Nouvelles de nulle part par William Morris

Je suis en train de découvrir les Nouvelles de nulle part dans une traduction publiée en 1961 aux Éditions sociales. Cet ouvrage de William Morris (1934-1896) a paru initialement en 1890 sous le titre  News from nowhere or an Epoch of rest. L’auteur, plus connu de nos jours pour sa participation au mouvement préraphaélite et son apport aux arts décoratifs, fait partie de la Socialist League de tendance socialiste libertaire dont il est est question dans le premier chapitre du roman. Dans ce dernier comme dans celui auquel il est sensé répondre, Looking Backward (C’était demain ou Cent ans après ou l’an 2000) d’Edward Bellamy (1850-1898), le narrateur s’endort pour se réveiller des décennies plus tard. Il découvre alors une nouvelle société, nécessairement plus juste et harmonieuse selon le modèle de l’utopie, mais une utopie transposée non plus en un autre lieu comme chez Thomas More, mais dans le futur. Si le procédé n’est pas neuf (cf. Louis Sébastien Mercier, précurseur du roman d’anticipation, en 1771 avec L’An 2440, rêve s’il en fut jamais), le résultat est des plus stimulants, du moins pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Continuer la lecture de Nouvelles de nulle part par William Morris

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts