Archives de catégorie : Littérature et autres arts

L’OuLiPo à Rennes

Dernier projet en date des élèves de Lisaa

Des Chicago, des sardinosaures, des paronomases… Ces appellations incongrues sont des jeux oulipiens,des classiques du genre. Dans le cadre d’un partenariat avec Lisaa Rennes, soixante étudiants en design graphique se sont emparés des contraintes définies par l’OuLiPo et du vocabulaire technique des bibliothèques (désherbage, récolement, massicot…) pour en proposer une création plastique. “A la façon de”, ces compositions graphiques, tout en lettres, en couleurs et en formes surprenantes, offrent un regard poétique et humoristique sur la création littéraire.

Les contraintes ne sont pas toujours faciles à deviner, c’est là toute la difficulté et le jeu.

Présentée sous la forme d’une vingtaine de pièces uniques, l’exposition s’affiche sur les vitres de deux espaces de la bibliothèque, la mezzanine jeunesse et le 5e étage.

Oulipo du 8 octobre 2010 au 02 janvier 2011 Bibliothèque / Les Champs Libres / Rennes

Patrice Guinche / directeur d’études section design graphique
p.guinche@lisaa.com
tel 02 99 79 23 79td

la blogosphère de lisaa Rennes
http://lisaa-line.blogspot.com/2010/07/entre-guillemets-oulipo.html

 

Voir sur le site Les champs libres des photographies de l’exposition et l’annonce de plusieurs conférences sur l’Oulipo :

13 octobre : François Le Lionnais, un érudit visionnaire, par Olivier Salon

20 octobre : l’OuLiPo et les mathématiques, par Michèle Audin

et quelques autres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Alfons Maria Mucha, le site

Lors d’une exploration sur les affiches, je suis tombé en arrêt sur ce site de Christian Richet consacré au fameux peintre et affichiste Alfons Maria Mucha. Foisonnant ! Voici sa présentation par le maître d’ouvrage – ou web master si vous préférez… :

Le site recense les ouvrages auxquels Mucha a collaboré comme illustrateur ainsi que ceux font référence à son travail ou ont reproduit ses œuvres.
Sont décrits ici (avant tout) livres, revues, magazines, journaux, catalogues parus du vivant de l’artiste, qui aident à la compréhension ou marquent des étapes significatives du parcours artistique de Mucha. Sauf absence de données explicites, il n’est fait état que des premières éditions originales.
Il est à préciser que certains éditeurs ont reproduit certaines œuvres sans l’accord de Mucha. Il est toutefois possible que Mucha l’ignorait ou se désintéressait de ce genre de transgression. Ces ouvrages figurent dans les pages sans autre indication (faute de preuves). 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Affiches impertinentes, improbables, incorrectes, insolites par Alain Weill

L’ouvrage ci-dessous est à  voir absolument pour tous les amateurs de curiosités décalées.

 

La page de titre comporte en outre les deux citations suivantes qui donnent le ton :

« Décidément, la vie quotidienne est faite d’absurdité »

Gaston de Palowski

« Regardant la réalité en farce »

Louis Scutenaire

Voici ce qu’en disent

l’Alamblog de Lekti-ecriture :

Spécialiste de l’affiche et l’auteur avec François Caradec du fameux Café-concert, 1848-1914 (Fayard, 412 pages, 45 euros), ouvrage épuisé et ré-épuisé, vient de produire chez l’éditeur d’art Gourcuff Gradenigo, un recueil d’images curieuses qui, quoique historiques, restent dignes d’illustrer avec humour notre monde

le site de l’éditeur :

Un petit ouvrage au titre explicite qui invite le lecteur à découvrir à travers le temps, une série d’affiches qui traitent de petits et de grands sujets. Un régal d’impertinence de cruauté et d’humour noir. Archéologue du graphisme et de la publicité, Alain Weill a publié Le Design graphique (Découvertes Gallimard) et organise régulièrement des expositions d’affiches.

Pour une présentation un peu moins succincte, voir le site Paperideas.

Une bibliographie figure en fin d’ouvrage que je compte bien exploiter prochainement : 

Philippe Boulanger, Alain Cohen, Le Trésor des paradoxes, Belin 2007

Jean-Michel Ribes, Le rire de résistance, Beaux-arts, 2007

Encyclopédie des farces et attrapes et mystifications, Jean-Jacques Pauvert, 1964 (hélas difficile à trouver)

Certaines citations sont tirées de ces ouvrage.

On peut lire (ou relire) tout Alphonse Allais et les auteurs hydropathes – avec internet tout est devenu facile.

 Comme je suis d’accord avec cette dernière remarque.

Alain Weill est un spécialiste de l’affiche. Bonne occasion de tenter une petite bibliographie non exhaustive de ses ouvrages. Cela fera un début pour une bibliographie plus vaste sur le thème de l’affiche.

L’Affiche française, PUF, 1982 (Que sais-je ?)

L’Affiche dans le monde, Somogy, 1984

Brenot, Hoebeke, 1986

Affiches et art publicitaire, Mayer, 1987

Texte à propos de l’exposition Chantons l’affiche dans le cadre du Mois du graphisme d’Echirolles de 1994

Affiches 1900, Bibliothèque de l’image, 1998

Affiches Art déco, Bibliothèque de l’image, 1998

La saga de la marque mondiale Un Cointreau, Editions du Chêne, 1999

La mode parisienne : La Gazette du Bon Ton (1912-1925), Bibliothèque de l’image, 2001

Les Parisiens de Poubot, Le Cherche Midi, 2001

Les maîtres de l’affiche 1900 = Masters of the poster 1900 = I maestri del manifesto liberty, Bibliothèque de l’image, 2001

Le design graphique, Gallimard, 2003

Chocolate posters, Queen Art Publishers Inc, 2003, avec Israel Perry

Travel posters = Affiches de voyage,  Queen Art Publishers Inc, 2003, avec Israel Perry

Cassandre, Bibliothèque de l’image, 2005

Jules Alexandre Grün : les affiches = the posters,  Queen Art Publishers Inc, 2005, avec Israel Perry

Le café-concert (1848-1914), Fayard, 2007, avec François Caradec 

120 ans de Moulin Rouge, Seven sept, 2010

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Détournements d’images

J’ai vu l’été dernier à Arbois une exposition de Plonk et replonk, artistes helvétiques spécialistes détournement d’images, notamment à travers de vieilles cartes postales et leur blog Zbrablog Hevetus IV. J’avais pris connaissance de leurs travaux dans Le Tigre. Cette excellente revue entrée récemment en hibernation provisoire (?), proposait entre autres choses fort intéressantes, ce type d’illustrations décalées comme l’étiqueteuse à poisson

Ceci pour dire que j’étais plutôt sensibilisé au sujet avant que l’atelier de Marc-Antoine Mathieu à l’université de Tours (voir chronique précédente) ne me donne envie de  vous proposer quelques liens sur ce thème. J’en connaissais déjà certains et j’ai glané les autres à la suite de la conférence inaugurale du 4 octobre dernier. Il ne peut s’agir que d’une ébauche, tant le domaine est vaste.

Un domaine protéiforme

Ce qui concerne le détournement et la manipulation d’images est très présent sur Internet à l’heure où Photoshop et autres logiciels font de chacun d’entre nous un créateur potentiel.qui devra être complétée. En fait, aujourd’hui tout artiste plasticien détourne les images, d’une manière ou d’une autre, détourne, manipule, utilise des images préexistantes pour en tirer du neuf.

Colagene, clinique d’illustration témoigne de cette réalité. Cette agence propose les réalisations de plusieurs artistes et une rapide exploration du site montre l’importance des procédés de manipulation d’image ; collage vintage ou moderne ; photomontage ; mix media ; numérique

Une forme de résistance ?

Le détournement  d’images est parfois une forme de résistance volontariste et virulente

  • à un régime politique, comme le nazisme visé par John Heartfield dans ses photomontages contre Hitler ;
  • à une société prise dans sa globalité, telle la France gaullienne et pompidolienne moquée par le professeur Choron au temps d’Hara Kiri ou par les situationnistes, véritables spécialistes en la matière (mise à jour du 17 décembre 2010) ;
  • à un aspect particulier du monde moderne, par exemple avec la lutte anti-pub des  Adbusters.

Même sous sa forme ludique et/ou onirique, il s’agit souvent d’une forme de refus de la pesanteur du réel. Cependant il est facilement récupéré par la logique économique, notamment publicitaire (cf. exemples glanés sur Colagene).

Le collage

Le grand procédé du détournement d’images reste le collage, hérité des pratiques surréalistes. Parmi les précurseurs figurent Max Ernst avec notamment Une semaine de bonté (cf. livre ; exposition au musée d’Orsay) et Jacques Prévert (cf.collages visibles ici et , ailleurs et plus loin).

Aujourd’hui, les collages de Philippe Lemaire dans la Nouvelle revue moderne se situent dans la lignée de Max Ernst. Cependant le collage est très présent sur la Toile et les sites de Michelle Caplan, Alejandro ChavettaJean David, Scot Hacker, Eva Lake, Jean-Jacques Lebon, Winston Smith en montrent la grande variété et richesse artistique.

Parmi tant de ressources possibles, outre celles déjà citées, j’en retiendrai encore deux, réalisées par des artistes, où vous pourrez trouver des réalisations originales et des liens.

Le détournement des icônes de la culture populaire

Une des cibles privilégiées du détournement d’images sont les icônes de la culture populaire, qu’il s’agisse

Les deux derniers exemples touchent à la bande-dessinée. Il faut dire que ce média est particulièrement touché par le détournement. J’y reviendrai ultérieurement…

Mise à jour du 27 octobre 2010 : Bandes dessinées détournées (1) Pastiches

Mise à jour du 17 décembre 2010 : Bandes dessinées détournées (2) Substitutions

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu en résidence à l’université de Tours

Marc-Antoine Mathieu, un des auteurs majeurs de la bande-dessinée française contemporaine (non, ce n’est pas une exagération), est en résidence à l’université de Tours. Selon la conférence inaugurale qui a eu lieu hier soir,  il dirigera un atelier intitulé  « Détournements, une expérience autour de la bande-dessinée » ainsi présenté : Continuer la lecture de Marc-Antoine Mathieu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Académie française en 1640 selon Edmond Rostand

LE JEUNE HOMME, à son père
L’Académie est là ?

LE BOURGEOIS
                    Mais… j’en vois plus d’un membre ;
Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre ;
Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud…
Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c’est beau !

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 2.

Voir In libro veritas ou Wikisource.

 Sur ces Académiciens dont le souvenir s’est quelque peu perdu, voici deux bons points de départ :

Ont-ils écrit quelque chose, et ces ouvrages sont-ils accessibles en ligne ? Oui pour certains. Je leur consacrerai peut-être un jour des notices.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

François Payot, sieur de Lignières (ou Linières)

 

LE TIRE-LAINE
Ay ! …

CHRISTIAN, sans le lâcher
Je cherchais un gant !

LE TIRE-LAINE, avec un sourire piteux
Vous trouvez une main.
(Changeant de ton, bas et vite.)
Lâchez-moi. Je vous livre un secret.

CHRISTIAN, le tenant toujours
Quel ?

LE TIRE-LAINE
Lignière…
Qui vous quitte…

CHRISTIAN, de même
Eh bien ?

LE TIRE-LAINE
… touche à son heure dernière.
Une chanson qu’il fit blessa quelqu’un de grand,
Et cent hommes – j’en suis – ce soir sont postés ! …

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 3.

Voir In libro veritas ou Wikisource.

Qu’Edmond Rostand soit remercié d’attirer l’attention sur ce poète libertin, et ce malgré quelques légers anachronismes :  né en 1628, François Payot, sieur de Lignières, n’aurait que quatorze ans au moment de la fameuse scène de l’hôtel de Bourgogne…

Voici quelques ressources pour y puiser des informations :

Le site Cyrano(s) de Bergerac

Emile Magne, Un ami de Cyrano de Bergerac, le chevalier de Lignières : plaisante histoire d’un poète libertin, d’après des documents inédits, Paris, R. Chiberre, 1920, disponible dans Archive Internet.

Charles-Louis Livet, Clef historique et anecdotique du Grand dictionnaire des précieuses, in Antoine Baudeau de Somaize, Le dictionnaire des précieuses, Paris, P. Jeannet, 1856, t. 2, p. 274-276, disponible sur Google livres.

L’auteur qui s’est sans doute le plus  intéressé à ce poète est Frédéric Lachèvre (1855-1943), bibliographe, érudit et critique littéraire français spécialiste du libertinage au XVIIe siècle (cf. Wikipédia).

« François Payot de Linières », in Mélanges, Paris, 1920, p.215-225, consultable sur Gallica.

Les derniers libertins, vol. 11, 1924.

Liste des poèmes de Linières extraite de la Bibliographie des recueils collectifs de poésies (1597-1700) .

Il précise, dans une note de son édition des Satires de Boileau commentées par lui-même : reproduction du commentaire inédit de Pierre Le Verrier avec les corrections autographes de Despréaux, Paris, 1906, p.124, consultable sur Gallica :

A la page 142 du même ouvrage, voici un commentaire de Pierre Le Verrier concernant Linières :

Sans doute est-ce François Lachèvre qui passe les annonces suivantes, signées Lach., dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux des 10 et 30 octobre 1906 :

Voir 2 poèmes de cet auteur sur le site Les grands classiques.

Dernière mise à jour : 16 juin 2014

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Webographie de la bande dessinée

Le n° 51 de la revue de l’ABF, BIBLIOthèque(s), daté de juillet dernier, porte sur la bande dessinée, notamment sur ses rapports avec les  bibliothèques (« La bande dessinée dans les bibliothèques publiques françaises. Destinées et aléas », par Olivier Piffault ; « Au château des destins croisés. La BD de BDP en BU » par Georges Dasque, Christine Sibille et Sophie Astier), mais aussi sur ses différentes facettes avec des articles sur les mangas, le roman graphique, la bande dessinée en Afrique francophone, etc. Continuer la lecture de Webographie de la bande dessinée

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Vanités

(Dernière mise à jour : 28 novembre 2012)

J’ai récemment feuilleté à la section Lettres de notre chère bibliothèque universitaire le catalogue d’une exposition qui s’est tenue au musée Maillol jusqu’au 28 juin 2010. Son titre : « C’est la vie ! » : vanités du Caravage à Damien Hirst. L’ouvrage a l’air fort intéressant et documenté et fera certainement partie de mes prochaines lectures. En attendant, glanons quelques renseignements sur ce thème des vanités qui recoupe en partie celui des danses macabres.

A part l’article de Wikipédia, il me faudra sans doute consulter sur le thème les catalogues d’autres expositions :

Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle : méditations sur la richesse, le dénuement et la rédemption, au Musée des Beaux-Arts à Caen (27 juillet-15 octobre 1990) et au Musée du Petit Palais à Paris (15 novembre 1990-20 janvier 1991).

Vanitas vanitatum omnia vanitas : anatomie des vanités, à la Maison Erasme à Bruxelles du 12 avril au 13 juillet 2008, autour d’une surprenante Eve anatomique :

,

 Vanité : Mort, que me veux-tu ? à la Fondation Pierre Bergé du 23 juin au 19 septembre 2010. Ne pouvant disposer pour l’instant du catalogue édité aux éditions La Martinières,, je me rabats sur le dossier de presse, les articles d’Exporevue,  de Télérama, du Figaro, de Narthex ou de L’agora des arts ou encore sur le blog de Noémie Levain.

Des images de vanités ne sont pas bien difficiles à trouver via Google ou sur Wikimedia Commons.

Un dossier bien illustré sur le thème figure sur le blog de Wodka.

Voir aussi

Beaux Arts magazine no 282, décembre 2007

Anne-Marie Charbonneaux (dir.), Les vanités dans l’art contemporain, Flammarion, 2005, 231 p.

Delphine Gleizes, « « Vanités ». codes picturaux et signes textuels », Romantisme, 2002, vol. 32, n° 118, p. 75-91. Disponible sur Persée, malheureusement sans les illustrations…

Karine Lanini. Dire la vanité à l’âge classique : paradoxes d’un discours0. Thèse soutenue en décembre 2003, et publiée aux éditions Honoré Champion, dans la collection Lumières Classiques en 2006. Voir son dossier iconographique.

Élisabeth Quin, iconographie d’Isabelle d’Hauteville, Le Livre des Vanités, Paris, Regard, 2008, 359 p. Voir ce qu’en dit Wodka et l’entretien du Nouvel observateur avec Elisabeth Quin, où on voit que le livre se focalise surtout sur les crânes…

 

הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָבֶל 

  

Hevel Havelim, hakol havel

Vanitas vanitatum omnia vanitas

Vanité des vanités, tout est vanité

Extrait de L’Ecclesiaste (קהלת Qohelet).

Texte hébreu et traduction sur Sefarim.

Traductions de Darby, Renan, Segond et Crampon sur Wikisource.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Littérature à contraintes

En fouinant sur le site de l’Université ouverte des humanités, je suis tombé sur la perle ci-dessous que je vous laisse découvrir :

Langue, texte, énigme : c’est autour de ces trois pôles que l’écriture littéraire s’essaie à fabriquer de l’art : la poésie – et dans une moindre mesure le roman et la prose de fiction – sont d’abord des objets sonores, qui par le rythme, les sonorités créent une musique en même temps qu’ils offrent du sens ; la portée du texte s’enrichit des sonorités qui le soutiennent. L’objet poétique est également un objet visuel : qu’il soit imprimé ou manuscrit, le mot s’affiche d’abord sur la page, et joue d’une spatialité, d’une beauté graphique en créant d’autres relations, de proximité ou de hiérarchie. Il n’y a pas enfin de bonheur poétique sans que le sens échappe un peu, sans que le texte qui nous est offert ne joue à se cacher en même temps qu’il se montre ; c’est notre perspicacité, notre finesse, notre regard au monde qui sont exercés sur l’objet poétique ; qu’on la lise ou la compose, l’œuvre poétique, l’œuvre à contraintes exercent notre connaissance de l’âme humaine.

Trois modules interactifs sur la littérature à contraintes du 8ième siècle à aujourd’hui.

Poésie et prouesses :
Denis Hüe, professeur de littérature française à l’Université Rennes 2.

OuLiPo, Extension à la prose :
Frédéric Forte, poète et membre de l’OuLiPo ;
Anne-Françoise Garreta, maître de conférences en littérature française à l’Université Rennes 2 en alternance à l’Université de Duke (E-U), écrivaine, membre de l’OuLiPo .

Lecture potentielle, à la recherche d’une contrainte connue :
Dominique Raymond, doctorante à l’Université Laval (Québec) et chargée de cours en littérature à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Litterature-contraintes

Auteurs :        Frédéric FORTE
Anne-Françoise GARRETA
Denis HÜE
Dominique RAYMOND

 Conception :  Francis BLANCHEMANCHE
Damien COLLOC
Yann GARANDEL
Amélie ROULEAU 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts