Archives de catégorie : Thèmes littéraires et artistiques

Drôles de bibs (4) Singes bibliothécaires et lecteurs simiesques

 Les lecteurs des Annales du Disque monde de Terry Pratchett connaissent le bibliothécaire de l’Université invisble transformé en orang-outang. Cette idée de singe veillant sur les livres serait-elle venue à l’auteur en référence à celui qui veille sur l’entrée de la bibliothèque du château de Cardiff ?

Entrée de la bibliothèque du château de Cardiff, Wolfgang Sauber

Et qu’en est-il des lecteurs simiesques en bibliothèque ? Voici quelques exemples. D’abord une bande dessinée partiellement représentée dans la galerie de lincoln-log sur Flickr où ce type de lecteur semble un peu brutal (du moins en couverture). Ce numéro de From beyond the unkown reprend en fait une histoire parue dans Strange Adventures, comme nous l’apprend un article intitulé « Apes on Covers » paru sur le blog ThisKevin.

Dans les exemples suivants, il s’agit de singes savants au meilleur sens du terme. La photographie d’une stalle de la cathédrale d’Exeter trouvée sur le site de l’unviversité du Minesota nous suggère que la  représentation du  singe lecteur n’est pas nouvelle. Spécialiste de la peinture simiesque, Gabriel von Max a réalisé plusieurs peintures sur ce thème .

Marie-Madeleine, lectrice et pénitente

 (Dernière mis à jour : 29/05/2012)

Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)

Comment est-on passé de la représentation de Marie-Madeleine lisant par Rogier van der Weyden datant de la première moitié du XVe siècle à celle réalisée sur le même thème par Emmanuel Benner plus de quatre siècles plus tard ? Un historien de l’art vous le dirait mieux que moi.

Quelques remarques cependant. Dans le tableau d’Emmanuel Brenner, outre la nudité de la sainte qui atteint ici son point d’aboutissement, les siècles précédents ayant peu à peu rejeté les voiles qui la recouvraient(1) (je vous laissent le constater par vous-même avec les tableaux répertoriés ci-dessous), vous noterez la présence du crâne, ici relégué dans un coin. Comme motif pictural, il apparaît beaucoup plus tôt, et en position centrale, servant de lutrin, de presse-livre, d’accoudoir à une sainte dont la lecture est souvent interrompue par une lueur divine ou une sombre méditation

Nous sommes ici dans le domaine des vanités et autres memento mori. Le miroir, le pot de parfum(2) le crucifix, voire la couronne d’épines, qui s’ajoutent ou se substituent au crâne, jouent sur le même registre de la futilité de l’existence terrestre et de l’appel à la pénitence. Car cette lectrice retirée au désert est avant tout une pénitente et le livre qu’elle lit est le Livre majuscule, la Bible.

Sur ces quelques considérations générales qui valent ce qu’elles valent, je vous laisse consulter les peintures ci-dessous, représentant Marie-Madeleine avec un livre, qu’elle soit effectivement plongée dans sa lecture ou les yeux perdus dans la méditation. Pour des sélections plus générales, je vous renvoie

à celles réalisées par

Jisseo (voir aussi ici),

Bible Art Painting

Utpictura18

Wikipedia

au dossier iconographique de la thèse de Karine Lanini sur les vanités

aux résultats de recherche sur Google ou sur la base Joconde.

Quelques tableaux à travers les siècles

XVe siècle

Rogier van der Weyden.Marie-Madeleine lisant (1445). Londres, National Gallery >> voir Aparence ; voir aussi l’article qui lui est consacré sur Wikipedia

XVIe siècle

Brueghel l’Ancien. Sainte Marie-Madeleine pénitente.

Maître des figures de femmes à mi-corps. Sainte Madeleine lisant. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Frans Floris. Madeleine pénitente. Dijon, musée Magnin >> voir la base Joconde

Piero di Cosimo. Sainte Marie Madeleine (vers 1500/10). Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica di Palazzo Barberini >> voir Wikimedia

Adrien Ysenbrandt. La Madeleine dans un paysage (vers 1510/25). Londres, National Gallery >> voir Insecula

Ambrosius Benson, un spécialiste de ce thème >> Reading and art ou Lezen in de kunst

Marie-Madeleine lisant (vers 1525). Londres, National Gallery >> voir Paperblog

Marie-Madeleine lisant (vers 1530). Venise, Galleria Franchetti, Ca’ d’Oro >> voir Wikimedia

Sainte Marie-Madeleine lisant (15??) >> Visualphotos

Sainte Marie-Madeleine (15??) >> Christie’s

La Madeleine lisant (15??) >> Wikigallery

Tiziano Vecellio (Titien). Marie Madeleine pénitente (vers 1560). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

Domenicos Theotokopoulos (El Greco). Marie-Madeleine pénitente (1580). Budapest, Szépmüvészeti Muzeum >> voir le site du musée ou Wikipedia

Domenico Carrache. La Madeleine au désert (1591). Nancy ; musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Antonio Allegri (Le Corrège). Marie-Madeleine dans le désert ou la Lectrice (1600). Florence, Palais Pitti, Galerie Palatine  >> voir Utpictura18

XVIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Valenciennes, musée des Beaux-Arts >> voir la base Joconde

Sainte Madeleine pénitente. Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques >> voir la base Joconde

Giovanni Francisco Barbieri (Le Guerchin). Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Valentin de Boulogne. Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Giovanni Domenico Cerrini. La Madeleine en prière. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Cornélis Cornelisz (Cornélis van Haarlem). Sainte Madeleine. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Guy François. Sainte Marie-Madeleine pénitente. Paris, musée du Louvre >> voir le site du Louvre ou la base Joconde

Giovanni Martinelli. Madeleine repentante. Mâcon, musée des Ursulines >> voir la base Joconde

Johan Moreelse. Marie-Madeleine pénitente. Caen, musée des Beaux-Arts >> voir le site du Ciné club de Caen

Antiveduto Gramatica. Marie-Madeleine pénitente avec sa sœur Marthe >> voir Arcadja

Anton van Dyck. Madeleine pénitente (copie d’après). Grenoble, musée de Grenoble >> voir la base Joconde 

Hendrick Goltzius. La Madeleine pénitente et un ange (1610). , New York, Metropolitan Museum of Art >> voir Insecula

Orazio Gentileschi. Marie Madeleine en pénitence (1615). Collection privée >> voir Wikimedia

Antonio Allegri (Le Corrège). La Madeleine (vers 1618). Londres, National Gallery  >> voir Insecula

Domenico Fetti. Madeleine pénitente (vers 1617-1621). Rome, Galleria Doria Pamphilj >> voir Wikimedia

Domenico Fetti. Melancholie (vers 1620) >> voir Wikimedia (NB : Malgré son titre, cette toile reprend les éléments iconographiques caractéristiques de la représentation de Marie-Madeleine)

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1625). Detroit, Detroit Institut of Art >> voir le site du Detroit Institut of Art

Gerard Seghers. Madeleine repentante (1630). Washington, National Gallery of Art >> voir Utpcitura18

Orazio Lomi Gentileschi. Marie-Madeleine pénitente (vers 1621-1623). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Pinacothèque >> voir Guggenheim Bilbao ou Bilddatenbank

Georges de la Tour. Marie Madeleine pénitente, à la veilleuse (vers 1630-1635). Paris, musée du Louvre département des Peintures >>  voir la base Joconde

Simon Vouet. La Madeleine repentante (1633). Amiens, musée de Picardie >>  voir la base Joconde

Georges de la Tour. La Madeleine repentante (vers 1640). Washington, National Gallery, Ailsa Mellon Bruce Fund >> voir le site de Pierre-Olivier Douphis

Philippe de Champaigne. Madeleine pénitente (1648).  Rennes, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1655-1660). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie >> voir le site Niccolo Renieri et celui du Detroit Institut of Art

Pieter Cornélisz van Slingelandt. Marie-Madeleine pénitente (1657). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde et Insecula

Elisabetta Sirani. Sainte Madeleine pénitente (1663). Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie >> voir la base Joconde

Michele Rocca (Parmigianino le Jeune). Marie Madeleine pénitente (1698). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

XVIIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Pompeo Girolamo Batoni. La Madeleine repentante.  >> voir les sites Femme femme femme et Richard Gardner Antiques ou sur Wikigallery

Carlo Antonio Tavella, dit Il Solfarola. Madeleine pénitente dans un paysage de rochers ou Madeleine dans une grotte. Bordeaux, musée des beaux-arts >>  voir la base Joconde

Adriaen van der Werff,Sainte Marie-Madeleine pénitente, méditant dans la solitude (1718). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Jean-Marc Nattier. La Madeleine ou une pénitente dans le désert (vers 1742-1744). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Charles-Joseph Natoire. La Madeleine (1758). Dijon, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Carle Van Loo. La Madeleine dans le désert (1761) >> voir Utpictura18

XIXe siècle

Petrus van Schendel. Sainte Marie-Madeleine en prière. Amiens, musée de Picardie >> voir la base Joconde

William Etty. Marie-Madeleine pénitente. Grenoble, musée de Grenoble >> voir Artflakes

Jean-Baptiste Camille Corot. La Madeleine lisant (1854). Paris, musée du Louvre département des Peintures >> voir la base Joconde

Jean-Jacques Henner. La liseuse ou Marie-Madeleine lisant (vers 1880-1890). Paris, musée d »Orsay >> voir Wikimedia

Emmanuel Benner.Marie-Madeleine au désert (1886). Strasbourg, musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg >> voir Wikimedia

Alexandre Falguière. La Madeleine (1887). Pau, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

___________________
(1) Des figurations de Marie-Madeleine nue, confondue avec Marie l’Egyptienne, existent dès le Moyen-Age, mais ses longs cheveux lui servent alors de vêtements, ce qui n’est plus le cas plus tard.

(2) Celui dont la femme pécheresse a enduit les pieds et/ou les cheveux de Jésus et qui figure déjà dans le tableau de Rogier van der Weyden.

Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

Carl Schleicher. Der Bücherwurm
Hermann Fenner-Brehmer. Der Bücherwurm

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg (voir ci-dessus), j’ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

Eduard Swoboda.Ein kleiner Bücherwurm

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C’est que l’allemand Bücherwurm, littéralement  « ver de livre », est l’équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur « dévoreur de livre » : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l’érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l’enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu’aujourd’hui encore, dans la catégorie d’images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art. Continuer la lecture de Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Carte postale algérienne, années 1920-1930
Carte postale algérienne, années 1920-1930

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, « L’araignée du Prophète » (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme « forgés ou faibles », en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans une vidéo du Cheikh Mohamed Hassan. [NB : J’ai appris depuis que c’était un salafiste, mais cela n’enlève rien à la réalité de la dispute et je regrette bien que la vidéo ne soit plus accessible…]

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: « Pourquoi avoir créé cette créature inutile? » Dieu répondit: « Le jour où tu comprendras viendra ». Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Eh oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros se réfugient dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un billet de Zaitchick intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise _________________________________________________________________

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Dernière mise à jour : 30 septembre 2021.

Vanités

(Dernière mise à jour : 28 novembre 2012)

J’ai récemment feuilleté à la section Lettres de notre chère bibliothèque universitaire le catalogue d’une exposition qui s’est tenue au musée Maillol jusqu’au 28 juin 2010. Son titre : « C’est la vie ! » : vanités du Caravage à Damien Hirst. L’ouvrage a l’air fort intéressant et documenté et fera certainement partie de mes prochaines lectures. En attendant, glanons quelques renseignements sur ce thème des vanités qui recoupe en partie celui des danses macabres.

A part l’article de Wikipédia, il me faudra sans doute consulter sur le thème les catalogues d’autres expositions :

Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle : méditations sur la richesse, le dénuement et la rédemption, au Musée des Beaux-Arts à Caen (27 juillet-15 octobre 1990) et au Musée du Petit Palais à Paris (15 novembre 1990-20 janvier 1991).

Vanitas vanitatum omnia vanitas : anatomie des vanités, à la Maison Erasme à Bruxelles du 12 avril au 13 juillet 2008, autour d’une surprenante Eve anatomique :

,

 Vanité : Mort, que me veux-tu ? à la Fondation Pierre Bergé du 23 juin au 19 septembre 2010. Ne pouvant disposer pour l’instant du catalogue édité aux éditions La Martinières,, je me rabats sur le dossier de presse, les articles d’Exporevue,  de Télérama, du Figaro, de Narthex ou de L’agora des arts ou encore sur le blog de Noémie Levain.

Des images de vanités ne sont pas bien difficiles à trouver via Google ou sur Wikimedia Commons.

Un dossier bien illustré sur le thème figure sur le blog de Wodka.

Voir aussi

Beaux Arts magazine no 282, décembre 2007

Anne-Marie Charbonneaux (dir.), Les vanités dans l’art contemporain, Flammarion, 2005, 231 p.

Delphine Gleizes, « « Vanités ». codes picturaux et signes textuels », Romantisme, 2002, vol. 32, n° 118, p. 75-91. Disponible sur Persée, malheureusement sans les illustrations…

Karine Lanini. Dire la vanité à l’âge classique : paradoxes d’un discours0. Thèse soutenue en décembre 2003, et publiée aux éditions Honoré Champion, dans la collection Lumières Classiques en 2006. Voir son dossier iconographique.

Élisabeth Quin, iconographie d’Isabelle d’Hauteville, Le Livre des Vanités, Paris, Regard, 2008, 359 p. Voir ce qu’en dit Wodka et l’entretien du Nouvel observateur avec Elisabeth Quin, où on voit que le livre se focalise surtout sur les crânes…

 

הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָבֶל 

  

Hevel Havelim, hakol havel

Vanitas vanitatum omnia vanitas

Vanité des vanités, tout est vanité

Extrait de L’Ecclesiaste (קהלת Qohelet).

Texte hébreu et traduction sur Sefarim.

Traductions de Darby, Renan, Segond et Crampon sur Wikisource.

Napoléon (1) Caricatures

Je n’apprécie guère, je l’avoue, le supposé grand homme des Invalides. Aussi quel plaisir lorsque je lis dans La mort du Vazir-Moukhtar de Iouri Tynianov (1) :

Cela s’appelle la gloire. L’ombre débile d’un officier nerveux qui s’appelait Napoléon Bonaparte avait autrefois été ainsi remplie de regards humains. Et au Conseil des Cinq-Cents, Bonaparte avait perdu connaissance ; après cela seulement, sa main s’était emparé du secret : celui des mathématiques et de la légèreté militaire. Il avait également pris des leçons au théâtre ; Talma lui avait enseigné son éloquence hachée et même les défauts d’une prononciation que le gens croyaient simple et solennelle.

Je me rappelais avoir vu quelque part – dans un manuel scolaire ? – la gravure ci-dessus, témoignage des leçons du grand acteur Talma au nouvel empereur. Il n’a pas était bien difficile de la retrouver sur la toile. Du coup, j’ai voulu élargir ma recherche aux caricatures anti-napoléoniennes. Voici ce qu’a donné la pêche. Continuer la lecture de Napoléon (1) Caricatures

Alice au pays des merveilles

(Dernière mise à jour : 15 septembre 2010)

 Le 4 juillet 1862, une petite fille de 11 ans, Alice Liddell, fille d’un de ses amis, demande au logicien Charles Lutwidge Dodgson d’écrire un roman pour elle. L’héroïne se nommera Alice et son auteur signera Lewis Carroll…

La suite est un succès mondial qui laisse aujourd’hui quelques traces sur internet. Petite tentative d’inventaire à compléter, corriger, etc.

Plan

  

Informations générales

Deux sites anglophones riches d’information et d’illustrations :

 Alice in Wonderland

Bedtime Story

Dossiers de La petite bibliothèque ronde

Ne pas oublier Wikipedia.  

 Le manuscrit et les éditions

Le manuscrit est visible dans la galerie en ligne de la British Library. Pour connaître son histoire, voir l’article que lui consacre La petite bibliothèque ronde.

La première édition d’Alice’s Adventures in Wonderland paraît en 1865 avec 42 vignettes de John Tenniel, qui seront reprise dans nombe d’éditions postérieures, jusqu’aux édititions html présentes sur les sites suivants :

eBooks@Adelaide

Wikisource

Le roman a une suite dès 1872, Through the Looking-Glass, and What Alice Found There.

Ces deux ouvrages, le premier dans une édition de 1866, le second dans celle de 1872 sont consultables en un seul document dans l’Arno-Schmidt-Referenzbibliothek.

Ils figurent également sur le site de la Sabian Assembly, avec des commentaires par Marc Edmund Jones datant de 1928 (à prendre avec précaution…)

Une édition avec les illustrations de Lewis Carroll, parue en 1886 à Londres et New York chez Macmillan & Co, est reproduite sur le site du Project Gutenberg.

Un certain nombre d’éditions en anglais figurent dans Archive.org.

La première édition en français d’Alice est celle parue à Londres, chez Macmillan and Co, en 1869. Intitilé Aventures d’Alice au pays des merveilles. Elle est issue d’une traduction d’Henri Bué et comporte, comme la première édition anglaise, 42 vignettes réalisée par John Tenniel. Cette édition est accessible sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

D’autres suivont, surtout à partir des années 1930, dans des traductions de

Bernard-Henri Gausseron (1910)

Marie-Madeleine Fayet (1930)

Michel Arnaud (1931)

Henriette Rouillard (1935)

René Bour (1937)

Elisabeth Bonville et Pierre Noriey (1939)

Suzanne Minost (1940)

André Bay (1942)

Cette liste n’est pas complète ; pour plus d’informations, voir le catalogue de la BNF  

Les illustrateurs

Plusieurs listes des illustrateurs d’Alice sur les sites suivants

Archive.org

Dave Neal

Lauren Harman

Les principaux illustrateurs

John Tenniel (1820-1914), illustrateur de la première édition anglaise, en 1865. Plus d’infos sur Victorian Web

Peter Newell  (1862-1924), illustrateur de l’édition parue en 1901, chez Harper & Brother. Plus d’infos Aliang.net

Artthur Rackham (1867-1939), illustrateur de l’édition parue à Londres, chez 1907, chez William Heinemann. Plus d’infos sur Art passions

La société Atomic Antelope vient de commercialiser une version ipad d’Alice avec des illustrations de l’édition de 1865 par John Tenniel. Plus d’informations sur Miwim.      

Les adaptations cinématographiques

Voici ce qu’il en est dit sur le site English class

Alice au pays des merveilles a été porté à l’écran pour la première fois, en 1903 par Cecil Hepworth, avec Mabel Clark dans le rôle d’Alice.

Note : Il s’agit sans doute de l’adaptation signalée sur le blog de Delphine Bresson

En 1933, Norman Z. Mc Leod, ancien dessinateur de poupées et spécialiste des trucages, tourne une version avec la petite Charlotte Henry, en tête d’une distribution où l’on retrouve Cary Grant (la tortue), W.C Fields (Humpty Dumpty) mais également Gary Cooper (le Chevalier Blanc) et Richard Arlen (en Chat du Cheshire).

Autres adaptations au cinéma : Alice (1948) de Carol Marsh, Alice au pays des merveilles (1951) version de Walt Disney.

Il convient d’y ajouter maintenant celle de Tim Burton (2009). Voir le site officiel.

Mais cette liste n’est pas exhaustive, comme le montre celle figurant sur Wikipedia.  

Divers

Une biographie d’Alice Liddel sur Ricochet jeunes.

The Advent of Alice: A Celebration of the Carroll Centenary: Exhibition Catalogue, The Rosenbach Museum & Library. Accessible sur Google livres.

L’oiseau des contes (2) L’oiseau des contes littéraires

En complément d’un précédent billet sur une anthologie de contes issus de la tradition oral sur le thème de l’oiseau, voici un début de liste de contes issus de la littérature savante et portant sur ce même thème. Evidement elle sera complétée, corrigée, et si vous avez des remarques et informations.. 

 

 Le langage des oiseaux (ou la conférence des oiseaux)

Auteur : Farid-Uddin Attar

Texte en ligne :

  • Une version en format html sur Simorg.net
  • Une version html en persan
  • Une version numérisée d’édition ancienne dans Google livres : 1857

Bibliographie

 

L’oiseau blanc

Auteur : Denis Diderot.

Texte en ligne :

  • Une versions en format html dans les pages dédiées à Denis Diderot dans Wikisource.
  • Les version numérisées d’éditions anciennes dans Gallica ou Google livres  : 1821 ; 1875. 

 

L’oiseau bleu

Auteur : Madame d’Aulnoy.

Texte en ligne :

Une version gasconne du conte sur le site Pyrene.

Cartes géographiques humoristiques

En feuiletant récemment L’ Epopée cartographique : 100 exemples de cartes qui ont dessiné le monde (Parragon books, 2006), je suis tombé en arrêt devant des cartes d’Aleph, alias William Harvey (1796-1866), extraite de Geographical fun by (Hodder and Stoughton, 1869). Voulant en savoir plus, j’ai récolté informations et images sur le site de la bibliothèque du Congrès, American memory

Pour compléter, sur le thème de la carte géographique satitique, voir par exemple ce billet de BibliOdyssey. Dans le même blog, vous trouverez, dans un billet consacré à la caricature en 1870, la carte ci-dessous.

Ulysse après Homère

Il s’agit d’une anthologie de textes sur le thème de la Seconde Odyssée – l’ultime voyage d’Ulysse après son retour à Ithaque – de Tennyson à Borges, réunis, commentés et, pour la plupart, traduits par d’Évanghélia Stead. En voici l’argument, tel qu’il est énoncé sur le site de l’éditeur :

Dans une langue énigmatique, lors de l’évocation des morts de l’Odyssée, le devin Tirésias prédit à Ulysse un dernier voyage qu’il aura à accomplir après son retour à Ithaque jusqu’au pays des hommes qui ignorent le sel. Du cœur d’une grande flamme qui murmure comme une langue, au chant XXVI de l’Inferno, Ulysse raconte à Dante le voyage fou qu’il entreprit en plein océan, outre les colonnes d’Hercule, jusqu’au tourbillon des eaux qui engloutit son navire corps et biens. Né de la libre combinaison de ces deux passages célèbres, Ulysse, le navigateur aspirant au retour à Ithaque, se mue en voyageur téméraire et en aventurier.
Les quinze textes de ce volume creusent le sillon d’une Seconde Odyssée «plus grande que la première peut-être» (Cavafis) en six langues (anglais, allemand, grec, français, italien et espagnol) dans l’original et en traduction. D’Ulysse d’Alfred Tennyson à Odyssée, livre XXIII de Jorge Luis Borges, ils remodèlent le voyage dantesque d’Ulysse par delà les colonnes et ses aventures merveilleuses connues de l’Odyssée. L’Ulysse errant sur toutes les mers, même parfois sur les terres, irrésistiblement attiré par le couchant, est l’Ulysse de la Seconde Odyssée. Rentré à Ithaque, il est déçu par le retour. Rêveur, inquiet, mélancolique, rongé par le désir de reprendre le large, il retrouve pour ce dernier voyage ses anciens compagnons et les lieux autrefois abordés. Mais rien n’est plus comme avant.
Poètes, prosateurs et essayistes — souvent, comme Borges, en cette triple qualité — reviennent en grands lecteurs inspirés sur l’oracle mystérieux de Tirésias et sur la langue de feu de Dante. L’Odyssée se prolonge par l’Inferno sur les traces d’un chemin connu et inconnu à la fois. Fascination de l’énigme de l’oracle, murmure de la langue de feu, défi de la poésie homérique et dantesque, mythologie mélancolique, méditation sur l’existence et l’immortalité, la Seconde Odyssée c’est tout cela.

Voir aussi sur cet ouvrage Stalker, billet du 8 avril 2010.

Professeur de Littérature Comparée à l’Université de Reims et traductrice polyglotte, Évanghélia Stead (infos) a déjà publié sur l’Odyssée et ses suites les articles et ouvrages ci-dessous.

«Suite, réécriture, intertextualité? Sur El Inmortal de Jorge Luis Borges (L’Aleph, 1949)», sur Fabula.org (dernière mise à jour de cette page le 26 avril 2009).

« Astres déclinants d’Homère à Dante », Revue de littérature comparée 2/2009 (n° 330), p. 133-149. Disponible sur Cairn [base accessible dans le cadre d’un abonnement].

L’Odyssée d’Homère, Gallimard, «foliothèque», 2007, 245 p. (essai).

« Homère dans la fiction contemporaine : la mémoire, l’oubli et la poésie (Backès, Kadaré, Borges) »,  Eidôlon, n° 72 [Le Temps de la mémoire (1) : le flux, la rupture, l’empreinte], 2006.

« La Figure d’Ulysse entre Giorgio De Chirico et Alberto Savinio dans les années ‘20 », in Et in fabula pictor. Peintres-écrivains au XXe siècle. Des fables en marge des tableaux, dir. Florence Godeau, Paris, Kimé, 2006, p. 69-86.

« Vieillir éternellement : Tithon et Ulysse », in Écrire le vieillir, études réunies par Alain Montandon, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, «Littératures», 2005, p. 13-31.

« Constantin Cavafis, ‘Seconde Odyssée’, traduction et commentaire », Conférence, n° 21, automne 2005, p. 15-24. (traduction en français)

« Franchir les colonnes d’Hercule dans la Seconde Odyssée (Homère, Dante, Alfred Tennyson, Arturo Graf, Andrew Lang) », Eidôlon, n° 67 [Frontières et Seuils], 2004, p. 287-296.

La table des matière de sa Seconde Odyssée montre que cet ouvrage porte presque exclusivement sur des textes en langues étrangères parus depuis 1842, date du poème de Tennysson.

Certains de ces textes sont accessibles en ligne.

George F. Preston, The Phantom Bark (1860)

Andrew Lang, Hesperothen (1872) sur Google

Jules Lemaitre, Nausicaa (1894) sur Mediterranees.net

Giovanni Pascoli, L’ultimo viaggio (1904) sur le site de la Fondation Pascoli et sur Wikisource

Jorge Luis Borges, El inmortal (1947) sur Bibliaspa ; voir en annexe Odisea, libro vigésimo tercero (1964)

D’autres auteurs que ceux proposés par Évanghélia Stead ont été inpirés par Ulysse. Un ouvrage d’Agathe Entanaclaz, Les métamorphoses d’Ulysse : réécritures de l’Odyssée (voir article sur Fabula.org), en donne une première idée dans sa partie anthologie qui comporte des textes des auteurs suivants :

Auteurs français ou francophones : Apollinaire, Aragon, Du Bellay, Boileau, Céline, Chateaubriand, Fénelon, Gautier, Genette, Giono, Giraudoux, Homère, La Fontaine, La Motte, Mallarmé, Marivaux, Queneau, Ronsard, Sainte-Maure, Scarron, Simon, Zola.

Autres auteurs : Dante, Érasme, Euripide, Moravia, Steiner, Virgile.

Parmi les ouvrages des auteurs indiqués ci-dessus, Naissance de l’Odyssée de Jean Giono a fait l’objet d’un article récent de Sylvie Ballestra-Puech : «Le rideau déchiré de l’épopée dans Naissance de l’Odyssée de Jesn Giono», sur Fabula.org.

 

Annexes

Table des matières de Seconde Odyssée

TABLE DES MATIÈRES

Prologue
Seconde Odyssée: Ulysse de Tennyson à Borges

1. Alfred Tennyson, Ulysses / Ulysse (1842)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

Alfred Tennyson, Ulysse traduit en Europe
traductions de Ferdinand Freiligrath, Albert Buisson
du Berger, Giovanni Pascoli et Léon Morel

2. George F. Preston, The Phantom Bark / La Barque fantôme (1860)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

3. Andrew Lang, Hesperothen / De l’Hespérie (1872)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

4. Paul Heyse, Odysseus / Ulysse (1877)
traduit par Philippe Marty
Notice

5. Constantin Cavafis, Seconde Odyssée (1894)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

6. Jules Lemaitre, Nausicaa (1894)
Notice

7. Arturo Graf, L’ultimo viaggio di Ulisse / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1897)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

8. Giovanni Pascoli, L’ultimo viaggio / Le Dernier Voyage (1904)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

9. Arturo Graf, I Naviganti / Les Navigateurs (1905)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

10. Constantin Cavafis, Ithaque (1910)
traduit par Marguerite Yourcenar et Constantin Dimaras
traduit par Dominique Grandmont
Notice

11. Franz Blei, Des Odysseus letzte Ausfahrt / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1923)
traduit par Marie-Victoire Nantet
Notice

12. Jorge Luis Borges, El inmortal / L’Immortel (1947)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

13. Jorge Luis Borges, Odisea, libro vigésimo tercero / Odyssée, livre vingt-trois (1964)
traduit par Nestor Ibarra
Notice

APPENDICE
Essais

14. Constantin Cavafis, La Fin d’Ulysse (1894)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

15. Jorge Luis Borges, El último viaje de Ulises / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1982)
traduit par Françoise Rosset
Notice

Épilogue
Intertextualité, langue d’énigme, langue de feu

Bibliographie

Alfred Tennyson, Ulysses (1842)

It little profits that an idle king,
By this still hearth, among these barren crags,
Match’d with an aged wife, I mete and dole
Unequal laws unto a savage race,
That hoard, and sleep, and feed, and know not me.

I cannot rest from travel: I will drink
Life to the lees: all times I have enjoyed
Greatly, have suffered greatly, both with those
That loved me, and alone; on shore, and when
Through scudding drifts the rainy Hyades
Vexed the dim sea: I am become a name;
For always roaming with a hungry heart
Much have I seen and known; cities of men
And manners, climates, councils, governments,
Myself not least, but honoured of them all;
And drunk delight of battle with my peers;
Far on the ringing plains of windy Troy.
I am a part of all that I have met;
Yet all experience is an arch wherethrough
Gleams that untravelled world, whose margin fades
For ever and for ever when I move.
How dull it is to pause, to make an end,
To rust unburnished, not to shine in use!
As though to breathe were life. Life piled on life
Were all too little, and of one to me
Little remains: but every hour is saved
From that eternal silence, something more,
A bringer of new things; and vile it were
For some three suns to store and hoard myself,
And this grey spirit yearning in desire
To follow knowledge like a sinking star,
Beyond the utmost bound of human thought.

This is my son, mine own Telemachus,
To whom I leave the sceptre and the isle —
Well-loved of me, discerning to fulfil
This labour, by slow prudence to make mild
A rugged people, and through soft degrees
Subdue them to the useful and the good.
Most blameless is he, centred in the sphere
Of common duties, decent not to fail
In offices of tenderness, and pay
Meet adoration to my household gods,
When I am gone. He works his work, I mine.

There lies the port; the vessel puffs her sail:
There gloom the dark broad seas. My mariners,
Souls that have toil’d, and wrought, and thought with me —
That ever with a frolic welcome took
The thunder and the sunshine, and opposed
Free hearts, free foreheads — you and I are old;
Old age hath yet his honour and his toil;
Death closes all: but something ere the end,
Some work of noble note, may yet be done,
Not unbecoming men that strove with Gods.
The lights begin to twinkle from the rocks:
The long day wanes: the slow moon climbs: the deep
Moans round with many voices. Come, my friends,
‘Tis not too late to seek a newer world.
Push off, and sitting well in order smite
The sounding furrows; for my purpose holds
To sail beyond the sunset, and the baths
Of all the western stars, until I die.
It may be that the gulfs will wash us down:
It may be we shall touch the Happy Isles,
And see the great Achilles, whom we knew

Tho’ much is taken, much abides; and though
We are not now that strength which in old days
Moved earth and heaven; that which we are, we are;
One equal temper of heroic hearts,
Made weak by time and fate, but strong in will
To strive, to seek, to find, and not to yield.

récupéré sur The Tennyson Page

 

George F. Preston, The Phantom Bark (1860)

Twin sails are in the distance,
Scarce heard a boatman sings:
His pinnace lightly skims the foam,
As borne on swallow’s wings.

There comes a whisper down the breeze,
A murmur faint and low:
That she is bound to a far-off land,
But where she scarce doth know.

Beyond the Straits of Hercules,
She maketh for the west,
Beyond the far Canaries,
To the islands of the blest.

Those islands of the blest must mean
A grave in the Western sea;
No more, I ween, by mortals seen,
That frail, white, bark will be!

récupéré sur le site de l’université de Virginie

 

Jorge Luis Borges, Odisea, libro vigésimo tercero (1964)

Ya la espada de hierro ha ejecutado
La debida labor de la venganza;
Ya los ásperos dardos y la lanza
La sangre dcl perverso han prodigado.
A despecho de un dios y de sus mares
A su reino y su reina ha vuelto Ulises,
A despecho de un dios y de los grises
Vientos y dcl estrépito de Ares.
Ya en el amor del compartido lecho
Duerme la clara reina sobré el pecho
De su rey pero ¿dónde está aquel hombre
Que en los días y noches del destierro
Erraba por el mundo como un perro
Y decía que Nadie era su nombre?

récupéré sur Literatura.us