie générale des Beaux-Arts (Biel 1777); Eschenburg, dans son Essai d’une théorie et d’une bibliographie des Belles-Lettres ; Feder, dans son Traité de la volonté humaine, première partie (Gcettingue etLemgo, 1779, in-8°) ; Jovianus Ponlanus, dans la seconde partie de ses oeuvres en prose (Bâle, 1538, in-4°) ont aussi parlé accessoirement du rire et du comique.

 

Quelques ajouts à la bibliographie ci-dessus :

Philosophie du rire, par P. Scudo. Paris : Poirée, 1840.

De l’esprit, du comique, du rire, par Louis Philbert. Paris : impr. A. Quantin, 1876.

Le rire, par Coquelin cadet ; ill. de Sapeck. 2e éd. Paris : P. Ollendorff, 1887.

Le rire : essai sur la signification du comique, par Henri Bergson. Paris, 1900.

> Voir une bibliographie sur cet ouvrage réalisée par les PUF. Cette bibliographie comporte aussi de nombreuses références sur le rire.

Essai sur le rire, ses formes, ses causes, son développement et sa valeur, par James Sully… ; trad. de l’anglais par L. et A. Terrier. Paris : F. Alcan, 1904.

Quelques références plus récentes :

« Quatre essais sur le rire » [par François Roustang, Mikkel Borch-Jacobsen, Jean-Luc Nancy… [et al.]] , in Critique, n ° 488-489, janv.-févr. 1988.

« Le rire » [dossier de trois articles de Jacques Le Goff, Laurence Moulinier et Antoine de Baecque], in Annales. Histoire, Sciences Sociales, 52e année, n°3, 1997.

Quentin Skinner. « La philosophie et le rire », in Conférences Marc Bloch, 2001

Le rire, numéro thématique du Le philosophoire 2002/2 (n° 17). 200 pages

Gilbert Diatkine « Le rire », Revue française de psychanalyse 2/2006 (Vol. 70), p. 529-552

Laure Flandrin, « Rire, socialisation et distance de classe », in Sociologie, N°1, vol. 2 | 2011 (un grand merci aux deux internautes qui me l’ont indiqué)

Pourquoi rire?  Paris : Gallimard, 2011. 256 p. (Folio Essais, n° 555)

Voir aussi

> la bibliographie sur le thème « Rire, pour quoi faire ? » réalisée par le CDI de l’IFA de Rouen

> la partie consacrée au rire dans la bibliographie réalisée par l’école internationale du rire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Fous littéraires

J’ai récupéré dernièrement ce document en ligne : Les Fous littéraires, sélection bibliographique pour la Bnf. Il a été réalisée par l’Institut International de Recherches et d’Explorations sur les Fous Littéraires, Hétéroclites, Excentriques, Irréguliers, Outsiders, Tapés, Assimilés, sans oublier tous les autres, dont le site n’est malheureusement plus très actif depuis bientôt un an… Du moins m’offre-t-il quelques pistes fort intéressantes pour des recherches de documents en ligne ou non. A suivre…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts