Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Oulipo & C°

Dès ma première chronique, je vous ai parlé de l’Oulipo, ou plutôt de ses précurseurs. Voici une petite sélection autour du fameux Ouvroir, avec quelques curiosités annexes. Comme d’habitude, cela fera l’objet de mises à jour plus ou moins régulières.

Voir les chroniques sur ce sujet.

Dernière mise à jour : 15 octobre 2017.

Continuer la lecture de Oulipo & C°

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce “mot” n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, “Unica Zürn, Bellmer et Perec”, Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire

(Dernière mise à jour : 6 juin 2012)

Réédité récemment  aux éditions Kirouv et aux éditions D. Reinharc [mise à jour du 1er février 2011], cet ouvrage est une réponse au Traité de la tolérance (cf Gallica). Attribué à l’abbé Antoine Guénée, il met en avant les erreurs d’interprétation faites par Voltaire au sujet de l’Ancien Testament et souligne combien le grand philosophe est ignorant des langues anciennes.

Il est vrai que l’auteur est bien placé pour en juger. Fils d’un couple d’hôteliers, Antoine Guénée est né à Etampes en 1717. Doué pour l’étude, il a obtenu grâce à l’appui des Barnabites dont il fréquente le collège, une bourse pour étudier à Paris. Considéré comme un des grands spécialistes français du grec et de l’hébreu, il a écrit plusieurs ouvrages sur le judaïsme et les origines de la religion chrétienne faisant autorité dans toute l’Europe.

Je ne rentrerai pas ici dans les détails de sa vie et de ses activités que vous pourrez trouver dans Le corpus etampois avec notamment :

deux notices biographiques, l’une parue la Biographie étampoise par Léon Marquis (1881) et l’autre publiée par Clément Wingler dans l’hebdomadaire Étampes-Info du 16 mai 2003

une bibliographie de ses ouvrages

diverses autres informations

Les Lettres sont accessibles sur Google livres et sur Archive.org, mais curieusement absentes de Gallica, alors que la BNF en possède plusieurs éditions parues entre 1769 et 1863 (voir Annexe 1).

Les philosophes réagissent vigoureusement contre la “troupe théologique”, par exemple en avril 1769, dans la  Correspondance littéraire, philosophique et critique, où ils traitent par le mépris ce “recueil d’atrocités et de platitudes” (cf. Annexe 2) et défendent le “patriarche” de Ferney. Ce dernier, ébranlé par les attaques du pére Guénée, y répond dans l’article Juifs des Questions sur l’Encyclopédie, puis, plus tardivemet, dans Un chrétien contre six juifs publié en 1777 : Voltaire joue le rôle du chrétien, et les six juifs sont ceux de Guénée (cf. Gallica : ex. 1 et ex. 2 ; Archive.org ; Google livres : ex. 1 et ex. 2) .

Cependant, le succès des Lettres est certain dans le public cultivé, comme en témoignent deux articles enthousiastes parus dans L’Esprit des journaux du 7 juilletn1772 et 6 décembre 1776, à l’occasion de la parution des 4e et 5e éditions. Leur notoriété durera plusieurs décennies. Le spectateur français au XIXe siècle débute un article 31 décembre 1804 par l’éloge ci-dessous (voir la suite de l’article dans Gallica) :

Et en 1821, dans une Vie de Voltaire guère favorable aux idées du philosophe en matière de religion, François-Antoine-Joan Mazure (1776-1828) dit beaucoup de bien des Lettres et de leur auteur en rappelant combien cette attaque a été sérieuse pour le maître de Ferney (cf. Annexe 3). Les éditions de 1805, 1815, 1817, 1857 et 1863 montrent que l’intérêt pour cet ouvrage et son auteur perdure jusqu’à la fin du Second Empire.

Puis vient l’éclipse, et celle-ci sera durable. Faut-il en accuser les républicains voltairiens ou cette curieuse figure d’abbé ami des juifs, fussent-ils fictifs, ne dérange-t-elle pas les lecteurs catholiques de la presse assomptionniste et antisémite de cette fin du XIXe siècle ? Ne faut-il pas plutôt y voir un désintérêt progressif dans une France sécularisée où la culture religieuse s’efface. Alors parler de  “160 ans de censure tacite, pour protéger le ‘grand Voltaire’ de la Révolution” ( cf. Aschkel.info) me semble quelque peu exagéré.

Me semble également exagéré, et, plus encore, anachronique le fait de parler, à l’occasion de cette réédition, de l’antisémitisme de Voltaire (cf. Jerusalem post ; Aschkel.info). Faut-il rappeler que l’antisémitisme en tant qu’idéologie raciste date du milieu du XIXe siècle ? Il ne s’agit pas de nier ici l’attitude hostile du philosophe vis à vis des Juifs. Les citations à ce sujet sont nombreuses, à commencer par l’article Juifs du Dictionnaire philosophique (cf. Gallica). Cependant, à y regarder de plus près, il s’agit là plutôt d’une forme d’antijudaïsme, non pas l’antijudaïsme chrétien classique vis à vis du peuple “déicide”, mais d’un antijudaïsme “philosophique” dirigé contre ce que Voltaire perçoit comme l’intolérance et la superstition de la religion juive, à laquelle il s’attaque comme il le fait pour le christianisme et pour  l’islam (par exemple avec sa tragédie Mahomet). Pour aller plus loin sur cette délicate question, le mieux est de se reporter à Utpictura18, un programme de recherche développé depuis 2009 dans le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille et hébergé sur les sites de trois universités : Aix-Marseille, Toulouse 2 et Montpellier 3.

Annexe 1. Les éditions des Lettres de quelques juifs conservées à la BNF (extrait du catalogue)

1
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 2nde édit.Paris : Prault, [s.d.]

2
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Lisbonne (Paris : L. Prault), 1769

3
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Isbonne (Paris : L. Prault), 1769

4
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 3e édition augmentée. Paris : Moutard, 1772

5
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 3e édit. revue, corrigée et augmentée. Paris : Moutard, 1772

6
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1776

7
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1781

8
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonois à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] 5e édition, revue, corrigée et considérablement augmentée. Paris : Moutard, 1781

9
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 6e édition… [Précédé d’une notice sur l’auteur.] Paris : Méquignon junior, an XIII-1805

Voir ce qu’en dit Barbier

10
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques Juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… 7e édition… Tome I… 1815

11
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand, par M. Guénée. 7e édition revue, corrigée d’après les manuscrits de l’auteur et augmentée de ses ″Mémoires sur la fertilité de la Judée″. [Avec une notice sur l’auteur.], Paris : Méquignon junior, père 1815

12
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire, extrait d’un plus grand… et Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. 8e édition… augmentée de notes… [Par Beuchot.]. Versaille : impr. de J.-A. Lebel, 1817

Voir ce qu’en dit Barbier

13
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire. 9e édit. 1817

14
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1857

15
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1863

Annexe 2. La réaction des philosophes

Extrait de la Correspondance littéraire d’avril 1769, consultable sur Gallica :

Annexe 3. La postérité d’Antoine Guénée

Extrait de la Vie de Voltaire par François-Antoine-Joan Mazure. L’ouvrage entier est consultable sur GallicaBernard Gineste en a réalisé la saisie en mode texte dans Le corpus etampois.

A cette époque Voltaire avoit inondé la France et l’Europe d’un torrent d’idées impies, et l’on avoit point encore vu d’écrivain se dévouer impunément à ses fureurs, à sas calomnies, et au ridicule dont il écrasoit toujours ses faibles adversaires. Il est vrai que Larcher l’avoit attaqué avec succès sur des points de critique et d’érudition historique; l’abbé Foucher lui avoit démontré son ignorance dans ses citations orientales; mais on n’avoit point encore osé l’attaquer de front, ni lutter pour ainsi dire pied à pied contre lui sur ce qui appartient à l’érudition sacrée. Nul n’avoit opposé le texte même aux citations frauduleuses ou aux interprétations forcées, le sang-froid imperturbable de la raison ou d’une plaisanterie toujours décente, aux bouffonneries ou aux injures; l’abbé Guénée publia ses Lettres de quelques Juifs portugais, et ce livre porta un coup presque mortel à Voltaire. On y voit paroître à nu la mauvaise foi qui déshonora si long-temps son beau génie dans tout ce qu’il a écrit contre la religion. Renouveler sans cesse des difficultés résolues, sans faire mention des réponses qu’on y a faites, affecter une immense érudition et n’être que copiste, insulter aux commentateurs mêmes, où il puise ses propres objections, se contredire, louer, blâmer tour-à-tour la même chose, afficher des connoissances qu’il n’a jamais eues, traduire le latin comme un écolier, hébraïser ne sachant pas lire l’hébreu, écrire enfin sur la langue grecque, et ne l’entendre que sur de mauvaises versions latines: tels furent les reproches que l’on osa lui faire, et auxquels il ne put répondre. En effet, l’abbé Guénée, avec une critique toujours sage, toujours décente, toujours pressante, le ramène sans cesse aux faits que son adversaire admet ou rejette tour-à-tour, aux auteurs qu’il cite lui-même, aux textes qu’il falsifie ou qu’il n’entend point, aux suppositions absurdes qu’il présente. Il ouvre les livres dans lesquels Voltaire avoue qu’il a puisé ses objections, et il lui prouve que ces auteurs, tels que Wolaston, Aben-Ezra, Leclerc, Newton, expriment une opinion contraire. En vain d’Alembert, en lui parlant de cet ouvrage, essaie de traiter l’auteur avec mépris, Voltaire, plus juste, lui répond: «Le secrétaire juif, nommé Guénée, n’est pas sans esprit et sans connoissances; mais il est malin comme un singe, il mord jusqu’au sang en faisant semblant de baiser la main.»

L’attaque étoit enfin devenue sérieuse, et Voltaire, pour la première fois, se voyoit réduit à la nécessité de respecter ses adversaires, et de désavouer encore ses écrits avec sa candeur ordinaire. «L’auteur de cette correspondance, dit-il, sous le nom d’un prétendu neveu, a la cruauté d’imputer à sa victime je ne sais quelles brochures, les unes judaïques, les autres anti-judaïques, dont ce cher ami est très-innocent. Il expose un vieillard plus qu’octogénaire, couché déjà peut-être dans le lit de la mort, à la barbarie de quelques persécuteurs qu’il croit animer par ses délations calomnieuses; et c’est en feignant de le ménager, en lui prodiguant des louanges ironiques, en l’appelant [p.266] grand homme, qu’il lui porte respectueusement le poignard dans le cœur.»

Après avoir fait la distinction du vrai philosophe et de ceux qu’il nomme lui-même de misérables charlatans, il ajoute que les philosophes de nos jours sont des hommes d’État, des citoyens illustres, profondément instruits, cultivant les sciences dans une retraite occupée et paisible, des magistrats d’une probité inaltérable. «Ils sont tolérans et vous êtes bien éloigné de l’être, continue-t-il, vous qui employez toutes sortes d’armes contre un vieillard isolé, mort au monde, en attendant une mort prochaine; contre un homme que vous n’avez jamais vu, qui ne vous a jamais pu offenser. Pourquoi faites-vous contre lui trois volumes? pourquoi, dans ces trois volumes, toutes ces ironies continuelles, toutes ces accusations? Je ris quelquefois des calomnies atroces que vous vous êtes permis de recueillir et de répéter contre mon ami; soyez persuadé que je n’en ris pas toujours. Vous lui imputez je ne sais quelles brochures intitulées: Dictionnaire philosophique, Questions de Zapata, Dîner du comte de Boulainvilliers, et vingt autres ouvrages un peu trop gais, à ce qu’on dit. Je suis très-sûr, et je vous atteste qu’ils ne [p.267] sont point de lui. Ce sont des plaisanteries faites autrefois par des jeunes gens. Il y a bien de la cruauté (je parle ici sérieusement) à vouloir charger un homme accablé de soucis et d’années, un solitaire presqu’inconnu, un moribond, des facéties de quelques jeunes plaisans qui folâtraient il y a quarante ans. Vous espérez lui faire intenter un procès criminel par des fanatiques; vous perdrez votre peine; il sera mort avant qu’il soit ajourné, et s’il est en vie, il confondra les calomniateurs… Comment me consolerais-je des calomnies, ajoute le prétendu neveu, dont vous ne cessez d’accabler un homme qui doit m’être cher? que vous a-t-il fait, encore une fois?… Je ne vous dit pas: Vous êtes un calomniateur; je vous dis: Vous êtes la trompette de la calomnie. Il ne convient pas à un homme aussi éclairé et aussi spirituel que vous l’êtes, de répéter des discours de café… Au fonds, votre livre est une facétie; c’est un savant professeur qui représente une comédie où il fait paroître six acteurs juifs; il joue tout seul tous les rôles.»

On voit par ces citations combien le livre de l’abbé Guénée avoit tourmenté Voltaire; et combien, malgré son ressentiment mal déguisé, il paroissoit craindre ce nouvel adversaire. Il ne parloit plus avec le ton si tranchant, si insultant qu’il avoit employé naguère contre le savant et modeste Larcher. «Je vous répète, disoit-il aux six Juifs portugais, ce que mon ami qui aimoit à répéter a dit tant de fois: Le monde entier n’est qu’une famille, les hommes sont frères; les frères se querellent quelquefois, mais les bon cœurs reviennent aisément. Je suis prêt à vous embrasser, vous et M. le secrétaire, dont j’estime la science, et style et la circonspection dans plus d’un endroit scabreux.»

Malgré tous ses désaveux, Voltaire, qui se représente ici comme un solitaire inconnu, comme un moribond que l’on veut accabler par la calomnie et le fanatisme, venoit de publier sa Bible commentée par les aumôniers du roi de Prusse, ouvrage que nulle expression ne peut assez dévouer à l’infamie. Qui, de lui ou des défenseurs du christianisme, troubloit ainsi sa vieillesse, sa retraite profonde, et l’obscurité de sa solitude?

Il se consoloit de ces disgraces par les hommages que le roi de Prusse et l’impératrice Catherine venoient rendre à sa vieillesse et à sa renommée […]

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Alice au pays des merveilles

(Dernière mise à jour : 15 septembre 2010)

 Le 4 juillet 1862, une petite fille de 11 ans, Alice Liddell, fille d’un de ses amis, demande au logicien Charles Lutwidge Dodgson d’écrire un roman pour elle. L’héroïne se nommera Alice et son auteur signera Lewis Carroll…

La suite est un succès mondial qui laisse aujourd’hui quelques traces sur internet. Petite tentative d’inventaire à compléter, corriger, etc.

Plan

  

Informations générales

Deux sites anglophones riches d’information et d’illustrations :

 Alice in Wonderland

Bedtime Story

Dossiers de La petite bibliothèque ronde

Ne pas oublier Wikipedia.  

 Le manuscrit et les éditions

Le manuscrit est visible dans la galerie en ligne de la British Library. Pour connaître son histoire, voir l’article que lui consacre La petite bibliothèque ronde.

La première édition d’Alice’s Adventures in Wonderland paraît en 1865 avec 42 vignettes de John Tenniel, qui seront reprise dans nombe d’éditions postérieures, jusqu’aux édititions html présentes sur les sites suivants :

eBooks@Adelaide

Wikisource

Le roman a une suite dès 1872, Through the Looking-Glass, and What Alice Found There.

Ces deux ouvrages, le premier dans une édition de 1866, le second dans celle de 1872 sont consultables en un seul document dans l’Arno-Schmidt-Referenzbibliothek.

Ils figurent également sur le site de la Sabian Assembly, avec des commentaires par Marc Edmund Jones datant de 1928 (à prendre avec précaution…)

Une édition avec les illustrations de Lewis Carroll, parue en 1886 à Londres et New York chez Macmillan & Co, est reproduite sur le site du Project Gutenberg.

Un certain nombre d’éditions en anglais figurent dans Archive.org.

La première édition en français d’Alice est celle parue à Londres, chez Macmillan and Co, en 1869. Intitilé Aventures d’Alice au pays des merveilles. Elle est issue d’une traduction d’Henri Bué et comporte, comme la première édition anglaise, 42 vignettes réalisée par John Tenniel. Cette édition est accessible sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

D’autres suivont, surtout à partir des années 1930, dans des traductions de

Bernard-Henri Gausseron (1910)

Marie-Madeleine Fayet (1930)

Michel Arnaud (1931)

Henriette Rouillard (1935)

René Bour (1937)

Elisabeth Bonville et Pierre Noriey (1939)

Suzanne Minost (1940)

André Bay (1942)

Cette liste n’est pas complète ; pour plus d’informations, voir le catalogue de la BNF  

Les illustrateurs

Plusieurs listes des illustrateurs d’Alice sur les sites suivants

Archive.org

Dave Neal

Lauren Harman

Les principaux illustrateurs

John Tenniel (1820-1914), illustrateur de la première édition anglaise, en 1865. Plus d’infos sur Victorian Web

Peter Newell  (1862-1924), illustrateur de l’édition parue en 1901, chez Harper & Brother. Plus d’infos Aliang.net

Artthur Rackham (1867-1939), illustrateur de l’édition parue à Londres, chez 1907, chez William Heinemann. Plus d’infos sur Art passions

La société Atomic Antelope vient de commercialiser une version ipad d’Alice avec des illustrations de l’édition de 1865 par John Tenniel. Plus d’informations sur Miwim.      

Les adaptations cinématographiques

Voici ce qu’il en est dit sur le site English class

Alice au pays des merveilles a été porté à l’écran pour la première fois, en 1903 par Cecil Hepworth, avec Mabel Clark dans le rôle d’Alice.

Note : Il s’agit sans doute de l’adaptation signalée sur le blog de Delphine Bresson

En 1933, Norman Z. Mc Leod, ancien dessinateur de poupées et spécialiste des trucages, tourne une version avec la petite Charlotte Henry, en tête d’une distribution où l’on retrouve Cary Grant (la tortue), W.C Fields (Humpty Dumpty) mais également Gary Cooper (le Chevalier Blanc) et Richard Arlen (en Chat du Cheshire).

Autres adaptations au cinéma : Alice (1948) de Carol Marsh, Alice au pays des merveilles (1951) version de Walt Disney.

Il convient d’y ajouter maintenant celle de Tim Burton (2009). Voir le site officiel.

Mais cette liste n’est pas exhaustive, comme le montre celle figurant sur Wikipedia.  

Divers

Une biographie d’Alice Liddel sur Ricochet jeunes.

The Advent of Alice: A Celebration of the Carroll Centenary: Exhibition Catalogue, The Rosenbach Museum & Library. Accessible sur Google livres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’oiseau des contes (2) L’oiseau des contes littéraires

En complément d’un précédent billet sur une anthologie de contes issus de la tradition oral sur le thème de l’oiseau, voici un début de liste de contes issus de la littérature savante et portant sur ce même thème. Evidement elle sera complétée, corrigée, et si vous avez des remarques et informations.. 

 

 Le langage des oiseaux (ou la conférence des oiseaux)

Auteur : Farid-Uddin Attar

Texte en ligne :

  • Une version en format html sur Simorg.net
  • Une version html en persan
  • Une version numérisée d’édition ancienne dans Google livres : 1857

Bibliographie

 

L’oiseau blanc

Auteur : Denis Diderot.

Texte en ligne :

  • Une versions en format html dans les pages dédiées à Denis Diderot dans Wikisource.
  • Les version numérisées d’éditions anciennes dans Gallica ou Google livres  : 1821 ; 1875. 

 

L’oiseau bleu

Auteur : Madame d’Aulnoy.

Texte en ligne :

Une version gasconne du conte sur le site Pyrene.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes géographiques humoristiques

En feuiletant récemment L’ Epopée cartographique : 100 exemples de cartes qui ont dessiné le monde (Parragon books, 2006), je suis tombé en arrêt devant des cartes d’Aleph, alias William Harvey (1796-1866), extraite de Geographical fun by (Hodder and Stoughton, 1869). Voulant en savoir plus, j’ai récolté informations et images sur le site de la bibliothèque du Congrès, American memory

Pour compléter, sur le thème de la carte géographique satitique, voir par exemple ce billet de BibliOdyssey. Dans le même blog, vous trouverez, dans un billet consacré à la caricature en 1870, la carte ci-dessous.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Ulysse après Homère

Il s’agit d’une anthologie de textes sur le thème de la Seconde Odyssée – l’ultime voyage d’Ulysse après son retour à Ithaque – de Tennyson à Borges, réunis, commentés et, pour la plupart, traduits par d’Évanghélia Stead. En voici l’argument, tel qu’il est énoncé sur le site de l’éditeur :

Dans une langue énigmatique, lors de l’évocation des morts de l’Odyssée, le devin Tirésias prédit à Ulysse un dernier voyage qu’il aura à accomplir après son retour à Ithaque jusqu’au pays des hommes qui ignorent le sel. Du cœur d’une grande flamme qui murmure comme une langue, au chant XXVI de l’Inferno, Ulysse raconte à Dante le voyage fou qu’il entreprit en plein océan, outre les colonnes d’Hercule, jusqu’au tourbillon des eaux qui engloutit son navire corps et biens. Né de la libre combinaison de ces deux passages célèbres, Ulysse, le navigateur aspirant au retour à Ithaque, se mue en voyageur téméraire et en aventurier.
Les quinze textes de ce volume creusent le sillon d’une Seconde Odyssée «plus grande que la première peut-être» (Cavafis) en six langues (anglais, allemand, grec, français, italien et espagnol) dans l’original et en traduction. D’Ulysse d’Alfred Tennyson à Odyssée, livre XXIII de Jorge Luis Borges, ils remodèlent le voyage dantesque d’Ulysse par delà les colonnes et ses aventures merveilleuses connues de l’Odyssée. L’Ulysse errant sur toutes les mers, même parfois sur les terres, irrésistiblement attiré par le couchant, est l’Ulysse de la Seconde Odyssée. Rentré à Ithaque, il est déçu par le retour. Rêveur, inquiet, mélancolique, rongé par le désir de reprendre le large, il retrouve pour ce dernier voyage ses anciens compagnons et les lieux autrefois abordés. Mais rien n’est plus comme avant.
Poètes, prosateurs et essayistes — souvent, comme Borges, en cette triple qualité — reviennent en grands lecteurs inspirés sur l’oracle mystérieux de Tirésias et sur la langue de feu de Dante. L’Odyssée se prolonge par l’Inferno sur les traces d’un chemin connu et inconnu à la fois. Fascination de l’énigme de l’oracle, murmure de la langue de feu, défi de la poésie homérique et dantesque, mythologie mélancolique, méditation sur l’existence et l’immortalité, la Seconde Odyssée c’est tout cela.

Voir aussi sur cet ouvrage Stalker, billet du 8 avril 2010.

Professeur de Littérature Comparée à l’Université de Reims et traductrice polyglotte, Évanghélia Stead (infos) a déjà publié sur l’Odyssée et ses suites les articles et ouvrages ci-dessous.

«Suite, réécriture, intertextualité? Sur El Inmortal de Jorge Luis Borges (L’Aleph, 1949)», sur Fabula.org (dernière mise à jour de cette page le 26 avril 2009).

« Astres déclinants d’Homère à Dante », Revue de littérature comparée 2/2009 (n° 330), p. 133-149. Disponible sur Cairn [base accessible dans le cadre d’un abonnement].

L’Odyssée d’Homère, Gallimard, «foliothèque», 2007, 245 p. (essai).

« Homère dans la fiction contemporaine : la mémoire, l’oubli et la poésie (Backès, Kadaré, Borges) »,  Eidôlon, n° 72 [Le Temps de la mémoire (1) : le flux, la rupture, l’empreinte], 2006.

« La Figure d’Ulysse entre Giorgio De Chirico et Alberto Savinio dans les années ‘20 », in Et in fabula pictor. Peintres-écrivains au XXe siècle. Des fables en marge des tableaux, dir. Florence Godeau, Paris, Kimé, 2006, p. 69-86.

« Vieillir éternellement : Tithon et Ulysse », in Écrire le vieillir, études réunies par Alain Montandon, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, «Littératures», 2005, p. 13-31.

« Constantin Cavafis, ‘Seconde Odyssée’, traduction et commentaire », Conférence, n° 21, automne 2005, p. 15-24. (traduction en français)

« Franchir les colonnes d’Hercule dans la Seconde Odyssée (Homère, Dante, Alfred Tennyson, Arturo Graf, Andrew Lang) », Eidôlon, n° 67 [Frontières et Seuils], 2004, p. 287-296.

La table des matière de sa Seconde Odyssée montre que cet ouvrage porte presque exclusivement sur des textes en langues étrangères parus depuis 1842, date du poème de Tennysson.

Certains de ces textes sont accessibles en ligne.

George F. Preston, The Phantom Bark (1860)

Andrew Lang, Hesperothen (1872) sur Google

Jules Lemaitre, Nausicaa (1894) sur Mediterranees.net

Giovanni Pascoli, L’ultimo viaggio (1904) sur le site de la Fondation Pascoli et sur Wikisource

Jorge Luis Borges, El inmortal (1947) sur Bibliaspa ; voir en annexe Odisea, libro vigésimo tercero (1964)

D’autres auteurs que ceux proposés par Évanghélia Stead ont été inpirés par Ulysse. Un ouvrage d’Agathe Entanaclaz, Les métamorphoses d’Ulysse : réécritures de l’Odyssée (voir article sur Fabula.org), en donne une première idée dans sa partie anthologie qui comporte des textes des auteurs suivants :

Auteurs français ou francophones : Apollinaire, Aragon, Du Bellay, Boileau, Céline, Chateaubriand, Fénelon, Gautier, Genette, Giono, Giraudoux, Homère, La Fontaine, La Motte, Mallarmé, Marivaux, Queneau, Ronsard, Sainte-Maure, Scarron, Simon, Zola.

Autres auteurs : Dante, Érasme, Euripide, Moravia, Steiner, Virgile.

Parmi les ouvrages des auteurs indiqués ci-dessus, Naissance de l’Odyssée de Jean Giono a fait l’objet d’un article récent de Sylvie Ballestra-Puech : «Le rideau déchiré de l’épopée dans Naissance de l’Odyssée de Jesn Giono», sur Fabula.org.

 

Annexes

Table des matières de Seconde Odyssée

TABLE DES MATIÈRES

Prologue
Seconde Odyssée: Ulysse de Tennyson à Borges

1. Alfred Tennyson, Ulysses / Ulysse (1842)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

Alfred Tennyson, Ulysse traduit en Europe
traductions de Ferdinand Freiligrath, Albert Buisson
du Berger, Giovanni Pascoli et Léon Morel

2. George F. Preston, The Phantom Bark / La Barque fantôme (1860)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

3. Andrew Lang, Hesperothen / De l’Hespérie (1872)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

4. Paul Heyse, Odysseus / Ulysse (1877)
traduit par Philippe Marty
Notice

5. Constantin Cavafis, Seconde Odyssée (1894)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

6. Jules Lemaitre, Nausicaa (1894)
Notice

7. Arturo Graf, L’ultimo viaggio di Ulisse / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1897)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

8. Giovanni Pascoli, L’ultimo viaggio / Le Dernier Voyage (1904)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

9. Arturo Graf, I Naviganti / Les Navigateurs (1905)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

10. Constantin Cavafis, Ithaque (1910)
traduit par Marguerite Yourcenar et Constantin Dimaras
traduit par Dominique Grandmont
Notice

11. Franz Blei, Des Odysseus letzte Ausfahrt / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1923)
traduit par Marie-Victoire Nantet
Notice

12. Jorge Luis Borges, El inmortal / L’Immortel (1947)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

13. Jorge Luis Borges, Odisea, libro vigésimo tercero / Odyssée, livre vingt-trois (1964)
traduit par Nestor Ibarra
Notice

APPENDICE
Essais

14. Constantin Cavafis, La Fin d’Ulysse (1894)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

15. Jorge Luis Borges, El último viaje de Ulises / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1982)
traduit par Françoise Rosset
Notice

Épilogue
Intertextualité, langue d’énigme, langue de feu

Bibliographie

Alfred Tennyson, Ulysses (1842)

It little profits that an idle king,
By this still hearth, among these barren crags,
Match’d with an aged wife, I mete and dole
Unequal laws unto a savage race,
That hoard, and sleep, and feed, and know not me.

I cannot rest from travel: I will drink
Life to the lees: all times I have enjoyed
Greatly, have suffered greatly, both with those
That loved me, and alone; on shore, and when
Through scudding drifts the rainy Hyades
Vexed the dim sea: I am become a name;
For always roaming with a hungry heart
Much have I seen and known; cities of men
And manners, climates, councils, governments,
Myself not least, but honoured of them all;
And drunk delight of battle with my peers;
Far on the ringing plains of windy Troy.
I am a part of all that I have met;
Yet all experience is an arch wherethrough
Gleams that untravelled world, whose margin fades
For ever and for ever when I move.
How dull it is to pause, to make an end,
To rust unburnished, not to shine in use!
As though to breathe were life. Life piled on life
Were all too little, and of one to me
Little remains: but every hour is saved
From that eternal silence, something more,
A bringer of new things; and vile it were
For some three suns to store and hoard myself,
And this grey spirit yearning in desire
To follow knowledge like a sinking star,
Beyond the utmost bound of human thought.

This is my son, mine own Telemachus,
To whom I leave the sceptre and the isle —
Well-loved of me, discerning to fulfil
This labour, by slow prudence to make mild
A rugged people, and through soft degrees
Subdue them to the useful and the good.
Most blameless is he, centred in the sphere
Of common duties, decent not to fail
In offices of tenderness, and pay
Meet adoration to my household gods,
When I am gone. He works his work, I mine.

There lies the port; the vessel puffs her sail:
There gloom the dark broad seas. My mariners,
Souls that have toil’d, and wrought, and thought with me —
That ever with a frolic welcome took
The thunder and the sunshine, and opposed
Free hearts, free foreheads — you and I are old;
Old age hath yet his honour and his toil;
Death closes all: but something ere the end,
Some work of noble note, may yet be done,
Not unbecoming men that strove with Gods.
The lights begin to twinkle from the rocks:
The long day wanes: the slow moon climbs: the deep
Moans round with many voices. Come, my friends,
‘Tis not too late to seek a newer world.
Push off, and sitting well in order smite
The sounding furrows; for my purpose holds
To sail beyond the sunset, and the baths
Of all the western stars, until I die.
It may be that the gulfs will wash us down:
It may be we shall touch the Happy Isles,
And see the great Achilles, whom we knew

Tho’ much is taken, much abides; and though
We are not now that strength which in old days
Moved earth and heaven; that which we are, we are;
One equal temper of heroic hearts,
Made weak by time and fate, but strong in will
To strive, to seek, to find, and not to yield.

récupéré sur The Tennyson Page

 

George F. Preston, The Phantom Bark (1860)

Twin sails are in the distance,
Scarce heard a boatman sings:
His pinnace lightly skims the foam,
As borne on swallow’s wings.

There comes a whisper down the breeze,
A murmur faint and low:
That she is bound to a far-off land,
But where she scarce doth know.

Beyond the Straits of Hercules,
She maketh for the west,
Beyond the far Canaries,
To the islands of the blest.

Those islands of the blest must mean
A grave in the Western sea;
No more, I ween, by mortals seen,
That frail, white, bark will be!

récupéré sur le site de l’université de Virginie

 

Jorge Luis Borges, Odisea, libro vigésimo tercero (1964)

Ya la espada de hierro ha ejecutado
La debida labor de la venganza;
Ya los ásperos dardos y la lanza
La sangre dcl perverso han prodigado.
A despecho de un dios y de sus mares
A su reino y su reina ha vuelto Ulises,
A despecho de un dios y de los grises
Vientos y dcl estrépito de Ares.
Ya en el amor del compartido lecho
Duerme la clara reina sobré el pecho
De su rey pero ¿dónde está aquel hombre
Que en los días y noches del destierro
Erraba por el mundo como un perro
Y decía que Nadie era su nombre?

récupéré sur Literatura.us

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Danses macabres ou danses des morts

Dans les siècles de foi, surtout dans les derniers,
La grand’danse macabre était fréquemment peinte
Au vélin des missels comme aux murs des charniers.

Anatole France., La danse des morts

Il ne s’agit pas ici d’une étude de plus sur le thème de la danse macabre, mais d’une tentative personnelle d’inventaire des ressources existantes. C’est dire que des mises à jour seront nécessaires… (Dernière mise à jour : 22 octobre 2019)

Plan

I.Pour une première approche du thème

II. Danses macabres et livres anciens : du manuscrit aux éditions critiques

II. A. Du manuscrit aux premiers impimés

II. B. La grande danse macabre des hommes et des femmes

II. C. La danse des morts de Holbein le Jeune

III. Etudes générales

Ajout du 30 juin 2010

Voir aussi deux exemples biens différents.

 

I. Pour une première approche du thème

Les articles de Wikipédia sur la danse macabre et le dit des trois morts et des trois vifs.

Un article du Dictionnaire de la conversation et de la lecture, disponible sur Google livres.

Caroline Gabion. Les danses macabres et leurs métamorphoses (1830 – 1930). 2000. Thèse : Lettres et arts : Lyon 2. Disponible en ligne. Voir son abondante bibliographie avec notamment les études sur le mot “macabre” et sur les danses macabres.

Quelques pistes :

Des photographies de plusieurs danses macabres murales sur le site The Roving Medievalist.

Dans son Essai sur les poëmes et sur les images de la Danse des morts, Hippolyte Fortoul fait dériver macabre d’une altération de Macaire, saint ermite étroitement lié à la légende des trois morts et des trois vifs. Cependant l’étymologie de macabre reste incertaine. Voir, outre les deux citations ci-dessous, le site du CNRTL – Centre national de ressources textuelles et lexicales

LA DANSE MACABRE.

D’où vient et que signifie le mot: Macabre ? Le bibliophile Jacob, auteur d’un livre intitulé la Danse Macabre, énumère plusieurs étymologies, sans se décider pour aucune.

« La danse macabre, dit-il. a exercé la patience des dépisteurs d’étymologies, qui vont furetant toutes les langues et tous les vocabulaires pour découvrir souvent une combinaison impossible de vocables, un accompagnement monstrueux de racines Il paraît que macabra en arabe veut dire cimetière en anglais make signifie faire et breack briser en hébreu maccahbi s’explique par le latin plaga ex me c’est moi qui fais le mal, en vieux français ma cabre se i prend pour ma chèvre et d’autres ont prétendu que Macabre était le nom de l’inventeur de cette danse et en effet ce peut être un troubadour nommé Macabrus qui a composé des espèces de complaintes sur la mort et la fragilité humaine. Enfin le mot macabre n’a-t-il pas certaine analogie avec la formule Abracadabra? »

Quoi qu’il en soit, disons que la danse macabre, ou la danse des morts, est un branle, en peinture ou en bas-relief, de personnages dont la Mort est le ménétrier; que du quatorzième siècle à la fin du seizième, les églises, les cimetières, les vitraux, les miniatures des missels, les prie-dieu, et jusques aux gardes d’épées, présentent des danses macabres plus ou moins terribles, plus ou moins bouffonnes. La gravure sur bois s’en empara ; Holbein et Albert Durer ont publié diverses œuvres ou suites de danses macabres : le premier l’a prise au sérieux , l’autre l’a traitée en bouffonnerie.

La danse macabre devint même un spectacle ou Mystère, dans lequel la Mort paraissait en personne.Les danses des morts paraissent avoir pris naissance à la suite des pestes qui ravagèrent l’Europe en 1348 et en 1375; c’est un avertissement tout chrétien sur la fragilité de la vie.

D’après M. Taylor, la plus ancienne danse macabre serait celle de Minden, en Westphalie, exécutée vers 1385. Dès 1424, le cimetière des Innoccens avait la sienne, et elle fut peinte en 1502, sous Louis XII, dans la cour principale du château de Blois. Les deux plus célèbres peintures de ce genre sont d’abord celle que l’on voyait dans le cloître des Dominicains, à Bâle, et que l’on attribuait faussement à Holbein (elle date de 1444, et Holbein est né en 1498). L’autre est la danse des Morts qui décorait dans la cathédrale d’Amiens, la chapelle des Machabées et celle dont le Musée publie le dessin. Elle se composait outre la Mort de cinquante autres personnages […]

Musée des familles: lectures du soir, troisième année, volume 2, 1835, p. 220

 

Danse macabre ou macaber ou macabrée. On a fait dériver ce mot de plusieurs langues même de l’arabe et du celtique. Macaber est le nom d’un poète allemand qui fut l inventeur de cette terrible et burlesque fantasmagorie ou d’un acteur qui jouait dans une pantomime le rôle de la Mort ou d’un bateleur qui montrait au peuple des tableaux peints représentant la danse des morts un passage du Journal de Paris sous Charles VI vient à l’appui de cette dernière opinion. Voir le Manuel du Libraire par Brunet, la Notice sur une danse des morts par Champollion aîné, la préface ot le roman historique de la Danse macabre etc

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, Histoire du seizième siècle en France, volume 3, note de bas de page p. 325 +

 

II. Danses macabres et livres anciens : du manuscrit aux éditions critiques

 

II. A. Du manuscrit aux premiers imprimés

Les Trois Morts et Les Trois Vifs, Psautier de Robert de Lisle, Manuscrit Arundel 83 de la British Library, vers 1310/1320

Les Trois Morts et Les Trois Vifs, Psautier de Robert de Lisle, Manuscrit Arundel 83 de la British Library, vers 1310/1320, f. 127. Disponible sur le site de la British Library.

 

 

 

 

Totentanz (Blockbuch), vers 1455/1458. Disponible sur le site de la bibliothèque universitaire de Heidelberg. Plus d’information sur le site Dodedans.

 

 

 

 

 

II. B. La grande danse macabre des hommes et des femmes et autres danses macabres de la fin du XVe siècle

La grant danse macabre des hommes et des femmes ; avec Les dis des trois mors et trois vifs ; Le débat du corps et de l’âme, Paris, Gouyot Marchand, 1486. Disponible sur Gallica.

La danse macabre des femmes, Paris, Gouyot Marchand, 1491. Disponible sur Gallica.

Illustrations de danses macabres disponibles sur Gallica : 1 ; 2

Voir aussi l’incunable B INC 30 de la bibliothèque municipale de Poitiers et ce site.

Rééditions

Plusieurs à la fin du XVe siècle, par l’imprimeur Guyot Marchand. Voir la notice de Champollion-Figeac.

La grande danse macabre des hommes et des femmes historiée et renouvelée de vieux gaulois en langage le plus poli de notre temps, avec le Débat du Corps et de l’Ame, la Complaincte de l’Ame damnée ; l’Exhortation de bien vivre et de bien mourir ; la Vie du mauvais Antechrist ; les Quinze signes du jugement, Troyes, chez Jean-Antoine Garnier, 1728.

La grande danse macabre des hommes et des femmes ; précédée du Dict des trois mors et des trois vifz, Paris, Baillieu, 1862. Disponible sur Gallica en 2 exemplaires (ex. 1 ; ex. 2).

Etudes et commentaires

Auguste François Louis Scipion de Grimoard-Beauvoir Du Roure de Beaumont-Brison, Analectabiblion: ou Extraits critiques de divers livres rares, oubliés ou peu connus, Paris, Techner, 1836. Voir l’article “La grande danse macabre des hommes et des femmes” p. 196-197, dont voici le début.

LA GRANDE DANSE MACABRE

DES HOMMES ET DES FEMMES,

Historiée et renouvelée de vieux gaulois en langage le plus poli de notre temps , avec le Débat du Corps et de l’Ame, la Complaincte de l’Ame damnée ; l’Exhortation de bien vivre et de bien mourir ; la Vie du mauvais Antechrist ; les Quinze signes du jugement. A Troyes, chez Jean-Antoine Garnier, 1728; 1 vol. in-4, fig. en bois, de 76 pages.

(1485-90—1728.)

L’auteur, ou plutôt le traducteur français de ce livre bizarre, est un sieur Guyot Marchant, qui demeurait à Paris, en 1485. L’édition originale parut, cette même année, le 28 septembre. Elle est fort rare, mais bien moins complète que les éditions postérieures , ne contenant que 10 feuillets de texte et 17 gravures en bois. L’édition in-fol., gothique, de 1490, indique que cette composition singulière, qui se trouve figurée dans un tableau fameux du peintre Holbein, et, dernièrement, dans un ouvrage anglais à vignettes coloriées, intitulé : The Dance of Death, a été traduite autrefois en vers français d’un poème allemand.

L’idée du livre est le développement de ce lieu commun, si souvent traité dans toutes les langues, que tous les hommes, grands et petits, riches et pauvres, paieront le tribut à la mort. [voir la suite sur Google livres]

Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, tome 2, Paris, 1823, p. 43. Disponible sur Google livres.

Champollion-Figeac, “Notice d’une édition de la Danse macabre antérieure à celle de 1486, et inconnue aux Bibliographes”, Magasin encyclopédique : ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 4, 1811, p. 153-369. Comporte notamment une bibliographie des éditions du XVe siècle. Disponible sur Gallica.

Jacques-Charles Brunet

Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, 1842, p. 10-13. Disponible sur Google livres.

Nouvelles recherches bibliographiques, Paris, 1834, t. 1, p. 402-403. Disponible sur Google livres.

Pierre Vaillant, “La danse macabre de 1485 et les fresques du charnier des Innocents”,  Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 1975, vol. 6  n° 6, p. 81-86. Disponible sur Persee.

II. C. La danse des morts de Holbein le Jeune

Voir sur ce sujet

 

Les premières éditions

Les simulachres et historiées faces de la mort, autant élégamment pourtraictes, que artificiellementimaginées, soubz l’escu de Coloigne, à  Lyon, 1538.  Les gravures sont de Hans Holbein d’après ses propres dessins, les traductions versifiées des citations bibliques ont été faites par Jean de Vauzelles et/ou Gilles Corrozet. 2 exemplaires disponibles en ligne : sur Gallica (ex. 1 ; ex. 2).

Une réédition à la même adresse en 1547. Disponible sur Archive.org.

Dans Essai typographique et bibliographique sur l’histoire de la gravure sur bois, Ambroise Firmin-Didot et Cesare Vecellio donnent un tableau des “éditions des Simulacres de la Mort par Holbein, imprimées sur les bois originaux,” visible dans Google livres.

 

Les interprétations des dessins d’Holbein par différents artistes

La liste suivante et les liens sont extraits du site Dodedans :

Heinrich Aldegrever (1541)

Heinrich Vogtherr (1544)

Arnold Birckmann (1555)

Scharffenberg (1576)

Peter Paul Rubens (1600-1610)

Eberhard Kieser (1617)

Wenceslaus Hollar (1651)

De doodt vermaskert (1654)

Johann Weichard von Valvasor (1682)

Christian de Mechel (1780)

David Deuchar (1788)

John Bewick (1789)

Alexander Anderson (1810)

Pseudo-Bewick (1825)

Ludwig Bechstein (1831)

Joseph Schlotthauer (1832)

Artiste anglais inconnu

Un exemple de réinterprétation : les gravures de Wencesclaus Hollar

Au XVIIe siècle, Wencesclaus Hollar réalise des gravures d’après les dessins de Holbein. Plusieurs éditions, en latin, français ou anglais, paraissent entre 1680 et 1887. Elles figurent dans The Wenceslaus Hollar Digital Collection de l’université de Toronto et aussi ailleurs sur internet.

Celle parue à Parisen 1790, sous le titre Le triomphe de la mort, est également disponible sur Archive.orgl

Celle parue chez John Harding en 1804, The dance of death painted by H. Holbein and engraved by W. Hollard, disponible aussi sur Google livres, a été  réalisée par Francis Douce.

Les éditions critiques du XIXe et duXXe siècle

Outre celle signalée ci-dessus, Francis Douce est l’auteur de plusieurs éditions critiques de la danse macabre d’Holbein :

The dance of death, [1820]. Disponible sur Archive.org.

The Dance of death : exhibited in elegant engravings on wood with a dissertation on the several representations of that subject but more particularly on those ascribed to Macaber and Hans Holbein, London, W. Pickering, 1833. Disponible sur Google livres et sur Archive.org (ex.1 ; ex. 2 ; ex. 3). Voir un article sur cet ouvrage dans The Gentleman’s magazine de 1834.

The Dance of death : in a series of engravings on wood from designs attributed to Hans Holbein with a treatise on the subject, London, G. Bell, 1902

Autres éditions commentées de l’ouvrage d’Holbein parue au XIXe siècle :

Hippolyte Fortoul (éd.), La Danse des morts dessinée par Hans Holbein, gravée sur pierre par Joseph Schlotthauer,… expliquée par Hippolyte Fortoul, Paris, 1842. Son “Etude sur les poëmes et sur les images de la danse des morts” figurent dans le tome 1 de ses Etudes d’archéologie et d’histoire, Paris, 1854 disponible sur Google livres.

Henry Green (éd.), Les simulachres & historiees faces de la mort: commonly called “The dance of death”, Manchester, 1869. Disponible sur Archive.org.

Austin Dobson (éd.), The dance of death, London ; New York : G. Bell & Sons, 1892. Disponible sur Archive.org.

III. Etudes générales

Sigfrid Pohl Perry a réalisé en 2008 une biblographie disponible sur le site de la Library of Northwestrn University, dans la Mccormick library of special collections.

Champfleury,  “Chapitre VI : La danse des morts”, in Histoire de la caricature au moyen âge et sous la renaissance,p. 107-136. Disponible sur Google livres.

Gabriel Peignot, Recherches historiques et littéraires sur les danses des morts et sur l’origine des cartes à jouer, Dijon, 1826. Disponible sur Google livres.

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, “Au voyageur Taylor”, in La danse macabre : histoire fantastique du quinzième siècle, Paris, 1832, p. v-xxv. Accessible sur Google livres. Reprise sous le titre “Dissertation sur la danse des morts. Lettre au voyageur Taylor”, in Romans relatifs a l’histoire de France aux XVe et XVIe siècles. Paris, H.Delloye, 1838, p. 7-10. Accessible sur Google livres.

Hippolyte Fortoul, Essai sur les poëmes et sur les images de la Danse des morts, Paris, 1842. Reprise dans le tome 1 de ses Etudes d’archéologie et d’histoire, Paris, 1854 disponible sur Google livres.

Constant Leber, Catalogue des livres imprimés, manuscrits, estampes, dessins et cartes à jouer composant la bibliothèque de M. C. Leber, Paris, 1839, t.1, p. 205-213. Disponible sur Google livres.

Eustache-Hyacinhe Langlois, Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts… ; suivi d’une lettre de M. C. Leber et d’une note de M. Depping… ; ouvrage complété et publié par M. André Pottier,… et M. Alfred Baudry, Rouen, 1851. 2 vol. Disponible sur Gallica : t. 1 ; t. 2. Edition 1852 disponible sur Gallica : t. 1 ; t. 2

Achille Jubinal. La Danse des morts de la Chaise-Dieu : fresque inédite du XVe siècle.3e édition. Paris : Librairie archéologique de Didron, 1862. Disponible à la bibliothèque de Lisieux.

Georges Kastner, Les danses des morts : dissertations et recherches historiques, philosophiques, littéraires et musicales sur les divers monuments de ce genre qui existent ou qui ont existé tant en France qu’à l’étranger, accompagnées de la Danse macabre, grande ronde vocale et instrumentale, paroles d’Édouard Thierry, musique de Georges Kastner, et d’une suite de planches représentant des sujets tirés d’anciennes danses des morts des XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècles, la plupart publiés en France pour la première fois, avec les figures d’instruments de musique qu’ils contiennent, ainsi que d’autres figures d’instruments du moyen âge et de la Renaissance, Paris, 1852. Disponible sur Google livres.

M. de Contencin. “Note sur une danse des morts”, in Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 1844, t.2, p. 37-42. Disponible sur Gallica. Référence signalée par Françoise Vitaux (voir commentaire).

Alan Hindley, “Un drame macabre? La Mort dans quelques moralités française

Ajout du 30 juin 2010

J’ajoute ici une bibliographie de Jean-Paul Fontaine, donnée en commentaire du billet L’enlumineur et la danse macabre sur le site Le bibliofil :

Pour des références plus récentes que celles du XIXe siècle, on peut rappeler les travaux de Marie-Dominique Leclerc (Université Reims Champagne-Ardenne) :

– Les “Editions bleues de la Danse macabre : Continuité et rupture”, in Actes du dixième Congrès international sur les Danses macabres (Vendôme, 6-10 septembre 2000), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2000, pages 93 à 110.

– Danser la Mort – Autour des Danses macabres troyennes – Catalogue de l’exposition, in La Vie en Champagne, nouvelle série, n°26, avril-juin 2001, pages 4 à 24 (en collaboration avec Danielle Quéruel et Alain Robert).

– Le Macabre des Calendriers des bergers, in Actes du 11e Congrès international sur les Danses macabres (Rouen, 1-5 octobre 2003), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2003, pages 107 à 133.

– Danser avec la mort – Catalogue de l’exposition de Lyon, Lyon, Musée de l’imprimerie, 2004, 32 pages (en collaboration avec Danielle Quéruel et Alain Robert).

– Quand la Mort s’en va danser dans les almanachs, in Actes du 12e Congrès international sur les Danses macabres (Gand, 21-24 septembre 2005), Meslay-le-Grenet, Association européenne des Danses macabres, 2005, t. 1, pages 17 à 30.

Sur Jean-Paul Fontaine, voir entre autres Le blog du bibliophile et les Editions des Cendres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le cabinet des fées

Ce qu’était le Cabinet des fées

Selon une notice bibliographique  de la BnF :

Collection de contes rassemblés entre 1785 et 1786 et publiés à Amsterdam par Charles-Joseph Mayer et Charles-Georges-Thomas Garnier ; le t. 37 contient les notice des auteurs ainsi que la liste complète de leurs oeuvres ; les 4 derniers vol. (t. 38-41) ont été publiés à Genève en 1788-1789 ; ils contiennent une suite des “Mille et une nuits”.

Continuer la lecture de Le cabinet des fées

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts