Archives de catégorie : Livres anciens

Livres censurés, livres de l’Enfer

Au sujet de la censure des livres, voici quelques références. A compléter…

100 livres censurés

Paru en 2010 aux éditions du Chêne, ce livre d’Emmanuel Pierrat est ainsi présenté sur le site Le choix des libraires :

Chefs-d’oeuvre romanesques, essais de génie, théories novatrices… 100 livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie et ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index, sont ici présentés par Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure. À travers un parcours érudit et joyeux, et à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’auteur nous raconte l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place. Des nouveaux contes de La Fontaine aux révolutions des sphères célestes de Copernic, de Darwin à Hugo, en passant par Diderot et Soljénitsyne ou Nabokov, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie variée.

Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure, invite, à travers une centaine de livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie, à redécouvrir des chefs d’œuvre romanesques, des essais de génie, des théories novatrices ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index. Des Contes de La Fontaine à la Théorie des planètes de Copernic, de Darwin à Sade, en passant par Diderot et L’Archipel du Goulag ou Lolita, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie allant des livres en cage aux pages caviardées, des « unes » dénonçant le scandale aux portraits des gens de lettres stigmatisés. L’auteur nous raconte, à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place.

Voir aussi d’Emmanuel Pierrat

L’Enfer de la Bibliothèque nationale

Quelques généralités

Un billet paru dans L’Œil électronique, également disponible sur le blog  Biblio.

La bibliographie de Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Guillaume Apollinaire s’y connaît un peu en matières de livres érotiques censurés : Les Onze mille verges sont parues pour la première fois en 1907, Les Exploits d’un jeune Don Juan en 1911.

En 1913, avec Fernand Fleuret et Louis Perceau, il fait paraître au Mercure de France L’Enfer de la Bibliothèque nationale : icono-bio-bibliographie descriptive, critique et raisonnée, complète à ce jour de tous les ouvrages composant cette célèbre collection avec un index alphabétique des titres et noms d’auteurs. Cette bibliographie de 415 pages  aura une 2e édition la même année chez le même éditeur.

Léger changement de titre en 1919 pour la parution d’une nouvelle édition dans la Bibliothèque des curieux : L’Enfer de la Bibliothèque nationale : bibliographie méthodique et critique de tous les ouvrages composant cette célèbre collection, avec une préface, un index des titres et une table des auteurs. Celle-ci connaîtra 3 rééditions en fac-similé par Slatkine (1970), Martino publishing (2002) et Ressouvenances (2009).

La bibliographie de Pascal Pia (1903-1979)

Les Livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : C. Coulet et A. Faure, 1978. 2 vol., 839 p.

Les livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : Fayard, 1998. 887 p.

L’exposition « Eros au secret » (BNF, 4 décembre 2007 au 2 mars 2008)

L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret.  Bibliothèque nationale de France, 2007. 460 p.

Bibliographie disponible sur le site de la BNF.

Présentation dans les Chroniques de la BNF.

Communiqué de presse sur le site de la BNF :

Dans les années 1830, les ouvrages imprimés dits « contraires aux bonnes mœurs » publiés sous le manteau, poursuivis ou condamnés, sont séparés du reste des collections de la Bibliothèque royale et rassemblés afin de constituer une section distincte intitulée Enfer et conservée à la Réserve des livres rares. Quelques années plus tard, le cabinet des Estampes procède à l’identique.

Dès lors, l’Enfer devient un lieu mythique, objet de toutes les curiosités et de tous les fantasmes. Pour la première fois, la Bibliothèque nationale de France expose cette part obscure de ses collections et lève le voile sur l’Enfer.

A travers plus de 350 œuvres, un double parcours est offert au public. L’un explore le contenu de l’Enfer : quels sont les livres, les documents, les images que l’on a classés là ? L’autre concerne son histoire : comment l’Enfer s’est-il constitué au département des Imprimés et au département des Estampes ? Comment a-t-il évolué ?

« Avec l’Enfer, nous entrerons dans la littérature telle qu’elle n’est pas enseignée », annoncent les commissaires de l’exposition qui ajoutent : « de l’Arétin aux romans libertins du XVIIIe siècle, nous nous aventurerons dans un monde imaginaire où les personnages obéissent à toutes les fantaisies du désir ; avec Sade, nous accéderons à la volupté quand elle s’accorde avec le crime ; nous ferons entendre l’excès de la parole pamphlétaire, quand le discours politique devient pornographique. Nous nous engagerons dans le monde de l’anonymat, du pseudonyme, des fausses adresses, des dates trompeuses. Un regard sur l’édition clandestine, plus précisément aux XIXe et XXe siècles, permettra d’entrevoir ses réseaux, et ses supercheries ».

Outre Sade, plusieurs grandes figures de la littérature rythmeront l’exposition, tels Guillaume Apollinaire, à l’origine, en 1913, du premier catalogue imprimé de L’Enfer de la Bibliothèque nationale, Pierre Louÿs, Georges Bataille ou Pierre Guyotat, mais aussi quelques autres, acteurs méconnus ou à jamais anonymes de la célébration de l’érotisme et du sexe.

Une large place sera offerte aux premières manifestations de la photographie pornographique ainsi qu’aux estampes japonaises, entrées à la Bibliothèque grâce à la générosité des premiers collectionneurs occidentaux.

Pénétrer dans l’Enfer de la Bibliothèque, c’est plonger dans l’atmosphère des lieux clos, celle des couvents, des boudoirs, des bordels, des prisons mais aussi des bibliothèques.

Si la cote « Enfer » apparaît sous le règne de Louis-Philippe, elle n’est en aucune façon une création du pouvoir ou une décision du législateur mais elle relève de la seule décision de la Bibliothèque. Nous montrerons à travers des catalogues, des circulaires, des correspondances, comment l’Enfer s’est enrichi, comment, d’une cote « mal famée », on est passé à un objet reconnu par le monde de la recherche et de la bibliophilie. Pour chaque lecteur, elle demeure, encore aujourd’hui, le territoire obscur et brûlant de l’interdit et du désir.

Voir aussi sur ce thème le dossier « Erotisme et pornographie » dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 7, 2001.

Autres bibliothèques, autres enfers

Voici quelques enfers évoqués par Emmanuel Pierrat sur le site du Dilettante :

Il existe d’ailleurs un modèle mythique à ce type d’Enfer : tous les amateurs de curiosa savent que la plus impressionnante et la plus ancienne des collections de porn books est conservée à la Bibliothèque vaticane. Mais il est aussi un Enfer, dénommé Réserve spéciale, à la Bibliothèque de l’Arsenal, un Private Case à la British Library, une section réservée à Saint-Petersbourg…

Sur l’enfer de la Britih Library, voir The Private case : an annotated bibliography of the private case erotica collection in the British (museum) library, de Patrick J. Kearney parue en 1981 et complétée sur le site de l’auteur. Une présentation de cet ouvrage figure dans Studies in human sexuality: a selected guide de Suzanne G. Frayser etThomas J. Whitby.

D’autres bibliothèques que ces prestigieux établissement ont leur enfer, comme la Bibliothèque municipale de Lisieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Impostures et mystifications littéraires

(Dernière mise à jour : 17/11/2011)

A l’occasion du 1er avril, une exposition sur les impostures littéraires a été organisée à bibliothèque universitaire de Lettres de l’université de Tours. J’ignore jusqu’à quand elle va durer, mais du moins m’a-t-elle donné le thème de cette chronique qui nécessitera sans doute quelques compléments.

Quelques ouvrages récents

Cela faisait quelques temps que je souhaitais aborder ce sujet. Depuis que j’ai fait l’acquisition, l’an dernier, de l’excellent ouvrage de Frédéric Rouvillois, Le collectionneur d’impostures (Flammarion, 2010). Sous la forme d’articles d’une à trois pages généralement accompagnés de références bibliographique, l’auteur présente toute une série d’impostures et de mystifications dans les domaines les plus divers (littérature, peinture, cinéma, politique, religion…) classées dans un ordre semi-alphabétique selon le nom du principal protagoniste (Claude des Armoises, Minou Drouet, Perkin Warbeck…) ou de l’objet ou ouvrage concerné (faux morceaux de la Vraie Croix, Les Protocoles des Sages de Sion…).

Autre ouvrage organisé dans l’ordre alphabétique d’un dictionnaire, mais cette fois circonscrit à la littérature : Les grandes impostures littéraires de Philippe Di Folco (Ecriture, 2006). Outre des notices bien faites commençant à chaque fois par un résumé de l’affaire avant d’en aborder l’analyse, l’auteur propose un « Petit guide à l’usage des futurs imposteurs » (p.285-342) et d’une conséquente bibliographie commentée (p. 343-355).

L’ouvrage le plus récent présenté à l’exposition citée ci-dessus est l’ouvrage de Jacques Finné, Des mystifications littéraires (José Corti, 2010). Son organisation est tout autre que celle des deux précédents. Après deux parties intitulées « Des mystifications en général » (p.11-44) et « Du plagiat » (p. 49-171), l’auteur étudie, dans « Des mystifications littéraires » (p. 173-404) plusieurs cas d’apocryphes (ex. : le Journal de Jack l’Eventreur), de supposés (ex. : Adoré Flouquette), de pseudonymes, de mystifications involontaires (ex. : Omar Khayyam) sans oublier « les petites guerres personnelles : les premières traductions des Mille et une nuits » (p. 335-381). La quatrième partie de l’ouvrage (p. 403-493) est entièrement consacrée à Howard Phillips Lovecraft et à son Necronomicon. L’ouvrage comporte également de nombreuses références bibliographiques en notes et une bibliographie sélective (p. 501-507) où figure un autre livre de Jacques Finné : Les grandes mystifications (Verviers : André Gérard, 1975).

Je voudrais citer enfin deux ouvrages que je n’ai pas encore consultés, tous deux de Jean-François Jeandillou :

Supercheries littéraires : la vie et l’oeuvre des auteurs supposés (Droz, 2001), incontournable tant pour Jacques Finné que pour Philippe Di Folco. Je laisse ce dernier en faire la présentation :

Anthologie très universitaire mais assez complète sur les cas de supercheries littéraires français les plus marquants depuis le XVIIe siècle.

Esthétique de la mystification : tactique et stratégie littéraires. Paris, les Ed. de Minuit, 1994. 239 p. (Propositions).

Numéros thématiques de revues

La Revue de la Bibliothèque nationale de France a consacré son n° 13, « Autour du faux » (juillet 2003), et son n° 31, « Blagues et supercheries » (2009). Les sommaires sont accessibles sur le site de la BNF.

Le n° 116 (2002) de Romantisme, « Canulars, mystifications et impostures littéraires », est accessible sur Persée.

Ouvrages anciens sur la question

Charles Nodier a fait paraître anonymement en 1812 un ouvrage intitulé Questions de littérature légale: Du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres, accessible su Gallica et Google livres. En 2003, Jean-François Jeandillou en a publié une édition chez Droz, dont la préface et la quatrième de couverture sont également accessible sur Google livres.

En 1872, Octave Delepierre fait paraître à Londres Supercheries littéraires, pastiches, suppositions d’auteurs dans les lettres et les arts accessible sur Archive.org.

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, publie en 1875 Mystificateurs et mystifiés : histoires comiques, accessible sur Gallica. Il avait déjà publié entre 1856 et 1858 les trois volumes de son Histoire des mystificateurs et des mystifiés dont le premier volume est accessible sur Google.

En 1911 paraît un livre d’Augustin Thierry, Les grandes mystifications littéraires. Une deuxième série est publiée en 1913. Ces deux volumes sont consultables sur Archive.org.

Ne pas oublier ces deux références incontournables :

Joseph-Marie Quérard. Les supercheries littéraires dévoilées, galerie des écrivains français de toute l’Europe qui se sont déguisés sous des anagrammes, des astéronymes, des cryptonymes, des initialismes, des noms littéraires, des pseudonymes facécieux ou bizarres. Paris, 1847-1853. 5 vol. Une 2e édition par Gustave Brunet en 1866 avec de nouvelles notice. Réédition de 1964 chez Maisonneuve & Larose accessible sur Gallica.

Antoine Barbier. Dictionnaire des ouvrages anonymes. Paris, P. Daffis 1872-1879. 4 vol. Accessible sur Gallica.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’exposition Mame à Tours

(Dernière modification : 14 juin 2011)

Comme nos collègues carnetiers de Mame et fils nous l’annonçaient le 7 février dernier, une captivante exposition est consacrée à cette maison d’édition tourangelle (voir affiche ci-dessous). Je l’ai visitée dimanche dernier et je compte bien y retourner avant sa clôture le 30 avril. Les exemplaires figurant dans les vitrines et les panneaux explicatifs apportent un ensemble très riche d’informations sur la famille Mame et son œuvre tant éditoriale que politique et sociale. A voir absolument si vous êtes en Touraine.

Pour aller plus loin, je vous conseille de visiter le blog et le site Mame & fils réalisés dans le cadre du projet Mame,

Voici aussi quelques chroniques en rapport avec la maison Mame par Le bibliomane moderne :

Alfred Mame et Cie (Tours) à l’Exposition Universelle de Paris en 1867

Portrait : Alfred Mame (1811-1893) : c’est lui qui donne à la maison Mame toute son envergure dans le domaine de l’édition et de la philanthropie sociale.

Toquade de bibliophile : Les cartonnages dits « romantiques à médaillon » : la maison Mame a édité de nombreux ouvrages de ce type.

Ne pas oublier La maison Mame à Tours (1796-1975), billet du blog de Gallica, daté du 29 janvier 2010.

Voir aussi La Maison Mame : courte bibliographie (2 décembre 2013).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Trésors numérisés des bibliothèques suédoises

Comme vous le savez sans doute, le Salon du livre 2011 a mis à l’affiche les pays nordiques. C’est à ces mêmes pays que l’ABF consacre le n° 55 de Bibliothèque(s) dont vous pouvez consulter le sommaire en ligne. L’article de Caroline Chevallier, « Des bibliothèques au régime pixel. La numérisation des fonds patrimoniaux suédois, un tour d’horizon » a particulièrement retenu mon attention et m’a permis de découvrir les quelques bijoux que je vous présente ci-dessous, qui ne donnent qu’une faible idée de la grande variété des documents des collections numérisées par les bibliothèques universitaires de Lund, d’Umeå, d’Uppsala, etc…

Le fonds Wallers

Il s’agit d’une collection d’autographes réalisée par le médecin Erik Waller (1875-1955) et acquise à sa mort par la bibliothèque universitaire d’Uppsala. L’origine et la langue de ces manuscrits est très divers, puisque leurs auteurs ont pour nom James Cook, Freud, Gandhi, Newton, Marat, Ambroise Paré, Pasteur, Rousseau, Voltaire, etc. Plus d’information et accès aux documents.

Quelques codex médiévaux

Le Codex argenteus de la bibliothèque universitaire d’Uppsala.

Le Codex gigas de la bibliothèque nationale de Suède.

Les 70 volumes de manuscrits médiévaux conservés à la bibliothèque universitaire de Lund.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques

Vous souvenez-vous de la chronique du 29 janvier dernier sur la sérendipité ? J’y faisais rapidement allusion à un conte intitulé Voyages et aventures des trois princes de Serendip. Dans la notice de Wikipédia le concernant, j’ai trouvé un lien vers une édition parue à la fin du XVIIIe siècle disponible dans Gallica. Cette édition fait partie d’une collection intitulée Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques éditée par Charles-Georges-Thomas Garnier entre 1787 et 1789, dont les 39 tomes sont accessibles dans le cabinet de lecture de l’exposition Utopie de la BNF.

Voici la liste des auteurs qui y sont représentés. Ne pas oublier que les éditeurs scientifiques et les traducteurs sont souvent les véritables auteurs de l’ouvrage…

Anonymes

Aventures d’un Espagnol. Tome 12

Abbé d’Aubignac

Relation du royaume de Coquetterie. Tome 26

Madame d’Aulnoy

L’ïle de la Félicité,/em> épisode tiré d’Hypolite, Comte de Duglas. Tome 27

Pierre-Charles-Fabiot Aunillon

Azor ou le prince enchanté; histoire nouvelle, pour servir de chronique à celle de la terre des perroquets: traduit de l’anglois du sçavant Popiniay. Tome 21

Antoine-Henri de Bérault-Bercastel, trad. de Francisco Gomez de Quevedo y Villegas

Simon Berington, trad. de Gaudentio di Lucca

Père Bougeant

Voyage merveilleux du prince Fan-férédin dans la Romancie, contenant plusieurs observations historiques, géographiques, physiques, critiques et morales. Tome 26

Robert Boyle

Les Voyages & Aventures du Capitaine Robert Boyle. Tome 10 et 11

Camoëns

L’Isle enchantée, épisode fe la Lusiade. Tome 27

Christoforo Armeno

Voyages et aventures des trois princes de Sarendip, traduit du Persan.Tome 25

Savinien de Cyrano de Bergerac

Voyages de Cyrano de Bergerac sur les empires de la Lune et du Soleil ; L’histoire des oiseaux. Tome 13

Daniel Defoe

La vie et les aventures surprenantes de Robinson Crusoe. Tomes 1 à 3

Pierre-François Guyot Desfontaines, trad. de Jonathan Swif et auteur de :

Le nouveau Gulliver , ou Voyages de Jean Gulliver, fils du capitaine Gulliver. Tome 15

Chevalier Des Gastines

L’isle inconnue, ou Mémoires du chevalier Des Gastines. Tomes 7 à 9

Jean-Baptiste Dupuy-Demportes, éd. scientifique de Gaudentio di Lucca

Edward Dorrington, pseud. de Peter Longueville

Henry Fielding

Julien l’Apostat, ou voyage dans l’autre monde. Tome 24

Gabriel de Foigny

Les Aventures de Jaccques Sadeur dans la découverte et le voyage de la Terre australe, contenant les coutumes et les moeurs des Australiens, leur religion, leurs exercices, leurs études, leurs guerres, les animaux particuliers à ce pays. Tome 24

Gaudentio di Lucca (auteur prétendu)

Mémoires de Gaudence de Luques. Tome 6

Louis Godin des Odonais

Relation du naufrage de Mme Godin, sur la rivière des Amazones. Lettre de M. Godin des Odonais à M. de La Condamine. Tome 12

Guillaume Grivel, éd. scientifique du chevalier Des Gastines

Henry Hamel.

Relation du naufrage d’un vaisseau hollandais. Tome 12

Ludvig Holberg

Voyage de Klimius dans le monde souterrain, contenant une nouvelle théorie de la terre et l’histoire d’une cinquième monarchie inconnue jusqu’à présent. Tome 19

Jean Lediard.

Les aventures d’un jeune anglais. Tome 10

Marc-Antoine Le Grand

Les aventures du voyageur aérien : histoire espagnole. Tome 23

Peter Longueville.

Le solitaire anglois, ou Aventures merveilleuses de Philippe Quarll. Tome 4

Lucien de Samosate

Histoire véritable. Tome 13

Chevalier de Mailly, trad. de Christoforo Armeno

Comte de Martigny.

Le voyage d’Alcimédon ou Le naufrage qui conduit au port. Tome 10

Jakob von Mauvillon, trad. de Ludvig Holberg

Fernão Mendez Pinto

Aventures d’un corsaire portugais. Tome 10

Montesquieu

Histoire des troglodites [extrait des Lettres persanes XI-XV]. Tome 10

Charles de Fieux, chevalier de Mouhy

Lamekis, ou Les voyages extraordinaires d’un égyptien dans la terre intérieure, avec la découverte de l’île des Sylphides enrichis de notes curieuses. Tomes 20-21

Julien-Jacques Moutonnet de Clairfons

Les Isles fortunées ou Les aventures de Bathylle et de Cleobule. Tome 10

Henri Pajon

Histoire du Prince Soly, surnommé Prenany et de la princesse Fêlée. Tome 25

Robert Paltock

Les hommes volans, ou Les aventures de Pierre Wilkins. Tomes 22-23

Nicolas Perrot d’Ablancourt, trad. de Lucien de Samosate

P.-F. de Puisieux, trad. de Robert Paltock

Francisco Gomez de Quevedo y Villegas

Voyages récréatifs du chevalier Quévédo de Villegas. Tomes 15-16

Marie-Anne Robert (de Roumier)

Voyages de Milord Céton dans les sept planètes, ou Le nouveau Mentor. Tomes 17-18

Thémiseuil de Saint-Hyacinthe, trad. de Daniel Defoe

Segrais

Relation de l’ïle imaginaire et histoire de la Princesse de Paphlagonie. Tome 26

Charles Sorel

Description de l’ïle de Portraiture et de la ville des Portraits. Tome 26

Jonathan Swift

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver. Tome 14

Abbé Paul Tallemant

Voyage de l’isle d’amour. Tome 26

Denis Vairasse

Histoire de Sévarambes. Tome 5

Justus Van Effen, trad. de Daniel Defoe

Pierre Viaud

Le naufrage et les aventures de Pierre de Viaud. Tome 12

Voltaire

Micromégas, ou Voyages des habitans de l’étoile Sirius. Tome 23

[en cours de réalisation : dernière mise à jour 31 mai 2011]


Notons qu’à l’époque, Charles-Joseph de Mayer publiait les volumes de son Cabinet des fées. Est-ce à dire qu’un grand besoin d’imaginaire et d’utopie se faisait jour en ces années prérévolutionnaires ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Soirées amusantes de Huvier et les jeux du temps passé

Les chroniques de Bernard Galimard-Flavigny sont décidément une mine pour le curieux. Dans celle parue dans les Petites affiches. La loi, n° 38, du 23 février dernier, laquelle est disponible sur son blog, il traite d’un ouvrage de François Huvier des Fontenelles (1757-1823) intitulé Les Soirées amusantes, ou Entretien sur les jeux à gages, et autres, paru en 1788, à Paris, chez la veuve Duchesne, actuellement disponible sur le site de la Bayerische Staat Bibliothek.

C’est une source de premier choix sur les jeux usités à la fin de l’Ancien Régime qui sert de référence concernant ce domaine. Voir par exemple des sites spécialisés comme l’Académie des jeux oubliés dont il est la source principale, voire unique, pour des jeux comme le chat qui dort, le jeu de la peur ou chnif, chnof, chnorum.

Pour plus d’informations cet ouvrage et son auteur, je vous renvoie aux ressources suivantes :

Le site de la librairie Villa Browna.

Antoine-Alexandre Barbier. Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes… tome 3. 2e éd. Paris : chez Barrois l’Aîné, 1824. Disponible sur Google livres.

Léon Techener. Bibliothèque champenoise ou Catalogue raisonné‎ d’une collection de livres curieux d’opuscules rares, de documents inédits ou imprimés, de chartes, d’autographes, de cartes et d’estampes relatifs à l’ancienne province de Champagne. Paris‎ : L. Techener‎, 1886. Partiellement accessible sur Google livres.

Pour aller plus loin sur les jeux,voir les ouvrages suivants :

Pierre Berloquin. Cent jeux de tables. Flammarion, 1976.

Cet ouvrage a connu plusieurs rééditions sous des titres divers, comme le rappelle l’auteur qui a écrit de nombreux livres sur les jeux (voir bibliographie).

Jean Boussac. Encyclopédie des jeux de cartes : jeux de combinaisons, de ruse, de hasard, patiences, etc. L. Chailley , 1896. Disponible sur Gallica.

Jean-Marie Lhôte. Histoire des jeux de société : géométries du désir. Flammarion, 1995.

L’ouvrage étant quelque peu onéreux, deux ans plus tard, une sorte d’abrégé par le même auteur est paru chez le même éditeur : Dictionnaires des jeux de sociétés. Ces deux ouvrages sont malheureusement épuisés. Par contre, Berg International a réédité en 2010 Le symbolisme des jeux, initialement paru en 1976.

Th. de Moulidars. Grande encyclopédie méthodique, universelle, illustrée, des jeux et des divertissements de l’esprit et du corps. Librairie illustrée, 1888. Disponible sur Gallica.

Dernière mise à jour : 21 novembre 2012.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (2) Abréviations et livres anciens

(Dernière mise à jour : 5 octobre 2015)

 

Abréviations utilisées en paléographie

Un certain nombre de références en ligne sont proposées sur Menestrel

Jean Françoisde Vaines, Dictionnaire raisonné de diplomatique, t.1,

1774, p. 28-39, disponible sur Google livres

1863, p. 27-33, disponible sur Google livres

Abréviations utilisées dans les fiches descriptives

1/2-rel. demi-reliure
ang. angulaire
bas. basane
bibl. bibliothèque
bibliogr. bibliographie
br. broché
c. coin(s)
cart. cartonnage, cartonné
cart. éd. cartonnage d’éditeur
ch, ou chag. chagrin
coll. collection
comp. compartiment
cons. conservé
coul. couleur
couv, couverture
couv. cons. couverture conservée
couv. impr. couverture imprimée
couv. muet. couverture muette
déch.  déchirure
défr. défraîchi(e)
demi. rel. demi reliure
dent. int. dentelle intérieure
dépl. dépliant ou à déplier
éb. ébarbé
éd. or. ou E.O. édition originale
éd. édition, éditeur, édité
ém. émoussés
emb. emboitage
en ff. en feuilles
encadr. encadrement
ép. époque
épid. épidermures
ex. exemplaire
ex. tr. exemplaire de travail
f. ou ff. feuille(s), feuillet(s)
f. ou ff. n.ch. feuille(s), feuillet(s) non chiffré(s)
f° ou in-fol. in-folio
fasc. fascicule
fig. figure
fil. filet
front. frontispice
gd ou gr. grand
gr. ou grav. gravure, gravé
h.c hors commerce
h-t ou ht.  hors-texte
ill. illustration, illustré, illustrateur
impr. imprimé, imprimeur, imprimerie
inc. incomplet
inf. inférieur
in-f° ou in-f. ou in-fol. in-folio
in-t. in-texte
jaq. jaquette
jasp.  jaspé
lég. défr. légèrement défraîchi
lég.
léger(s)(e)(es), légèrement
mar. maroquin
mod moderne
mouch. moucheté
mouill. mouillures
mq. ou mque manque
ms. ou mss. manuscrit(s)
n. ch. non chiffré
n. et bl. noir et blanc
n.ch., ou n.chiff. non chiffré
n.r. non rogné
n° ou num, numéro, numéroté
nb. ou nombr. nombreux, nombreuses
obl. oblong
p. de t. pièce de titre
p. de titre et de tom. pièce de titre et de tomaison
p. ou pp. page(s)
P. Paris
pag. paginé
per. ou perc. percaline
pet. petit
piq. piqûres
pl. planche(s)
pl. rel. pleine reliure
préf. préface
pseud. pseudonyme
qq. quelques
rel, reliure, relieur, relié
rel. ép. reliure de l’époque
rel. post. reliure postérieure
reprod, reproduction(s)
rest. restauré
rich. richement
rouss. rousseurs
s. siècle
s.d. sans date
s.l. sans lieu
s.l n.d. sans lieu ni date
s.n. sans nom (d’éditeur)
sup. supérieur
t. ou tom. tome, tomaison
tr. dor. tranches dorées
tr. tranche(s)
trad. traduit, traduction
us. usagé, usures
v. veau
vol. volume

La liste ci-dessus résulte de la synthèse de plusieurs documents proposées sur

Anticbooks

Le Blog du Bibliophile

Cabinet Pierre Poulain

Galaxidion

Syndicat de la librairie ancienne et moderne

 

Abréviations utilisées pour désigner les livres de la Bible

Listes en ordre alphabétique :

J. B. C. Chaud, Morale de la Bible, vol. 1, 1817, p. 336-337, disponible sur Google livres

Listes dans l’ordre traditionnel des livres bibliques :

BIBLIJA

Orthotypographie

Revue d’histoire et de philosophie religieuses

Wikipedia

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le baron de La Hontan et son ombre

Dans une chronique du 8 mars dernier sur les dangers de la lecture, j’annonçais de prochaines chroniques sur les auteurs qui se sont heurtés à la censure et à l’intolérance religieuse au cours des siècles passés. J’avais laissé ce chantier de côté jusqu’à une chronique sur l’abbé Raynal en septembre dernier. J’y reviens maintenant pour le baron de La Hontan.

Biographie

Sa vie est ainsi résumée sur Weblettres

Le baron de La Hontan (1666-1716) : fils d’un gentilhomme ruiné du Béarn, il part à dix-sept ans pour le Canada, avec les troupes de la Marine envoyées par la France pour coloniser le pays et combattre les Iroquois. Participant aux expéditions militaires, il explore la région des grands lacs, découvre la vie des Amérindiens, et juge sévèrement les méthodes de colonisation. Il en ramène des récits de voyage qui connaîtront un grand succès au début du XVIIIe siècle (voir ci-dessous). En 1693, il remplit l’office de lieutenant du roi à Terre-Neuve. Il s’enfuit la même année et parcourt l’Europe. A la fin de sa vie, il se lie d’amitié avec Leibniz et termine ses jours à Hanovre.

Pour plus de détails, voir

Wikipedia

La bibliothèque indépendantiste (ajout du 22 février 2013)

Bibliographie universelle de Michaud dans Google livres,

Dictionnaire biographique du Canada en ligne

Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

L’article de Henri Froidevaux « Un document inédit sur Lahontan » (Journal de la Société des Américanistes, 1903, vol. 4, n° 4-2, p. 196-203), disponible dans Persée, porte uniquement sur un épisode de la vie de La Hontan du temps où il était réfugié aux Provinces-Unies.

Bibliographie

Victor Hugo Paltsits. Bibliography of the writings of baron Lahontan. Chicago : A. C. Mc Clurg, 1905. In-16, paginé LI-XCIII. Separate from the Reprint of « La Hontan’s New voyages to North-America, edited by Reuben Gold Thwaites »

Œuvres complètes

Œuvres complètes, éd. critique par Réal Ouellet. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 1990. (Bibliothèque du nouveau monde)

Voyages dans l’Amérique septentrionale

Nouveaux voyages de M. le baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. La Haye : les frères L’Honoré, 1703. 2 tomes. Les 2 tomes sur >Gallica, et tome 1 sur Google.

Voyages du baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. Amsterdam : chez François L’Honoré, 1705. Tome 1 sur Google.

Un outre-mer au XVIIe siecle : voyages au Canada du baron de La Hontan, Paris : Plon-Nourrit et Cie, 1900. Archive internet et Gallica.

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage

C’est l’œuvre la plus connue de La Hontan, celle qui a eu le plus d’influence sur ses contemporain avec son mythe du bon sauvage repris par Diderot ou Voltaire. Pourtant, comme le rappelle dans une chronique du 17 mars dernier Bertrand Galimard-Flavigny, ils sont généralement attribués à Nicolas Gueudeville.

Les éditions anciennes en ligne

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage, dans l’Amérique : contenant une description exacte des moeurs et des coutumes de ces peuples sauvages ; Avec les voyages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1704. Gallica, Google livres et Archive.org.

Suite du Voyage de l’Amérique, ou Dialogue de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage de l’Amérique :contenant une description exacte des moeurs et coutumes de ces peuples sauvages, avec les voiages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1728. Gallica. Le catalogue de la BNF, qui se fie à Barbier, l’attribue à Nicolas Gueudeville.

Les éditions récentes

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé et Mémoires de l’Amérique Septentrionale, publiés par Gilbert Chinard. The Johns Hopkins Press, Baltimore, Maryland. A. Margraff, Paris. Oxford University Press, London, 1931. (cf. Bookinerie.com)

Dialogues avec un sauvage / introduction et notes par Maurice Roelens. Paris : Éditions sociales, 1973.

Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un sauvage dans l’Amérique , éd. présentée, établie et annotée par Henri Coulet. Paris : Desjonquères, 1992. Réédité en 1993 et 2007.

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé, texte établi et présenté par Thierry Galibert. Arles : Sulliver : 2005.

Des extraits sont proposés sur les sites suivants

Littérature Québecoise

Apophtegme

Séminaire de romanistique de l’Université de Fribourg

La réception

Voir ce qu’en disent des contemporains de La Hontan, comme Jacques Basnage dans le vingtième volume de so Histoire des ouvrages des sçavants (1704), Jonathan Carver dans Voyage dans les parties intérieures de l’Amérique septentrionale (1734) ou les auteurs du dix-huitième tome de la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe, (1737). Dans ce dernier ouvrage, les fameux dialogues sont déjà attribués à Gueudeville.

Voir aussi des études récentes :

Paola Basile. La Hontan et l’évolution moderne du mythe du bon sauvage. Mémoire de maîtrise : Unversité McGill (Montréal), 1997. En ligne.

Réal Ouellet. « Lahontan et Exquemelin : deux exemples de dérive textuelle (XVIIe-XVIIIe siècles) », Tangence, n° 74, hiver 2004, p. 45-57. Erudit.

Et qu’en est-il de Nicolas Gueudeville ?

Pour le savoir, je vous renvoie à un article bien documenté de Wikipédia qui renvoie notamment à la Biographie rouennaise de Théodore Eloi Lebreton (1865), disponibe sur Google :

GUEUDEVILLE (Nicolas), ne en 1652, d’un médecin de Rouen , embrassa la vie monastique dans la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur, et fit profession dans l’abbaye de Jumiéges, le 8 juillet 1671. 11 commençait à se distinguer dans la prédication, lorsque son esprit d’indépendance et la singularité de ses opinions sur les matières les plus respectables lui attirèrent les reproches de ses supérieurs. Pour éviter les punitions qu’on était sur le point de lui infliger, Gueudeville résolut de prendre la fuite , ce qu’il exécuta en escaladant les murs de son couvent.

S’étant retiré en Hollande, il y embrassa le calvinisme, se maria et alla ensuite s’établir à Rotterdam, où il se livra à l’enseignement de la langue latine. Comme il écrivait avec beaucoup de facilité, il songea à faire ressource de sa plume et publia à La Haye, en 1699, sous le voile de l’anonyme, une espèce de journal intitulé : Esprit des Cours de l’Europe, publication qui eut une grande vogue dans ce pays, à cause des traits satiriques qu’il contenait contre les ministres de France.

M. d’Avaux, notre ambassadeur, demanda et obtint, en 1701, la suppression de ce pamphlet périodique ; mais, après son départ, Gueudeville reprit sa publication sous le nouveau titre de : Nouvelles des Cours de l’Europe, et la continua avec succès tant que les circonstances lui fournirent les moyens d’amuser la malignité publique, ce qui dura jusqu’en 1710. La collection de ce journal se compose de dix-huit volumes in-12.

Les principaux ouvrages de ce publiciste, qui a beaucoup écrit dans tous les genres et fait un grand nombre de traductions , sont : le Grand Théâtre historique universel, Leyde , 1705 , 5 vol. in-fol., fig., traduction libre d’un ouvrage allemand d’Imhof ; Atlas historique, ou Nouvelle Introduction à l’histoire, avec un supplément par Limiers, Amsterdam, 1713-1721, 7 vol. in-fol. ; Eloge de la Folie, par Erasme , Leyde , 1713, in-12, traduction ; Comédies de Plaute , Leyde , 1719; Colloques d’Erasme , Leyde , 1750 , 6 vol. in-12 ; Traité de Corneille Agrippa sur la noblesse et excellence du sexe féminin , avec une traduction sur l’instabilité et vérité des sciences, Leyde ‘, 1726, 3 vol. in-8. Malgré le nombre de ses ouvrages, Gueudeville mourut à La Haye , vers 1720, dans un état voisin de la misère.

Voir aussi, sur ses idées politiques et sociales :

Myriam Yardeni. « Gueudeville et Louis XIV. Un précurseur du socialisme, critique des structures sociales louis-quatorziennes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, T. 19, n° 4 (oct. – dec., 1972), p. 598-620. Cet article, accessible sur Gallica, a été repris dans l’ouvrage du même auteur, Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, 2005, p. 218 et suiv.

Aubrey Rosenberg. Nicolas Gueudeville and his work (1652-172?). La Haye : Martinus Nijhoff, 1982. Voir sur cet ouvrage une chronique de Michèle Mat parue dans la Revue belge de philologie et d’histoire, 1986 , vol. 64 n° 4, p. 865-866, disponible sur Persée.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, avis du Conseil-d’État par J. B. Duvergier,…

Ce billet est le quatrième d’une série concernant quelques ouvrages et périodiques anciens conservés à la BU Droit de l’université François-Rabelais (Tours), où je travaille.

Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, avis du Conseil-d’État par J. B. Duvergier,… – Paris : A. Guyot et Scribe, 1824-1949. – 158 vol. ; 22-25 cm.

Etat de collection : 134 volumes parus de 1824 à 1934. Tables 1788-1830 (2 vol.), 1831-1889 (2 vol.) et 1890-1899 (1 vol.)

La notice ci-dessus concerne une collection sur la législation française entreprise en 1824 sous la direction de du jurisconsulte Jean-Baptiste Duvergier (1792-1877). Comme l’indique les dates de publications, cette entreprise devait perdurer bien après sa mort jusqu’en 1949. La collection de la BU Droit de l’université François-Rabelais est malheureusement incomplète, puisqu’elle s’arrête à 1934. La collection accessible sur Gallica n’est pas complète non plus, mais comporte certaines des années qui manquent à la BU de Tours.

Jean-Baptiste Duvergier est aussi le coauteur d’une Collection des constitutions, chartes et lois fondamentales des peuples de l’Europe et des deux Amériques avec des précis offrant l’histoire des libertés et des institutions politiques chez les nations modernes (1823) et d’autres publications accessibles sur Gallica.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’abbé Raynal

Parmi les plus éminents acteurs des Lumières, l’abbé Raynal est quelque peu oublié aujourd’hui. Avec le site Sur les pas de l’abbé Raynal, la Société d’Etude Guillaume-Thomas Raynal répare cette injustice, en rappelant sa place auprès de Diderot, avec lequel il collabore pour la fameuse Encyclopédie et l’Histoire des deux Indes, de Rousseau, qu’il encourage à publier son fameux discours à l’Académie de Dijon sur progrès des sciences et des arts, ou de Voltaire, qui le recommande auprès de l’Académie de Berlin.

Vous pouvez découvrir ses œuvres sur Gallica ou dans la liste proposée par Wikipédia.

Histoire des deux Indes

L’abbé Raynal est surtout connu pour son Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens dans les deux Indes, dont la première édition est de 1770. Il y en aura beaucoup d’autres. Il y rejoint d’autres grands noms du XVIIIe siècle dans sa condamnation de l’esclavage. L’ouvrage fait l’objet, en 1781, d’une condamnation du Parlement « à être lacéré et brûlé par l’exécuteur de la Haute-Justice » ce qui contraint l’auteur à s’exiler quelques années.

Listes non exhaustives des diverses éditions avec les liens vers les versions en ligne. (Mise à jour du 15 mars 2011 :  voir la présentation des 49 éditions de l’Histoire des deux Indes sur le site présenté ci-dessus, et merci à Gilles Bancarel)

Amsterdam : [s.n.], 1770. 6 vol. in-8. Disponible sur Gallica : t.1 (+ 2e ex. ) ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6

Amsterdam : [s.n.], 1772. 6 vol. in-8.

Amsterdam : [s.n], 1773. 6 vol.

Amsterdam, La Haye : Gosse fils, 1773-1774. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.1

Amsterdam : J.-P. Dufour, 1775.  7 vol. in-8

Genève : chez les libraires associés, 1775.  3 vol. in-4 + 1 atlas. in-4. Voir sur Gallica les illustration de Charles Eisen et de Marillier

La Haye : Gosse fils, 1776. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.6

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 8 vol. in-12

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 4 vol. in-4 + 1 atlas in-4

Genève : [s.n.], 1781. 10 vol. in-12. Disponible sur Gallica :  t.1 ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6 ; t.7 ; t.8 ; t.9 ; t.10 [Liens à faire]

[Liste à compléter]

Lettre à l’Assemblée nationale

Précurseur de la Révolution, il en condamne les excès dans une longue lettre à l’Assemblée nationale lue lors de la séance du 31 mai 1791. Ce texte est reproduit, ainsi que la réponse de Robespierre, dans l’ouvrage de Prosper-Charles Roux, Histoire parlementaire de la révolution française, t. 9, p. 461-468 (cf. Google livres).

Voir aussi  parmi les condamnations contemporaines de cette Lettre :

  • la brochure Boissy d’Anglas, à Guillaume-Thomas Raynal, sur sa lettre à l’Assemblée, 1791 (cf. Gallica)
  • les réflexions de M. de Sinety contenues dans les Archives parlementaires (cf. Gallica).

Par contre, bien des années après cet événement, Lucien Bonaparte cite cette Lettre en termes élogieux dans ses Mémoires parus en 1836 (cf. Gallica).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts